Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les vases de bronze de l'archaïsme récent en Grande Grèce

 | 
Claude Rolley

Conclusion. Le rôle de la Grande-Grèce

Texte intégral

1Résumons-nous. La Grande-Grèce a fabriqué des vases de bronze presque dès le début du VIe siècle; l’hydrie de Graechwil, vers 580, est à peu près contemporaine des premiers vases de bronze laconiens, qui l’ont influencée. Le même vase, et ses imitations, prouvent que la vaisselle métallique faite sur les rives du golfe de Tarente est diffusée vers le Nord, dans des pays non grecs.

  • 271 Malgré le livre récent de B. Shefton, Die « Rhodischen » Bronzekannen (Marb. Studien zur Vor-u. Frü (...)
  • 272 B. Bouloumié, Les tumulus de Pertuis (Vaucluse) et les oenochoés « rhodiennes » hors d’Etrurie, Gal (...)
  • 273 Melfi: D. Adamesteanu, Candelabro di bronzo di Melfi, AttiMemSocMGrecia 6-7, 1965-1966, p. 199 à 20 (...)

2Pendant une quarantaine d’années à peu près, les hydries laconisantes ou leurs dérivés, peu nombreux mais très variés, montrent une production dispersée géographiquement, et apparemment peu organisée. Cela explique que, jusqu’après le milieu du siècle, les chefs de l’arrière-pays du golfe de Tarente, sensibles au prestige de la vaisselle de bronze comme un peu plus tard les Celtes et les Illyriens, aient fait appel surtout aux objets étrusques, au premier rang desquels il faut placer les oenochoés dites « rhodiennes »271, qu’accompagnent régulièrement, aussi bien qu’en Provence, les bassins à rebord perlé272: l’association est assez fréquente dans la région de Melfi comme dans le val d’Agri273.

3C’est vers 540-530 que se produit le grand changement, pour deux groupes de vases à la fois; cette concordance nuance peut-être les remarques faites ci-dessus sur la raison du passage des hydries à tête de femme en Grande-Grèce: outre les raisons qui expliquent la cessation d’activité des bronziers de Laconie, un développement des ateliers d’Italie du Sud a favorisé ce transfert. Les deux catégories sont ces hydries à tête de femme, de dérivation laconienne, que nous avons étudiées ci-dessus, et les oenochoés de dérivation corinthienne. Celles-ci, assez nombreuses en Apulie, sont aussi, dès le début, bien attestées en Campanie; c’est cette dernière région — qui a peut-être aussi fabriqué des cratères à volutes comme celui de Capoue — qui deviendra, à partir de la fin du siècle, le grand centre de production de vaisselle métallique en Grande-Grèce. Les hydries, et au moins le cratère de Vix, viennent de la côte du golfe de Tarente, peut-être de Sybaris: leur fabrication cesse en tout cas à peu près au moment de la destruction de Sybaris.

***

4Pendant la première période, les voies de diffusion sont assez simples. La production laconienne est apportée, pour la vaisselle de bronze comme pour celle d’argile, en Grande-Grèce, où elle suscite des imitations; à Corfou, nous avons davantage de vases de métal, attestés par des statuettes décoratives, que de céramique. L’hydrie de Graechwil et ses imitations montrent une autre voie, le long de la côte italienne de l’Adriatique; mais son activité paraît faible, et, avant le milieu du siècle, nous n’avons pas d’indice que des vases de Grande-Grèce aient traversé l’Adriatique, sinon peut-être pour des dédicaces à Olympie, qui forment un cas particulier.

5Le troisième quart du siècle, à peu près, est la période la plus complexe, car fonctionnent alors simultanément quatre centres de fabrication concurrents: la Laconie, Corinthe, les ateliers « corinthiens coloniaux » du Nord-Ouest, et ceux de Grande-Grèce. Ensuite, l’arrêt des « exportations » laconiennes simplifiera un peu le tableau. Les vase laconiens arrivent en Grande-Grèce, à Corfou, et en Illyrie, par des voies qui ne leur sont pas toujours particulières: il est probable que, de la côte à l’intérieur, les vases laconiens dont nous avons gardé quelques statuettes avaient les mêmes transporteurs que le reste de la vaisselle de bronze. A Dodone, où les statuettes, par nature, sont dédiées par des Spartiates, les vases de même origine ont pu l’être aussi; mais d’autres aussi bien ont pu se les procurer, puisqu’ils étaient disponibles dans la région.

  • 274 Rolley, l.c., fig. 16 (de Siris), et n. 33 (Métaponte et Sybaris).

6La diffusion des bronzes corinthiens dans les régions qui nous intéressent, même quand elle se superpose à celle des objets laconiens, n’est pas de même nature. Les ateliers de Corinthe envoient leurs produits, statuettes et vases, dans leurs colonies; les colonies rediffusent les vases seuls dans l’arrière pays, et le schéma reste exact même si on veut que l’hydrie de Novi Pazar soit passée par Potidée. En Grande-Grèce, directement ou par l’intermédiaire des villes grecques de la côte orientale de l’Adriatique, on ne peut guère en juger, les vase corinthiens, mais non les statuettes à ce qu’il semble, arrivent également; notons au passage que, en revanche, des terres cuites d’influence corinthienne, de Métaponte à Siris, paraissent trouver leur inspiration dans des objets de Corfou plus que de Corinthe même274.

7Mais, recevant et diffusant la vaisselle de Corinthe, recevant les statuettes et, probablement, les dédiant à Dodone à côté des offrandes identiques faites par les gens de Corinthe même, les « Corinthiens du Nord-Ouest » imitent l’une et les autres. Ils dédient leurs produits à Dodone à côté de ceux de la métropole; ils revendent leurs vases dans l’arrière-pays en plus grand nombre que leurs « modèles ».

  • 275 Trois exemplaires: cf. C. Albore Livadie, AttiMemSocMGrecia 18-20, 1977-1979, p. 135.
  • 276 Cf. n. 234; en dernier lieu, B. Bouloumié, Gallia 34, 1976, p. 1 à 30.

8La Grande-Grèce, qui reçoit des produits laconiens depuis 580, des objets corinthiens à partir du milieu du siècle ou peu après, imite les uns et les autres; elle diffusera ses produits en grand nombre à partir de 540, quand sa production deviendra importante. Mais cette diffusion a un caractère fondamental, un peu surprenant, qui la distingue des courants que nous venons d’évoquer: elle a lieu à peu près uniquement chez des non Grecs, par deux voies. L’une traverse l’Adriatique; c’est celle dont nous avons étudié en détail les témoignages en comparant certains vases de Paestum ou d’autres cités d’Italie du Sud avec ceux de la région de Trebenischte. L’autre, qui avait été vers 580 celle de l’hydrie de Graechwil, pénètre jusqu’au fond de l’Adriatique, et atteint par là Asperg, Hochdorf et, nous allons y revenir, Vix. Les découvertes en préciseront peu à peu les conditions précises et le trajet. Ce doit être cette même voie qui apporte en retour dans la Basilicate intérieure, de Melfi à Armentum, les ambres: le trajet est le même, que l’ambre de ces objets soit baltique ou qu’il ait été récolté dans le delta du Pô. Les ambres, de l’autre côté de l’Adriatique, suivent en moins grand nombre une voie également Nord-Sud, jusqu’à Arta. Dans les deux cas, les cistes à cordons, jusqu’à Cumes275 d’un côté, jusqu’à Arta de l’autre, suivent le même chemin; ces cistes à anse mobile sont probablement, d’après les dernières études, fabriquées dans les régions qui bordent le Nord ou le Nord-Ouest de l’Adriatique276.

* * *

9Car c’est bien sur l’Adriatique et sur ses deux rives que se déroule l’essentiel de cette histoire complexe, dont nous devinons tout juste les grandes lignes. Je voudrais, en guise de conclusion, insister seulement sur quelques problèmes, sans les traiter ni les résoudre, parce que cette brève étude apporte, je crois, quelques éléments dont il faudra tenir compte si on les aborde.

  • 277 Promenades historiques aux pays de la Dame de Vix, 1957.
  • 278 La céramique grecque de Marseille, 1960, p. 152 à 161; sur Vix, p. 157.
  • 279 Marseille grecque, 1977 (écrit avant 1974), surtout p. 20 à 24, et les notes correspondantes.
  • 280 H. Zürn et H.-V. Herrmann, Germania 44, 1966, p. 74 à 102.
  • 281 Cf. n. 246.
  • 282 Il me paraît préférable de dire clairement qu’il n’est pas question de tenir compte, sur ce point p (...)
  • 283 L’oppidum de Vix et la civilisation hallstattienne finale, 1960, p. 142 à 153; chapitre réimprimé d (...)
  • 284 A. Guillot, Le confluent de la Saône et du Doubs au premier Age du Fer, RevArchEst 27, 1976, p. 109 (...)
  • 285 H. Schwab, Germania 53, 1975, p. 79 à 84; voir aussi H. Reim, Germania 46, 1968, p. 274 à 285 (frag (...)
  • 286 Cf. n. 234.
  • 287 Quelques objets grecs spectaculaires ne doivent pas faire illusion. Mise à part la céramique attiqu (...)

10Le premier est celui de la voie par laquelle est venu le cratère de Vix, Marseille et le Rhône, ou l’Adriatique et les Alpes. La thèse marseillaise, défendue en particulier par J. Carcopino277 et Fr. Villard278, a reçu récemment l’appui de M. Clavel-Lévêque, en des pages279 où elle mêle un peu les époques, et oublie les trouvailles d’Allemagne, où la liste des objets de Grande-Grèce, après la tombe d’Asperg280, vient d’être allongée par celle de Hochdorf281: dans les deux cas, les objets ont été fabriqués soit à Tarente, soit, en tout cas, sur la côte du golfe de Tarente282. La thèse « alpine », qui est, depuis Déchelette au moins, celle des « protohistoriens », résumée par R. Joffroy283, s’appuie d’abord sur la carte de répartition des objets. C’est aujourd’hui entre Le Pègue et Bragny, au confluent du Doubs et de la Saône284, qu’il n’y a pas un objet « grec »; la route suisse a un jalon nouveau avec des tessons attiques à figures noires dans les environs de Fribourg285. Il faut ajouter que le nombre des vases de bronze d’Italie du Nord, étrusque ou adriatique, trouvés en Bourgogne vient d’augmenter sensiblement avec le découverte de Gurgy, au Nord d’Auxerre, dans une nécropole où un ensemble de fibules à fausse corde à bouclettes suggère des liens directs avec le Mont Lassois286. Bref, le commerce des vases de bronze, dans l’Europe occidentale hallstattienne, passe par l’Italie du Nord287: les Marseillais, eux, apportaient ou envoyaient à Vix et à la Heuneburg du vin, comme le montrent leurs amphores. Mais c’est dans de la vaisselle venue d’Italie que les princes celtes le buvaient.

  • 288 Situles « tessinoises »: en dernier lieu B. Bouloumié, Gallia 35, 1977, p. 23 à 26. Voir surtout, à (...)

11Ces indications, et ce serait un second problème, précisent ou limitent l’importance de la fondation d’Adria et de Spina pour ce trafic. Les Etrusques, en installant ces ports au moment où la plaine du Pô est entièrement entre leurs mains, ne créent pas un courant commercial. Ils deviennent les maîtres d’un trafic qui existait depuis la fin du VIIe siècle, et qui portait sur des objets faits dans cette région, les cistes à cordons et probablement les situles, autant que sur des objets proprement étrusques comme les oenochoés dites « rhodiennes ». D’autre part, pour tout le VIe siècle, il faudrait pouvoir distinguer clairement les voies empruntées par les divers objets. On a récemment bien mis en évidence, pour les vase d’Etrurie proprement dite, la voie terrestre du Tessin288; elle est distincte de celle de l’Adriatique, qui est celle, en particulier, des objets de Grande-Grèce. En fait, la principale modification dans la physionomie des objets parvenus en Europe barbare à la suite de la fondation d’Adria et de Spina, semble bien être qu’aux bronzes et aux ivoires s’ajoute la céramique attique: tout ce qu’on a trouvé, et dont le nombre croît régulièrement, est postérieur à 530-520. Cette date suffit à indiquer la voie d’acheminement.

  • 289 Cf. St. Boucher, Trajets terrestres du commerce étrusque aux Ve et IVe s. av. J.-C., RA 1973, p. 79 (...)
  • 290 Sur l’ambre en Méditerranée archaïque, voir en dernier lieu D.E. Strong, Catalogue of the carved am (...)
  • 291 Dans le domaine qui nous occupe, celui des vases de bronze, Popovic, ArchGreekCult, p. 79, ne cite (...)

12Le dernier problème, que je me contenterai de signaler, est celui d’un trafic éventuel en direction du Nord-Est, celui dont nous avons aperçu les traces avec les deux anses de cratère à volutes de Cilicie et de Russie du Sud (cf. p. 66 et fig. 188), comme dans la ressemblance étroite entre l’amphore-situle de Gela, de la fin du VIe siècle (fig. 121 à 123) et certains vases de Macédoine de la 2e moitié du IVe siècle. En théorie, ce pourrait être au IVe siècle que les bronziers de Macédoine auraient appris à connaître les vases de Grande-Grèce, puisqu’il semble qu’à ce moment, plutôt dans la 1e moitié du siècle, un type de « situles stamnoïdes » à bec verseur ait été diffusé depuis l’Etrurie jusqu’à la Russie méridionale, par une voie que des trouvailles jalonnent assez sûrement, par la Yougoslavie, le Nord de la Grèce et la Bulgarie289. Mais on voit mal comment un type de vase, passé de mode en Italie du Sud, aurait été alors diffusé à partir de l’Etrurie, et la solution du problème est plus vraisemblablement dans un conservatisme, ou une conservation d’objets, en Macédoine même; le cratère de Stavroupolis (cf. n. 162), de date intermédiaire, en est un indice. Car, outre les deux anses de cratères à volutes, les ambres de Chalcidique et de Macédoine, sans parler de ceux de Grèce propre qui pourraient être venus par l’Ouest, c’est-à-dire à travers l’Adriatique, indiquent un trafic du Nord, ou du Nord-Ouest, en direction de la rive Nord de l’Egée290. Si on admet l’existence de cette route, bien peu jalonnée à vrai dire291, elle pourrait, à la rigueur, être celle qu’aurait suivie en sens inverse l’hydrie de Novi Pazar à partir de Potidée (cf. ci-dessus, p. 89). Nous avons signalé aussi que, à partir des objets de parure et des armes de Trebenischte, on a pu supposer une voie Est-Ouest, menant directement de la Chalcidique ou de la Thrace à l’actuelle Macédoine yougoslave. Ce que nous avons observé sur les trafics occidentaux rend circonspect devant ces reconstitutions, qui mêlent des objets de types très divers, dans des zones où les trouvailles ne sont pas toujours assez nombreuses pour qu’il soit prudent de les relier entre elles sur une carte de répartition.

***

13Un fait, en revanche, ressort très clairement de cette étude. C’est la place originale, et fondamentale, que tient la Grande-Grèce dans ces relations et ces trafics. L’hydrie laconienne des Carpathes, l’hydrie corinthienne de Novi Pazar viennent du Péloponnèse, mais elles sont isolées; en Europe occidentale, il n’y a pas, au premier Age du Fer, un fragment de bronze qui vienne de Grèce propre. Ce sont les ateliers d’Italie du Sud, vite accompagnés puis remplacés par ceux d’Etrurie, qui fournissent aux chefs illyriens ou celtes la vaisselle de bronze qui les accompagne dans leurs tombes, et qu’ils avaient sans doute utilisée quelquefois dans leur vie. Quel était le degré d’hellénisation, ou de connaissance des coutumes grecques et étrusques, des chefs de Vix, du Wurttemberg, de Trebenischte? Il est clair en tout cas que la composition du mobilier de leurs tombes est celle des tombes italiques du IVe siècle, où figure toujours un cratère à figures rouges: c’est l’image du banquet que nous y trouvons, probablement jusque dans les « bains de pieds » si nombreux de Sala Consilina à Trebenischte.

  • 292 O.-H. Frey, Germania 44, 1966, p. 50 à 52; il note bien le caractère exceptionnel, et l’importance, (...)

14Une plaque gravée des environs d’Este292 montre une curieuse image de banquet couché, où le lit, la coupe et la cruche sont également mis en valeur: exemple exceptionnel, même aussi près de l’Etrurie qui, à cette date, vers 500, a pleinement adopté cette coutume. A Vix, et aussi bien à Trebenischte, nous sommes dans un autre monde. Les vases de bronze sont tout ce qu’on y connaissait de la Grèce, et qui devait paraître aussi étrange qu’à Hérodote les récits sur les Cassitérides ou l’origine de l’ambre balte. Nous avons noté la répartition, en Illyrie et en Grèce du Nord-Ouest, des vases et des statuettes. Les statuettes n’ont pénétré en pays barbare que fixées à des vases, et la représentation figurée anthropomorphe, malgré la statue-stèle d’Hirschlanden, et sans doute les supports de la litière de Hochdorf, est étrangère à la culture du premier Age du Fer européen. La frise et la statuette du cratère de Vix étaient-elles, dans ces conditions, davantage qu’un décor, peut-être impressionnant, mais incompréhensible? C’est l’objet, et sa masse, qui comptaient, et sa valeur symbolique. A Vix, les dimensions du cratère suffisent à exclure qu’on ait pu s’en servir; à Trebenischte, il est peu probable, même si du vin y parvenait, qu’on ait suivi l’usage grec d’y mélanger de l’eau dans le cratère: ce serait là, au moins, un degré d’hellénisation que rien ne permet de supposer.

  • 293 Cf. J-M. Dentzer, Aux origines de l’iconographie du banquet couché, RA 1971, surtout p. 240 à 258.

15Il reste que la vaisselle de bronze et le vin jouent chez ces Barbares le rôle qu’avait joué le banquet couché lors de son introduction en Grèce293. Et c’est de Grande-Grèce que, de la Bourgogne à la Scythie, parviennent ces objets, instruments et marque de prestige social, alors qu’en eux-mêmes, dans un milieu et une culture étrangers, ce ne sont guère que des accessoires exotiques.

Notes

271 Malgré le livre récent de B. Shefton, Die « Rhodischen » Bronzekannen (Marb. Studien zur Vor-u. Frühgesch., 2). Leur diffusion est totalement occidentale (1 à Camiros, 1 à Sidon, tout le reste en Italie et en Europe occidentale non grecque). Il faudrait aussi poser la question de leur date. D’après Shefton lui-même, le « type A » des oenochoés de bronze est « connu à Vulci au plus tard en 630-620 ». Or c’est la date des premières oenochoés céramiques « rhodiennes » à embouchure trilobée, qui ont, en haut du col, un filet saillant qui transcrit le filet de renforcement normal dans des vases martelés (cf. n. 42). Enfin, le montage extraordinairement complexe des anses des premières oenochoés « rhodiennes » métalliques est la marque d’une création, et non d’une imitation. C’est bien du métal à l’argile qu’il y a, d’ordinaire, imitation. L’oenochoé trouvée à Camiros est peut-être un des objets qui ont suscité les imitations.

272 B. Bouloumié, Les tumulus de Pertuis (Vaucluse) et les oenochoés « rhodiennes » hors d’Etrurie, Gallia 36, 1978, p. 219 à 241 (p. 234 à 238: répartition, et origine incontestablement étrusque).

273 Melfi: D. Adamesteanu, Candelabro di bronzo di Melfi, AttiMemSocMGrecia 6-7, 1965-1966, p. 199 à 208 (avec un candélabre « italique ») = Popoli anellenici in Basilicata, expo. Potenza, 1971, p. 104-105 (« tomba F »), et pl. 38 - Val d’Agri: D. Adamesteanu, Una tomba arcaica di Armento, AttiMemSocMGrecia 11-12, 1970-1971, p. 83 à 92, et Rolley, AttiTaranto 1980 (cette tombe d’Armento et une tombe de Chiaromonte).

274 Rolley, l.c., fig. 16 (de Siris), et n. 33 (Métaponte et Sybaris).

275 Trois exemplaires: cf. C. Albore Livadie, AttiMemSocMGrecia 18-20, 1977-1979, p. 135.

276 Cf. n. 234; en dernier lieu, B. Bouloumié, Gallia 34, 1976, p. 1 à 30.

277 Promenades historiques aux pays de la Dame de Vix, 1957.

278 La céramique grecque de Marseille, 1960, p. 152 à 161; sur Vix, p. 157.

279 Marseille grecque, 1977 (écrit avant 1974), surtout p. 20 à 24, et les notes correspondantes.

280 H. Zürn et H.-V. Herrmann, Germania 44, 1966, p. 74 à 102.

281 Cf. n. 246.

282 Il me paraît préférable de dire clairement qu’il n’est pas question de tenir compte, sur ce point précis, de l’opinion ou des conclusions d’auteurs qui, sans discussion — c’est-à-dire en ignorant totalement la bibliographie récente —, appellent « Spartiate » l’hydrie de Graechwil et le cratère de Vix: sic J. Boardman, The Greeks Overseas2, 1980, p. 222-223, et L.F. Fitzhardinge, The Spartans 1980, p. 108-109 et 111-113.

283 L’oppidum de Vix et la civilisation hallstattienne finale, 1960, p. 142 à 153; chapitre réimprimé dans Vix et ses trésors, 1979, p. 185 à 195.

284 A. Guillot, Le confluent de la Saône et du Doubs au premier Age du Fer, RevArchEst 27, 1976, p. 109 à 153: fragments de coupes attiques, d’amphores massaliotes, perles de verre (fig. 6 à 8).

285 H. Schwab, Germania 53, 1975, p. 79 à 84; voir aussi H. Reim, Germania 46, 1968, p. 274 à 285 (fragment de cratère près de Zurich).

286 Cf. n. 234.

287 Quelques objets grecs spectaculaires ne doivent pas faire illusion. Mise à part la céramique attique, les objets étrusques, ou d’Italie du Nord, sont beaucoup plus nombreux que les objets grecs. Pour la céramique attique, sa carte de répartition confirme l’argument que fournit sa chronologie, et qui me paraît décisif: elle est venue, totalement ou pour la plus grande partie, avec les vases de bronze étrusco-italiques. Il est alors au moins exagéré de parler d’un « changement radical dans la physionomie des échanges » entre la Méditerranée et la Celtique intérieure au début de La Tène (sic M. Clavel-Lévêoue, o.c., p. 31); il est franchement faux d’écrire: « aux alentours de 500... les vases de bronze sont maintenant (c’est moi qui souligne) d’origine étrusque » (Fr. Villard, o.c., p. 131).

288 Situles « tessinoises »: en dernier lieu B. Bouloumié, Gallia 35, 1977, p. 23 à 26. Voir surtout, à propos des oenochés à bec, B. Bouloumié, Les oenochoés en bronze du type « Schnabelkanne » en Italie, surtout p. 315 à 319. L’exemplaire de Vix appartient au début de la série.

289 Cf. St. Boucher, Trajets terrestres du commerce étrusque aux Ve et IVe s. av. J.-C., RA 1973, p. 79 à 98 (p. 85 à 98: les situles stamnoïdes).

290 Sur l’ambre en Méditerranée archaïque, voir en dernier lieu D.E. Strong, Catalogue of the carved amber... British Museum, à propos des nos 3 à 7, et introduction. Mais, par suite de la composition des collections du British Museum, il ne s’intéresse guère qu’aux ambres d’Italie, et la carte de répartition ne signale que les sites d’où proviennent les objets de Londres.

291 Dans le domaine qui nous occupe, celui des vases de bronze, Popovic, ArchGreekCult, p. 79, ne cite que « des représentations similaires » (aux boucs couchés du cratère FILOW 69 de Trebenischte) de Gevgelia; il s’agit en réalité d’un bouc unique, cité et reproduit par FILOW, p. 54 et fig. 54. Comme l’hydrie de Novi Pazar, le cratère dont il reste ce bouc peut aussi bien être venu par la côte adriatique que de l’Egée.

292 O.-H. Frey, Germania 44, 1966, p. 50 à 52; il note bien le caractère exceptionnel, et l’importance, de la représentation. Le dessin de la même plaque qu’il donne dans son livre Die Entstehung der Situlenkunst, n° 18, pl. 67 (repris par J. Boardman, The Greeks Overseas2, p. 227, fig. 268) dessine la coupe avec deux anses, moins claires sur le premier dessin: elles en font, plus encore, une forme étrangère, grecque, qu’on veut montrer explicitement, et dont l’association avec la cruche, qui est étrusque, correspond bien à la composition des mobiliers des tombes celtes.

293 Cf. J-M. Dentzer, Aux origines de l’iconographie du banquet couché, RA 1971, surtout p. 240 à 258.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable