Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Pithécusses à Pompéi. Histoires de fondations

 | 
Pier Giovanni Guzzo

4. Pompéi italique et sa structuration urbaine

Texte intégral

1Au cours de cette dernière conférence, nous allons examiner la formation d’une ville italique, afin d’essayer de comprendre les similitudes et les différences avec les cités grecques dont nous avons traité jusqu’à présent. La localisation de Pompéi et sa disparition du fait de l’éruption du Vésuve en 79 apr. J.-C. sont bien connues de tous, mais ici nous allons mettre en évidence certaines caractéristiques de son histoire la plus ancienne.

2Pour comprendre les origines et le développement progressif de la ville de Pompéi, il faut d’abord présenter son cadre territorial et résumer son histoire. La zone géographique et culturelle de Pompéi comprend la vallée du fleuve côtier appelé Sarno, qui en forme l’axe central (fig. 1).

1 - Pompéi et le cours du Sarno.

1 - Pompéi et le cours du Sarno.

3Le territoire de Pompéi est bordé au sud par la chaîne des monts Lattari qui descendent abruptement sur le rivage du golfe de Naples et se prolongent jusqu’au bout de la péninsule de Sorrente. Vers le nord, le littoral offre un itinéraire peu accidenté vers Herculanum et Naples, mais il est dominé par le Vésuve. L’histoire de l’homme lui doit beaucoup, en bien et en mal, pour la transformation du paysage, pas toujours advenue d’une manière univoque. À l’ouest, le golfe de Naples offre un excellent moyen de communication et d’échange, même avec des cultures et des contrées éloignées, tandis que le cours et l’embouchure du Sarno canalisent les trafics avec un arrière-pays fertile qui débouche sur la grande plaine de Campanie, protégée à l’est par les Apennins.

4L’intégration de la zone du Sarno à la Campanie se justifie à la fois pour des raisons de morphologie générale et pour des raisons maritimes, ainsi exposées par Strabon (5, 4, 3) : « Le golfe du cratère limite une plaine fertile, entourée de collines fertiles et des montagnes des Samnites et des Osques. »

5Quelles sont les populations qui vivaient dans cette région avant l’arrivée des Samnites au cours de la seconde moitié du ve siècle av. J.-C. ? Cette question est vivement débattue parmi les auteurs modernes. En effet, s’il semble exister un consensus sur le nom d’Ausones donné aux plus anciens peuples de la région, il n’est pas certain que ces Ausones soient identiques aux Opiques. Il existe aussi une tradition isolée qui rapporte la conquête de la vallée du Sarno par Œbalus, fils de Telon, d’origine teleboienne, provenant de l’île de Capri. Il aurait vaincu les Sarrastes qui étaient considérés comme les premiers habitants de Pompéi.

6La topographie comprend trois éléments principaux : la rivière, la côte du golfe de Naples, les montagnes environnantes.

7Les sources littéraires antiques nous ont transmis certaines particularités du territoire qui remontent, en suivant l’ordre chronologique, au plus haut au ier siècle av. J.-C. et au plus bas, au vie siècle apr. J.-C. Les données sur la morphologie du territoire et sur le rapport entre la ville et la rivière soulignent d’emblée, comme le fait explicitement Strabon (5, 4, 8), le rôle de la rivière comme voie de communication vers l’arrière-pays et le rôle du port en tant que lieu de transit, entre la navigation fluviale et maritime, des produits de l’arrière-pays et des importations (fig. 2).

2 - Pompéi. Mobilier du Néolithique et de l’âge du bronze.

2 - Pompéi. Mobilier du Néolithique et de l’âge du bronze.

8Le marais d’eau douce mentionné par Columelle doit être compris comme le dernier tronçon du Sarno qui, avant de se jeter dans le golfe, coulait dans des terres plus basses que le niveau moyen de son lit.

9L’existence de salines indique que la côte avait une morphologie basse. Leur origine était attribuée au héros Hercule, qui donna son nom à la ville voisine d’Herculanum et dont Pompéi aussi se prévalait, grâce à une fausse étymologie qui faisait dériver son nom de la pompè, c’est-à-dire de la procession célébrée lorsque le héros eut tué Géryon en Ibérie.

10Des montagnes environnant Pompéi, le Vésuve est de loin la plus célèbre, même si l’activité volcanique de celui-ci fut reconnue avec certitude seulement dans les sources postérieures à l’éruption désastreuse de 79 apr. J.-C. Les écrivains chronologiquement antérieurs insistent sur la salubrité du Vésuve et démontrent que la montagne était un volcan dans les temps anciens. La déduction découle de l’observation de Strabon (5, 4, 8) et de Diodore (4, 21, 5), qui constatent qu’à son sommet se trouvent des pierres présentant les signes d’une intense exposition au feu. La longue activité éruptive du volcan a favorisé à la fois la fertilité des terres environnantes – de même qu’à Catane la zone autour de l’Etna – et le dépôt de pierres ponces utiles pour des travaux de construction.

11D’autres données sur la morphologie tourmentée de certaines zones de montagne sont tirées de l’épisode de Spartacus ; la nature accidentée du terrain avait favorisé l’établissement de son camp et ensuite la fuite hardie de ses troupes.

12Les caractéristiques géomorphologiques du site de Pompéi furent favorables à la colonisation humaine dès le Néolithique, malgré le manque de sources d’eau (fig. 3). Le fait que le plateau ait été entouré par des cours d’eau permettait un approvisionnement en eau suffisant pour les besoins du groupe humain qui s’y établit à l’époque.

3 - Cours d’eau de la vallée du Sarno et localisation de Longola di Poggiomarino.

3 - Cours d’eau de la vallée du Sarno et localisation de Longola di Poggiomarino.

13De nombreux chercheurs ont établi des listes de mobilier témoignant de la fréquentation du plateau au cours des périodes de l’âge du bronze et de l’âge du fer II (fig. 4). La prise en compte de la part du hasard dans les connaissances accumulées jusqu’ici et de l’absence d’association des objets retrouvés avec des structures d’habitation conduit à souligner la discontinuité de ces occupations. Ces deux éléments en « négatif » suggèrent une hypothèse de travail : les structures d’habitation auraient été trop précaires et fragiles pour résister aux travaux de construction continuels et parfois considérables qui aboutirent au développement de Pompéi tel que nous la connaissons. La fréquentation, dispersée en plusieurs lieux comme semblent l’indiquer les emplacements des trouvailles, a peut-être été sporadique et saisonnière, tout au moins pour les périodes les plus anciennes. Il a été aussi proposé d’interpréter certains indices archéologiques comme des traces agricoles antérieures au viie siècle av. J.-C., mais nous ne connaissons pas précisément leur datation.

4 - Pompéi. Traces d’occupation de l’âge du bronze et de l’âge du fer.

4 - Pompéi. Traces d’occupation de l’âge du bronze et de l’âge du fer.

14Sachant l’essor que connaîtra Pompéi par la suite, il faut tenter d’interpréter ses débuts dans un contexte territorialement plus large afin d’obtenir un tableau plus satisfaisant. Mais l’état actuel de la recherche dans le bassin du Sarno auquel appartient notre site assure, d’un côté, la présence de mobilier contemporain de celui attesté à Pompéi et, de l’autre, l’inexistence d’un établissement permanent structuré, au moins pour l’âge du fer I.

15En revanche, on a découvert de nombreux vestiges de cabanes datés à partir de l’âge du bronze ancien dans la vallée du Sarno et, au-delà, à Nola. Non loin de Pompéi, la nécropole de S. Abbondio implique l’existence d’un établissement relativement sédentaire mais encore à localiser. D’ailleurs, ce sont surtout les nécropoles, avec des mobiliers funéraires datés à partir du ixe siècle av. J.-C. qui illustrent l’implantation des populations dans la haute vallée du Sarno, à Striano, à San Marzano et à San Valentino Torio. Ces localités sont mieux placées que le site de Pompéi, à la fois pour l’accès à l’eau et pour la disponibilité des ressources naturelles telles que la terre à cultiver, la collecte de bois et l’exploitation des forêts.

16La structuration de l’habitat et la variété des objets qui ont été jusqu’ici révélées par les fouilles au lieu-dit Longola, à Poggiomarino (fig. 3), illustrent à la fois les conditions favorables de cette région de la haute vallée du Sarno et la complexité de cette société implantée dans une dépression située à un niveau inférieur à celui de la plaine. C’est ainsi que le cours du fleuve, en divaguant, a formé de nombreux diverticules laissant entre eux des îlots de terre. Un tel environnement fut considéré comme adapté à l’établissement d’un habitat. Son emplacement, dans la plaine, contraste avec les autres habitats de la région, bien que sa chronologie n’en diffère guère.

17Dans l’état actuel des connaissances, le choix d’une implantation aussi particulière dénote une spécialisation économique des habitants, pour lesquels l’agriculture ne devait pas avoir la même importance que pour ceux des agglomérations implantées hors de la zone humide. Il en découle une composition de la société plus complexe, reflétant une organisation du travail particulière, rendue nécessaire par la nature de l’implantation de l’habitat, puis par l’entretien des systèmes d’écoulement des eaux qui s’est poursuivi durant toute la vie de l’agglomération, jusqu’à la fin du viie siècle av. J.-C. (fig. 5).

5 - Longola di Poggiomarino. Canaux et cabanes en cours de fouillle.

5 - Longola di Poggiomarino. Canaux et cabanes en cours de fouillle.

18Les diverticules naturels du cours du Sarno ont été régularisés progressivement après la première implantation. Les rives de ceux-ci ont été délimitées et renforcées par des palissades formées par des troncs d’arbres, la plupart du temps en chêne. De cette manière, la forme des îlots a été régularisée, tendant vers la forme rectangulaire. Les sols sont également formés des remblais choisis pour la nature de leurs pierres, de manière à favoriser le drainage de la surface ainsi réalisée. Les structures d’habitation sont constituées de cabanes, la plupart du temps en forme de fer à cheval, construites avec du bois et des clayonnages. Ces derniers étaient également utilisés pour mettre hors d’eau les sols autour des cabanes.

19L’entretien répété des rives des canaux et des îlots a conduit à la duplication de palissades de soutien et de délimitation, à la modification de la configuration des canaux et de la surface des îlots, qui ont été rehaussés périodiquement, comme il a été dit. Les cabanes devaient donc être reconstruites en même temps. Leur plan montre des clôtures délimitant la parcelle associée à chaque habitation, dans laquelle on devait élever des animaux et, peut-être, cultiver de petits potagers.

20L’entretien des berges des canaux et le rehaussement progressif des sols indiquent que la situation géo-hydrologique du site n’était pas stable : en réalité, il y a des preuves d’affaissement des sols. Par conséquent, on peut déduire que cet établissement, qui a duré près de huit siècles sans solution de continuité, du moins au stade actuel des connaissances, avait une importance stratégique.

21L’enfouissement du site recouvert par des limons a créé un environnement anaérobie dans lequel les matières organiques sont conservées dans un état très satisfaisant, autorisant des recherches dendrochronologiques (fig. 6). C’est grâce à elles que l’on peut reconstituer le paysage forestier de la zone et que l’on peut fixer la chronologie absolue de l’usage de ces bois entre le xe et le milieu du viiie siècle av. J.-C. La séquence dendrochronologique de Longola, calée sur la courbe de référence des chênes du Sud-Est de la France, est aujourd’hui la première qu’on puisse utiliser en Italie méridionale.

6 - Longola di Poggiomarino. Paroi clayonnée.

6 - Longola di Poggiomarino. Paroi clayonnée.

22Sur ce site de Longola, plusieurs activités productives sont attestées : travail de l’ambre, de l’os, du bois, de la pâte de verre, comme le montrent les déchets de fabrication. On a également retrouvé des moules pour verser du métal en fusion, qui témoignent du travail des métallurgistes.

23Malgré l’état préliminaire de la recherche, les connaissances désormais acquises permettent de reconstituer, dans ses grandes lignes, le paysage à l’intérieur du village, conditionné et caractérisé par la morphologie lagunaire, ou plutôt périlacustre. Sur les îlots, autour des cabanes, prenaient place les activités artisanales au milieu de l’élevage et de la culture de jardins potagers. Les déplacements internes et externes se faisaient en barque : deux pirogues monoxyles ont été trouvées. Mesurant au moins 7 m de long, elles gisaient au confluent de deux canaux plus larges que les autres. Ce secteur servait de quai, à en juger par la présence de poteaux en bois de grande taille dont le sommet était destiné à l’amarrage des barques.

24La quantité de pieux tirés de grumes de chêne découverts à Longola de Poggiomarino implique une exploitation des forêts qui devaient couvrir les parties basses du versant occidental des Apennins. La continuité de l’approvisionnement en troncs peut être déduite en outre de la régularité des chemins entre l’habitat et les zones d’exploitation forestière.

25Il est certain que les relations commerciales devenues courantes avec les Grecs installés à Pithécusses ont provoqué un essor des productions au cours du viie siècle à Poggiomarino. Nous y trouvons, par exemple, des preuves archéologiques de la culture de la vigne et de la production de vin, qui est beaucoup plus significative que les nombreuses importations de céramiques. Culture de la vigne et production de vin sont attestées par la préservation d’une quantité importante de pépins et de deux instruments en bois circulaires, qui peuvent être soit des roues d’un chariot, soit des éléments d’un pressoir à vin (fig. 7).

7 - Longola di Poggiomarino. Objets en bois.

7 - Longola di Poggiomarino. Objets en bois.

26Pour le site de Pompéi, nous n’avons aucun indice archéologique permettant d’identifier une « ville » au viie siècle av. J.-C. En effet, l’identification des vestiges d’une cabane sous la maison localisée en VIII 4, 42-43 n’est pas suffisante pour cela. Au cours des deux générations au moins durant lesquelles cette cabane a été occupée, et donc à partir du début du vie siècle, on entreprit la construction d’un rempart, du temple « dorique » et du sanctuaire d’Apollon. La muraille, construite en blocs de lave tendre localement appelée pappamonte, peut être suivie ou restituée sur environ 3 kilomètres, clôturant une superficie de 66 hectares (fig. 8).

8 - Pompéi. L’enceinte en pappamonte. À l’arrière-plan, l’enceinte samnite du ive s.

8 - Pompéi. L’enceinte en pappamonte. À l’arrière-plan, l’enceinte samnite du ive s.

27Malgré l’absence de vestiges d’habitations contemporaines en dehors des deux aires sacrées du temple dorique et du temple d’Apollon, on ne peut douter qu’il s’agisse alors d’une « ville » dans la mesure où les fonctions matériellement attestées telles que la défense et le culte exigent une organisation sociale permanente. En outre, même dans les agglomérations telles que les fondations grecques d’Italie du Sud et de Sicile, qui sont définitivement considérées comme des villes, les vestiges archéologiques de maisons datant de la première génération des fondateurs sont rares, comme nous l’avons souligné dans les conférences précédentes.

28Pour autant que nous sachions jusqu’à présent, il n’existe à Pompéi aucune documentation archéologique du viie siècle av. J.-C. qui précède immédiatement les trois réalisations notables que je viens de citer et qui peuvent être utilisées comme preuves de l’existence d’une ville fonctionnant au cours de ce siècle. Il semble au contraire plus conforme à ce que l’on connaît de considérer la construction des remparts et des deux temples comme une preuve de la volonté politique d’établir une ville qui domine l’embouchure du Sarno dans le golfe de Naples.

29Depuis le début du vie siècle av. J.-C., on assistait à une augmentation de la population dans les zones entourant Pompéi, à en juger par les nécropoles jusqu’à présent connues, de Stabiae à Sorrente, en passant par Vico Equense et Massa Lubrense. Les nécropoles de la haute vallée du Sarno, en revanche, ne livrent que peu de tombes par rapport aux phases précédentes et le village de Poggiomarino est alors presque complètement abandonné. Il vient immédiatement à l’esprit que ces deux phénomènes sont liés par une relation de cause à effet.

30L’état des connaissances autorise à proposer que les bâtiments les plus anciens de Pompéi ont été édifiés par les groupes sociaux qui jusqu’alors peuplaient la vallée du Sarno et qui se sont déplacés près de la côte. Les constructions que nous voyons sur le nouveau site sont donc totalement dues aux potentialités des peuples indigènes (les Sarrastes ?) certainement stimulés par le savoir-faire des Grecs, comme cela a été dit, et par celui des Étrusques implantés à Capoue.

31Cet aspect mérite une mention spécifique à cause de l’accent que Strabon y met (5, 4, 8) à propos de l’histoire politique de Pompéi. Selon le géographe, Pompéi aurait été d’abord sous domination des Osques, puis sous celles des Étrusques et des Pélasges jusqu’à l’arrivée des Samnites. Cette succession de dominations est explicitement parallèle à celle d’Herculanum qui est bien plus proche de Parthénope, fondation cumaine. Mais le schéma de Strabon est générique et presque parallèle à celui qu’il présente pour l’ensemble de la Campanie (en 5, 4, 3). Il semble en découler que, dans cette région, la présence grecque est réduite à des poleis isolées, individuellement nommées par le géographe. Ce dernier suggère que les Cumains ont cédé la place aux Étrusques pour le contrôle de la Campanie entendue ici comme limitée à la plaine située au nord du Vésuve.

32Mais Strabon sait bien que Marcina – 120 stades au sud-est de Pompéi, entre Vietri sul Mare et Salerne – est une fondation étrusque (5, 4, 13, fin ; cf. PLIN., N.H. 3, 70, qui étend la présence étrusque à l’ensemble de l’ager Picentinus, en parallèle avec la documentation archéologique). Cette dernière est, en effet, qualifiée de ktίσμa des Étrusques, lesquels εἶcoν seulement Herculanum et Pompéi, ce qui sous-entend logiquement que ces deux « villes » sont tombées sous domination étrusque après avoir été déjà constituées. En l’absence de documentation archéologique pertinente, ce qui prolonge le silence ou l’ambiguïté des sources littéraires antiques, il convient de suspendre notre jugement quant à la présence étrusque aux origines d’Herculanum et de Pompéi avec les formes matérielles qui leur sont propres : s’agissait-il d’une domination politique avec une volonté précise de fondation ? ou bien, comme cela semble plus probable, le résultat plus ouvert d’actions commerciales et d’influences culturelles ?

  • 1 M. Fulford, A. Wallace-Hadrill, Towards a history of Pre-Roman Pompeii: Excavations beneath the hou (...)

33Le toponyme de Pompéi semble remonter à une racine italique qui signifie « cinq », comme les doigts d’une main, faisant ainsi allusion à un synœcisme réalisé par des groupes indigènes jusqu’alors séparés. Ces derniers semblent continuer à maintenir des localisations topographiques différentes à l’intérieur des fortifications : c’est ce que semble indiquer la répartition des trouvailles datant du vie siècle av. J.-C., que ce soit des objets mobiliers ou des fondations en blocs de pappamonte (fig. 9-10) dont certains furent par la suite réutilisés, comme en témoigne la spoliation des blocs initialement situés sous la maison d’Amarantus (I 9, 11-12)1 et d’autres sites, comme par exemple les maisons de l’îlot I 5 fouillé par le Centre Jean Bérard sous la direction de Jean-Pierre Brun.

9 - Pompéi. Structures en pappamonte (points rouges) et mobilier de l’époque archaïque (points bleus).

9 - Pompéi. Structures en pappamonte (points rouges) et mobilier de l’époque archaïque (points bleus).

10 - Pompéi. Structures en pappamonte sous la casa dei Gladiatori.

10 - Pompéi. Structures en pappamonte sous la casa dei Gladiatori.
  • 2 L’élément que constitue la stratigraphie verticale semble sous-évalué, une fois de plus, dans l’étu (...)

34Mais il faut probablement attribuer à l’influence étrusque l’implantation des deux axes orthogonaux au croisement desquels se trouve la place rectangulaire du forum (fig. 11), qui est limitée à l’ouest par l’enceinte du temple d’Apollon et qui demeura toujours libre de construction. Ces axes orthogonaux serviront de base pour la mise en place ultérieure du plan urbain du secteur ouest de Pompéi. L’axe est-ouest commence à l’ouest à la Porta Marina et se poursuit vers la via dell’Abbondanza. Perpendiculaire à cette direction, l’axe nord-sud débute dans la via delle Scuole au sud, continue sous le côté oriental du forum, puis suit la via del Foro et la via di Mercurio. On n’est pas en mesure, faute d’indices archéologiques, de compléter cette trame originelle par le tissu urbain qui formait la « ville ». Les fondations en pappamonte des constructions ne sont pas alignées, sinon de manière très approximative, avec les axes orthogonaux que nous venons de décrire. De plus, elles sont toujours placées à des niveaux différents par rapport à ces voies, même dans le secteur ouest de la ville2. On doit donc admettre que ces axes orthogonaux ne furent pas étendus, en tant que trame urbaine, au-delà du secteur ouest, c’est-à-dire celui du forum.

11 - Pompéi. Vue aérienne du forum et de la Altstadt.

11 - Pompéi. Vue aérienne du forum et de la Altstadt.

35Le temple d’Apollon est à relier à l’influence étrusque. Il est orienté vers le sud, décoré de terres cuites d’inspiration capouane (mais qui elles-mêmes sont inspirées par des modèles cumains plus anciens) et il a livré des dédicaces en langue étrusque sur des fragments de bucchero nero.

36En revanche, le temple « dorique », orienté vers l’est, appartient à la grande famille de l’architecture de la Grande-Grèce, en particulier celle mise en œuvre par les Achéens à Poseidonia (fig. 12). De la même façon, les terres cuites architecturales semblent être produites à Pithécusses, et peut-être même directement importées de l’île.

12 - Pompéi. Temple dorique : plan, sima et reconstitution du fronton.

12 - Pompéi. Temple dorique : plan, sima et reconstitution du fronton.

37La construction hypogée située sous les thermes de Stabies a fait couler beaucoup d’encre, mais devant le manque absolu de données archéologiques fiables et l’absence d’élément de comparaison avec des structures similaires dans la région, il est préférable de suspendre tout jugement à ce sujet. Sur ce point aussi, il faudra approfondir des recherches spécifiques visant à clarifier cette question qui demeure en suspens, que ce soit pour en fixer la chronologie ou pour identifier sa fonction originelle. Cette fonction est peut-être à relier à la présence d’une porte d’un rempart plus récent que celui en pappamonte et, dans ce cas, il faudrait y voir un lieu de culte souterrain analogue à celui qui, à Cerveteri, était utilisé par la garnison de la porte.

38À en juger par ce qui a été mentionné, la première Pompéi semble avoir été une ville de population et de nom indigènes (les Sarrastes ?), ouverte aux influences culturelles étrusques et pas du tout fermée à celle des Grecs, jusqu’à la fin du vie siècle av. J.-C.

39Il n’est pas facile de définir, en fait, quelle a été l’influence culturelle majeure dans la zone sacrée identifiée sous la casa della Colonna Tuscanica (VI 5, 17-18), dans laquelle on doit reconnaître un fagutal. Ce sanctuaire est actif pendant une partie du ve siècle, quoiqu’en déclin progressif. Les « bois » sacrés sont connus dans les trois cultures, indigène/italique, étrusque et grecque, auxquelles les savants modernes ont respectivement proposé d’attribuer la naissance de Pompéi.

40La découverte de graffiti en langue étrusque sur des fragments de bucchero nero déposés dans le sanctuaire d’Apollon assure la présence à Pompéi de personnes (résidentes ou de passage) appartenant à cette culture. Même si ces individus étaient sédentaires, ces textes n’aident pas à définir quelle était leur fonction politique dans cette ville fondée depuis peu de temps. D’autre part, la présence d’individus de cultures différentes est une caractéristique distinctive des établissements côtiers situés à la tête des routes commerciales les plus fréquentées menant à l’arrière-pays, comme c’était certainement le cas pour Pompéi (conclusion à laquelle nous aboutirions même si nous étions privés du témoignage éclairant de Strabon sur ce point). Rappelons que sa position à l’embouchure du Sarno, permettant de contrôler le transfert des marchandises des barques fluviales dans des bateaux hauturiers et vice-versa, explique le choix fait d’établir la ville de Pompéi sur cette hauteur déjà fréquentée antérieurement de façon sporadique.

41En réalité, nous ne disposons pas d’une documentation archéologique suffisante, en l’absence de référence littéraire explicite (mais l’indication de Strabon semble aller dans ce sens), pour définir la Pompéi du vie siècle avant J.-C. comme un comptoir commercial. Mais, encore une fois, le choix de l’emplacement, avec le cours du Sarno certainement plus proche de la hauteur fortifiée qu’il ne l’est depuis l’éruption du Vésuve de 79 apr. J.-C. (fig. 1), et la situation excentrée du temple dorique par rapport au forum sont des indices convergents pour reconnaître une telle fonction comme motivation de la fondation, au-delà du contrôle plus général de ce secteur crucial que représentait le débouché du Sarno dans le golfe. Et l’attribution de cette décision « politique » pour Pompéi à la population indigène s’inscrit également dans les caractéristiques des comptoirs, des emporia, en tant que zones franches instituées par les cercles dominants des populations habitant dans les environs, ouvertes à la présence plus ou moins permanente d’étrangers et à des influences culturelles vastes et diverses, et placées sous la protection d’une divinité universellement reconnue comme garante. Cette hypothèse est rendue vraisemblable par la comparaison avec de nombreux cas analogues, d’Al Mina et Naukratis dans le bassin oriental de la Méditerranée à Lattara, près de Montpellier, dans le bassin occidental.

42Qu’il faille reconnaître comme emporion ou non la ville de Pompéi au début de sa formation, il n’en demeure pas moins son rôle comme débouché d’une voie de transhumance vers la mer. L’existence de cette route en provenance de l’intérieur de l’Apennin est notamment indiquée par les découvertes de poterie daunienne dans les tombes de la vallée du Sarno. Par ailleurs, les salines, placées sous la protection d’Hercule, fournissaient le sel, élément favorable, et même nécessaire, à la transformation des produits laitiers et à la conservation de la viande, et donc préliminaire indispensable à tout commerce lointain de ces denrées.

43Un autre argument qui s’oppose à l’hypothèse d’une domination politique étrusque est le déclin de Pompéi au cours du ve siècle av. J.-C. On le fait généralement remonter à la double défaite subie par les Étrusques, d’abord sur terre en 524 av. J.-C., puis dans les eaux de Cumes en 474 av. J.-C. Mais il faut rappeler que les Cumains, les habitants de Parthénope et leurs alliés de Syracuse n’ont pas, à en juger par les sources littéraires et les découvertes archéologiques disponibles aujourd’hui, exploité pleinement ces victoires en étendant leur domination sur la côte ou dans l’arrière-pays du golfe de Naples, mis à part le cap Ateneo. Les vainqueurs ont préféré se tourner vers l’exploitation de la plaine située au nord du Vésuve, après avoir finalement vaincu les Étrusques qui, jusqu’alors, la contrôlaient depuis Capoue. Par conséquent, la vallée du Sarno et, avec elle, Pompéi semblent être passées au second plan, provoquant un ralentissement économique, peut-être renforcé par des catastrophes naturelles répétées qui frappèrent les indigènes.

  • 3 Sur les thermes de Stabies, voir H. Eschebach, L. Eschebach, Pompeji vom 7. Jahrhundert v. Chr. bis (...)

44Nous ne savons pas si cette région a été affectée avant Capoue par la progressive avancée samnite. Mais les recherches récentes menées dans les thermes de Stabies et dans l’insula des Postumii (VIII 4) permettent une hypothèse de travail à ce sujet, sans qu’on soit en mesure de préciser la chronologie absolue, et autorisent aussi une réflexion sur ce qu’on appelle la « Altstadt »3. On nomme ainsi le secteur central de Pompéi correspondant à la région VII et à une partie de la région VIII, caractérisé par des rues est-ouest qui s’embranchent, avec des orientations inférieures à 90°, sur l’axe originel nord-sud formé par le côté est du forum et ses prolongements (fig. 11). Cette zone a été généralement considérée jusqu’à présent comme la partie la plus ancienne de la ville. Mais de récentes recherches géophysiques suggèrent l’existence, entre les thermes de Stabies et l’insula des Postumii (VIII 4), d’un tronçon de rempart du ve siècle av. J.-C. qui paraît doté d’une porte au niveau de l’axe viaire suivi par la via dell’Abbondanza (fig. 13). Ces vestiges, interprétés comme faisant partie d’un agger, doivent être reliés à ceux décrits anciennement au nord du temple de Jupiter et à d’autres signalés à la hauteur du temple de Vénus, où l’on a reconnu une porte. On peut ainsi reconstruire le circuit des défenses bordant la zone de la « Altstadt ». La présence d’une double enceinte, avec des tracés concentriques, n’est pas étonnante dans une agglomération italique. En revanche, l’organisation du réseau des rues en arêtes de poisson n’est pas connue ailleurs, en l’état actuel des connaissances. Une telle organisation doit probablement être interprétée comme motivée par la volonté de faciliter l’écoulement des eaux pluviales : en effet, les axes sont disposés selon la ligne de pente maximale.

13 - Pompéi. Reconstruction hypothétique de la fortification de la Altstadt (en grisé).

13 - Pompéi. Reconstruction hypothétique de la fortification de la Altstadt (en grisé).

45Bien qu’aucun des arguments évoqués n’en constitue une preuve décisive, tous les indices convergent pour indiquer un rétrécissement de la ville. Ce déclin est également prouvé par l’absence presque complète d’ex-voto de cette période, aussi bien dans le temple d’Apollon que dans le temple dorique, et par l’extrême rareté du matériel du ve siècle av. J.-C. dans les autres zones situées à l’intérieur de la grande enceinte. Toutefois les habitants de Pompéi ont tenté en vain de s’opposer, grâce à cette enceinte réduite, à la conquête par les Samnites de toute la vallée du Sarno, conquête qui fut pleinement achevée à la fin du ve siècle comme celle de Capoue et de Cumes.

46La nouvelle présence samnite provoqua une évolution dans la société indigène de Pompéi, dont on a des indices à différentes étapes jusqu’à la fin du ive siècle av. J.-C. Il y a eu d’abord un renforcement des remparts originels, comme on peut le déduire de Tite-Live 9, 38, suivi de la restauration du temple dorique ainsi que de la construction de la première rangée de tabernae fixes sur le côté est de la place du forum et, enfin, une extension des constructions en dehors des limites de la « Altstadt », comme par exemple l’édifice mis au jour sous la maison plus tardive des Forme di Creta (VII 4, 62). Ce bâtiment se caractérise par la présence de plusieurs salles à banquets (au mininum deux), qui peuvent être comparées à celle mise au jour sous la tannerie de l’îlot I 5 (fig. 14). Son orientation est-ouest ne correspond pas à celui de la via della Fortuna, alors que dans le sens nord-sud il est aligné sur l’axe originel constitué par le côté est du forum et son prolongement sous la via del Foro.

14 - Pompéi. Salles à banquets découvertes sous la casa delle Forme di Creta, VII 4, 62 (à gauche) et sous la tannerie de l’îlot I 5 (à droite).

14 - Pompéi. Salles à banquets découvertes sous la casa delle Forme di Creta, VII 4, 62 (à gauche) et sous la tannerie de l’îlot I 5 (à droite).

47Cela suggère que, lors de la construction de ce bâtiment à la fin du ive ou au début du iiie siècle av. J.-C., la viabilité est-ouest à l’intérieur de la ville suivait des tracés actuellement oblitérés et par la suite remplacés par un réseau routier différent, celui qui est resté en usage jusqu’à 79 apr. J.-C.

48L’axe fondateur du nouveau réseau viaire de Pompéi doit être identifié avec le tracé nord-sud qui joint la Porta Stabia au sud à la Porta Vesuvio au nord. Son parcours est divisé en trois tronçons à peu près égaux par les croisements, non orthogonaux, avec deux voies orientées est-ouest, la via della Fortuna/via di Nola au nord et la via dell’Abbondanza au sud.

49La non-orthogonalité de ces croisements, l’existence plus ancienne du quartier de la « Altstadt » et du tracé de la via Consularis, la nécessité d’effectuer des terrassements afin d’asseoir des constructions en dépit de la pente irrégulière des terrains situés dans la zone centrale, à l’est de la via di Stabia, sont autant de paramètres qui ont conditionné la forme des « quartiers » et des îlots d’habitation, depuis leur extension interne respective jusqu’à leur implantation en fonction de réseaux de rues différents les uns des autres.

50Malgré ces différences planimétriques, il semble que la conception et la mise en place de ce plan d’urbanisme – mais, bien sûr, pas la réalisation complète des constructions – ont eu lieu en une seule étape, au début du iiie siècle av. J.-C. Il suffit, par exemple, d’observer la parfaite symétrie des mesures entre les îlots orientaux de la région VI et les îlots occidentaux de la région V pour déduire que la création de l’axe nord-sud a été suivie par celle des îlots qui le flanquaient et lui donnaient une véritable apparence urbaine. Les îlots de la région VI sont tout aussi réguliers, à l’exception de ceux de l’extrême est, en raison de l’orientation différente de l’axe de la Porta Vesuvio. Cela indique que ce secteur a été planifié dans le cadre d’un projet urbain unique couvrant toute la ville incluse à l’intérieur du mur d’enceinte qui venait d’être renforcé et rénové.

51Le noyau de la « Altstadt » a été étendu au-delà de ses limites originelles que l’on pense avoir été marquées par une fortification. Son insertion dans le nouveau réseau de voies rectilignes, mais non orthogonales, a abouti à la conservation de son tissu urbain, bien visible au nord de la via dell’Abbondanza grâce à la survivance de certaines rues sinueuses qui sillonnent le quartier.

52Le rehaussement du niveau de circulation réalisé, comme je l’ai dit, au début du iiie siècle a, pour ainsi dire, « refondé » la ville par rapport à la précédente de la période archaïque, tout comme l’a refondée la mise en place d’un nouveau réseau de rues suivant le précédent seulement dans quelques secteurs comme la séparation oblique symptomatique entre les îlots 3 et 4 de la région VI. Ces deux opérations, mais évidemment pas la construction de toutes les maisons, doivent être attribuées à une planification urbaine réalisée par les Samnites, qui dominaient alors sans partage toute la vallée du Sarno grâce aux structures politiques de la ligue de Nocera. Les spécialistes définiront si les Samnites ont inventé eux-mêmes ce modèle urbain ou bien s’il est dû à des influences culturelles étrangères.

53Les rares mais intéressants vestiges d’habitations datables des ive-iiie siècles av. J.-C. dégagés ces dernières années, dont l’édifice déjà mentionné sous la casa delle Forme di Creta (VII 4, 62), sont par conséquent attribuables à la culture samnite. Le plan de l’« edificio A » gisant sous la casa delle Nozze di Ercole, tel qu’il a été restitué par les fouilleurs et auteurs de la publication, semble être composé de deux parties (fig. 15). Au sud, un ensemble de forme rectangulaire avec un grand axe est-ouest, s’ouvre vers le nord, dans un espace ouvert rectangulaire, mais plus grand, avec cependant l’angle nord-ouest recoupé. Même si la rareté des vestiges matériels méticuleusement enregistrées par les archéologues justifie le conditionnel, une telle composition planimétrique, si elle correspond à la réalité antique, trouve des correspondances dans la planimétrie similaire de bâtiments archaïques des contextes coloniaux grecs ou indigènes de la Sicile. En fait, l’étude du bâtiment situé sous la casa delle Nozze di Ercole a proposé de restituer un « porche en bois » au nord, analogue à celui qui divise les fonctions des bâtiments en Sicile. Le chronologie proposée pour la construction de l’édifice pompéien est plus récente que la date attribuée aux bâtiments analogues de Sicile. La comparaison, par exemple, avec des bâtiments similaires de l’établissement lucanien de Roccagloriosa permet de supposer la permanence à travers le temps d’une tradition italique de plans, de constructions et de fonctions du fait de la persistance de traits sociaux et économiques propres à cette culture.

15 - Pompéi, casa delle Nozze di Ercole. Plan des édifices A et B.

15 - Pompéi, casa delle Nozze di Ercole. Plan des édifices A et B.

54Il est clair, par ailleurs, que nous ne sommes pas devant un « prototype » des maisons à atrium mais plutôt devant une application simplifiée du plan à pastas dérivé du modèle grec au sens large. Il en est probablement de même pour le bâtiment trouvé sous la casa delle Forme di Creta (VII 4, 62), où les salles à banquet sont précédées d’un portique ou pastas.

55C’est seulement à partir du milieu du iie siècle av. J.-C. que changent les paramètres socio-économiques qui conditionnaient la persistance des plans. Ce changement donna lieu à l’apparition d’un autre modèle de composition planimétrique de la maison plus complexe, celui des maisons à atrium.

56Il n’est pas douteux que la mise en fonction progressive du réseau unitaire des rues, étendu à tout l’intérieur de l’enceinte fortifiée, a favorisé la construction tout aussi progressive des habitations dont l’accumulation a fini par créer le cadre urbain utilisé jusqu’en 79 apr. J.-C. Les ressources financières nécessitées par ces travaux devaient provenir, d’une part, de l’exploitation des terres agricoles entourant la ville, de l’autre, de l’activité commerciale que les Samnites de Pompéi, à l’instar des Italiques en général, ont été en mesure de développer en suivant l’expansion de l’influence politique romaine sur la Méditerranée, surtout après la victoire sur Carthage à la fin de la guerre contre Hannibal.

  • 4 A. Martelli, Per una nuova lettura dell’iscrizione Vetter 61 nel contesto del santuario di Apollo a (...)

57Sur une base du portique sud du temple d’Apollon, une inscription rédigée en osque portant la mention du consul Lucius Mummius, vainqueur de Corinthe en 143 av. J.-C., témoigne de la fidélité des Pompéiens aux entreprises de conquête menées par la République romaine (fig. 16). Il faut imaginer que sur cette base était placée une statue que le consul Mummius avait donnée aux Pompéiens en la prenant sur le butin du pillage de la riche ville de Corinthe4.

16 - Pompéi. Inscription osque mentionnant le consul Lucius Mummius.

16 - Pompéi. Inscription osque mentionnant le consul Lucius Mummius.

58Par la suite, la monumentalisation de la place du forum, avec la construction de la basilique, du temple nord et du portique, est terminée au cours de la période samnite de Pompéi. Cette planification urbaine se lit encore clairement aujourd’hui, sous les modifications partielles et les ajouts, de l’amphithéâtre à la grande palestre, qui sont des apports postérieurs à la conquête de Sylla en 89 av. J.-C. et durant la période augustéenne, jusqu’à l’éruption du Vésuve.

59Nous disposons ainsi d’un tableau d’une cité italique plus étoffé que tout autre cas, de sa naissance à sa fin. Les différences avec les cités grecques d’Italie méridionale sautent aux yeux. La conformation initiale de Pompéi est la conséquence d’influences culturelles variées, alors que le plan urbanistique des fondations grecques en Italie et en Sicile est bien plus rigoureux.

60Les extensions ultérieures de Pompéi reflètent des changements de domination politique découlant de la conquête samnite, alors que, dans les cités grecques, la croissance se fait toujours à l’intérieur du plan d’urbanisme initial.

61En revanche, toutes les cités sont confrontées aux mêmes exigences de défense, d’organisation du commerce, de création de lieux de sépulture pour les défunts et de lieux de culte pour les divinités, mais, là aussi, la forme même des édifices manifeste, évidemment, la diversité des cultures.

62Nous achevons ainsi notre voyage, bien sûr trop bref et partiel, en Italie méridionale, entre les Grecs et les Italiques. Vous en apprendrez bien plus en visitant personnellement les sites que j’ai mentionnés, et bien d’autres encore qui possèdent des monuments antiques, et en vous laissant pénétrer du sens de l’histoire tout en gardant votre esprit critique.

Bibliographie

E. Lepore, Il quadro storico, in F. Zevi (dir.), Pompei 79, Naples, 1979, p. 13-23.

F. Zevi, Urbanistica di Pompei, in La regione sotterrata dal Vesuvio. Studi e prospettive. Atti del convegno (Napoli 1979), Naples, 1982, p. 353-365.

M. Bonghi Jovino, Ricerche a Pompei. L’insula 5 della regio VI dalle origini al 79 d.C., 1. Campagne di scavo 1976-1979, Rome, 1984.

S. De Caro, Nuove indagini sulle fortificazioni di Pompei, AION, 7, 1985, p. 75-114.

P. Arthur, Problems of the urbanization of Pompeii: excavations 1980-1981, AntJ, 66, 1, 1986, p. 29-44.

S. De Caro, Saggi nell’area del tempio di Apollo a Pompei. Scavi stratigrafici di A. Maiuri nel 1931-32 e 1942-43, Naples, 1986.

C. Chiaromonte Trerè, Nuovi contributi sulle fortificazioni pompeiane, Milan, 1986.

A. D’Ambrosio, S. De Caro, Un contributo all’architettura e all’urbanistica di Pompei in età ellenistica. I saggi nella casa VII, 4, 62, AION, 11, 1989, p. 173-215.

M. Cristofani, La fase ‘etrusca’ di Pompei, in F. Zevi (dir.), Pompei 1, Naples, 1991, p. 9-22.

S. De Caro, Lo sviluppo urbanistico di Pompei, AttiMemMagnaGr, s. 3a, 1, 1992, p. 67-90.

L. Cerchiai, I Campani, Milan, 1995.

S. E. Bon, R. Jones (dir.), Sequence and space in Pompeii, Oxford, 1997.

C. Rescigno, Tetti campani. Età arcaica. Cuma, Pitecusa e gli altri contesti, Rome, 1998.

M. Fulford, A. Wallace-Hadrill, Towards a history of pre-roman Pompeii: excavations beneath the House of Amarantus (I, 9, 11-12), 1995-98, ABSR, 67, 1999, p. 37-144.

P. G. Guzzo, Alla ricerca della Pompei sannitica, in Studi sull’Italia dei Sanniti, Milan-Rome, 2000, p. 107-115.

J. A. K. E. De Waele (dir.), Il tempio dorico del Foro Triangolare di Pompei, Pompéi-Rome, 2001.

J.-A. Dickmann, F. Pirson, Die Casa dei Postumii in Pompeji und ihre Insula. Fünfter Vorbericht, RM, 109, 2002, p. 243-316.

P. G. Guzzo, Un’antica polemica nella ricerca protostorica sulla valle del Sarno, PP, 58, 2003, p. 139-168.

P. G. Guzzo, Pompei. Storia e paesaggi della città antica, Milan, 2007.

D. Esposito, Un contributo allo studio di Pompei arcaica. I saggi nella Regio V, Ins. 5 (casa dei Gladiatori), in P. G. Guzzo, M. P. Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana (scavi 2003-2006). Atti del convegno internazionale (Roma 2007), Pompéi-Rome, 2008, p. 71-80.

S. J. R. Ellis (dir.), The making of Pompeii. Studies in the history and urban development of an ancient town, Portsmouth, 2011.

C. Cicirelli, C. Albore Livadie (dir.), L’abitato protostorico di Poggiomarino, località Longola. Campagne di scavo 2000-2004, 2 vol., Pompéi-Rome, 2012.

Annexes

Sources des illustrations

Fig. 1 - E. Curti, Il tempio di Venere Fisica e il porto di Pompei, in P. G. Guzzo, M. P. Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana (scavi 2003-2006). Atti del convegno internazionale (Roma 2007), Rome, 2008, p. 48, fig. 2.

Fig. 2 - A. Varone, Per la storia recente, antica e antichissima del sito di Pompei, in P. G. Guzzo, M. P. Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana, op. cit., p. 357, fig. 10.

Fig. 3 - M. Robinson, La stratigrafia nello studio dell’archeologia preistorica e protostorica a Pompei, in P. G. Guzzo, M. P. Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana, op. cit., p. 126, fig. 1.

Fig. 4 - F. Seiler, Rekonstruktion der antiken Kulturlandschaften des Sarno-Beckens, in P. G. Guzzo, M. P. Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana, op. cit., p. 496.

Fig. 5-7 - Photographies Claude Albore-Livadie.

Fig. 8 - D. Esposito, Un contributo allo studio di Pompei arcaica. I saggi nelle Regio V, Ins. 5 (Casa dei Gladiatori), in P. G. Guzzo, M. P. Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana, op. cit., p. 78, fig. 10.

Fig. 9 - D. Esposito, Un contributo allo studio di Pompei arcaica, art. cit., p. 75, fig. 8.

Fig. 10 - D. Esposito, Un contributo allo studio di Pompei arcaica, art. cit., p. 74, fig. 7.

Fig. 11 - Google Earth, © Digitalglobe.

Fig. 12 - J. A. K. E de Waele (dir.), Il tempio dorico del Foro triangolare di Pompei, Rome, 2001, p. 92, fig. 81, p. 134, fig. 19, p. 199, fig. 227.

Fig. 13 - J.-A. Dickmann, F. Pirson, Il progetto ‘Casa dei Postumii’: un complesso architettonico a Pompei come esemplificazione della storia dell’insediamento, del suo sviluppo e delle sue concezioni urbanistiche, in P. G. Guzzo, M. P. Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche a Pompei ed Ercolano, Naples, 2005, p. 158, fig. 1.

Fig. 14 - A. D’Ambrosio, S. De Caro, Un contributo all’architettura e all’urbanistica di Pompei in età ellenistica. I saggi nella casa VII, 4, 62, AION, 11, 1989, p. 173- 215, fig. 36 ; J.-P. Brun, Uno stile zero? Andron e decorazione pittorica anteriore al primo stile nell’insula I 5 di Pompei, in P. G. Guzzo, M. P. Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana, op. cit., p. 64, fig. 6.

Fig. 15 - M. T. D’Alessio, La casa delle nozze di Ercole (VII, 9, 47): storia di un isolato alla luce dei nuovi dati ceramici, in P. G. Guzzo, M. P. Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana, op. cit., p. 278, fig. 6 et fig. 9.

Fig. 16 - M. Crawford (dir.), Imagines Italicae, II, p. 265.

Notes

1 M. Fulford, A. Wallace-Hadrill, Towards a history of Pre-Roman Pompeii: Excavations beneath the house of Amarantus (I.9.11-12), 1995-8, PBSR, 67, 1999, p. 37-144, part. p. 48, fig. 5.

2 L’élément que constitue la stratigraphie verticale semble sous-évalué, une fois de plus, dans l’étude récente de A. Wallace-Hadrill, Planning the Roman city: Grids and divergences at Pompeii and Faleri Novi, in H. Eckardt, S. Rippon (dir.), Living and working in the Roman world. Essays in honour of Michael Fulford on his 65th birthday, Portsmouth, 2013, p. 75-93.

3 Sur les thermes de Stabies, voir H. Eschebach, L. Eschebach, Pompeji vom 7. Jahrhundert v. Chr. bis 79 n. Chr., Cologne-Weimar-Vienne, 1995, p. 32-33, fig. 17, 1 et 17, 2.

4 A. Martelli, Per una nuova lettura dell’iscrizione Vetter 61 nel contesto del santuario di Apollo a Pompei, Eutopia, n.s. 2, 2, 2002, p. 74-75, fig. 2-4.

Table des illustrations

Titre 1 - Pompéi et le cours du Sarno.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 2 - Pompéi. Mobilier du Néolithique et de l’âge du bronze.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 3 - Cours d’eau de la vallée du Sarno et localisation de Longola di Poggiomarino.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre 4 - Pompéi. Traces d’occupation de l’âge du bronze et de l’âge du fer.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 5 - Longola di Poggiomarino. Canaux et cabanes en cours de fouillle.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 6 - Longola di Poggiomarino. Paroi clayonnée.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 7 - Longola di Poggiomarino. Objets en bois.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 8 - Pompéi. L’enceinte en pappamonte. À l’arrière-plan, l’enceinte samnite du ive s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 9 - Pompéi. Structures en pappamonte (points rouges) et mobilier de l’époque archaïque (points bleus).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 10 - Pompéi. Structures en pappamonte sous la casa dei Gladiatori.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 11 - Pompéi. Vue aérienne du forum et de la Altstadt.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 12 - Pompéi. Temple dorique : plan, sima et reconstitution du fronton.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 13 - Pompéi. Reconstruction hypothétique de la fortification de la Altstadt (en grisé).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 14 - Pompéi. Salles à banquets découvertes sous la casa delle Forme di Creta, VII 4, 62 (à gauche) et sous la tannerie de l’îlot I 5 (à droite).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 15 - Pompéi, casa delle Nozze di Ercole. Plan des édifices A et B.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 16 - Pompéi. Inscription osque mentionnant le consul Lucius Mummius.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1052/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540