Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Pithécusses à Pompéi. Histoires de fondations

 | 
Pier Giovanni Guzzo

3. Sybaris et les peuples autochtones du Nord de la Calabre

Texte intégral

  • 1 Voir J. Vanschoonwinkel, Mycenean Expansion, in G. R. Tsetskhladze (dir.), Greek colonisation. An a (...)

1La côte ionienne est la troisième zone géographique intéressée par les fondations grecques et, bien avant cela, depuis l’âge du bronze, par les échanges de biens entre indigènes et Grecs1. Sa position géographique a favorisé les relations avec la Grèce au cours de la protohistoire, comme l’indiquent à la fois l’importation de céramique mycénienne à Termitito (Métaponte) et à Broglio di Trebisacce, juste au nord de la future Sybaris, et la production locale d’imitations de céramiques grecques. La fondation d’établissements permanents au cours du haut archaïsme est toutefois un phénomène plus récent que celui observé dans le golfe de Naples et, très probablement, sur la côte orientale de la Sicile. Pour comprendre cette diachronie qui semble contraire à la logique géographique, en plus de ce qui a déjà été dit lors de la première conférence sur une route empruntée par les Phéniciens qui rejoignaient la mer Tyrrhénienne en venant de l’Ouest, je renvoie à ce que j’ai déjà présenté à propos de Corcyre en attendant d’y revenir plus tard.

  • 2 L. La Rocca, La necropoli dell’età del Ferro in località Chiane di Serra Aiello e il problema di Te (...)
  • 3 G. F. La Torre, Un tempio arcaico nel territorio dell’antica Temesa, Rome, 2002, fig. 57 O 164.

2Après une phase d’échanges au deuxième millénaire avant J.-C., les relations avec l’Orient sont à nouveau attestées en Calabre septentrionale à partir de la première moitié du viiie siècle av.  J.-C. sur les deux versants, tyrrhénien et ionien. De la côte tyrrhénienne provient un encensoir en bronze décoré de motifs en relief de « bateau solaire », trouvé dans la tombe féminine n° 6 de Chiane di Serra Ajello, datant de la première moitié du viiie siècle av. J.-C. Deux exemples similaires ont été déposés dans deux tombes contemporaines à Pontecagnano (tombes 3276 et 496). Un pendentif circulaire étrusque, un peu plus récent, constitué d’une feuille d’or avec des cercles concentriques de points en relief formés et cupule au centre, provient de la tombe féminine n° 14 du même cimetière2. De la même époque date un casque de bronze à crête à éperons, dont un fragment a été trouvé dans le sanctuaire d’Imbelli à Serra Aiello3. La concentration des découvertes du même genre semble plaider en faveur de la localisation dans cette zone de l’homérique Temesa et des mines de cuivre dont elle tirait sa réputation.

  • 4 S. Luppino, F. Quondam, M. T. Granese, A. Vanzetti, Sibaritide: riletture di alcuni contesti funera (...)

3Sur le versant ionien, notons la présence d’un fragment de manche de rasoir en bronze villanovien à Torre Mordillo, tombe XXIII4, et d’une coupe en bronze à décor en relief de production orientale, trouvée dans la tombe S de Francavilla Marittima (fig. 1).

1 - Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate. Tombe S, coupe de bronze.

1 - Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate. Tombe S, coupe de bronze.

4Cette dernière n’est pas parvenue dans cette région juste avant d’être placée, vers le milieu du viiie siècle av. J.-C., dans la tombe qui l’a préservée. On sait maintenant qu’en plus d’être constituée d’une anse surélevée qui appartenait à l’origine à un conteneur différent, quoique fabriqué en Orient, cette coupe a été anciennement « restaurée » en employant des éléments de ceinture en bronze décorés de graffiti géométriques dénotant une production locale. Comme l’un de ces éléments, de forme circulaire, est inséré à la base de l’attache de l’anse, on doit en conclure que la réparation est survenue à Francavilla et qu’elle est l’œuvre d’un dinandier local. Si l’hypothèse reflète la vérité, cela signifie que deux récipients métalliques au moins (ou des parties de ceux-ci) sont arrivés à une époque antérieure au dépôt de la coupe dans la tombe. Mais quand ces vases sont-ils parvenus dans la zone de Francavilla ? Cette découverte fait partie de celles dont l’identification des vecteurs reste imprécise et équivoque : étaient-ils « phéniciens » ou plutôt eubéens (peut-être principalement d’Érétrie, compte tenu de leur établissement à Corcyre), comme cela semble préférable, étant donné l’activité des Eubéens dans la région du détroit et en Sicile orientale ? On a récemment proposé d’identifier une production de céramique peinte de Francavilla Marittima comme l’œuvre de potiers eubéens. Cette céramique commence à être fabriquée avant le milieu du viiie siècle av. J.-C. et elle est utilisée sur une vaste étendue de territoire, de Torre Mordillo jusqu’à l’Incoronata de Métaponte probablement. On remarque en particulier quelques fragments d’un cratère sur lequel sont peintes des lettres en alphabet grec (fig. 2) : sur le fragment écrit « a » on distingue un E écrit de gauche à droite et un Θ, avec le point au centre, mais sans possibilité, à mon avis, de comprendre leur relation, si elle existait.

2 - Francavilla Marittima, céramique œnôtre (en bas, fragment a).

2 - Francavilla Marittima, céramique œnôtre (en bas, fragment a).

5La production de l’atelier supposé comportait à la fois des skyphoi et, plus difficiles à réaliser, des cratères sur haut pied, décorés de chevaux paissant, apparentés à la production du peintre de Cesnola. Une telle interprétation n’est pas surprenante après le travail pionnier et éclairant de Laurence Mercuri sur la céramique peinte géométrique de la nécropole indigène de Locres à l’âge du fer (fig. 3). L’auteur a proposé d’identifier une composante eubéenne spécifique dans ce patrimoine décoratif. La chronologie absolue de la production céramique eubéenne-œnôtre est rapportée à la chronologie générale un peu trop « basse » avancée par l’école hollandaise afin de justifier l’interprétation que cette école propose pour la dynamique interagissant entre l’établissement achéen de Sybaris et les centres indigènes préexistants. C’est ce que je vais essayer de démontrer ci-après.

3 - Céramiques peintes des nécropoles de Locride.

3 - Céramiques peintes des nécropoles de Locride.

6Un indice supplémentaire d’une production locale dérivant de formes décoratives et de connaissances technologiques eubéennes résiderait dans l’identification d’un style « à bandes ondulées » (fig. 4), mais on peut également le faire dériver de l’un des styles de la « syntaxe » décorative indigène, précisément le style 3 de Francesca Ferranti appliqué sur des récipients fermés, mais qui aurait pu être adapté à des coupes. En un mot, il n’est pas sûr que les influences étrangères soient aussi importantes que certains auteurs le croient.

4 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta. Céramiques à bandes ondulées.

4 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta. Céramiques à bandes ondulées.
  • 5 L. La Rocca, La necropoli dell’età del Ferro in località Chiane, art. cit., p. 65, fig. 35b.

7Deux vases intéressants appartiennent à cette production œnôtre. Une tasse d’argile fine orange, à vernis noir à l’intérieur et réservée avec deux bandes noires à l’extérieur, a été trouvée dans la tombe féminine n° 10 de la nécropole de Chiane di Serra Aiello5 ; la lèvre n’est pas conservée et on ignore donc sa décoration. Une seconde tasse a été trouvée hors contexte à Torre Mordillo : sur l’épaule, entre ses champs limités par des traits verticaux, une métope est ornée d’une ligne ondulée en peinture noire mate.

8L’origine ethnique des potiers fait débat, au moins autant que celle des producteurs de céramique de Locres. Les opinions divergent entre, d’un côté, celle qui fait de ces artisans des métis nés de mariages entre des Grecs et des femmes autochtones, et, de l’autre, celle qui attribue ces vases à des artisans sicules inspirés par des productions que leur avaient fait connaître les Grecs. Cette deuxième hypothèse semble préférable : elle suppose, de la part des indigènes, une connaissance de modèles plus anciens que les vases déposés dans les mobiliers funéraires, même si l’archéologie n’a pas encore trouvé ces plus anciennes importations. Pour en revenir à la première hypothèse, remarquons qu’il n’est pas sûr que la transmission du patrimoine génétique se soit accompagnée de celle de la maîtrise technique possédée par les parents.

9Sur la côte tyrrhénienne, en revanche, les échanges se faisaient avec les Étrusques du sud, en particulier ceux de Pontecagnano, comme je l’ai déjà mentionné. Ce qui s’explique par l’affirmation de Strabon (6, 2, 2) rapportant que les pirates tyrrhéniens rendaient ces rivages dangereux pour les navigations grecques. L’installation par Cumes d’Opicie d’une base de « pirates » à l’endroit qui allait devenir Zancle et la cité fondée par Périérès et Krataeménès a eu une double conséquence : d’une part, le rétrécissement progressif de la zone d’influence des Étrusques méridionaux dans le bassin médian de la mer Tyrrhénienne ; d’autre part, une série de fondations grecques, de Tarente à Locres Épizéphyrienne, sur la côte ionienne, à partir de la fin du viiie siècle av. J.-C.

10On estime que le début des fondations d’apoikiai grecques sur la côte ionienne est une conséquence de la conquête de Corcyre par un groupe de Corinthiens, dirigé par Chersicrate, qui faisait partie de l’expédition destinée à fonder Syracuse, si l’on en croit les sources antiques. Si l’on fait abstraction de la question de la complète véracité de cette tradition, qui porte aussi sur la synchronisation de cet événement avec la fondation de Syracuse, il faut rappeler que Corinthe était déjà implantée à Ithaque : c’est de là que provient le spécimen éponyme de cotyle de la forme dite Aetos 666, du nom du lieu de découverte suivi du numéro du vase dans la publication de la fouille. Ce type de vase est utilisé comme fossile directeur des contextes pour la première moitié du viiie siècle av. J.-C. Il semble donc logique de supposer que la position stratégique acquise par Corinthe avec l’expulsion des Érétriens de Corcyre l’ait conduite à occuper progressivement la côte ionienne située en face avec des groupes de Grecs qui entretenaient des relations plus ou moins étroites avec elle. Les caractéristiques naturelles de ce littoral étaient adaptées aux sociétés archaïques : différents types de sols permettaient des cultures variées, irriguées grâce à de nombreux cours d’eau ; à l’intérieur, on trouvait de vastes forêts avec des arbres de haute futaie ; enfin, le territoire de la Calabre recelait des filons d’argent, de cuivre et de fer déjà connus dans l’Odyssée, comme ceux déjà mentionnés de Temesa (1, 184). Les gisements de fer de la région dans laquelle s’implantera plus tard Caulonia ont été exploités jusqu’à l’époque moderne. Dès l’Antiquité, des groupes humains les ont utilisés, comme le montrent les résultats de campagnes de prospection récentes, qui ont permis de reconstituer les modalités d’occupation et leur durée.

11À toutes ces opportunités naturelles s’ajoutaient les facilités de communication : la côte ionienne constituait la route maritime directe vers le bassin Tyrrhénien, à l’ouest du détroit. La densité des colonies grecques le long de cette côte en est probablement la conséquence, en sus du contrôle déjà mentionné de Corinthe sur le canal d’Otrante. En effet, l’économie globale des cités-mères en était favorisée pour ce qui concerne les échanges de marchandises et de produits, mais aussi la dialectique sociale à l’intérieur des cités y trouvait un exutoire et ce jusqu’au troisième tiers du viiie siècle av. J.-C. La connaissance de ces régions, désormais acquise de longue date, la prospérité et le dynamisme des sociétés indigènes peuvent être identifiés comme d’autres éléments favorables à la fondation des apoikiai.

12Nous pouvons retracer avec une certaine vraisemblance la route que suivirent les apoikoi achéens de Sybaris en se fondant sur celle suivie par Miscellos, l’œciste de Crotone (Diodore de Sicile 8, 17, 1), en obéissant à l’oracle de Delphes.

13Le récit commence par la mention d’un lieu inhabité, que les manuscrits nomment Taphios mais qui a été corrigé en Taphiassos. C’est le nom d’une montagne qui marque la frontière entre la Locride occidentale et l’Étolie, et qui se trouve, dans le golfe de Corinthe, presque en face de la ville achéenne de Ripe d’où était originaire Miscellos. La correction de ce fait est acceptable, d’autant plus que la leçon Taphios que donnent les manuscrits correspond au nom de l’île principale de l’archipel des Échinades, que l’oracle de Delphes avait assigné comme quatrième étape du voyage. Cette île possède des zones favorables à l’agriculture et elle était habitée par une race de marins, qui, sous leur roi Mente, s’étendait jusqu’à Temesa, selon un passage de l’Odyssée déjà mentionné (Homère, Od. 1, 184). Étant donné la position géographique de l’île, sa mention au début de l’itinéraire serait incongrue, alors que celle du mont Taphiassos est parfaitement adaptée comme point de départ d’une route longeant la côte achéenne vers l’ouest. La deuxième étape est appelée Chalcis ; dans la zone géographique qui nous intéresse, ce nom peut désigner soit une ville située aux sources de la rivière Achéloos, soit une montagne en Étolie, soit une ville toujours en Étolie, soit une île des Échinades. On a proposé qu’il s’agisse de la ville d’Étolie (Homère, Il. 2, 640) car cette région s’ouvre sur la mer à l’entrée du golfe de Corinthe. Il convient de noter que cette Chalcis duplique le nom ancien de la ville la plus connue d’Eubée, qui, probablement, avec Érétrie, n’était pas étrangère à la fréquentation et au commerce dans ce secteur maritime, comme le montre l’histoire la plus ancienne de Corcyre déjà citée. Entre la Chalcis étolienne et l’archipel des Échinades, situé au large de l’embouchure du fleuve Achéloos et abrité des coups de mer par les îles de Leucade et d’Ithaque, se trouvait la troisième étape appelée « terre sacrée [...] de Curetes », avec une lacune dans le texte entre les deux termes. Compte tenu du contexte général étolien de l’oracle, l’emplacement de cette « terre sacrée » doit être recherché dans la même région ; à plus forte raison, pour une meilleure cohérence, il faut la chercher sur l’itinéraire. Il existe une tradition remontant aux temps héroïques qui fait dériver du mont Karion le nom du la peuplade de Pleuron où les Curètes (Strabon 10, 3, 6) luttaient contre les Étoliens pour la conquête de Calydon (Homère, Il. 9, 529-532 ; Strabon 10, 2, 4). Cette identification est possible car sa situation, à l’intérieur des terres, est similaire à celle du mont Taphiassos qui fait pendant à d’autres noms de lieux sur les zones côtières et des îles. On pourrait donc supposer que les sommets des montagnes étaient utilisés comme amers pour déterminer la direction de la route, tandis que les abris nommés le long des côtes servaient au mouillage.

14L’itinéraire se poursuit avec l’ouverture sur la « grande mer » formée par la mer Ionienne et le canal d’Otrante, qui s’ouvre à bâbord pour le marin s’il est prévu de ne pas remonter la côte d’Acarnanie vers le nord-ouest. L’oracle ne dit pas à quelle latitude effectuer la traversée vers l’Italie mais la route entre l’île de Corcyre et Capo di Leuca ou Otrante est la plus sûre et la plus courte.

  • 6 C. Ampolo, La città dell’eccesso: per la storia di Sibari fino al 510 a.C., in Sibari e la Sibariti (...)

15L’apoikia de Sybaris semble avoir été décidée par une délibération commune de toutes les composantes des Achéens : son œciste, nommé Ois, était originaire d’Élis, cité où se réunissait le conseil. Dans le même sens, constatons que, pour Sybaris comme pour les autres fondations du même peuple, on relève pour les caractériser « l’utilisation insistante [....] (d’) un terme ethnique plus fréquemment que pour les autres groupes de villes (par exemple les fondations chalcidiennes)6 ». Le nom ancien de la fondation, qui duplique celui du fleuve côtier qui coulait au nord de l’établissement, et le deuxième hydronyme, Krathis, nom du fleuve qui coule au sud, sont empruntés à des hydronymes connus en Achaïe. Sybaris est une source près de Bura (Strabon 8, 7, 5) ; Krathis, une rivière à Aigai (Hérodote 1, 145 ; Strabon 8, 7, 4). L’origine géographique de ces noms, pris dans deux zones de l’Achaïe, suggère de plus que le corps expéditionnaire, par une politique délibérée, était formé d’apoikoi issus de différentes localités.

16À ce groupe composite mais ethniquement et culturellement cohérent, s’ajoutait un contingent de Trézène, provenant de la côte orientale du Péloponnèse (Aristote, Pol. 5, 2, 10 : 1303a ; Solin 2, 10). Ce que l’on sait de l’histoire de Trézène ne permet pas de connaître la raison pour laquelle cette cité a rejoint l’entreprise achéenne, à moins de supposer que sa rivalité avec Argos l’a poussée à s’associer à une initiative placée sous l’influence de Corinthe, la grande rivale d’Argos. On peut émettre légitimement l’hypothèse que, dans cette cité aussi, des problèmes sociaux étaient nés de la difficulté d’attribuer des lots de terre à de potentiels politai. Cette hypothèse est aussi valable pour les Achéens. Quelle que soit la raison de cette association, les Achéens, « accrus en nombre » (Aristote, Pol. 5, 2, 10 : 1303a) ont fini par expulser les Trézéniens de Sybaris, peut-être en raison de l’arrivée du nouveau contingent venu d’Achaïe et pas seulement à cause de l’accroissement naturel de la population. Ces Trézéniens expulsés se réfugièrent à Poséidonia (Stéphane de Byzance, s.v. Troizen). Les auteurs anciens ne donnent aucune indication sur l’époque où ces événements se sont produits, de sorte qu’il n’est pas certain que la fondation de Poséidonia soit due aux Trézéniens expulsés de Sybaris, comme certains historiens modernes l’ont proposé. Ils ont pu tout aussi bien se réfugier dans une ville déjà existante, et la véritable ktisis de Poséidonia a pu avoir lieu antérieurement et être due aux seuls Sybarites.

  • 7 A. Vanzetti, Sibari protostorica, in G. Delia, T. Masneri (dir.), Sibari. Archeologia, storia, meta (...)

17Le site choisi pour la fondation achéenne de Sybaris est localisé entre les embouchures de deux fleuves côtiers : le Sybaris au nord et le Krathis au sud. Depuis quelques siècles, le premier, maintenant appelé Coscile, se jette dans le second. Au contraire d’autres cas, tel celui de Gela, les hydronymes grecs sont venus peut-être remplacer des noms locaux – je dis bien « peut-être » parce que nous n’avons aucun indice qui permette d’assurer, ou de nier, l’existence d’anciens noms œnôtres. De tels noms signifieraient un intérêt ou une attention des Œnôtres pour la plaine et ses particularités physiques7. La fondation est située au centre d’une grande plaine, aujourd’hui fertile, entourée par les contreforts de la Sila et des Apennins de Calabre et de Lucanie : les hauteurs dominant la plaine étaient habitées par des groupes œnôtres qui, depuis près d’un siècle avant la fondation de la colonie, entretenaient des rapports avec des marins grecs. Les confins de la plaine au bord de la mer sont constitués de bancs de sable formés par les paléo-dunes sur lesquelles ont été construites les premières habitations des apoikoi, dans une zone jusque là inhabitée par les Œnôtres comme le reste de la plaine, autant qu’on le sache à présent. Le rivage, en retrait par rapport au trait de côte actuel, était sablonneux et bas : l’embouchure des deux fleuves offrait des possibilités de mouillage et leurs cours servaient de voie pour pénétrer dans l’arrière-pays.

  • 8 M. Gras, Trafics tyrrhéniens archaïques, Rome, 1985, p. 422.

18Nous sommes incapables de chiffrer le nombre des apoikoi achéens, comme de toutes les autres expéditions, faute d’informations dans les sources littéraires antiques et par insuffisance de la connaissance archéologique actuelle. On peut en dire autant de toutes les autres ktiseis d’Occident remontant à la même phase chronologique que Sybaris. C’est seulement pour la fondation plus récente de Vélia que Michel Gras a pu calculer, de manière convaincante, un nombre total d’arrivants de 5 000 personnes environ, y compris les femmes et les enfants8. Ceux-ci, cependant, ne sont que les survivants de l’exode de près de la moitié de la population de Phocée : la ville a été complètement abandonnée dans un premier temps pour ne pas être soumise à la domination des Perses mais, par la suite, environ la moitié des habitants préférèrent rentrer chez eux et, plus tard encore, une certaine proportion d’entre eux furent tués dans la bataille de la mer de Sardaigne où ils combattaient les Étrusques et les Carthaginois (Hérodote 1, 164-167). Vélia est donc un cas particulier, comparable seulement à Siris. Cette dernière, fondée au cours du premier quart du viie siècle av. J.-C., fut également formée de l’émigration, sinon de la totalité, du moins de la majeure partie de la population de la métropole, Colophon ; mais aucune autre fondation occidentale n’est dans ce cas, autant que nous le sachions par les sources.

  • 9 M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque. L’espace urbain d’une cité gr (...)

19Pour la première génération des fondateurs de Mégara Hyblaea, en attendant l’achèvement d’une étude en cours sur la nécropole, nous n’avons pas, comme pour Sybaris, d’informations littéraires, mais la vaste fouille archéologique qui a été menée a conduit à proposer de façon convaincante une population de 8 000 à 10 000 personnes au cours du vie siècle av. J.-C., lorsque la ville fut dépeuplée par Gélon de Syracuse9. On peut en déduire, en tenant aussi compte du nombre de puits du haut archaïsme, que les apoikoi, six générations avant cette défaite et la déportation par Gélon, comptaient près d’un millier de personnes, non seulement des hommes mais aussi des femmes, étant donné que les Mégariens se trouvaient en Sicile depuis plusieurs années déjà.

  • 10 D. Ridgway, The first Western Greeks, Cambridge, 1992, p. 101-103. Pour la Grèce propre, à la même (...)

20Pour Pithécusses, plutôt que les estimations démographiques, il vaut mieux rappeler la liste, présentée et discutée par David Ridgway, des difficultés et des incertitudes qui empêchent de croire que de telles reconstructions sont dignes de foi10.

21Nous n’avons aucune information sur l’importance démographique des établissements œnôtres de Sybaritide à la fin du viiie siècle av. J.-C. Il n’apparaît pas justifié, à ce qu’il me semble, de proposer des estimations en l’absence d’une connaissance archéologique complète soit d’un habitat, soit d’une nécropole. Nous ne savons pas non plus si, au-delà de spéculations sur des activités productives spécialisées, il existait une unification des différents habitats groupés par un lien de nature « politique » tel que, dans des cas exceptionnels, ces communautés puissent former une alliance défensive, voire offensive, militaire, et donc une force armée constituée par la somme des hommes valides vivant dans les différents centres habités.

22Mais les Œnôtres ont-ils ressenti le besoin de se défendre militairement contre les nouveaux arrivants ? Dès avant la fondation de la polis des Achéens, les contacts et les échanges sont bien attestés par le dépôt d’objets fabriqués outre-mer et pas seulement en Grèce, dans le mobilier funéraire complètement œnôtre de la future Sybaritide. Ces contacts et ces échanges eurent lieu dans un contexte pacifique, avec des avantages mutuels, sans provoquer des affrontements armés.

23L’implantation d’un groupe d’Achéens dans la plaine, dans la zone qui ne présentait pas d’intérêt pour les Œnôtres, pourrait ne pas avoir causé d’alarme immédiate. Mais nous pouvons supposer que tout de suite après, les besoins de divers types qu’eurent les apoikoi les poussèrent à changer leurs rapports avec les Œnôtres. La nécessité de procréer, de cultiver la terre, d’édifier les structures constitutives de la polis, des maisons aux remparts, a nécessité l’utilisation d’une force de travail qui ne peut avoir été fournie que par les Œnôtres.

24Pour la chronologie de la ktisis de Sybaris, nous disposons de deux dates données par les auteurs anciens : la plus haute est 720, la plus basse 709/708.

25Des couches profondes des deux principaux sites de fouilles appelés Stombi (au nord) et Parco del Cavallo (au sud) proviennent des fragments de coupes de Thapsos à panneau (fig. 5). Des fragments d’un grand vase de production iapyge attribuable au Géométrique récent II du Salento ont été trouvés au Parco del Cavallo (fig. 6). La chronologie absolue « traditionnelle » le daterait du dernier tiers du viiie siècle av. J.-C. Les skyphoi du type Thapsos sans panneau appartiennent au Géométrique récent II tandis que ceux décorés de panneaux sont attestés avant, mais leur durée de production est longue : selon la chronologie absolue « traditionnelle », elle couvre les trois dernières décennies du viiie siècle av. J.-C.

5 - Sybaris, Parco del Cavallo. Coupe du type Thapsos à panneau.

5 - Sybaris, Parco del Cavallo. Coupe du type Thapsos à panneau.

6 - Sybaris, Stombi. Vase de production iapyge.

6 - Sybaris, Stombi. Vase de production iapyge.

26Notre connaissance des plus anciennes découvertes faites à Sybaris montre une majorité absolue de produits grecs en face de quelques fragments de vases iapyges et non œnôtres. La chronologie absolue « traditionnelle » de ce qui est connu archéologiquement des ruines de Sybaris ne permet pas de préférer la date « haute » pour la fondation de l’apoikia, transmise par certaines sources littéraires, plutôt que la date « basse ». D’autant plus que les fragments de skyphoi du type Thapsos n’ont pas été trouvés dans un contexte associé à une habitation, de sorte que l’on ne peut déduire avec certitude leur contexte originel d’utilisation. Cependant, le manque absolu (à ce jour) de vestiges d’habitat qui indiqueraient une présence indigène au Parco del Cavallo ou aux Stombi, pendant ou immédiatement avant la fondation, est un argument en faveur de l’hypothèse que ces skyphoi ont été utilisés par un groupe d’apoikoi pour consommer leur ration alimentaire, fonction qui a été proposée pour cette forme de céramique.

27L’emplacement topographique où ces découvertes ont été effectuées (pour l’instant) semble favoriser une interprétation, non comme traces d’une étape pendant un voyage mais bien de l’installation primitive organisée en noyaux séparés, comme dans tous les établissements contemporains, y compris de la mère patrie, et, comme nous l’avons vu, à Mégara Hyblaea. Que cet établissement primitif corresponde à la fondation œcistique de la polis de Sybaris ou à la présence de groupes formés par des « pionniers », nous ne pouvons pas le dire, comme nous ne pouvons dire à quel moment du développement de l’établissement des Achéens à Sybaris sont à assigner les dates, en plus différentes, que donne la tradition littéraire.

28Contemporain de ces plus anciens témoignages, un askos du style « a frangia » de fabrication œnôtre de la vallée du Cratis a été trouvé dans une tombe de Pithécusses (n° 325) qui contenait un scarabée portant le nom du pharaon Bocchoris (fig. 7-8). Sa présence implique que la déposition eut lieu nécessairement après 720 au plus haut ou après 717 au plus bas, dates avancées pour l’avènement de Bocchoris dont le règne ne dura que cinq ans. Cet objet permettrait d’attribuer la tombe au milieu ou, peut-être mieux, à la fin du dernier quart du viiie siècle av. J.-C.

7 - Pithécusses. Mobilier de la tombe 325.

7 - Pithécusses. Mobilier de la tombe 325.

8 - Pithécusses, tombe 325. Scarabée au nom du pharaon Bocchoris.

8 - Pithécusses, tombe 325. Scarabée au nom du pharaon Bocchoris.

29Jusqu’à présent donc, on n’a découvert aucun vase de style « a frangia » plus récent que celui de cette tombe. On peut donc en déduire que la production de cette classe de céramique cesse au moment de la fondation de Sybaris.

30Les vases grecs, œnôtres et iapyges sont à peu près contemporains et se placent dans les trois dernières décennies du viiie siècle av. J.-C., qui incluent évidemment le dernier quart du siècle et qui correspondent à la durée moyenne d’une « génération ». Cet intervalle de temps comporte le terminus post quem constitué par la présence du scarabée de Bocchoris dans la tombe n° 325 de Pithécusses. Dans l’état actuel des connaissances archéologiques, on ne peut pas définir plus précisément la chronologie absolue des matériels et des événements en question.

31En ce qui concerne les relations entre les apoikoi achéens et les œnôtres habitant la région où l’établissement grec fut implanté, la documentation archéologique aujourd’hui disponible a été interprétée de deux façons différentes.

32La première, qui suppose une coexistence pacifique et une coopération mutuelle, se fonde principalement sur la continuité d’utilisation du « bâtiment V » découvert sur le Timpone della Motta à Francavilla Marittima (fig. 9), sur la continuité présumée de la fabrication de la céramique œnôtre de style « a frangia » durant les premières décennies du viie siècle av. J.-C. et sur le manque de toute trace d’habitat indigène de la fin du viiie siècle dans la zone où s’étendra ensuite la cité de Sybaris.

9 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta. Édifice V.

9 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta. Édifice V.
  • 11 A. Vanzetti, Notazioni sulla fine dell’età del Ferro precoloniale nella Piana di Sibari, in M. Bett (...)
  • 12 Voir P. Brocato (dir.), La necropoli enotria di Macchiabate a Francavilla Marittima (Cs): appunti p (...)

33L’interprétation opposée met en avant la « désagrégation totale des systèmes territoriaux locaux11 » qui aurait été causée par l’arrivée des apoikoi, provoquant une interruption de l’organisation socio-productive des Œnôtres. En témoignent la diminution dramatique des sépultures œnôtres à Francavilla Marittima à partir de la fin du viiie siècle av. J.-C.12, l’abandon de Torre Mordillo, de Prunetta di Roggiano Gravina, de Torano Castello, de Castiglione di Paludi, de Rione Vecchio di Amendolara, toutes localités jusque là habitées par des populations de culture œnôtre. Les deux études les plus récentes sur la céramique peinte œnôtre, même si elles ne s’accordent pas sur la chronologie absolue, estiment que cette production disparaît juste après la fondation de la cité achéenne.

34À partir des études sur les découvertes faites à Francavilla Marittima, les chercheurs ont considéré que la production et l’utilisation des poteries peintes œnôtres se poursuivaient jusqu’au milieu du viie siècle av. J.-C., c’est-à-dire au moins une ou deux générations après la plus récente date donnée par les sources pour la fondation de Sybaris. Mais il faut souligner que ces vases ont été découverts, non dans les couches scellées et fiables mais dans des contextes de dépotoir et donc en position secondaire. Même en l’absence d’accord sur la datation absolue, on retiendra donc qu’en chronologie relative, la fin de la production de la céramique peinte œnôtre se produit immédiatement après la fondation de Sybaris.

35Malgré l’interruption de la production et de la dynamique de l’habitat des Œnôtres occupant la zone de Sybaris, il est à supposer que, comme dans beaucoup d’autres cas similaires, les apoikoi n’ont pas procédé à une élimination totale des Œnôtres mais plutôt à leur asservissement.

36Outre les « mariages mixtes », dont les bobines trouvées dans différents secteurs de la ville grecque et servant à enrouler les fils pour le tissage sont peut-être les témoins archéologiques (fig. 10), nous pouvons supposer, grâce à la découverte de trousses d’outils de charpentiers dans des mobiliers funéraires (fig. 11), que les apoikoi exploitèrent à leur avantage les compétences traditionnelles de la population œnôtre.

10 - Sybaris. Fusaïoles en céramique modelée.

10 - Sybaris. Fusaïoles en céramique modelée.

11 - Francavilla Marittima, Macchiabate. Outils de charpentier.

11 - Francavilla Marittima, Macchiabate. Outils de charpentier.

37En outre, les sources antiques rapportent que des oiketai étaient employés pour les travaux agricoles (Timée, FGrH 566 F 48, apud Athénée 12, 15 : 518d) ; il semble justifié de reconnaître en eux les descendants des Œnôtres asservis. Les découvertes de céramiques modelées ainsi que de fragments de vases peints qui doivent être résiduels suggèrent que certains individus ont été forcés ou invités à habiter dans l’apoikia nouvellement fondée.

38Il est possible que les Œnôtres survivants aient habité soit dans de petits établissements dont l’occupation, à Francavilla Marittima, est antérieure à la ktisis, soit dans d’autres, comme Amendolara, nouvellement créé à quelque distance d’un établissement plus ancien.

39Par ailleurs, la richesse ultérieure de Sybaris, qui donnera lieu à un ample corpus d’anecdotes moralisantes justifiées par la défaite finale, ne peut s’expliquer que par la mise en valeur des potentialités agricoles et des autres ressources naturelles, minérales et forestières, présentes sur le territoire qu’elle contrôla et élargit progressivement. Atteindre un tel degré de bien-être nécessitait l’exploitation d’une main-d’œuvre abondante qu’il faut identifier avec les habitants des quatre peuples et des vingt-cinq villes que Sybaris finit par dominer (Strabon 6, 1, 13). Les termes hyparcho, hypekoos laissent entrevoir la sujétion politique résultant peut-être d’une défaite militaire ; un processus qui ne permet pas la survie des traditions de la communauté œnôtre, sinon de celles qui ne risquaient pas d’affaiblir la suprématie des Sybarites quant à l’exploitation économique et de la production du territoire conquis.

  • 13 E. Lepore, La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne, Naples, 2000, p.  (...)
  • 14 Ibid.

40L’analyse de la documentation archéologique indique à propos des Œnôtres « leur fragilité culturelle […] au-delà du massacre dont parle la tradition pour certaines colonies ou de guerres de conquête pour des autres13 », selon l’expression employée par Ettore Lepore lors d’une conférence qu’il donna ici-même en 1982, à l’invitation de Jean-Pierre Vernant. En particulier, les Sybarites supplantèrent les cultes indigènes antérieurs et imposèrent les leurs : le but était évidemment d’éliminer un puissant facteur d’identification culturelle, potentiellement dangereux au niveau politique. Ainsi, comme l’a dit Lepore, « l’implantation des sanctuaires recouvre souvent les traces d’une culture éliminée ou assujettie et marque la prise de possession des terres environnantes14 ».

  • 15 R. Pace, S. Verger, Les plus anciens objets en bronze dans les sanctuaires de la Grande-Grèce et de (...)

41Revenons alors sur l’étude de cas que constituent les vicissitudes du « bâtiment V », de « compréhension délicate », comme l’a écrit Rossella Pace15, situé sur la hauteur du Timpone della Motta à Francavilla Marittima et considéré par les archéologues hollandais comme un lieu de culte depuis l’âge du fer (fig. 9).

42La continuité de cette fonction est évidente pour eux, en particulier entre les phases B et D de sa période de fréquentation. La première, attribuée au début de l’âge du fer, est marquée par un bâtiment rectangulaire à abside sur poteaux porteurs en bois, à l’intérieur duquel se trouvaient un métier à tisser et un foyer. L’existence d’un métier à tisser est indiquée par une série de pesons d’un poids inhabituel, en céramique modelée, décorés de motifs de « labyrinthe » (fig. 12). Plusieurs objets de parure en bronze ont été découverts en relation avec le foyer (fig. 13).

12 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta, édifice V. Pesons de métier à tisser.

12 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta, édifice V. Pesons de métier à tisser.

13 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta, édifice V. Objets en bronze.

13 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta, édifice V. Objets en bronze.
  • 16 M. Kleibrink, Aristocratic tombs and dwellings of the VIIIth century BC at Francavilla Marittima, i (...)
  • 17 Ibid.

43Lors de la phase C, le « bâtiment V » présente un plan rectangulaire qui occupe une grande partie de l’espace utilisé à la phase précédente (fig. 9). Construit avec des poteaux de bois dont les trous ont été fouillés, il est daté « vers 700 avant J.-C.16 ». Ses vestiges sont très ténus car l’édifice a été recouvert par une construction plus récente (phase D) dont les murs sont faits de briques de terre crue ; le sol d’argile de couleur jaune a nivelé les vestiges des phases antérieures « shortly before the middle of the VIIth century17 ».

44La destination cultuelle de l’édifice à abside de la phase b repose sur la taille inhabituelle des pesons de métier à tisser et sur la présence d’ornements féminins, que l’on suppose cadrer avec un rite supposé être lié à un métier à tisser sacré ; la préservation d’une grande quantité de cendres supposerait une motivation d’observance religieuse. En résumé, ces arguments, et d’autres proposés par les fouilleurs, tendraient à recréer une idéologie religieuse œnôtre de l’âge du fer en se fondant sur des éléments similaires à ceux des Grecs. Les pratiques cultuelles se manifestent par des indices matériels qui n’ont pas nécessairement une fonction religieuse. Cela s’applique, par exemple, aux pesons de grandes dimensions qui sont connus ailleurs, comme à Castiglione d’Ischia, où ils sont destinés à des tissages particuliers.

45Au total, la destination cultuelle du « bâtiment V » de Francavilla Marittima ne me semble pas prouvée avec certitude. Il pourrait tout aussi bien s’agir d’une habitation à l’intérieur de laquelle une production textile était organisée par la communauté.

46Un autre mode de gestion des relations avec les Œnôtres probablement utilisé par les Grecs, puis aussi par les Sybarites, était de différencier l’attitude à l’égard des « chefs » de celle à l’égard du reste de la population, de façon à créer des fractures sociales à l’intérieur de ces sociétés.

47Un processus de désarticulation de ce genre semble avoir commencé dès la première implantation des Achéens : du moins à en juger par la relecture proposée ici des transformations subies par le « bâtiment V » de Francavilla Marittima. Dans la mesure où ces transformations se rapportent à la sphère des superstructures, elles semblent être historiquement et culturellement beaucoup plus importantes pour éclairer les relations entre le apoikoi et les Œnôtres que ne pourraient l’être les indices archéologiques, à ce jour très réduits, de la cité des Achéens durant la première génération de colons.

48En fait, cette lacune partielle, et probablement temporaire, de notre connaissance des vestiges de la première génération après la fondation est comblée, du point de vue chronologique, par les données sur la phase du Géométrique récent recueillies dans les fouilles des Stombi et du Parco del Cavallo déjà mentionnées. Jusqu’à présent, aucun indice archéologique ne permet de supposer un établissement indigène antérieur à la fondation de la cité grecque. Mais, contrairement à ce qui se passe à Naxos et à Mégara Hyblaea par exemple, la zone de Sybaris mise au jour jusqu’ici est infime par rapport à l’extension réelle de la ville archaïque (fig. 14).

14 - Sybaris. Vue aérienne du site.

14 - Sybaris. Vue aérienne du site.

49De plus, à la différence des deux fondations siciliennes, les vestiges sont la plupart du temps occultés par des bâtiments et des structures remontant à des phases plus récentes qui s’étagent jusqu’au viie siècle apr. J.-C. Ainsi, les fouilles jusqu’au sol vierge ont été très limitées en extension (fig. 15). En outre, tant le processus d’urbanisation continue durant l’Antiquité que le phénomène de subsidence des terres ont réduit la possibilité de connaître les plus anciens bâtiments de Sybaris.

15 - Sybaris, Parco del Cavallo. Tête d’une statue archaïque en calcaire.

15 - Sybaris, Parco del Cavallo. Tête d’une statue archaïque en calcaire.

50Ces limitations rendent donc fragiles les reconstructions actuelles, que la poursuite des recherches confirmera ou infirmera.

51Dans notre prochaine conférence, nous examinerons une situation tout à fait différente concernant les phases les plus anciennes de Pompéi, ville italique (et non fondation grecque).

Bibliographie

P. G. Guzzo, Sibari. Materiali per un bilancio archeologico, in Sibari e la Sibaritide. Atti del XXXII Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 1992), Tarente, 1993, p. 51-82.

A. Mele, Tradizioni eroiche e colonizzazione greca: le colonie achee, in A. Storchi Marino (dir.), Incidenza dell’Antico. Studi in memoria di Ettore Lepore, 1, Naples, 1995, p. 427-450.

E. Lippolis, Corinto e l’Occidente: la costa del mar Ionio, in Corinto e l’Occidente. Atti del XXXIV Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 1994), Tarente, 1995, p. 509-550.

L. Antonelli, Kerkyraikà. Ricerche su Corcira alto-arcaica tra Ionio e Adriatico, Rome, 2000.

M. Kleibrink, The search for Sybaris: An evaluation of historical and archaeological evidence, BABesch, 76, 2001, p. 33-70.

E. Greco (dir.), Gli Achei e l’identità etnica degli Achei d’Occidente. Atti del convegno (Paestum 2001), Paestum, 2002.

La Dea di Sibari e il santuario ritrovato. Studi sui ritrovamenti dal Timpone Motta di Francavilla Marittima, I, 1-2 ; II, 1, Rome, 2003-2008.

P. G. Guzzo, Sul mito di Sibari, BABesch, 78, 2003, p. 221-223.

F. Ferranti, F. Quondam, La prima età del Ferro in Sibaritide: una rassegna delle sepolture, in Studi di protostoria in onore di Renato Peroni, Florence, 2006, p. 590-601.

M. Kleibrink, Oenotrians at Lagaria near Sybaris. A native proto-urban centralised settlement, Londres, 2006.

J. K. Jacobsen, G. P. Mittica, S. Handberg, An early Euboean pottery workshop in the Sibaritide, AnnArchStAnt, n.s. 15-16, 2008-2009, p. 89-96.

J. K. Jacobsen, S. Handberg, Excavations on the Timpone della Motta Francavilla Marittima (1992-2004), 1. The Greek pottery, Bari, 2010.

P. G. Guzzo, Da Francavilla Marittima a Pithecusa, in G. Andreassi, A. Cocchiaro, A. Dell’Aglio (dir.), Vetustis novitatem dare. Temi di antichità e archeologia in ricordo di Grazia Angela Maruggi, Tarente, 2013, p. 81-88.

Annexes

Sources des illustrations

Fig. 1 - Atti e memorie della società Magna Grecia, n. s. 11-12, 1970-1971, pl. VIII.

Fig. 2 - J. K. Jacobsen, S. Handberg, G. P. Mittica, An early Euboean pottery workshop in the Sibaritide, AION, n. s. 15-16, 2008-2009, p. 94, fig. 4a.

Fig. 3 - L. Mercuri, Eubéens en Calabre à l’époque archaïque. Formes de contacts et d’implantation, Rome, 2004, fig. 67-74.

Fig. 4 - M. Kleibrink, L. Barresi, On the “Undulating Band” style in Oinotrian geometric matt-painted pottery from the “Weawing House” on the acropolis of the Timpone della Motta, Francavilla Marittima, in M. Bettelli, C. De Faveri, M. Osanna (dir.), Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro. Atti delle giornate di studio Matera, 20-21 novembre 2007, Venosa, 2009, p. 231, fig. 10a-b.

Fig. 5 - Atti e Memorie della Società Magna Grecia, n. s. 13-14, 1972-1973, pl. La.

Fig. 6 - A. Vanzetti, Notazioni sulla fine dell’età del ferro precoloniale nella Piana di Sibari, in M. Bettelli, C. De Faveri, M. Osanna (dir.), Prima delle colonie, op. cit., p. 187, fig. 3.

Fig. 7 - G. Buchner, D. Ridgway, Pithekoussai I. La necropoli: tombe 1-723 scavate dal 1952 al 1961, Rome, 1993, II, pl. 122-123.

Fig. 8 - G. Buchner, D. Ridgway, Pithekoussai I, op. cit., I, p. 777, fig. 1.

Fig. 9 - M. Kleibrink Maaskant, Dalla lana all’acqua, culto e identità nell’Athenaion di Lagaria, Francavilla Marittima (zona di Sibari, Calabria), Rossano, 2003, p. 66, fig. 17

Fig. 10 - NSc, s. 8, 42-43, 1988-1989, suppl. III (1992), p. 123, fig. 107, n° 181.

Fig. 11 - P. Zancani Montuoro, Francavilla Marittima. Necropoli, Atti e memorie della Società Magna Grecia, n. s. 15-17, 1974-1976, p. 101, fig. 21 et pl. 41.

Fig. 12 - M. Kleibrink Maaskant, Dalla lana all’acqua, op. cit., p. 69-70, fig. 20-21.

Fig. 13 - M. Kleibrink Maaskant, Dalla lana all’acqua, op. cit., p. 67-68, fig. 18-19.

Fig. 14 - Google Earth, © Digitalglobe 2015.

Fig. 15 - Megale Hellas. Storia e civiltà della Magna Grecia, Milan, 1983, fig. 357.

Notes

1 Voir J. Vanschoonwinkel, Mycenean Expansion, in G. R. Tsetskhladze (dir.), Greek colonisation. An account of Greek colonies and other settlements overseas, I, Leyde-Boston, 2006, p. 53, fig. 5.

2 L. La Rocca, La necropoli dell’età del Ferro in località Chiane di Serra Aiello e il problema di Temesa, in G. F. La Torre (dir.), Dall’Oliva al Savuto. Studi e ricerche sul territorio dell’antico Temesa. Atti del Convegno, Campora San Giovanni (Amantea, CS), 15-16 settembre 2007, Pise-Rome, 2009, p. 73, fig. 70 a-b et 72.

3 G. F. La Torre, Un tempio arcaico nel territorio dell’antica Temesa, Rome, 2002, fig. 57 O 164.

4 S. Luppino, F. Quondam, M. T. Granese, A. Vanzetti, Sibaritide: riletture di alcuni contesti funerari tra VIII e VII sec. a.C., in La Magna Grecia da Pirro ad Annibale. Atti del LII Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 2012), Tarente, 2015, p. 673, n° 81.

5 L. La Rocca, La necropoli dell’età del Ferro in località Chiane, art. cit., p. 65, fig. 35b.

6 C. Ampolo, La città dell’eccesso: per la storia di Sibari fino al 510 a.C., in Sibari e la Sibaritide. Atti del XXXII Convegno di studi sulla Magana Grecia (Taranto 1992), Tarente, 1993, p. 235.

7 A. Vanzetti, Sibari protostorica, in G. Delia, T. Masneri (dir.), Sibari. Archeologia, storia, metafora, Castrovillari, 2013, p. 11-33.

8 M. Gras, Trafics tyrrhéniens archaïques, Rome, 1985, p. 422.

9 M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque. L’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale, Rome, 2004, p. 571.

10 D. Ridgway, The first Western Greeks, Cambridge, 1992, p. 101-103. Pour la Grèce propre, à la même époque, voir J.-P. Descœudres, Central Greece on the eve of the colonisation movement, in G. R. Tsetskhladze (dir.), Greek colonisation. An account of Greek colonies and other settlements overseas, 2, Leyde, 2008, p. 289-382 ; pour Zagora : J. R. Green, Zagora. Population increase and society in the later eighth century BC, in J.-P. Descœudres (dir.), ΕΥΜΟΥΣΙΑ. Ceramic and iconographic studies in honour of Alexander Cambitoglou, Sydney, 1990, p. 41-46.

11 A. Vanzetti, Notazioni sulla fine dell’età del Ferro precoloniale nella Piana di Sibari, in M. Bettelli, C. De Faveri, M. Osanna (dir.), Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica della prima età del ferro. Atti del convegno (Matera 2007), Venosa, 2009, p. 192 ; M. Kleibrink, The search for Sybaris: An evaluation of historical and archaeological evidence, BABesch, 76, 2001, p. 55, rattache à la violente conquête des Sybarites, datée d’une période postérieure au milieu du viie siècle, l’incendie de cabanes du viiie siècle à Torre Mordillo. La destruction par le feu de ces structures a été datée par la stratigraphie de la fin du premier âge du fer : M. L. Arancio et al., L’abitato di Torre Mordillo, in N. Christie (dir.), Settlement and economy in Italy, 1500 BC-1500 AD. Papers of the Fifth Conference of Italian Archaeology, Oxford, 1995, p. 232-236.

12 Voir P. Brocato (dir.), La necropoli enotria di Macchiabate a Francavilla Marittima (Cs): appunti per un riesame degli scavi, Arcavacata di Rende, 2011, p. 217, fig. 31.

13 E. Lepore, La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne, Naples, 2000, p. 72.

14 Ibid.

15 R. Pace, S. Verger, Les plus anciens objets en bronze dans les sanctuaires de la Grande-Grèce et de la Sicile : les cas du Timpone Motta en Sybaritide et de Bitalemi à Gela, in Bronzes grecs et romains : recherches récentes. Hommage à Claude Rolley, Paris, 2012 <inha.revues.org/3899>.

16 M. Kleibrink, Aristocratic tombs and dwellings of the VIIIth century BC at Francavilla Marittima, in Atti della 37a riunione dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Scalea-Papasidero-Praia a Mare-Tortora 2002, Florence, 2004, p. 575.

17 Ibid.

Table des illustrations

Titre 1 - Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate. Tombe S, coupe de bronze.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 2 - Francavilla Marittima, céramique œnôtre (en bas, fragment a).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 3 - Céramiques peintes des nécropoles de Locride.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 4 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta. Céramiques à bandes ondulées.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 5 - Sybaris, Parco del Cavallo. Coupe du type Thapsos à panneau.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 6 - Sybaris, Stombi. Vase de production iapyge.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 7 - Pithécusses. Mobilier de la tombe 325.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 8 - Pithécusses, tombe 325. Scarabée au nom du pharaon Bocchoris.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 9 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta. Édifice V.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 10 - Sybaris. Fusaïoles en céramique modelée.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 11 - Francavilla Marittima, Macchiabate. Outils de charpentier.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 12 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta, édifice V. Pesons de métier à tisser.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 13 - Francavilla Marittima, Timpone della Motta, édifice V. Objets en bronze.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 14 - Sybaris. Vue aérienne du site.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 15 - Sybaris, Parco del Cavallo. Tête d’une statue archaïque en calcaire.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1051/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540