Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Pithécusses à Pompéi. Histoires de fondations

 | 
Pier Giovanni Guzzo

2. Mégara Hyblaea et les fondations chalcidiennes en Sicile orientale

Texte intégral

1Grâce à Thucydide (6, 3-5), nous disposons d’une liste ordonnant chronologiquement les fondations des colonies grecques en Sicile. Ce tableau a certes été contesté en partie par les historiens modernes, mais il reste la base. La liste commence avec la fondation de Naxos et on peut calculer les intervalles de temps entre les fondations et les présenter dans le tableau suivant :

Polis

Cité-mère

Œciste

Durée

Intervalle avec la suivante

Naxos

Chalcis

Théoclès

---

1 an

Syracuse

Corinthe

Archias

---

5 ans

Leontinoi

Naxos

Théoclès

---

Catane

Naxos

Théoclès

---

Trotilon

Mégara Nisaea

Lamis

---

Mégara Hyblaea

Mégara Nisaea

---

245 ans

100 ans

Sélinonte

Mégara Hyblaea

Pamillos

----

----

2À cette succession, on peut en ajouter deux autres, qui partent de la fondation de Syracuse : le premier tableau concerne les fondations faites par Syracuse elle-même ;

Polis

Cité-mère

Intervalle depuis la fondation de Syracuse

Akrai

Syracuse

70 ans

Casménai

Syracuse

90 ans

Camarine

Syracuse

150 ans

3le deuxième, celles de Gela et d’Agrigente.

Polis

Cité-mère

Œciste

Intervalle

Gela

Rhodes et Crète

Antiphémos et Entimos

45 ans après Syracuse

Agrigente

Gela

Aristonoos et Pystilos

108 ans après Gela

4Zancle (fig. 1) reste hors de ce cadre, comme il a été dit lors de la conférence précédente ; Thucydide mentionne également, mais sans indications chronologiques, Himère, fondée par des exilés de Zancle et de Syracuse.

1 - Le site de Zancle (Messine).

1 - Le site de Zancle (Messine).
  • 1 J. Bérard, La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité. L’hist (...)
  • 2 T. J. Dunbabin, The Western Greeks. The history of Sicily and South Italy from the foundation of th (...)

5Le couplage de ces listes avec la chronologie absolue conventionnellement suivie est fourni par la date de la déportation complète des habitants de Mégara Hyblaea, que l’on situe entre 484, année de l’accession de Gélon à la tyrannie à Syracuse, et 481/480 av. J.-C., date donnée par Hérodote (7, 156, 2) qui mentionne la déportation. Jean Bérard datait l’événement de 4821 ; Thomas Dunbabin penchait plutôt pour 483/4822, de sorte que la date la plus communément acceptée pour la fondation de Mégara Hyblaea remonte à 728/727 av. J.-C. Les autres datations sont calculées par rapport à cet événement. La succession des fondations met en première position Naxos, suivie immédiatement de Syracuse. Puis, dans un laps de temps de six ans, surviennent toutes les autres fondations de la première vague d’immigration grecque sur l’île, majoritairement chalcidienne.

6Les historiens modernes ont remarqué que la durée d’existence de Mégara Hyblaea est équivalente, selon Thucydide, à la durée de sept générations telles qu’il les évalue lui-même à trente-cinq ans. Le même type de calcul s’applique à Sybaris : six générations de trente-cinq années correspondent aux deux cent dix années que la tradition assignait entre la fondation et la destruction de l’apoikia des Achéens. Ainsi, les calculs rapportés par Thucydide et d’autres historiens de l’Antiquité, en particulier pour les événements advenus dans une période reculée, doivent être considérés avec une grande prudence. D’autant plus que, dans la chronologie de Thucydide, il n’échappe à personne que Syracuse occupe une position prestigieuse : seulement une année sépare sa fondation de celle de Naxos, contrastant avec les cinq ans qui la détachent clairement de Catane, de Leontinoi, et la période d’indétermination caractérisant l’arrivée des Mégariens conduits par Lamis à Trotilon (Thucydide 6, 4, 1). En fait, lorsque Thucydide écrivait son histoire, il pouvait disposer des écrits d’Antiochos : originaire de Syracuse, celui-ci avait sûrement embelli les origines de sa propre patrie, tentant d’en faire la plus ancienne des cités grecques de l’île ou presque, et reflétant la puissance qu’elle avait acquise de son temps et qu’elle maintint par la suite. Malgré une telle partialité, Naxos restait considérée comme plus ancienne que Syracuse, même si ce n’est que d’un an. Cette suprématie accordée à la fondation chalcidienne venait de l’autel élevé à Apollon Archégète, sur lequel sacrifiaient les ambassadeurs de toutes les cités grecques de l’île lorsqu’ils retournaient vers les sanctuaires de la mère patrie (Thucydide 6, 3, 1). Cette tradition doit être considérée comme originelle et elle s’est maintenue grâce à la croyance générale que l’autel était le plus ancien témoin d’un culte grec érigé sur île. Compte tenu de la rivalité profonde qui a marqué les relations mutuelles entre les cités sicéliotes, la perpétuation de l’hommage plaide en faveur de l’authenticité de cette tradition.

  • 3 R. M. Albanese Procelli, Presenze indigene in contesti coloniali sicelioti: sul problema degli indi (...)

7À côté des difficultés que les sources écrites posent à la chronologie absolue des fondations sicéliotes, les découvertes archéologiques, passées et présentes, permettent de dresser un tableau, bien évidemment incomplet et toujours en voie d’amélioration, qui montre une approximative contemporanéité du matériel céramique des couches profondes des différentes cités, de Zancle à Naxos, en passant par Mégara Hyblaea et Syracuse. Il faut toutefois rappeler qu’à Syracuse, on a des preuves historiques et archéologiques d’une présence indigène avant la fondation de l’établissement grec, ce qui nous replace devant les hypothèses qui ont été examinées à propos de Pithécusses et de Cumes. À Naxos, les fouilles les plus récentes ont mis au jour une quantité considérable de céramique modelée de fabrication indigène, présente dans les mêmes strates que la céramique grecque ; il est donc assuré que des individus autochtones, en l’occurrence féminins, habitaient dans la cité juste après sa fondation. Nous en avons la preuve grâce à la découverte de la tombe 72, datable entre la fin du viiie et le début du viie siècle av. J.-C. (fig. 2). La déposition comportait une jeune femme et un nouveau-né ; le mobilier funéraire était composé d’une fibule de bronze à long ardillon, de deux anneaux de bronze et d’un aryballe corinthien « transitional to ovoid3 ». Dans ce cas, la fibule désigne la jeune femme comme une composante indigène de la culture mixte qui a été mentionnée dans le cadre de la nécropole de Pithécusses. Des découvertes archéologiques de Zancle, à l’emplacement de l’actuelle Messine, on ne connaît jusqu’à présent que très peu de choses, de sorte qu’il est impossible de se faire une opinion sur la probable différence de faciès archéologique entre la période d’occupation par les pirates cumains et la fondation de Périérès et Krataeménès.

2 - Naxos de Sicile : la tombe 72.

2 - Naxos de Sicile : la tombe 72.

8Seule Mégara Hyblaea a été fondée sur un site non occupé par les indigènes dans la période précédant immédiatement sa fondation (fig. 3). Les nouveaux arrivants avaient toutefois identifié les vestiges d’un village néolithique qu’ils sacralisèrent par des lieux de culte à leur emplacement.

3 - Mégara Hyblaea et ses environs.

3 - Mégara Hyblaea et ses environs.

9Strabon (6, 2, 2) rapporte que Théoclès effectua des voyages d’exploration sur la côte orientale de la Sicile, observant la fertilité de la terre et la faiblesse des peuples autochtones. À ces conditions favorables s’ajoutait alors le contrôle des deux rives du détroit de Messine par les « pirates » envoyés par Cumes et l’ouverture à la navigation grecque de la mer Ionienne, à travers laquelle le trajet vers l’Italie était plus court et plus sûr qu’il n’était précédemment. Ce n’est pas un hasard si les plus anciennes implantations grecques en Occident sont toutes d’origine eubéenne. Les habitants d’Érétrie avaient fondé une base sur l’île de Corcyre (aujourd’hui Corfou), de laquelle ils furent chassés par les Corinthiens lors de leur expédition en vue de fonder Syracuse (Strabon 6, 2, 4 ; Plutarque, Quaest. Gr. 11). Ils exerçaient donc un contrôle sur les points névralgiques de l’itinéraire le plus direct entre la Grèce propre et le golfe de Naples, itinéraire, on s’en souvient, qui ne prendra sa pleine valeur que lorsque les pirates cumains se seront assurés du contrôle du détroit de Messine, s’opposant aux entreprises de piratage des Étrusques.

10À côté de la tradition écrite, la documentation archéologique témoigne, selon les indications jusqu’ici rassemblées, que les sociétés indigènes étaient en contact avec les navigateurs grecs au cours de la première moitié du viiie siècle av. J.-C., comme on l’a vu pour les indigènes d’Italie méridionale. Le site qui jusqu’à présent a livré la plus grande abondance de mobilier appartenant à cette phase est la nécropole de Marcellino di Villasmundo, dans l’arrière-pays de la future Mégara Hyblaea. On a émis l’hypothèse que l’agglomération à laquelle devait correspondre cette nécropole était la « capitale » du roi sicule Hyblon, du nom duquel les Grecs auraient appelé leur établissement, donnant son qualificatif à la fondation mégarienne. Un grand fragment d’amphore cycladique réutilisé comme couverture d’une tombe plus récente de la nécropole de Syracuse appartient au même horizon chronologique. Cependant, la plupart des découvertes de céramiques de production grecque réalisées dans des contextes indigènes, que ce soit la nécropole de Cocolonazzo di Mola à Taormina ou celles de Modica, Avola ou Solarino, sont attribuables au Géométrique récent, immédiatement avant ou à peu près en même temps que les fondations chalcidiennes (fig. 4). Ces fondations n’incluaient pas les Érétriens, comme cela s’était produit à Pithécusses, car elles furent réalisées après la guerre qui opposa les deux principales cités de l’île. Cette indication est une preuve de la postériorité des expéditions vers la Sicile par rapport à l’installation à Pithécusses.

4 - De g. à dr. : kotyle (Taormina, Cocolonazzo di Mola) ; coupe du type Thapsos (Solarino) ; coupe du type Thapsos (Avola).

4 - De g. à dr. : kotyle (Taormina, Cocolonazzo di Mola) ; coupe du type Thapsos (Solarino) ; coupe du type Thapsos (Avola).

11L’existence d’une seule fondation de Corinthe, celle de Syracuse, constitue une exception dans le paysage de la présence grecque en Sicile orientale. Rappelons qu’à cette occasion, les Corinthiens avaient expulsé les Érétriens de Corcyre : on peut en déduire que cette action avait été accomplie avec l’approbation de Chalcis et donc pendant ou immédiatement après la guerre qui vit la défaite d’Érétrie. En outre, la prise du pouvoir à Corinthe par les Bacchiades entraîna deux phénomènes. D’une part, le nouveau pouvoir favorisa un essor des activités artisanales locales, bien marqué par la large diffusion de la céramique corinthienne avec ses contenus d’huiles parfumées et de vin, eux aussi produits de transformation, d’autre part, il s’employa à régler les tensions sociales créées par les couches inférieures de la société et par les opposants politiques (parmi lesquels on comptait Archias, l’œciste de Syracuse), en leur offrant la possibilité de disposer de terres agricoles à l’étranger. D’un côté, donc, Corinthe s’étendit vers la côte est de l’Adriatique ; de l’autre, en accord avec Chalcis, elle prit pied en Sicile, se servant de Corcyre nouvellement conquise comme pivot de son nouveau réseau.

12Rappeler ces circonstances me semble utile pour relier le déroulement et les causes des événements auxquels nous assistons en Italie méridionale et en Sicile à ceux qui se déroulaient en Grèce même. Sur les origines grecques des fondations en Occident, personne n’a de doute, même parmi les plus récents historiens de la Grèce. Par conséquent, pour essayer de comprendre ce phénomène, il faut tenter de connaître la situation interne dans les poleis de la Grèce même au cours de la seconde moitié du viiie siècle av. J.-C. et immédiatement avant. Je viens de rappeler la situation socio-politique de Corinthe, mais celle de Chalcis n’était pas fondamentalement différente. La cité était dominée par la classe des hippobatai, terme qui signifie « éleveurs de chevaux ». Le système héréditaire grec prévoyait que seul l’aîné entrât en possession du lot agricole nécessaire pour être considéré comme un citoyen à part entière. Ainsi les cadets formèrent bientôt une classe de mécontents, potentiellement dangereux pour la stabilité de la polis. L’exemple historique le plus célèbre est celui de la tentative de rébellion des Parthénoi, dirigés par Phalantos, à Sparte, à la fin de l’une des guerres de Messénie. Il n’y a donc pas à douter que l’organisation des expéditions au-delà des mers dans le but de fonder de nouvelles villes a été accomplie par des gouvernants de la polis d’origine et motivée par un objectif de maintien de l’ordre social. Ce modèle herméneutique est conforme à ce que nous savons du régime héréditaire et de la propriété en vigueur en Grèce, pas seulement durant le haut archaïsme. Il suffit de relire Hésiode et de méditer le ressentiment qu’il éprouve à l’égard de son frère Persée, plus chanceux. Ou il suffit de réfléchir à la signification de l’attribution automatique, avant même d’avoir réalisé la fondation, d’un lot de terre à tous ceux qui partiraient de la mère patrie ; c’est ce qu’on peut conclure de l’anecdote rapportée par Démétrios de Scepsis (citée dans Athénée 4, 167d) à propos d’Æthiops de Corinthe, qui, au cours du voyage par mer, échangea son futur lot contre un gâteau au miel. Et, encore une fois, rappelons-nous la répartition des terres agricoles qui fut réalisée à Zancle au détriment des Sicules lors de l’arrivée de l’apoikia de Périérès et Krataeménès (Thucydide 6, 4, 5). Quel intérêt auraient pu avoir des individus particuliers à organiser des expéditions de ce genre ? Les échanges de biens – pratique définie par le mot prexis dans les textes grecs qui traitent de ces questions –, bien décrits notamment par Hésiode, étaient des actes individuels qui n’aboutissaient pas à des établissements permanents outre-mer. Pourquoi, dans ces conditions, imaginer que des initiatives privées auraient eu l’ambition de créer des fondations au-delà des mers et les auraient effectivement accomplies ? Sur ce point du débat, nous pouvons appuyer notre interprétation sur une source écrite. Elle provient de Charon de Lampsaque, historien des vicissitudes de son propre pays, qui est cité par Plutarque (Mul. virt. 255 a-e). Phobos de Phocée, qui s’était attiré les faveurs de Mandron, roi des Bébryciens, fut invité par ce dernier à fonder une nouvelle cité, le roi ayant mis à disposition le territoire nécessaire, démontrant ainsi sa bienveillance. Mais Phobos dut retourner chez lui pour convaincre les Phocéens de la facilité de l’entreprise, et ce n’est qu’après avoir obtenu le consentement de ses concitoyens qu’il revint auprès de Mandron pour fonder la nouvelle ville. C’est bien là le point essentiel : le changement de statut de l’entreprise, qui, de privée comme le fut le voyage de Phobos chez les Bébryciens, devint publique lorsque la nouvelle fondation reçut l’accord de la mère patrie. La même procédure est exposée par Strabon (6, 2, 2) lorsqu’il raconte que Théoclès a dû convaincre les Chalcidiens pour pouvoir fonder de nouvelles cités en Sicile. Il en est aussi ainsi pour les Méliens (Plutarque, Mul. virt. 246d).

13Mais revenons aux données archéologiques relatives à l’aspect des fondations grecques de la première génération en Sicile orientale. Parmi elles, seules Naxos et Mégara Hyblaea sont suffisamment connues grâce aux fouilles archéologiques qui ont été effectuées. Zancle est très peu connue jusqu’à présent pour ce qui regarde sa phase initiale, qui nous intéresse ici. On peut en dire autant pour Syracuse et Catane, car ces trois villes n’ont cessé d’être occupées jusqu’à ce jour, couvrant, quand ce n’est pas détruisant ou bouleversant, les vestiges les plus anciens. Même pour Leontinoi, on ne dispose pas encore de données sur la période qui nous intéresse ici : les fouilles archéologiques n’y ont pour l’instant mis au jour que des contextes et des monuments plus récents.

14L’exemple le plus emblématique et le mieux étudié de la première génération des apoikoi est la cité de Mégara Hyblaea. Elle a commencé à être étudiée à la fin du xixe siècle par Paolo Orsi, puis, grâce à une œuvre de longue haleine, elle a été mise au jour par des maîtres tels que Georges Vallet (fig. 5) et François Villard, puis, plus récemment, par nos collègues Michel Gras, Henri Tréziny et Henri Broise.

5 - Georges Vallet à Mégara Hyblaea, de dos, tenant le mégaphone (5 mai 1976).

5 - Georges Vallet à Mégara Hyblaea, de dos, tenant le mégaphone (5 mai 1976).
  • 4 G. M. Bacci, G. Tigano, M. Ravesi, G. Zavettieri, L’area sacra dell’isolato Z a Messina e la ktisis(...)

15Même si, comme je viens de le dire, les données concernant Zancle sont peu nombreuses, elles sont d’un grand intérêt (fig. 1). Les fouilles récentes ont donné lieu à une découverte remarquable dont l’interprétation pose de vastes questions4. Non loin du port, sous l’habitat moderne, un site archéologique présente une longue période d’occupation. Pour notre présent propos, on s’intéressera à deux bâtiments de plan rectangulaire construits entre le viie et le vie siècle av. J.-C. sur un socle en pierres sèches portant une élévation de terre crue (fig. 6). Une salle au fond du bâtiment A comporte une banquette de maçonnerie le long de trois murs : un tel aménagement s’explique pour donner des banquets. Sous ces deux bâtiments, on trouve un grand tumulus composé de pierres, reposant sur un sol qui a été daté entre la fin du viiie et le début du viie siècle av. J.-C. Ce sol était couvert de terre brûlée, de restes de nourriture et de vases déposés : ce sont les vestiges de l’accomplissement d’un acte rituel important. Les constations archéologiques se bornent à ces observations. Pour les interpréter, il est utile de rappeler le rite décrit par Callimaque à propos des honneurs rendus aux œcistes de Zancle. Ce passage se trouve dans le deuxième livre des Aetia, publié par Pfeiffer sous le no 43. La cérémonie était centrée sur un banquet organisé pour coïncider avec l’anniversaire de la fondation de la cité. On comprend aussi, grâce au contexte, que ces célébrations servaient également à enregistrer le passage du temps, de sorte qu’on pouvait calculer le nombre d’années d’existence de la cité depuis sa fondation. En l’occurrence, la correspondance entre les écrits de Callimaque et les données archéologiques semble parfaite. La superposition d’une salle à banquet au tumulus qu’on interpréterait comme la sépulture ou le cénotaphe d’un des œcistes indique que le rite du haut archaïsme s’est perpétué au cours du temps.

6 - Messine, îlot Z. Planimétrie générale et positionnement du « tumulus » ; les édifices A et B ; coupe des niveaux de fréquentation à côté du « tumulus ».

6 - Messine, îlot Z. Planimétrie générale et positionnement du « tumulus » ; les édifices A et B ; coupe des niveaux de fréquentation à côté du « tumulus ».
  • 5 P. Pelagatti, Siracusa. Elementi dell’abitato di Ortigia nell’VIII e nel VII secolo a.C., in Insedi (...)
  • 6 Pour d’autre sources, voir L. Gallo, Le fonti letterarie sulle chorai coloniali, in Problemi della (...)
  • 7 P. Orsi, Gli scavi intorno a l’Athenaion di Siracusa negli anni 1912-1917, MonAnt, 25, 1919, col. 6 (...)

16À Syracuse, selon Thucydide (6, 3, 2), Archias organisa la ktisis, c’est-à-dire la fondation véritable, seulement après avoir chassé les Sicules de l’île d’Ortygie (fig. 7). Les fouilles de Paolo Orsi puis celles de Paola Pelagatti et Giuseppe Voza dans le centre historique de Syracuse ont d’ailleurs apporté des témoignages clairs de l’existence d’un habitat indigène5. Les fouilles sous le bâtiment de la préfecture ont mis au jour une cabane occupée entre le xe et le ixe siècle av. J.-C. Des niveaux archéologiques sicules sans importation grecque sont recouverts par des couches qui contiennent à la fois du mobilier indigène et grec, ce dernier datant du dernier quart du viiie siècle av. J.-C. En plus de la continuité d’occupation, il faut noter les particularités résultant de la longue durée de peuplement de Syracuse : en effet, les couches remontant aux origines de la cité sont de très faible épaisseur. Il est malaisé d’interpréter l’assemblage des vases grecs et indigènes : est-il la preuve d’importations grecques antérieures à la ktisis ou bien celle de la présence d’individus sicules et de leurs productions, après que la fondation a été effectuée ? Que dans la ville grecque aient également vécu des Sicules est démontrable : outre la mention par Hérodote (7, 155, 2) de kyllirioi ou de kyllikyrioi6, esclaves effectuant des travaux agricoles, il faut signaler un graffito gravé par Danklaia comme dédicace d’un vase proto-corinthien7. Ce nom de Danklaia est celui d’une femme dont l’onomastique répète le toponyme indigène de la fondation chalcidienne de Zankle (Thucydide 6, 4, 5). Les vestiges attribuables avec certitude aux premières phases de la cité grecque sont des murs rectilignes, au demeurant très incomplets, mis au jour sous la préfecture et sous le temple ionique. À piazza Duomo, des fondations d’un bâtiment en forme d’oikos datent de la fin du viiie siècle av. J.-C. ; du fait de sa forme, il a été interprété, mais sans fondement, comme le plus ancien lieu de culte de la cité de Syracuse dès sa création.

7 - Syracuse. Plan d’Ortygie.

7 - Syracuse. Plan d’Ortygie.
  • 8 M. C. Lentini (dir.), Naxos di Sicilia. L’abitato coloniale e l’arsenale navale. Scavi 2003-2006, M (...)
  • 9 F. De Angelis, Re-assessing the earliest social and economic developments in Greek Sicily, RM, 116, (...)

17Si on laisse de côté les vestiges jusqu’ici connus à Catane, au demeurant de maigres restes de bâtiments de l’époque archaïque qui ne remontent pas à la période de la fondation, nous pouvons examiner les données acquises à Naxos au cours des dernières années (fig. 8). La fondation chalcidienne a été implantée dans la péninsule que l’on nomme aujourd’hui Schisò, avec, au nord, un port favorable mais maintenant ensablé. Sous la cité archaïque, détruite et dépeuplée par Denys l’Ancien, tyran de Syracuse en 403 av. J.-C., ont été mis au jour les vestiges du plus ancien habitat, celui des fondateurs. Toutefois, même ici, les données archéologiques ne sont pas assez claires pour évaluer pleinement la nature des rapports entre les indigènes et les nouveaux arrivants. Il convient de rappeler que la péninsule de Schisò fut le siège d’habitats indigènes depuis l’âge du bronze, époque à laquelle remonte un imposant mur défensif longeant le rivage. La côte est dominée par la nécropole de Cocolonazzo di Mola, dont proviennent des récipients en céramique grecque, comme une kotyle de type Aetos 666, datable entre le Géométrique récent I et II. Cet objet témoigne donc des échanges avec les navigateurs grecs avant la fondation de Naxos. Dans la zone de Schisò, des habitations à plan en abside aux murs à base de pierres sèches sont recouvertes par des maisons à plan rectangulaire (fig. 9). Cette évolution évidente ne rencontre pas d’évolution parallèle dans le mobilier qui nous révèlerait une différence chronologique reconnaissable, dans la mesure où le mobilier stratigraphiquement associé à l’une et l’autre des deux structures architecturales appartient à la même phase du Géométrique récent II. Les productions céramiques grecques y sont mêlées à celles en pâte modelée indigène, dans une bonne proportion. En gardant à l’esprit la coexistence assurée des indigènes avec la première génération des Chalcidiens, des femmes comme dans le cas déjà mentionné de la tombe 72 (fig. 2), la composition exacte de la population de la péninsule de Schisò reste incertaine au stade actuel de la recherche. Le développement progressif des bâtiments suivant un urbanisme orthogonal et aligné manifeste certainement les effets d’une réglementation issue de la culture grecque8. Mais pour ce qui est de la forme du plus ancien établissement, en l’absence de données archéologiques univoques, l’interprétation dépend de la mentalité du chercheur d’aujourd’hui. Ainsi, certains peuvent croire que les apoikoi chalcidiens ont progressivement développé leur nouvelle ville après avoir chassé les Sicules de la péninsule de Schisò, tout en gardant avec eux les femmes et ceux qu’ils jugeaient utiles pour réaliser de gros travaux. Ou bien d’autres peuvent penser que les Grecs et les Sicules, qui se connaissaient mieux les uns les autres grâce aux échanges antérieurs qui se passaient dans l’habitat voisin de Villasmundo, ont vécu en bonne intelligence dans la ville nouvelle. Les Sicules auraient alors préservé leurs coutumes jusqu’à ce que l’influence de plus en plus forte de la culture grecque ait dominé une culture qui n’était pas mixte car composée majoritairement de traits grecs et bien moins indigènes. Franco De Angelis a proposé récemment un troisième modèle interprétatif9 : les terres, jusqu’alors en friche, auraient été exploitées à la fois par les Grecs installés dans la nouvelle ville et par des indigènes repoussés par les apoikoi au moment de leur implantation au-delà des zones qu’ils occupaient et cultivaient eux-mêmes. Les Grecs, que l’on devrait maintenant qualifier de Sicéliotes, auraient exploité ces terres défrichées pour les rendre aptes à l’agriculture de telle façon qu’ils auraient associé pacifiquement les habitants indigènes et qu’ils auraient progressivement pris possession de terres apportées en dot lors des mariages.

18Telle est donc la reconstitution proposée par De Angelis, mais les sources antiques témoignent abondamment que les rapports entre Sicéliotes et indigènes ont beaucoup évolué, passant de la violence à l’alliance.

8 - Plan de Naxos de Sicile.

8 - Plan de Naxos de Sicile.

9 - Naxos de Sicile, maison 5. Pièce B et plan général.

9 - Naxos de Sicile, maison 5. Pièce B et plan général.

19L’archéologie établit clairement que l’excédent de l’ensemble des activités pratiquées dans les zones touchées par les apoikiai et dans les régions voisines de celles-ci était canalisé vers les villes nouvellement fondées. Tant et si bien que, sorties de nulle part, en quelques siècles tout au plus, nous voyons émerger de splendides réalisations monumentales, sacrées et profanes, à Syracuse, à Sélinonte, à Gela, à Agrigente, à Mégara Hyblaea, alors que les établissements sicules, qui étaient florissants pendant l’âge du bronze et l’âge du fer, s’appauvrissent progressivement, quand ils ne sont pas complètement abandonnés. Il subsiste, il est vrai, à l’intérieur des terres, des agglomérations, comme à Monte San Mauro près de Caltagirone, mais elles prennent un aspect et une organisation à la grecque, comme le démontre amplement la découverte de la table en bronze inscrite portant des textes législatifs inspirés par la culture de Chalcis.

20Sauf erreur, De Angelis ne discute pas la tradition historiographique à propos de Leontinoi, peut-être par manque de confiance en sa valeur, mais il ne faut pas oublier qu’un cas similaire a été rapporté pour Locres Épizéphyrienne (Polyen, Strat. 6, 22 ; Polybe 12, 6) sans parler du cas déjà mentionné de Zankle, rapporté par Thucydide (6, 4, 5).

21Leontinoi fut fondée par Théoclès. Dans un premier temps, après un serment d’amitié, Grecs et Sicules cohabitèrent mais, peu après, ces derniers furent exterminés par des Mégariens à la solde des Grecs. Cette histoire (Polyen, Strat. 5, 5) est partiellement confirmée par Thucydide (6, 3, 3), qui se borne à dire que les Chalcidiens, sur le point de fonder Leontinoi, menèrent une guerre contre les Sicules. La raison de cette volte-face ne semble tenir à rien d’autre que la nécessité, de la part des apoikoi, de disposer largement des terres agricoles aux dépens des propriétaires sicules originels, dont nous pouvons imaginer qu’ils se révoltèrent. Des sources écrites, on tire l’enseignement que les Grecs n’étaient prêts à aucun compromis en ce qui concerne la propriété pleine et entière des terres agricoles.

  • 10 H. Tréziny, Grecs et indigènes aux origines de Mégara Hyblaea (Sicile), RM, 117, 2011, p. 15-34.

22Dans notre tentative de reconstruire les premières phases de développement des nouvelles fondations grecques en Italie méridionale et en Sicile, les événements précités nous amènent à ne pas négliger l’évolution des rapports entre Grecs et indigènes. On assiste à un développement progressif qui implique presque toujours un profond changement dans la nature des relations elles-mêmes. L’application archéologique de cette méthode d’interprétation, que nous avons déjà proposée pour Cumes dans la conférence précédente, a été réalisée dans une étude récente menée par Henri Tréziny sur les origines de Mégara Hyblaea10. Les événements relatifs à cette fondation sont parmi les plus complexes de tous ceux dont la mémoire a été préservée, mais il est très probable que, dans la réalité, il y eut bien d’autres événements similaires ou semblables dont aucun souvenir n’a été conservé. L’apoikia envoyée en Occident par Mégara Nisaea a été conduite par Lamis ; l’expédition fonda, à son arrivée en Sicile, un établissement nommé Trotilon sur un site qui n’a pas été encore identifié. Celui-ci, cependant, devait être situé sur la côte orientale, au sud de l’embouchure de la rivière Simeto, de manière à constituer, conformément à une hypothèse vraisemblable de Thomas Dunbabin, un poste de contrôle sur la côte afin de garantir la sécurité de Leontinoi. En fait, les Mégariens étaient, selon Strabon (6, 2, 2), associés aux Chalcidiens de Théoclès pour la fondation de Naxos, la cité-mère de Leontinoi. Toutefois cette association n’est pas mentionnée par Thucydide (6, 4, 1) et elle est reportée plus tard par le pseudo-Scimnos (273-279). La variété des traditions à cet égard reflète l’âpre concurrence que se livraient les différentes poleis de Sicile, chacune réclamant la primauté sur les autres et minimisant leur rôle et leur histoire. Cependant, depuis le début de l’émigration outre-mer ou peu de temps après, il existait une forme d’association entre Chalcis et Mégara. Elle est démontrée, entre autres, par l’épisode, mentionné précédemment, de l’expulsion des Sicules de Leontinoi, exécutée par les Mégariens à la solde des habitants de Leontinoi. Thucydide mentionne aussi (6, 4, 1) la présence de Mégariens à Leontinoi, qu’il rapporte non à l’expulsion des Sicules mais à une guerre menée lors de la fondation. De Leontinoi, les Mégariens furent à leur tour chassés ; ils se réfugièrent à Thapsos où mourut Lamis. C’est alors que le roi sicule Hyblon leur offrit un territoire où construire leur ville, qui prospéra jusqu’à l’expulsion de ses habitants par Gélon, tyran de Syracuse entre 484 et 480. Parmi les fondations grecques du haut archaïsme dans le Sud de l’Italie et en Sicile, c’est le seul cas où le sort des Grecs dépendit complètement du bon vouloir des indigènes. Tant et si bien qu’on peut se demander si Thucydide, qui est notre seule source sur le sujet, ne s’est pas fait l’écho d’une version très méprisante à l’égard de Mégara Hyblaea, à partir des sources syracusaines qu’il utilise dans cette partie de son ouvrage.

  • 11 P. G. Guzzo, Caronda e coloro che si nutrono dallo stesso granaio. Ipotesi sulle strutture circolar (...)
  • 12 M. Gras, H. Tréziny, Mégara Hyblaea: le domande e le risposte, in La Magna Grecia da Pirro ad Annib (...)

23C’est alors que la recherche archéologique menée sur le site depuis maintenant plus d’un demi-siècle (fig. 10) a bouleversé nos connaissances, non seulement par les données matérielles, mais aussi par la redéfinition de l’élaboration théorique. Par exemple, rappelons-nous ce que l’on a appelé « la phase des campements », c’est-à-dire la période de durée incertaine entre le moment de l’arrivée sur le site choisi pour la ktisis et la construction des habitations les plus anciennes qu’on ait retrouvées. À cette phase sans bâtiment appartiennent des silos creusés dans le sol pour conserver les denrées alimentaires (fig. 11). Ce type de silo n’était pas unique : on connaît aussi des greniers élevés au-dessus du sol sur des plates-formes circulaires en pierre11. C’est de ces greniers que dériverait le nom de ὁμοσεπύος, désignant une agrégation familiale particulière mentionnée dans la lex sacra de Sélinonte. Mis à part un fragment attribué à la phase de Finocchito12, le site était totalement dépourvu d’habitat de l’âge du fer. Les objectifs et les réalisations qui ont conduit à la forme de la ville construite dans la première moitié du viie siècle av. J.-C. constituent dès lors un sujet d’enquête du plus grand intérêt, dans la mesure où Mégara Hyblaea, qui n’a plus été occupée depuis l’époque antique, a été fouillée en extension afin de mettre au jour l’ensemble de la zone centrale, autour de l’agora. Des sondages plus ou moins étendus ont aussi permis de reconstruire la grille des rues à l’intérieur des remparts de la ville du viie siècle. En outre, des relevés géophysiques effectués dans le secteur ouest du site ont amélioré et étendu notre connaissance de l’urbanisme. À part Mégara Hyblaea, seules Cumes, Sybaris et Sélinonte ont cessé d’être habitées après l’Antiquité, mais uniquement cette dernière, fondée par Mégara Hyblaea au cours de la deuxième moitié du viie siècle, fait l’objet d’une fouille extensive encore en cours. Les Mégariens ont donc pu planifier l’urbanisme de leur nouvelle ville sans devoir respecter des bâtiments existants, tout le contraire de ce qui s’était produit à Mégara Nisaea, leur patrie originelle, où des sanctuaires datant de l’époque géométrique avaient dû être respectés au fil du temps par les bâtiments des périodes suivantes.

10 - Mégara Hyblaea. Vue aérienne du site.

10 - Mégara Hyblaea. Vue aérienne du site.

11 - Mégara Hyblaea. Répartition des puits (à gauche) et des silos (à droite).

11 - Mégara Hyblaea. Répartition des puits (à gauche) et des silos (à droite).
  • 13 H. Tréziny, Lots et îlots à Mégara Hyblaea. Questions de métrologie, in La colonisation grecque en (...)
  • 14 M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque. L’espace urbain d’une cité gr (...)

24L’étude en profondeur qu’Henri Tréziny vient de consacrer à l’identification du module de base utilisé pour les mesures nécessaires à la délimitation des lots aboutit à la conclusion, qui corrobore une intuition de Georges Vallet, que le but initial de la création de ce module concernait la distribution des terres, bien avant la planification de la ville (fig. 12-13)13. Un arpentage analogue, et dans le même but, aura été mis en place pour la subdivision de la chora en lots agricoles. Un simple coup d’œil au plan de la ville tel qu’on peut le reconstruire suffit à mettre en évidence la façon dont la distribution des îlots de la nouvelle fondation a eu lieu (fig. 14). Elle suit un ordonnancement rectiligne, en partie parallèle, mais non perpendiculaire. Cette disposition est illustrée par le plan de l’agora. On suppose que cette particularité vient du fait que les premiers « campements » étaient organisés en noyaux, isolés les uns des autres, et que, dans chacun d’entre eux, s’était rapidement établi un réseau de sentiers. Ce sont ces derniers qui auraient donné les orientations des rues, tant et si bien que leur alignement avec les portes ouvertes dans les remparts a nécessité des ajustements de leur parcours rectiligne14. À partir de ces hypothèses générales, Henri Tréziny pense que plusieurs équipes d’arpenteurs ont œuvré à la mise en place du plan, ce qui paraît vraisemblable. Les arpenteurs auront également tenu compte de l’orientation des deux principales routes qui traversent la zone défendue par le rempart, reliant les différents noyaux entre eux et à l’agora, et à l’extérieur de la ville. Les sentiers étaient également nécessaires à l’approvisionnement en eau d’abord fournie par des sources, ensuite par des puits creusés dans l’arrière-cour des maisons. Les puits et les silos déjà mentionnés, utilisés dès l’implantation des apoikoi sur le site, présentent des localisations qui mettent en évidence, en tenant compte des zones non encore fouillées, la distribution des premiers habitants par groupes (fig. 11). La concentration la plus élevée de puits et de silos se situe dans le quartier de l’agora : nous pouvons en déduire que cet espace, fonctionnellement défini, a été identifié dès le départ comme centre politique et organisationnel de la nouvelle fondation.

12 - Mégara Hyblaea. Modules des lots urbains.

12 - Mégara Hyblaea. Modules des lots urbains.

13 - Mégara Hyblaea. Mesures d’un module théorique de lot.

13 - Mégara Hyblaea. Mesures d’un module théorique de lot.

25Les lots urbains couvrent des superficies théoriques reconstituées de 1000 pieds carrés (fig. 13). Le pied étant égal à 34,4 cm, quatre pieds forment un module de base égal à 1,375 m. Les lots mesurables ne présentent pas tous la même extension. Ceux situés à l’ouest de l’agora mesurent 121 m2, ceux placés à l’est 135 m2. Les premiers ont des côtés de 7 × 9 modules, tandis que les autres ont des côtés de 8 × 8,8 modules. Les résultats de la multiplication donnent 1008 et 1024 pieds carrés : à partir de ces mesures approchées, on déduit la mesure théorique de 1000 pieds carrés. La différence de surface entre les lots de l’ouest et de l’est se réduirait si, pour les seconds, on adopte des mesures théoriques de 8 modules pour chaque côté : de la sorte, leur superficie s’élèverait à 64 pieds carrés, à peine plus que les 63 pieds carrés des lots situés à l’est de l’agora.

14 - Mégara Hyblaea. Plan de la ville.

14 - Mégara Hyblaea. Plan de la ville.
  • 15 Cf. L. Gallo, L’isomoiria: realtà o mito?, in C. Antonetti, S. De Vido (dir.), Temi selinuntini, Pi (...)

26Tréziny propose d’attribuer cette différence de superficie à des erreurs des géomètres. Mais l’écart est tout de même de 14 m2, ce qui équivaut à peu près à une pièce de 3 × 5 m. Par conséquent, bien que modeste, la différence est notable. Il ne semble pas possible d’identifier la cause de cette disparité autrement qu’en fonction d’un critère général de hiérarchie sociale dans le corps politique de Mégara Hyblaea dès sa première génération. Une telle hiérarchie n’est pas invraisemblable si l’on considère que l’œciste et ses assistants devaient certainement occuper une position dominante, même si toute idée de hiérarchie semble contraire à l’idéologie de l’isomoiria, toujours mise en avant lorsqu’il s’agit d’apoikiai pour faire contraste avec les fortes différences sociales auxquelles on essayait de s’échapper en abandonnant la mère patrie. Mais l’isomoiria est plus une idéologie philosophique15 qu’une réalité pratique : les lots urbains, bien que théoriquement (mais pas pratiquement, nous venons de le voir) égaux en extension, étaient situés plus ou moins près de l’agora et des temples. Les lots agricoles aussi étaient plus ou moins proches de la ville ou de l’eau nécessaire à l’irrigation. Il s’ensuit que l’égalité théorique des droits n’était pas couplée à la commodité ; ce n’est pas par hasard si, bien plus tard, lors de la fondation de Thourioi, il y eut une émeute à cause d’un différend concernant l’attribution des lots agricoles près de la ville (Diodore de Sicile 12, 11).

  • 16 La Magna Grecia da Pirro ad Annibale. Atti del LII Convegno di studio sulla Magna Grecia (Taranto 2 (...)

27Quant à l’œciste, le bâtiment situé à l’angle nord-ouest de l’agora a été interprété comme l’hérôon dédié au culte du fondateur16, suivant un modèle largement attesté dans le monde grec, à Cyrène, Poseidonia, Amphipolis, Érétrie, Athènes. La découverte récente, à Sélinonte, d’une tombe à caisson de pierre entourée d’un mur de temenos et située presque au centre de l’agora a entraîné une remise en cause de cette interprétation. Le bâtiment de Mégara Hyblaea serait plutôt un sanctuaire sacralisant une maison datant des origines de la fondation. Sur le modèle de Sélinonte, il a également été proposé que la tombe de l’œciste soit plutôt située au centre de l’agora, sous les bains hellénistiques nettement postérieurs. Une autre possibilité serait que cette tombe se trouvât sous le temple dit « hellénistique » car on y a découvert une coupe de Thapsos intacte qui provient donc probablement d’un mobilier funéraire ou d’un dépôt votif.

28Il reste, bien sûr, à établir qui était considéré comme l’œciste de la cité. Lamis était mort à Thapsos (Thucydide 6, 4, 1), mais nous ne connaissons ni le lieu de son enterrement ni le nom de celui qui l’a remplacé à la tête de l’apoikia. Après la mort de Pentathlos le Rhodien, ses compagnons ont été menés par Gorgos, Thestor et Épithersides, qui ont assumé cette fonction jusqu’à la fondation de Lipari.

29La chronologie de l’organisation interne de la ville montre que de nombreux bâtiments datent de la fin du viiie siècle, étant parfaitement implantés dans la grille des lots telle qu’elle a été restituée. Les murs qui délimitent les lots le long des rues sont plus tardifs, datant de la seconde moitié du viie siècle av. J.-C.

30L’aspect que présentait Mégara Hyblaea à la fin du viiie siècle av. J.-C. est celui de la cité telle que l’avaient dans l’esprit les apoikoi : une structuration libre de toute contrainte imposée par le passé, à la différence de la mère patrie ; une répartition à peu près égalitaire mais prenant en compte l’exercice de responsabilités publiques qui, par conséquent, demandait une forme de reconnaissance ; une organisation par noyaux, chacun indépendant comme pour les génè mais tous reliés à un réseau de chemins convergeant vers l’agora, siège des cultes et des institutions.

31Dans notre prochaine conférence, nous discuterons d’une fondation différente, sur la côte ionienne de l’Italie méridionale, la fameuse Sybaris.

Bibliographie

G. Vallet, F. Villard, Les dates de fondation de Mégara Hyblaea et de Syracuse, BCH, 76, 1952, p. 289-346.

F. Nicosia, Fonti relative alla data di fondazione di Megara Hyblaea, SicGymn, 16, 1963, p. 154-182.

G. Vallet, F. Villard, Mégara Hyblaea 2. La céramique archaïque, Paris, 1964.

N. M. Kontoleon, Zur Gründung von Naxos und Megara auf Sizilien, in W. C. Brice (dir.), Europa. Studien zur Geschichte und Epigraphik der frühen Aegaeis. Festschrift für Ernst Grumach, Berlin, 1967, p. 180-190.

L. Bernabò Brea, Il crepuscolo di re Hyblon. Considerazioni sulla cronologia delle fondazioni di Leontinoi, Megara e Siracusa e sulla topografia della Megaride in Sicilia, PP, 23, 1968, p. 161-186.

P. Pelagatti, G. Vallet, G. Voza (dir.), Archeologia della Sicilia sud-orientale, Naples, 1973.

G. Vallet, F. Villard, P. Auberson, Mégara Hyblaea 1. Le quartier de l’agora archaïque, Rome, 1976.

D. Asheri, La colonizzazione greca, in E. Gabba, G. Vallet (dir.), La Sicilia antica 1, 3. Città greche e indigene di Sicilia: documenti e storia, Naples, 1980, p. 89-142.

I. Malkin, Apollo Archegetes and Sicily, AnnPisa, 16, 4, 1986, p. 959-972.

R. Sammartano, Tradizioni ecistiche e rapporti greco-siculi. Le fondazioni di Leontini e di Megara Hyblaea, Seia, 11, 1994, p. 47-93.

F. De Angelis, Estimating the agricultural base of Greek Sicily, PBSR, 68, 2000, p. 111-148.

M. Gras, H. Tréziny, Mégara Hyblaea. Retours sur l’agora, in E. Greco (dir.), Architettura, urbanistica, società nel mondo antico. Giornata di studio in ricordo di Roland Martin, Paestum, 2001, p. 51-63.

G. M. Bacci, Ceramica protoarcaica di Zancle: aspetti e problemi, in Da Zancle a Messina. Un percorso archeologico attraverso gli scavi, 2, Messine, 2002, p. 21-30.

I. Malkin, Exploring the validity of the concept of ‘foundation’: A visit to Mégara Hyblaia, in V. B. Gormon, E. W. Robinson (dir.), Oikistes. Studies in constitutions, colonies and military power in the Ancient World offered in honour of A. J. Graham, Leyde-Boston-Cologne, 2002, p. 195-225.

F. De Angelis, Megara Hyblaia and Selinous. The development of two Greek city-states in archaic Sicily, Oxford, 2003.

M. C. Lentini (dir.), Le due città di Naxos (Atti del seminario Giardini Naxos 2000), Iolo, 2004.

M. C. Lentini (dir.), Naxos di Sicilia. L’abitato coloniale e l’arsenale navale. Scavi 2003-2006, Messine, 2009.

Annexes

Sources des illustrations

Fig. 1 - G. M. Bacci, Alcuni elementi di topografia antica, in G. M. Bacci, G. Tigano (dir.), Da Zancle a Messina. Un percorso archeologico attraverso gli scavi, I, Messine, 1999, p. 52, fig. 1.

Fig. 2 - P. Pelagatti, L’attività della Soprintendenza alle Antichità della Sicilia orientale, Kokalos, 26-27, 1980-1981, II, 1, pl. 141.

Fig. 3 - L. Bernabò Brea, Il crepuscolo del re Hyblon, La parola del passato, 1968, fasc. 120, p. 165.

Fig. 4 - P. Pelagatti, I più antichi materiali di importazione a Siracusa, a Naxos e in altri siti della Sicilia orientale, in La céramique grecque ou de tradition grecque au viiie siècle en Italie centrale et méridionale, Naples, 1982, p. 119, fig. 1, p. 122, fig. 3, pl. 22.

Fig. 5 - Photographie Soprintendenza alle Antichità di Siracusa.

Fig. 6 - G. M. Bacci et al., L’area sacra dell’isolato Z a Messina e la ktisis di Zancle, in Alle origini della Magna Grecia. Mobilità migrazioni fondazioni, atti del 50°Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 2010, Tarente, 2012, p. 931, fig. 2, p. 933, fig. 4 , p. 934, fig. 5.

Fig. 7 - P. Pelagatti, Siracusa. Elementi dell’abitato di Ortigia nell’VIII e nel VII secolo a.C., in Insediamenti coloniali greci in Sicilia nell’VIII e VII secolo a.C. Atti della 2a riunione scientifica della scuola di perfezionamento in archeologia classica dell’università di Catania (Siracusa, 24-26 novembre 1977), Cronache di archeologia, 17, 1978, p. 120, fig. 1.

Fig. 8 - M. C. Lentini (dir.), Naxos di Sicilia. L’abitato coloniale e l’arsenale navale. Scavi 2003-2006, Messine, 2009, I, pl. h.t.

Fig. 9 - M. C. Lentini (dir.), Naxos di Sicilia, op. cit., p. 25, fig. 26-27.

Fig. 10 - Google Earth, © Digitalglobe.

Fig. 11 - M. Gras. H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque, Rome, 2004, p. 489, fig. 455, p. 498, fig. 456.

Fig. 12 - H. Tréziny, Lots et îlots à Mégara Hyblaea. Questions de métrologie, in La colonisation grecque en Méditerranée occidentale. Actes de la rencontre scientifique en hommage à Georges Vallet (Rome-Naples, 15-18 novembre 1995), Rome, 1999, p. 178, fig. 20.

Fig. 13 - H. Tréziny, Lots et îlots à Mégara Hyblaea, art. cit., p. 171, fig. 18.

Fig. 14 - M. Gras. H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5, op. cit., pl. h.t.

Notes

1 J. Bérard, La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité. L’histoire et la légende, Paris, 1957, p. 93.

2 T. J. Dunbabin, The Western Greeks. The history of Sicily and South Italy from the foundation of the Greek colonies to 480 B.C., Oxford, 1948, p. 436.

3 R. M. Albanese Procelli, Presenze indigene in contesti coloniali sicelioti: sul problema degli indicatori archeologici, in H. Tréziny (dir.), Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, Paris, 2010, p. 501-508.

4 G. M. Bacci, G. Tigano, M. Ravesi, G. Zavettieri, L’area sacra dell’isolato Z a Messina e la ktisis di Zancle, in La Magna Grecia da Pirro ad Annibale. Atti del LII Convegno di studio sulla Magna Grecia (Taranto 2012), Tarente, 2015, p. 929-945.

5 P. Pelagatti, Siracusa. Elementi dell’abitato di Ortigia nell’VIII e nel VII secolo a.C., in Insediamenti coloniali greci in Sicilia nell’VIII e VII secolo a.C. Atti della 2a riunione scientifica della scuola di perfezionamento in archeologia classica dell’università di Catania (Siracusa, 24-26 novembre 1977), Cronache di archeologia, 17, 1978, p. 119-133 ; G. Voza (dir.), Siracusa 1999. Lo scavo archeologico di Piazza Duomo, Syracuse, 1999.

6 Pour d’autre sources, voir L. Gallo, Le fonti letterarie sulle chorai coloniali, in Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero. Atti del XL Convegno di studio sulla Magna Grecia (Taranto 2000), Tarente, 2001, p. 70-71.

7 P. Orsi, Gli scavi intorno a l’Athenaion di Siracusa negli anni 1912-1917, MonAnt, 25, 1919, col. 608, fig. 203.

8 M. C. Lentini (dir.), Naxos di Sicilia. L’abitato coloniale e l’arsenale navale. Scavi 2003-2006, Messine, 2009, II, pl. h.t.

9 F. De Angelis, Re-assessing the earliest social and economic developments in Greek Sicily, RM, 116, 2010, p. 21-53.

10 H. Tréziny, Grecs et indigènes aux origines de Mégara Hyblaea (Sicile), RM, 117, 2011, p. 15-34.

11 P. G. Guzzo, Caronda e coloro che si nutrono dallo stesso granaio. Ipotesi sulle strutture circolari di Mégara Hyblaea, Seliunune e Himera, RM, 119, 2013, p. 33-42. Voir aussi M. R. Popham, L. H. Sackett, P. G. Themelis (dir.), Lefkandi I. The Iron Age settlement, Londres, 1979, p. 24 et suiv. ; J. D. Currid, The beehive granaries of ancient Palestina, Zeitschrift des Palästina Vereins, 101, 1985, p. 105, fig. 2.

12 M. Gras, H. Tréziny, Mégara Hyblaea: le domande e le risposte, in La Magna Grecia da Pirro ad Annibale. Atti del LII Convegno di studio sulla Magna Grecia (Taranto 2012), Tarente, 2015, p. 1133-1147, part. p. 1135. Ici aussi on trouve mention de trous de poteaux (L. Guzzardi, G. Germanà, A. Mundo, Rinvenimenti nel santuario sul porto di Mégara Hyblaea, in S. Fortunelli, C. Masseria (dir.), Ceramica attica da santuari della Grecia, della Ionia e dell’Italia. Atti del Convegno (Perugia 2007), Venosa, 2009, p. 693, époque néolithique) de chronologie incertaine, comme me l’a aimablement communiqué Henri Tréziny par écrit. Voir aussi H. Tréziny, Grecs et indigènes aux origines de Mégara Hyblaea, RM, 117, 2011, p. 24.

13 H. Tréziny, Lots et îlots à Mégara Hyblaea. Questions de métrologie, in La colonisation grecque en Méditerranée occidentale. Actes de la rencontre scientifique en hommage à Georges Vallet (Rome-Naples 1995), Rome, 1999, p. 141-183.

14 M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque. L’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale, Rome, 2004, p. 529, fig. 470.

15 Cf. L. Gallo, L’isomoiria: realtà o mito?, in C. Antonetti, S. De Vido (dir.), Temi selinuntini, Pise, 2009, p. 129-136.

16 La Magna Grecia da Pirro ad Annibale. Atti del LII Convegno di studio sulla Magna Grecia (Taranto 2012), Tarente, 2015, p. 1140, fig. 2.

Table des illustrations

Titre 1 - Le site de Zancle (Messine).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 2 - Naxos de Sicile : la tombe 72.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 3 - Mégara Hyblaea et ses environs.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 4 - De g. à dr. : kotyle (Taormina, Cocolonazzo di Mola) ; coupe du type Thapsos (Solarino) ; coupe du type Thapsos (Avola).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 5 - Georges Vallet à Mégara Hyblaea, de dos, tenant le mégaphone (5 mai 1976).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 6 - Messine, îlot Z. Planimétrie générale et positionnement du « tumulus » ; les édifices A et B ; coupe des niveaux de fréquentation à côté du « tumulus ».
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 7 - Syracuse. Plan d’Ortygie.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 8 - Plan de Naxos de Sicile.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 9 - Naxos de Sicile, maison 5. Pièce B et plan général.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 10 - Mégara Hyblaea. Vue aérienne du site.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 11 - Mégara Hyblaea. Répartition des puits (à gauche) et des silos (à droite).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 12 - Mégara Hyblaea. Modules des lots urbains.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 13 - Mégara Hyblaea. Mesures d’un module théorique de lot.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 14 - Mégara Hyblaea. Plan de la ville.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1050/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540