Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Pithécusses à Pompéi. Histoires de fondations

 | 
Pier Giovanni Guzzo

1. Cumes et Pithécusses : les débuts de l’établissement des Grecs en Italie méridionale

Texte intégral

1Je voudrais d’abord donner un aperçu des connaissances historiques et archéologiques sur l’implantation grecque en Italie méridionale et en Sicile orientale en insistant sur certains épisodes que je considère être parmi les plus importants du développement des établissements grecs. Ces établissements se sont développés progressivement, selon une dialectique continue. Ils ont été fondés par des Grecs d’origines variées et ont abouti à une fusion incluant des populations indigènes, elles aussi composées d’éléments disparates.

2Les trois premières conférences concerneront les colonies grecques qui ont ouvert la voie aux fondations postérieures dans les principales zones de colonisation des Grecs en Italie du Sud et en Sicile orientale. Le quatrième, en revanche, se concentrera sur une agglomération, Pompéi, qui fut italique depuis ses origines, mais qui était située dans une zone dont le développement économique a été conditionné par la proximité de colonies grecques, comme Pithécusses d’abord, puis plus tard comme Cumes et Neapolis (Naples), et aussi par le voisinage de la ville étrusque de Capoue.

3Pour traiter notre premier sujet, nous disposons de sources historiques qui donnent des informations pas toujours compatibles les unes avec les autres, mais que nous devons décoder en reconstruisant l’historiographie grecque. Strabon (5, 4, 4) définit Cumes, fondation d’Hippoclès de Cumes et de Mégasthène de Chalcis, comme la plus ancienne ville de Sicile et du Sud de l’Italie. Mais Tite-Live (8, 22, 6) dit que les Chalcidiens, qui avaient fait voile vers le golfe de Naples avec une puissante flotte, s’étaient d’abord établis dans les îles du golfe car ils n’osaient pas affronter les indigènes qui peuplaient le continent. Ce serait dans un second temps que in continentem ausi sedes transferre.

4La critique moderne attribue une grande autorité à Tite-Live dans la mesure où la notice concernant Cumes est incluse dans un passage consacré à Naples. On en a donc déduit que les antiquaires napolitains avaient transmis le souvenir des plus anciennes vicissitudes de la fondation de leur mère patrie.

5Parlant de Pithécusses, sur l’île d’Ischia, Strabon indique qu’elle était peuplée de colons venus d’Érétrie et de Chalcis (5, 4, 9) alors que la fondation de Cumes était composée uniquement de colons venus de Chalcis associés à des Cumains (5, 4, 4). Or, nous savons par Thucydide (1, 15) que « dans le passé », il y eut une guerre entre Chalcis et Érétrie, à laquelle participèrent d’autres cités, aussi bien de Grèce propre que de Grèce de l’Est (Hérodote 5, 99). Même si nous ne pouvons en définir précisément la chronologie, cette guerre intervint forcément entre la fondation de Pithécusses, effectuée conjointement par des envoyés des deux cités, et celle de Cumes où seuls les Chalcidiens étaient représentés. De plus, nous savons que les Chalcidiens s’associèrent à des Cumains originaires de Cumes d’Éolie, qui donnèrent leur nom à la nouvelle cité. Il faut toutefois rappeler que Denys d’Halicarnasse (7, 3, 1) indique que Cumes fut fondée par Chalcis et Érétrie. On a expliqué cette discordance par le fait que Denys aurait attribué à Cumes ce qu’on savait de l’histoire de Pithécusses, parce que Cumes était alors bien plus célèbre que Pithécusses, devenue à son époque un petit village.

6D’un point de vue archéologique, nos connaissances actuelles semblent indiquer une antériorité chronologique de l’établissement de Pithécusses par rapport à celui de Cumes.

7L’île d’Ischia fait partie de l’archipel Phlégréen (fig. 1). Elle est dominée par le mont Epomeo, un volcan aujourd’hui éteint, mais toujours actif comme le démontrent ses manifestations sismiques. Au cours de la phase correspondant au premier établissement grec, l’activité du volcan était probablement intermittente. Strabon rapporte en effet qu’une éruption, accompagnée d’un tsunami, contraignit les habitants à quitter l’île (5, 4, 9). D’après le contexte du passage, on déduit que cet événement eut lieu durant la haute période archaïque. Comme autre cause de l’abandon de l’île, Strabon mentionne aussi une stasis. On a proposé que les troubles civils en question auraient découlé de la guerre susmentionnée entre Chalcis et Érétrie, les deux communautés politiques qui se partageaient jusqu’alors l’établissement comme elles l’avaient fait au moment de son peuplement originel.

1 - L’île d’Ischia : 1. Lacco Ameno, Santa Restituta ; 2. Lacco Ameno, Monte di Vico ; 3. Lacco Ameno, baie de San Montano ; 4. Casamicciola ; 5. Cartaromana ; 6. Promontoire de Punta Chiarito.

1 - L’île d’Ischia : 1. Lacco Ameno, Santa Restituta ; 2. Lacco Ameno, Monte di Vico ; 3. Lacco Ameno, baie de San Montano ; 4. Casamicciola ; 5. Cartaromana ; 6. Promontoire de Punta Chiarito.

L’île a été habitée, depuis l’âge du bronze, par des groupes de peuples autochtones qui occupaient des collines le long de la côte, comme Castiglione di Casamicciola et Sant’Alessandro d’Ischia. Sur la colline de Monte di Vico di Lacco Ameno, la fouille d’un dépotoir a livré une grande quantité de matériel, parmi lequel ont été identifiés des fragments de récipients en céramique du Géométrique moyen II de fabrication corinthienne, mais aucun mobilier de fabrication indigène qui est, au contraire, présent dans les autres sites mentionnés (fig. 2). Compte tenu du fait que la vaste nécropole de San Montano, qui s’étend au pied du Monte di Vico, est incontestablement formée de sépultures de porteurs de la culture grecque, on en déduit que l’occupation grecque la plus ancienne de l’île advint pendant le Géométrique moyen, au cours de la première moitié du viiie siècle av. J.-C. Cet établissement serait situé au sommet du Monte di Vico (fig. 3). Cependant, il convient de noter que, jusqu’à présent, les plus anciennes sépultures connues ne remontent pas au-delà de la fin du Géométrique I, c’est-à-dire peu après le milieu du viiie siècle, laissant ainsi un hiatus entre les deux séries archéologiques. Signalons aussi qu’au lieu-dit Pastóla (fig. 3) ont été trouvés deux fragments de skyphoi du Géométrique moyen II, malheureusement hors contexte stratigraphique.

2 - Ischia. Céramique du Scarico Gosetti.

2 - Ischia. Céramique du Scarico Gosetti.

3 - Ischia. Le Monte di Vico et les sites voisins.

3 - Ischia. Le Monte di Vico et les sites voisins.

8Les fragments du Géométrique moyen de Monte di Vico et de Pastóla sont contemporains des coupes cycladiques déposées dans certaines tombes indigènes de Cumes. N’oublions pas non plus des découvertes similaires faites dans la nécropole de Pontecagnano et dans celles d’Étrurie méridionale. À cela il faut ajouter un graffito gravé sur un récipient en céramique modelée locale trouvé dans la tombe 482 de la nécropole de l’Osteria dell’Osa, située entre Rome et Tivoli ; or, ce graffito est écrit en alphabet eubéen (fig. 4).

4 - Osteria dell’Osa. Graffito en alphabet eubéen.

4 - Osteria dell’Osa. Graffito en alphabet eubéen.

9Ces découvertes montrent que déjà au cours de cette phase chronologique, des marins grecs parcouraient les eaux de la mer Tyrrhénienne centrale, échangeant des produits avec les Italiques autochtones et avec les Étrusques de la période villanovienne. À la différence de Cumes, de Pontecagnano et des sites étrusques, les vases de Monte di Vico et de Pastóla sont privés de contexte stratigraphique. Il n’est donc pas possible de définir leur appartenance culturelle avant qu’ils aient été hors d’usage et jetés. Est-ce que ce sont les vestiges du plus ancien établissement grec, ou bien de simples témoins d’échanges entre Grecs et indigènes ?

10Comme il arrive dans de tels cas, les savants modernes sont divisés. Au prix d’un élargissement de la zone d’enquête, il est bon de rappeler brièvement que du mobilier céramique de la période du Géométrique moyen est attesté dans l’agglomération de Huelva, dans le Sud de l’Espagne, et dans le village des Nuraghe de Sant’Imbenia, situé sur la côte ouest de la Sardaigne (fig. 5). À ce contexte archéologique ajoutons les données historiques : le Périple attribué à Scylax (§ 111-112) rapporte qu’il y avait une Pithécusses sur la côte libyenne à l’ouest d’Utique, ainsi que d’autres toponymes d’origine eubéenne.

5 - Sant’Imbenia, Alghero (SS). Fragments de skyphoi du Géométrique moyen.

5 - Sant’Imbenia, Alghero (SS). Fragments de skyphoi du Géométrique moyen.
  • 1 Voir la carte de P. G. Guzzo, Tucidide e le isole, tra Fenici e Grechi, AION, n.s. 15-16, 2008-2009 (...)
  • 2 P. Criscuolo, Materiali di ambito villanoviano e sardo nelle necropoli preelleniche di Cuma, in Gli (...)

11Il résulte de ces informations, à contextualiser selon leur propre nature documentaire, que les Phéniciens et les Eubéens (il ne semble pas possible de distinguer alors entre Chalcis et Érétrie) s’engageaient, au moins dans la première moitié du viiie siècle av. J.-C., dans des voyages allant jusqu’à la côte ibérique. De tels voyages étaient facilités par des escales intermédiaires. Compte tenu des courants marins et des vents, le retour ne pouvait se faire, comme à l’aller, en cabotant le long des côtes nord de l’Afrique, mais il fallait suivre les routes qui reliaient l’Espagne aux îles Baléares, puis à la Sardaigne, et, de là, à la Libye ou à la côte sud de la Sicile1. Les populations sardes contrôlaient les navigations dans le bassin central de la mer Tyrrhénienne, comme l’indiquent plusieurs découvertes datables du viiie siècle av. J.-C., non seulement en Étrurie Minière, mais aussi plus au sud, à Vulci, à Lipari, à Pontecagnano et à Cumes (fig. 6)2. Il est très probable que c’est dans le cadre de ces explorations que les Eubéens ont fréquenté Ischia et apprécié les possibilités qu’offrait cette île du point de vue des échanges avec l’arrière-pays fertile de la Campanie et avec les dynamiques sociétés étrusques.

6 - Cumes, Monte Vetrano. Navicella nuragique.

6 - Cumes, Monte Vetrano. Navicella nuragique.

12Il apparaît donc hors de propos, au moins dans l’état actuel des connaissances, de définir de manière tranchée si les fragments du Géométrique moyen de Monte di Vico et de Pastóla indiquent un premier établissement grec ou le début des échanges commerciaux entre les Grecs et les indigènes. Il est établi qu’après la phase des échanges entre la première moitié du viiie siècle av. J.-C. et le milieu de ce siècle ou peu après, un établissement fixe fut établi, ce que prouve, sans conteste, la nécropole de San Montano.

13C’est de la forme et de la structure de cette nécropole que nous tirons nos connaissances sur l’établissement créé par Érétrie et Chalcis. Celui-ci, pour autant qu’on en sache aujourd’hui par l’archéologie, est la plus ancienne fondation grecque dans le Sud de l’Italie. De l’habitat correspondant à la nécropole nous ne connaissons rien, du fait de l’érosion qui a fait disparaître les couches d’une occupation qui devait être peu dense, au sommet du Monte di Vico. La nécropole est au contraire située au pied de la colline, dans la baie de San Montano, qui s’ouvre à l’ouest, formant l’un des deux ports de la colonie (fig. 3). La nécropole s’est progressivement constituée de nombreuses sépultures distinctes, correspondant à des familles différentes. Par la suite, on subdivisa la nécropole en fonction des familles. Les premiers types de tombes sont, d’une part, des incinérations secondaires sous tumulus réservées aux individus adultes, hommes et femmes, et, d’autre part, des inhumations en fosse, contenant du mobilier funéraire ou non. Dans le premier cas, il s’agit d’adolescents enterrés dans des cercueils de bois. Dans le second cas, les corps ne sont pas mis dans des cercueils mais sont blottis selon un rite indigène. En conséquence, ces tombes sont interprétées comme celles d’esclaves. Enfin, on trouve aussi des inhumations dans des vases de céramique, destinées aux enfants.

14La stratigraphie horizontale peut être schématisée ainsi : les cendres du plus vieux défunt d’un génos sont apportées depuis le bûcher jusqu’au lot qui est attribué à sa famille. On élève au-dessus un tumulus, entouré à la base d’un cercle de pierres et contenant le mobilier funéraire. Autour de ce tumulus le plus ancien, on creuse des fosses pour ceux qui font partie du même génos, mais dont la position sociale est subalterne, et aussi les tombes des nourrissons placés dans des conteneurs en céramique. Ce premier monticule est partiellement érodé par le temps et est ensuite recouvert par la construction ultérieure d’un autre tombeau, également à tumulus, appartenant à une génération postérieure d’un membre du génos. Et ainsi de suite. Grâce à la fouille minutieuse effectuée dans les années 1950 par Giorgio Buchner (fig. 7), on dispose d’un grand nombre de données. À partir de celles-ci, on a pu reconstruire récemment la stratigraphie horizontale et verticale de la partie de la nécropole publiée à ce jour. Mais il s’agit de 10 % de l’ensemble environ : il s’ensuit que nos connaissances, quelque détaillées qu’elles soient, ne couvrent qu’un pourcentage minime du total. Par conséquent, il faut rester prudent dans l’interprétation que nous faisons de cette nécropole, et ce d’autant plus que, comme nous l’avons vu, nous ne connaissons pas l’habitat, si ce n’est un petit secteur mis au jour au lieu-dit Mazzola (fig. 8). À cet emplacement, des vestiges d’activités métallurgiques ont été découverts, comme l’attestent de grandes quantités de minerai de fer et de laitier, y compris de l’hématite de l’île d’Elbe. À Pastóla, où l’on a mis au jour un dépôt votif datant de l’époque archaïque, on a supposé que l’on rendait un culte à une divinité patronnant les changements de classes d’âge. On tire peu de choses de ces vestiges sur la structure de la société de Pithécusses à l’époque archaïque, mais on obtient un aperçu sur la production artisanale. À ce propos, le lien établi entre Chalcis et le travail du fer montre des relations avec l’Étrurie minière.

7 - Giorgio Buchner sur le chantier de fouilles de San Montano.

7 - Giorgio Buchner sur le chantier de fouilles de San Montano.

8 - Ischia. Le complexe de Mazzola.

8 - Ischia. Le complexe de Mazzola.

15En revanche, la nécropole indique que la société est strictement structurée par les génè qui la composent et qui ont constitué les éléments d’une dynamique de compétition interne de la société. Cette structuration par génè, bien perceptible dans l’organisation de la nécropole par lots conservés pendant plusieurs générations, n’empêche pas la présence de personnes étrangères à Pithécusses, notamment d’origine levantine. Des vases céramiques, mais aussi des ornements, dont certains informent sur la superstructure sociale tels que les scarabées et les pendentifs scaraboïdes en argent, sont fabriqués en Orient (fig. 9). Des amphores produites à Pithécusses ont été trouvées dans les couches profondes, quoique remaniées, de Carthage. Ces données confirment l’insertion de Pithécusses dans un réseau d’échanges et de relations qui s’étend à travers toute la Méditerranée centro-occidentale ; sans oublier la découverte d’une fibule à « double ressort » typiquement ibérique dans le remplissage d’une fosse de la nécropole de San Montano (fig. 10).

9 - Ischia, San Montano. Mobilier provenant de diverses tombes.

9 - Ischia, San Montano. Mobilier provenant de diverses tombes.

10 - Ischia, San Montano. Fibule ibérique à double ressort.

10 - Ischia, San Montano. Fibule ibérique à double ressort.
  • 3 V. Nizzo, Ritorno ad Ischia. Dalla stratigrafia della necropoli alla tipologia dei materiali, Naple (...)
  • 4 Tombe 1148, fouilles 1977 : A. Bartonek, G. Buchner, Die ältesten Inschriften von Pithekoussai (2.  (...)

16Des individus originaires de diverses régions de l’Italie centrale et méridionale se côtoyaient dans la société de Pithécusses, comme nous l’apprennent certaines tombes. Pour l’Italie centrale, on rappellera l’existence d’une amphore à double spirale gravée3, typique de l’Étrurie méridionale (fig. 11) ; par ailleurs, un graffito en grec gravé après cuisson sur une œnochoé de la fin du viiie siècle av. J.-C.4 indique qu’elle était la propriété d’Ame (ΑΜΕΣ ΕΜΙ), une jeune femme, enterrée sans bijou en argent. Son nom rappelle le gentilice étrusque de Campanie d’où vient le nom de la localité Amínaia attestée au sud de Salerne, dans l’ager Picentinus.

11 - Ischia, San Montano, tombe 159. Amphore à double spirale gravée.

11 - Ischia, San Montano, tombe 159. Amphore à double spirale gravée.

17La documentation concernant le Sud de l’Italie est beaucoup plus abondante : les fibules trouvées dans les sépultures de femmes et de leurs nourrissons appartiennent à des types connus dans les cultures indigènes de la Campanie interne, de la région des Aurunci (fig. 12), du nord de la Calabre, de l’Irpinia et de la Daunie. De cette dernière région proviennent également des récipients en céramique. Une fibule à arc serpentant, d’un type du nord de la Calabre (fig. 13), faisait partie de la sépulture (tombe 678) d’un homme, associée à un ensemble d’outils pour le travail du bois. Quoiqu’isolées, les fibules de la Grèce de l’Est sont aussi particulièrement significatives pour notre propos (fig. 14).

12 - Ischia, San Montano. Fibules des Aurunci.

12 - Ischia, San Montano. Fibules des Aurunci.

13 - Ischia, San Montano. Fibule à arc serpentant.

13 - Ischia, San Montano. Fibule à arc serpentant.

14 - Fibules de type gréco-oriental.

14 - Fibules de type gréco-oriental.

18Il ressort de la liste sommaire que je viens de dresser que la société de Pithécusses était hétérogène au cours des premières générations. Les individus non helléniques sont, dans la quasi-totalité des cas, des personnes de sexe féminin. Cette constatation nous amène à reconsidérer le dossier déjà assez fourni sur les « mariages mixtes ». Il est bien connu que les jugements des modernes sur ce sujet sont contrastés : la pratique du mariage mixte est acceptée ou non, dans le cadre d’interprétations plus larges de la nature, de la structure, de la signification et de la portée historique et culturelle du phénomène auquel nous donnons le nom de « colonisation ». Rappelons toutefois que les colonies de la période moderne sont très différentes des fondations archaïques grecques au-delà des mers, en particulier du point de vue de la géopolitique. En fait, le vocabulaire grec connaît à la fois le mot κτίσις, qui signifie « fondation », et le mot ἀποíκια, littéralement « séparation de la maison », puis « voyage loin de sa patrie ». Aussi bien le signifiant que le signifié sont très différents du concept de « cultiver », typique des coloniae romaines, d’où proviennent tous les signifiants, avec un sens similaire, des langages contemporains.

19Mais fermons cette parenthèse pour nous tourner vers les données apportées par la nécropole de Pithécusses : tant en ce qui concerne le type des fibules que la répartition des sexes et des groupes d’âge, il semble très difficile, voire impossible, de nier qu’un pourcentage élevé des femmes enterrées au cours des deux premières générations de San Montano étaient d’origine autochtone, originaires de différentes régions d’Italie. Que la caractérisation de la culture matérielle se dilue au fil du temps implique une autre conséquence. La culture matérielle grecque s’est progressivement imposée, modelant la culture matérielle de toutes les sociétés de l’Italie méridionale. Ces sociétés étaient nées d’expéditions composées, la plupart du temps, par des individus mâles venus de Grèce propre. Au fil du temps, grâce aux unions avec des femmes autochtones et à leur apprentissage des pratiques locales, comme le montre la présence d’un charpentier calabrais à Pithécusses, leur propre culture a divergé à la fois de la culture hellénique proprement dite et des cultures autochtones. Du fait de la dynamique de ces transformations, tout autant que de l’adaptation et du mélange, il est nécessaire de réfléchir à la catégorie ambiguë de « l’origine ethnique ». Celle-ci ne sera établie et fixée une fois pour toutes que sur le plan idéologique : de fait, dans l’histoire, nous assistons à des hybridations continues.

20À l’intérieur de la société pithécussaine, nous pouvons déceler des strates, par exemple en fonction du nombre d’objets déposés dans les tombes ou de la présence ou non d’ornements d’argent, tels que pendentifs, fibules, bagues, diadèmes dans les sépultures de femmes et d’enfants (fig. 15). À ce jour, il manque à Pithécusses les incinérations déposées dans des lebetes de bronze, emblématiques des tombes d’Érétrie et de Cumes ; cette lacune a conduit quelques savants modernes à supposer que l’île n’avait pas connu une société stratifiée et que, par conséquent, Pithécusses ne pouvait pas être considérée comme une cité, au sens strict du terme.

15 - Ischia, San Montano. Éléments de parure parmi le mobilier de tombes.

15 - Ischia, San Montano. Éléments de parure parmi le mobilier de tombes.

21Toutefois, nous venons juste de rappeler :
- premièrement que les différences de richesse sont évidentes lorsqu’on examine la composition des mobiliers funéraires ;
- deuxièmement que la société était structurée en génè ;
- troisièmement qu’il existait des productions spécialisées, comme le montre la découverte des ateliers métallurgiques de Mazzola et la tombe du charpentier calabrais.

  • 5 S. De Caro, C. Gialanella, Novità pitecusane. L’insediamento di Punta Chiarito a Forio d’Ischia, in (...)

22Des découvertes récentes ont également montré que l’agglomération exploitait une chora, à la fois à des fins de production agricole et à d’autres fins. C’est ce qui peut être déduit des résultats de la fouille d’une ferme mise au jour à Punta Chiarito, à l’extrémité ouest de l’île (fig. 1, n° 9)5. Une première ferme a été ensevelie par une éruption à la fin du viiie siècle av. J.-C. Au-dessus de ses ruines, une autre ferme a été construite et occupée au cours du viie-début du vie siècle. Au cours des deux phases, la terre était cultivée en céréales et en vignes, et peut-être aussi en oliviers. Sont attestées également des activités d’élevage et, peut-être, de traitement du cuivre. Pêche et chasse complétaient les ressources alimentaires.

23La fertilité du sol d’Ischia est soulignée par Strabon (5, 4, 9) comme l’une des raisons de sa prospérité, à côté des activités liées au travail de l’or. Dans les variantes des manuscrits de Strabon, on trouve soit χρυσεῖα soit χρυσία : le premier nom signifie « mines d’or », le second « ornements en or ». Or, il n’y a pas de mines d’or à Ischia, de sorte que le sens serait plutôt lié à la fabrication de bijoux. Giorgio Buchner a soutenu qu’il y avait des ateliers d’orfèvres sur l’île, mais les données archéologiques montrent que les deux classes d’ornements précieux connues à ce jour sont en argent. La première classe est constituée de simples ornements, tels que des bagues, fils, fibules de type local ; la seconde classe comprend des diadèmes ornés en relief et des incrustations de scarabées inspirés de modèles orientaux, sinon importés. Ces objets, avec d’autres plus complexes mais toujours d’inspiration orientale, sont également connus en Étrurie où des Pithécussains ont probablement échangé avec grand profit ces bijoux créés par des orfèvres orientaux ainsi que d’autres produits.

24À côté de ce commerce à longue distance, les contacts préférentiels des Pithécussains s’établissaient avec les habitants du golfe de Naples. Des vases fabriqués à Ischia ont été trouvés dans des sites italiques du Géométrique tardif II de la vallée du Sarno, dans l’arrière-pays de la future Pompéi. Ils sont aussi répandus dans le nord de la Campanie, probablement à partir de Cumes où, comme je l’ai déjà mentionné, une communauté indigène vivait depuis des siècles (fig. 16). Cette communauté est surtout connue par sa nécropole, divisée en plusieurs groupes de tombes dont un a été étudié par les fouilles récentes menées par le Centre Jean Bérard de Naples, à l’époque dirigé par Jean-Pierre Brun (fig. 17).

16 - Le site de Cumes.

16 - Le site de Cumes.

17 - Cumes. Tombe de l’âge du fer.

17 - Cumes. Tombe de l’âge du fer.

25De l’habitat, on ne sait pratiquement rien, car on ne connaît que des vases trouvés dans le remplissage de la terrasse d’un temple archaïque de l’acropole de Cumes. Mais, de la même manière que les tombes ne sont pas toutes situées au même endroit, l’habitat protohistorique peut avoir été composé de plusieurs groupes de maisons. Sur la durée d’occupation et sur la succession chronologique, toutes les hypothèses sont ouvertes. La céramique indigène ne peut être datée plus précisément que, globalement, de la seconde moitié du viiie siècle av. J.-C. Mais, comme le matériel est toujours privé de contexte stratigraphique, on ne doit pas en déduire automatiquement la disparition de la communauté autochtone ; et, plus encore, en inférer l’implantation d’une fondation grecque. Le même raisonnement s’applique à la documentation funéraire.

  • 6 A. Mele, Greci in Campania, Rome, 2014, p. 35.

26La découverte de fragments de céramique à la fois hellénique et de production pithécussaine, elle aussi sans contexte stratigraphique car dans le remplissage des murs de défense archaïques de Cumes (fig. 18), n’est en rien un argument prouvant la fondation de la cité grecque6. À Cumes, comme je l’ai dit plus haut, on trouve des importations grecques depuis la première moitié du viiie siècle av. J.-C., plus ou moins en phase avec le début de l’établissement grec de Pithécusses et, de toute façon, depuis le début des échanges entre les marins grecs et les communautés autochtones de l’île, selon les deux hypothèses que j’ai évoquées ci-dessus. Il est d’autant plus significatif que le plus ancien de ces fragments trouvés dans le remplissage des remparts – et c’est le seul de cette phase – remonte à la période de transition entre le Géométrique moyen II et le Géométrique tardif I, tandis que tous les autres, pour un total d’environ cinquante pièces, sont attribuables au Géométrique tardif II, phase du grand développement de Pithécusses.

18 - Cumes. Mobilier issu du remplissage des remparts.

18 - Cumes. Mobilier issu du remplissage des remparts.
  • 7 Voir C. Gasparri, G. Greco (dir.), Cuma. Indagini archeologiche e nuove scoperte.Atti della giornat (...)
  • 8 G. Greco, La città preromana, in F. Zevi (dir.), Museo Archeologico dei Campi Flegrei. Catalogo gen (...)

27Les fouilles archéologiques menées récemment par l’université Federico II et par l’université Orientale de Naples dans la zone qui, plus tard, sera occupée par le forum et dans un secteur qui s’étend entre le forum et les remparts nord de la cité (fig. 16)7, ont mis au jour des vestiges d’édifices construits en murs rectilignes formés d’un socle de pierre et d’une élévation de briques crues, tandis que la couverture était faite de chaume (fig. 19). La position stratigraphique des sols en terre battue en date la construction de la seconde moitié du viiie siècle au sens large. Des céramiques un peu plus anciennes ont aussi été mises au jour : il s’agit de mobilier résiduel, trouvé dans des niveaux de remplissage. On a proposé qu’il provienne de mobilier funéraire de tombes indigènes détruites par les constructions. En fait, sous les bâtiments du haut archaïsme situés sur le côté sud de la future place du forum, ont été découvertes des sépultures indigènes de l’âge du fer soit intactes, soit bouleversées (fig. 20)8.

19 - Cumes. Habitations archaïques découvertes sous le forum.

19 - Cumes. Habitations archaïques découvertes sous le forum.

20 - Cumes. Tombe de l’âge du fer découverte sous le forum et mobilier funéraire.

20 - Cumes. Tombe de l’âge du fer découverte sous le forum et mobilier funéraire.

28La découverte de ces tombes, outre qu’elle confirme un modèle d’habitat indigène en noyaux dispersés, nous indique comment les objets qui composaient les mobiliers funéraires peuvent avoir été inclus dans les terres de décharge ou de remblai, dans le cadre d’activités beaucoup plus récentes. Dans la zone située au sud du forum, nous en avons les preuves archéologiques. Pour l’autre groupe de trouvailles similaires, et aussi pour celui déjà mentionné du remplissage des remparts, on ne peut certifier la provenance exacte de ces mobiliers, mais l’hypothèse de la fonction d’origine comme éléments de mobiliers funéraires indigènes est légitime. L’hypothèse opposée voudrait que ce mobilier provienne de la vaisselle utilisée par les Grecs dans leurs habitations, juste après qu’ils ont débarqué pour fonder leur nouvelle cité. Ces maisons seraient alors à identifier avec les vestiges de constructions mentionnés ci-dessus.

29Il faut toutefois noter que, dans les couches d’utilisation et de sol de ces bâtiments, le pourcentage de fragments de céramique modelée indigène est particulièrement élevé et que des trous de poteaux percent certains des sols en terre battue, ce qui implique l’utilisation de techniques mixtes de construction. Enfin, ces bâtiments sont situés dans un endroit qui n’est protégé ni par la conformation du terrain, car ils se trouvent dans la plaine qui s’étend à l’est de l’acropole, ni par un rempart, car ils sont beaucoup plus anciens que la première trace des murailles de défense, par la suite monumentalisées à l’époque archaïque. Pourtant, équiper une nouvelle fondation de murs de défense est l’une des responsabilités majeures des œcistes fondateurs d’une colonie, comme cela est écrit dans le fragment 43 Pfeiffer de Callimaque.

  • 9 G. Pellegrini, Tombe greche arcaiche e tomba greco-sannitica a tholos della necropoli di Cuma, MonA (...)

30Pour préciser la date de fondation de la cité créée par les Chalcidiens et les Cumains dirigés par Hippoclès et Mégasthène, il faut prendre en considération un autre ensemble archéologique. Je veux parler de la tombe à incinération connue sous le nom de « tombe Artiaco 104 » (fig. 21), du nom du propriétaire du terrain agricole dans lequel elle a été trouvée en 1902, suivi, bien sûr, du numéro de série de la découverte. Voici ce qu’en dit la publication : « La tombe est composée d’un caisson rectangulaire de tuf, long à l’intérieur de 1,30 m environ, large de 0,75 m, haut en moyenne de 0,35 m avec une épaisseur de paroi d’environ 0,15 m. Le couvercle est formé de deux blocs rectangulaires de tuf, mais beaucoup plus épais (0,27 m) [c’est-à-dire une épaisseur supérieure à celle des parois du caisson], posés l’un à côté de l’autre [...]. Dans le centre du caisson se trouvait un évidement circulaire au fond duquel était placé un grand bassin de bronze9. » À l’intérieur de ce bassin se trouvait un second bassin dans lequel étaient déposées les cendres du défunt mélangées avec des restes de bijoux personnels. Les bassins étaient couverts par un bouclier en bronze portant un décor géométrique en relief et par un tissu de lin, peut-être à l’origine teint en pourpre. L’intérieur du caisson contenait d’autres bijoux et des vases d’argent pour les banquets : ces objets étaient partiellement fondus en raison de leur exposition au bûcher. Le caisson avait été placé dans une fosse plus large que lui, creusée dans le sol vierge. L’espace entre la paroi de la fosse et le caisson avait été rempli avec la terre du bûcher et avec d’autres objets, placés à l’extérieur des grands côtés du caisson. Sur le côté nord étaient déposés un support en bronze et deux lebetes de bronze ; sur le côté sud, fut découvert un ensemble d’armes en fer concrétionnées, au milieu desquelles se trouvaient deux mors de cheval, une fibule de bronze et une amphore attique SOS.

21 - Cumes. Tombe Artiaco 104 : plan et coupe.

21 - Cumes. Tombe Artiaco 104 : plan et coupe.

31En outre, grâce à la publication immédiate de cette découverte exceptionnelle (un an seulement après la découverte), la discussion sur la tombe a été aussitôt lancée et elle a continué, pourrait-on dire, jusqu’à aujourd’hui. La composition du mobilier comprend des productions de diverses origines, comme le bouclier en bronze et les fermoirs à peignes et barrettes de provenance étrusque, comme la vaisselle en argent venant du Levant, comme le support en bronze peut-être d’origine mésopotamienne, probablement arrivé à Cumes par une série d’échanges successifs, comme l’amphore grecque SOS importée d’Attique. En revanche, les fibules en argent et électrum sont probablement de fabrication locale. Il s’avère, par conséquent, que ce mobilier funéraire appartient à la phase culturelle appelée « Orientalisant ancien ». Grâce à la forme de l’amphore attique SOS destinée à conserver le vin qui était consommé dans les vases d’argent lors du banquet, on peut dater la tombe de deux dernières décennies du viiie siècle av. J.-C.

32Mais qui était le guerrier enterré là ? Les hypothèses émises par les savants modernes se répartissent entre une minorité qui le voit comme un étrusque et la majorité qui fait de cette tombe une des sépultures les plus anciennes de la Cumes grecque à peine fondée. Dans cette majorité, une variante est représentée par ceux qui interprètent la tombe Artiaco 104 comme le signe d’une manifestation exubérante de nouveaux arrivants libérés des contraintes traditionnelles qui régnaient dans leur mère patrie. Leur interprétation se fonde en partie sur les découvertes faites dans la nécropole de Pontecagnano, où l’on a mis au jour deux tombes très similaires, bien que plus récentes, à la tombe Artiaco 104 (fig. 22). Le dépôt rituel a été aussi comparé à celui livré par les sépultures à puits connues à Érétrie, sous l’Hérôon de la porte occidentale (fig. 23). Toutefois, c’est proprement la comparaison avec ce rite sépulcral qui met en évidence la difficulté, sinon l’impossibilité, de considérer le défunt de la tombe Artiaco 104 comme étrusque ou grec.

22 - Pontecagnano. Tombe 926.

22 - Pontecagnano. Tombe 926.

23 - Érétrie, Hérôon. Tombes à puits (plans et coupe).

23 - Érétrie, Hérôon. Tombes à puits (plans et coupe).

33Les différences d’agencement entre les sépultures à puits d’Érétrie et celles de Pontecagnano et de Cumes sont évidentes, ne serait-ce que par le fait que le bassin contenant les cendres du défunt est placé, à Érétrie, dans une fosse sans objet d’accompagnement, alors qu’à Cumes et à Pontecagnano, le bassin avec les restes incinérés est placé à l’intérieur d’un caisson, à l’intérieur et à l’extérieur duquel sont déposés d’autres objets. À Cumes, la différenciation de fonction entre ornements et objets personnels, instruments et armes est évidente dans la déposition, respectivement à l’intérieur et à l’extérieur du caisson. À Pontecagnano, les objets sont aussi répartis en deux endroits mais à l’intérieur même du caisson, étant bien distincts et indépendants l’un de l’autre. On note donc des différences et des similitudes qui tendent à distinguer la tombe Artiaco 104 des tombes d’Érétrie pour la rapprocher plutôt de celles, certainement indigènes, de Pontecagnano.

34En outre, un problème d’ordre chronologique se pose : à Cumes, on connaît des tombes à incinération d’hommes et de femmes que l’on nomme « a dado », c’est-à-dire en forme de dé. Ce sont de gros blocs cubiques de tuf au centre desquels se trouve un évidement en forme de demi-sphère qui reçoit un bassin contenant les os brûlés et des objets de parure. Ces sépultures sont généralement considérées comme celles des premiers habitants grecs de la nouvelle colonie car elles se rapprochent, par leur simplicité, des tombes à puits d’Érétrie. Or, ces sépultures ne remontent pas avant le début du viie siècle av. J.-C. et sont donc plus récentes que la tombe Artiaco 104. En conséquence, on peut en déduire que la tombe Artiaco 104 est celle d’un personnage indigène de haut rang, qui jouait un rôle important dans les échanges d’objets, d’idées et de coutumes avec les Étrusques, les Grecs et les Levantins. Si l’on avait enterré ici l’un des premiers Grecs qui débarquèrent pour fonder Cumes, il faudrait alors expliquer pourquoi, dans les décennies qui suivent, le rituel d’enterrement, de riche et complexe qu’il était, devint beaucoup plus simple et austère.

35Si l’interprétation que je viens de proposer reflète la réalité antique, il faut en tirer des conséquences qui intéressent à la fois le contexte proche et lointain. L’enterrement si prodigue d’un personnage indigène suppose qu’il jouissait, durant son existence, d’une position dominante dans sa communauté. Cette position obligeait les Étrusques de Capoue, les Grecs de Pithécusses et les Levantins à s’assurer de sa bienveillance afin d’obtenir la possibilité de commercer dans les conditions les plus favorables. N’oublions pas, en effet, que l’agglomération grecque de Pithécusses existait alors depuis quelques dizaines d’années et que, par conséquent, un flux continu d’échanges s’était établi entre l’île et le continent, comme je l’ai mentionné précédemment. Dans ce système d’échange, nous pouvons inclure les activités d’un petit groupe de résidents grecs qui devaient être implantés au pied de la roche de Cumes, dans une sorte de port franc que nous pourrions appeler emporion, même si ce nom n’était utilisé que pour les situations chronologiquement plus récentes. Il est probable que ce sont ces résidents qui ont construit et occupé les bâtiments mis au jour par les fouilles récentes. Je rappelle que ce groupe de maisons est situé dans un endroit mal défendu mais très favorable aux échanges, car entre une zone de mouillage au nord et le groupe d’habitations indigènes sur la roche de Cumes, qui est peut-être le plus important des villages de la zone.

36En suivant le fil de l’hypothèse ici proposée, on aboutit à la conséquence logique que la ville fondée par les Chalcidiens et les Cumains a été précédée par une phase au cours de laquelle la présence des Grecs ne s’exerçait pas dans le cadre institutionnel d’une polis mais dans celui, non autonome, d’une autorisation accordée par la bienveillance intéressée du chef de la communauté indigène qui contrôlait le territoire de cette région.

37C’est seulement à la mort du dernier chef indigène, enterré dans la tombe Artiaco 104, que prend place l’apoikia d’Hippoclès et de Mégasthène, avec la fondation de la nouvelle cité. Fondation qui, à en croire l’oracle rapporté par Phlégon de Tralles, a été réalisée par la violence. Contre qui cette violence était-elle dirigée ? Ce n’est pas dit, mais c’est certainement contre les indigènes qui habitaient la région, et peut-être aussi contre les Étrusques de Capoue, privés de l’utilisation du port de Cumes après la fondation de la cité grecque. En fait, la rivalité entre les deux villes a continué jusqu’à leur inclusion commune dans la domination généralisée des Campaniens au ve siècle av. J.-C.

38Une autre conséquence concerne l’établissement de la chronologie absolue des fondations grecques d’Italie méridionale et de Sicile. Si la tombe Artiaco 104 marque la fin du contrôle indigène, suivie de la fondation de la polis grecque de Cumes en Opicie, ces événements ont eu lieu au cours des deux dernières décennies du viiie siècle. Cumes n’est pas, par conséquent, la plus ancienne des villes grecques d’Italie méridionale et de Sicile, car elle fut précédée par Pithécusses, et, si nous devons donner quelque crédit aux datations traditionnelles, elle serait même plus récente que Syracuse et Naxos.

39La fondation de Zancle est toutefois postérieure à celle de Cumes. Thucydide, en effet, rapporte (6, 4, 5) que, avant la fondation de la cité par Périérès et Krataeménès, Zancle était occupée par des « pirates » venus de Cumes en Opicie. Nous pouvons supposer qu’ils s’y étaient établis dans le but à la fois de contrôler le transit dans le détroit de Messine et de contrecarrer la piraterie étrusque (et probablement sarde) dans la mer Tyrrhénienne (Strabon 6, 2, 2). Mais ces « pirates », dont la présence suppose explicitement la fondation institutionnelle de Cumes puisqu’ils en sont les émanations en vue d’une tâche d’intérêt commun, n’avaient pas fondé de cité en ce sens qu’ils n’avaient pas procédé à la division des terres agricoles. Celle-ci est explicitement mentionnée par Thucydide seulement après l’arrivée de l’apoikia dirigée par Périérès et Krataeménès. La fondation de Zancle n’est pas replacée par Thucydide parmi les autres fondations de cités en Sicile dont il est possible de reconstituer la chronologie relative. La fixation de sa date en chronologie absolue a fait l’objet de plusieurs travaux de recherche parmi lesquels il faut rappeler au moins ceux de Georges Vallet et de François Villard pour la contribution qu’ils ont apportée au sujet en explorant la cité grecque de Mégara Hyblaea, sur la côte sud-orientale de la Sicile.

40C’est de cette cité et des autres fondations coloniales dont nous discuterons dans notre prochaine conférence.

Bibliographie

On trouvera ci-dessous les principales études, outre celles déjà citées en note, concernant les sujets traités.

Études de référence pour cette conférence et les deux suivantes

S. Mazzarino, Fra Oriente e Occidente. Ricerche di storia greca arcaica, Florence, 1947.

T. J. Dunbabin, The Western Greeks. The history of Sicily and South Italy from the foundation of the Greek colonies to 480 B.C., Oxford, 1948 (toujours d’actualité pour les informations de base, en dépit des critiques de F. De Angelis, Ancient past, imperial present: The British Empire in T. J. Dunbabin’s The Western Greeks, Antiquity, 72, 1988, p. 539-549 ; sur des écrits plus récents « révisionnistes » à propos de la validité des sources antiques : A. Mele, Il processo di storicizzazione dei miti, in Mito e storia in Magna Grecia. Atti del XXXVI Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 1996), Tarente, 1997, p. 151-166 ; R. Osborne, Greek colonisation? The nature of Greek settlement in the West, in N. Fisher, H. Van Hees (dir.), Archaic Greece: New approaches and new evidence, Londres, 1998, p. 251-169 ; M. Bugno, Le più antiche ktiseis greche nel Mediterraneo: una rassegna di paradigmi e di idee, Incidenza dell’Antico, 12, 2014, p. 185-205).

J. Bérard, La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité. L’histoire et la légende, Paris, 1957 (trad. it., Turin, 1963).

Bibliografia topografica della colonizzazione greca in Italia e nelle isole tirreniche, Pise-Rome, 1977-2012.

A. Mele, Il commercio greco arcaico: prexis ed emporie, Naples, 1979.

La céramique grecque ou de tradition grecque au viiie siècle en Italie centrale et méridionale, Naples, 1982.

F. Cordano, Antiche fondazioni greche. Sicilia e Italia meridionale, Palerme, 1986.

D. Asheri, Colonizzazione decolonizzazione, in S. Settis (dir.), I Greci. Storia, cultura, arte, società, 1. Noi e i Greci, Turin, 1996, p. 73-115.

M. Bats, B. D’Agostino (dir.), Euboica. L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente (Atti convegno internazionale Napoli 1996), Naples, 1998.

J. Boardman, The Greeks overseas: Their colonies and trade, 4e éd., Londres, 1999.

M. H. Hansen, T. H. Nielsen, An inventory of Archaic and Classical poleis, Oxford, 2004.

P. G. Guzzo, Fondazioni greche. L’Italia meridionale e la Sicilia (VIII e VII sec. a.C.), Rome, 2011.

Alle origini della Magna Grecia. Mobilità migrazioni fondazioni. Atti del L Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 2010), Tarente, 2012.

Pithécusses et Cumes

G. Buchner, Nuovi aspetti e problemi posti dagli scavi di Pithecusa con particolari considerazioni sulle oreficerie di stile orientalizzante antico, in Contribution à l’étude de la societé et de la colonisation eubéennes, Naples, 1975, p. 59-86.

G. Buchner, Cuma nell’VIII secolo osservata dalla prospettiva di Pithecusa, in I Campi Flegrei nell’archeologia e nella storia (Atti convegno, Roma 1976), Rome, 1977, p. 131-148.

D. Ridgway, The first Western Greeks, Cambridge, 1992.

G. Buchner, D. Ridgway, Pithekoussai 1. La necropoli: tombe 1-723 scavate dal 1952 al 1961, Rome, 1993.

E. Greco, Pithekoussai: empòrion o apoìkia?, in B. d’Agostino, D. Ridgway (dir.), Apoikia. I più antichi insediamenti greci in Occidente: funzioni e modi dell’organizzazione politica e sociale. Scritti in onore di Giorgio Buchner, Naples, 1994, p. 11-18.

B. d’Agostino, Pithecusa. Una apoikia di tipo particolare, in B. d’Agostino, D. Ridgway (dir.), Apoikia. I più antichi insediamenti greci in Occidente: funzioni e modi dell’organizzazione politica e sociale. Scritti in onore di Giorgio Buchner, Naples, 1994, p. 19-27.

M. Gras, Pithécusses. De l’étymologie à l’histoire, in B. d’Agostino, D. Ridgway (dir.), Apoikia. I più antichi insediamenti greci in Occidente: funzioni e modi dell’organizzazione politica e sociale. Scritti in onore di Giorgio Buchner, Naples, 1994, p. 127-131.

J. N. Coldstream, Euboean Geometric imports from the Acropolis of Pithekoussai, BSA, 90, 1995, p. 251-267.

P. G. Guzzo, La tomba 104 Artiaco di Cuma o sia dell’ambiguità del segno, in I. Berlingò, H. Blanck, F. Cordano, P. G. Guzzo, M. C. Lentini (dir.), Damarato. Studi di antichità classica offerti a Paola Pelagatti, Milan, 2000, p. 135-147.

A. Mele, Le anomalie di Pithecusa. Documentazioni archeologiche e tradizioni letterarie, Incidenza dell’Antico, 1, 2003, p. 13-39.

P. G. Guzzo, Ornamenti personali preziosi dalla necropoli di Pithecusa, in A. Lehoërff (dir.), L’artisanat métallurgique dans les sociétés anciennes en Méditerranée occidentale. Techniques, lieux et formes de production, Rome, 2004, p. 77-104.

Cuma. Le fortificazioni 1. Lo scavo 1994-2002, Naples, 2005.

Cuma. Le fortificazioni 2. I materiali dai terrapieni arcaici, Naples, 2006.

C. Gasparri, G. Greco (dir.), Cuma. Il Foro. Scavi dell’Università di Napoli Federico II, 2000-2001 (Atti della giornata di studi, Napoli 2002), Pouzzoles, 2007.

C. Gasparri, G. Greco (dir.), Cuma. Indagini archeologiche e nuove scoperte (Atti della giornata di studi, Napoli 2007), Pouzzoles, 2009.

A. Mele, Cuma in Opicia tra Greci e Romani, in Cuma. Atti del XLVIII Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 2008), Tarente, 2009, p. 75-167.

B. d’Agostino, Pithecusae e Cuma all’alba della colonizzazione, in Cuma. Atti del XLVIII Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 2008), Tarente, 2009, p. 169-196.

B. d’Agostino, M. d’Acunto, La città e le mura: nuovi dati dall’area nord della città antica, in Cuma. Atti del XLVIII Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 2008), Tarente, 2009, p. 481-522.

P. G. Guzzo, Kyme palaiotaton ktisma, ASAtene, 87, s. 3a, 1, 2009, p. 507-522.

C. Gialanella, P. G. Guzzo (dir.), Dopo Giorgio Buchner. Studi e ricerche su Pithekoussai (Atti della giornata di studi, Ischia 2009), Pouzzoles, 2011.

B. d’Agostino, M. Giglio (dir.), Cuma. Le fortificazioni 3. Lo scavo 2004-2006, Naples, 2012.

G. Greco, Cuma arcaica: ruolo e funzione nel rapporto con gli Indigeni, in L. Breglia, A. Moleti (dir.), Hesperìa. Tradizioni, rotte, paesaggi, Paestum, 2014, p. 57-85.

Annexes

Sources des illustrations

Fig. 1 - S. De Caro, Appunti per la topografia della chora di Pithekoussai nella prima età coloniale, AION, n.s. 1, 1994, p. 39, fig. 1.

Fig. 2 - D. Ridgway, Les premiers Grecs d’Occident. L’aube de la Grande Grèce, trad. fr., Paris, 1992, fig. 21.

Fig. 3 - D. Ridgway, Les premiers Grecs d’Occident, op. cit., fig. 5 ; photographie Jean-Pierre Brun.

Fig. 4 - P. G. Guzzo, Sul graffito dalla necropoli dell’Osteria dell’Osa, Rivista dell’Istituto Nazionale di Archeologia e Storia dell’Arte, 61, 3a s., 29, 2006, p. 63, fig. 1.

Fig. 5 - D. Ridgway, L’Eubea e l’Occidente: nuovi spunti sulle rotte dei metalli, in M. Bats, B. d’Agostino (dir.), Euboica. L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente. Atti del Convegno, Napoli 1996, Naples, 1998, p. 317, fig. 2.

Fig. 6 - A. Campanelli (dir.), Dopo lo tsunami. Salerno antica. Catalogue d’exposition, Salerno 2011-2012, Naples, 2011, p. 170, fig. 194.

Fig. 7 - Photographie Soprintendenza di Napoli.

Fig. 8 - D. Ridgway, Les premiers Grecs d’Occident, op. cit., fig. 25.

Fig. 9 - G. Buchner, D. Ridgway, Pithekoussai I. La necropoli: tombe 1-723 scavate dal 1952 al 1961, Rome, 1993, II, pl. 134-135.

Fig. 10 - D. Ridgway, Les premiers Grecs d’Occident, op. cit., fig. 28.

Fig. 11 - G. Buchner, D. Ridgway, Pithekoussai I, op. cit., II, pl. 61.

Fig. 12 - F. Lo Schiavo, Le fibule dell’Italia meridionale e della Sicilia dall’età del bronzo recente al VI secolo a.C., Stuttgart, 2010, pl. 183.

Fig. 13 - G. Buchner, D. Ridgway, Pithekoussai I, op. cit., II, pl. 189.

Fig. 14 - F. Lo Schiavo, Le fibule dell’Italia meridionale, op. cit., pl. 101.

Fig. 15 - G. Buchner, D. Ridgway, Pithekoussai I, op. cit., II, pl. 184, 186.

Fig. 16 - D.A.O. Marina Pierobon, CJB.

Fig. 17 - Photographie Jean-Pierre Brun, CJB. J.-P. Brun, H. Duday, P. Munzi, M. Torino, Le recenti indagini del Centre Jean Bérard nella necropoli preellenica, in Cuma, Atti del 48° Convegno di Studi sulla Magna Grecia (2008), Tarente, 2009, p. 355-382.

Fig. 18 - B. d’Agostino, Pitecusa e Cuma tra Greci e Indigeni, in La colonisation grecque en Méditerranée occidentale. Actes de la rencontre scientifique en hommage à Georges Vallet (Rome-Naples, 15-18 novembre 1995), Rome, 1999, p. 53, fig. 1.

Fig. 19 - G. Greco, Modalità di occupazione, in età arcaica, nell’area del Foro di Cuma, in C. Gasparri, G. Greco (dir.), Cuma. Indagini archeologiche e nuove scoperte. Atti della giornata di studi, Napoli , 12 dicembre 2007, Pouzzoles, 2009, p. 21, fig. 11 a-b.

Fig. 20 - G. Greco, Modalità di occupazione, art. cit., p. 14, fig. 2, p. 16, fig. 3.

Fig. 21 - G. Pellegrini, Tombe greche arcaiche e tomba greco-sannitica a tholos della necropoli di Cuma, MonAnt, 13, 1903, c. 203, 205.

Fig. 22 - B. d’Agostino, Tombe “principesche” dell’Orientalizzante antico da Pontecagnano, Rome, 1977, p. 80, fig. 2.

Fig. 23 - C. Bérard, Eretria. Fouilles et recherches, III. L’Hérôon à la Porte de l’Ouest, Berne, 1970, p. 19-20, fig. 6, 9.

Notes

1 Voir la carte de P. G. Guzzo, Tucidide e le isole, tra Fenici e Grechi, AION, n.s. 15-16, 2008-2009, p. 26-27.

2 P. Criscuolo, Materiali di ambito villanoviano e sardo nelle necropoli preelleniche di Cuma, in Gli Etruschi e la Campania settentrionale. Atti del 26° Convegno di Studi etruschi e italici (Caserta-Santa Maria Capua Vetere-Capua-Teano 2007), Pise-Rome, 2011, p. 569-577 ; M. A. Iannelli, L’ultimo dono alla principessa, in A. Campanelli (dir.), Dopo lo tsunami: Salerno antica. Catalogo della mostra, Salerno 2011-2012, Naples, 2011, p. 170, fig. 194 : « navicella nuragica dalla tomba 74 della necropoli di Boscariello ».

3 V. Nizzo, Ritorno ad Ischia. Dalla stratigrafia della necropoli alla tipologia dei materiali, Naples, 2007, p. 140, type B 170 (ImI) B 2.

4 Tombe 1148, fouilles 1977 : A. Bartonek, G. Buchner, Die ältesten Inschriften von Pithekoussai (2. Hälfte des VIII bis 1. Hälfte des VII Jhs.), Sprache, 37, 1995, p. 163, n° 20.

5 S. De Caro, C. Gialanella, Novità pitecusane. L’insediamento di Punta Chiarito a Forio d’Ischia, in M. Bats, B. d’Agostino (dir.), Euboica. L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente. Atti del Convegno, Napoli 1996, Naples, 1998, p. 337-353.

6 A. Mele, Greci in Campania, Rome, 2014, p. 35.

7 Voir C. Gasparri, G. Greco (dir.), Cuma. Indagini archeologiche e nuove scoperte.Atti della giornata di studi, Napoli 2007, Pouzzoles, 2009, pl. I.

8 G. Greco, La città preromana, in F. Zevi (dir.), Museo Archeologico dei Campi Flegrei. Catalogo generale, Cuma, Naples-Milan, 2008, p. 157-164, part. p. 158.

9 G. Pellegrini, Tombe greche arcaiche e tomba greco-sannitica a tholos della necropoli di Cuma, MonAnt, 13, 1903, col. 225.

Table des illustrations

Titre 1 - L’île d’Ischia : 1. Lacco Ameno, Santa Restituta ; 2. Lacco Ameno, Monte di Vico ; 3. Lacco Ameno, baie de San Montano ; 4. Casamicciola ; 5. Cartaromana ; 6. Promontoire de Punta Chiarito.
Légende L’île a été habitée, depuis l’âge du bronze, par des groupes de peuples autochtones qui occupaient des collines le long de la côte, comme Castiglione di Casamicciola et Sant’Alessandro d’Ischia. Sur la colline de Monte di Vico di Lacco Ameno, la fouille d’un dépotoir a livré une grande quantité de matériel, parmi lequel ont été identifiés des fragments de récipients en céramique du Géométrique moyen II de fabrication corinthienne, mais aucun mobilier de fabrication indigène qui est, au contraire, présent dans les autres sites mentionnés (fig. 2). Compte tenu du fait que la vaste nécropole de San Montano, qui s’étend au pied du Monte di Vico, est incontestablement formée de sépultures de porteurs de la culture grecque, on en déduit que l’occupation grecque la plus ancienne de l’île advint pendant le Géométrique moyen, au cours de la première moitié du viiie siècle av. J.-C. Cet établissement serait situé au sommet du Monte di Vico (fig. 3). Cependant, il convient de noter que, jusqu’à présent, les plus anciennes sépultures connues ne remontent pas au-delà de la fin du Géométrique I, c’est-à-dire peu après le milieu du viiie siècle, laissant ainsi un hiatus entre les deux séries archéologiques. Signalons aussi qu’au lieu-dit Pastóla (fig. 3) ont été trouvés deux fragments de skyphoi du Géométrique moyen II, malheureusement hors contexte stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 2 - Ischia. Céramique du Scarico Gosetti.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 3 - Ischia. Le Monte di Vico et les sites voisins.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 4 - Osteria dell’Osa. Graffito en alphabet eubéen.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 5 - Sant’Imbenia, Alghero (SS). Fragments de skyphoi du Géométrique moyen.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 6 - Cumes, Monte Vetrano. Navicella nuragique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 7 - Giorgio Buchner sur le chantier de fouilles de San Montano.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 8 - Ischia. Le complexe de Mazzola.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 9 - Ischia, San Montano. Mobilier provenant de diverses tombes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 10 - Ischia, San Montano. Fibule ibérique à double ressort.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 11 - Ischia, San Montano, tombe 159. Amphore à double spirale gravée.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 12 - Ischia, San Montano. Fibules des Aurunci.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 13 - Ischia, San Montano. Fibule à arc serpentant.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 14 - Fibules de type gréco-oriental.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 15 - Ischia, San Montano. Éléments de parure parmi le mobilier de tombes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 16 - Le site de Cumes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 17 - Cumes. Tombe de l’âge du fer.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 18 - Cumes. Mobilier issu du remplissage des remparts.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 19 - Cumes. Habitations archaïques découvertes sous le forum.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 20 - Cumes. Tombe de l’âge du fer découverte sous le forum et mobilier funéraire.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 21 - Cumes. Tombe Artiaco 104 : plan et coupe.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 22 - Pontecagnano. Tombe 926.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 23 - Érétrie, Hérôon. Tombes à puits (plans et coupe).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1049/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540