Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et communisme(s) : l’avant-guerre (1919-1943)

 | 
Sylvie Le Clec’h
, 
Christian Oppetit
, 
Serge Wolikow

Les éditions du Komintern, 1919-1943

Une Babel éditoriale

Marie-Cécile Bouju

Résumé

Les éditions du Komintern apparurent dès 1919 ; elles furent intégrées au service de l’agit-prop. Elles étaient organisées en zones linguistiques avec pour mission de publier des livres et des brochures à destination du monde extérieur, l’Europe occidentale en premier lieu. Il s’agissait de promouvoir la cause de la Révolution, en franchissant le « bouclier sanitaire » mis en place autour de la jeune Union soviétique. En France, l’action de Boris Souvarine fut décisive, notamment par la création de la « Bibliothèque communiste », en 1921. Le flou relatif du fonctionnement des éditions du Komintern, à ses débuts, fit place à partir du « tournant de la bolchevisation », en 1925-1926, à une stabilisation, sous la direction de Mikhaël Krebs. Cependant, la réorganisation des éditions du Komintern en quatre sections (léniniste, internationale, instruction politique, popularisation de l’URSS) ne changea pas, dans les faits, son fonctionnement par zone linguistique.
L’activité du service des éditions du Komintern se développa dans seize pays. En France, à travers l’action de deux maisons d’édition, le Bureau d’édition, de diffusion et de publicité (BEDP) et les Éditions internationales (ESI), qui remplacèrent la Librairie de l’Humanité. La langue la plus employée par les maisons d’édition se rattachant au Komintern était l’allemand, l’anglais puis le français. À partir des années 1930 se développa une certaine autonomie des sections nationales, sur la recommandation du Centre, en même temps que les nécessités de la lutte politique amenèrent à une prise en charge des sections affaiblies dans leurs pays respectifs par un affrontement inégal avec leurs adversaires politiques, par les sections d’autres pays. C’est ainsi que l’appareil du Parti communiste français vint en aide aux sections italiennes, espagnoles, polonaises et de langue yiddish.

Texte intégral

  • 1 Sur l’agit-prop dans l’idéologie léniniste, lire Dominique Colas, Lénine et le léninisme, Paris, PU (...)
  • 2 Service d’éditions s’écrit toujours au pluriel dans les organisations communistes.

1L’histoire des éditions de l’Internationale est liée par nature à celle du Komintern, organisation politique, technique et administrative complexe, et véritable Babel linguistique et culturelle. Diffuser le plus loin et massivement possible les textes sur la théorie et la stratégie politique fait partie tout naturellement de l’agit-prop (agitation et propagande), action essentielle d’une organisation politique se revendiquant du bolchevisme1. Le livre fut un instrument parmi d’autres de cette pratique et service d’éditions2 de l’Internationale communiste, l’organisme qui l’utilisa.

Les éditions du Komintern au service d’une culture politique unique, 1919-1934

  • 3 Victor Serge, Mémoire d’un révolutionnaire et autres écrits politiques, 1908-1947, Paris, Robert La (...)

2Les éditions du Komintern naissent dès 1919, intégrées dans les services d’agit-prop. Le but de ce service d’éditions, organisé en zones linguistiques, est de préparer la publication de livres et de revues à destination des étrangers présents en Russie et du reste du monde, l’Europe de l’Ouest notamment. En 1919-1920, ces éditions sont appelées « éditions Smolny », leurs bureaux se trouvant alors à l’Institut Smolny à Petrograd3.

  • 4 Marie-Cécile Bouju, Les Maisons d’éditions du Parti communiste français, 1920-1956, thèse de doctor (...)

3Ce service aurait édité en français 28 livres en 1919 et 46 l’année suivante. Ces textes exposent, informent, expliquent ce qu’est et ce que veut le Komintern et ce que sont ses références doctrinales et historiques, en lien avec la stratégie du moment, la révolution en Europe. Ces imprimés sont destinés à être diffusés, par des canaux clandestins, pour être reproduits sur place, sous forme de brochure ou dans la presse. Boris Souvarine a eu un rôle essentiel en France entre 1919 et 1920 en la matière, reproduisant ces brochures sous différentes raisons sociales, dont la Bibliothèque communiste4.

  • 5 Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943, Paris, Fayard, 1997, p. 1030.

4Les années 1924-1926 constituent un tournant essentiel pour les éditions de l’Internationale communiste. D’une part, les services d’agit-prop, auxquels les éditions sont rattachées, voient leur taille augmenter. D’autre part, en 1926, les éditions sont coiffées par un nouveau responsable, Mikhaïl Kreps, et ce jusqu’à son arrestation en 19375. Ces onze années de direction, après une période d’instabilité, ont sans doute aidé à leur développement. Enfin et surtout, la bolchévisation constitue un facteur de développement essentiel, puisque qu’elle place au cœur de l’activité des sections nationales la nécessité de former politiquement les cadres et les militants et de mener d’intenses campagnes d’agitation auprès des populations, par la presse et le livre en particulier.

5En mars 1926, le Komintern est réorganisé en secrétariats régionaux, mais l’impact sur le service d’éditions est quasi nul, puisqu’il était, depuis l’origine, structuré en zone géographiques ou linguistiques. Pourtant, au début des années 1930, le Service est organisé en quatre « sections » : la section dite « léniniste », en charge de l’édition des œuvres complètes de Lénine ; la section internationale, qui traite du Komintern et sa politique ; le service de « l’Instruction politique et de la propagande du marxisme léninisme parmi les masses » ; la section de la « popularisation de l’URSS ». Cette organisation correspond aux grands programmes éditoriaux internationaux, comme l’édition des Œuvres complètes de Lénine, communs – en principe - à l’ensemble des partis communistes. Mais, dans les faits, l’organisation en zones linguistiques semble survivre, pour des raisons pratiques évidentes.

6Le surnom russe du service, « Redizdat », peut être traduit par « Service Rédaction-Édition ». En effet, les acteurs essentiels de ce service sont des traducteurs et des relecteurs. Nous ignorons leurs noms et leurs nombres. Mais il est probable, à l’instar d’autres organisations intellectuelles et culturelles, que ce service a été un passage pour des intellectuels en délicatesse avec le régime, voire l’antichambre de la déportation ou de la mort. Bon nombre de publications françaises traduites du russe sont d’ailleurs muettes sur l’identité des traducteurs.

7Toutefois, malgré ce surnom, le service d’éditions de l’Internationale communiste n’est pas le véritable lieu d’élaboration des textes : il est le lieu de leur fabrication dans le sens le plus prosaïque du terme et de leur reproduction à l’échelle internationale. Le service d’éditions, organisation logistique, doit « mettre en papier » la parole et l’idéologie bolchéviques, qui relèvent, elles, d’autres lieux de pouvoirs, kominterniens ou soviétiques, comme le Comité exécutif de l’Internationale communiste, l’Institut Marx-Engels, l’Institut Lénine et les associations littéraires.

  • 6 Marie-Cécile Bouju, « Le livre comme arme de propagande. Le cas des relations entre le Service d’éd (...)

8En revanche, il a clairement une fonction de contrôle. Les archives comportent moult dossiers de suivi statistique, un des outils de contrôle politique. La production éditoriale kominternienne, tant au niveau local que mondial, est ainsi mesurée en nombre de titres, d’exemplaires et de feuilles d’impression. Le rôle de censeur est réel, mais d’une efficacité sans doute relative, en raison de la distance qui sépare le service des sections étrangères. Il y a une nette volonté d’appliquer une politique éditoriale de manière uniforme, sur tous les territoires, mais les différences d’un point de vue quantitatif entre pays montrent des réalisations imparfaites6.

  • 7 Marie-Cécile Bouju, « Les maisons d’édition du PCF, 1920-1956 », Nouvelles Fondations, n° 7-8, déce (...)

9En 1927, le Komintern se vante d’être présent dans quarante pays et de publier en quarante-sept langues. Toutefois, en 1929, il n’existe de structures éditoriales permanentes que dans seize pays, essentiellement en Europe de l’Ouest. Le Parti communiste allemand, présenté comme un modèle, a deux maisons d’édition en 1927 : Verlag Litteratur und Politik, pour les publications théoriques, et Neue Deutsche Verlag, liée au monde syndical. Le Parti communiste anglais travaille avec deux maisons d’édition, Martin Lawrence et Modern Books, et les communistes américains, avec International Publishers, à New-York depuis 1924. En Amérique latine, les principaux centres d’édition se trouvent au Mexique (El Machete) et en Argentine (La Internacionale). Quant à la France, le Bureau d’édition, de diffusion et de publicité [BEDP] et les Éditions sociales internationales [ESI] ont remplacé la Librairie de l’humanité en 1925-1927, réduite à un rôle de diffuseur7.

10D’après le plan d’éditions établi pour les années 1929-1930, les publications les plus importantes sont écrites en allemand (17 % des titres), puis en anglais et en français (10 %), sur un total de 800 titres environ.

Le Redizdat, de l’ouverture à la disparition, 1934-1943

11En 1934, la croissance de son activité est manifeste. Le Service d’éditions couvre presque 500 pays et 34 zones linguistiques différentes. Cette année-là, le Komintern a validé l’édition de 2047 ouvrages. La production a donc triplé en cinq ans. Mais, signe de la montée des périls, les textes traduits en anglais sont désormais plus nombreux (22 %) que ceux en allemand (20 %) et en français (12 %).

  • 8 Résolution sur le rapport des éditions au secrétariat politique (29 avril 1934) (adoptée par la com (...)

12La crise que traverse le Komintern en 1933-1935 oblige à revoir aussi la stratégie en matière éditoriale. Le 29 avril 1934, le service d’éditions de l’Internationale communiste commet un rapport pour la préparation du VIIe congrès, qui doit avoir lieu l’année suivante. Le rapport préconise de changer radicalement de stratégie8.

13D’après son auteur (anonyme), il faut désormais compter avec l’existence, passée sous silence jusqu’alors, des spécificités des cultures politiques nationales et donner une plus large place à la littérature d’agitation, c’est-à-dire la vulgarisation politique. Mais le cœur du pouvoir politique demeure : le rapport insiste en particulier sur la « popularisation de l’URSS », même s’il faut recourir à la plume de « camarades étrangers, écrivains de gauche et amis de l’URSS ». De même, il est rappelé que le cœur idéologique appartient à la direction du Komintern, en particulier pour les manuels de formation politique. Ce rapport, y compris dans ses limites, a été suivi, du moins en France.

  • 9 La Commission pour la lutte contre la guerre, le fascisme et la social-démocratie et la Commission (...)

14Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le Service d’éditions semble survivre sans grande difficulté à la réorganisation du Komintern. La suppression du département d’Agit-prop en 1933 et son remplacement par deux commissions9 semblent avoir des répercussions formelles. Dans le schéma d’organisation de 1935, le « Secteur des éditions » est toujours organisé en zones linguistiques.

15Les procès et purges de la fin des années 1930 touchent le Service des éditions comme le reste du Komintern. En 1937, M. E. Krebs est arrêté, après plus de dix années à la tête de ce service, et son adjoint, Julmann, est renvoyé. En 1938, la Section des éditions est dirigée par Rodolf Appelt, Allemand des Sudètes, membre du Parti communiste tchèque.

  • 10 Moscou–Paris–Berlin : télégrammes chiffrés du Komintern, 1939-1941, Tallandier, 2003 ; José Gotovit (...)

16Pendant les années 1939-1941, le point central, le nœud entre Moscou et les organisations communistes d’Europe de l’Ouest, se situe en Europe du Nord, grâce aux éditions Pegasus à Amsterdam, aux éditions Aurora à Anvers et à Arbetarkultur à Stockholm, au Centre de diffusion du livre et aux éditions Germinal en Belgique. Le Hollandais Daan Goulooze est chargé de la coordination de l’ensemble. Cette Babel éditoriale permet à la propagande de l’Internationale de demeurer active10.

  • 11 Georgi Dimitrov, Journal, 1933-1949, Paris, Belin, 2005, p. 433 ; Gregory P. M. Walker, « Soviet pu (...)
  • 12 Georgi Dimitrov, Journal, 1933-1949, Paris, Belin, 2005, p. 825.

17À partir de 1940-1941, le Redizdat semble perdre de son importance et avoir été concurrencé voire remplacé par une autre structure : les Éditions en langues étrangères, rattachées au CEIC. Elles sont dirigées par Parichev, jusqu’en 1941 puis par K. M. Kasradze-Panasian, ancien directeur du OGIZ, les anciennes éditions d’État soviétiques11. Cette dernière nomination est, à elle seule, le symbole de la fin des éditions du Komintern. Répétant l’expérience des années 1919-1920, cette structure doit imprimer – avec un succès incertain - des livres et brochures pour les pays alliés (Amérique du Nord et du Sud), pour les prisonniers de guerre et l’armée allemande. Tandis que le Redizdat disparaît avec le Komintern, les Éditions en langues étrangères sont transférées au Commissariat du Peuple aux affaires étrangères en juin 194312.

Une structure méconnue : la Bibliothèque

18Les archives du Service d’éditions de l’Internationale communiste relèvent du fonds 495 (archives du Komintern), inventaire 78. Elles rassemblent ce qui concerne l’activité du service d’éditions du Komintern et de ses services équivalents dans les sections nationales, de 1924 à 1935. Cette série comporte 192 dossiers, composés de pièces de correspondance, de statistiques et rapports et de « recensions », c’est-à-dire de critiques de textes, éditées par les sections nationales ou par les éditions bourgeoises.

19Ces archives illustrent la fonction transversale des éditions, entre l’activité des sections nationales et l’organisation de campagnes d’agit-prop internationales. Ils sont donc une métaphore du rêve bolchévique, qui visait la constitution d’une culture politique unique et uniforme. La preuve de la scission entre la fonction technique du service d’éditions de l’Internationale communiste et la fonction politique se retrouve dans la nature des archives conservées au RGASPI : les pièces de correspondance sur les programmes éditoriaux (« plans d’édition ») et les questions purement éditoriales se retrouvent ainsi également dans les archives du Comité exécutif de l’Internationale communiste et celles du Secrétariat des pays latins (1926-1935).

  • 13 RGASPI, fonds 495, inv. 30, dossier 601, lettre du 21 mars 1929, 1 f.

20Je n’ai pas pu exploiter une autre ressource du RGASPI, la bibliothèque. Le Komintern avait un service de bibliographie qui recensait tous les livres : livres édités par l’Internationale communiste ou les sections ; livres des éditions ou organisations sympathisantes ; livres édités sur l’URSS, quelle que soit l’opinion politique ; livres sur le PC. Chaque livre devait faire l’objet d’une fiche bibliographique, dont l’ensemble devait composer un catalogue. Cette collecte n’avait pas seulement vocation à être un amas de fiches. C’était aussi un service de dépôt légal, et donc de contrôle : il était demandé aux déposants des renseignements sur les tirages, en deux exemplaires, une pour le directeur et une autre pour enregistrement « dans notre statistique et notre catalogue bibliographique »13.

  • 14 RGASPI, fonds 495, inv. 30, dossier 501.
  • 15 Olivia Gomolinski, « Le Profintern, organisation internationale et administration soviétique. Premi (...)

21Cette bibliothèque était alimentée également par des achats de livres d’auteurs et d’éditeurs « bourgeois », ainsi que le laisse entendre la lettre d’un bibliothécaire du Komintern, de Moscou, envoyé au BEDP le 12 janvier 1928. Il commande au camarade français 34 livres publiés en France, édités par Fayard, les PUF, Giard, Pichon, Bossard, la Librairie du Travail, Payot, Montaigne … Ces livres portent sur l’URSS, l’histoire de différents pays et des relations internationales14. À la fin des années 1930, cette bibliothèque bénéficiera de sa fusion avec celle du Profintern15.

  • 16 Georgi Dimitrov, Journal, 1933-1949, Paris, Belin, 2005, p. 817.
  • 17 Jonathan Beecher et Valerii N. Fomichev, « French Socialism in Lenin’s and Stalin’s Moscow : David (...)

22En mai 1943, il est décidé de fusionner la bibliothèque du Komintern avec celle de l’Institut Marx-Engels-Lénine16. Elle s’enrichit donc d’une bibliothèque composée de revues, livres et manuscrits, constituée par Riazanov, pour l’Institut Marx-Engels né en 1921. L’Institut avait fusionné avec l’Institut Lénine en 1931, devenant l’Institut Marx-Engels-Lénine17.

23Devenue aujourd’hui la Bibliothèque d’État de sociopolitique, elle est riche de 2 millions de volumes, dont les plus anciens datent du xvie siècle.

  • 18 Henri-Jean Martin, « Pour une histoire comparative du livre : quelques points de vue », Histoires d (...)

24Des recherches sur cette bibliothèque permettraient de nourrir une ambition chère à Henri-Jean Martin (1924-2007), fondateur de la discipline de l’histoire du livre, celle d’une histoire comparée des cultures politiques18.

25Les archives du Komintern m’ont permis non seulement de comprendre le fonctionnement des éditions françaises, mais de les replacer dans la stratégie du Komintern au regard d’autres productions nationales. Elles permettent surtout de mieux saisir l’importance d’une culture bolchévique internationale, face aux cultures politiques nationales, et de mesurer les tensions constantes, y compris après 1935, entre ces deux univers.

Notes

1 Sur l’agit-prop dans l’idéologie léniniste, lire Dominique Colas, Lénine et le léninisme, Paris, PUF, 1987, p. 17-20.

2 Service d’éditions s’écrit toujours au pluriel dans les organisations communistes.

3 Victor Serge, Mémoire d’un révolutionnaire et autres écrits politiques, 1908-1947, Paris, Robert Laffont, 2001, p. 565.

4 Marie-Cécile Bouju, Les Maisons d’éditions du Parti communiste français, 1920-1956, thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de Marc Lazar, Institut d’études politiques de Paris, 2005, p. 60-77.

5 Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943, Paris, Fayard, 1997, p. 1030.

6 Marie-Cécile Bouju, « Le livre comme arme de propagande. Le cas des relations entre le Service d’édition de l’Internationale communiste et la France (1919-1939) », Communisme, n° 97/98, 2009, p. 8-23.

7 Marie-Cécile Bouju, « Les maisons d’édition du PCF, 1920-1956 », Nouvelles Fondations, n° 7-8, décembre 2007, p. 260-265.

8 Résolution sur le rapport des éditions au secrétariat politique (29 avril 1934) (adoptée par la commission politique le 15 octobre 1934) [RGASPI, Confidentiel, 5 f. 495/78/119].

9 La Commission pour la lutte contre la guerre, le fascisme et la social-démocratie et la Commission pour la popularisation de la construction socialiste en Union soviétique.

10 Moscou–Paris–Berlin : télégrammes chiffrés du Komintern, 1939-1941, Tallandier, 2003 ; José Gotovitch, Du rouge au tricolore. Les communistes belges de 1939 à 1944 : un aspect de l’histoire de la résistance en Belgique, Bruxelles, Labor, 1992.

11 Georgi Dimitrov, Journal, 1933-1949, Paris, Belin, 2005, p. 433 ; Gregory P. M. Walker, « Soviet publishing since October Revolution », Books in Russia and Soviet Union : Past and present, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1991, p. 59-91. Le OGIZ a été créé en 1930 pour replacer les anciennes éditions d’État, le Gosizdat.

12 Georgi Dimitrov, Journal, 1933-1949, Paris, Belin, 2005, p. 825.

13 RGASPI, fonds 495, inv. 30, dossier 601, lettre du 21 mars 1929, 1 f.

14 RGASPI, fonds 495, inv. 30, dossier 501.

15 Olivia Gomolinski, « Le Profintern, organisation internationale et administration soviétique. Première approche », Communisme, n° 70/71, 2002, p. 131-158.

16 Georgi Dimitrov, Journal, 1933-1949, Paris, Belin, 2005, p. 817.

17 Jonathan Beecher et Valerii N. Fomichev, « French Socialism in Lenin’s and Stalin’s Moscow : David Riazanov and the French Archive of the Marx-Engels Institute », The Journal of Modern History, mars 2006, n° 78, p. 119-143 ; Colum Leckey, « David Riazanov and Russian marxism », Russian History, 1995, vol. 22, n° 2, p. 127-153.

18 Henri-Jean Martin, « Pour une histoire comparative du livre : quelques points de vue », Histoires du livre : nouvelles orientations, Paris, MSH/IMEC, 1995, p. 417-432.

Auteur

Conservateur à la Bibliothèque interuniversitaire des universités de Paris, chercheur associé au CRHQ (CNRS-Université de Caen)

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access