Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et communisme(s) : l’avant-guerre (1919-1943)

 | 
Sylvie Le Clec’h
, 
Christian Oppetit
, 
Serge Wolikow

Paroles de « défaitistes » : communistes, pacifistes et protestataires durant la « drôle de guerre »

Gilles Morin

Résumé

En partant des sources d’archives du fonds de la division criminelle et des grâces du ministère de la Justice, il est possible de mieux pénétrer la nature du défaitisme communiste en 1939-1940. Ayant isolé un corpus de 437 dossiers de communistes ou sympathisants communistes poursuivis pour leurs propos défaitistes, il a constitué une typologie des motifs d’inculpation, qui a fait ressortir plus fortement qu’on pouvait peut-être l’imaginer, dans les propos condamnés, le mépris, voire la haine des « ploutocrates anglo-saxons », la condamnation sans appel de la City de Londres, ainsi bien sûr que du capitalisme français, comme étant responsables de la guerre. L’Allemagne nazie, au contraire, semblait étrangement épargnée. Mieux, elle était parfois associée à l’URSS, comme étant susceptible de promouvoir une révolution destinée à balayer les ploutocrates. Dans ces conditions, comment, selon Gilles Morin, ne pas s’interroger sur la prégnance réelle de l’antifascime chez les militants communistes ?

Texte intégral

1Il arrive aux historiens fréquentant les archives en vue d’un travail précis de ne pas trouver de réponses satisfaisantes à leurs attentes premières ; mais, les papiers maniés se révélant d’une richesse insoupçonnée, de se retrouver avec de nouveaux objets de recherches qui remettent en question leurs certitudes ou leurs présupposés. Cette contribution est une illustration, parmi d’autres, d’une de ces rencontres riches d’enseignements que réservent parfois la fréquentation des sources premières. À l’origine ici, il y avait la recherche des manifestations de la présence du pacifisme au début de la Seconde Guerre mondiale. On sait que ce dernier a largement influencé la société française depuis la Grande Guerre, et plus encore, semble-t-il, la gauche française dans toutes ses composantes : des révolutionnaires aux intellectuels, en passant par les réformistes modérés, comme les amis du secrétaire général du parti socialiste SFIO, Paul Faure. J’avais, sur cette question, quelques connaissances, voire certitudes, qu’il est toujours bon de vérifier. Elles m’ont incité à aller chercher dans les archives des traces concrètes d’un pacifisme influent – tous les historiens s’accordent là-dessus –, mais dont on connaît mal les manifestations réelles en ce temps, en dehors de figures emblématiques pieusement évoquées, comme l’écrivain Jean Giono, le philosophe Michel Alexandre, le journaliste-scénariste Henri Jeanson, l’anarchiste Louis Lecoin, etc. Mon objectif était de repérer à la base l’action de ce pacifisme militant durant la « drôle de guerre », mais aussi de voir dans quelle mesure ce que l’on présente comme une culture ayant profondément irrigué la société française, avait pu s’exprimer et transgresser la nouvelle Union sacrée et transparaître dans la société, au point de devoir subir les foudres des autorités.

  • 1 Jean Defrasne, Le Pacifisme en France, Paris, PUF, 1994 ; Jean-Pierre Biondi, La Mêlée des pacifist (...)
  • 2 Sur les interceptions, voir, par exemple, Arch. nat., 19940503/15. Il apparaît, selon les commissio (...)
  • 3 Arch. nat., F/7/14822.

2Le pacifisme le plus militant, et pas seulement celui appelé par les historiens « pacifisme intégral », n’a pas été épargné par la répression. Ainsi, les auteurs du tract Paix immédiate ont-ils été inquiétés (certains comme Déat s’en étant désolidarisés par ailleurs), tout comme un certain nombre d’amis de Marceau Pivert, des anarchistes, tel Louis Lecoin, ou des pacifistes intégraux, comme Henri Jeanson, ces derniers se trouvant incarcérés et lourdement condamnés, parfois dès avant la déclaration de guerre. Ces faits sont connus1. Pour aller plus loin, voir si s’était manifesté un pacifisme populaire par delà celui des élites connues, j’ai tout d’abord cherché dans les fonds publics classiques, ou nouvellement récupérés ou classés. Ainsi, la consultation des dossiers de police emportés par les Allemands et retrouvés à Moscou, d’une richesse sans pareil dans l’ensemble, s’est révélée décevante pour suivre les évolutions des pacifistes à la veille de la déclaration de guerre et surtout après celle-ci. Riches sur les communistes pourchassés pour trahison, après s’être solidarisés avec le Pacte germano-soviétique et parce qu’ils mènent une propagande défaitiste avérée, et sur ceux qui sont supposés à tort être communistes, ces archives sont pauvres sur les pacifistes. Non que la police ne les néglige, elle surveille les leaders et leurs contacts, pratique déjà des écoutes téléphoniques et surtout dépouille leur courrier2 et est à l’affût de toutes dénonciations anonymes, des traces de défaitisme dans la correspondance surveillée par le contrôle postal. Cette maigre moisson d’origine policière est toutefois relativisée par un gros dossier conservé dans les papiers de fonds du ministère de l’Intérieur, qui rassemble plusieurs centaines de notes adressées à la présidence du Conseil sur des affaires qui ont souvent conduit leurs auteurs devant les tribunaux et pour finir en prison3. J’ai donc décidé de suivre la piste judiciaire prometteuse.

3Les dossiers de justice s’appuient sur des faits précis, on peut donc espérer par leur intermédiaire approcher le contenu réel de l’activité, voire de la culture pacifiste ou de son expression dans cette période exceptionnelle : après la déclaration de guerre, mais avant les combats. Le pacifisme était-il emporté par l’Union nationale, ce qui révèlerait une fragilité allant à l’encontre de tous les discours connus ? A-t-il trouvé le moyen de s’exprimer et alors de quelle manière ? S’oppose-t-il – comme on l’a souvent supposé -, au discours communiste de l’après pacte germano-soviétique ? Ou se confond-t-il avec lui ? S’en différencie-t-il plus simplement ? Accessoirement, puisque le rapport à l’étrange pacifisme ou défaitisme communiste de l’après pacte est évoqué, la question se pose aussi de savoir si ces poursuites et les dossiers de justice souvent très bien renseignés ne nous éclaireraient pas sur un phénomène très mal connu, celui des compagnons de route du communisme qui se retrouvent en mauvaise posture après le pacte germano-soviétique.

  • 4 Nous l’avons personnellement constaté à l’occasion d’un travail récent sur le mouvement royaliste a (...)

4À l’opposé politiquement, le cas du défaitisme d’extrême-droite pose aussi problème4. L’intensité du discours pacifiste des héritiers de l’Action française et des grandes ligues « fascistes » conduit à s’interroger sur la persistance d’un discours pacifiste d’extrême droite durant la drôle de guerre, avant la « divine surprise » de la défaite et de la naissance de Vichy.

5Telles étaient mes interrogations initiales : l’espoir de trouver des informations sur les pacifistes de gauche, éventuellement sur les compagnons de route du communisme et sur le pacifisme d’extrême-droite, favorable au fascisme et à l’Allemagne nazie, et enfin mesurer comment – et surtout voir pourquoi – le monde militant a pu se retrouver frappé par la répression sur cette inculpation.

  • 5 Je remercie madame Françoise Adnès, auteur de l’inventaire de cette partie de la sous-série BB/18 d (...)

6Une première surprise, relative toutefois, m’attendait. Dans le classement thématique des dossiers de justice et des correspondances entre la Chancellerie et les procureurs généraux, consultable aux Archives nationales5, le thème du « pacifisme » n’apparaît pas directement, ni indirectement, par un renvoi. Le fait est-il signifiant ? Pas vraiment, dans le sens où le cadre de classement est fixé depuis la fin du XIXe siècle, ne bougeant qu’à la marge. D’autre part, le pacifisme a probablement trop imprégné la société pour que le condamner – et même ses excès – soit possible. Surtout, le pacifisme peut être une opinion et celles-ci ne peuvent être poursuivies. Ce qui intéresse la Justice, ce sont les actions concrètes contre la Défense nationale, non les opinions. Elle réserve donc ses foudres au « défaitisme », condamnant sous ce vocable de multiples comportements politiques concrets. Plusieurs milliers de dossiers en témoignent. Dans cette masse, les prises de position politiques sont minoritaires, confondues avec les autres affaires qui relèvent elles de comportements non directement politiques.

7L’analyse de ces dossiers, grâce à une base de données construite pour ce faire, montre que, dans plus de 40 % des cas, les personnes poursuivies pour « défaitisme » sont en fait des militants ou sympathisants communistes. Fallait-il les écarter de mon étude ? Cela permet la comparaison entre eux et les autres accusés de « défaitisme », dont les pacifistes. Ensuite et surtout, le communisme de la « drôle de guerre » a fait l’objet de nombreuses études, mais il m’est apparu que, dans ces affaires, s’exprimait une parole réelle que l’on ne trouve pas dans les sources traditionnelles, ou pas sous cette forme adaptée, donc souvent imprécise, et qu’il était particulièrement intéressant de cerner.

Les sources et leur utilisation

  • 6 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, mouvement social, paru aux Éditions ouvriè (...)

8La source principale utilisée ici est la sous-série BB/18 des Archives nationales, bien connue des historiens de la justice. Elle contient des « dossiers banaux éternels », dont l’intérêt est tout d’abord de couvrir l’ensemble du territoire français. Toutes les affaires ou presque s’étant produites dans l’ensemble de la France à un moment donné y figurent sous forme de signalements. De taille modeste généralement – quelques feuillets –, ils comprennent pour l’essentiel des correspondances échangées entre les procureurs généraux (PG) et la Chancellerie (le nom courant des services centraux du ministère de la Justice), des notes de celle-ci. Peuvent être annexés aussi divers rapports de police, plus rarement des enquêtes de police judiciaire fouillées et des documents saisis ou leurs copies, comme des tracts ou des affiches, des lettres de dénonciation, etc. Les résumés de ces affaires étant souvent succincts et imprécis, des compléments d’informations ont été recherchés, notamment sur les parcours personnels, dans des dossiers provenant du fonds de Moscou et dans divers dossiers des Archives nationales, comme des correspondances du ministère de l’Intérieur avec la présidence du Conseil (sous-série F/7) et dans le Maitron6 bien sûr. Si les différentes sources informations se recoupent le plus souvent, il apparaît dans les sources complémentaires que les dossiers banaux ne rassemblent pas toutes les enquêtes en cours, un léger déficit existe, notamment pour les affaires suivies par la justice militaire. A contrario, des poursuites pour propagande communiste concernent parfois les activités défaitistes, voire celles de militants d’extrême-gauche confondus avec les communistes.

9Il serait possible d’élargir cette enquête aux archives militaires, à celles de la Préfecture de police et même d’explorer certains fonds d’archives départementales. Mais cet ensemble cohérent permet une première étude.

  • 7 Nous avons goûté cette saillie d’un ouvrier algérien, qui, lors d’une dispute dans un débit de taba (...)
  • 8 Par exemple, Arch. nat., BB/18/7025, 2 BL 1048.
  • 9 Par exemple, Arch. nat., BB/18/7026, 2 BL 1102. Les paroles d’émigrés polonais semblent avoir été m (...)
  • 10 Par exemple, Arch. nat., BB/18/7025, 2 BL 1025.

10En tout, quelque 2000 dossiers ont été examinés, ne retenant que ceux qui traitent d’affaires ouvertes avant l’invasion de la France, en tout cas avant le 30 mai 1940. Cette coupure s’impose car pacifisme et défaitisme n’ont plus la même nature après la défaite. De plus, après celle-ci, en ces temps d’effondrement et d’exode, l’émotion et les rumeurs déforment les faits outrageusement. Sur les 2000 dossiers consultés, j’en ai retenu un quart environ. Une partie concernait des dossiers d’interdiction de presse ; beaucoup d’autres, des poursuites contre les communistes pour propagande. J’ai écarté ces derniers, sauf si des propos « défaitistes » avaient également été l’objet de poursuites. De la même façon ont été éliminés les dossiers vides, ou très peu fournis, ceux qui ne rendent compte que des condamnations et de leurs motifs, mais sans citer les paroles précises qui motivent les condamnations. Sont encore écartés les dossiers d’aliénés (plusieurs dizaines), de SDF multirécidivistes, des dossiers trop lacunaires ou douteux. De même n’ont pas été retenus une importante part de dossiers d’étrangers ou de coloniaux qui, plus que du défaitisme, pratiquent une critique en règle du colonisateur7 ou du pays d’accueil ou de refuge, comme ces Belges qui tentent de défendre l’honneur de leur pays après la capitulation de leur armée ou protestent contre l’accueil qui leur est fait. On y trouve aussi des étrangers, dont de nombreux Italiens8 ou Espagnols qui proclament leur déception, voire leur haine de la France et des Français, qu’ils rêvent souvent de voir « dressés », d’Allemands, naturalisés Français ou non, qui défendent leur patrie. Je n’ai pas retenu non plus, pour l’essentiel, les Polonais, communistes ou non, qui approuvent le pacte, l’attaque allemande9 ou soviétique, l’invasion de la Finlande ensuite10 et dénoncent leur pays, dont certains semblent à peine pratiquer la langue française, ni la plupart des communistes italiens ou espagnols inculpés. Leur inclusion aurait affaibli la démonstration, car on peut toujours discuter de leur spécificité et du fait que leurs propos ont pu être déformé par la barrière de la langue. Notons toutefois que leur consultation n’a pas contredit mes conclusions : la masse de leurs dossiers va dans le même sens que celle de leurs camarades français.

  • 11 Parmi ceux-ci, une dizaine de militants d’extrême-gauche, la plupart anarchistes, trois antimilitar (...)

11Restent donc à ce jour 446 dossiers. On peut les classer en trois catégories : une expression populaire de personnes dont il n’a pas été établi qu’elles militaient dans une organisation et pour lesquelles leurs préférences idéologique n’apparaissent pas ; ensuite, 60 % de personnes tenant un discours s’apparentant à une profession de foi politique ou qui sont repérées par les autorités comme militantes d’une organisation ; les communistes et communisants, avec 182 cas, représentent un peu plus de 40 % de l’ensemble du corpus, les autres moins de 20 %11. Ici ne seront retenus que les deux grands ensembles, le défaitisme populaire et le défaitisme communiste.

12Les critiques dépassent largement les milieux communistes et ceux de l’extrême-gauche et nous forcent à nous interroger sur la thèse du consentement à la guerre.

La justice, révélateur d’une société populaire troublée : les limites du consentement à la guerre

13L’impression générale tirée de la lecture de propos des dossiers retenus, qui vont de la réflexion politique construite aux éclats et aux « coups de gueule » souvent orduriers, est celle d’une société profondément troublée. Les paroles poursuivies par la Justice s’expriment surtout dans les milieux populaires.

14Le « défaitisme » concerne en effet 43 % d’ouvriers, 17 % d’employés, 12 % de commerçants ou artisans, alors que les agriculteurs (9 %) sont sous-représentés et les catégories supérieures sont assez rares. Notons, a contrario, la surreprésentation des enseignants (9 %) Les femmes comptent pour un sixième des cas présents (à peine moins chez les communistes) et ne se distinguent pas socialement.

Tableau 1. Répartition socio-professionnelle des « défaitistes » au moment de la « drôle de guerre »

Ouvriers

43 %

Employés

17 %

Enseignants

9 %

Autres fonctionnaires

2 %

Commerçants et artisans

12 %

Cadres

Moins de 1 %

Agriculteurs

8 %

Professions libérales

2 %

Indépendants

1 %

Autres

5 %

15Si on rentre dans le détail des dossiers, il apparaît que beaucoup de poursuites concernent des laissés pour compte de la société : illettrés, journaliers, orphelins, débiles légers, sans domicile fixe, dont le mode d’expression ou de protestation est souvent celui du « coup de gueule », ce qui ne pardonne pas en ce temps. Nombre des hommes inculpés sont, notons-le encore, réformés pour causes diverses. J’ai évoqué déjà le recours très courant à l’insulte et à un langage grossier (« les cons », « les vaches », « les emmanchés » …), dans les catégories populaires. Mais, cette expression violente de la haine sociale apparaît aussi dans d’autres milieux plus aisés.

  • 12 Arch. nat., BB/18/7015, 2 BL 357.

16Citons un exemple pris dans les catégories très modestes : un manœuvre, SDF et illettré de 38 ans, entre dans un café de Seine-et-Marne et s’écrie : « Il faudrait qu’Hitler vienne ici pour dresser les cultivateurs »12. Emmené par le garde-champêtre et l’adjoint au maire, qui l’a dénoncé, il aggrave son cas en criant : « Vive Hitler, vive Staline ». Cet homme réformé, d’1,55 m selon le bulletin de signalement, porte un tatouage au bras droit, où est inscrit « enfant de malheur » et, sur le bras gauche, un dessin de « nu fatigué ». Déféré à la justice militaire, à la demande de celle-ci, le bougre s’est montré violent en parole mais peu agressif.

17À l’image de ce cas, il est très vite apparu que les dossiers consultés nous en apprennent autant sur la société et son état en 1939 que sur le défaitisme. La méfiance, la peur surtout, l’exaspération et la haine sociale, la xénophobie s’expriment, ainsi que des invariants plus profonds de la société française, au premier rang desquels l’alcoolisme.

  • 13 Sur celle-ci, on renverra aux travaux de Jean-Louis Crémieux-Brihac. Citons, parmi d’autres sources (...)

18Divers inculpés expriment leur méfiance envers les nouvelles diffusées par les autorités ou par la presse par des exclamations comme celles-ci, qui rappellent la dénonciation du « bourrage de crâne » de la Grande Guerre : « Les communiqués sont faux » ou encore « Comment, vous écoutez les informations, ce n’est pas la peine, tout cela c’est de la blague ». Pour autant, il n’est pas sûr que les inculpés ne subissent pas, consciemment ou non, l’influence de la radio allemande, attestée par plusieurs affaires. La responsabilité britannique, la volonté de compromis de l’Allemagne, la légitimité de ses revendications allemandes à l’Est, sont souvent avancés. Dans quelle mesure ces propos reprennent-ils les thèmes de la radio et de la propagande nazie qui, par la voie des airs ou par l’intermédiaire de la poste, inondait la France de tracts et journaux, voire de disques ? 13 Il est impossible de le dire, car ces radios allemande reprennent et diffusent systématiquement des thèmes qui peuvent servir les nazis, mais qui circulent dans la population et notamment dans les milieux pacifistes, puis chez les militants communistes souvent isolés et qui cherchent à s’informer par tous autres canaux que la presse autorisée.

  • 14 Pour ne citer qu’un seul exemple, Arch. nat., BB/18/7029, 2 BL 1441 : « Les Boches ne sont pas enco (...)
  • 15 Par exemple, dans ce discours : « Je suis heureux que l’Allemagne ait déclaré la guerre à la France (...)

19La peur et la xénophobie font bon ménage et la tension entre Français et étrangers est à son comble. Les étrangers, ou soupçonnés tels, forment un lot non négligeable des cas poursuivis. Je les ai écartés de mon étude, mais me dois de les évoquer ici, car leur place est trop importante pour ne pas au moins les situer. Les gros contingents étrangers sont naturellement les mieux représentés, avec en premier lieu des Italiens, admirateurs du fascisme ou tenants du communisme, et des Polonais, qui ne sont pas tous rétifs à la fascination pour le nazisme14 et plus encore pour l’Union soviétique ; nombreux sont, à ma grande surprise, les hommes nés en Pologne condamnés pour avoir justifié l’intervention soviétique après le 17 septembre. Le désir de revanche de certains de ces travailleurs exploités et souvent maltraités est discernable15. Mais d’autres paraissent victimes d’un acharnement et de ne pas avoir su qu’il ne fallait pas répliquer, surtout dans un débit de boisson. Combien de condamnés ont en fait réagi à des accusations ou à des propos racistes, voire des insultes ?

20Cela concerne aussi des Français des frontières, encore regardés avec suspicion. Ainsi, un Mosellan, après avoir été qualifié de « boche », commet l’erreur de s’emporter : « L’armée française est dégueulasse. J’aimerais autant être de l’autre côté qu’ici ». Emporté dans sa fureur, il ajoute : « Je ne tirerai pas sur les Allemands, qui sont mes frères. L’ouvrier allemand est plus heureux que l’ouvrier français. Les frontaliers qui travaillaient en Allemagne ne se lassaient pas de le dire. Je souhaite que les premières bombes tombent sur Reims, sur la gueule des Français ». Ce « boche », s’étant engagé, avait fait cinq années dans l’armée française dans les années 1920.

  • 16 Voir, par exemple, Arch. nat., BB/18/7015, 2 BL 386 et 387, ou BB/18/7029, 2 BL 1450.

21D’autres exemples montrent aisément que, pour les étrangers, toute remarque critique, surtout politique, peut valoir des poursuites16. Les accusations parfois fantaisistes, des poursuites pour des cas marginaux, sont révélatrices des craintes qui animent la population et les autorités. Ainsi, la réalité de la qualification de paroles « séditieuses » apparaît parfois discutable.

22La présence des soldats, la vue des uniformes plus nombreux, ceux des forces de l’ordre, mais aussi de simples soldats, jouent visiblement comme un excitant pour ceux qui « cherchent la bagarre », en tout cas, contribuent au malaise. Les propos défaitistes leurs sont souvent adressés et les permissionnaires apparaissent dans de nombreux conflits, particulièrement dans les cafés. Les relations entre ceux qui logent les soldats et ceux-ci ne sont visiblement pas toujours bonnes et le ton des échanges peut monter alors. Un paysan des Ardennes, décrit comme patriote incontestable par l’enquête, s’en prend aux soldats présents chez lui qu’il accuse d’un vol d’une centaine de bouteilles : « En 1914, alors que nous étions envahis par les Boches, j’ai éprouvé moins de dégâts que depuis que vous êtes là. J’aimerais mieux voir des Boches dans mes locaux que des soldats français ». « C’est malheureux de voir des s… pareils. Ils pillent tout. En 1914, les Boches faisaient moins de pillages. Je préférerais en revoir dans mes locaux que de vous avoir » s’écrie-t-il encore. Dénoncé par les soldats, il aggrave son cas en refusant de s’expliquer avec les gendarmes venus enquêter, leur disant de « mettre ce qu’ils veulent » dans le procès-verbal. Acquitté du chef d’outrage envers les gendarmes, il est condamné à deux mois de prison. La haine des officiers ne relève pas seulement d’un vieil antimilitarisme, mais autant de la lutte des classes : des officiers sont accusés de ne pas s’occuper de leurs hommes, de les maltraiter, de s’en mettre « plein les poches », voire d’être des « cagoulards ».

  • 17 Par exemple, un professeur d’Allemand, ancien combattant de la Grande Guerre, se voit accuser par p (...)
  • 18 Malheureusement, les enquêtes de police sur les dénonciateurs sont rares. L’une d’entre elle portan (...)
  • 19 Un étudiant russe, disant notamment qu’il faudra vingt ans à la France pour gagner sur les Allemand (...)

23Se manifestent dès alors des maux que l’on verra triompher durant l’Occupation et à la Libération : la suspicion, entretenue par l’existence de beaucoup de personnes déplacées ou réfugiées, dans un climat de crainte de la « 5e colonne » qui accentue la méfiance envers des inconnus. L’immense majorité des affaires est révélée par des dénonciations. Il est clair à la lecture de ces dossiers que le « corbeau » n’est pas né durant l’Occupation. Parmi les dénonciations, bien sûr, des lettres anonymes, certaines étant fausses et d’autres fantaisistes17. Parmi ces anonymes, des « bons Français », des nationalistes, des adversaires du Front populaire sont présents et signalent de nombreux cas, se trouvant ainsi à l’origine d’ouverture d’enquêtes18. La justice n’est pas toujours dupe, mais instruit systématiquement. Pourtant, toutes les dénonciations ne sont pas anonymes, ni infondées. Beaucoup s’apparentent à un réflexe patriotique : il apparaît que si les dénonciations sont aussi nombreuses, c’est aussi et surtout parce que les propos et attitudes qualifiés de « défaitistes » choquent la population. Et la mobilisation des citoyens résulte de ce choc19. J’y reviendrai.

  • 20 Par exemple, Arch. nat., BB/18/7015, 2 BL 396.

24Si les milieux populaires et les étrangers constituent la grande masse des personnes poursuivies, on trouve des personnes inquiétées dans tous les milieux. Notons la prudence des autorités, manifeste lorsqu’elles ont affaire à des notables. Ainsi, on ne poursuit pas un huissier audiencier du tribunal de Lannion qui, avec son fils, dans un café, a affirmé notamment être « dégoûté de vivre dans une République pourrie » ; d’ailleurs, « si sa femme l’avait écouté, il serait depuis longtemps dans un pays neutre ». Il aurait ajouté « qu’il n’était pas Français, mais anti-Français, qu’enfin si, au cours de la guerre, un de ses fils venait à être tué, il descendrait trois ou quatre députés ». Il subit une simple sanction disciplinaire en étant suspendu de son emploi. Il apparaît toutefois que certains des notables mis en cause sont en fait des personnes peu recommandables. Des enquêtes ouvertes révèlent l’intempérance de notables locaux, qui sont alors révoqués de leurs fonctions (maire, juge de paix, notaire), mais rarement condamnés. D’autres enquêtes, portant initialement sur des propos défaitistes, mettent en lumière des faits délictueux : des cas d’espionnage bien sûr, mais aussi des abus divers20. Le cas le plus extrême rencontré organise la mobilisation générale, insulte les gendarmes, déserte au troisième jour de sa mobilisation et se révèle être une véritable crapule après enquête.

  • 21 Si l’on s’en tient aux lieux connus, un tiers des affaires au moins se déroulent dans ces établisse (...)

25Surtout, dans un nombre non négligeable d’affaires, les dossiers signalent l’état d’ivresse des inculpés ou l’intempérance régulière de personnes poursuivies. Plusieurs poursuites sont directement déclenchées par les réactions aux restrictions d’alcool : avec la guerre, ont été institués localement des jours ou des heures de vente interdites, ce qui suscite des crises et des cris, notamment de soldats en permission. Il est remarquable qu’au moins 10 % des individus sont signalés comme ayant trop bu et qu’au moins un quart des incidents se passe dans des cafés ou restaurants21.

26Le café est, dans ces années, on le sait, un lieu de sociabilité essentiel et extrêmement populaire. Mais il suscite des types de discussions particulières, avec probablement autant d’affirmations définitives, provocations plus ou mois amicales et disputes ritualisées que de discussions organisées. La mobilisation, qui réduit la clientèle des hommes jeunes, la présence de personnes déplacées, dont des femmes, les recompositions politiques engendrées par le pacte germano-soviétique et la guerre bouleversent cet univers quotidien plutôt convivial en temps ordinaire. D’ici partent désormais de nombreuses dénonciations ou les rumeurs sur les propos tenus, qui finissent par arriver par des voies directes ou détournées aux autorités.

27Enfin, dans les cafés et restaurants, l’écoute de discours publics officiels excite des consommateurs, voire les patrons. Comme il est traditionnel dans les périodes difficiles, le public impute tous les maux aux politiques et aux dirigeants du pays. Daladier suscite sur ce plan des réactions passionnelles, plus que ses successeurs.

  • 22 Arch. nat., BB/18/7031, 2 BL 1616.

28En revanche, n’est-il pas surprenant de trouver peu de traces d’antisémitisme ? Sept occurrences seulement ont été relevées, soit 2 % des propos poursuivis. Deux sont le fait de gens de l’est de la France, réfugiés à l’intérieur ; une, d’un ancien militant SFIO ; une autre, d’un pacifiste tendance Emery ; une, d’un Anglais22. Mais il n’est pas sûr que ce type de propos ait été souvent dénoncé.

29Pour conclure cette partie, les discours politiques défaitistes s’inscrivent dans un monde troublé, marqué par un profond malaise social, dans un climat délétère où s’exprime la peur de l’autre, une exaspération sociale aggravée par les bouleversements induits par la mobilisation, les déplacements de population et les premières restrictions. La haine, sociale ou politique, s’exprime à haute voix par des insultes et des appels au meurtre.

30Qu’en est-il, dans ce contexte, du défaitisme communiste ?

Le défaitisme communiste

  • 23 Voir notamment les dossiers des cartons Arch. nat., BB/18/7005 à 7011, poursuites contre Solidarité (...)
  • 24 Arch. nat., BB/18/7005 à 7011, poursuites contre Darquier de Pellepoix, Daudet, Clementi, Charles L (...)

31Le refus politique du « consentement » à la guerre dépasse largement les seuls rangs communistes. Il s’exprime plusieurs mois avant celle-ci dans diverses sensibilités : dans des franges pacifistes, chez des anarchistes et l’extrême-gauche, mais aussi dans une partie de la population de l’Est autonomiste et dans une partie de l’extrême-droite, cette dernière étant sensible aux sirènes fascistes et nazies, ou tout simplement ne faisant pas confiance à la République et à ses hommes. La lutte des autorités politiques et judiciaire contre le « défaitisme » politique a débuté pour l’essentiel après Munich, en visant les tenants du pacifisme les plus exposés : anarchistes et militants d’extrême-gauche, militants du PSOP de Marceau Pivert et trotskistes en priorité23. Puis le gouvernement s’en est pris progressivement à la presse d’extrême-droite, soupçonnée d’être financée par l’étranger ou, pour reprendre le langage juridique, d’avoir des activités « de nature à favoriser les entreprises d’une puissance étrangère »24, punies par le décret-loi du 21 avril 1939 sur les propagandes étrangères. En revanche, le défaitisme communiste apparaît brutalement, à l’issue du pacte germano-soviétique.

Le PCF, du pacte Laval-Staline aux pactes germano-soviétiques

32Après le pacte germano-soviétique (août 1939), mais surtout la déclaration de guerre, les militants communistes qui approuvent le pacte et font acte de « défaitisme » sont, à leur tour, frappés par une répression sévère. Des centaines d’instructions sont ouvertes en neuf mois.

33Avant de considérer ce qu’exprime le petit peuple communiste poursuivi de ce chef d’accusation durant la « drôle de guerre », il faut rappeler ce que fut le tournant d’août-septembre 1939.

  • 25 Sur cette question, voir l’affaire Lucien Sampaix, contenant un important dossier de pétitions appe (...)

34Depuis mai 1935 et le pacte Laval-Staline, qui reconnaissait les nécessités de la défense nationale de la France, rompant avec l’antimilitarisme du parti, le PCF s’était fait le champion de la défense nationale et de l’antifascisme. Depuis Munich, il était clairement dans l’opposition, fustigeant le pacifisme. Le PCF appelait à une répression sévère et dénonçait l’insuffisance des poursuites contre les espions et les agents du fascisme et du nazisme en France25.

  • 26 Les dossiers étudiés contiennent de nombreux tracts, journaux et affiches communistes qui développe (...)

35Or, dans les jours qui suivent la signature du pacte germano-soviétique, le 23 août 1939, les communistes approuvent ce dernier, expliquant que Moscou « montre la voie de la paix » puis, après une hésitation de deux semaines, durant lesquelles les députés communistes votent les crédits militaires au gouvernement Daladier le 2 septembre, dénoncent la « guerre impérialiste ». Ils affirment que les seuls fauteurs de guerre sont les gouvernements français et anglais. Ils saluent l’effort de paix de l’Union soviétique et font de l’Allemagne nazie un pays menacé par les deux impérialismes alliés26. Ils justifient dans l’automne l’écrasement de la Pologne, à laquelle les soviétiques ont pris part depuis le 17 septembre, conformément aux clauses secrètes du pacte, puis justifient l’agression soviétique contre les États baltes et la Finlande, qualifiée de fasciste. Renouant avec le défaitisme révolutionnaire, la presse communiste clandestine combat la mobilisation française et appelle au sabotage de l’effort de guerre.

  • 27 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, 439 p. (p (...)

36Ces positions communistes conduisent les autorités françaises à interdire le parti et sa presse, à poursuivre les militants actifs, à destituer et parfois emprisonner ou mettre en camp les élus qui défendent le pacte. En revanche, ceux qui le condamnent sont autorisés à conserver leurs fonctions. Le parti, déjà divisé par ce tournant, est désorganisé par la répression et la mobilisation. Mais sa direction stalinienne poursuit le combat dans la clandestinité, autour de ses cadres, réduits à seulement quelques centaines dans la région parisienne, quelques milliers pour la France, selon les spécialistes de l’organisation27.

37Dans ces conditions, si l’histoire des chefs était assez bien connue, celle des militants, des sympathisants et des électeurs isolés restait à faire ? Que devenaient-ils ? Comment ont-ils concilié les événements avec leurs convictions partisanes et la culture héritée des années du Front populaire ? L’histoire du refus du pacte reste à écrire pour l’essentiel, mais qu’en était-il des autres, de ceux qui sont restés communistes tout en étant isolés ?

38Les dossiers de justice permettent de répondre en partie à ces interrogations. Par delà l’organisation de la propagande, par l’affiche, le tract ou le journal clandestin, qui suppose des liens directs avec l’appareil, les poursuites contre des militants et des sympathisants pour propos défaitistes permet de discerner comment a réagi une partie du « petit peuple communiste » qui, lui, n’était probablement pas encadré pour l’essentiel.

  • 28 D’autres hommes ou femmes sont désignés comme communistes, sans que la preuve de leur appartenance (...)
  • 29 Notons que, contrairement à une légende trop tenace, les militants arrêtés parlent souvent, donnent (...)

39Quels sont les communistes poursuivis pour propos « défaitistes » ? Ce ne sont pas les militants, qui conservent un lien direct avec la direction clandestine du parti, ceux qui distribuent les écrits de propagande prohibés et s’efforcent de reconstituer les structures partisanes. Ceux-là évitent les propos publics qui les feraient repérer. Si l’on trouve une poignée d’élus locaux révoqués (trois maires et deux conseillers d’arrondissements) et cinq anciens secrétaires de sections, l’essentiel des inculpés est formé par un petit peuple communiste ou sympathisant, considéré comme tel ou se disant communiste28. Certes, des aveux, complets ou partiels, confirment le plus souvent l’appartenance des personnes poursuivies ou celle d’un membre de la famille au moins au PCF29. Des saisies de documents lors de perquisitions montrent que des liens sont parfois maintenus, mais ces personnes semblent surtout des orphelins de l’organisation communiste, soucieuses de s’affirmer, de réagir avec leur culture propre aux événements, en dénonçant la situation qui leur est faite.

Les thématiques d’un discours défaitiste révolutionnaire

40L’étude des propos tenus par ces communistes ou proches révèle une immense confusion des esprits, qui se traduit par une apparente incohérence et par le fait que la même personne tient des discours qui peuvent paraître contradictoires. Mais des logiques et des thématiques dominantes se dégagent et on y retrouve – ce n’est pas une surprise , mais une confirmation intéressante – la structure générale des publications et tracts communistes clandestins.

41L’approbation du pacte germano-soviétique et la justification de l’intervention en Pologne, en Finlande et dans les pays baltes, sont affirmées, mais prennent une forme plus simplifiée que celle de la propagande communiste écrite. Cette dernière oppose les guerres impérialistes aux « guerres de libération ». Or, les propos tenus par les militants et sympathisants opposent les guerres « injustes » et les guerres « justes ». Ces dernières sont faites pour le bien des peuples, voir la juste punition d’autres peuples qui l’ont bien mérité. Loin de l’internationalisme prolétarien, les propos injurieux ou méprisants tenus souvent sur les peuples polonais et finlandais méritent d’être signalés.

42Mais le thème le plus répandu est que le principal responsable de la guerre est le capitalisme en général et surtout les capitalismes français et anglais. D’ailleurs, le capitalisme français est couramment présenté comme un simple agent, ou mieux « un valet » de ce dernier. La dénonciation de l’Angleterre est présente dans près d’un quart des discours ; la dénonciation croisé du rôle de la France et de son gouvernement et des Anglais, dans la moitié des propos. France et Royaume-Uni sont non seulement responsables de la guerre, mais ce dernier est accusé de tous les maux : « Les Anglais fournissent des canons à l’Allemagne. Chamberlain, Daladier et Bonnet voulaient la guerre » dit, par exemple, un communiste du Var. La haine affirmée envers le Gouvernement français éclate régulièrement, avec une mention spéciale, si j’ose dire, pour Daladier, cité dans 20 % des discours poursuivis. Une dizaine d’entre eux souhaite d’ailleurs l’envoyer « au poteau », le pendre, voire lui « ouvrir la panse », en compagnie de Chamberlain. Ce n’est que dans un deuxième temps – dans une fausse égalité, comme aimaient à dire les communistes, lorsqu’ils dénonçaient l’hypocrisie de la condamnation conjointe du communisme et du nazisme par le Pape – que le capitalisme allemand et Hitler sont aussi désignés comme responsables, mis dans le même sac apparemment. Apparemment seulement, car le slogan « ni la City, ni Berlin », adopté aussi dans certaines publications d’extrême-gauche, n’est pas équilibré. Berlin est neutre, une dénomination seulement géographique. Ici, le langage est parlant : le nazisme n’est jamais cité explicitement. Le fascisme n’est dénoncé que dans sept cas et encore, il concerne avant tout les « fascistes » français. La City, en revanche, n’est pas un terme neutre ; c’est le symbole du capitalisme, de la ploutocratie.

43Plus grave (car relevant de la Cour martiale, ou de la trahison, dans un pays en guerre), ce qui apparaît nettement à la lecture des paroles prononcées, c’est le fait que l’Allemagne nazie n’est pas considérée comme un ennemi au même titre que les autres impérialismes, mais plutôt comme un allié politique ou idéologique dans une part significative de ce corpus. Divers éléments le montrent.

44Premièrement, la désignation de l’Allemagne et des Allemands est rarement négative. Elle est nettement différente de ce point de vue de celle des autres « défaitistes ». Communistes et sympathisants utilisent deux fois moins que les autres « défaitistes » le terme « boches ». En revanche, ils utilisent moitié plus le terme « d’Allemand », sans connotation spéciale.

45Deuxièmement, des militants et sympathisants disent attendre la Révolution, faite conjointement, ou successivement, par l’Allemagne et la « Russie » ou « les soviets ». « Les Russes font bien de se mettre avec les Allemands. Il y aura bientôt la Révolution » dit l’un, « après la guerre, il y aura la Révolution (…). Hitler et Staline prendront le pouvoir ensemble pour y installer le régime soviétique », dit un autre ; « Staline et Hitler viendront en France pour faire la Révolution », prédit encore un troisième, qui ajoute avoir « une admiration pour Staline et Hitler », auxquels il oppose Daladier et Chamberlain, décrits comme « des capitalistes, des crapules, des bandits ».

46Le nazisme n’est plus perçu comme dangereux, ce qui est clairement exprimé par plusieurs propos sur l’indifférence d’être Allemand ou Français. Un militant explique que « si, nous-mêmes, on laissait les Allemands et les Russes entrer en France, ils ne nous feraient pas de mal ». La Révolution est attendue dans un avenir proche, soit lors de la défaite (« Une grande offensive allemande doit amener la débâcle, puis entraîner la Révolution »), soit lorsque les soldats français fraterniseront avec les soldats allemands, voire à la fin de la guerre plus souvent. En tout cas, « la Russie gouvernera l’Europe ». Une militante d’Uzès (Gard) déclare à plusieurs reprises à son entourage : « Elle était communiste ; elle se languissait que la Révolution arrive pour porter le drapeau rouge et elle avait confiance dans la victoire de l’Allemagne et non à celle de la France ».

47Une cinquantaine de personnes, d’une façon ou d’une autre, annoncent la Révolution ou la supériorité et le triomphe à venir de « la Russie », même si tous n’attribuent pas un rôle à l’Allemagne nazie dans ce processus ; elle ne saurait au pire le contrarier.

48L’antifascisme est-il totalement oublié ou simplement mis entre parenthèse ? Rien ne permet de conclure sur ce point. Mais, pour le moins, cela relativise la profondeur de ce dernier chez de nombreux militants.

49Troisièmement, des communistes et leurs sympathisants cherchent et diffusent des informations allemandes en même temps que les thèses communistes. Certains écoutent Radio-Moscou, sans savoir que c’est en fait un poste allemand qui émet depuis la Prusse orientale. Plus nombreux sont ceux qui reconnaissent écouter aussi Radio-Stuttgart, la citent à l’appui de leur propos, recommandent de l’écouter, voire, dans un cas extrême, la font écouter eux-mêmes à des gens qu’ils invitent chez eux. Les déclarations sont sans ambiguïté sur ce point. Voyons quelques citations : « Il n’y a que Moscou et Stuttgart qui disent la vérité » dit l’un, propos repris presque à l’identique par un autre, qui ajoute que ce poste a « les meilleures informations ». Cette approbation est liée, d’une part, à la méfiance affirmée envers les « bobards » et les radios officielles françaises, mais aussi, d’autre part, au fait que ces militants y retrouvent leur clé de lecture de la situation. L’un reconnaît ainsi « avoir pu approuver des réflexions du speaker lorsqu’elles lui paraissaient justes » et un autre précise : « Tous les jours, j’écoute avec beaucoup d’intérêt et de plaisir la TSF allemande. Quand on entend expliquer clairement, avec preuves à l’appui, que notre gouvernement actuel ne manquera pas de profiter de cette guerre pour “ gruger ” les malheureux, ce sont là des vérités que nul ne saurait plus tard contester. La guerre que nous subissons n’a pas été déclenchée pour défendre la Patrie, mais uniquement pour gonfler encore le porte-monnaie des riches ». Cette écoute n’est pas sans conséquence naturellement. Un militant communiste du Gard, mineur né en Pologne, déclare à ses interlocuteurs « qu’avant, il n’aimait pas Hitler, mais qu’actuellement, il l’aimait plus que tous les autres ».

50Quatrièmement, même si c’est plus surprenant – j’avoue avoir cru au début tomber sur un ou plusieurs fous –, plusieurs militants ou sympathisants ont été arrêtés pour avoir crié « Vive Staline ! Vive Hitler ! » ou diverses variantes équivalentes. En Seine-et-Oise, trois hommes, dont un jeune de 20 ans et deux adultes de 38 et 40 ans, à plusieurs reprises en octobre et en mars, traversent les rues du village de Clayes en chantant l’Internationale et en criant ce slogan double : « Vive Hitler ! Vive la Russie ! ». D’autres sont-ils allés plus loin dans cette voie ? C’est possible, même s’ils semblent être des exceptions. Ainsi, lors d’une perquisition chez un jeune militant communiste avéré, la police trouve un carton servant de pochoir en forme de croix gammée ayant servi. Enfin, plusieurs poussent le défaitisme jusqu’au mot d’ordre d’abattre les officiers. C’est le cas d’un ami de Marcel Cachin – il le recevait souvent en vacances –, qui appelle des chasseurs alpins à tuer leurs chefs.

  • 30 La brochure de Maurice Thorez, Léon Blum tel qu’il est, est bien connue, mais une très longue « let (...)

51Il est notable que l’antisémitisme ne s’exprime pas dans les discours des communistes poursuivis, alors qu’il n’est pas absent des publications clandestines durant la drôle de guerre30. Ajoutons que la dénonciation des « traîtres » réformistes, des « valets de l’impérialisme », Jouhaux, Blum, etc., pourtant tant présente dans la presse clandestine, existe mais est très minoritaire. Ici, il reste probablement quelque chose du Front populaire. En tout cas, cela montre en creux que la propagande communiste clandestine est réinterprétée et que les militants en retiennent ce qu’ils préfèrent ; ici, l’anticapitalisme, l’hostilité à l’Angleterre, le fait que les Allemands ne sont pas les vrais ennemis.

52Cette attitude est dans la logique du défaitisme révolutionnaire stricto sensu : la défaite future de la France est assimilée à une défaite de l’impérialisme et interprétée comme la disparition d’un obstacle important sur la route qui mène à la révolution et au socialisme.

Réactions populaires et répression politique

53On ne saurait terminer sans évoquer les réactions du public à ces propos. Si j’ai souligné en introduction que ces dossiers manifestent les limites au consentement à la guerre et au consensus national, il n’empêche que celui-ci est majoritaire, ces cas en témoignent. Ainsi, l’immense majorité des affaires est révélée à la suite de dénonciations. Parmi elles, bien sûr, certaines fausses et d’autres fantaisistes, des anonymes, des « bons Français », des nationalistes, des adversaires du Front populaire, sont présents et signalent leurs ennemis communistes, se trouvant ainsi à l’origine d’ouverture d’enquêtes.

54Mais la majorité des dénonciations semble provenir d’un réflexe patriotique de milieux populaires non politisés, proches des personnes poursuivies : si les dénonciations sont aussi nombreuses, c’est aussi et surtout parce que les propos et attitudes jugés antipatriotiques choquent cette population. La mobilisation citoyenne résulte de ce choc. Les dossiers nous apportent d’ailleurs de multiples réactions spontanées au défaitisme. Si ceux qui hésitent à dénoncer le voisin ou le camarade de travail sont nombreux, le rejet du communisme, ou plutôt du pacte, est parfois violent. Dans un salon de coiffure, le 2 septembre 1939, un instituteur communiste a une altercation avec deux mobilisés qui, après échange de coups, déclarent qu’il les a incités à la désobéissance. Le procureur – qui conclut qu’il n’en est probablement rien – arrête les poursuites quelques mois plus tard, mais observe : « Au reste, leur bonne foi peut être entière. En effet, ils ont interprété les paroles prononcées par ce militant communiste à la lumière des idées diffusées par la IIIe Internationale. Ils ont ainsi, tout naturellement grossi les faits ».

  • 31 Elle ne concerne pas les seuls communistes, mais frappe aussi des militants d’extrême-gauche ou mêm (...)

55Les communistes sont poursuivis avec constance et fermeté, dès lors qu’ils déploient une activité défaitiste en temps de guerre, mais ce cas est instructif à un autre titre, car il en recoupe beaucoup d’autres. Il montre – contre ceux qui arguent des « origines républicaines de Vichy » et d’une continuité dans la répression – que les autorités républicaines ne cherchent pas à faire condamner à tout prix les militants ou à leur infliger la peine maximale possible, même si des condamnations sont lourdes, voire très lourdes. Mais, les exemples abondent de non-lieu, de condamnations avec sursis, de peines a minima, d’interprétation des faits favorables aux accusés. Les condamnations sont inégalement sévères ; elles tiennent compte largement des personnes auxquelles les propos ont été tenus ou s’adressaient (le plus dangereux étant de s’en prendre à des militaires ou des agents publics), mais aussi – autant qu’une logique puisse être décelée au vu de simples résumés de dossiers –, de la personnalité et de la responsabilité des personnes jugées. La répression est souvent modérée pour les soutiens de famille, et surtout pour les mères de famille. Le Parquet lui-même, qui pousse à plus de sévérité dans l’ensemble, ne fait que rarement appel pour eux. Il y a sur ce point un vrai hiatus avec la période vichyste. En dépit de quelques cas indiscutables de volonté de revanche politique31, la répression n’abuse pas des pouvoirs donnés. Surtout, il n’y a pas, en règle générale, de désir de traquer les anciens militants inactifs, ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas suspects et que la population et les autorités ne sont pas à l’affût, le « défaitisme » étant perçu comme une trahison en temps de guerre.

56De l’ensemble des dossiers, je dégage deux pistes à explorer.

57Tout d’abord, il faut s’interroger sur l’importance du refus ouvrier – au sens large – de la République, voire de la démocratie, de l’armée et des élites. Certes, il est probablement minoritaire dans la population, mais il se manifeste ici de façon profonde. Le discours courant se situe dans le domaine de l’infra-politique, avec des expressions comme : « Pourquoi cette guerre ? »… « Pour mon compte, j’aimerais autant qu’Adolf ou les Russes viennent ici »… « Pourquoi dépenser tant de millions qui ne serviront à rien ? »… « Ce sera toujours nous les cons, et c’est nous qui paierons. »… « Pour moi, la patrie c’est le pognon. ». On ne s’étonnera pas, du fait de la composition sociale du corpus dégagé, de l’importance du discours anticapitaliste, avec son expression populaire traditionnelle : celle des petits contre les gros. Cette opposition à la ploutocratie étant très souvent liée à un rejet de l’alliance anglaise, du capitalisme anglais.

  • 32 Denis Peschanski et Jean-Louis Robert, Les Ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale [a (...)
  • 33 Anne Simonin, Le Déshonneur dans la République : une histoire de l’indignité, Paris, Grasset, 2008.

58On sait que ce refus populaire se manifestera peu après, par l’engagement d’ouvriers et de jeunes issus des milieux populaires dans les organisations collaborationnistes et dans la Milice. Les listes dressées par la Justice à la Libération, consultables aux Archives nationales, en sont une frappante illustration. Il est possible de renvoyer aussi aux interventions de Jean Quellien et Jean-Marie Guillon, dans l’ouvrage intitulé Les Ouvriers en France pendant la seconde guerre mondiale 32, et aux récents travaux d’Anne Simonin sur les épurés33. Ne faudra-t-il pas interroger de nouveau ce rapport des ouvriers et des communistes à la République, sans se satisfaire d’un débat dépassé sur les tournants du PCF, comme si ceux-ci suffisaient ?

59Ensuite, j’ai noté un nombre étonnant de cas où l’écoute des radios ennemies est rapportée. Ceci relativise l’analyse de Crémieux-Brihac, l’excellent connaisseur des effets de la propagande radiophonique dans la Seconde Guerre mondiale, qui, par réaction au mythe de la 5e colonne et à celui du rôle du « traître de Stuttgart », sous-estime – me semble-t-il, au vu de ces dossiers – l’influence de Radio-Stuttgart et des autres postes nazis dans Les Français de l’An 40. Or, de nombreuses déclarations expriment une méfiance ou une hostilité totale envers les nouvelles diffusées par les autorités françaises ou par la presse. L’héritage de la Grande Guerre et du « bourrage de crâne » s’exprime ici fortement. Il est vrai que les radios allemandes reprennent et diffusent systématiquement des thèmes qui pouvaient servir les nazis, mais qui existaient probablement dans la population et notamment dans les milieux pacifistes, puis chez les militants communistes souvent isolés et qui cherchaient à s’informer par tous autres canaux que la presse autorisée.

60Ainsi, même si les militants communistes actifs sont réduits à quelques centaines dans cette période dans la région parisienne et quelques milliers dans l’hexagone et si le parti est partiellement désorganisé par la répression, une culture communiste s’exprime durant la « drôle de guerre », qui reprend, en les caricaturant encore parfois, les thèmes du parti. Elle exprime un trouble profond, qui n’est pas propre aux communistes, nous l’avons vu, qui est partagé par des milieux populaires. Comme pour ces derniers, il apparaît, au vu des déclarations publiques faites par les personnes poursuivies, que ce « défaitisme » marque une grande défiance vis-à-vis de la République, de ses institutions, de ses responsables, du capitalisme en général incarné notamment par le Royaume-Uni. Dans le milieu communiste s’exprime en plus un attachement profond à l’Union soviétique, un espoir dans la Révolution. Ces sentiments submergent chez beaucoup les souvenirs du combat antifasciste et la crainte du nazisme. Ils peuvent même conduire à une véritable complicité avec l’Allemagne, dont on espère qu’elle affaiblira - aux côtés de « la Russie » - le système capitaliste honni. Cette haine de la démocratie qui s’exprime permet de mieux comprendre cette relative complaisance à l’égard de l’Allemagne. Comme si le tournant effectué en 1934-1935 en faveur de la démocratie avait été trop bref et qu’on assisterait en quelque sorte à un retour du refoulé.

Notes

1 Jean Defrasne, Le Pacifisme en France, Paris, PUF, 1994 ; Jean-Pierre Biondi, La Mêlée des pacifistes, la grande dérive, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000, 239 p. ; Maurice Vaïsse (dir.), Le Pacifisme en Europe, des années 1920 aux années 1950, Bruxelles, Bruylant, 1993, 455 p.

2 Sur les interceptions, voir, par exemple, Arch. nat., 19940503/15. Il apparaît, selon les commissions départementales de contrôle, que les militants politiques ont reçu des consignes de prudence, mais que les syndicalistes, dont l’activité reste officielle, sont plus diserts et moins prudents dans leurs propos.

3 Arch. nat., F/7/14822.

4 Nous l’avons personnellement constaté à l’occasion d’un travail récent sur le mouvement royaliste après la dissolution des ligues en 1936.

5 Je remercie madame Françoise Adnès, auteur de l’inventaire de cette partie de la sous-série BB/18 des Archives nationales, pour m’avoir guidé dans cette recherche.

6 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, mouvement social, paru aux Éditions ouvrières, devenues Éditions de l’Atelier.

7 Nous avons goûté cette saillie d’un ouvrier algérien, qui, lors d’une dispute dans un débit de tabac, disait : « Je voudrais que l’Allemagne vienne civiliser la France ». Il fut condamné à six mois d’emprisonnement [Arch. nat., BB/18/7025, 2 BL 1003].

8 Par exemple, Arch. nat., BB/18/7025, 2 BL 1048.

9 Par exemple, Arch. nat., BB/18/7026, 2 BL 1102. Les paroles d’émigrés polonais semblent avoir été mal interprétées, comme un soutien à l’invasion russe en Pologne. Pourtant, l’un au moins de ces hommes s’était engagé, dès avant, dans l’armée polonaise en formation en France. Notons qu’un autre fut néanmoins placé dans un camp de concentration, par précaution.

10 Par exemple, Arch. nat., BB/18/7025, 2 BL 1025.

11 Parmi ceux-ci, une dizaine de militants d’extrême-gauche, la plupart anarchistes, trois antimilitaristes, une vingtaine de pacifistes auxquels il faut ajouter une poignée de pacifistes religieux, une vingtaine de tenants de l’extrême-droite ou pro-hitlériens déclarés et deux autonomistes alsaciens, cinq militants SFIO, quelques syndicalistes.

12 Arch. nat., BB/18/7015, 2 BL 357.

13 Sur celle-ci, on renverra aux travaux de Jean-Louis Crémieux-Brihac. Citons, parmi d’autres sources, les très riches dossiers sur la propagande nazie en France conservés aux Archives nationales [19890158/1 et 2].

14 Pour ne citer qu’un seul exemple, Arch. nat., BB/18/7029, 2 BL 1441 : « Les Boches ne sont pas encore à Paris ; c’est dommage, je les aurais rejoints ».

15 Par exemple, dans ce discours : « Je suis heureux que l’Allemagne ait déclaré la guerre à la France, car j’espère que l’Italie en profitera pour lui prendre ses colonies. Si l’Italie attaque la France, se sera bien fait, puisque la France nous a volé nos colonies ». Le même Italien aurait déclaré selon un autre témoin « qu’il aimerait avoir un Français au bout d’un fusil à 800 mètres » [Arch. nat., BB/18/7029, 2 BL 1462].

16 Voir, par exemple, Arch. nat., BB/18/7015, 2 BL 386 et 387, ou BB/18/7029, 2 BL 1450.

17 Par exemple, un professeur d’Allemand, ancien combattant de la Grande Guerre, se voit accuser par pas moins de treize élèves d’avoir tenu des propos défaitistes. La véracité des propos est rapidement mise en cause et l’affaire se termine par un non lieu [Arch. nat., BB/18/7015, 2 BL 382].

18 Malheureusement, les enquêtes de police sur les dénonciateurs sont rares. L’une d’entre elle portant sur un lieu promis à une grande célébrité, le Café de Flore à Paris, qui serait le lieu de rencontre d’étrangers soupçonnés de complot ou d’esprit défaitiste, montre surtout que l’accusateur est un vieux médecin habitué du lieux, proche de l’Action française, troublé par la disparition pour cause de mobilisation des personnalités qu’il voyait. Le vieux praticien, considéré comme client « grincheux », mais digne, n’aimant pas la promiscuité de personnes étrangères, se fait remarquer depuis septembre 1939 en « rendant publiquement responsables de la situation les étrangers ». Il serait devenu « absolument insupportable » par ses propos contre les « métèques » ou « la boîte aux ordures » que serait devenu le lieu. Après avoir insulté des britanniques, chassé, il serait passé à l’établissement voisin des Deux Magots.

19 Un étudiant russe, disant notamment qu’il faudra vingt ans à la France pour gagner sur les Allemands, est obligé de s’enfuir d’un café de Nice. Quelques jours plus tard, reconnu, il est arrêté par le propriétaire du débit de boisson qui le remet entre les mains de la police [Arch. nat., BB/18/7031, 2 BL 1601].

20 Par exemple, Arch. nat., BB/18/7015, 2 BL 396.

21 Si l’on s’en tient aux lieux connus, un tiers des affaires au moins se déroulent dans ces établissements.

22 Arch. nat., BB/18/7031, 2 BL 1616.

23 Voir notamment les dossiers des cartons Arch. nat., BB/18/7005 à 7011, poursuites contre Solidarité internationale antifasciste (affaires Vintrignier et Jeanson ; Louzon, Lecoin), affaire Mariette, René Lefeuvre, Bartoli Gauien et La jeune Garde pour le PSOP, poursuites contre les journaux La Patrie humaine et Le Libertaire, contre le Centre de liaison contre la guerre, etc.

24 Arch. nat., BB/18/7005 à 7011, poursuites contre Darquier de Pellepoix, Daudet, Clementi, Charles Legrand, du Parti maximaliste français, Valentin, président de la Confédération des comités de salut public, membre de la Ligue internationale anticommuniste, dont le siège est à Genève [articles « Deux poids deux mesures » et « John Bull, l’embusqué n° 1 de la prochaine dernière »].

25 Sur cette question, voir l’affaire Lucien Sampaix, contenant un important dossier de pétitions appelant au « châtiment des traîtres et des espions ! », selon le titre de la pétition, ou « un châtiment rapide et exemplaire de tous ceux qui font en France la besogne des gouvernements étrangers qui menacent notre pays » selon le texte de celle-ci [Arch. nat., BB/18/7009, 2 BL 131].

26 Les dossiers étudiés contiennent de nombreux tracts, journaux et affiches communistes qui développent ces thèmes, notamment, des exemplaires du journal de l’Internationale communiste, Monde, publié en français. Un grand nombre de ces documents originaux présents dans ces dossiers est reproduit dans l’ouvrage d’André Rossi (Angelo Tasca), Les Communistes français pendant la drôle de guerre (1939-1940), Paris, Les Îles d’or, 1951.

27 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, 439 p. (p. 169). Si l’appareil est désorganisé, son isolement et son affaiblissement sont peut-être à réévaluer. En effet, les dossiers de police et de justice montrent que, dans son sillage, une active propagande mobilise des milliers de militants. La répression et l’histoire de ce militantisme devront trouver leur historien.

28 D’autres hommes ou femmes sont désignés comme communistes, sans que la preuve de leur appartenance soit établie. Il peut s’agir de sympathisants, voire de militants de gauche stigmatisés comme tels par leurs adversaires. Par exemple, à Bordeaux ou dans la Drôme [Arch. nat., BB/18/7019/571].

29 Notons que, contrairement à une légende trop tenace, les militants arrêtés parlent souvent, donnent des noms et des adresses des camarades. Par exemple, Arch. nat., BB/18/7019/563 ou BB/18/7023, 2 BL 876 et 877.

30 La brochure de Maurice Thorez, Léon Blum tel qu’il est, est bien connue, mais une très longue « lettre ouverte d’André Marty à Monsieur Léon Blum, directeur du Populaire », publiée dans le journal de l’Internationale communiste, Monde, n° 4, mériterait d’être reproduite elle aussi. Citons ce passage de sa péroraison finale : « Celui qui a fait du vieux rêve socialiste une réalité (il s’agit de Staline), vous le haïssez Blum, politicaillon de couloirs parlementaires, vous Blum, intime des plus grands financiers cosmopolites – décorés pour leurs pillages – ou pour les leurs vols, comme Oustric, votre ami ».

31 Elle ne concerne pas les seuls communistes, mais frappe aussi des militants d’extrême-gauche ou même des socialistes, comme Maurice Deixonne, particulièrement visé par le procureur de Riom depuis 1934.

32 Denis Peschanski et Jean-Louis Robert, Les Ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale [actes du colloque tenu à Paris, CNRS, 22-24 octobre 1992], Paris, Institut d’histoire du temps présent/Centre de recherche d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme, 1992, 510 p.

33 Anne Simonin, Le Déshonneur dans la République : une histoire de l’indignité, Paris, Grasset, 2008.

Auteur

Chercheur associé au CHS, université de Paris I-Panthéon-Sorbonne

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access