Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et communisme(s) : l’avant-guerre (1919-1943)

 | 
Sylvie Le Clec’h
, 
Christian Oppetit
, 
Serge Wolikow

La préfecture de Police face aux mouvements communistes en région parisienne (1916-1944)

Françoise Gicquel

Résumé

Les ressources de la préfecture de Police de Paris sont considérables pour l’histoire du parti communiste, tant dans les fonds du Cabinet du préfet que dans les directions opérationnelles.

Texte intégral

1Bien que l’objet du présent colloque recouvre la période 1919-1943, c’est-à-dire un champ chronologique relevant d’une problématique internationale, à savoir la fondation et la dissolution de la IIIe Internationale (ou 1re Internationale communiste [KOMINTERN]), cette intervention s’affranchira de ces limites par le fait que l’Internationale communiste résulte notamment de l’échec de l’Internationale socialiste (IIe Internationale, 1889-1914) et d’un mouvement de rejet de la guerre. L’adhésion au socialisme et au pacifisme sont autant de motifs pour la surveillance policière d’une population susceptible de saper l’effort de guerre, alors que l’aviation et l’artillerie à longue portée allemande portent atteinte à Paris. Les personnalités et les militants de moindre notoriété ou envergure qui ont embrassé la cause zimmerwaldienne en 1915 étaient déjà connus pour certains des services de la préfecture de police en raison de leurs engagements précédents (l’anarcho-syndicalisme principalement). Pour les autres, les homini novi, les enquêtes les concernant commencent autour de cette période. Enfin, la fondation de la IIIe Internationale est certes un acte politique et symbolique fondateur sur le plan mondial, mais, sur le plan policier et parisien, ce dernier ne fait que rassembler des acteurs préexistants autour d’idées dont les agents de la préfecture de Police ne perçoivent que les traits international et subversif.

2C’est pourquoi l’année 1915 nous a parue être un jalon chronologique pertinent, en sachant par ailleurs que la diffusion de l’idéal internationaliste ne portera réellement ses fruits en France qu’autour des années de crise sociale de 1919 et 1920.

  • 1 Nouvelle approche du communisme, depuis la parution, en septembre 2000, du Siècle des communismes ( (...)

3Enfin, le présent colloque recouvrant la notion de communisme au sens le plus large, notamment sa variété idéologique et sociologique, cet exposé s’intéressera aux premières années du « siècle des communismes » dans le département de la Seine1.

Le service des archives de la préfecture de Police

4La préfecture de Police est une institution dont le ressort territorial est limité, pour la période qui nous concerne, à la Ville de Paris et au département de la Seine (les communes dites suburbaines). Cette institution s’appuie sur un corps d’agents qui garderont un statut territorial jusqu’en 1968. Néanmoins, le préfet de police n’est pas un haut fonctionnaire ordinaire ; il est également un « administrateur » codécisionnaire, pour maints aspects du quotidien des Parisiens, avec le préfet de la Seine, lorsqu’il ne bénéficie pas de domaines exclusifs ; il a par exemple la haute main sur la délivrance des papiers d’identité et des titres de séjour. Cette administration sui generis dispose d’un service d’archives, fondé dès sa création (1er messidor an VIII-17 juillet 1800). Ces archives ont connu un sort funeste en 1871 : elles ont été pour l’essentiel détruites au cours de l’incendie du premier siège de la préfecture de Police, rue de Jérusalem, le 24 mai 1871. En réponse à l’accroissement documentaire des dernières années du XIXe siècle, un service ad hoc et ouvert au public est créé en 1909, sur l’initiative du préfet de police Louis Lépine. Le service de la mémoire et des affaires culturelles, anciennement service des archives et du musée, est, depuis sa création, rattaché au cabinet du préfet de police. Le statut de ce service est régi par un décret du 3 janvier 1968, qui octroie au préfet de police le droit de gérer et de communiquer les fonds documentaires en respect des textes législatifs encadrant les archives (Code du patrimoine).

Les principaux fonds sur l’histoire des communismes entre 1915 et 1944

5Il convient d’indiquer que l’intégralité des archives de cette période est librement communicable, à l’exception des pièces dont l’état de conservation n’est pas satisfaisant. Ces dernières, essentiellement la comptabilité du camp de Drancy, ont été microfilmées. Le double de ces microfilms est déposé au Centre de documentation juive contemporaine.

6La sous-série BACabinet du Préfet : rapports et renseignements adressés au Cabinet du Préfet (1869-1970) a été ouverte en 1917. Sa volumétrie actuelle est de 690 mètres linéaires. Le producteur et service versant du fonds sont les services du Cabinet du préfet (sous-direction administrative, 3e bureau, service organisation et méthode). Cependant, certains dossiers agrégés à cette série proviennent de directions extérieures au Cabinet, notamment le bureau de renseignement de la 2e division (puis direction générale des Renseignements généraux), de la sûreté (puis direction générale de la Police judiciaire) et du bureau des affaires réservées de l’ancienne 1re division de la préfecture de police (passé au Cabinet du préfet). Une des singularités de cette série est de contenir des dossiers saisis par l’occupant allemand, emportés par l’Armée rouge à Berlin en 1945 et revendues à la France par le Gouvernement russe à la fin des années 1990 (22 W). Un versement récent (octobre 2005), riche de près de 13 000 dossiers individuels (70 mètres linéaires), vient compléter cette série.

7La sous-série GAArchives de la direction générale des Renseignements généraux a été ouverte au début des années 1990. Ce fonds se compose de dossiers individuels de personnalités, d’associations ou de groupements politiques ou commerciaux. Une partie du fonds concerne la période et le sujet qui nous intéresse. Un sous-fonds de cette série, Renseignements généraux et internement pendant l’Occupation (références GB 17 à 139), comporte 129 cartons et 40 cabriolets de fiches individuelles et 3 540 photographies de résistants communistes recherchés ou arrêtés entre 1940 et 1944. La volumétrie du fonds des brigades spéciales est de 38,70 mètres linéaires. Les documents sont essentiellement regroupés dans des cartons et rassemblés par dossier individuel associé à une affaire instruite par l’une ou l’autre des brigades spéciales. Les pièces sont d’une nature très variée (procès-verbaux, rapports, prises de notes, photographies, etc.) et sont pour la plupart, mais pas majoritairement, dactylographiées.

8La série J Police judiciaire (vers 1880-vers 1980) comprend d’abord la sous-série JA, qui regroupe les affaires instruites par la brigade criminelle ou les brigades territoriales (de police judiciaire). Les dossiers s’ouvrent généralement sur le mandat décerné par le juge d’instruction en charge de l’affaire. Suivent des notes d’intervention et de renseignements, des échanges de correspondances entre les divers services et occasionnellement des lettres de dénonciation. Un rapport, généralement manuscrit, regroupe ensuite la totalité des pièces recueillies par les enquêteurs. La sous-série JBPolice judiciaire de la période de l’Occupation et de la Libération (1940-1944), contient notamment des renseignements sur les partis collaborationnistes et leurs dirigeants (ayant pour certains quitté le parti communiste durant l’entre-deux-guerres ou pendant l’Occupation), et surtout sur les attentats perpétrés contre l’occupant par la résistance parisienne, notamment communiste (FTP-MOI).

9D’autres séries viennent compléter ces séries principales, à savoir la sous-série DARéglementation et vie quotidienne (1810-1980) ; la sous-série DBPréfecture de Police (organisation) (vers 1800-2006) ; la sous-série HACabinet du préfet (1954-1962) ; la sous-série IANaturalisations (vers 1920-vers 1939) et le fonds Jacques Doriot, Z1 (vers 1917-1944).

Le contenu de ces archives

  • 2 Histoire du mouvement anarchiste en France (1880-1914), Paris, SUDEL, 1951, 744 p., rééd. en 2 volu (...)
  • 3 Claude Willard, Jules Guesde, l’apôtre et la Loi, Les Éditions ouvrières/La Part des hommes, 1991.
  • 4 L’inventaire de cet instrument de recherche est également disponible en ligne sur le site des Amis (...)

10Le parti communiste n’est pas une création ex-nihilo. Des partis d’essence populaire et des organisations ouvrières issus des différentes branches du socialisme (le « mouvement possibiliste » ou réformiste de Paul Brousse, par exemple), ou de l’anarcho-syndicalisme (Fernand Pelloutier, instigateur du mouvement des bourses du travail) l’ont précédé. Ces hommes ont repris le flambeau d’un mouvement populaire et social renaissant, éprouvé par la répression de la Commune (environ 18 000 victimes à Paris). Ces groupes, ces personnes et leur action ont fait l’objet d’une surveillance policière précoce. Les dossiers ouverts sur les mouvements de grève, les organisations ouvrières, telles les chambres syndicales sont légion, essentiellement dans la sous-série BA. Cette sous-série contient de nombreux dossiers sur les mouvements républicains, socialistes et radicaux ayant précédé la création du Parti communiste français (25 décembre 1920), surtout à partir de la création de la Première internationale (1864). Le contenu de ces fonds, jusqu’en 1880, est présenté dans le Guide des sources d’archives du mouvement communaliste et de la Commune de Paris (La Documentation française, 2007). On y trouve notamment des rapports de surveillance et des renseignements sur la Première Internationale en France et à l’étranger (BA 434-441, notamment la section belge, BA 475), les cercles ouvriers et surtout les agissements des militants anarcho-syndicalistes et le mouvement des chambres syndicales (BA 1408bis-1446, fin XIXe-1914), les sociétés coopératives par profession, comités d’arrondissements, sociétés de secours mutuels (BA 1547-1550), les bourses du travail (autour de Fernand Pelloutier) à Paris au début du XXe siècle (BA 1607-1611) et les manifestations du 1er-Mai (années 1899-1911 : BA 1612 ; années 1899-1946 : BA 1628-1632). Les rapports de surveillance sur l’anarchisme, exploités par l’historien Jean Maitron2, et le parti socialiste en France et à l’étranger (BA 1470-1497, BA 1691-1692) et les comités électoraux républicains, socialistes, révolutionnaires, anarcho-communistes (BA 1513). Les mouvements de grèves de la fin du XIXe siècle à 1914 (BA 1351-1408, fin du XIXe-1914). Parmi ces mouvements, celui qui préfigure le plus le futur parti communiste est le mouvement collectiviste, agrégé autour du Parti ouvrier français, créé en 1879 à Marseille par Jules Guesde3. Jules Guesde, qui a fondé le journal L’Égalité, en collaboration avec Paul Lafargue (gendre de Karl Marx), rejoindra le gouvernement d’Union nationale en 1914. Cependant, et paradoxalement, il n’existe aucun dossier individuel concernant ce homme politique d’envergure aux archives de la préfecture de Police. Des renseignements le concernant sont dispersés dans des dossiers de personnalités ayant participé au mouvement communaliste (voir l’inventaire dit « des Communards4 »).

11Pour la période du premier conflit mondial, les fonds recoupent différents aspects de la contestation ouvrière et sociale, notamment à travers les télégrammes et les rapports de surveillance des manifestations pacifistes (BA 1558-1562, BA 1775-1781), surtout dans les usines d’armement ou féministes (BA 1651). Par ailleurs, il est intéressant de noter que le Cabinet du préfet de Police a ouvert une série de dossiers de suivi des événements russes (BA 1705-1710). En revanche, les listes et les renseignements relatifs au Carnet B (BA 1773, 1774 et 2379), sont assez décevants pour la période de la mobilisation de 1914 : les listes des personnes suspectes, à interpeller dans le cadre d’une mobilisation, sont rares et ne concernent que la période de l’entre-deux-guerres et la mobilisation de 1939.

12À partir de 1920, la direction des Renseignements généraux tient régulièrement des comptes rendus sur l’évolution des structures et des effectifs du Parti communiste français naissant. Les principaux cadres sont listés et les premières collectes de renseignements diligentées. Un sous-fonds, improprement intitulé « correspondance », probablement parce qu’il s’agit de blancs transmis au Cabinet du préfet par la direction générale des Renseignements généraux (de la préfecture de Police), a pour vocation d’éclairer le préfet de police sur ce parti. Cette documentation recouvre globalement la période 1930 à 1979 (BA 2447 et BA 2291, années 1916-1938). Les correspondances sont des comptes rendus réguliers, parfois quotidiens, des renseignements généraux. Ces blancs font, à partir de mai 1930, l’historique et donnent le détail de l’organisation du parti depuis ses origines. À partir de 1930, les blancs font un suivi quotidien de l’activité du parti, des coupures de presse, des affiches, les circulaires et les décisions du ministère de l’Intérieur ou de la préfecture de Police, des originaux et de copies de tracts (collection complémentaire de tracts : BA 2355-2356, BA 2402, BA 2082), etc. Ces données sont souvent réinterprétées par des policiers qui ne maîtrisent pas toutes les nuances de l’idéologie marxiste. En revanche, elles sont très complètes sur la structuration et le fonctionnement du parti. Ces archives permettent, grâce à des renseignements d’informateurs, de suivre l’évolution du parti, même dans la clandestinité : ces informations complètent les données relatives aux opérations menées par les brigades spéciales à partir de 1940 (sous-série GB). Cette collecte minutieuse de documents a été étendue aux mouvements satellites, notamment le journal L’Humanité (BA 1715-1720), la Confédération générale du travail (BA 1601-1606, BA 1686-1688, BA 2062 et GA C15, 17, 30 et 33-34), la Ligue des réfractaires (GA L12) ou le Secours populaire français. Pour ce dernier, l’ancien Secours rouge international, fondé en 1923, devenu le Secours populaire français en 1945, les renseignements concernent les membres et les activités de l’association (blancs sur les congrès de l’association, retranscriptions de tracts, coupures de presse, etc.). Un complément sur les liens avec les partis nationalistes magrébins peut être effectué partiellement à l’aide des ressources de la sous-série HA Cabinet du préfet (1954-1962), qui contient des dossiers généraux sur le nationalisme algérien pendant l’entre-deux-guerres. Enfin, les dossiers de la préfecture de Police recouvrent aussi les grandes phases de contestation et du mouvement social, notamment les grèves (BA 1869-1872), les manifestations des années 1930 (BA 1646-1648), etc.

13Les dossiers individuels sont nombreux aux archives de la préfecture de Police, notamment dans le fonds des Renseignements généraux. Ces fiches (succinctes ou étoffées en fonction de l’envergure et du rayonnement intellectuel de la personnalité) permettent de connaître leur origine sociale et leur environnement familial, ainsi que leur trajectoire (les fonctions politiques et syndicales exercées, les condamnations, les actes de résistance, l’internement ou la déportation, etc.). Ces dossiers reflètent la diversité des trajectoires militantes. On y trouve aussi bien les militants trotskystes, tel Marcel B., militant internationaliste (Parti communiste internationaliste) ; ayant tenté de fonder une cellule trotskyste au sein de l’armée allemande à Brest, il est déporté à Buchenwald. Il deviendra journaliste à l’agence France-Presse par la suite. Des nationalistes algériens, tel Saddek B. (né à Guergour, 1907), militant communiste, interné au motif d’être un « meneur communiste parmi les Nord-Africains » et soupçonné de collaboration avec les « autorités allemandes ». Saddek, devenu gérant de café dans le XVe arrondissement, adhèrera au Mouvement national algérien, ainsi que bon nombre de militants du parti communiste engagés dans la Résistance, notamment Edmond Bagard, né à Paris le 8 septembre 1887 et décédé le 5 mars 1972 à la maison des déportés de Fleury-Mérogis. Cet ancien peintre en bâtiments a été élu conseiller municipal de Paris du Ve arrondissement (1952-1965). Pendant la période de l’Occupation, il a été interné à Compiègne, puis à Orianenburg (Allemagne). Signalons aussi le cas, parmi tant d’autres, de Robert Lambotte, né à Paris le 11 décembre 1921, arrêté par la police parisienne pour distribution de tracts, le 14 septembre 1940, et conduit au centre de détention de Clairvaux et à la prison de la Santé. Il est ensuite déporté par l’occupant au camp de Buchenwald. Journaliste à L’Humanité, il sera expulsé d’Algérie sur ordre de la DST, le 30 avril 1956.

  • 5 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot. Du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986.

14D’autres dossiers mettent en avant la cassure idéologique de la période de l’occupation allemande. Jean Clamamus (27 juillet 1879, Saint-Léger-des-Vignes, Nièvre-15 février 1978, Paris), par exemple, est un ancien chef comptable, devenu militant de la Section française de l’Internationale communiste. Il est élu, à de multiples scrutins (1924-1936), député de la 4e circonscription de la Seine. En 1939, il rompt avec le PCF, vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et rejoint la collaboration en créant le Parti ouvrier et paysan français. Il est victime d’une tentative d’assassinat du groupe Valmy (17 avril 1943). Concernant cet attentat, le dossier contient les procédures de l’enquête judiciaire diligentée à cette époque. Un fonds particulier, concerne Jacques Doriot5 (sous-série Z1), né à Bresles (Oise), le 26 septembre 1898. Il meurt d’une attaque aérienne dans les environs de Coblence le 22 février 1945. Après une participation honorable au premier conflit mondial (chemin des Dames), il devient ouvrier métallurgiste à son retour à la vie civile (Saint-Denis). Il adhère rapidement au Parti communiste français, dont il devient secrétaire général de la Jeunesse communiste. Au début de la Seconde Guerre mondiale, Jacques Doriot se prononce ouvertement contre l’ennemi allemand, mais, après la défaite de mai-juin 1940, il intrigue pour rejoindre le Gouvernement, s’allie momentanément à Marcel Déat, puis crée son propre parti collaborationniste et de s’engager à la Légion des volontaires français.

15La richesse des archives de la police judiciaire apportent un éclairage, certes factuel, mais fort utiles sur les violences politiques. Celles-ci sont de tous ordres ; une typologie de ces dernières serait, selon nous, un intéressant champ de recherche. Les rixes à caractère politique, par exemple, se détachent de notre enquête succincte. Le 1er mai 1935, une rixe éclate à l’occasion d’une réunion électorale organisée par le candidat Decharme, 174 rue Sadi Carnot à Bagnolet (JA année 1935, « affaire dite de Bagnolet »).

  • 6 Réfugié politique allemand, Klément exerçait les fonctions de secrétaire administratif et technique (...)

16Nous trouvons aussi la trace d’exécutions d’opposants par des agents du NKVD, et notamment l’exécution du secrétaire parisien de Trotsky. Rudolph Klement6 (dit « Roger ») recevait, centralisait et organisait l’impression d’articles émanant de militants de divers pays, notamment de Léon Trotsky, réfugié au Mexique. C’est ainsi qu’il s’occupait de la publication d’une brochure intitulée Service d’Information et de Presse. Klement disparaît le 13 juillet 1938, après avoir quitté la Librairie du Travail. Il aurait été enlevé par la « Guépéou », police politique russe, en raison de sa collaboration avec Trotsky et de sa situation au sein de la 4e Internationale en lutte contre la politique stalinienne.

  • 7 Gitton, né le 20 avril 1903, entre très tôt en politique. Dès 1919, il participe à la fondation d’u (...)

17Pour la période de la Seconde Guerre mondiale, les affaires d’homicides recouvrent surtout les exécutions de militants ayant rejoint la collaboration ou d’attentats contre les forces de l’ordre. Citons dans la première catégorie, l’exécution de Marcel Giroux, dit Marcel Gitton7. Le 4 mai 1941 à 20 h 10, 18 rue de Bagnolet, aux Lilas, Giroux est blessé grièvement d’une balle de revolver au poumon gauche par un individu qui s’enfuit à bicyclette. Admis à l’hôpital Tenon, Giroux y décède.

Notes

1 Nouvelle approche du communisme, depuis la parution, en septembre 2000, du Siècle des communismes (ouvr. collectif, paru aux éditions de l’Atelier).

2 Histoire du mouvement anarchiste en France (1880-1914), Paris, SUDEL, 1951, 744 p., rééd. en 2 volumes chez François Maspero, Paris, 1975, réédition Gallimard.

3 Claude Willard, Jules Guesde, l’apôtre et la Loi, Les Éditions ouvrières/La Part des hommes, 1991.

4 L’inventaire de cet instrument de recherche est également disponible en ligne sur le site des Amis de la Commune de Paris (1871).

5 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot. Du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986.

6 Réfugié politique allemand, Klément exerçait les fonctions de secrétaire administratif et technique de la 4e Internationale. Il avait été le secrétaire particulier de Léon Trotsky lors du séjour en France (Barbizon) de ce dernier.

7 Gitton, né le 20 avril 1903, entre très tôt en politique. Dès 1919, il participe à la fondation d’un groupe de jeunesse à Versailles. Puis, toujours en 1919, il adhère à la Fédération des jeunesses socialistes, au sein de laquelle il milite pour une adhésion à l’Internationale communiste des jeunes. Il est adhérent au PCF depuis le congrès de Tours. En novembre 1925, il est désigné comme secrétaire des syndicats du bâtiment de la Région parisienne, Seine-Seine-et-Oise, Seine-et-Marne. Membre du comité central du PC depuis 1928, il devient membre du secrétariat du Comité central aux côtés de Thorez, Marty et Duclos. Élu conseiller général du canton de Pantin le 25 mai 1935, puis député de la 1re circonscription de Saint-Denis le 3 mai 1936, il exerce en outre les fonctions de vice-président de la commission de l’armée à la Chambre des députés. Arrêté le 29 novembre 1939, il déclare alors se désolidariser du PC et prend dès lors une attitude très hostile envers son ancien groupe. Déchu de son mandat de député le 21 janvier 1940, il se rapproche de Jacques Doriot (Parti populaire français).

Auteur

Commissaire divisionnaire, responsable des archives de la Préfecture de Police de Paris

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access