Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le consulat de France à Cadix

 | 
Anne Mézin
, 
Anne Pérotin-Dumon

L'importance de Cadix pour les places maritimes et financières françaises

Marché gaditan et place des Lyonnais au sein de la nation française de Cadix (1714-1740)

Olivier Le Gouic

Texte intégral

1En recherchant les mentions de Lyon dans l’inventaire analytique de la correspondance des consuls dressé par AnneMézin, à l’issue d’un travail aussi remarquable que colossal, nous n’avons vu apparaître qu’une quinzaine d’occurrences pour la période 1666-1735. Objectivement, c’est peu. Mais il ne faut pas en tirer de conclusions trop hâtives et croire pour autant que les liaisons entre Cadix et Lyon n’étaient alors qu’occasionnelles. En effet, dès qu’il s’ouvrit au commerce de l’Amérique, le port andalou importa ses premières étoffes de luxe pour compléter la cargaison des navires qui venaient charger dans sa baie et, bientôt, avec la substitution progressive de Cadix à Séville comme port de la Carrera de Indias, les premiers marchands français délaissèrent les bords du Guadalquivir pour venir s’installer sur ce promontoire rocheux, face à l’Atlantique. Parmi eux, des Bretons certes, Malouins en particulier, des Provençaux, mais aussi quelques Lyonnais, dont l’implication dans le commerce de Cadix est passée longtemps inaperçue. Pourtant, cette présence lyonnaise dans le négoce franco-gaditan ne se dément pas au cours du xviiie siècle et nous avons pu, en croisant les sources des Archives nationales avec celles du Centre des archives diplomatiques de Nantes et des archives départementales du Rhône, mais aussi de la chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, commencer à reconstituer cette communauté marchande qui sut, semble-t-il, conserver la haute main sur le commerce des soieries, étoffes de luxe et autres accessoires de mode, de mercerie et de passementerie, dans l’ombre des grandes maisons de négoce qui dominaient alors la place gaditane et animaient le fructueux commerce de la Carrera de Indias.

  • 1 Arch. nat., AE/B/I/221, correspondance consulaire (ensuite CC), Cadix, Jacq (...)
  • 2 Mirasol semble faire erreur sur l’origine de Robin qu’il présente comme lyo (...)
  • 3 Arch. dép. Rhône, 8B 1063-10, Raymond Moulins, Cadix, Jean Boschet, 17 juin (...)

2Nous ne disposons, pour la période 1666-1740, que d’un seul instantané de la communauté des marchands lyonnais établie à Cadix : la liste des négociants français dressée en janvier 1714 par le consul Jacques de Mirasol1. Sur les quatre-vingts noms de « marchands en gros » qu’elle contient, douze sont identifiés comme Lyonnais (15 %)2 : de ce fait, ils constituent alors la troisième communauté de marchands français installés dans la ville, derrière les Provençaux (24 personnes, soit 30 %) et les Bretons (20 personnes, soit 25 %). Mais, en se limitant aux seules origines urbaines, Lyon se pose comme la deuxième ville du royaume, d’où sont issus les marchands français de Cadix, après Marseille (20 marchands) et nettement devant Saint-Malo (8 marchands) et Nantes (6 marchands). Alors que la paix vient tout juste d’être restaurée en Europe, six de nos douze marchands lyonnais sont explicitement désignés par le consul comme étant installés dans la ville « depuis la paix » d’Utrecht. Ainsi, parmi les dix-sept nouveaux arrivants mentionnés dans la liste consulaire, un sur trois est originaire des bords du Rhône. D’ailleurs, dans une lettre datée de juin 1714 et adressée au marchand drapier Raymond Moulins, son beau-frère, le Lyonnais Jean Boschet, présenté comme commis de Louis Robin, l’un des plus gros marchands français de Cadix, constate l’arrivée en ville d’une « grande quantité de Lyonnais », qu’il compare à un débordement massif de la Saône, avant d’ajouter que « si cela continue, on sera obligé d’agrandir cette ville où la misère est au-delà de ce que je pourrais vous exprimer »3.

Graphique 1. Origine des « marchands en gros » français de Cadix, 1714

Graphique 1. Origine des « marchands en gros »                 français de Cadix, 1714

Graphique 2. Origine par ville des marchands français de Cadix, 1714

Graphique 2. Origine par ville des marchands                 français de Cadix, 1714
  • 4 Arch. nat., AE/B/I/216, CC, Cadix, Mirasol, 25 mars 1708, f° 304-308.
  • 5 Arch. Diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1836, reg. 212, liste des négociants fra (...)
  • 6 Arch. nat., AE/B/I/227, CC, Cadix, Partyet, 23 mars 1722, f° 129.
  • 7 Arch. nat., AE/B/I/215, CC, Cadix, Mirasol, avril 1704, f° 85-86.
  • 8 Arch. nat., AE/B/I/220, CC, Cadix, Mirasol, 15 octobre 1713, f° 318.
  • 9 Arch. nat., AE/B/I/224, CC, Cadix, « Liste des négociants et marchands fran (...)
  • 10 Arch. nat., AE/B/I/226, CC, Cadix, Partyet, 12 septembre 1721, (...)

3S’il est difficile de se faire une idée du degré d’intégration de ces marchands lyonnais dans la communauté marchande gaditane, le consul Mirasol note cependant que deux d’entre eux, Pierre Tardy et Marc Antoine Beuillard, sont mariés, le premier avec une Espagnole4, ce qui rendrait crédible dans leur cas la double hypothèse d’une installation remontant déjà à plusieurs années et d’un séjour gaditan qui s’inscrirait dans la durée. D’ailleurs, Marc Antoine Beuillard est déjà présent à Cadix en 17065, tandis que Pierre Tardy est mentionné en 1722 comme le plus ancien des négociants français de Cadix 6. En 1704, il figurait déjà parmi les trente-neuf marchands français de Cadix, Port-Sainte-Marie et Séville intéressés dans l’armement du vaisseau la Notre-Dame des Carmes qui avait échoué « à la côte du Portugal », en revenant de Buenos Aires, et dans la cargaison duquel il détenait un intéressement de 12 173 piastres7. En cette année 1714, les deux tiers de nos marchands lyonnais semblent être à la tête de leur propre affaire, tandis que Jean Joseph Palerne et Fayard sont associés sous la même raison sociale et que Jean-Baptiste Lary et Antoine Athénas sont recensés comme commis, gérants de la maison Riverieux et Rolland dont les fondateurs, lyonnais eux aussi, viennent de se retirer des affaires8. Quatre ans plus tard, on ne retrouve plus que neuf d’entre eux dans la « Liste des négociants et marchands français qui composent le corps de la nation française à Cadix », dressée en 1718 par le chancelier du consulat. Lary, Arvia et Fayard ne sont plus mentionnés, mais cela n’augure pas pour autant de leur départ, puisque ce nouvel inventaire n’énumère que des raisons sociales9. D’ailleurs, dans une lettre de Partyet datée de 1721, Jean-Baptiste Lary est toujours cité comme associé de Jean-Antoine Athénas, quand leur maison, dans laquelle travaille également un troisième Lyonnais, Jean-François Sobias, qui fait fonction de commis, fait l’objet d’une visite de la part des autorités gaditanes10.

4Pour tenter de comprendre comment évolue la communauté des négociants lyonnais de Cadix, nous nous sommes appuyés sur les procès-verbaux des assemblées de la nation française conservés dans les papiers du consulat, au Centre des archives diplomatiques de Nantes. Entre 1714 et 1740, le nombre de maisons de commerce représentées lors des assemblées de la nation passe de 68 à 49 et, parmi elles, celui des maisons reconnues comme étant dirigées par un ou plusieurs Lyonnais de 12 à 4.

Tableau 1. Nombre de maisons de commerce représentées lors des assemblées de la nation française de Cadix

  • 11 Arch. nat., AE/B/I/221, CC, Cadix, Mirasol, « Liste des négocia (...)
  • 12 Arch. nat., AE/B/I/224, CC, Cadix, Partyet, « Liste des négocia (...)
  • 13 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1856, reg. 257, consulat de (...)

171411

171812

172913

1736

1738

Maisons françaises

68

102

57

49

50

Maisons lyonnaises reconnues

12

9

2

5

4

  • 14 Arch. nat., AE/B/I/228, CC, Cadix, Partyet, 12 décembre 1723, f° 284.
  • 15 Arch. dép. Rhône, 8B 1281-2, De Vitry et Gayet, Cadix, Charles Lachasse, 29 (...)
  • 16 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1856, reg. 257, consulat de Cadix, regis (...)

5Il est vrai que la période considérée n’est pas la plus propice aux affaires. La réorganisation du commerce de l’Amérique qui suit la paix d’Utrecht et le transfert de la Casa de la Contratación en 1717, la courte guerre de la Quadruple Alliance en 1718-1719, l’épisode de la peste marseillaise qui compromet pour de longs mois le commerce entre l’Espagne et la France entre 1720 et 1723, la pragmatique de 1723 prohibant le port des soieries et rubans brodés d’or et d’argent14 peuvent en partie expliquer le recul de la présence lyonnaise dans le port andalou. Entre 1714 et 1725, nombreuses sont en effet, tant dans la correspondance consulaire que dans celles des marchands lyonnais et gaditans que nous avons parcourues, les allusions au mauvais état du commerce en général et des affaires de l’Amérique en particulier : les étoffes de Lyon s’y vendent mal, l’argent manque, tandis que le marchand commissionnaire gaditan Charles Lachasse évoque en 1724 la concurrence des soieries que les « navires de la Chine » apportent en quantités considérables à Acapulco15. Aussi les négociants lyonnais hésitent-ils encore à s’investir directement dans le commerce de Cadix et se contentent de répondre aux commandes que leur passent les commissionnaires établis sur place. En dépouillant les procès-verbaux des assemblées de la nation française16, nous n’avons pu repérer, pour la période 1729-1742, que six raisons sociales liées directement ou indirectement à Lyon :

  • deux seulement font partie de la première classe de la nation : celle de Jean-Baptiste Vande, sous la raison Sobia, Vande et Cie, et celle de Cusset, sous la raison Massip, Cusset et Cie, qui apparaissent dans un procès-verbal de 1729 ;

  • en 1736 et 1738, Gilly, Cusset et Cie et Garnier, Cornabé et Cie sont registrées dans la deuxième classe de la nation, tandis que Massip et Terrasson et Lambert père et fils font partie de la quatrième classe.

Tableau 2. Répartition par classe des raisons sociales lyonnaises dans la nation française de Cadix

1re classe

2e classe

3e classe

4e classe

1729

Sobia, Vande et Cie

Massip, Cusset et Cie

-

1736

Sobia, Vande et Cie

Garnier et Cornabé

Gilly, Cusset et Cie

-

Massip et Terrasson

Lambert père et fils

1738

Sobia, Vande et Cie

Garnier et Cornabé

-

Massip et Terrasson

Lambert père et fils

  • 17 Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, L9 856, Roux, Cad (...)
  • 18 Ibid., L9 856, Roux, Cadix, Massip Cusset et Cie, 13 novembre 1731.
  • 19 Lespagnol (André), Messieurs de Saint-Malo… (...)
  • 20 Arch. dép. Rhône, 8B 738-6, Chalut Lamure, Cadix, Rolland et Chambon, 23 av (...)

6Les associations auxquelles nous avons affaire ici semblent mettre en évidence l’existence de liens entre les négoces lyonnais et languedocien. Gilly est de Montpellier et les Massip de Nîmes, deux régions dont l’économie est dominée par l’activité textile et qui ont en commun leurs activités toilières et soyeuses. C’est ainsi que les marchands lyonnais Étienne Muret et Pierre Roger sont amenés par leur beau-frère Jean Terrasson à prendre part en 1737 au capital de la société Massip et Terrasson et Cie 17. Huit ans plus tôt, Massip et Cusset avaient « intéressé en commandite » au capital de leur maison Gilly de Montpellier, avant que celui-ci ne crée avec Cusset, en janvier 1732, une nouvelle société à laquelle ils associèrent, sous la raison Gilly Cusset et Cie, le fils de Gilly, alors négociant à Paris18. La structure de ces maisons est donc de type classique, en nom collectif, parfois familiale dans le cas de Lambert père et fils et de Massip et Terrasson. Des liens étroits associent également certaines d’entre elles au négoce lyonnais dans la mesure où Cusset est très certainement lié à la maison lyonnaise Cusset et Cie, comme Jean Fleury Palerne l’est à Palerne et Cie. Il se pourrait donc que certaines d’entre elles aient été de filiales de maisons lyonnaises, sur un modèle peut-être assez proche de celui des maisons malouines19. D’ailleurs, en 1713, l’un des associés de la maison de banque et de commerce Chalut-Lamure, Louis Sabot, Félix Borel ou François Chalut, envoie son fils, un jeune homme âgé de 20 ou 22 ans, parfaire sa formation Cadix, auprès de la maison Rolland et Chambon, à qui l’a recommandé son oncle, Gaspard Valetti20.

  • 21 Sée (Henri), Documents sur le commerce de Cadix, op. cit., p. 46.
  • 22 Arch. mun. Lyon, HH 228, dossier sur le commerce de Lyon avec l’Espagne, xv (...)
  • 23 Arch. dép. Rhône, 8B 1063-10, Raymond Moulins, Cadix, Jean Boschet, 26 avri (...)
  • 24 Ibid., 24 mai 1710.
  • 25 Arch. dép. Rhône, 8B 720-3, Cabanes et Cie, Cadix, Capieig Paissas, 25 août (...)

7Sans surprise, la principale activité des négociants lyonnais de Cadix consiste dans l’importation et le commerce des soieries et autres articles de Lyon, qu’il s’agisse de mercerie, de passementerie, mais aussi de toiles du Bugey, de Bresse ou du Beaujolais. Dès 1686, le mémoire de l’intendant de Marine Patoulet mentionne la présence, parmi les marchandises de France chargées à bord des flottes et des galions, de gros de Naples « qui se font à Tours et à Lyon », de « brocards de soie de Lyon et de Tours », de brocards d’or et d’argent, de moires d’or et d’argent, de « merceries et quincailleries de toutes sortes », mais aussi de dentelles du Puy et de toiles de Saint-Gall, « qui s’achètent à Lyon et à Marseille ». Un autre mémoire daté de 1691 confirme la présence, parmi les articles dont les Français font le commerce à Cadix, d’étoffes de soie - « tabis haute laize et étroits, panes, velours, brocards de soie, brocards d’or et d’argent, moire de soie, moires d’or et d’argent, taffetas imprimés, taffetas d’Avignon, taffetas lustrés, soie torse et plate » -, de boutons d’or fin, d’argent fin et de soie et de « merceries et quincaillerie de Lyon et du Forez »21. Au xviiie siècle, la nature de ce commerce ne change guère, comme le révèle un « état des marchandises du commerce de Lyon en Espagne » non daté, conservé aux archives municipales de Lyon22. On y retrouve les brocards à fond d’or et argent, différentes qualités d’étoffes de soie, satin et taffetas notamment, les incontournables rubans et les galons d’or et argent, produits de référence de la passementerie lyonnaise, divers articles de mercerie comme les bas de soie et les boutons de soie, d’or et d’argent, des « toiles de différentes qualités et de différents noms qui se fabriquent dans la généralité de Lyon », mais aussi des chapeaux de vigogne, du papier, des cartes à jouer et une grande variété d’articles de quincaillerie que les négociants lyonnais font venir du Forez et d’Auvergne. Une partie de ces marchandises alimente le commerce avec les Indes espagnoles qui offre un réel débouché aux productions de luxe de la grande fabrique lyonnaise. Aussi, dès 1711, Jean Boschet déconseille-t-il à Givaudan, marchand drapier à Lyon, d’expédier à Cadix des « marchandises de laine », car le marché gaditan préfère de loin « celles qui viennent d’Angleterre », mais l’invite plutôt, s’il a « dessein de faire quelque essai dans ce quartier » à « s’attacher aux dentelles du Puy, galons d’or et d’argent à festons bien légers, couverts et dorés, ainsi qu’aux étoffes d’or et d’argent qui sont assez courantes ici où elles se vendront incontinent parce que ces trois articles sont fort demandés des Indes »23, ce qui ne manque pas, selon ses dires, de susciter l’intérêt « d’un bon nombre » de Lyonnais « qui y ont un commerce considérable »24. En 1722, dans une « note des marchandises qui ont le plus de débouchés dans ce pays », Jean Capieig Paissas conseille à Benjamin Cabanes d’expédier à Cadix, alors que le chargement de la flotte est annoncé, des « brocards assortis et des soies de couleur brodées de fleurs d’or et d’argent », des galons de soie, des cordonnets d’or, des bas de soie brodés en argent, des « gants de soie brodés et dorés pour femmes », sans oublier les incontournables rubans de soie25. Deux ans plus tard, c’est Charles Lachasse qui conseille à son tour aux marchands de soieries De Vitry et Gayet, de lui expédier, dans la perspective du départ de la prochaine flotte, des étoffes en dorure, des taffetas noirs lustrés - « un excellent article pour la flotte, ayant donné par la dernière, tous frais faits, 300 % » - des dentelles et des rubans, mais tente aussi de les convaincre d’engager quelques marchandises à bord des navires de libre registre (registros sueltos) armés pour le Honduras et pour Buenos Aires, où « de Lyon il ne faut que quelques soieries, rubans unis et façonnés, bas de soie, mercerie et quincaille et dentelles du Puy » :

  • 26 Arch. dép. Rhône, 8B 1281-2, De Vitry et Gayet, Cadix, Charles Lachasse, 14 (...)

« Nous avons outre la flotte l’année prochaine, les navires de Buenos Aires et ceux de Honduras, ce qui emportera beaucoup de marchandises. C’est un de mes amis qui a la permission desdits navires et je pourrai y rendre service aux amis qui y voudront embarquer, et ce sont des voyages qui donneront plus que la flotte ne donne ordinairement, vu que la flotte ne va qu’au Mexique et que tous les deux ans elle y porte de 15 à 16 navires chargés de toutes sortes de marchandises, au lieu que pour Buenos Aires il ne part que  navires tous les 3 ou 4 ans, et pour les Honduras deux navires tous les deux ans. Les toiles, linges de table et mercerie sont celles qui valent le plus pour lesdits lieux. »26

  • 27 Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, L9 856, Roux, Cad (...)

8Quant à Massip et Cusset, ils prodiguent à Pierre Honoré Roux de Marseille quelques conseils sur le commerce de la mer du Sud : « vous savez les marchandises qui sont propres pour ce pays-là [le Pérou]. Les rouens, fleurets, blancards, bretagnes fines, larges et étroites, cire, papier, fleuret de Gênes, chapeaux de castor gris, dentelles du Puy fines, rubans d’or et d’argent riche, sont les articles les plus courants »27.

  • 28 Arch. nat., AE/B/I/232, CC, Cadix, Partyet, 20 janvier 1727, f° 21-25.

9Mais, à Cadix même, il y a aussi un débouché pour les belles et riches étoffes de Lyon, « dont il se fait une grande consommation », rappelle en 1727 le consul Partyet, « parce que les femmes leur donnent de beaucoup la préférence sur celles du pays, auxquelles elles s’accoutumeront difficilement »28. Les quatre lettres que Charles Lachasse adresse en 1724 à François de Vitry, marchand-fabricant de soieries à Lyon, et à son associé Gayet détaillent les articles de Lyon les plus demandés à Cadix, mais expliquent aussi comment y réaliser de belles affaires, tout en déplorant que les Lyonnais ne s’investissent pas davantage dans un commerce qui pourrait leur rapporter des bénéfices allant de à 20 à 30 % pour les plus « médiocres », à près de 300 % pour les taffetas et la mercerie chargés pour les Indes, avec une moyenne de 50 à 60 % pour les articles de confection, comme les vestes et les jupes de soie destinés aux boutiques de la ville :

« (…) les damas et les persiennes sont ici fort demandées, y en ayant très peu en ville, et surtout des couleurs convenantes. Si vous êtes dans le dessein d’en envoyer, ne tardez pas de le faire, mais prenez garde que ce soit dans un assortiment. Le bleu céleste et vif et l’incarnat vif y dominent […], ensuite une pièce fond blanc, une jonquille, une gris de perle, point de vert, les boutiques en étant remplies et personne n’en veut. L’assortiment étant ainsi, on peut trouver à s’en défaire bien vite et fort avantageusement. Mais s’il y a des pièces défectueuses qui pèchent en couleur ou mal fabriquées, l’on n’en veut absolument point, à moins que ce ne soit à 20 ou 25 % moins que la marchandise de satisfaction. Les Espagnols sont à présent très difficiles. J’en ai vendu ces jours passés deux caisses qui ont donné 35 % de bénéfice à leur maître et j’en ai qui, pour être légères et mal assorties et de couleurs fades, à peine se vendront-elles ce qu’elles coûtent. Encore ne m’en a-t-on fait aucune offre.

  • 29 Arch. dép. Rhône, 8B 1281-2, De Vitry et Gayet, Cadix, Charles Lachasse, 29 (...)

Si vous voulez donner dans un article qui nous donne du profit considérablement, vous devriez monter des étoffes dans le goût des vestes faites, dont les devants et parements et les poches étaient tissés en argent. Et comme l’argent est défendu, les faire faire en soie blanche sur des fonds lilas, incarnat, bleu céleste, jonquille. Et encore plus des jupes pour femmes dans le même goût, c’est-à-dire le bas du jupon. Mais il faut que la hauteur du jupon soit au moins d’une aune moins un six, et la largeur ou rondeur de trois aunes et un quart à un tiers. Cet article est un des meilleurs dans lesquels vous puissiez donner et il y a de quoi y gagner gros. Faites-en un essai et vous verrez que nous n’en serons pas fâchés. Mais en ce cas, faites expédier la marchandise et envoyez-la par la voie la plus prompte, c’est-à-dire par Le Havre, si à Marseille il n’y avait pas une prompte occasion de quelque navire, car il n’en manque jamais au Havre. Et surtout, à présent, il ne coûte un peu plus de voiture de Lyon au Havre, mais aussi on ne paie point de douane de Valence ni table de mer, ainsi l’un revient à l’autre, et je reçois à présent plus de marchandises par Le Havre, quatre fois plus que par Marseille. Les damas à cordonnet sont très demandés aussi. »29

  • 30 Ibid., 14 septembre 1724.

« Je suis surpris que Messieurs d’Orléans, de Tours et plusieurs autres lieux de France fassent ce commerce ici avec tant de fruit et qu’il y ait si peu de Lyonnais qui y donnent. S’ils le connaissaient parfaitement, je crois qu’ils abandonneraient tout autre pour celui-ci. Mais il le faut connaître comme moi, Riverieux et quelques autres. Le sieur Cusset, depuis qu’il s’y est mis, n’a pas eu lieu, je crois, d’en être mécontent, du moins si ses correspondants le servent fidèlement. »30

  • 31 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1850, registre des actes de chancellerie (...)
  • 32 Arch. dép. Rhône, 8B 1237-6, Specht et Gonzebat, Cadix, Martelli et Pitti ( (...)

10N’en déplaise à Lachasse, qui semble avoir une préférence pour Le Havre, les marchandises que les maisons de négoce de Lyon sont en mesure de fournir à leurs commettants de Cadix sont le plus souvent expédiées vers Marseille, pour y être chargées à bord des tartanes et autres pinques qui assurent alors l’essentiel des liaisons maritimes entre les deux places. Il faut compter huit à douze jours pour leur faire descendre le Rhône à bord des coches d’eau ou pour les porter par la route jusqu’à Marseille, puis dix-huit à vingt jours pour les transporter par mer jusqu’à Cadix. Une route qui n’est pas sans risque, notamment en cas de conflit. C’est ainsi qu’en septembre 1740, Sobia et Vande chargent Jean Montanié, un Français installé à Gibraltar, de récupérer pour eux une caisse « contenant huit pièces de tissu de soie de différents couleurs mesurant 182 aunes ¾, trois pièces de galons d’or pesant 277 onces ¾, le tout fabrique de Lyon », caisse qui avait été chargée d’une tartane française, le Saint-Jean, capturée par un corsaire anglais31. En revanche, la circulation du courrier entre les deux places semble un peu plus rapide. Une série de lettres reçues en 1714 par Specht et Gonzebat, négociants à Lyon, et sur lesquelles sont soigneusement notées les dates d’expédition et de réception permet de calculer une moyenne de vingt-cinq jours pour acheminer la correspondance entre Cadix et Lyon, la lettre la plus rapide ayant été portée en dix-neuf jours et les plus lentes en trente-et-un jours32.

  • 33 Arch. dép. Rhône, 8B 1063-10, Raymond Moulins, Cadix, Jean Boschet, 11 août (...)

11Le travail des marchands lyonnais établis à Cadix consiste donc à démarcher les boutiquiers de la ville autant que les grandes maisons qui dominent le commerce de la Carrera de Indias et qui souhaitent inclure des étoffes de luxe et des articles de la fabrique de Lyon dans leurs expéditions vers la Nouvelle-Espagne et, à réception des marchandises, à en assurer la livraison. Ce travail en commission les met en relation avec des marchands-fabricants ou des fabricants avec des négociants, auxquels ils peuvent être parfois apparentés et qu’il renseignent du mieux qu’ils peuvent sur les tendances du marché, sur le mouvement des flottes, sur la tenue des foires de Veracruz, sur le contenu des cargaisons d’argent et de « fruits des Indes » rapportées par les flottes et sur le cours de la cochenille, de l’indigo ou du cacao. Mais il ne semble pas que, pour la période que nous considérons ici, les négociants lyonnais se soient directement investis dans le commerce des Indes, comme peut le faire, par exemple Louis Robin qui, en 1709, envoie à Séville son commis Jean Boschet dans le but d’acquérir, auprès de la Casa de la Contratación, « une partie du chargement de deux vaisseaux »33. En revanche, ils peuvent s’impliquer dans l’armement maritime comme le font, par exemple :

    • 34 Arch. nat., AE/B/1/214, CC, Cadix, pièce jointe à une lettre de Mir (...)

    Mège Morel, un marchand de Lyon établi à Cadix qui, en juin 1701, achète pour 800 piastres à Bernardo Matteo, un patron de barque génois, sa pinque, le Saint François et Sainte Claire, dont il revend une portion du quart au patron Claude Champion, de Martigues, pour faire le « voyage en droite route » entre Cadix et la Provence 34 ;

    • 35 Arch. dép. Rhône, 8B 1063-10, Raymond Moulins, Cadix, Jean Boschet, (...)

    Jean Boschet, qui projette en 1711 de prendre une part d’intérêt de 4000 livres tournois dans une frégate marseillaise armée en course et commandée par un Lyonnais, Claude Revenu 35 ;

    • 36 Arch. nat., AE/B/I/226, CC, Cadix, Partyet, 18 octobre 1721, f° 247 (...)

    Fleury Palerne, qui devient en 1721, avec un autre Lyonnais, Jean-Baptiste Roubaud, et Jean Masson (d’Orléans), co-propriétaire du navire la Notre-Dame de l’Espérance, armé « pour aller en caravane faire commerce aux îles et colonie d’Amérique » sous le commandement du capitaine Jacques Delaye de Martigues 36.

  • 37 Zylberberg (Michel), Une si douce domination. Les milieux d’affaires fr (...)
  • 38 Arch. dép. Ille et Vilaine, 11 J 3, Magon de La Balue, registre de copies d (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 Arch. dép. Isère, 2E 235, Bruny, Grand Livre coté G, 1713-1717 ; 2E 239, Gr (...)
  • 41 Arch. dép. Isère, 2E 240, Bruny fils et Cie, Grand Livre coté A, (...)
  • 42 Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, L9-349, Roux, Lyo (...)
  • 43 Ibid., L9-813, Roux, Cadix, Galibert, Cayla, Cabanes et Cie, 12, 15, 18 et 24 août 1734.
  • 44 Ibid., L9-369, Roux, Lyon, Sellon père et fils et Cie (1728-1731), 18 et (...)
  • 45 Ibid., L9 338, Roux, Lyon, Cusset et Cie (octobre 1728-avril 1731).

12Mais l’autre grande affaire des relations commerciales entre Lyon et Cadix réside dans le commerce des piastres. La manufacture lyonnaise réclame en effet des piastres et des matières d’argent pour la fabrication de ses fils d’or et d’argent et de ses étoffes en dorure. Selon les estimations les plus récentes, ce sont pour près de 6 millions de livres de piastres qui, au milieu du xviiie siècle, arriveraient chaque année à Lyon37. Au début du siècle, le trafic des piastres avait contribué à ouvrir aux négociants lyonnais les horizons du grand commerce atlantique. En effet, lors de l’épisode du commerce de la mer du Sud, les puissants armateurs malouins s’étaient tournés vers Lyon, d’abord pour mettre en concurrence son hôtel de la monnaie avec ceux de Rennes, de Nantes ou de Rouen, mais aussi pour tirer partie des cours plus élevés offerts par le marché libre de l’argent, surtout après que le contrôleur général Chamillart avait, en 1706, décidé le paiement des retours d’argent en billets de monnaie. Dès lors, de plus en plus de barils de piastres, de lingots et de barres d’argent prennent la route de Lyon, expédiés à l’adresse de marchands et de banquiers tels que Melchior Philibert ou Chalut-Lamure, pour pouvoir, comme l’écrit Luc Magon de La Balue, « profiter du haut prix que les matières ont chez [eux] »38. Ces mêmes Lyonnais sont également sollicités pour faire passer des fonds « à Genève à quelque maison sûre »39. Associés aux entreprises malouines, des armateurs marseillais font, eux aussi, remonter des piastres vers Lyon, comme les frères Bruny par exemple, qui traitent avec les banquiers Philibert père et fils et leur confrère Lacroix40, et encore avec Riverieux et Roland ou André Casenède, d’anciens marchands français de Cadix récemment revenus dans leur ville, ou avec des négociants qui ont établi des commissionnaires à Cadix comme Rousseau et Palerne et Cusset et Cie 41. La paix rétablie, Lyon continue à profiter de son statut de place de premier ordre pour la revente des piastres et des matières d’argent. Mais avec la fin de l’épopée malouine et la reprise en mains par Cadix de la Carrera de Indias, l’essentiel des arrivées se fait désormais par Marseille ou, en temps de guerre et d’insécurité maritime comme pendant l’intermède de la peste, par la route de Bayonne. La correspondance de la maison Roux de Marseille avec ses partenaires lyonnais et gaditans révèle ainsi des flux de matières d’argent entre le port andalou et notre ville, dans les années 1720 et 1730. Portées par mer jusqu’à Marseille, les sacs de piastres sont ensuite confiés aux bons soins des « charrettes du Rhône », qui remontent alors régulièrement vers Lyon des piastres neuves du Pérou, des piastres vieilles mexicaines, des sacs de « patignes », des barretons et de la vaisselle d’argent. À Lyon, la maison Sellon et Cie, qui pratique le commerce d’Espagne et expédie vers Cadix, le plus souvent en consignation, des soieries, des dorures et des rubans, reçoit ainsi, entre juin 1734 et juin 1736, à l’adresse des frères Roux, quelque 47 699 piastres et de grandes quantités de vaisselle et des barretons d’argent42 expédiés par ses principaux correspondants gaditans, les maisons Garnier et Cornabé, Jamets Vincent Verduc et Cie et Galibert Cayla Cabanes et Cie, ces derniers chargeant même, à bord de cinq navires marseillais, 15 000 piastres pour le seul compte de Sellon, au cours du mois d’août 173443. Comme l’explique Jean Sellon père, dans deux lettres datées d’octobre 1729, à leur arrivée à Lyon, les piastres sont soit portées à l’hôtel des monnaies pour « faire du comptant », soit portées « aux affinages » et transformées en lingots, qui sont ensuite revendus aux tireurs d’or et aux marchands de dorures44. Quant à Cusset et Cie, ils reçoivent de leurs amis « de Cadix » des piastres du Mexique, qu’ils font « porter aux affinages » pour les faire transformer en lingots, avant d’en retourner une partie à Marseille45.

Tableau 3. Maison Sellon et Cie : retours d’argent de Cadix par Marseille (juin 1734-juin 1736)

Date

Quantité

Expéditeur

Juin 1734

2703 piastres

Garnier et Cornabé

Août 1734

15 000 piastres

Galibert, Cayla, Cabanes et Cie

Septembre 1734

6000 piastres

Galibert, Cayla, Cabanes et Cie

Octobre 1734

1992 piastres

Mars 1735

vaisselle d’argent

Cayla, Cabanes et Cie

Avril 1735

7 barretons d’argent

Jamets, Vincent, Verduc et Cie

Mai 1735

2001 piastres

10 lingots d’argent fin

Cayla, Cabanes, Solier et Cie

Jamets, Vincent, Verduc et Cie

Juin 1735

4006 piastres

Jamets, Vincent, Verduc et Cie

Juillet 1735

3001 piastres mexicaines ; 1999 piastres

5 sacs de vaisselles

Cayla, Cabanes, Solier et Cie

Septembre 1735

3000 piastres

Février 1736

5 sacs de vaisselle ; 1 sac de patignes

Cayla Cabanes, Solier et Cie

Mars 1736

3999 piastres mexicaines

Cayla Cabanes, Solier et Cie

Avril 1736

228 marcs « mitraille [de] vieille vaisselle »

Cayla, Cabanes, Solier et Cie

Mai 1736

3997 piastres mexicaines

Juin 1736

7 paquets de piastres

3 paquets de vaisselle

3 sacs de « matières »

Cayla, Cabanes, Solier et Cie

Jamets, Vincent, Verduc et Cie

  • 46 Ibid., L9 348, Roux, Lyon, Simonnot Tournier et Gaune, 4 décembre 1737.
  • 47 Ibid., L9 356, Roux, Lyon, Nicolas Toscan, 16 juin et 15 juillet 1730.
  • 48 Arch  dép. Rhône, 8B 1281-2, De Vitry et Gayet, « Liste du chargement des 1 (...)

13Parfois, les retours en piastres peuvent être complétés par quelques envois de fruits des Indes comme cette « petite partie de cochenille » que Sobia Vande et Cie expédie à Simonnot, Tournier et Gaune 46 ou les deux surrons de quinquina que Nicolas Toscan fit venir de Cadix en juin 1730, « pour voir ce qu’en diront les droguistes de Lyon »47. D’ailleurs, à chaque retour d’une flotte ou à chaque arrivée d’un galion ou d’un registro, les négociants de Lyon engagés dans le commerce d’Espagne reçoivent de leurs correspondants gaditans des notes manuscrites ou des imprimés détaillant le contenu des cargaisons rapportées48.

  • 49 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1856, reg. 257, consulat de Cadix, regis (...)
  • 50 Arch. nat., AE/B/I/283, CC, Cadix, « Liste des négociants, boutiquiers, art (...)
  • 51 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1856, reg. 258, consulat de Cadix, regis (...)
  • 52 Vial (Pierre), Un négociant français à Cadix : Antoine Granjean (1752-1 (...)

14Après la guerre de Sept Ans, la présence lyonnaise à Cadix se renforce de nouveau et la petite communauté marchande retrouve son niveau de 1714. De cinq ou six en 1763, le nombre de maisons lyonnaises membres de la nation française passe à onze en 1771, puis à huit en 178349. En 1777, la liste du consul Mongelas recense vingt-six Lyonnais installés à Cadix comme négociants, marchands, boutiquiers et commis50. Le Lyonnais est redevenu la troisième région d’origine des Français faisant métier de commerce sur la place andalouse, derrière l’ensemble Pays basque-Béarn et la Bretagne. En se limitant aux seuls négociants membres de la nation (15 personnes sur 119), Lyon retrouve sa place de deuxième ville d’origine, derrière Bayonne, mais devant Saint-Malo et Oloron-Sainte-Marie. Parmi les neuf maisons auxquelles ils appartiennent, une seulement, Vande et Favre, est enregistrée dans la première classe, contre cinq dans les quatrième et cinquième classes51. Seul Jean-Baptiste Vande, dorénavant associé à Claude Amédée Favre, appartenait à la génération que nous venons de présenter. Les patronymes Massip et Terrasson sont toujours présents, sans pouvoir établir de lien formel avec les maisons des années 1720-1740. Un changement de génération est intervenu au cours des années 1760, avec l’arrivée d’une nouvelle génération de négociants, parfois délégués sur place par des maisons lyonnaises soucieuses de développer leur implantation sur le marché gaditan, tout en y protégeant au mieux leurs intérêts. Comme leurs confrères de la génération antérieure, ces commissionnaires lyonnais conservent la haute main sur les importations de soieries et d’articles de Lyon et continuent à charger des piastres pour Lyon, mais en moindre quantité semble-t-il. Mais surtout, fait nouveau, ils engagent de manière plus directe le commerce lyonnais dans le système de la Carrera de Indias. À l’instar d’Antoine Granjean et de Guillaume Rey, certains d’entre eux s’émancipent progressivement de leur tutelle lyonnaise, s’enhardissent et entreprennent de charger pour leur compte, ou en compte partagé avec leurs commettants lyonnais, des caisses d’étoffes et de rubans à bord des navires de registre ou sur des vaisseaux de la flotte, usant pour ce faire, eux aussi, de la pratique des prête-noms, qui permet aux étrangers de contourner la législation espagnole et, quand l’occasion se présente, pratiquent le prêt à la grosse et l’assurance maritime, en acceptant davantage que leurs prédécesseurs de courir tous les risques inhérents au grand commerce transatlantique52.

Annexes

Marchands et négociants lyonnais de Cadix (1714-1740)

[(*) Marchands mentionnés dans la liste du consul Mongelas en 1714]

  • Mège Morel (1701)

  • Riverieux et Roland (avant 1714)

  • Pierre Tardy (1703-1722) (*)

  • Louis Robin (natif de Romans), député de la nation en 1712-1713 et consul intérimaire

  • Jean Boschet, commis de Louis Robin (1709-1719) en 1715-1716 (1711-1742) (*)

  • Marc Antoine Beuillard (1714-1718) (*)

  • André Casenède (1714-1718) (*)

  • Jean-Baptiste Lary (1714-1721) (*)

  • Antoine Athénas (1714-1724) (*)

  • Arvia (1714) (*)

  • Pons (1714-1718) (*)

  • Guichard (1714-1718) (*)

  • Fayard (1714) (*)

  • Antoine Lambert (1714-1750) (*)

  • Jean Joseph Palerne (1714-1717) (*)

  • Fleury (Florent) Palerne, « de Saint-Chamond, près Lyon » (1720-1723)

  • Jean-François Sobia(s) (1721-1771)

  • Jean-Baptiste Roubaud, député de la nation en 1724 (1718-1726)

  • Jean-Baptiste Vande (1729-1778)

  • Daniel Cornabé (1736-1765)

  • Cusset (1729-1736)

Notes

1 Arch. nat., AE/B/I/221, correspondance consulaire (ensuite CC), Cadix, Jacques de Mirasol, « Liste des négociants français établis à Cadix », 2 janvier 1714, f° 18-19.

2 Mirasol semble faire erreur sur l’origine de Robin qu’il présente comme lyonnais, alors que celui-ci est originaire de Romans en Dauphiné.

3 Arch. dép. Rhône, 8B 1063-10, Raymond Moulins, Cadix, Jean Boschet, 17 juin 1714.

4 Arch. nat., AE/B/I/216, CC, Cadix, Mirasol, 25 mars 1708, f° 304-308.

5 Arch. Diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1836, reg. 212, liste des négociants français établis à Cadix et au Port-Sainte-Marie (1704-1706), f° 174.

6 Arch. nat., AE/B/I/227, CC, Cadix, Partyet, 23 mars 1722, f° 129.

7 Arch. nat., AE/B/I/215, CC, Cadix, Mirasol, avril 1704, f° 85-86.

8 Arch. nat., AE/B/I/220, CC, Cadix, Mirasol, 15 octobre 1713, f° 318.

9 Arch. nat., AE/B/I/224, CC, Cadix, « Liste des négociants et marchands françois qui composent le corps de la nation à Cadix », 23 avril 1718, f° 67-68.

10 Arch. nat., AE/B/I/226, CC, Cadix, Partyet, 12 septembre 1721, f° 205-206.

11 Arch. nat., AE/B/I/221, CC, Cadix, Mirasol, « Liste des négociants français établis à Cadix », 2 janvier 1714, f° 18-19.

12 Arch. nat., AE/B/I/224, CC, Cadix, Partyet, « Liste des négociants et marchands françois qui composent le corps de la nation à Cadix », 23 avril 1718, f° 67-68.

13 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1856, reg. 257, consulat de Cadix, registre des procès-verbaux des assemblées de la nation (septembre 1728-juin 1778), 17 novembre 1729, f° 26-28 ; 8 mars 1736, f° 42-43 ; 17 décembre 1738, f° 54-56.

14 Arch. nat., AE/B/I/228, CC, Cadix, Partyet, 12 décembre 1723, f° 284.

15 Arch. dép. Rhône, 8B 1281-2, De Vitry et Gayet, Cadix, Charles Lachasse, 29 août 1724.

16 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1856, reg. 257, consulat de Cadix, registre des procès-verbaux des assemblées de la nation (septembre 1728-juin 1778), 17 novembre 1729, f° 26-28 ; 8 mars 1736, f° 42-43 ; 17 décembre 1738, f° 54-56.

17 Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, L9 856, Roux, Cadix, Massip Terrasson et Cie, 10 septembre 1737.

18 Ibid., L9 856, Roux, Cadix, Massip Cusset et Cie, 13 novembre 1731.

19 Lespagnol (André), Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., t. 1, p. 444-454.

20 Arch. dép. Rhône, 8B 738-6, Chalut Lamure, Cadix, Rolland et Chambon, 23 avril 1713.

21 Sée (Henri), Documents sur le commerce de Cadix, op. cit., p. 46.

22 Arch. mun. Lyon, HH 228, dossier sur le commerce de Lyon avec l’Espagne, xviiie siècle.

23 Arch. dép. Rhône, 8B 1063-10, Raymond Moulins, Cadix, Jean Boschet, 26 avril 1711.

24 Ibid., 24 mai 1710.

25 Arch. dép. Rhône, 8B 720-3, Cabanes et Cie, Cadix, Capieig Paissas, 25 août 1722.

26 Arch. dép. Rhône, 8B 1281-2, De Vitry et Gayet, Cadix, Charles Lachasse, 14 septembre et 28 novembre 1724.

27 Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, L9 856, Roux, Cadix, Massip, Cusset et Cie, 22 août 1729.

28 Arch. nat., AE/B/I/232, CC, Cadix, Partyet, 20 janvier 1727, f° 21-25.

29 Arch. dép. Rhône, 8B 1281-2, De Vitry et Gayet, Cadix, Charles Lachasse, 29 août 1724.

30 Ibid., 14 septembre 1724.

31 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1850, registre des actes de chancellerie, reg. 231, f° 278.

32 Arch. dép. Rhône, 8B 1237-6, Specht et Gonzebat, Cadix, Martelli et Pitti (1714).

33 Arch. dép. Rhône, 8B 1063-10, Raymond Moulins, Cadix, Jean Boschet, 11 août 1709.

34 Arch. nat., AE/B/1/214, CC, Cadix, pièce jointe à une lettre de Mirasol, 31 juillet 1701, f° 70.

35 Arch. dép. Rhône, 8B 1063-10, Raymond Moulins, Cadix, Jean Boschet, 12-19 juillet 1711.

36 Arch. nat., AE/B/I/226, CC, Cadix, Partyet, 18 octobre 1721, f° 247-251.

37 Zylberberg (Michel), Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, p. 209.

38 Arch. dép. Ille et Vilaine, 11 J 3, Magon de La Balue, registre de copies de lettres (17 août 1711-15 mars 1717), à Melchior Philibert, 20 septembre 1713 et 25 février 1714.

39 Ibid.

40 Arch. dép. Isère, 2E 235, Bruny, Grand Livre coté G, 1713-1717 ; 2E 239, Grand Livre coté H, 1717-1723.

41 Arch. dép. Isère, 2E 240, Bruny fils et Cie, Grand Livre coté A, 1717-1723.

42 Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, L9-349, Roux, Lyon, Sellon et Cie (1731-1736).

43 Ibid., L9-813, Roux, Cadix, Galibert, Cayla, Cabanes et Cie, 12, 15, 18 et 24 août 1734.

44 Ibid., L9-369, Roux, Lyon, Sellon père et fils et Cie (1728-1731), 18 et 25 octobre 1729.

45 Ibid., L9 338, Roux, Lyon, Cusset et Cie (octobre 1728-avril 1731).

46 Ibid., L9 348, Roux, Lyon, Simonnot Tournier et Gaune, 4 décembre 1737.

47 Ibid., L9 356, Roux, Lyon, Nicolas Toscan, 16 juin et 15 juillet 1730.

48 Arch  dép. Rhône, 8B 1281-2, De Vitry et Gayet, « Liste du chargement des 15 vaisseaux arrivés en flotte en août 1724 » ; 8B 720-3, Cabanes et Cie, Cadix, Capieig Paissas et Merest, « nota de la cargazon de los galeones, en que estan comprehendidos dos millones y medio de pesos para el Rey », 16 février 1723.

49 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1856, reg. 257, consulat de Cadix, registre des procès-verbaux des assemblées de la nation (septembre 1728-juin 1778), 9 février 1763, f° 196-198 ; 17 juillet 1771, f° 244-246 ; 2 Mi 1856, reg. 258, registre des procès-verbaux des assemblées de la nation (juin 1778-août 1791), 17 juin 1778, f° 55-57.

50 Arch. nat., AE/B/I/283, CC, Cadix, « Liste des négociants, boutiquiers, artisans, domestiques et autres sujets du Roy établis et résidents présentement à Cadix sous la protection de Sa Majesté », 20 janvier 1777, 28 f° ; Ozanam (Didier), « La colonie française de Cadix au xviiie siècle d’après un document inédit, 1777 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 1968, t. iv, p. 259-348.

51 Arch. diplomatiques [Nantes], 2 Mi 1856, reg. 258, consulat de Cadix, registre des procès-verbaux des assemblées de la nation (juin 1778-août 1791), 17 juin 1778, f° 55-57.

52 Vial (Pierre), Un négociant français à Cadix : Antoine Granjean (1752-1775), mém. DES, université de Lyon, 1964, 191 p. ; Dornic (François), « Le commerce des Français à Cadix d’après les papiers d’Antoine Granjean (1752-1774) », Annales ESC, Paris, avril-juin 1954, p. 311-337. Le Gouic (Olivier), « Lyon et la mer au xviiie siècle », thèse doctorat, université de Bretagne-Sud Lorient, 2009, p. 420-466.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Origine des « marchands en gros » français de Cadix, 1714
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Graphique 2. Origine par ville des marchands français de Cadix, 1714
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/589/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteur

Docteur en histoire moderne, professeur d’histoire de l’enseignement général, Université de Bretagne-Sud (Lorient), CERHIO/SOLITO

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access