Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le consulat de France à Cadix

 | 
Anne Mézin
, 
Anne Pérotin-Dumon

Le grand commerce à Cadix

La toile de fond du consulat français à Cadix : la ville et ses opportunités au XVIIIe siècle

Manuel Bustos Rodríguez

Texte intégral

  • 1 Pour l’histoire de Cadix au xviiie siècle, voir Bustos Rodriguez (Manuel), Cádiz en el sistema atlá (...)
  • 2 Voir Bustos Rodriguez (Manuel), « Consulats et consuls à Cadix au x (...)

1Le gouvernement français établit à Cadix une de ses plus importantes représentations consulaires d’Europe1. Des noms célèbres (Antoine Puyabry, Partyet, Pierre Bigodet-Desvarennes ou Hardy Duplessis Mongelas) y travaillèrent la fin du xviie et pendant le xviiie siècle au bénéfice des membres de leur communauté, notamment de leurs négociants et commerçants2. D’ailleurs, ceux-ci n’avaient cessé de prendre une part de plus en plus importante au sein de la communauté étrangère de Cadix depuis la fin du xviie siècle. Ils représentaient donc 50 % des commerçants étrangers en 1713, 51 % des commerçants en gros de la même origine en 1773 et 56 % en 1791.

Cadix, les étrangers et le commerce des Indes

  • 3 Kamen (Henri), La España de Carlos III, Barcelone, Critica, 1981, p (...)
  • 4 Voir André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo, Rennes, P. U. R. (...)

2L’intérêt des Français pour le commerce d’Espagne avec ses Indes venait de loin. En 1670, Catalan, consul français de la ville andalouse, écrit au ministre Colbert que « le commerce dans ce port de Cadix est le majeur et le plus fleurissant de l’Europe »3. Au cours du xviiie siècle, il s’était intensifié à cause des évidentes possibilités qui se présentaient. Les chiffres montrent l’importance de ce commerce dans l’ensemble du trafic commercial du pays. Suivant le témoignage de Patoulet, la France fournissait à elle seule dès 1686 près de 40 % des cargaisons expédiées vers l’Amérique par les flottes et galions espagnols. Ces exportations occupaient la première place en volume4. Et ce commerce ne laissera d’augmenter tout au long du xviiie siècle.

3Cadix, du fait de sa position géographique, était un endroit stratégique dans le commerce européen d’outre-mer. La ville était devenue la porte d’un marché péninsulaire de plus en plus développé. Après la décision, en 1717, de la Couronne espagnole de lui accorder la direction du monopole commercial avec l’Amérique et d’y implanter de même le siège officiel des deux grandes institutions de la Carrera des Indes, la Casa de la Contratación et le Consulat, son potentiel commercial augmente. C’est alors que les gouvernements européens cherchèrent à obtenir le privilège du « commerce de Cadix ».

4En ce qui concerne la France, elle avait soutenu la candidature du duc d’Anjou au trône espagnol, face à son opposant l’archiduc Charles d’Autriche, provoquant la guerre de Succession d’Espagne. Une fois choisi comme roi d’Espagne, Philippe V devint le premier roi Bourbon de l’histoire d’Espagne. Les Français acquièrent à leur tour une influence considérable dans les affaires espagnoles, en particulier celles du commerce. Les accords entre les deux branches des Bourbons (ce qu’on appelle les Pactes de famille), dont le premier fut signé en 1733, permettent d’encadrer des relations d’amitié, renouvelées de temps en temps malgré la concurrence entre les deux pays, et d’en profiter mutuellement.

5Après l’établissement du monopole de commerce à Cadix, la ville cosmopolite andalouse atteint son apogée. Les signes en sont nombreux.

6Sa population stable augmente sans cesse : 41 000 habitants en 1700, 50 500 en 1750, 62 000 en 1765, 74 500 en 1786. Ce dernier chiffre permet déjà à Cadix de se hisser à la quatrième place des villes espagnoles les plus peuplées et de devenir l’une de plus importantes en Europe.

  • 5 Voir María Pilar Ruiz-Nieto Guerrero, Historia urbana de Cádiz. (...)

7Cela se traduit, entre autres, par l’extension de son espace urbanisé. Ce qui pose des problèmes d’hygiène et de place aux autorités locales et pousse au même temps à la hausse du prix des terrains, des maisons et des logements. Enfin, cette augmentation quasi-permanente nuit aux classes populaires et se révèle être aussi un embarras pour les investissements manufacturiers ; en revanche, elle encourage les particuliers et les commerçants aux investissements immobiliers. L’urbanisation, qui occupe 60 % à peu près de l’espace intra-muros à la fin du xviie siècle, touche ses limites la fin du xviiie siècle5, en obligeant les nouveaux habitants à construire leurs maisons hors de l’enceinte urbaine, zone sablonnière et venteuse, donc malsaine à habiter, ou bien à payer un logement d’un prix élevé en ville.

8Mais l’essor économique de Cadix provoque en même temps une immigration incessante. L’histoire de la ville est précisément associée à l’arrivée d’émigrants de différentes origines. Plus nettement, elle est liée à la présence des étrangers. Et c’est à cette réalité que Séville, sa principale rivale, sans doute en exagérant, va s’accrocher pour critiquer sa concurrente et successeur au monopole.

  • 6 García-Baquero González (Antonio), Cádiz y el Atlántico 1717/1778 (El comercio (...)

9Bien entendu, cette présence étrangère est sans doute liée aux opportunités que la ville offre autour du commerce aux Indes ; mais le nombre de ses membres, leur pouvoir économique et leur appartenance à des réseaux bien diversifiés tiennent plutôt aux faiblesses des Espagnols. En effet, bien que ceux-ci détiennent une primauté dans la Carrera du fait du monopole que leur accorde la Couronne d’Espagne, ils s’avèrent incapables par eux-mêmes d’entretenir un commerce satisfaisant avec les territoires espagnols d’outre-mer. À cause de certains problèmes structurels, qu’il n’est pas nécessaire d’évoquer ici, les fabriques espagnoles ne suffirent pas à fournir les « manufactures » ou produits manufacturés nécessaires à un marché de plus en plus étendu et exigeant. Seules les manufactures produites hors d’Espagne, notamment les tissus, toiles et draps, en provenance de Bretagne, de Normandie ou de Silésie, pouvaient satisfaire ce marché américain en essor. Les enregistrements de la Casa de la Contratación donnent des évalutations qui, bien que fragmentaires, sont assez claires6. Les témoignages des visiteurs et voyageurs à Cadix sont concordants. Mais pour y pouvoir participer, il fallait passer par la ville et sa baie et plus particulièrement par les « cargadores » ou bien obtenir l’autorisation des autorités espagnoles.

10Le rôle de Cadix est donc celui d’une ville intermédiaire. Elle est, à vrai dire, un entrepôt de marchandises qui se partagent entre les cales des vaisseaux ancrés dans sa baie et les nombreux magasins que la ville possède, en attendant le départ aux Indes. Mais Cadix, c’est aussi un point de relais dans la longue route qui unit les centres manufacturiers et les investisseurs, nombreux et variés de l’Europe, avec l’Amérique, ses foires et ses mines, grâce aux commerçants et intermédiaires de cette ville andalouse.

11Pratiquement, ce sont les « cargadores » espagnols autorisés et les correspondants des différents pays qui siègent à Cadix qui permettent aux investisseurs d’obtenir des informations précises et précieuses sur la situation des marchés américains, les prix des marchandises et des denrées, l’état des impôts ou les conditions du voyage. Les commerçants étrangers se procurent ainsi à leur tour des matières premières américaines, telles que le cacao, le sucre, le tabac, les cuirs ou la cochenille, et, surtout, de l’argent, ces piastres si nécessaires à leurs propres économies et à l’achat de marchandises, beaucoup plus chères quand elles étaient importées de l’Orient. Michel Morineau estimait qu’entre 30 % et 50 % de l’argent américain obtenu par les Européens passait par plusieurs voies en Asie comme contre-valeur.

  • 7 Cádiz 1753. Según las Respuestas Generales del Catastro de (...)
  • 8 Pérez Serrano (J.), Cádiz, la ciudad desnuda. Cambio económico y (...)

12Le modèle de la société gaditane n’est donc pas habituel à l’époque. Faute d’espace, la ville a peu de terres à cultiver (son territoire est très restreint et, au xviiie siècle, il se réduit encore un peu plus, après la séparation du petit village de San Fernando, qui lui appartenait). Elle manque donc de la noblesse qui lui serait attachée. D’ailleurs, la population paysanne est aussi très faible ; même le nombre des pêcheurs est limité car ils sont attirés par la navigation du grand large et les métiers en rapport avec la charpenterie ou la réparation des vaisseaux. Le secteur primaire, auquel ils appartiennent, est assez faible par rapport à la plupart de villes espagnoles, y compris les villes maritimes. Les pourcentages qu’on peut obtenir en partant des chiffres du cadastre d’Ensenada sont assez significatifs à ce propos : le secteur primaire n’atteint que 0,9 % de la population active en 17537 et 1,52 % en 18018.

13La consommation d’un grand nombre d’habitants permet de développer l’artisanat et ses métiers, quelquefois de haut niveau : c’est le cas, entre autres, des tailleurs, des brodeurs, des orfèvres, des sculpteurs en bois, des fabricants de meubles ou de souliers fins, etc. Bref, le secteur secondaire sans distinction représente 23 % de la population active en 1753 pour remonter jusqu’à 28,3 % en 1801.

  • 9 Cádiz 1753…, op. cit., p. 66.

14C’est le secteur tertiaire qui occupe sans conteste la première place dans la structure socio-économique gaditane. Tout tourne autour du commerce en gros, mais aussi du commerce au détail et du secteur des services, ce qui représente 76,2 % du total de la population active en 1753 et 70,2 % en 18019.

15La collaboration entre les grands commerçants et les petits marchands est toujours bien assurée. Les boutiques de la ville sont réputées être les mieux fournies de la péninsule en toutes sortes de marchandises, même sophistiquées. La rue Ancha devient en conséquence un passage obligé pour la bourgeoisie et aussi pour les « snobs » habitants ou visiteurs de la ville.

16Les commerçants en gros sont l’axe autour duquel tourne la vie économique de Cadix. Ils se regroupent pour la plupart dans trois quartiers orientés vers le port et la baie, qui sont la source de leurs fortunes. D’ailleurs, ils constituent le petit groupe qui fait l’originalité de cette ville, sans qu’aucune autre en Espagne ne puisse rivaliser avec elle, y compris l’importante ville de Barcelone.

17Nous avions parlé déjà des commerçants et des intermédiaires étrangers attirés par le commerce aux Indes. Apparemment rivaux, ils sont en réalité complices des Espagnols, inscrits pour la plupart dans le Consulat de commerce, dont l’immatriculation est obligatoire, sauf permission particulière de la Couronne, pour pouvoir participer officiellement à la Carrera, dont le rendement final rend cette collaboration nécessaire, malgré ses règles rigoureuses, car les uns ont besoin des autres. Pour contourner le monopole espagnol, les commerçants d’origine étrangère n’ont d’autre choix que la collaboration avec les « cargadores » immatriculés. Dans la péninsule et aux Indes, on a besoin des produits étrangers, notamment les manufactures. De leur côté, les « cargadores » espagnols doivent apporter les matières premières (sucre, cacao, cochenille, café, cuirs, laine de vigogne et métaux précieux), dont les consommateurs étrangers ont grand besoin.

18Bien entendu, les commerçants d’origine étrangère ne renoncent pas à la fraude et à la contrebande, parfois avec la collaboration des mêmes « cargadores » et des autorités locales espagnoles, mais ils utilisent aussi la voie officielle assez fréquemment, sans qu’on puisse déterminer les parts respectives de l’une ou l’autre branche du commerce, la légale et la frauduleuse.

19Les investisseurs extérieurs à l’Espagne obtiennent des informations précieuses sur les marchés espagnols par le biais des commerçants nationaux et de leurs propres intermédiaires, rattachés parfois à des compagnies dont le siège se trouve à Cadix ou à ses comptoirs gaditans. C’est seulement à la fin du siècle qu’on pourra observer les tentatives d’autonomie des Espagnols, en profitant de leur expérience et des contacts établis pendant les années de collaboration avec leurs collègues étrangers ; mais ces efforts restent limités pour la plupart à cause de la guerre, depuis les années 1690, contre la France et l’Angleterre.

Négociants espagnols et étrangers à Cadix

  • 10 Bustos Rodríguez (Manuel), Los (...)

20Quelle est l’importance économique de chaque groupe de commerçants en gros ? Il nous faut partir à nouveau des informations fournies du projet de l’ «Única Contribución ». En 1753, avec des chiffres purement indicatifs, les Français obtiennent 46 % de l’ensemble des bénéfices commerciaux de Cadix, en première position, avec 710 450 pesos par an. Beaucoup plus loin, les Espagnols, bien qu’ils soient moitié plus nombreux que les Français, ne touchent que 261 444 pesos (17 %). Ensuite arrivent les Anglais et les Irlandais avec 238 100 pesos (15,5 %), suivis des Italiens (9,7 %), des Damascènes, des Suédois et des Prussiens, formant un seul groupe (5 %), et enfin des Flamands et des Allemands hanséatiques10.

  • 11 Ibid., p. 198.

21Quelques années plus tard, en 1773, les choses ont bien changé. On manque d’information sur les Irlandais et Anglais et sur les Damascènes, Suédois et Prussiens. On peut noter que le bénéfice total chute par rapport aux années 1750 : plus d’1,5 million de pesos en 1753, 890 014 en 1773. De même, la répartition entre les groupes est différente : les commerçants espagnols occupent maintenant la première place avec 77,7 % du total des bénéfices ; en revanche, les Français, dont le nombre a diminué, n’atteint que 17 %. Pour le reste, les pourcentages sont assez bas : 2,3 % pour les Flamands, presque 2 % pour les Italiens, et 1,3 % pour les Allemands hanséatiques11.

  • 12 Cádiz 1753..., op. cit., p. 44-45 et (...)

22Malgré l’essor de l’activité économique et la tendance à cacher les chiffres réels, le début du règne de Charles III devient une mauvaise période pour la colonie française. Les difficultés pour continuer les pratiques frauduleuses se sont multipliées depuis 1750, en raison d’une rigueur espagnole accrue. Le consulat de France à Cadix se fit alors l’écho des revendications de la communauté française, de même que l’ambassadeur français à Madrid. Cependant, en 1753, existaient dans la ville 108 maisons de commerce françaises enregistrées, sur 244 maisons étrangères, soit 44 %12.

23La guerre de Sept Ans fut néfaste au commerce français alors que les autres nations et même les Espagnols en tirèrent profit. Quelque temps plus tard, l’année 1773 peut être considérée comme un annus horribilis, plusieurs compagnies françaises de commerce prestigieuses (Béhic-Tanevot et Verduc-Kerloguen-Payan) faisant faillite ainsi que quelques autres d’origine espagnole (Ustáriz frères), liées aux intérêts français. Celles qui échappèrent à la crise, telles Simon et Arnail Fornier, durent se réformer en augmentant leurs fonds propres et en modifiant leur statut juridique.

24Malgré la guerre et les réajustements à faire, les compagnies – commanditaires, générales, quelquefois aussi anonymes – continuent à être le nerf du commerce avec l’Amérique. Certaines sont purement nationales ; d’autres, mixtes, avec des associés originaires de plusieurs pays.

25La participation au commerce se fait prioritairement par deux systèmes commerciaux et financiers. La plus répandue est sans doute celle de l’achat et de la vente des marchandises de part et d’autre de l’Atlantique par les flottes ou les « registres ». Il faut ajouter aussi le prêt à la grosse aventure, bien développé à Cadix. L’une et l’autre formules s’articulent entre elles, permettant ce commerce du grand large dont les coûts sont assez élevés. Cela permet la concurrence entre les commerçants et les négociants, mais aussi, tout simplement, entre investisseurs pratiquant différents métiers. Cette « démocratie » du négoce permet au commerce des Indes une participation très vaste et hétérogène.

26On obtient de grands bénéfices, jusqu’à 30 ou 40 %, sur une période relativement courte. Les inventaires après décès en témoignent. L’augmentation des fortunes particulières est parfois énorme, permettant une retraite précoce et un retour dans la ville natale ou une installation à la campagne.

L’intégration des étrangers

27Seule une minorité de commerçants étrangers choisit de s’intégrer dans la société espagnole à Cadix. Cela se fait habituellement par le biais du mariage, élément de stratégies familiales par l’intérêt du négoce. Le plus souvent, les époux sont originaires du même pays, voire de la même province, mais les mariages ne sont pas rares entre Espagnols et étrangers, Italiens, Flamands, Irlandais et Français, mais plus rarement avec les Anglais et les Allemands.

  • 13 García-Mauriño Mundi (Margarita), La pugna entre el Consulado de Cádiz y los jenízaros por las expo (...)

28Cela pose le problème des jenízaros, c’est-à-dire des fils de pères étrangers, nés en Espagne et pouvant, de ce fait, participer à la Carrera comme s’ils étaient des nationaux. Ces jenízaros, par ailleurs rejetés par les « anciens Espagnols », qui y voient une concurrence déloyale, dans la mesure où ils entretiennent des liaisons « dangereuses » avec le pays d’origine de leur père et qu’ils profitent de leur condition pour servir leurs intérêts. Le problème est culminant dans les années 1720-1730 et toutes sortes de mémoires et doléances sont adressés à la Couronne espagnole pour faire pression13.

29Malgré ces tensions, le cosmopolitisme continue tout au long du siècle à Cadix. Il se traduit par plusieurs aspects. La variété de langues qu’on peut y entendre : le français sans doute, mais aussi l’anglais, le flamand ou les divers dialectes italiens. La connaissance de ces langues s’avère donc précieuse pour entretenir la correspondance et les informations avec les compagnies et les investisseurs extérieurs, autant que l’espagnol qui sert au quotidien. On apprend ces langues le plus souvent sans école ni professeur, mais par immersion dans la vie quotidienne ou par contact permanent avec les amis et collègues d’autres pays.

30Ce cosmopolitisme est aussi illustré par l’installation de plusieurs théâtres et d’un opéra dans la ville. L’Espagne bien entendu, mais aussi la France et l’Italie y sont assez bien représentées dans les œuvres mises en scène. D’ailleurs, les livres et opuscules de différents auteurs, et même révolutionnaires en fin de siècle, de même que les journaux témoignent de relations riches et plurielles.

  • 14 Ozanam (Didier), « Fiestas diplomáticas francesas en España (17 (...)

31De même, les Gaditans peuvent participer aux célébrations des fêtes des étrangers, la plus notoire étant la Saint-Louis, ce qui met en relief l’importance de la communauté française à Cadix durant le xviiie siècle : le consulat de France organise chaque année à cette occasion des bals, des feux d’artifice et autres processions14.

32Mais la plupart des négociants et leurs représentants ne reste à Cadix que le temps nécessaire pour apprendre le métier à côté d’un compatriote déjà installé ou pour faire des commissions spécifiques. Après quoi, ils repartent. En tout cas, on observe un flux permanent d’immigrants, Cadix conservant son hégémonie. Cela permet à la ville un essor démographique puissant malgré un tassement des naissances. Avec la perte de la prééminence française, la population diminue, tandis que l’âge moyen des étrangers augmente : par exemple, l’âge moyen des Bretons à Cadix est de 39 ans en 1778, 50 en 1791 et 59 en 1808. Il n’y a donc pas de renouvellement de la colonie entre la fin des années 1770 et le début de l’invasion napoléonienne.

  • 15 Entre 1796 et 1808, le nombre de commerçants français est encore im (...)
  • 16 Pérez Serrano (J.), Cádiz, la ciudad desnuda..., op. cit., p. 76.

33Cela coïncide avec une période dévastatrice pour la ville. Entre temps, les communautés étrangères ont presque disparu. L’exemple des Français est à nouveau significatif. Alors que la nation française réunissait quelque deux cents ou deux cent cinquante membres au temps de l’apogée de la ville, elle n’en compte plus qu’une quarantaine au milieu du xixe siècle15, le minimum se situant en 1821. Parallèlement, la population globale de la ville passa de 74 500 habitants en 1786 à 57 800 en 1801 et 55 700 en 183016. Les années glorieuses étaient passées.

34La période de la guerre, qui commence en réalité en 1793 (guerre contre la Convention) et ne finit qu’en 1814, malgré quelques courtes interruptions, se complique à Cadix avec le processus d’émancipation de l’Amérique espagnole, dont la ville dépendait, débouchant sur une crise structurelle et un changement du modèle jusqu’alors en vigueur. La guerre d’Indépendance des États-Unis, où l’Espagne a participé aux côtés de la France, ainsi que le décret de « libre commerce », octroyé par le gouvernement espagnol en 1778, sont d’ailleurs les signes annonciateurs du changement.

35Le décret de 1778 signifie le triomphe des thèses libérales, opposées au monopole de Cadix, dont les premiers pas commencent en réalité pendant les années 1760. Ce décret est promulgué lors de la guerre contre l’Angleterre qui provoque la crise financière de 1786-1787 et qui entraîne la chute des compagnies françaises, ces dernières ayant servi leur gouvernement pendant le conflit et acheté de la dette publique. Quelques investisseurs espagnols de Cadix ont fait de même avec la dette espagnole et se retrouvent au bord de la faillite.

  • 17 Voir Bustos Rodriguez (Manuel),« Cadiz and the Atlantic (...)

36Malgré la perte de son monopole, Cadix reste en tête du commerce avec le Nouveau Monde avec plus de 76 % du total des exportations. Cependant, tout commence à changer à partir de 1796, lors du blocus anglais de la ville17. Les difficultés pour le départ et l’entrée de vaisseaux obligent les autorités espagnoles à recourir à des navires neutres. L’ouverture au commerce direct des ports, qu’ils soient péninsulaires ou américains, accordé par le décret de 1778, permit ainsi un trafic beaucoup moins contrôlé et favorisa le commerce illégal.

37Tout cela s’entremêle avec le commerce des neutres, reléguant graduellement Cadix au rôle de port secondaire. La ville connaîtra encore entre 1810 et 1812 l’angoisse du siège français et la gloire de la première constitution libérale espagnole qui y est promulguée le 19 mars 1812. Mais cet événement ne sera pas suffisant pour restaurer la vie commerciale antérieure. Avec l’émancipation des colonies en Amérique, c’est le point final d’une époque et le début d’une nouvelle. Rien ne sera plus comme avant. Malgré les efforts de quelques négociants espagnols de la ville pour récupérer ce qui restait des anciens marchés américains (notamment de Cuba et Puerto Rico) et aussi de certains commerçants d’origine étrangère intégrés dans la société gaditane, la ville se sent obligée de changer son modèle. Elle finit par abandonner son caractère de ville cosmopolite et commerciale pour se transformer en une petite ville tertiaire de province, existant encore politiquement mais en retrait économiquement. Faute de terres et d’espace, ses efforts d’industrialisation seront vains à cause de la concurrence et de la guerre et elle ne redeviendra jamais ce qu’elle était.

Notes

1 Pour l’histoire de Cadix au xviiie siècle, voir Bustos Rodriguez (Manuel), Cádiz en el sistema atlántico. La ciudad, sus comerciantes y la actividad mercantil (1650-1830), Madrid, Sílex, 2005.

2 Voir Bustos Rodriguez (Manuel), « Consulats et consuls à Cadix au xviiie siècle : une approche », La fonction consulaire à l’Époque moderne. L’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1700), dir. Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec, Rennes, P. U. R., 2005, p. 259-277.

3 Kamen (Henri), La España de Carlos III, Barcelone, Critica, 1981, p. 204.

4 Voir André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo, Rennes, P. U. R., 1997, t. I, p. 404.

5 Voir María Pilar Ruiz-Nieto Guerrero, Historia urbana de Cádiz. Génesis y formación de una ciudad moderna, Cádiz, Caja de Ahorros de San Fernando, 1999. Voir aussi Manuel Bustos Rodríguez, « La topografía urbana del Cádiz moderno y su evolución », Revista Atlántica-Mediterránea de Prehistoria y Arqueología Social, Cádiz, 2008.

6 García-Baquero González (Antonio), Cádiz y el Atlántico 1717/1778 (El comercio colonial español bajo el monopolio gaditano), Cádiz, Diputación Provincial de Cádiz, 1988 (rééd.), t. 1, p. 323-330.

7 Cádiz 1753. Según las Respuestas Generales del Catastro de Ensenada, Madrid, Tabapress et alii, 1990 (introduction d’Antonio García-Baquero González), p. 66.

8 Pérez Serrano (J.), Cádiz, la ciudad desnuda. Cambio económico y modelo demográfico en la formación de la Andalucía contemporánea, Cádiz, 1992, p. 147.

9 Cádiz 1753…, op. cit., p. 66.

10 Bustos Rodríguez (Manuel), Los comerciantes de la Carrera de Indias en el Cádiz del siglo XVIII (1713-1778), Cádiz, Universidad, 1995, p. 198.

11 Ibid., p. 198.

12 Cádiz 1753..., op. cit., p. 44-45 et 60.

13 García-Mauriño Mundi (Margarita), La pugna entre el Consulado de Cádiz y los jenízaros por las exportaciones a Indias (1720-1765), Séville, Université de Séville, 1999.

14 Ozanam (Didier), « Fiestas diplomáticas francesas en España (1751-1752) », España festejante. El siglo XVIII, dir. M. Torrione, Malaga, Diputación Provincial, 2000, p. 231-237.

15 Entre 1796 et 1808, le nombre de commerçants français est encore important (entre 100 et 150), mais après l’expulsion de 1808 le décalage est considérable. Voir Arnaud Bartolomei, « Le marchand étranger face à la crise : départ ou intégration ? Le cas de la colonie française de Cadix aux périodes révolutionnaire et impériale », Commerce, voyage et expérience religieuse (xvie-xviiie siècle), dir. A. Burkardt, Rennes, P. U. R., 2007, p. 480-481.

16 Pérez Serrano (J.), Cádiz, la ciudad desnuda..., op. cit., p. 76.

17 Voir Bustos Rodriguez (Manuel),« Cadiz and the Atlantic Economy (1650-1830) », Atlantic History. History of the Atlantic System 1580-1830, dir. H. Pietschmann, Hambourg, Göttingen, 2002, p. 411-435.

Auteur

Docteur en histoire, professeur d’histoire moderne à l’Université de Cadix

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access