Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le consulat de France à Cadix

 | 
Anne Mézin
, 
Anne Pérotin-Dumon

Représentation et présence françaises en Espagne sous Philippe V

Les ambassadeurs de Louis XIV à la cour de Philippe V : des ambassadeurs de famille ?

Guillaume Hanotin

Texte intégral

  • 1 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, leg. 2873, caja 2, (...)
  • 2 « Doméstico : todo lo que se cría en casa, y por esta razón es mans (...)

1Dans le cérémonial diplomatique espagnol de 1717, on employa la formule embajador doméstico1 ou de casa, c’est-à-dire ambassadeur de famille ou de maison2, pour désigner les représentants du roi de France qui étaient envoyés à Madrid. En effet, depuis l’accession du duc d’Anjou au trône de la monarchie espagnole en 1700, les ambassadeurs de Louis XIV à la cour de Madrid jouissaient d’un rang et d’honneurs particuliers, ceux qui étaient attribués aux envoyés d’un prince issu de la même maison. Si la plupart des souverains européens étaient parents entre eux, le Roi catholique était, depuis 1701, le petit-fils du Roi très chrétien et successible à la couronne de France. La présence des ambassadeurs de Louis XIV à la cour de Madrid fut ainsi profondément affectée par le lien qui unissait le nouveau Roi catholique à son grand-père.

  • 3 Dictionnaire de Furetière, 1690 : « Dynastie : Terme d’Historiens, qui (...)
  • 4 Ozanam (Didier), « Dinastía, diplomacia y política exterior », Los Borb (...)

2Cette communication est l’occasion de s’interroger sur ce que signifiait être « ambassadeur de famille » à la cour de Philippe V. Quelle réalité recouvrait cette expression ? S’agissait-il d’une formule réservée à des usages courtisans ou permettait-elle d’appuyer et d’illustrer des rapports nouveaux pour les monarchies française et espagnole ? L’emploi de cette formule laisse en effet penser que la dimension familiale imprimait sa marque dans les rapports entre les princes, dans le cérémonial et donc dans la conduite d’une politique extérieure. Cela signifierait donc que, sans employer le mot de « dynastie »3, les souverains privilégiaient des intérêts dynastiques ou familiaux. Dans un article consacré à la diplomatie et à la politique extérieure des Bourbons, Didier Ozanam s’est interrogé sur la notion de dynastie4. Avant même l’emploi du mot, qui fut plus tardif, les intérêts dynastiques ont-ils prévalu sur d’autres priorités, qui seraient celles de la monarchie ou du royaume ? On a ainsi recherché une « logique de maison ou de famille » dans les relations entre les branches de la Maison de Bourbon, qu’elle soit à Madrid ou à Versailles, comme par exemple dans les clauses des traités. Les intérêts de la famille sont ainsi toujours évoqués à l’heure de signer la paix ou constituer une alliance, comme ce fut le cas lors des Pactes de famille. Toutefois, en dépit des proclamations et du rappel des liens de famille, la défense des intérêts du royaume ou de la monarchie est souvent restée prioritaire. Afin d’apprécier la force du lien entre les Bourbons au début du xviiie siècle, nous allons éclairer la présence des ambassadeurs du roi de France à la cour de Philippe V et l’analyser à l’aune du seul précédent historique alors existant, celui de la Maison d’Autriche.

Un contexte nouveau

  • 5 Désos (Catherine), Les Français de Philippe V. Un modèle nouvea (...)

3Le marquis d’Harcourt était l’ambassadeur de Louis XIV à la cour de Madrid, lorsque Charles II mourut le 1er novembre 1700. Son habileté eut d’ailleurs une grande part dans le choix du duc d’Anjou pour succéder au dernier Roi catholique de la Maison d’Autriche. Toutefois, étant malade, le marquis fut rappelé à la fin de l’année 1701. Dans le contexte d’un conflit imminent, Louis XIV résolut donc d’envoyer un homme de guerre et d’expérience : le comte de Marsin. À Madrid, le comte heurta les grands et la noblesse de cour. Louis XIV décida donc de le remplacer. Il choisit alors le cardinal d’Estrées, un homme rompu aux négociations et aux fonctions d’ambassadeur. Si son prédécesseur s’était attiré la haine de la noblesse, le cardinal dut sa chute à la camarera mayor de la reine, la princesse des Ursins, avec qui les querelles et les disputes devenaient quotidiennes. Le cardinal fut alors remplacé par l’abbé son neveu qui ne réussit pas davantage à convaincre Louis XIV. Le roi choisit comme cinquième ambassadeur en quatre ans le duc de Gramont, qui fut aux yeux du souverain aussi incapable que ses prédécesseurs. Louis XIV se décida alors à choisir un ambassadeur au rang plus modeste, le marquis Amelot de Gournay, qui resta quatre années et demie à Madrid. Son rappel en 1709 s’inscrit d’ailleurs dans le contexte des négociations en vue de la paix et ne tenait nullement dans une mise à l’écart ou disgrâce de l’envoyé du Roi. À cette date, Louis XIV décida de marquer plus nettement la séparation entre les deux monarchies. Il choisit alors Blécourt qui n’était pas ambassadeur mais seulement envoyé extraordinaire. Ce dernier ne joua aucun rôle, si ce n’est de transmettre des mémoires et des rapports5. Ses successeurs furent le comte de Bonnac, qui se garda bien de s’immiscer, et Brancas, qui déplut tant à Philippe V que Louis XIV le rappela, laissant l’agent Pachau gérer les affaires courantes.

4Dans cette valse des ambassadeurs jusqu’en 1705, on peut néanmoins repérer trois éléments communs aux différents ambassadeurs.

La fonction de « ministre du Roi catholique »

  • 6 Morel-Fatio (Alfred), Léonardon (Henri), Recueil des instructio (...)

5Les ambassadeurs reçurent la fonction de « ministre du Roi catholique ». Cela signifiait qu’ils n’étaient plus cantonnés aux seules fonctions de l’ambassadeur, mais qu’ils étaient placés au même rang ou sur un pied d’égalité avec les autres ministres, c’est-à-dire les membres du Despacho. Toutefois, comme le précise la lettre d’instruction donnée à Marsin en 1702, ils en recevaient la fonction et non le titre : « […] il est présentement nécessaire que l’ambassadeur de Sa Majesté soit ministre du Roi catholique ; que, sans en avoir le titre, il en exerce les fonctions […]6. »

6L’ambassadeur du roi de France pouvait ainsi assister au Despacho du Roi catholique, c’est-à-dire ce petit conseil formé pour aider Philippe V à préparer ses réponses à faire aux autres conseils. Il s’agissait en effet, sous cette forme, d’une nouveauté institutionnelle qui surplombait les autres conseils de la polysynodie espagnole. La majeure partie des décisions, des arbitrages et des nominations, ou encore l’octroi des grâces, étaient pris dans ce conseil. L’ambassadeur du roi de France pouvait ainsi relayer très officiellement et secrètement les volontés de Louis XIV et ainsi peser sur la prise de décision en Espagne au début du xviiie siècle. Tous les ambassadeurs depuis le marquis d’Harcourt en 1701 à l’ambassadeur Amelot jusqu’en 1709 – avec une courte interruption en 1704 – ont assisté au Despacho du Roi catholique.

Le cérémonial modifié

7De plus, les ambassadeurs bénéficièrent dès l’avènement de Philippe V d’un traitement de faveur. Ils n’avaient plus à effectuer les visites aux conseillers d’État pour pouvoir rencontrer le souverain. En effet, à leur arrivée à Madrid, les représentants des puissances devaient rendre une visite de courtoisie à chacun des membres du Consejo de Estado, le conseil chargé de la politique étrangère dans la monarchie hispanique.

  • 7 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, (...)
  • 8 Barrios (Feliciano), « Practica diplomatica de la Corte de Espa (...)

8Les ambassadeurs du roi de France reçurent deux faveurs. La première était celle de pouvoir se rendre au palais afin d’avoir un entretien privé avec le Roi catholique sans avoir auparavant accompli les formalités d’usage, comme la visite aux conseillers d’États et l’audience publique7. La possibilité de visiter ainsi Philippe V avant d’avoir effectué les visites aux conseillers d’État et l’audience publique constituait un usage déjà pratiqué sous le règne précédent. En effet, durant le règne de Charles II, les ambassadeurs impériaux pouvaient se rendre directement au palais à leur arrivée à Madrid et obtenir une audience privée avec le souverain8. On justifia donc ici un aménagement du cérémonial pour les ambassadeurs de famille par un usage suivi sous le règne précédent.

  • 9 À l’occasion d’une querelle avec l’ambassadeur de Venise qui pr (...)
  • 10 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, leg. 2873, « N (...)
  • 11 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, leg. 2 (...)
  • 12 Blécourt, qui remplaça le marquis d’Harcourt pendant quelques m (...)
  • 13 Arch. diplomatiques (La Courneuve), CP Espagne, t. 147, lettre (...)

9La seconde faveur était celle de l’inversion des visites aux conseillers d’État. En effet, à l’inverse des autres ambassadeurs, celui du roi de France, comme auparavant ceux de l’Empereur, n’avaient pas à effectuer ces visites avant leur audience publique 9. De plus, en 1712, Philippe V décida que les ambassadeurs n’étaient plus obligés d’être les premiers à rendre visite aux conseillers d’État10. Il revenait aux membres du Consejo de Estado d’être les premiers à visiter l’ambassadeur. Une fois cette démarche accomplie, l’ambassadeur répondait à celle-ci par une autre visite. Cette inversion dans l’ordre des visites visait sans doute à marquer le lien qui unissait le souverain à celui de l’ambassadeur de famille qui arrivait dans sa cour. Cette déférence accordée aux ambassadeurs du même lignage constituait un geste symbolique très fort, mais rappelait également aux membres du Conseil d’État que le souverain était engagé vis-à-vis de sa famille. En effet, la plupart des conseillers d’État étaient par ailleurs grands d’Espagne, c’est-à-dire détenteurs de cette dignité créée par Charles Quint et qui conférait un énorme prestige. Ils étaient très jaloux de leurs privilèges, comme celui des visites des ambassadeurs, car ils considéraient qu’elles faisaient partie du decoro de Su Magestad11 et qu’ils devaient également recevoir des marques de déférence et de respect particulièrement prononcé. En d’autres termes, ils participaient de la majesté du souverain et s’estimaient être inséparables de sa personne, d’où leur refus intransigeant à autoriser qu’un officier puisse être placé entre eux et leur souverain. Or, l’ambassadeur de famille, en rendant visite au souverain dès son arrivée puis en recevant le premier la visite des conseillers d’État avant de leur rendre l’invitation, se plaçait sur le plan symbolique entre la personne du roi et les grands. Depuis 1701, les ambassadeurs n’effectuaient plus les visites en premier aux conseillers d’État, soit que les circonstances l’imposaient, soit que les conseillers d’État n’osaient le reprocher ouvertement au roi12. Amelot nous apprend dans une dépêche que les conseillers se sont rendus chez lui avant que lui ne leur rende visite13.

10Ainsi, outre le fait d’assister au conseil de Philippe V, l’ambassadeur du roi de France jouissait d’égards particuliers dans le cérémonial. À ces traitements courtisans, qui soulignent par un comportement l’attention faite à l’ambassadeur de famille, il faut souligner la place réservée dans l’espace palatin, c’est-à-dire la proximité physique avec le roi.

Le règlement des entrées

  • 14 Gómez Centurión Jiménez (Carlos), « Etiqueta y ceremonial p (...)
  • 15 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, legajo 287 (...)

11Dans le palais de l’Alcazar à Madrid, où Philippe V s’installa, rien ne semblait avoir été modifié depuis les règlements promulgués par Philippe IV. Charles II n’était pas revenu sur les décisions de son père concernant le cérémonial. Il avait seulement procédé à quelques aménagements mineurs. Par une consulte du Consejo de Estado du 28 juillet 1703, on sait que Philippe V avait demandé aux principaux officiers de sa Maison qu’ils rassemblent les documents pour connaître les usages du règlement des entrées14. Avant même qu’il ne fixât lui-même les règles à suivre par un décret en 1704, il décida que le traitement utilisé autrefois pour les ambassadeurs de l’Empereur serait dorénavant employé pour les ambassadeurs de son grand-père15. Pour mieux légitimer son pouvoir, le nouveau souverain reprenait ainsi les usages en vigueur sous la dynastie précédente. De ce fait, il contribua à pérenniser une règle qui s’imposa en dépit d’un changement de maison royale. À la cour de Charles II, les ministres étrangers, par exemple, attendaient le Roi catholique dans l’antichambre des ambassadeurs avant de se rendre à la chapelle. À l’inverse, l’ambassadeur impérial pouvait rejoindre la galerie des Grands, anciennement la galerie du Roi, où il pouvait rester avec les grands et les conseillers d’État, c’est-à-dire les membres du Consejo de Estado.

  • 16 Gómez Centurión Jiménez (Carlos), « Etiqueta y ceremonial…  (...)

12En 1709, de nouvelles règles réorganisèrent également l’accès aux appartements et à la chambre du Roi. Il y avait dorénavant deux entrées16. La première donnait accès à la chambre du Roi dès son réveil aux chefs des Casas Reales, au capitaine et au sergent major des gardes du corps, aux grands, aux gentilhommes de la chambre en exercice, aux conseillers d’État, aux ministres du Despacho, aux colonels des gardes d’infanterie et aux domestiques chargés d’assister le roi pour s’habiller. La seconde entrée était réservée aux mayordomos mayors, aux títulos de Castille, aux ministres étrangers et membres des différents conseils. Entre 1701 et 1709, l’ambassadeur de Louis XIV, étant également « ministre du Despacho », avait donc accès à la chambre dès la première entrée.

13Ce règlement ne semble plus suivi après le ministère d’Alberoni. Le duc de Saint-Simon, envoyé en ambassade sous la Régence de 1721 à 1722, souligna la confusion qui régnait dans les entrées au sein du palais. Quoi qu’il en soit de l’application du règlement, on reconnut dès le début du règne une place particulière à l’embajador doméstico et il profita entre 1701 et 1709 de sa fonction – sans en avoir le titre – de « ministre du Despacho » pour être placé dans une proximité avec le roi aussi marquée que celle des grands et jouir ainsi d’une prééminence de fait sur les autres ambassadeurs. Par la suite, au cours du xviiie siècle, les ambassadeurs du roi de France avaient le droit de se placer dans une salle plus en avant que celle des autres ambassadeurs et donc être toujours plus proche du roi d’Espagne.

14Toutefois, en dépit d’un usage du cérémonial calqué sur celui de la dynastie précédente et sur le renouvellement des liens entre les rameaux de la paison de Bourbon par les Pactes de famille au xviiie siècle, le lien entre Versailles et Madrid ne fut jamais aussi fort que celui qui avait prévalu sous les rois de la Maison d’Autriche. La faiblesse du lien chez les Bourbons – en dépit de ce qui fut organisé au début du règne de Philippe V au plan du cérémonial – laisse penser, avec Didier Ozanam, que la logique dynastique s’effaçait donc derrière des intérêts plus nationaux. Pourtant, il faut tenter de mieux apprécier ce qui singularisa les relations entre les deux branches de la Maison d’Autriche pour évaluer le poids réel des logiques dynastiques dans les relations internationales.

Une comparaison utile : les souverains de la Maison d’Autriche

15Sans se lancer dans une analyse complète des rapports dynastiques, nous souhaiterions simplement livrer ici quelques éléments de comparaison entre les deux Maisons royales qui se succédèrent en Espagne à l’époque moderne.

  • 17 Osborne (Toby), Dynasty and diplomacy in the court of Savoy : p (...)
  • 18 Sutter Fichtner (Paula), Ferdinan I of (...)
  • 19 Edelmayer (Friedrich), Söldner und Pensionäre : das Netzwerk Ph (...)
  • 20 Richard Bonney définit l’État dynastique comme une union person (...)

16Plusieurs études ont déjà éclairé la notion de dynastie. On pense aux travaux de Toby Osborne pour la Savoie17, de Paula Fichtner Sutter18 et de Friedrich Edelmayer19 pour les premiers souverains de la Maison d’Autriche ou encore ceux de Didier Ozanam pour les règnes de Ferdinand VI et Louis XV. Si l’on considère qu’un État dynastique est la réunion personnelle de plusieurs royaumes, comme le suggère Richard Bonney20, une première distinction apparaît. À l’inverse de la Maison d’Autriche, la famille de Bourbon ne réalisa jamais d’union personnelle des différents territoires, comme cela avait été le cas durant le règne de Charles Quint, moment jugé par ailleurs comme l’acte fondateur de la dynastie et duquel tous les souverains, impériaux et espagnols, se réclamaient être les dignes héritiers. Il y eut donc une union personnelle d’un ensemble de territoires dans la personne de Charles Quint, alors que, dans le cas des Bourbons, ce ne fut qu’une éventualité ou une hypothèse à laquelle Philippe renonça lors des traités d’Utrecht.

  • 21 Baviera (Adalberto de), Maura Gamazo (Gabriel), Documentos inéditos (...)

17La seconde distinction entre les deux familles tient à ce que les Rois catholiques devaient recourir à l’investiture impériale comme pour le duché de Milan. À cette investiture, il ajouter que les Pays-Bas espagnols et les possessions de Franche-Comté étaient du ressort du Cercle de Bourgogne et relevaient donc à l’origine de la diète d’Empire. Un héritage juridique soudait ainsi les deux branches de la famille. D’ailleurs, durant la guerre de Succession, l’Empereur rappela à ses sujets dans la proclamation du 7 mai 1702 que Charles II ne disposait pas à son bon plaisir des territoires des Flandres puisque, à la diète impériale de 1548, il avait été reconnu qu’elles appartenaient au Cercle de l’Empire et que, à ce titre, les rois d’Espagne étaient donc sujets aux lois impériales21.

  • 22 Parker (Geoffrey), The army of Flanders and the Spanish road (...)

18Enfin, comme l’a démontré Geoffrey Parker22, la route des Flandres constituait la colonne vertébrale de la défense de la monarchie espagnole. Or, cette structure s’appuyait sur les liens entre les deux branches, autant qu’elle les renforçait. Les relations entre l’Empire et la monarchie espagnole aux xvie et xviie siècles se caractérisent par le soutien apporté par Vienne à Madrid et, inversement, aucun souverain n’ayant osé remettre en cause l’équilibre défini par Charles Quint. La cour de Vienne dépendait des fonds envoyés par le souverain de Madrid pour se défendre des Turcs, quand le Roi catholique avait besoin de l’appui de l’Empereur pour défendre ses possessions de Franche-Comté et des Flandres.

19Ainsi, les liens familiaux qui unissaient les deux branches de la Maison de Bourbon eurent une traduction concrète dans le cérémonial de la cour de Madrid, où les ambassadeurs de Louis XIV jouissaient des droits et des règles qui avaient été en usage au temps de la Maison d’Autriche. Cette continuité des usages et des règles permettait d’asseoir la légitimité de la nouvelle famille royale en l’inscrivant à la suite de la Maison d’Autriche.

20Toutefois, en dépit des honneurs et des privilèges accordés aux ambassadeurs de Louis XIV, les liens ne furent jamais aussi forts entre les deux branches de la Maison de Bourbon que dans la précédente, dévoilant ainsi un poids de la « dynastie » dans la Maison d’Autriche que dans celle qui lui succéda en 1701. On peut néanmoins nuancer ce poids asymétrique des liens de famille, puisque la puissance du lien dynastique dans la Maison d’Autriche tenait davantage et surtout à la constitution de l’Empire et de la monarchie espagnole, dépendantes l’une de l’autre pour leur sécurité. Le soin continu porté par les membres de la Maison d’Autriche à aider et soutenir leur cousin ou leur frère tenait donc autant aux besoins propres à leurs couronnes et à leurs royaumes qu’à une logique dynastique.

Notes

1 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, leg. 2873, caja 2, « Reglamento del zeremonial que S. Magestad (Dios le guarde) à tenido por vien de mandar se observe desde ahora en adelante con todos los ministros de Coronas, Republicas y demas Príncipes Extrangeros que vinieron a esta corte… », 25 avril 1717.

2 « Doméstico : todo lo que se cría en casa, y por esta razón es manso y apacible, más de lo que se cría en el campo ; y no solo al animal llamamos domésticos, mas aun al que está obediente al padre o al señor », Sebastián de Covarrubias Horozco, Tesoro de la lengua castallana o española, Ignacio Arellano (dir.), Madrid, Universidad de Navarra, « Biblioteca Áurea Hispánica » (21), 2006 [1611].

3 Dictionnaire de Furetière, 1690 : « Dynastie : Terme d’Historiens, qui se dit d’une lignée ou suite de Rois qui ont regné l’un aprés l’autre dans un Royaume. On fait souvent mention des Dynasties des Perses, des Assyriens, des Medes, etc. Ce mot vient de dynastia, Grec derivé de dynasthai, qui signifie estre puissant, estre Roy. » Le mot fit son entrée dans le dictionnaire de l’Académie en 1718.

4 Ozanam (Didier), « Dinastía, diplomacia y política exterior », Los Borbones : dinastía y memoria de nación en la España del siglo xviii, Marcial Pons/Casa de Velázquez, 2001, p. 17-46.

5 Désos (Catherine), Les Français de Philippe V. Un modèle nouveau pour gouverner l’Espagne (1700-1724), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2009, p. 183.

6 Morel-Fatio (Alfred), Léonardon (Henri), Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française, t. XII, Espagne, Paris, 1898 p. 21.

7 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, leg. 2873, caja 2, « Reglamento… », art. 2 : « […] teniendose entendido que por lo que mira al embaxadaor de Francía, se ha de practicar lo mismo que por lo pasado en tiempo del E. rey Carlos  y sus antezesores, de la Casa de Austria, se hacía y observava con el Embaxador de Alemanía, considerandole como domestíco, este cumplimento pues como de Casa, podrá el mismo día que llegare a la Corte ir en derechura a Palacio y tener audiencia privada de S. M. a diferencia de los otros. »

8 Barrios (Feliciano), « Practica diplomatica de la Corte de España a principios del siglo xviii : notas a un reglamento de ceremonial de 1717 », Revista de Estudios Políticos, n° 62, octobre-décembre 1988, p. 180.

9 À l’occasion d’une querelle avec l’ambassadeur de Venise qui prétendait s’exonérer des visites, Amelot expliqua à Louis XIV que l’ambassadeur impérial durant les règnes précédents et dorénavant ceux du roi de France pouvaient obtenir leur audience publique avant de visiter les conseillers d’État. La question était de savoir si l’ambassadeur devait visiter les conseillers d’État avant d’être reçu par le roi d’Espagne en audience publique. Les Vénitiens prétendaient que cela n’avait jamais été le cas auparavant pour les représentants des têtes couronnées. Les conseillers d’État assuraient à l’inverse que cet usage était immémorial et que « les ambassadeurs des autres puissance n’y ont pas fait de difficulté à la réserve de celui de l’Empereur, du tems que la maison d’Austriche reignoit en Espagne, et à la réserve aussi de celui de France depuis l’avènement de Philipes V à la couronne. Que M. le duc d’Harcourt lui-même a satisfait à cet usage lorsqu’il fut la première fois ambassadeur à Madrid du temps Charles second » [lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er août 1707, fol. 99].

10 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, leg. 2873, « Noticia de lo resuelto para Su Magestad a consulta de 4 de septiembre de 1712 sobre el puntto de ceremonial que han de observar los ministros publicos con los señores consejeros de Estado. […] Con los embaxres ordinarios y extraordinarios de Franzia, manda Su Mgd no se practique esta regla genl, sino que se siga la misma que se observo, y pratico con los embajadores así ordinarios como extraordinarios del emperador hasta el fallecimiento del Sor Rey Dn Carlos Segdo, esto es, que quando llegan a su alojamiento a esta corte conducidos del conductor, embian recado de su arribo a los Sres de Estado, y despues de volberles el de bien venida, visitan primero a los embaxres y estos les buelben la visita antes de la primera audiencia publíca de S. Mgd a diferencia de los demas embaxres que a su arribo a esta cortte, visitan primero a los Sres de Estado. »

11 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, leg. 2873, caja 1, consulte du 4 septembre 1712 : « Que este consejo logra la espezial honrra de ser el único collateral que V. Mgd tiene, y su Rl Persona el Presidentes, de que es buena prueva el haver estado siempre, y estar el día de oy permanente, y prevenido en la Sala de el Consejo, el Bufete, y el Rl asiento de V. Magd como si efectivamente concurriese todos los días, por si gustare basar a el, sin que preceda otra circunstancias que tomar el asiento ; que entre V. Magd y este Consejo, no media otro ningún tribunal, como no medían tampoco en Roma entre el Papa, y el Ministerio de los cardenales ; en Franzia, entre Su Magd Xtma y los ministros del Estado de su gavinete, en Alemania, entre el emperador, y el consejo que llaman de la conferencia ; y en Inglaterra, entre aquellos Reyes, y el Consejo Privado. »

12 Blécourt, qui remplaça le marquis d’Harcourt pendant quelques mois durant l’année 1701, n’eut pas besoin de les effectuer pour être accrédité [MAE, CP Espagne, t. 171, lettre de Torcy à Brancas, 21 novembre 1707, fol. 30].

13 Arch. diplomatiques (La Courneuve), CP Espagne, t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fol. 47.

14 Gómez Centurión Jiménez (Carlos), « Etiqueta y ceremonial palatino durante el reinado de Felipe V : el reglamento de entradas de 1709 y el acceso a la persona del rey », Hispania, LVI/3, n° 194, 1996, p. 986.

15 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Estado, legajo 2873, Real orden de Philippe V du 4 octobre 1703 à don Joseph de la Puente : « He resuelto que los embajadores de Francia sean tratados en la misma conformidad que por lo pasado lo han sido los de Alemania, y assí lo participo al Consejo de Estado para que lo tenga entendido y disponga su observancia en la parte que le toca. »

16 Gómez Centurión Jiménez (Carlos), « Etiqueta y ceremonial… », op. cit., p. 993.

17 Osborne (Toby), Dynasty and diplomacy in the court of Savoy : political culture and the Thirty Year’s War, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

18 Sutter Fichtner (Paula), Ferdinan I of Austria : the politics of dynasticism in the age of the Reformation, Columbia, Columbia University Press, 1982.

19 Edelmayer (Friedrich), Söldner und Pensionäre : das Netzwerk Philipps II. im Heiligen Römischen Reich, Vienne, Wien Verlag für Geschichte und Politik München Oldenbourg, 2002.

20 Richard Bonney définit l’État dynastique comme une union personnelle de territoires (« A dynastic state was in essence a personal union of territories ») [Bonney (Richard), The European Dynastic States (1494-1660), Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 525].

21 Baviera (Adalberto de), Maura Gamazo (Gabriel), Documentos inéditos referentes a las postrimerías de la Casa de Austria en España, Madrid, Real Academia de Historia, 2004, p. 1425.

22 Parker (Geoffrey), The army of Flanders and the Spanish road 1567-1659 : the logistics of Spanish Victory and defeat in the Low Countries’ wars, Cambridge-Londres-New York, Cambridge University Press, 1972.

Auteur

Agrégé d’histoire et docteur en histoire moderne, maître de conférences en histoire moderne à l’université Michel de Montaine (Bordeaux)

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access