Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

Charles de Gaulle parmi les siens

L’entourage du général de Gaulle

Une figure exemplaire : René Brouillet

Jean-Yves Perrot

Texte intégral

1Pour un non historien de formation ou de métier, fût-il passionné et attentif au bon soin des archives, il est sans doute naturel d’éprouver un sentiment mêlé de fierté et d’imprudence, d’avoir accepté l’honneur de participer à une journée d’étude sur l’entourage du général de Gaulle.

2Mais ce scrupule, un élément contribue, sinon à le surmonter tout à fait, en tout cas à le conjurer quelque peu, c’est le fait de présenter ce témoignage à quelques jours, presque une semaine exactement, avant la date du vingtième anniversaire de la disparition, le 28 novembre 1992, de René Brouillet, puisque c’est de lui qu’il s’agit et, de surcroît, de le faire en présence de son fils, mon ami Alain Brouillet.

Un profil classique pour l’entourage du général de Gaulle

3Les caractéristiques personnelles et professionnelles qui sont les siennes ne le distinguent guère, à première vue, de nombreux membres de l’entourage gaullien.

4René Brouillet est en effet d’abord un résistant. Aux côtés de Gaston Palewski, qui était avec le Général à Londres au temps de la France libre, il incarne au sein du cabinet, en 1944, où il entre, dès le 27 août, deux jours après la Libération de Paris, la Résistance intérieure. Dès 1938, sa réaction instinctive face aux accords de Munich, qui le cueillent à Prague, où il fait la connaissance d’Hubert Beuve-Méry, correspondant du journal Le Temps, peu de temps avant de rencontrer Georges Bidault, alors éditorialiste à L’Aube, préfigure ce que sera sa réaction face à la défaite et à l’occupation nazie. Il est d’ailleurs significatif que Brouillet passe, en 1944, de la direction du cabinet de Bidault, président du Conseil national de la Résistance, fonction dans laquelle Bidault a succédé à Jean Moulin, à la fonction de directeur-adjoint du cabinet du chef du Gouvernement provisoire de la République.

5Passage d’autant plus naturel et aisé, que René Brouillet fait alors partie de cette petite cohorte de hauts fonctionnaires qui, aux côtés de Michel Debré et dans la droite ligne de certains travaux conduits avant-guerre au sein du Cercle polytechnicien d’études économiques (plus connu sous le nom de X-crise), ont préparé le cadre administratif nécessaire au rétablissement des institutions républicaines et au redressement de la France. Alors conseiller référendaire à la Cour des comptes, où il est entré après avoir réussi le concours de l’auditorat en 1938, Brouillet est de ceux qui, selon le témoignage de Michel Debré, cachent pendant la guerre, au milieu des liasses de la Cour, des secrets plus lourds encore que ceux des comptes.

6La deuxième caractéristique qui apparente Brouillet au profil classique des collaborateurs directs du Général tient à sa formation, à son parcours de brillant sujet, qui lui a permis, après avoir obtenu plusieurs prix au Concours général, d’intégrer l’École normale supérieure, dont le prestige est alors à son zénith, en ces temps où l’ENA, dont il sera plus tard l’un des fondateurs, n’existe pas encore et où les écoles de commerce n’ont en rien pris la place qui est devenue la leur. Il est d’ailleurs, en parallèle, diplômé de ce qui s’appelle encore l’École libre des sciences politiques.

7La troisième caractéristique non distinctive – si l’on ose dire - de René Brouillet par rapport à l’entourage du Général tient à son appartenance à la haute fonction publique civile, successivement à la Cour des comptes, où il entre en 1938 comme major de sa promotion au concours de l’auditorat, puis au Corps diplomatique, au sein duquel, après y avoir été détaché dès 1946, il se fait titulariser en 1959 jusqu’à y être élevé, en 1969, à la dignité d’ambassadeur de France.

Un membre du cercle immédiat du Général

8René Brouillet fera partie pendant au total plus de six ans de l’entourage direct du Général, dont, d’une certaine façon, on pourrait soutenir, sans exagérer, qu’il n’est jamais vraiment sorti, même lorsque ses fonctions l’en ont, en apparence, physiquement éloigné.

9Il est d’abord, du 27 août 1944 au 20 janvier 1946, directeur-adjoint du cabinet du chef du Gouvernement provisoire de la République. Période fondatrice, au cours de laquelle les gaullistes issus de la guerre et de la Résistance vont jeter - et d’abord entre eux, j’y reviendrai - les bases humaines de la geste gaullienne. Sur le rôle personnel de René Brouillet pendant cette période, on dispose essentiellement de témoignages indirects : celui notamment de Claude Mauriac qui, grâce au double sésame de son père et de l’amitié de Claude Guy, se trouve exercer, à 30 ans tout juste, les fonctions de secrétaire particulier du Général ; celui de Michel Debré, dans le tome 1 de ses Mémoires, intitulé Trois Républiques pour une France ; celui, enfin, plus récent, de Georges Pompidou, à travers la correspondance qu’il a échangée, depuis cette période jusqu’à la fin de sa vie, avec René Brouillet.

10De ces témoignages concordants, plusieurs points se dégagent : d’abord une atmosphère particulière de camaraderie et d’amitié, dont beaucoup garderont une sorte de définitive nostalgie. Il est assez aisé de la comprendre : elle naît du sentiment qu’éprouvent ces tout jeunes trentenaires (Brouillet est né en 1909, Pompidou en 1911, Debré en 1912, Claude Mauriac en 1914, …) de la chance historique qui est la leur de participer à la reconstruction de la France. Sentiment particulièrement fort pour cette génération qui a vécu le « coup de faux » de mai 1940 comme une troisième épreuve pour la France, après la saignée de 1914-1918 et la défaite de Sedan, qu’avait pourtant déjà suivie une tentative de « réforme intellectuelle et morale », dont tous ces jeunes esprits, lecteurs de Taine et de Renan, sont, à l’époque, encore tout pénétrés.

  • 1 Michel Debré, Trois Républiques pour une France : mémoire, Paris, Albin Michel, 1984, p. 365.
  • 2 Lettre de Georges Pompidou à René Brouillet du 14 juillet 1946, dans Georges Pompidou, Lettres, not (...)

11Deux témoignages sont très représentatifs de leur état d’esprit : celui, d’abord, de Michel Debré : « je resterai au cabinet du Général jusqu’à son départ […]. J’y approfondirai mon amitié profonde et fidèle pour deux ambassadeurs de France, René Brouillet et Étienne Burin des Roziers […]. Enfin, j’y fais la connaissance d’un jeune chargé de mission, ami de René Brouillet, le normalien Georges Pompidou, avec lequel je me lie »1 ; celui, ensuite, de Georges Pompidou : « Dis bien à Donnedieu que je ne l’oublie pas. Je n’ai pas retrouvé et je ne suis pas près de retrouver l’atmosphère amicale du petit cabinet que nous formions tous les trois »2.

  • 3 François Broche, Le dernier jour du général de Gaulle, Paris, Éd. de l’Archipel, 2010.

12Brouillet, de son côté, est soucieux de la charge - matérielle et morale - immense que porte son patron. Pour le soulager quelque peu, il propose à De Gaulle de transférer à son ministre d’État Jules Jeanneney, auprès de qui il a commencé entre février 1939 et septembre 1940, comme chef-adjoint de cabinet à la présidence du Sénat, l’exercice du droit de grâce. Mais il se heurte alors à un refus catégorique, dont la motivation ne peut que le toucher profondément : « l’exercice du droit de grâce est la prérogative la plus haute d’un chef d’État, qui n’a de comptes à rendre qu’à Dieu »3.

13Ensuite, à partir du 9 juin 1958 jusqu’en janvier 1959, René Brouillet est secrétaire général aux Affaires algériennes, fonction dont il n’est pas besoin de souligner à quel point, en ces années-là, elle suppose un lien de confiance absolue avec le général de Gaulle.

  • 4 Georgette Elgey, De Gaulle à Matignon, Paris, Fayard, 2012.

14Dans son dernier tome, depuis longtemps attendu, sur l’histoire de la IVe République, intitulé De Gaulle à Matignon, Georgette Elgey évoque le rôle de René Brouillet dans cette fonction, créée le 9 juin 1958 et directement rattachée à celui qui est encore le dernier président du Conseil de la IVe République4.

15Après quatre années passées en Tunisie comme secrétaire général du Gouvernement tunisien, poste sensible dans cette période marquée par la remise en cause de la présence de la France, Brouillet a continué d’entretenir des liens étroits avec les autorités locales, qui lui rendent d’ailleurs visite à Rome, où, après avoir retrouvé Georges Bidault au Quai d’Orsay comme directeur adjoint de son cabinet entre 1951 et 1953, il est, de 1953 à 1958, conseiller à l’ambassade de France auprès du Saint-Siège.

  • 5 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

16Sans doute est-ce cette expérience réussie en Tunisie, doublée de la confiance absolue du Général, qui lui vaut, bien qu’il connaisse peu l’Algérie, d’être nommé secrétaire général aux Affaires algériennes. Il y a conduit, du 25 avril au 4 mai 1958, un « voyage d’études et d’information », à la tête d’une délégation de hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères. Le 4 juin 1958, il s’envole d’ailleurs pour l’Algérie avec le Général et trois ministres, Jacquinot, Guillaumat et Lejeune. Assez curieusement, c’est de façon très indirecte, dans une lettre adressée au cardinal Gerlier, archevêque de Lyon, que Brouillet explicite sa position sur l’Algérie. On ne sera pas surpris, compte tenu de sa personnalité, de constater qu’il le fait en des termes plus moraux que politiques : « je pense, pour ma part que, lorsqu’une cause est juste, elle doit être défendue jusqu’au bout, quoi qu’il en coûte. Je pense aussi que l’on peut traiter et discuter avec l’erreur et l’injustice lorsqu’on est vainqueur ; jamais, ajoute l’ancien résistant, lorsqu’on est vaincu. L’armistice de 1940, ajoute-t-il, m’a toujours paru une monstruosité ». On croirait lire Camus… Et le grand serviteur de l’État d’ajouter aussitôt à l’adresse du cardinal, accusé par certains d’être un « mauvais Français », simplement pour s’être entretenu, en marge d’un congrès de l’Action catholique générale, avec deux représentants du FLN, dans une formule qui n’est pas sans rappeler la stricte séparation des ordres évoquée par le Christ lui-même entre Dieu et César - où l’on pourrait, sans exagération, voir la racine même du principe de laïcité - : « sauf à se déclarer en révolte contre la loi, c’est au Gouvernement ou à ses représentants, et à eux seuls, qu’il incombe d’agir »5.

  • 6 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Plon, 1970, p. 51.

« Tout ce qui était important au sujet de l’Algérie, écrit le Général dans le tome 1 de ses Mémoires d’espoir, était évoqué, sous ma présidence, au sein d’un conseil restreint réunissant les ministres - et d’abord le Premier - les hauts-fonctionnaires et les généraux intéressés, René Brouillet […] ayant à centraliser les affaires comme secrétaire général »6.

17Brouillet s’attache, dans cette petite équipe, le concours de deux membres du Conseil d’État, Bernard Tricot et Pierre Racine, qui affichent, l’un et l’autre, la conviction que seuls les Algériens pourront régler les problèmes de l’Algérie, en allant, s’il le faut, jusqu’à l’indépendance. Si Brouillet lui-même, conformément à son éthique de toujours, se garde d’afficher la moindre position personnelle sur le sujet, le choix qu’il fait, en toute connaissance de cause, de ces deux collaborateurs n’en vaut sans doute pas moins indication sur ce qu’il sait ou sur ce qu’il sent, dès cette époque, de l’inclination, sur ce sujet si douloureux, de la pensée du général de Gaulle lui-même, sur laquelle l’éclaire d’ailleurs son ami Georges Pompidou, alors directeur du cabinet du Général à l’Hôtel Matignon.

  • 7 Olivier Guichard, Mon Général, Paris, Grasset, 1980, p. 367.

18Dans son livre de souvenirs, sobrement intitulé Mon général, Olivier Guichard évoque comment, au début de la Ve République, s’établirent les relations entre Pompidou et Brouillet : « le nouveau secrétaire général pour les Affaires algériennes avait peu pratiqué le Général depuis 1946 et ses délicieux scrupules, son sens aigu de la nuance psychologique, son extrême sensibilité l’amenaient à avancer avec circonspection dans une aventure dont il prévoyait la fin ». Après ce remarquable portrait psychologique de Brouillet, Olivier Guichard ajoute : « Pompidou guida ses premiers pas avec beaucoup de finesse. Ce n’était qu’un juste retour des choses puisque Brouillet, en 1945, au cabinet du Général, en avait fait autant pour lui. Leur entente profonde, née bien avant la guerre, ne connut pas de faille jusqu’en 1974 ».7

  • 8 Olivier Guichard, op. cit., p. 444.

19Entre-temps, en effet, la chrysalide Pompidou est devenue papillon : « quand, en 1945, René Brouillet avait amené Pompidou au cabinet du Général pour suivre les questions d’éducation nationale, celui-ci, fidèle à son habitude, avait dû le prendre de confiance et le voir relativement peu. Puis le jeune normalien était devenu maître des requêtes. Sa formation se complétant, il avait appris en peu de temps parce qu’il travaillait vite ; tout le monde l’aimait bien : le Général en fit son cabinet civil à lui tout seul »8.

  • 9 Pierre Lefranc, Avec qui vous savez, Paris, Plon, 1979.

20Enfin, de 1959 à 1961, René Brouillet est à l’Élysée comme directeur de cabinet du chef de l’État. Il fait partie de ceux que Pierre Lefranc appelle « les quatre grands de la maison », ceux que « le Général voyait chaque jour de la semaine »9, à savoir le secrétaire général, alors Geoffroy de Courcel, le secrétaire général pour les Affaires africaines et malgaches, alors Jacques Foccart, et le chef d’état-major particulier.

  • 10 Pierre Viansson-Ponté, Histoire de la République gaullienne, Paris, Fayard, 1980, tome 1, p. 141 : (...)

21Dans l’organisation que met en place le général de Gaulle à son arrivée à l’Élysée, l’organe-clé est le secrétaire général, en charge des affaires de l’État : « il représente le chef de l’État auprès des ministres et du Premier d’entre eux, de l’armée, de l’administration, des corps de l’État, des ambassadeurs. Il porte la parole royale et, au pied du mur, prend des initiatives – et d’abord celles d’en référer ou non au souverain ».10 René Brouillet en prend la direction en 1959. Sa double proximité personnelle avec le chef de l’État depuis 1944 et avec le Premier ministre Michel Debré, à qui le lie une amitié ancienne et indéfectible, en fait un rouage important de la relation entre les deux hommes. Elle se révélera particulièrement précieuse pendant l’affaire algérienne, notamment lors de la semaine des barricades à Alger et lorsque, le 4 novembre 1960, c’est à Brouillet que reviendra le soin de prévenir Michel Debré que le général de Gaulle a procédé à un second enregistrement de son discours télévisé où, pour la première fois, il parle de « république algérienne », phrase capitale « qui vaut promesse d’indépendance » et annonce un prochain référendum.

22Michel Debré aura beau protester, ce sera en vain ; le processus qui conduira à l’indépendance vient de franchir une étape décisive et irréversible.

23De par sa fonction, René Brouillet est bien sûr, comme au sein de tout cabinet, celui qui, avec le secrétaire général, distribue la parole à ceux - huit ou dix, pas plus - qui forment le noyau dur de la machine élyséenne. Les échanges sont brefs ; il s’agit en quelques minutes - le temps de chacun est compté - d’évoquer « les faits saillants et les questions à traiter ».

  • 11 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

24À René Brouillet, en plus des repas officiels (« vous devez, lui dit le Général, me faire recevoir tout ce qui compte dans le pays »), revient le soin particulier de composer le cercle des déjeuners restreints, ceux qui se déroulent dans la salle à manger privée de l’appartement, à partir d’une consigne simple que lui a donnée le Général pour fixer ce que doit être, à ses yeux, le nombre idéal de convives : « plus que les Grâces, moins que les Muses », soit entre quatre et huit personnes11.

  • 12 Pierre Lefranc, Avec qui vous savez, Paris, Plon, 1979.

25À lui, comme à tous, s’impose une obligation, que son tempérament personnel le conduit à respecter avec sans doute plus de facilité que beaucoup d’autres : celle du silence absolu sur ce qu’il leur est donné de connaître des affaires du pays dans le cadre de leur charge. Même à une époque où Internet n’existe pas encore et où les médias sont moins inquisiteurs qu’aujourd’hui, on imagine aisément les sollicitations de toute nature qui entourent les membres du cabinet du général de Gaulle. Comme l’a écrit plaisamment Pierre Lefranc, en acceptant de rester bouche cousue, « nous acceptons la désagréable situation de passer soit pour des comparses, soit pour des imbéciles, le plus souvent pour les deux »12. Pas sûr que Brouillet d’ailleurs aurait repris à son compte cette formulation : pour lui, ce silence va de soi ; il participe du devoir d’État et il est en quelque sorte le revers de l’honneur qu’il y a à servir le général de Gaulle.

  • 13 Alain Peyrrefitte, Le Figaro, 28 novembre 1974.
  • 14 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

26Discret par tempérament et par vocation, René Brouillet s’est rarement exprimé sur le général de Gaulle. À sa mort, Alain Peyrefitte écrira : « il aurait eu tant de choses à révéler dans des Mémoires ! Mais il s’interdisait d’écrire et presque de parler. C’était la grandeur d’une servitude choisie »13. Le témoignage qu’il a donné le 28 novembre 1974 n’en est que plus éclatant : « Au service de l’État, au service de la France, Charles de Gaulle, jusqu’au bout, scrupuleusement, a été fidèle à lui-même […] Il est, il demeure celui que j’aurai vu se fixer le plus haut, avec la plus totale abnégation, la barre, que, au nom de ce qu’il considérait comme le devoir, il s’assignait pour mission de franchir »14.

27Bel hommage, où l’admiration le dispute à la fidélité et dont l’analyse n’est pas absente : Brouillet témoigne d’un destin conçu et exécuté chaque jour dans l’exigence du service, dans le désintéressement, dans l’impératif de se hisser et de se maintenir constamment au niveau le plus élevé, parce qu’il est le seul qui permette de trouver des réponses adaptées à l’intérêt national.

28Pour le général de Gaulle, la quintessence du pouvoir tient en effet dans le service rendu au pays. Il en est la seule justification, la seule raison d’être. Dès que disparaissent les conditions qui permettent de le rendre utilement et efficacement, le Général s’efface : de là, le sens de ces deux démissions, celle du 20 janvier 1946 et celle du 27 avril 1969. Là où d’autres vivent l’exercice du pouvoir comme un instrument de jouissance personnelle, qui n’exclut d’ailleurs pas toujours le sentiment du devoir et peut même parfois avantageusement coexister avec lui, le Général porte une vision sacerdotale, voire sacrificielle, de l’exercice du pouvoir suprême, directement liée en lui à ce que d'aucuns ont pu qualifier de « rigueur janséniste ». Est-il besoin de souligner à quel point cette conception élevée du service trouvait écho chez René Brouillet, dont le parcours et les convictions ne pouvaient que se reconnaître dans cette vision gaullienne du service de l’État et du pays ?

  • 15 Georgette Elgey, De Gaulle à Matignon, Paris, Fayard, 2012.

29Après avoir rappelé ce parcours, parfaite illustration de la méritocratie républicaine, Georgette Elgey souligne qu’à l’égard du général de Gaulle, avec qui (depuis qu’il a été directeur-adjoint de son cabinet en 1944) il est toujours resté en contact, « René Brouillet éprouve une admiration sans borne, qu’il ne cherche pas à dissimuler ; il ne supporte pas la moindre critique formulée à son encontre ». « En 1970, écrit-elle, à la nouvelle de sa mort, cet homme, si réservé, éclate en sanglot et pleure comme un enfant ». Il vit le service de l’État comme un apostolat, allant jusqu’à dire à ses collaborateurs : « vous servez l’État, vous êtes comme un prêtre »15.

Une figure forte et singulière

30Mais, au delà de ces présences successives - pendant au total près de six ans dans l’entourage direct du Général -, le rôle propre de René Brouillet permet de le considérer comme une figure forte et singulière au sein de cet entourage - trait d’autant plus remarquable que tout, dans la personnalité de cet homme, que je tiens personnellement pour un salésien, au sens où saint François de Sales disait que « le bien fait peu de bruit et le bruit peu de bien », se situe dans la retenue et dans la discrétion.

31Cette singularité, je la discerne autour de trois caractéristiques. Brouillet réussit d’abord le tour de force d’être fidèle à la fois au Général et à celui qui fut, avec Jules Jeanneney, l’un de ses premiers patrons, à savoir Georges Bidault. Et ce, bien sûr, malgré les dissentiments, puis les dissensions irrémédiables survenus, à propos de l’Algérie, entre Bidault et De Gaulle. La singularité de Brouillet tient aussi au fait que la vie lui a permis d’avoir une contribution personnelle très particulière et décisive dans la structuration durable et essentielle de l’entourage du Général, puisque c’est lui qui y a fait pénétrer Georges Pompidou, grâce aux liens d’amitié qui existaient entre eux. Enfin et surtout, la particularité de Brouillet tient au registre qui était le sien, que l’on peut tenter de cerner en regardant ce que furent les vrais choix personnels, dans la carrière de René Brouillet, en dehors de sa participation directe à l’entourage du général de Gaulle.

32À l’aune de ce critère, ce qui frappe, c’est l’appétence de René Brouillet pour la Rome vaticane, plus précisément pour participer à la représentation de la France auprès du Saint-Siège. Au total, en deux séjours, séparés l’un de l’autre par une période de cinq ans passée au service du Général, René Brouillet choisit d’y être affecté, d’abord comme ministre-conseiller, de 1953 à 1958, lorsqu’il quitte le cabinet de Georges Bidault au Quai d’Orsay, puis comme ambassadeur auprès du Saint-Siège de 1963 à 1974, séjour dont le succès et la durée exceptionnels lui vaudront d’accéder, en 1969, à la dignité d’ambassadeur de France. Soit, au total, plus de quinze ans passés auprès du Saint-Siège.

  • 16 Édouard Balladur, « Allocution du Premier ministre M. Édouard Balladur », Messe célébrée le 26 nove (...)
  • 17 Ibid., p. 12.

33Selon les termes d’Édouard Balladur, alors Premier ministre, dévoilant le 26 novembre 1993, à Saint-Louis des Français, au terme d’une messe-anniversaire célébrée par le cardinal Etchegaray, une plaque qui perpétue la mémoire de René Brouillet dans cette ville qu’il a tant aimée, « cette mission récapitule toute sa vie »16 dans une « vocation qui lui a permis, en un même mouvement, d’accomplir son devoir terrestre dans l’exercice des responsabilités nationales, tout en vivant sa foi comme la lumière et l’aiguillon de sa vie »17.

34Cette conciliation, si naturelle pour l’enfant de Cleppé, qui avait, dans une époque pourtant si frontale idéologiquement, celle du début du xixe siècle, reçu de son père Antonin, instituteur laïc, les fondements de son savoir, tandis qu’il apprenait les rudiments du latin du curé de la paroisse, René Brouillet l’a manifestée avec éclat, en mettant en résonance, au service de la paix du monde et du développement des peuples, la diplomatie gaullienne et les initiatives diplomatiques audacieuses du pape Paul VI, de Bombay à Jérusalem en passant par les Nations unies.

  • 18 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

35Nul doute qu’à cette aune, la proximité particulière - peut-être faudrait-il dire unique - entre lui et le général de Gaulle se situait, pour paraphraser Péguy, à « la jointure du charnel et du spirituel ». C’est sans aucun doute dans cet esprit qu’il entendit le général de Gaulle exalter les liens historiques entre la France et l’Église catholique en péroraison de son allocution prononcée devant la communauté catholique française de Rome, réunie villa Bonaparte, le 31 mai 1967, au terme de sa visite officielle au pape Paul VI, dans des termes que je vais me permettre de rappeler : « l’Église est éternelle et la France ne mourra pas. L’essentiel, pour elle, est qu’elle reste fidèle à ce qu’elle est et, par conséquent, fidèle à tous les liens qui l’attachent à notre Église. C’est le cas et c’est pourquoi, quoi qu’il arrive, et quels que soient les dangers des événements, quelles que soient les crises, quels que soient les drames que nous avons à traverser, par dessus tout et toujours, nous savons où nous allons : nous allons, même quand nous mourons, vers la vie »18.

36Paroles inimaginables et sans doute imprononçables aujourd’hui, dans une France que son évolution a conduit à réaffirmer, en le revisitant, son principe de laïcité, souvent si difficile à comprendre pour des étrangers. Mais paroles essentielles, prononcées en toute connaissance de cause, et qui, tout en éclairant, d’abord, les ressorts profonds de la pensée et de l’action du général de Gaulle, éclairent aussi, me semble-t-il, la couleur particulière, ou pour mieux dire la couleur propre, qui fut celle de l’action de René Brouillet dans l’entourage du Général.

  • 19 Laurent de Gaulle, Une vie sous le regard de Dieu. La foi du général de Gaulle, Paris, Éditions de (...)
  • 20 Laurent de Gaulle, op. cit., p. 19.

37Sans doute faut-il, en effet, pour comprendre la fidélité de René Brouillet à Charles de Gaulle et surtout la couleur propre qu’elle a donnée à son destin professionnel, mais aussi à son destin tout court, aller à la racine de ce qui, en profondeur, les unit : leur foi chrétienne. Dans son livre Une vie sous le regard de Dieu, Laurent de Gaulle, petit-neveu du Général, souligne sa « conviction que, sans la foi et une relation singulière et régulière avec Dieu, Charles de Gaulle n’aurait pas existé tel que nous le connaissons. Il n’aurait pas accompli son œuvre de salut pour la France et une partie du monde »19. Dans tous les épisodes de sa longue vie, Laurent de Gaulle discerne « les symptômes d’un grand croyant, la marque chrétienne, franciscaine parfois, de l’homme sur le dirigeant », le tout « empreint d’un infaillible respect de la laïcité et de l’impartialité de l’État »20.

  • 21 Journal d'Égypte, 20 avril 1941.

38Dès 1941, en répondant à un journal égyptien, de Gaulle ne déclarait-il pas : « Je suis un Français libre. Je crois en Dieu et en ma patrie »21 ? Faut-il rappeler en outre que, symboliquement, le général de Gaulle réservait au pape le premier exemplaire de l’édition originale de chaque volume de ses Mémoires ?

39Jamais, sans doute, Charles de Gaulle, chef de l’État et président d’une République laïque, n’ira plus loin dans l’expression publique de sa foi que dans cette allocution qu’il prononce au Vatican le 31 mai 1967, devant le pape Paul VI, puis, quelques heures plus tard, devant la communauté française catholique de Rome à la villa Bonaparte. Ce n’est évidemment pas un hasard si René Brouillet se trouve à cet instant à ses côtés, sans doute habité, en entendant ces paroles, davantage par le sentiment d’une pleine communion spirituelle entre eux, que par la satisfaction fonctionnelle - pourtant si intense… - qu’éprouve, dans ces minutes, l’ambassadeur de France auprès du Saint-Siège.

40Que René Brouillet fût un homme de fidélité, les symboles qu’il choisit de faire figurer sur le pommeau de son épée d’académicien que lui remit Michel Debré le disent assez : la croix de Lorraine y côtoie la tour de son village natal, celle du château des comtes du Forez ; la cathédrale de Carthage y voisine avec la coupole de Saint-Pierre, aux côtés d’une évocation discrète de son épouse et de ses sept petits-enfants.

  • 22 Pierre-Louis Blanc, Retour à Colombey, Paris, Éd. PDGR, 2011.

41Cette fidélité discrète qui est sa marque, Brouillet la manifestera jusqu’au bout. Le 12 novembre 1970, jour des obsèques du Général, il est à Colombey. Mais, bien sûr respectueux des dernières volontés du Général, il n’est pas dans l’église, réservée ce jour-là à la famille du Général, à l’ordre de la Libération, aux habitants du village. Non loin de là, à côté de la librairie Piot, Brouillet regarde à la télévision la retransmission de la cérémonie, en compagnie de Geoffroy de Courcel, d’Étienne Burin des Roziers, d’Étienne Dennery et de Pierre-Louis Blanc, tous désireux de pouvoir se recueillir ensuite au plus vite sur la tombe du Général22.

  • 23 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

42L’émotion qu’il ressent alors, on en trouve la trace dans une lettre qu’il adresse, quelques jours plus tard, le 16 novembre 1970, à Georges Pompidou : « Mon cher Georges, pas plus que toi et moi ne nous a trouvés prêts le départ de ce monde de nos pères par le sang et la chair ; pas davantage nous n’étions préparés à cette disparition du Général et, maintenant plus que jamais, nous mesurons la place qu’il tenait au cœur de nos vies. »23

  • 24 Archives privées Noëlle Brouillet.

43On ne saurait trop solliciter la pensée d’un tel homme. C’est pourquoi vous me permettrez, en terminant, de citer simplement la dédicace que le général de Gaulle apposa sur la photographie- souvenir qu’il lui confia en 1961, lorsqu’il quitta l’Élysée pour devenir ambassadeur de France en Autriche : « À René Brouillet, mon témoin dans l’effort, mon compagnon sur la route, mon ami d’hier, d’aujourd’hui et de demain »24.

Notes

1 Michel Debré, Trois Républiques pour une France : mémoire, Paris, Albin Michel, 1984, p. 365.

2 Lettre de Georges Pompidou à René Brouillet du 14 juillet 1946, dans Georges Pompidou, Lettres, notes et portraits (1928-1974), Paris, Robert Laffont, 2012, p. 179.

3 François Broche, Le dernier jour du général de Gaulle, Paris, Éd. de l’Archipel, 2010.

4 Georgette Elgey, De Gaulle à Matignon, Paris, Fayard, 2012.

5 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

6 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Plon, 1970, p. 51.

7 Olivier Guichard, Mon Général, Paris, Grasset, 1980, p. 367.

8 Olivier Guichard, op. cit., p. 444.

9 Pierre Lefranc, Avec qui vous savez, Paris, Plon, 1979.

10 Pierre Viansson-Ponté, Histoire de la République gaullienne, Paris, Fayard, 1980, tome 1, p. 141 : « Le cabinet est plus léger […] ; c’est l’organe de fonctionnement interne de la Présidence ou plus exactement des affaires de la Nation, c’est à dire des contacts avec les forces vives du pays ».

11 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

12 Pierre Lefranc, Avec qui vous savez, Paris, Plon, 1979.

13 Alain Peyrrefitte, Le Figaro, 28 novembre 1974.

14 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

15 Georgette Elgey, De Gaulle à Matignon, Paris, Fayard, 2012.

16 Édouard Balladur, « Allocution du Premier ministre M. Édouard Balladur », Messe célébrée le 26 novembre 1993 à Saint-Louis-des-Française par S. E. Monsieur le cardinal Roger Etchegaray en présence de Monsieur Édouard Balladur et inauguration d'une plaque à la mémoire de S. E. Monsieur René Brouillet, ambassadeur de France, plaquette-souvenir, s. l., p. 11.

17 Ibid., p. 12.

18 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

19 Laurent de Gaulle, Une vie sous le regard de Dieu. La foi du général de Gaulle, Paris, Éditions de l’Œuvre, 2009, p. 19.

20 Laurent de Gaulle, op. cit., p. 19.

21 Journal d'Égypte, 20 avril 1941.

22 Pierre-Louis Blanc, Retour à Colombey, Paris, Éd. PDGR, 2011.

23 Arch. nat., 110AJ Fonds René Brouillet.

24 Archives privées Noëlle Brouillet.

Auteur

Conseiller maître à la Cour des comptes, en service détaché ; président-directeur général de l'Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (IFREMER)

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access