Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

Charles de Gaulle parmi les siens

Les conseillers du général de Gaulle à l’Élysée (1959-1969)

Éric Chiaradia

Texte intégral

  • 1 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir. Le renouveau, 1958-1962, Paris, Plon, (...)

1Par conseillers du général de Gaulle, premier président de la Ve République du 8 janvier 1959 au 28 avril 1969, on entend, selon les propres mots du chef de l’État, son « entourage » ou sa « Maison », vocables qui seront repris ensuite par tous ceux qui en ont été et par les chercheurs1. Ce nombreux ensemble compte presque deux cents personnes pour les deux mandats du général de Gaulle sur un peu plus de dix ans. Parmi eux, 30 % environ sont des militaires, des officiers généraux et supérieurs essentiellement, fait unique dans l’histoire institutionnelle des républiques françaises. Pour autant, civils et soldats sont-ils les conseillers du Président ? Rien n’est moins sûr. Il convient donc d’examiner d’un peu plus près ces cent quatre-vingt-seize hommes qui travaillent dans la première demeure de France, le Palais de l’Élysée. Qui figure dans la proximité du général de Gaulle ? Quel rôle joue-t-on auprès d’une personnalité éminente qui situe son action à un haut niveau historique ? Quelles images ce groupe donne-il de lui-même hier et aujourd’hui ?

Plusieurs types de conseillers dans l’« entourage »

  • 2 Trois secrétaires généraux se succèdent (Geoffroy de Courcel, 8 janvier (...)

2Le 8 janvier 1959, le jour même où est nommé le premier gouvernement de la Ve République - celui de Michel Debré - paraît un arrêté présidentiel qui porte l’en-tête « Présidence de la République. Nominations auprès du Président de la République ». Trois articles identifient, dans l’ordre hiérarchique, le secrétaire général de la présidence de la République, le directeur du cabinet du président de la République et le chef de l’état-major particulier du président de la République, deux hauts fonctionnaires civils et un officier général. Un autre arrêté, daté du même jour, nomme « auprès du Président de la République, Président de la Communauté » le secrétaire général pour la Communauté2. Voilà, hérités de la IIIe République, en ce qui concerne le secrétaire général et le directeur du cabinet, créés en ce qui concerne le chef d’état-major particulier et le secrétaire général pour la Communauté, les quatre premiers « collaborateurs » du chef de l’État - l’apparition des deux derniers découle de la mise en œuvre de la Constitution de 1958. En effet, ses articles 5 (« Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. »), 15 (« Le Président de la République est le chef des armées. Il préside les conseils et les comités supérieurs de la Défense nationale. ») et 21 (« Il est responsable de la défense nationale. ») confèrent au Président de larges pouvoirs. En ce qui concerne la toute neuve Communauté, l’article 80 précise que « le Président de la République préside et représente la Communauté ». L’article 82 signale que « le Conseil exécutif de la Communauté est présidé par le Président de la Communauté ». Le choix de proches collaborateurs s’impose donc.

  • 3 Jean Lacouture, De Gaulle. Tome 3 : Le souverain 1959-1970, Paris, Seui (...)

3Peu à peu, au cours de l’année 1959, l’usage veut que chaque « grand » vienne rendre compte au chef de l’État de son activité, au cours d’une audience quotidienne vespérale, dont la durée varie tant par l’importance des affaires que par l’urgence des événements. Jusqu’en avril 1969 donc, le général de Gaulle voit chaque jour ses quatre principaux « conseillers », à l’exception du samedi et du dimanche, des voyages qu’il entreprend et de ses séjours à Colombey-les-Deux-Églises. Mais rien n’est moins figé, si les circonstances l’exigent. Les agendas présidentiels et le Journal de l’Élysée de Jacques Foccart - dont on ne dispose qu’à partir du 31 décembre 1964 - font état de plusieurs conversations quotidiennes, à la suite d’une convocation du général de Gaulle. Le bureau du secrétaire général de la Présidence ne jouxte-t-il pas celui du chef de l’État ?3

  • 4 Étienne Burin des Roziers, Retour aux sources. 1962, l’année décisi (...)
  • 5 Tous les aides de camp ont peu ou prou laissé des souvenirs ou des arch (...)

4Chaque « grand » s’occupe d’un domaine particulier. Pour reprendre les mots d’Étienne Burin des Roziers, le secrétaire général suit les affaires de l’État, c’est-à-dire l’activité des ministères ; le directeur du cabinet met en relation le chef de l’État et la nation (audiences, réceptions, visites à Paris et en province), le secrétaire général pour la Communauté traite des rapports entre la France et ses territoires africains – indépendants en 1960. Les questions militaires relèvent du chef d’état-major particulier4. Pour cela, chacun s’entoure d’assistants qui communiquent avec eux et avec le général de Gaulle par des notes. Quatre conseillers techniques figurent auprès du secrétaire général, en charge respectivement des affaires économiques et financières, des affaires étrangères, des affaires sociales et des questions institutionnelles et juridiques. Il n’y a pas de conseiller technique au cabinet, mais certains chargés de mission, en particulier ceux qui ont en charge les affaires politiques et le service de presse/information, travaillent au contact du général de Gaulle. Une décision du 24 juin 1960, renouvelée par un décret du 16 mai 1961, fait de l’unique conseiller technique du secrétariat général pour la Communauté un véritable secrétaire général adjoint qui remplace son chef. Enfin, à l’état-major particulier, un sous-chef d’état-major est, sans texte publié, aussi admis à travailler auprès du Président. Les autres membres de l’entourage sont les chargés de mission, groupés en équipes autour d’un conseiller technique, et les membres de l’état-major particulier. Ils travaillent d’une manière hiérarchique et verticale et ils rédigent des notes dans leur secteur d’activité. Les trois aides de camp et les agents du protocole, rattachés au cabinet, ont l’avantage d’être au contact permanent pour les premiers, d’organiser les réceptions pour les seconds. Ils ont tous le privilège insigne de côtoyer le général de Gaulle d’une manière continue5.

  • 6 Le contre-amiral Georges Flichy est nommé le 15 avril 1969, deux semain (...)
  • 7 Les conseillers techniques du Secrétariat général chargés des questions (...)

5Mais, dans cette immense cohorte, seulement ceux qui sont ou qui font fonction de conseillers techniques méritent d’être qualifiés de « conseillers », en plus des « quatre grands ». Encore faut-il tenir compte de la durée de leur fonction6. Ce groupe restreint ne compte, pour les dix années de la présidence, que vingt-cinq noms7. Pourquoi méritent-ils alors d’intégrer le cercle de proximité du général de Gaulle ?

Peut-on conseiller le général de Gaulle ?

  • 8 Henry Kissinger, À la Maison blanche 1968-1973, Paris, Fayard, 1979, p. (...)

6Henry Kissinger, qui a été adjoint pour les questions de sécurité nationale des présidents Nixon et Ford de décembre 1968 à novembre 1975, a bien défini ce qu’était un conseiller. Ce dernier dispose de la confiance de son chef. Il a accès à lui plusieurs fois par jour. Il figure dans sa proximité en de nombreuses circonstances. Il sait argumenter8. Il reste longtemps en poste. Ces critères sont largement valables pendant la république gaullienne. Pourquoi le général de Gaulle accorde-t-il attention et confiance à ses conseillers techniques ? Comment le travail de ces derniers infléchit-il la pratique des institutions dans un sens présidentiel ?

  • 9 De Gaulle et les élites, dir. Serge Berstein, Pierre Birnbaum et Je (...)
  • 10 Charles de Gaulle, Le Renouveau, 1958-1962, op. cit., p. 297.

7« Conseiller technique » ne signifie pas « éminence grise », qui décide seule ou au sein d’un groupe. D’après le Dictionnaire grec-français d’Anatole Bailly, tekhné veut dire « art, habileté à faire quelque chose », d’abord au sens manuel, mais il est aussi question d’« habileté et savoir », d’« art de la parole ou du raisonnement ». Ce savoir, les collaborateurs le tiennent de leur formation. Si le général de Gaulle n’est pas le premier chef de l’État à recruter parmi les anciens élèves des grandes écoles civiles et militaires, il amplifie de beaucoup le mouvement. D’une manière générale, les deux tiers de l’entourage ont passé par une grande école avec une montée en puissance rapide. En 1959, 56,2 % des membres de l’entourage est concerné. En 1969, le pourcentage franchit les trois quarts. Parmi les grandes écoles, l’École nationale d’administration se taille la part du lion avec 18,9 % de l’ensemble des fonctionnaires civils en 1969, en particulier les quatre conseillers techniques du Secrétariat général et les deux chargés de mission les plus importants du cabinet. L’École nationale de la France d’outre-mer domine, avec le même pourcentage, le secrétariat général pour la Communauté. Les officiers généraux sont issus des grandes écoles militaires. En aval des grandes écoles, la part des grands corps de l’État est importante. Si on ne retient que les « quatre grands », un seul, Jacques Foccart, est exportateur de son état. Parmi les vingt-cinq plus proches conseillers, sept (Jacques Foccart, Olivier Guichard, Xavier Babin de Lignac/Jean Chauveau, Pierre Lefranc, Xavier de Beaulaincourt, Pierre Chabrand et Jacques Patin) ne sont ni membres du Conseil d’État, ni de la Cour des comptes, ni du Corps diplomatique, ni de l’Inspection des finances, qui fournissent l’écrasante majorité des membres de l’entourage. En 1969, les « quatre grands » et les principaux conseillers proviennent tous des grands corps de l’État. Le savoir appris dans les grandes écoles et la spécialisation donnée par les corps plaisent au général de Gaulle9. Il dépolitise ainsi le sommet de l’État, parce qu’il écarte un entourage partisan, hérité à la fois des républiques parlementaires défuntes et de son cabinet de la présidence du Conseil de 1958-1959, et cela dès 1959-1960. « En somme, j’exerce ma fonction de manière à conduire l’exécutif, à maintenir le législatif dans les limites qui lui sont imparties […]. Mais, en outre, j’ai activement affaire aux grands Corps qui conseillent l’État, au lieu de n’avoir avec eux que des rapports de forme et de convenance », peut-il écrire plus tard, lorsqu’il retrouve la France des structures10.

8Pourtant, les politiques, qui ont suivi le général de Gaulle depuis qu’il préside, à partir de 1947, le Rassemblement du peuple français, ne sont pas systématiquement écartés. Ils forment l’autre branche des principaux collaborateurs. Olivier Guichard, chef de cabinet de 1952 à 1958, devient ensuite directeur adjoint du cabinet en 1958-1959, puis conseiller technique. Jacques Foccart, secrétaire général du RPF à partir de décembre 1954, figure deux fois comme conseiller technique auprès du général de Gaulle de 1958 à 1960, avant d’entamer une longue carrière à la tête du Secrétariat général pour la Communauté. Les Français libres, dont l’engagement militaire remonte à 1940, ne disparaissent jamais non plus. Les secrétaires généraux Geoffroy de Courcel et Étienne Burin des Roziers, le directeur du cabinet Xavier Daufresne de La Chevalerie, Xavier de Lignac, Pierre Lefranc, les généraux Jean Olié, Louis Dodelier, André Lalande, Henri de Bordas, Renaud de Corta, Michel Fourquet, l’amiral Édouard Rivière en sont. Élites de la République et élites patriotiques se côtoient donc au service de l’État. Mais, avec les dernières, le général de Gaulle garde le contact avec la France qui le soutient. Au total, avec les deux groupes, le général de Gaulle a une relation directe avec la France qu’il estime le plus.

  • 11 « L’Entourage » et De Gaulle, op. cit., p. 35.

9La confiance valorise enfin ceux qui figurent plusieurs fois dans l’entourage. Huit des quatorze « quatre grands » y ont au moins appartenu deux fois entre 1940 et 1969. Huit des vingt-cinq principaux conseillers sont dans le même cas, avec une nette prédilection pour les « politiques » (Xavier de Beaulaincourt, Jacques Foccart, Olivier Guichard, René Journiac, Pierre Lefranc, Jacques Narbonne, Jacques Patin, les généraux Henri de Bordas et Gabriel Gauthier). Dans quelle mesure, alors, ces diverses personnalités forment-elles, pour le général de Gaulle, selon le mot de René Brouillet, « un relais capable de l’aider à réunir le maximum d’éléments d’appréciation et de décision » ?11

  • 12 De Gaulle et ses Premiers ministres, 1959-1969, Paris, Plon, 1990, p. 2 (...)
  • 13 Un politique : Georges Pompidou, dir. Jean-Paul Cointet, Bernard La (...)

10« Ce que le Général attendait de ses collaborateurs était clair : d’abord l’informer, ensuite lui soumettre des éléments de réflexion, enfin, dans les cas où il le prescrivait expressément, transmettre ses directives. Notre devoir était d’accomplir ces missions sans aller au-delà. » Ces propos de Geoffroy de Courcel confirment le témoignage de René Brouillet et ils donnent le ton sur le rôle de l’« entourage », de la disparition du général de Gaulle au début des années quatre-vingt-dix12. Mais dans les faits et très vite, on a affaire à de véritables conseillers du Président, à la manière américaine. Déjà, le passage à la Présidence du Conseil de juin 1958 à janvier 1959 a préparé le cabinet, dirigé par Georges Pompidou, à des tâches de conception. Plusieurs colloques montrent l’importance de ce dernier dans tous les domaines de l’activité constitutionnelle et législative, d’autant plus que le gouvernement légifère par ordonnance et use du référendum – le 28 septembre 1958 pour faire approuver la nouvelle Constitution 13.

  • 14 De Gaulle et ses Premiers ministres, 1959-1969, op. cit., p. 27, qu (...)
  • 15 Charles de Gaulle, Le Renouveau, 1958-1962, op. cit., p. 91.
  • 16 De Gaulle et ses Premiers ministres, op. cit., p. 30.
  • 17 Jacques Narbonne [De Gaulle et l’éducation. Une rencontre manquée, Pari (...)
  • 18 De Gaulle et ses Premiers ministres, 1959-1969, op. cit., p. 28, et (...)

11Geoffroy de Courcel indique que la technicité est mise au service d’une pratique présidentielle des institutions : préparation de l’avant-jour du Conseil des ministres, soumission par le secrétaire général et le secrétaire général du Gouvernement du projet d’ordre du jour, communication des dossiers à étudier à l’Élysée, assistance des deux hauts fonctionnaires au Conseil des ministres, établissement du procès-verbal de séance par eux, puis arrêté par le Président14. La présence silencieuse des « grands » et des principaux conseillers va s’étendre aux comités et conseils qui se créent progressivement. L’élément déclencheur est une crise grave qui se produit en plein cœur de la guerre d’Algérie. La « semaine des barricades » algéroise (24 janvier-1er février 1960) fournit l’occasion, pour le chef de l’État, de mettre sous sa « coupe directe les Affaires algériennes »15. Sous l’autorité de celui-ci, un Comité des affaires algériennes est institué et son secrétariat est confié au secrétaire général de la Présidence, assisté par un conseiller technique, en l’occurrence Bernard Tricot16. Dès lors, la présidentialisation du régime s’élargit avec l’institution de conseils restreints dans tous les domaines (affaires étrangères, affaires africaines et malgaches, affaires économiques et financières, éducation nationale…). Les « quatre grands » et leurs collaborateurs y figurent toujours en tant qu’assistants muets, chargés d’établir un relevé de décisions fidèle à la pensée gaullienne et donc à leur travail en amont17. Dans un autre domaine, dès février-mars 1959, la « Note Tricot », déduite d’une lecture présidentielle de la Constitution, attribue au chef de l’État la signature de plusieurs décrets réglementaires non soumis à l’examen en Conseil des ministres. Geoffroy de Courcel y ajoute, en mars 1959, les nominations de certaines catégories de fonctionnaires18. Dans le même temps, une intense pratique référendaire - trois référendums en 1961-1962 - valide les décisions du chef de l’État, décisions auxquelles les conseillers élyséens ont largement contribué. Le soutien du peuple souverain à l’action présidentielle conforte donc son entourage dans un rôle technicien éminent. Ce dernier n’est pas entravé par un écran législatif chronophage et avide de concessions et il dispose du temps pour agir et pour réformer.

Une large contribution à la présidentialisation

12La mise en œuvre de la Constitution en 1959 et l’urgence d’une situation difficile, la guerre d’Algérie, ont donné de la vigueur à l’entourage. Les principaux conseillers ont-ils tenté alors d’avoir une action plus personnelle avec un véritable ascendant ? Les membres du gouvernement, la presse et l’« entourage » dans ses souvenirs donnent une image qui oscille entre intervention et contribution à la mise en œuvre de la politique gaullienne.

  • 19 Jean Foyer, op. cit., p. 136 et 196-198 : « Il était en effet, je le cr (...)
  • 20 Bernard Tricot, Mémoires, Paris, Quai-Voltaire, 1994, p. 220. D’après Bernard (...)
  • 21 De Gaulle et ses Premiers ministres, 1959-1969, op. cit., p. 25, où (...)

13Beaucoup de ministres, d’après leurs témoignages, ont craint de voir limiter leur champ d’action. Jean Foyer, par exemple, a savoureusement décrit, au temps où il était secrétaire d’État chargé des relations avec les États de la Communauté (5 février 1960-18 mai 1961), puis ministre de la Coopération (18 mai 1961-14 avril 1962), la relation qu’il avait avec le secrétariat général de Jacques Foccart. Il a dit que la nomination et l’action de ce dernier en faisaient le véritable ordonnateur de la politique africaine du général de Gaulle. Ces écrits corroborent bien le lien direct qu’avait l’Élysée sur les relations stratégiques entre la France et son ancien empire colonial d’Afrique noire19. Georges Pompidou, ancien directeur du cabinet du président du Conseil en 1958-1959, Premier ministre depuis avril 1962, rappelle au nouveau secrétaire général de la Présidence Bernard Tricot, les règles du fonctionnement au sommet de l’État : « Le premier collaborateur du Général, c’est moi : le secrétaire général de la Présidence ne doit pas avoir d’idées. » La réponse de Bernard Tricot est dénuée d’ambiguïté, tant la pratique s’est installée depuis près de dix ans : « J’avais répondu que le secrétaire général ne devait pas tenter d’avoir sa politique à lui, mais qu’il ne pouvait pas ne pas avoir d’idées : s’il jugeait qu’elles en valaient la peine et étaient susceptibles d’application, il devait en faire part au Président et si celui-ci l’approuvait, il devait s’efforcer de les faire adopter et appliquer. » Il cite ensuite plusieurs réformes des années 1968-1969, entreprises après le départ de Georges Pompidou, dont une des explications est le conflit avec l’entourage gaullien20. Au fond, Geoffroy de Courcel, lorsqu’il se penche, à la fin de sa vie, sur sa propre expérience, avait tracé la voie, en accord avec les services du Premier ministre, puisqu’il « s’agissait de suggérer au Président et au Premier ministre d’examiner ensemble certaines questions qui pouvaient devenir urgentes, de leur signaler les risques de divergence au sein du gouvernement ou des administrations civiles et militaires, de veiller à ce que les positions dégagées au cours de ces entretiens fussent bien traduites dans les faits »21.

  • 22 Jean-Maxime Lévêque et Alain Plessis, « Les mécanismes de décision (...)
  • 23 Ibid., p. 140-142.
  • 24 Jacques Foccart, Tous les soirs avec De Gaulle. Journal de l’Élysée (...)
  • 25 Jean Foyer, op. cit., p. 132 : « Le chef de l’État, avec lequel le trav (...)

14À l’échelon des conseillers techniques, l’initiative est accélérée par la compétence. De Jacques Foccart à Bernard Tricot, de Jacques Narbonne aux chefs adjoints de l’état-major particulier, l’expertise prime. Elle s’impose aux historiens et elle est étayée par les faits. Jean-Maxime Lévêque, conseiller technique chargé des affaires économiques et financières, confirme bien son rôle prospectif22. Cependant, ses notes, en 1962-1963, lui valent plusieurs entretiens consignés par l’agenda présidentiel. En conséquence, lors de plusieurs conseils restreints, ses idées imposent le plan de stabilisation (de 1963) aux services ministériels23. De 1959 à 1969, les interférences entre la « Maison » présidentielle et les ministères ne cessent pas, tant les limites des prérogatives semblent floues…, y compris entre les « grands » eux-mêmes !24 Sans doute aussi, le caractère du chef de l’État explique-t-il ces « conflits », en particulier son impatience liée à sa soif d’action25.

  • 26 Pierre Viansson-Ponté, Les Gaullistes. Rituel et annuaire, Paris, E (...)
  • 27 Jean Ferniot, Je recommencerais bien. Mémoires, Paris, Grasset, 199 (...)
  • 28 Henry Coston, Onze ans de malheur. Le règne infernal, Paris, Publ. Henr (...)
  • 29 Serge Berstein, Histoire du gaullisme, Paris, Perrin, 2001, p. 224.

15Face à cela, la presse écrite, majoritairement opposée au nouveau régime parce qu’elle y a perdu ses relais d’information, peint la montée du « super-gouvernement » élyséen. Deux journalistes du Monde, Pierre Viansson-Ponté puis André Passeron, approfondissent ce concept dès 1960. L’absence de communication avec les journalistes, le silence et le secret qui entourent le travail fondent cette théorie26. D’autres nomment cela, avec un mot promis à un bel avenir, le « Château »27. D’autres enfin, soucieux de régler de vieux comptes de la Libération, exagèrent la victoire de la technostructure et des fonctionnaires qui coûtent cher au budget de la nation28. Sans doute, ces interprétations ont-elles porté et une partie de l’opinion a suivi, comme elle persistait aussi à voir dans les collaborateurs de 1958-1959 un « gouvernement occulte », exécutant de la politique gaullienne29. Pourtant, aussi, fait unique depuis le début de la Ve République, les Français voient l’entourage dans son ensemble. Par deux fois dans l’année - une fois en 1968 et aucune en 1969 -, la télévision publique diffuse l’intégralité des conférences de presse du général de Gaulle. À droite de l’estrade présidentielle figurent les ministres. Face à eux, la caméra montre la « Maison » élyséenne, réunie et imposante, présentée d’une manière uniforme. Mais l’auditeur et le téléspectateur entendent, par la bouche du chef de l’État, l’expertise fournie par les conseillers en attendant de les écouter autrement.

  • 30 Michel Tauriac, op. cit., accorde une attention particulière aux petits (...)
  • 31 Pierre Nora, « Les Mémoires d’État », et « Gaullistes et communistes », (...)

16Après le décès du général de Gaulle, beaucoup, parmi les anciens de l’entourage, font paraître leurs souvenirs sous plusieurs formes, de l’article au recueil, en passant par l’entretien oral. Le premier, Xavier de Lignac, sous son pseudonyme Jean Chauveau, publie un article, « Journaliste avec De Gaulle », le lendemain de la mort du général de Gaulle. D’aucuns continuent encore aujourd’hui avec la même volonté de parler avant de disparaître. Qu’il s’agisse de présenter « l’homme » ou de se raconter, tous valorisent un âge d’or où chacun avait sa place sous l’œil bienveillant d’un chef exigeant30. Si les répétitions fabriquent souvent de la « mémoire morte », si beaucoup se sont tus – en particulier les « grands », ce qui produit encore plus de « mémoire morte », si les plus éloignés du général de Gaulle ont beaucoup écrit, il n’en demeure pas moins que les souvenirs de l’entourage se hissent au niveau de la mémoire de l’État. Pour le public, encore nombreux à regarder avec nostalgie les « années De Gaulle » dans une ère bien morose depuis la mort du héros, ces textes, qui suivent les Mémoires d’espoir, entretiennent un phénomène que l’académicien Pierre Nora nomme « gaullogogie ». Ils sont une des ressources, incontournable, de l’Histoire. Mais ils n’en délivrent pas moins « une certaine idée de la France », dans laquelle, d’une manière ou d’une autre, ils projettent la leur31.

17Avec près de deux cents personnes masculines entre janvier 1959 et avril 1969, l’entourage gaullien est dense. Même le nombre moyen annuel accroît l’impression de masse ! Une hiérarchise rigoureuse isole ceux qui ont accès au général de Gaulle de ceux avec qui la communication physique est rare. Les nominations du 8 janvier 1959 se font « auprès du Président de la République » et elles valorisent les « quatre grands ». Par leur longue fréquentation du général de Gaulle, par leur présence à ses côtés en de multiples manifestations et par leur silencieuse compétence, ils appartiennent à la catégorie des « conseillers » aux avis écoutés proposée par Henry Kissinger. Les nombreux échanges avec le chef de l’État, renforcés par des réunions périodiques entre eux, contribuent à déterminer une part de l’avenir.

18Leurs collaborateurs, quelques conseillers techniques, quelques chargés de mission, certains officiers généraux accèdent aussi au général de Gaulle. Ce qu’ils disent et ce qu’ils écrivent a, pour le chef de l’État, une grande valeur. Leur permanence renforce la confiance que leur porte leur chef. Les autres agents voient le général de Gaulle, lui fournissent aussi des notes, mais ils ont un rôle moindre. En résumé, le rang dans la « Maison » présidentielle et les spécificités de chacun, soit par la rencontre antérieure avec Charles de Gaulle, soit par l’appartenance aux grands corps de l’État, soit par la carrière, aident à la mise en œuvre de la décision présidentielle.

  • 32 Charles de Gaulle, Le Renouveau, 1958-1962, op. cit., p. 290. Isabelle (...)

19La presse écrite critique les gens de l’ombre, qui dépossèdent les ministres et le Parlement de leurs attributions. C’est inexact, mais la montée en puissance de l’« entourage » débute dès 1959-1960 et elle accompagne une intense pratique référendaire qui valide les décisions du chef de l’État - des décisions auxquelles les conseillers principaux sont fortement associés. Grâce à son arbitrage qui décide, le président de la République conduit l’exécutif, bien servi par les collaborateurs efficaces qui suivent des secteurs déterminés, en poste sur une durée qui permet d’agir. Au palais présidentiel, la vie est réglée sur celle du général de Gaulle, avec un protocole strict, mais qui laisse une large part à l’humain. En effet, on ne perd jamais de vue le général de Gaulle, qui vous connaît, en bon militaire et en bon chef. Même le départ du service ne rompt pas l’attachement réciproque que l’on se porte. On peut donc transposer, sans craindre l’erreur, les phrases que le président de la République a destinées aux membres du gouvernement de Michel Debré : « Aussi longtemps qu’ils furent en place, j’ai porté sincèrement à tous estime et amitié. De tous, j’ai reçu des témoignages d’attachement. Chez tous, j’ai senti la conviction que l’œuvre de renouveau menée à mon appel par leur équipe était à la dimension de l’Histoire. »32

Obsèques du maréchal Juin, 1er février 1967

Obsèques du maréchal Juin, 1er février                     1967

Le général de Gaulle s’adresse à Bernard Durand, introducteur des ambassadeurs, chef du Protocole et, à ce titre, membre de la « Maison » présidentielle. Au troisième rang, derrière Georges Pompidou, Jacques Foccart s’entretient avec Étienne Burin des Roziers ; le secrétaire général du Gouvernement, Jean Donnedieu de Vabres, précède le vice-amiral d’escadre Jean Philippon, tourné vers la droite et qui cache, en partie, le chargé de mission Gilbert Pérol [selon les indications de Pierre Bas et Philippe de Maistre, conseillers-maîtres (h) à la Cour des comptes].

Coll. part.

Notes

1 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir. Le renouveau, 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 309. Le mot « Maison » apparaît, par exemple, sous la plume du général de Gaulle le 9 avril 1960, dans une lettre à son directeur de cabinet, René Brouillet, pour féliciter la qualité du service des personnels lors de réceptions récentes [Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets, Paris, Plon, 1985, p. 346-347]. Le secrétariat du général de Gaulle adresse une lettre non datée (fin décembre 1970-début 1971) aux « anciens Membres des Maisons civile et militaire du général de Gaulle ». « L’entourage » et De Gaulle, ouvr. coll. sous la dir. de Gilbert Pilleul, Paris, Plon, 1979, a, le premier, étudié les « conseillers » de l’ancien Président. Je renvoie, pour l’ensemble du texte, à Éric Chiaradia, L’Entourage du général de Gaulle, juin 1958-avril 1969, Paris, Publibook (coll. « Sciences Humaines et Sociales Histoire »), 2011, 824 p.

2 Trois secrétaires généraux se succèdent (Geoffroy de Courcel, 8 janvier 1959-14 février 1962 ; Étienne Burin des Roziers, 14 février 1962-30 juin 1967 ; Bernard Tricot, 30 juin 1967-28 avril 1969). Il y a aussi trois directeurs de cabinet (René Brouillet, janvier 1959-28 juillet 1961 ; Georges Galichon, 28 juillet 1961-23 janvier 1967 ; Xavier Daufresne de La Chevalerie, 23 janvier 1967-28 avril 1969). Deux titulaires occupent le Secrétariat général pour la Communauté et pour les Affaires africaines et malgaches : Raymond Janot (8 janvier 1959-21 mars 1960) et Jacques Foccart (21 mars 1960-2 mai 1969). Passent à la tête de l’état-major particulier les généraux Guy de Grout de Beaufort (8 janvier 1959-1er avril 1960), Jean Olié (1er avril 1960-1er mars 1961), Louis Dodelier (1er mars 1961-1er décembre 1962), Gabriel Gauthier [air] (1er décembre 1962-25 mai 1964), l’amiral Jean Philippon (25 mai 1964-28 juillet 1967) et le général André Lalande (28 juillet 1967-28 avril 1969).

3 Jean Lacouture, De Gaulle. Tome 3 : Le souverain 1959-1970, Paris, Seuil, 1986, p. 16.

4 Étienne Burin des Roziers, Retour aux sources. 1962, l’année décisive, Paris, Plon, 1986, p. 8-9. Jacques Foccart, secrétaire général pour la Communauté, s’agrège les rapports avec les territoires d’outre-mer et les affaires politiques. Ce schéma théorique, vu de loin, est globalement respecté. Dans le détail, les interférences demeurent. Jacques Foccart est en rapport avec des membres du Secrétariat général et de l’état-major particulier [Pierre Bas, Secrets, manœuvres, chocs et volte-face de Charles de Gaulle à Nicolas Sarkozy, Perpignan, Éd. Alexandra de Saint-Prix, 2012, p. 143-144]. Georges Pompidou [Lettres, notes et portrait 1928-1974, Paris, Robert Laffont, 2012] confirme, en ce qui concerne le cabinet [p. 300-305 : lettre de Georges Pompidou à René Brouillet, 16 janvier 1960]. Le répertoire Archives de la Présidence de la République. Général de Gaulle (1959-1969) indique ce phénomène, qui ne disparaît pas avec le temps et que nous avions déjà remarqué.

5 Tous les aides de camp ont peu ou prou laissé des souvenirs ou des archives - pour ces dernières, le colonel Gaston de Bonneval [Arch. dép. Cher]. Parmi les dernières publications, les mémoires de l’amiral François Flohic, deux fois aide de camp (1959-1963 et 1965-1969) : De Gaulle intime. Un aide de camp raconte, Paris, L’Archipel, 2010, 160 p. Jean-Paul Alexis, agent du Protocole de 1960 à 1965, a laissé une narration vivante, très centrée sur « l’entourage » : Au protocole du général de Gaulle. Souvenirs insolites de l’Élysée, Paris, Perrin, 1999.

6 Le contre-amiral Georges Flichy est nommé le 15 avril 1969, deux semaines avant le départ du général de Gaulle.

7 Les conseillers techniques du Secrétariat général chargés des questions juridiques et institutionnelles, Jacques Boitreaud (8 mai 1962-27 mai 1966), Bernard Ducamin (27 mai 1966-28 avril 1969) et Bernard Tricot (8 janvier 1959-23 mars 1962) ; les conseillers techniques chargés des affaires étrangères, Pierre Maillard (1er octobre 1959-27 avril 1964) et René de Saint-Légier de La Sausaye (27 avril 1964-28 mars 1969) ; le conseiller technique chargé des affaires économiques et financières, Jean-Maxime Lévêque (18 mars 1960-16 avril 1964) ; le conseiller technique chargé de l’éducation nationale et de la recherche scientifique, Jacques Narbonne (28 janvier 1963-6 septembre 1967) ; les conseillers techniques, Jacques Foccart (8 janvier 1959-21 mars 1960) et Olivier Guichard (8 janvier 1959-10 juin 1960) ; les chargés de mission du cabinet presse/information, Pierre-Louis Blanc (23 septembre 1967-28 avril 1969), Xavier de Lignac [Jean Chauveau] (8 janvier 1959-19 mars 1963) et Gilbert Pérol (19 mars 1963-23 septembre 1967) ; les chargés de mission affaires politiques, Henri Coury (1er octobre 1959-3 août 1968), Pierre Lefranc (8 janvier 1959-25 septembre 1961) et Gilbert Masson (6 mars 1968-28 avril 1969) ; le chargé de mission chef du secrétariat particulier, Xavier de Beaulaincourt (8 janvier 1959-28 avril 1969) ; les conseillers techniques du secrétariat général pour la Communauté, René Journiac (10 janvier 1967-28 avril 1969) et Alain Plantey (8 janvier 1959-10 janvier 1967) ; les chef adjoints de l’état-major particulier, les généraux de brigade aérienne Michel Fourquet (8 janvier 1959-1er octobre 1960), Philippe Maurin (1er octobre 1960-1er novembre 1962), Gabriel Gauthier (1er novembre-1er décembre 1962) et Henri de Bordas (31 août 1966-15 avril 1969), le contre-amiral Édouard Rivière (1er décembre 1962-1er septembre 1963) et le général de brigade Renaud de Corta (1er septembre 1963-31 août 1966) forment ce groupe, auquel s’ajoutent les deux secrétaires administratifs du Conseil supérieur de la magistrature, Pierre Chabrand (29 mars 1959-29 octobre 1965) et Jacques Patin (30 octobre 1965-28 avril 1969), par ailleurs chargé de mission au Secrétariat général. Le général de Gaulle cite la plupart de ces noms dans Le Renouveau, 1958-1962, op. cit., p. 296 et 309.

8 Henry Kissinger, À la Maison blanche 1968-1973, Paris, Fayard, 1979, p. 49-50.

9 De Gaulle et les élites, dir. Serge Berstein, Pierre Birnbaum et Jean-Pierre Rioux, Paris, La Découverte, 2008, particulièrement les contributions d’Alain Larcan, « De l’élitisme selon le général de Gaulle, avant 1940 » [p. 17-34] et de Marie-Christine Kessler, « L’impératif des grands corps » [p. 77-94].

10 Charles de Gaulle, Le Renouveau, 1958-1962, op. cit., p. 297.

11 « L’Entourage » et De Gaulle, op. cit., p. 35.

12 De Gaulle et ses Premiers ministres, 1959-1969, Paris, Plon, 1990, p. 25.

13 Un politique : Georges Pompidou, dir. Jean-Paul Cointet, Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec et Jean-Marie Mayeur, Paris, PUF, 2001, 456 p. ; Georges Pompidou, directeur de cabinet du général de Gaulle, juin 1958-janvier 1959, dir. Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec et Frédéric Turpin, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2006.

14 De Gaulle et ses Premiers ministres, 1959-1969, op. cit., p. 27, qui reprend Charles de Gaulle, Le Renouveau, 1958-1962, op. cit., p. 285-286. Roger Belin, Lorsqu’une République chasse l’autre, 1958-1962 Souvenirs d’un témoin, Paris, Éd. Michalon, 1999, confirme l’importance du changement. Le secrétaire général du Gouvernement de 1958 à 1964 écrit : « Le 13 janvier 1959, le premier Conseil des ministres de la Ve République se réunit à l’Élysée sous la présidence du général de Gaulle […]. Je ne suis plus seul à la petite table qui m’est réservée : Geoffroy de Courcel, secrétaire général de la présidence de la République, s’installe à côté de moi. De Gaulle m’avait, quelques jours auparavant, informé de sa présence, en précisant que cela ne changeait en rien mes attributions. C’est un signe de l’importance du rôle que vont jouer désormais les collaborateurs du Président et, en particulier, du premier d’entre eux. »

15 Charles de Gaulle, Le Renouveau, 1958-1962, op. cit., p. 91.

16 De Gaulle et ses Premiers ministres, op. cit., p. 30.

17 Jacques Narbonne [De Gaulle et l’éducation. Une rencontre manquée, Paris, Denoël, 1994] cite de nombreux documents.

18 De Gaulle et ses Premiers ministres, 1959-1969, op. cit., p. 28, et Jean Foyer, Sur les chemins du droit avec le Général. Mémoires de ma vie politique, 1944-1988, Paris, Fayard, 2006, p. 99.

19 Jean Foyer, op. cit., p. 136 et 196-198 : « Il était en effet, je le crois, attaché au Général perinde ac cadaver. Mais, comme nous l’avons vu faire à trop de collaborateurs de l’Élysée, il pratiquait avec dextérité l’art de suggérer que ses vues étaient celles du Président et qu’il était, au moins dans son domaine, le médiateur nécessaire, l’intercesseur obligatoire. », et Maurice Vaïsse, La Grandeur. Politique étrangère du général de Gaulle, 1958-1969, Paris, Fayard, 1998, p. 483-484, indique que l’Élysée contrôle la politique africaine grâce au rôle central, de proximité, joué par Jacques Foccart. Frédéric Turpin, « Jacques Foccart et le Secrétariat général pour les Affaires africaines et malgaches », « Les entourages des chefs de l’État de Mac-Mahon à Valéry Giscard d’Estaing », Histoire@Politique Politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po, n° 8, mai-août 2009, a bien cerné le rôle exact du secrétaire général.

20 Bernard Tricot, Mémoires, Paris, Quai-Voltaire, 1994, p. 220. D’après Bernard Ducamin, disparu en mars 2012, les notes des conseillers techniques du Secrétariat général au secrétaire général, destinées à tirer les leçons de la crise de Mai 1968, visent à relancer, à partir de l’été 1968, l’action réformatrice sous l’égide du général de Gaulle et donc de coupler, comme entre 1958 et 1962, « gouvernement » des techniciens et référendum [« Bernard Tricot, 1920-2000 », Cahiers de la Fondation Charles-de-Gaulle, n° 8, 2001, p. 98-99]. Georges Pompidou [op. cit., p. 377-379 : lettre de Georges Pompidou à Étienne Burin des Roziers, 17 mai 1965] reproche au secrétaire général de s’adresser directement aux ministres, y compris au secrétaire d’État auprès du Premier ministre.

21 De Gaulle et ses Premiers ministres, 1959-1969, op. cit., p. 25, où il parle des « directives du Président de la République ».

22 Jean-Maxime Lévêque et Alain Plessis, « Les mécanismes de décision du général de Gaulle dans le domaine de la politique économique et financière, « La politique économique et financière du général de Gaulle, 1958-1969 », Cahiers de la Fondation Charles-de-Gaulle, n° 15, 2005, p. 134 : « Naturellement, nous soumettions au secrétaire général, à l’intention du Général, d’autres notes, plus longues et approfondies, détachées de l’actualité immédiate et traitant de problèmes sur lesquels nous estimions qu’il devait réfléchir, et éventuellement réagir. Le Général nous faisait alors savoir s’il désirait que nous lui en parlions pour creuser avec lui la question abordée. »

23 Ibid., p. 140-142.

24 Jacques Foccart, Tous les soirs avec De Gaulle. Journal de l’Élysée, I, 1965-1967, Paris, Fayard, 1997, p. 141 (5 mai 1965 : « ne pas contrarier le général de Gaulle »), p. 145 (7 mai 1965 : interférences avec le ministre délégué à la Coopération) et p. 147 (10 mai 1965 : conflit de compétences au sein des structures élyséennes), par exemple… Et les différences congénitales entre les entourages contribuent à aviver les tensions par crainte de la « Maison » présidentielle [Pierre Bas, op. cit., p. 89].

25 Jean Foyer, op. cit., p. 132 : « Le chef de l’État, avec lequel le travail n’était pas simple, dont il importait de prévenir l’agacement, inspirait à ses collaborateurs une immense admiration. » Jean Mauriac, Le Général et le journaliste. Conversations avec Jean-Luc Barré, Paris, Fayard, 2008, p. 246 : « Et le Général pouvait se montrer vite agacé… ». Michel Tauriac, Vivre avec De Gaulle. Les derniers témoins racontent l’homme, Paris, Plon, 2008, intitule plusieurs de ses chapitres « coléreux », « impatient », « intransigeant », « secret »… Les deux recueils de Guy Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999 et 2001, défrichent une histoire quotidienne d’un « entourage ». Elle relève de l’ingénierie, un terrain où l’historien, prudent, doté de compétences juridiques et de psychologie, fixe ses règles, en particulier celles de l’exploitation des sources.

26 Pierre Viansson-Ponté, Les Gaullistes. Rituel et annuaire, Paris, Ed. du Seuil, 1963, intègre, dans son dictionnaire, dix membres importants de l’entourage. Presque à chacun, il est appliqué les qualificatifs de « discret », « ombre », « secret », « sobriété secrète », « se taire », « l’ombre, l’homme de confiance, l’émissaire, la parole et le silence » (Olivier Guichard, p. 130). Isabel Boussard, « Entourages », dans Dictionnaire De Gaulle, dir. Claire Andrieu, Philippe Braud et Guillaume Piketty, Paris, Robert-Laffont, (coll. « Bouquins »), 2006, p. 439-431.

27 Jean Ferniot, Je recommencerais bien. Mémoires, Paris, Grasset, 1991, p. 320. Le rédacteur en chef à France-Soir évoque ses rencontres nombreuses, mais infructueuses, avec plusieurs « grands » [p. 270-271].

28 Henry Coston, Onze ans de malheur. Le règne infernal, Paris, Publ. Henry Coston, 1996 (1re éd. 1970), p. 104-105.

29 Serge Berstein, Histoire du gaullisme, Paris, Perrin, 2001, p. 224.

30 Michel Tauriac, op. cit., accorde une attention particulière aux petits personnels. Pierre Bas, chargé de mission au Secrétariat général de janvier 1959 à octobre 1962, est le dernier à avoir fait paraître ses mémoires en 2012.

31 Pierre Nora, « Les Mémoires d’État », et « Gaullistes et communistes », dans Les lieux de mémoire, t. 1 et 2, dir. Pierre Nora, Paris, Gallimard Quarto, 1997, p. 1417 et p. 2498-2499.

32 Charles de Gaulle, Le Renouveau, 1958-1962, op. cit., p. 290. Isabelle Boussard, art. cité, écrit justement qu’« ils figurent parmi les acteurs de la grandeur de la France ».

Table des illustrations

Titre Obsèques du maréchal Juin, 1er février 1967
Légende Le général de Gaulle s’adresse à Bernard Durand, introducteur des ambassadeurs, chef du Protocole et, à ce titre, membre de la « Maison » présidentielle. Au troisième rang, derrière Georges Pompidou, Jacques Foccart s’entretient avec Étienne Burin des Roziers ; le secrétaire général du Gouvernement, Jean Donnedieu de Vabres, précède le vice-amiral d’escadre Jean Philippon, tourné vers la droite et qui cache, en partie, le chargé de mission Gilbert Pérol [selon les indications de Pierre Bas et Philippe de Maistre, conseillers-maîtres (h) à la Cour des comptes].
Crédits Coll. part.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M

Auteur

Docteur en histoire, professeur en lycée

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access