Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

Charles de Gaulle parmi les siens

De Gaulle et les gaullistes à l’Élysée (1959-1969)

Bernard Lachaise

Texte intégral

  • 1 Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets. Juin 1958-novembre 1970, éd. par Philippe de Gaulle, (...)

« Je n’ai jamais, vous le savez, fait état du “gaullisme”. Mais il ne me serait pas possible d’agir à la tête de l’État sans le concours des hommes qui jugent que c’est nécessaire […]. Soutenir cette action, cela ne comporte pas qu’on soit de droite ou de gauche ; ni qu’on appartienne à tel ou tel parti et cela n’appelle pas d’encouragements spécifiquement adressés aux uns ou aux autres… »1.

  • 2 Jean Charlot a relevé cinq citations du mot « gaullisme » par de Gaulle dans Jean-François Sirinell (...)

1Dans cet extrait de lettre du Président de Gaulle à Jean-Claude Servan-Schreiber - qui se revendique du gaullisme de gauche - le 16 juillet 1959, le chef de l’État confirme qu’il n’use pas ou peu - publiquement au moins - des mots « gaullisme » et « gaullistes ». Effectivement, il ne le fait pas pas plus sous la Ve République qu’avant 19582.

2Mais à travers un tel propos, se dessine une définition des gaullistes selon le Président de Gaulle : « l’ensemble des Françaises et des Français qui lui apportent leur concours ». Parmi ces gaullistes figurent donc, dans une acception large, du plus grand nombre aux groupes les plus restreints : les électeurs qui accordent leur confiance au Général dans tous les grands scrutins nationaux (législatifs, présidentiels et référendaires…, à l’exception de celui du 27 avril 1969) ; les adhérents, militants et cadres des mouvements se revendiquant du Général et soutenant sa politique…, même si une adhésion n’est pas une condition obligatoire ; les élus qui accordent leur confiance aux gouvernements nommés par De Gaulle ; les membres du gouvernement nommés par le Général et l’entourage du Général à l’Élysée.

3Aujourd’hui, il est impossible d’évoquer ici tous ces gaullistes… Autour du thème « Charles de Gaulle parmi les siens », je vais centrer mon propos sur cette question de la relation entre le président de la République et les gaullistes, en m’interrogeant sur l’apport des archives de la Présidence.

  • 3 Charles de Gaulle, Mémoires, Paris, Plon, 1954-1971 ; Lettres..., op. cit. ; Discours et messages, (...)
  • 4 Parmi lesquels : Jacques Foccart, Journal de l’Élysée. Tome 1 : Tous les soirs avec de Gaulle (1965 (...)
  • 5 Parmi lesquels : Pierre Viansson-Ponté, Les gaullistes. Rituel et annuaire, Paris, Le Seuil, 1963 e (...)
  • 6 Arch. nat., 5AGF Fonds Foccart, 97AJ Fonds Fouchet, 98AJ Fonds Debré, 569AP Fonds Lefranc.

4Aux sources déjà connues et largement utilisées comme les témoignages écrits et publiés (du général de Gaulle3, de gaullistes4, de journalistes5) et les autres archives (notamment les fonds Foccart, Christian Fouchet, Lefranc ou Debré6), les archives de la présidence de la République constituent un précieux complément. Si elles ne peuvent indiquer les interlocuteurs téléphoniques du Général - mais on sait le maigre usage que De Gaulle fait du téléphone… -, elles renseignent sur les gaullistes que le chef de l’État reçoit en audience ou à déjeuner, sans donner - hélas - le contenu des entretiens ; sur les correspondances qu’il reçoit ; sur les informations concernant les mouvements gaullistes transmises à l’Élysée et sur les commentaires qu’inspirent au Président les propos, voire les propositions, des gaullistes.

  • 7 Ni la correspondance, ni les dossiers électoraux n’ont été dépouillés intégralement. Les principaux (...)

5La courte présentation qui va suivre n’a pas la prétention à l’exhaustivité, car elle est élaborée à partir de sondages conservés sous la cote 5 AG 1 (agendas, dossiers sur les partis politiques gaullistes, correspondance avec les parlementaires, dossiers électoraux) et non sur un dépouillement intégral de tout ce qui pourrait concerner le vaste sujet des gaullistes7…  « Les gaullistes » dont il est question ici, ce sont les élites gaullistes constituées de l’entourage, des membres du Gouvernement, des parlementaires et des cadres dirigeants des mouvements se revendiquant du général de Gaulle, soit le cœur de la famille ou le sommet de la pyramide. Les archives de la Présidence montrent deux caractères des relations entre le chef de l’État et les gaullistes : d’une part, l’étroitesse du « premier cercle » gaulliste, avec lequel Charles de Gaulle est en relation et la primauté des plus anciens compagnons dans ce groupe ; d’autre part, la place disproportionnée occupée par les gaullistes de gauche, par comparaison avec les gaullistes des mouvements majoritaires (UNR-UD-Ve République, UDR).

  • 8 Bernard Lachaise, « Les visiteurs du général de Gaulle au 5 rue de Solférino au temps de la « trave (...)

6Le dépouillement des agendas du chef de l’État, des dossiers sur les partis gaullistes et de la correspondance avec les parlementaires permet de connaître les gaullistes qui ont accès au général de Gaulle à l’Élysée. Quantitativement, il apparaît que le président de la République a un nombre d’interlocuteurs assez réduit dans la famille gaulliste. Cela confirme un trait que nous avons déjà eu l’occasion de démontrer, tant pour les années 1955-1958 qu’entre 1965-1969 à travers le Journal de l’Élysée de Foccart et durant les événements de mai-juin 19688.

  • 9 Voir Éric Chiaradia, L’entourage du général de Gaulle (juin 1958-avril 1969), Paris, Publibook, 201 (...)
  • 10 Cité par Éric Chiaradia, op. cit., p. 731.

7Il s’agit principalement, d’une part, des piliers de l’entourage - notamment les « quatre grands » les plus présents (le secrétaire général de l’Élysée, le directeur de cabinet, le secrétaire général à la présidence de la République pour la Communauté et pour les affaires africaines et malgaches, le chef d’état-major particulier), qui constituent les plus proches intermédiaires entre De Gaulle et les gaullistes et, d’autre part, du Premier ministre9. Puis viennent, en seconde position, des ministres avec une fréquence très liée à leur place dans la hiérarchie du gouvernement. Loin derrière, dans les gaullistes en contact fréquent avec le Président de Gaulle, viennent des membres du Conseil constitutionnel, le Président de l’Assemblée, des présidents de groupes parlementaires et quelques cadres des partis gaullistes. Ainsi, s’opposent clairement l’image du chef de l’État parmi les Français - et d’abord les gaullistes - lors des bains de foule et la réalité d’un quotidien, à l’Élysée, où le Président gouverne avec l’exécutif (Premier ministre et les principaux ministres) et « le super-exécutif - soit le sommet de l’entourage - placé immédiatement sous le chef de l’État », selon la formule de Pierre Viansson-Ponté10.

  • 11 Palewski a été directeur de cabinet du général de Gaulle (octobre 1942-janvier 1946) ; Schumann, po (...)
  • 12 Pompidou fut chef de cabinet du général de Gaulle de 1947 à 1953 ; Terrenoire et Chaban-Delmas, mem (...)

8Au sein du « premier cercle » des gaullistes les plus fréquemment en contact avec le chef de l’État, force est de souligner la place des plus anciens compagnons dont ceux de la Résistance. Une étude des gaullistes pour 1959 le montre, mais elle est confirmée pour 1964-1965 à partir des agendas : plus de la moitié sont des gaullistes de la Résistance, dont certains très proches (Gaston Palewski, Maurice Schumann, Maurice Couve de Murville, Louis Jacquinot, Louis Joxe, Louis Vallon, etc.11). Presque tous - à l’exception de Couve de Murville, Alain Peyrefitte, Edgar Pisani, François Missoffe, Maurice Herzog, François-Xavier Ortoli, Jean-Marcel Jeanneney - ont participé au gaullisme du temps du RPF, dont certains à un très haut niveau de proximité (Georges Pompidou, Louis Terrenoire, Christian Fouchet, Jacques Baumel, Gaston Palewski, André Malraux, Jacques Chaban-Delmas, Michel Debré, André Astoux, Pierre Billotte, etc.12). Cette première génération de gaullistes reste au premier plan au temps de la Présidence. Qu’en est-il de la proximité avec le cercle plus large des milieux politiques gaullistes ?

  • 13 Le groupe gaulliste à l’Assemblée nationale compte 203 + 13 apparentés (en 1959) = 39 % des députés (...)

9Alors que jamais le nombre d’élus gaullistes à l’Assemblée nationale n’a été aussi élevé et que le groupe gaulliste constitue le premier groupe de la majorité, il est frappant de voir la place très modeste occupée par les élus parmi les interlocuteurs ou contacts du général de Gaulle13.

  • 14 Arch. nat., 5 AG 1/627. Parlement et grands corps : Assemblée nationale et Sénat (1966-1969) [fonds (...)

10Le chef de l’État en reçoit très peu en audience et les parlementaires écrivent peu à l’Élysée (entre 1966 et 1969). Souvent, il s’agit de demandes d’audience ou de recommandation ou pour… solliciter un fauteuil ministériel, à l’exemple de Jean de Lipkowski14.

11Seule une poignée d’élus écrivent pour aborder une question de fond, émettre un commentaire argumenté, une proposition ou une analyse plus critique sur un aspect de la politique gouvernementale. Certains de ces courriers, sans se révéler très originaux, n’en apportent pas moins des éclairages intéressants et constituent autant de pièces à verser à l’historiographie de quelques débats ayant marqué la fin de la présidence de Gaulle. Trois exemples méritent d’être retenus : mai 1968 et la sortie de crise, la loi Edgar Faure sur l’enseignement supérieur et l’âge du droit de vote.

12Ainsi, dans la lettre qu’il adresse au général de Gaulle le 29 mai 1968, au plus fort de la crise de mai, Edgar Pisani, député de la 1re circonscription de Maine-et-Loire - ancien ministre -, reprend les critiques contre le gouvernement Pompidou qu’il a prononcées à la tribune de l’Assemblée quelques jours plus tôt et suggère des solutions de sortie de crise à court et long terme. Il y écrit :

  • 15 Arch. nat., 5 AG 1/627. Parlement et grands corps : Assemblée nationale et Sénat (1966-1969) [fonds (...)

« Un événement seul peut sauver l’État […]. Cet événement, il faut le créer […]. Pour des raisons de fond et de circonstances, le référendum ne constituera pas cet événement. Il ne vous reste plus qu’une possibilité : assurer le départ de l’équipe gouvernementale, nommer une équipe nouvelle et provisoire, décider de procéder à des élections dans les semaines prochaines et, par là même, suspendre la procédure du référendum. Le gouvernement s’est discrédité par son imprévision, son long refus des réformes, ses maladresses, son long silence depuis le début de la crise […]. L’équipe nouvelle devra frapper par la nouveauté de ses structures, de son style, de ses membres. Elle devra procéder suivant la méthode du calendrier et s’y tenir […]. Elle devra adopter, en les transcendant, deux attitudes contradictoires, l’une d’autorité, l’autre de “participation” »15.

13C’est donc vers un mélange des voies ou des modèles gaullien et mendésiste - notamment sur le calendrier - que Pisani, proche des gaullistes de gauche, oriente le général de Gaulle. Dans cette lettre transparaît le fossé qui se creuse en 1968 sur la perception de la crise, celle qui oppose au sein des rangs gaullistes, les visions d’un « mai fécond » ou d’un « mai stérile » et qui débouche sur des réponses différentes, analysées par Paul Bacot en 1986 :

  • 16 Paul Bacot, « Crise salutaire » ou « divertissement triste » ? À la recherche d’une certaine idée d (...)

« le type d’interprétation “gaullien” reconnaît une légitimité au mouvement de révolte et revendique le monopole des solutions aux problèmes qui sont à son origine. Le type d’interprétation “pompidolien” privilégie une vision négative d’une crise, face à laquelle la seule réponse à court terme n’est pas la réforme, mais la riposte à la subversion »16.

14Les racines de ces clivages sont antérieures à mai 1968, comme en témoigne, le 9 mars 1966, un autre courrier - accompagné d’un rapport de 14 pages…- d’Edgar Pisani, alors ministre de l’Équipement dans le 3e gouvernement Pompidou. Pisani situe sa réflexion dans une analyse des élections présidentielles de 1965 et dans la perspective des élections législatives de 1967. Sa lettre s’achève ainsi :

  • 17 Arch. nat, 5 AG 1/2248. Élections législatives 1967 [fonds Solférino].

« La vie politique ne peut renaître que par la participation de ceux pour qui le débat institutionnel est dépassé, pour qui la France doit rester attachée à la politique d’indépendance et de paix qu’elle a adoptée, pour qui le vrai débat est désormais celui de la vie de chaque jour et de la modernisation des structures, pour qui seul compte l’effort qui permettra de donner au vieux pays une civilisation toute neuve, de donner à chacun les moyens d’être un homme heureux, les moyens et le goût d’être un homme actif »17.

15Pisani appartenait aux gaullistes en quête de réforme et de participation, impatients et déjà insatisfaits d’une politique gouvernementale insuffisante à leurs yeux en ce domaine.

  • 18 Voir Antoine Prost, « Jean Capelle : profil d’un réformateur » dans Regards historiques sur l’Éduca (...)

16Une autre lettre concerne le projet de loi Edgar Faure sur l’enseignement supérieur en 1968. Elle émane de Jean Capelle, député de la 2e circonscription de la Dordogne, qui écrit au chef de l’État le 1er octobre 1968. Ce n’est pas tant la fonction occupée à cette date par Capelle qui compte que son expérience passée : ancien recteur, il a surtout occupé la plus importante des directions du ministère de l’Éducation nationale, celle de l’organisation et des programmes scolaires entre mars 1961 et décembre 196418. En écrivant au chef de l’État, Capelle veut attirer son attention sur les dangers du projet de loi Edgar Faure. Il reprend ici des propos critiques tenus notamment lors des journées parlementaires du groupe UDR à La Baule quelques semaines plus tôt. Parmi les nouveautés du projet sur lesquelles Capelle exprime son inquiétude figurent la question de la sélection et celle du rapport enseignants/étudiants dans les futures instances universitaires.

« Grâce au privilège du libre accès de tous les bacheliers, écrit-il, les facultés subissent une contre-sélection car elles reçoivent ce qui restait quand les Grandes Écoles et les écoles fort secondaires ayant vocation à former des cadres moyens, ont recruté leurs propres élèves. Il paraît nécessaire d’affirmer, comme une composante de leur autonomie, la responsabilité, pour les universités, d’assurer leur recrutement ».

  • 19 Arch. nat., 5 AG 1/627. Parlement et grands corps : Assemblée nationale et Sénat [fonds Élysée].
  • 20 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, Paris, Fayard, 2000, p. 415.

17Et pour les affaires disciplinaires impliquant des étudiants, Capelle s’inquiète : « le nombre d’étudiants égal au nombre des autres membres du Conseil est une mesure très dangereuse »19. Une telle position est loin d’être isolée dans la famille gaulliste car bon nombre de parlementaires sont hostiles à la loi Edgar Faure jugée trop libérale. Les archives présidentielles – pas plus que Lettres, notes et carnets - ne conservent la réponse donnée par le chef de l’État à Capelle, mais certains commentaires du général de Gaulle, livrés par Alain Peyrefitte, fournissent des indices. Ainsi, quand en janvier 1968 déjà, Peyrefitte, alors ministre de l’Éducation nationale, envisage d’instaurer la sélection, de Gaulle lui répond : « Mais M. Capelle, comment voulez-vous qu’il dirige convenablement cette commission [annoncée par le ministre], alors que, du temps où il était chez Fouchet, il n’a jamais poussé vers la sélection ?», ce qui amène Peyrefitte à expliquer : « Si j’ai pensé à lui, c’est qu’il a publiquement pris parti en faveur de la sélection », ce à quoi De Gaulle réplique : « Mais pourquoi n’en a-t-il rien fait quand il était responsable ? » !20 Pourtant, sur la question de la sélection… et de son non aboutissement, de Gaulle avoue quelques mois plus tard, le 9 janvier 1969, sa propre impuissance : « Je suis bien d’accord qu’il faut en venir là, je suis bien d’accord que c’est là le grand problème. Mais comment l’imposer, si le corps enseignant n’en veut pas et recule devant l’obstacle ? ». Sur la loi Faure - désormais votée -, De Gaulle se montre plutôt satisfait, sans enthousiasme, mais confiant :

  • 21 Ibid., p. 607-608.

« Cette loi n’est pas mauvaise en elle-même […]. La loi est ce qu’elle est. Tout est dans l’application maintenant […]. J’ai été favorable à la loi d’orientation car elle décentralise. Elle fait régler les problèmes sur le terrain par ceux qui les connaissent. C’est un bon principe. Il reste à savoir comment on l’appliquera ; et puis c’est nécessaire, mais pas suffisant ; nous verrons bien, nous aurons l’œil »21.

  • 22 Arch. nat., 5 AG 1/627. Parlement et grands corps : Assemblée nationale et Sénat [fonds Élysée].
  • 23 Gérald Madérieux, « De Gaulle, les gaullistes et la question du droit de vote des jeunes de 1939 à (...)

18C’est en tant que président de la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales et aussi en tant qu’ancien ministre qu’Alain Peyrefitte, député de la 4e circonscription de Seine-et-Marne, transmet au chef de l’État en mars 1969 un dossier qui préconise le droit de vote à 18 ans. La réponse qui lui est adressée n’émane pas directement du général de Gaulle, mais elle laisse présager un refus : « J’ai retiré l’impression, écrit le conseiller, expliquant en avoir parlé avec le Président, qu’il n’était pas opposé au principe de la mesure que vous préconisez, mais qu’il pensait que l’âge de 18 ans, qui est maintenant souvent celui des lycéens, était trop jeune pour être fixé comme étant celui de la majorité pour l’exercice des droits politiques… »22. Peyrefitte appartient à ces rares gaullistes - tels Robert-André Vivien (dès 1964) et Edmond Michelet ou Pierre Dumas en 1968 - qui sont favorables à l’abaissement de la majorité électorale. Mais De Gaulle ne l’est pas : « De Gaulle a foi en la jeunesse, écrit l’historien Gérald Madérieux, mais pour ce qui concerne sa maturité, son indépendance d’esprit, condition sine qua non de la liberté d’expression à travers le vote, l’entrée dans la vie active ou l’engagement pour la défense de la patrie seraient les deux portes à ouvrir pour s’affranchir de toute tutelle et rendre ainsi sa pleine liberté à la jeunesse pour qu’elle s’insère dans le jeu politique »23. La place occupée par le gaullisme de gauche dans les relations avec les mouvements gaullistes apparaît disproportionnée par rapport au poids de ces gaullistes dans leur famille politique.

  • 24 Arch. nat., 5 AG 1/1521. UNR-UDT. Groupes parlementaires 1959-1963 [fonds Solférino].

19Tout au long de la présidence, mais principalement durant le premier septennat et en particulier entre 1959 et 1962 – au temps de l’Union démocratique du travail (UDT) -, les gaullistes de gauche attirent fréquemment l’attention de l’Élysée et sollicitent le Général. Ce qui les concerne dans les dossiers sur les partis gaullistes dans les archives de la Présidence l’emporte de loin sur les fiches, notes et correspondance sur l’UNR et ses successeurs24. Dans le fonds Solférino, dans les dossiers du cabinet de Pierre Lefranc, de nombreux documents sont très riches pour l’histoire de la naissance et des débuts de l’UDT, fondée le 14 avril 1959. Ainsi, Louis Vallon envoie au général de Gaulle le 9 mars 1959 une « note succincte sur l’opportunité de constituer une Union démocratique du travail », éclairante sur les motivations et le positionnement des gaullistes de gauche, bien au-delà de la future UDT :

« Des voix acquises au gaullisme en septembre (1958) ont été perdues depuis lors par l’UNR et les socialistes. L’UNR apparaît désormais aux électeurs de gauche comme trop orientée à droite, voire pour certains de ses éléments, à l’extrême-droite chauvine et fascisante. Favorable à « l’intégration », sourdement hostile aux initiatives prises par le chef de l’État dans l’affaire algérienne, elle éloigne d’elle ceux qui se sentent à la fois gaullistes et hommes de gauche, au moment où la décadence du parti socialiste s’accentue. Il y a désormais place à gauche pour une formation nouvelle, généreuse et humaine, dénuée de dogmatisme ou de sectarisme, soucieuse de consolider les nouvelles institutions, de favoriser l’arbitrage national du général de Gaulle et de concourir à l’établissement d’un nouvel équilibre politique dans notre pays. Il ne lui manque que d’exister ».

  • 25 Jérôme Pozzi, Les Mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux 1958-1976, Rennes, Presses (...)
  • 26 L’expression « meilleures bouteilles » est rapportée par Jean Charbonnel dans À la gauche du Généra (...)

20Moins d’un an après la création de l’UDT, ses responsables sollicitent à plusieurs reprises le général de Gaulle. Pierre Billotte et Louis Vallon ont remis au chef de l’État le 23 décembre 1959 un mémorandum sur leur mouvement, son action et ses besoins et ils le sollicitent désormais directement pour lui faire part de leurs soucis financiers. Dans une lettre à René Brouillet, directeur de cabinet du président de la République, le 20 février 1960, Louis Vallon menace de démissionner de ses diverses fonctions – secrétaire général de l’UDT, membre du Conseil économique –, si l’aide promise par le chef de l’État en décembre n’est pas intégralement versée ! Cette « bataille » des responsables de l’UDT - dont le trésorier Claude Bouchinet-Serreulles - pour obtenir l’appui de l’Élysée n’a peut-être pas été gagnée immédiatement. Certes, les archives ne gardent pas de trace de la position personnelle du chef de l’État, mais elles nuancent l’idée souvent reprise selon laquelle « le Général apporte une attention toute particulière à ce que l’UDT ne manque de rien. Il soutient sur ses fonds propres le journal Notre République et Étienne Burin des Roziers, secrétaire général de l’Élysée, veille à distribuer des subsides aux dirigeants de l’UDT »25. Sans doute, l’aide du Général à ceux qu’ils considéraient comme ses « meilleures bouteilles » a-t-elle été plus tardive - Burin des Roziers ne devient secrétaire général de l’Élysée qu’en février 1962 - et peut-être moins spontanée qu’on a pu le croire26. Elle a été conquise de haute lutte ! Sans doute ne faut-il pas oublier non plus le propos - non publié à l’époque - du chef de l’État au moment où Clavel s’éloigne de lui :

  • 27 Note du 21 janvier 1966 au sujet d’un article de Maurice Clavel dans Le Monde, dans Charles de Gaul (...)

« J’ai lu l’article de Maurice Clavel. Il bat complètement la campagne. Croit-il que je suis le général de Gaulle pour les « gaullistes » ? Croit-il que je le suis pour Maurice Clavel et à son gré ? Non, je tâche de l’être pour la France. À cet égard, je prétends savoir mieux que personne (gaullistes et M. Clavel compris) ce que je dois faire et comment je dois le faire pour la servir à mesure. Et le reste m’est, non toujours indifférent, mais toujours sans poids et sans effet »27.

21Et ce propos rappelle celui cité initialement dans la réponse du président de la République à Jean-Claude Servan-Schreiber. Le chef de l’État ne veut pas être lié à tel ou tel groupe, quel que soit son « degré » de gaullisme.

  • 28 Lettre à Jacques Chaban-Delmas le 8 février 1960, citée dans Charles de Gaulle, Lettres…, op. cit., (...)

22Sans aucun doute, avec les gaullistes, De Gaulle est bien « parmi les siens ». Il a, à plusieurs reprises, employé l’expression, comme dans ce courrier à Jacques Chaban-Delmas, où il parle de René Moatti en rupture avec lui sur l’Algérie en 1960 : « Je considère Moatti, depuis toujours et par définition, comme des nôtres, je dirai même comme des miens. »28

23Au temps de la Présidence, cette « famille » politique lui est précieuse pour mener sa politique. Elle n’a jamais été aussi forte, notamment dans sa représentation parlementaire. Mais elle se divise - sur l’Algérie - et elle est plurielle avec, en particulier, ses « gaullistes de gauche », très minoritaires mais bruyants. Or, De Gaulle, chef de l’État, n’a qu’un seul objectif, la France et il attend des gaullistes un soutien sans faille.

Notes

1 Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets. Juin 1958-novembre 1970, éd. par Philippe de Gaulle, préf. de Jean-Luc Barré, Paris, Robert Laffont, 2010, p. 158.

2 Jean Charlot a relevé cinq citations du mot « gaullisme » par de Gaulle dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites, Paris, Gallimard, p. 654. Nous y avons ajouté une citation du 6 juillet 1952 dans Bernard Lachaise (et alii), Du général de Gaulle à Jacques Chirac. Le gaullisme et les Français, Bordeaux, Scérén, CRDP d’Aquitaine, 2006, p. 16.

3 Charles de Gaulle, Mémoires, Paris, Plon, 1954-1971 ; Lettres..., op. cit. ; Discours et messages, Paris, Plon, 1970.

4 Parmi lesquels : Jacques Foccart, Journal de l’Élysée. Tome 1 : Tous les soirs avec de Gaulle (1965-1967) et Tome 2 : Le Général en mai 1968-1969, Paris, Fayard-Jeune Afrique, 1997-1998 ; Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, 3 tomes, Paris, Éd. de Fallois-Fayard, 1994-2000 ; Georges Pompidou, Lettres, notes et portraits (1928-1974), Paris, Robert Laffont, 2012 ; Michel Debré, Trois Républiques pour une France. Mémoires, 5 tomes, Paris, Albin Michel, 1984-1994 ; Christian Fouchet, Mémoires d’hier et de demain. Tome 1 : Au service du général de Gaulle et Tome 2 : Les Lauriers sont coupés, Paris, Plon, 1971-1973 ; Yves Guéna, Le temps des certitudes (1940-1969), Paris, Flammarion, 1982 ; Bernard Tricot, Mémoires, Paris, Quai-Voltaire, 1994 ; Jean Charbonnel, À la gauche du Général, Paris, Plon, 1996 ; Jean Foyer, Sur les chemins du droit avec le Général. Mémoires de ma vie politique (1944-1988), Paris, Fayard, 2006 ; Pierre Lefranc, Gouverner selon de Gaulle. Conversations avec Geneviève Moll, Paris, Fayard, 2008 ; Robert Poujade, Avec de Gaulle et Pompidou. Mémoires, Paris, L’Archipel, 2011.

5 Parmi lesquels : Pierre Viansson-Ponté, Les gaullistes. Rituel et annuaire, Paris, Le Seuil, 1963 et Histoire de la République gaullienne, Paris, Fayard, 1970-1971 ; Michèle Cotta, Carnets secrets de la Ve République. Tome 1 : 1965-1977, Paris, Fayard, 2007.

6 Arch. nat., 5AGF Fonds Foccart, 97AJ Fonds Fouchet, 98AJ Fonds Debré, 569AP Fonds Lefranc.

7 Ni la correspondance, ni les dossiers électoraux n’ont été dépouillés intégralement. Les principaux dossiers consultés pour ce texte sont, dans le fonds Élysée, l’article 5 AG 1/627 et, dans le fonds Solférino, les articles 5 AG 1/1521, 5 AG 1/2232, 5 AG 1/2247 et 5 AG 1/2248.

8 Bernard Lachaise, « Les visiteurs du général de Gaulle au 5 rue de Solférino au temps de la « traversée du désert » (septembre 1955-mai 1958) », dans Espoir. Revue de la Fondation et de l’Institut Charles-de-Gaulle, n° 131, juin 2002, p. 25-30 ; « Les gaullistes à travers le Journal de l’Élysée » (1965-1969) », dans « Foccart entre France et Afrique », Cahiers du Centre de recherches historiques, n° 30, octobre 2002, p. 69-76 ; « Les relations entre de Gaulle-Pompidou en mai 1968 », dans Bernard Lachaise et Sabrina Tricaud (dir.), Georges Pompidou et Mai 1968, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2009, p. 95-109.

9 Voir Éric Chiaradia, L’entourage du général de Gaulle (juin 1958-avril 1969), Paris, Publibook, 2011, 824 p.

10 Cité par Éric Chiaradia, op. cit., p. 731.

11 Palewski a été directeur de cabinet du général de Gaulle (octobre 1942-janvier 1946) ; Schumann, porte-parole de la France libre à Londres ; Maurice Couve de Murville, commissaire aux Finances du CFLN en 1943 ; Jacquinot, commissaire à la Marine du CFLN (novembre 1943-août 1944) ; Joxe, secrétaire général du CFLN, puis du GPRF ; Vallon, directeur adjoint du cabinet du général de Gaulle (janvier 1945-janvier 1946).

12 Pompidou fut chef de cabinet du général de Gaulle de 1947 à 1953 ; Terrenoire et Chaban-Delmas, membres du conseil de direction du RPF (1951-1953) ; Fouchet et Palewski, membres du comité exécutif du RPF (1947-1951) ; Baumel et Malraux, membres du comité exécutif du RPF (1947-1953) ; Debré, membre du comité exécutif du RPF (1952-1953) ; Astoux, délégué régional du RPF (1949-1953) ; Billotte, membre du conseil de direction du RPF (1949-1952).

13 Le groupe gaulliste à l’Assemblée nationale compte 203 + 13 apparentés (en 1959) = 39 % des députés ; 216 + 17 (en 1963) = 48,3 % ; 180 + 20 (en 1967) = 41 % et 270 + 23 (en 1968) = 60,2 %. Source : Pierre Avril (dir.), Personnel politique français (1870-1988), Paris, PUF, 1989.

14 Arch. nat., 5 AG 1/627. Parlement et grands corps : Assemblée nationale et Sénat (1966-1969) [fonds Élysée].

15 Arch. nat., 5 AG 1/627. Parlement et grands corps : Assemblée nationale et Sénat (1966-1969) [fonds Élysée].

16 Paul Bacot, « Crise salutaire » ou « divertissement triste » ? À la recherche d’une certaine idée de Mai 1968 », Pouvoirs, n° 39, 1986, p. 68-70. Sur les gaullistes face à mai 1968, voir Bernard Lachaise, « De Gaulle et les gaullistes face à mai 1968 », dans Bernhard Gotto, Horst Möller, Jean Mondot et Nicole Pelletier (éd.), Krisen und Krisenbewusstsein in Deutschland und Frankreich in den 1960er Jahren, Munich, Oldenbourg Verlag, 2012, p. 89-96.

17 Arch. nat, 5 AG 1/2248. Élections législatives 1967 [fonds Solférino].

18 Voir Antoine Prost, « Jean Capelle : profil d’un réformateur » dans Regards historiques sur l’Éducation en France, xixe-xxe siècles, Paris, Belin, 2007, p. 81-84.

19 Arch. nat., 5 AG 1/627. Parlement et grands corps : Assemblée nationale et Sénat [fonds Élysée].

20 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, Paris, Fayard, 2000, p. 415.

21 Ibid., p. 607-608.

22 Arch. nat., 5 AG 1/627. Parlement et grands corps : Assemblée nationale et Sénat [fonds Élysée].

23 Gérald Madérieux, « De Gaulle, les gaullistes et la question du droit de vote des jeunes de 1939 à 1969 », dans Charles de Gaulle et la jeunesse, Paris, Plon/Fondation Charles-de-Gaulle, 2005, p. 149-151.

24 Arch. nat., 5 AG 1/1521. UNR-UDT. Groupes parlementaires 1959-1963 [fonds Solférino].

25 Jérôme Pozzi, Les Mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux 1958-1976, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 210.

26 L’expression « meilleures bouteilles » est rapportée par Jean Charbonnel dans À la gauche du Général, Paris, Plon, 1996, p. 168.

27 Note du 21 janvier 1966 au sujet d’un article de Maurice Clavel dans Le Monde, dans Charles de Gaulle, Lettres..., op. cit., p. 775.

28 Lettre à Jacques Chaban-Delmas le 8 février 1960, citée dans Charles de Gaulle, Lettres…, op. cit., p. 217.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bordeaux-III

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access