Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

L’inventaire des archives présidentielles de Charles de Gaulle

Nicole Even

Entrées d'index

Mots clés :

voyage présidentiel

Texte intégral

1Des remerciements liminaires doivent être adressés à tous ceux qui ont participé à la réalisation de l’inventaire des archives du général de Gaulle, président de la République, et dont les noms figurent dans l’ouvrage ; à la Fondation Charles-de-Gaulle, en la personne de son président, Jacques Godfrain, partenaire de cette manifestation, et sans laquelle rien de pertinent ne peut se faire quand il s’agit du général de Gaulle ; aux directrices successives des Archives nationales, Isabelle Neuschwander, puis Agnès Magnien, qui m’ont confié la mission de reprendre l’élaboration d’un instrument de recherche qui englobe le fonds De Gaulle dans son intégralité ; aux responsables successifs de l’ancienne section du xxe siècle des Archives nationales, spécialement Christian Oppetit, qui a suivi de près ce projet auquel il était très attaché et qui a trouvé les moyens pour la réalisation de cet inventaire, Catherine Mérot, qui reprit le projet en cours et continua à le soutenir, et enfin la responsable du département de l’Exécutif et du Législatif, instauré en 2012, Isabelle Chave, qui a, avec énergie et enthousiasme, finalisé l’inventaire, grâce à d’ultimes corrections, et participé à l’organisation de la présente journée d’étude ; à oute l’équipe de l’ancienne section du xxe siècle qui a supporté ce projet, parfois envahissant, pendant trois ans ; enfin, à Maurice Vaïsse, d’une aide irremplaçable pour l’organisation de cette journée d’étude.

2Classer les archives du général de Gaulle, président de la République, peut sembler une tâche longue et impressionnante ; ce fut d’abord et avant tout un honneur. Lorsque « le plus illustre des Français » franchit les portes de l’Élysée pour la cérémonie d’investiture, le 8 janvier 1959, c’était non seulement un nouveau président de la République qui arrivait à la tête de l’État, mais aussi l’homme du 18 Juin. Avec lui, un nouveau régime s’installait, la Ve République, fondée par l’adoption d’une nouvelle Constitution, le 4 octobre 1958. Désormais, la réalité du pouvoir était à l’Élysée puisque, selon le mot du Général lui-même, pour que le pouvoir s’exerçât, « encore eût-il fallu qu’il y eût un chef et qu’il y eût un État ». À l’Élysée arrivaient, avec le fondateur de la Ve République, quarante-cinq collaborateurs. Le premier groupe, d’où se détachaient les plus anciens compagnons du général de Gaulle, Geoffroy de Courcel, René Brouillet, Pierre Lefranc et Olivier Guichard, semblait une sorte d’« académie de la France libre, de la Résistance et du Rassemblement du peuple français », selon les mots de l’historien Jean Lacouture. Mais, peu à peu, allait venir une équipe forgée, comme pour la plupart des hommes publics français, par le Conseil d’État, la Cour des comptes, le Quai d’Orsay, l’École normale supérieure et bientôt par l’École nationale d’administration.

3Il faut maintenant en arriver à l’inventaire lui-même. Dans sa structure, il reflète l’histoire du fonds, constitué au fur et à mesure de la remise des documents. Il est composé de deux parties, intitulées selon leur provenance. La partie dite « Élysée » conserve surtout les documents concernant les relations internationales et les dossiers relatifs aux voyages présidentiels et au protocole, alors que la partie dite « Solférino » conserve, principalement, les documents relatifs aux affaires algériennes et à la modernisation de la France. Pour autant, l’une et l’autre se complètent pour ne constituer qu’un seul fonds. Dans ces deux parties, se retrouvent les archives du secrétariat particulier, dirigé par Xavier de Beaulaincourt, de 1945 à 1970. C’est là que sont conservés les trente-quatre volumes reliés des manuscrits des discours prononcés par le Général, tant en France qu’à l’étranger : discours à la jeunesse allemande de Ludwigsburg du 9 septembre 1962, discours de Mexico du 3 octobre 1964 (« Marchamos la mano en la mano »), discours de Moscou du 30 juin 1966 (« C’est une visite que la France de toujours rend à la Russie de toujours ») ou encore le célèbre discours de Pnom-Penh du 1er septembre 1966. Devant une foule immense, le général de Gaulle prononça, en uniforme, alors que le bruit des bombardements américains sur le Nord-Viêtnam était parfaitement audible, un discours qui rappelait que tout peuple était libre, par la grandeur de son passé et de sa civilisation, et qu’il n’avait pas à subir le diktat d’un grand frère quel qu’il fût. Par ailleurs, c’est là que se trouvent les dossiers du Conseil des ministres du général de Gaulle. C’est là aussi que sont conservés les dossiers de personnalités, ceux-là même mentionnés par Claude Dulong dans son ouvrage La Vie quotidienne à l’Élysée au temps de Charles de Gaulle. Ils illustrent la riche correspondance, souvent inédite, que le général de Gaulle entretenait avec le monde non seulement politique, mais aussi intellectuel et artistique de son temps et tout spécialement avec les écrivains : François Mauriac, André Malraux, Romain Gary, Jean Cocteau ou encore Jean-Paul Sartre, qui ne ménageait pourtant pas ses critiques à l’encontre du chef de l’État, qui, en retour, lui répondait avec bienveillance. L’illustre écrivain échappa, d’ailleurs, à l’inculpation et à la condamnation, lors de l’affaire du « Manifeste des 121 », sur ces mots du Général : « On n’arrête pas Voltaire ».

4Les archives du Cabinet, successivement dirigé par René Brouillet, Georges Galichon puis Gérard de La Villèsbrunne sont réparties également dans les deux parties du fonds. Le général de Gaulle considérait que le Cabinet avait en charge la Nation, donc ceux qui la composent, c’est-à-dire les Français. L’intense activité du Cabinet a produit les riches dossiers des voyages présidentiels, tant en France qu’ à l’étranger (par exemple, en République fédérale d’Allemagne, du 4 au 9 septembre 1962, ou bien en Amérique latine, du 21 septembre au 16 octobre 1964), souvent consultés par les chercheurs. Le Cabinet mettait au point l’emploi du temps présidentiel dans les agendas, dont la collection est conservée de 1958 à 1969.

5Le secrétariat général, dans l’esprit du général de Gaulle, établissait les relations de la Présidence avec l’État. Successivement dirigé par Geoffroy de Courcel, Étienne Burin des Roziers puis Bernard Tricot, c’était un rouage essentiel de la présidence de la République. Les conseillers et chargés de mission avaient à traiter des affaires algériennes, de la politique étrangère et de tous les aspects de la vie politique, financière, économique et sociale du pays, sans oublier les affaires constitutionnelles et juridiques. Les archives, très complètes, de René Brouillet, de Bernard Tricot et de Jean-Jacques de Bresson sur les événements d’Algérie fournissent des sources essentielles sur l’aspect le plus tragique de la Présidence du général de Gaulle. Le fonds de Jacques Patin, chargé de mission pour les affaires juridiques, reste largement inédit sur les affaires algériennes, les attentats contre le chef de l’État ou les événements de Mai 1968. Sont également conservés, dans leur intégralité, les fonds des conseillers économiques et financiers, notamment ceux de Jean-Maxime Lévêque, de Jean Méo et de Jean Dromer. Ils contiennent les notes de synthèse hebdomadaires rédigées pour le général de Gaulle, les dossiers concernant tous les sujets relatifs à la vie économique et à la modernisation de la France, du plan de stabilisation du franc de 1963 au lancement de la rénovation du quartier des Halles à Paris, de la fermeture des mines de charbon et de la dure grève des mineurs de Decazeville à l’adoption de la loi d’orientation sur l’agriculture et aux dossiers sur les grandes infrastructures. Cet ensemble constitue une source riche de plusieurs milliers de documents inédits, qui, je l’espère, feront, dans un avenir proche, l’objet de travaux de recherche. Le secrétaire général - c’était une innovation - assistait au Conseil des ministres. C’est ainsi qu’est conservée une collection complète des dossiers du Conseil des ministres, avec, dans certains cas, les notes manuscrites prises en séance, notamment celles de Bernard Tricot entre 1967 et 1969.

6Pour achever ce rapide aperçu de la richesse de ces archives, un fonds paraît particulièrement intéressant pour les chercheurs : celui du service photographique, qui comporte des tirages de lecture et leurs négatifs pour les événements qui se sont déroulés tant à l’Élysée que dans les autres résidences présidentielles, visites des chefs d’État étrangers, remise des lettres de créance des ambassadeurs, ou bien encore remises de décoration et chasses présidentielles.

7Au fil des cartons, des registres et des feuillets, les archives du premier président de la Ve République font écho à ces phrases de Serge Berstein, extraites de son livre La France de l’expansion : « [Le général de Gaulle] n’en reste pas moins le personnage historique majeur de la France du xxe siècle pour avoir été capable de négocier l’adaptation de son pays aux conditions du moment […]. Puisque la politique n’est après tout que l’art du possible, ce n’est pas un mince succès que de rendre un peuple fier de lui-même en transmuant par le discours le vil plomb des faits en or de la légende. »

Auteur

Conservateur en chef du patrimoine aux Archives nationales, département de l’Exécutif et du Législatif, responsable du pôle Grands Organes de contrôle de l’État et des archives présidentielles de Charles de Gaulle et de Jacques Chirac

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access