Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

L’état des recherches sur De Gaulle, les gaullistes et le gaullisme

Gilles Le Béguec

Texte intégral

1Après avoir remercié chaleureusement les Archives nationales et tous ceux qui ont participé à la conception et à la réalisation de l’important instrument de travail présenté à l’occasion de cette journée d’étude, en particulier Nicole Even, membre assidu de cet organe de réflexion et de proposition qu’est la Fondation Charles-de-Gaulle, je concentrerai mon propos d’historien, et spécialement de directeur de thèse, intéressé toujours de plus près à l’histoire du gaullisme, à ’état des recherches sur De Gaulle, les gaullistes et le gaullisme.

Les études gaulliennes se portent bien

2Depuis maintenant plusieurs dizaines d’années, la recherche dans le domaine des études gaulliennes n’a pratiquement jamais cessé de progresser. Une telle performance est d’autant plus remarquable, qu’à de rares exceptions près, l’histoire politique abusivement qualifiée de « classique » tend à devenir en France un secteur sinistré. Il vaut la peine de s’interroger brièvement sur les raisons d’un pareil dynamisme. Elles sont de divers ordres. On retiendra les quatre principales.

3La personnalité du général de Gaulle et les temps forts de la geste gaullienne continuent à fasciner de nombreux historiens, même si l’on assiste depuis quelques années, au moins dans le cas français, à un déplacement des centres d’intérêt en direction de l’environnement politique, culturel, familial, voire, mais c’est plus rare, amical du Général. On regrettera toutefois que la question centrale du « gaullisme », considérée dans sa nature singulière et ses significations historiques multiples, demeure un peu négligée. La conséquence en est que la recherche reste ainsi parfois prisonnière d’idées reçues et de stéréotypes.

4La seconde raison tient à l’importance et à la qualité de la contribution apportée par les associations dites « mémorielles », au premier rang desquelles la Fondation Charles-de-Gaulle. Mais il faut également faire mention des manifestations à caractère scientifique organisées dans le cadre des activités de l’Association Georges-Pompidou, du Centre d’études Edmond-Michelet, installé à Brive, et, de façon plus ponctuelle, des sociétés d’amis de quelques-unes des grandes figures du mouvement gaulliste, Michel Debré, Jacques Chaban-Delmas et Pierre Messmer, par exemple, ébauche de recensement qui ne prétend pas à l’exhaustivité.

  • 1 Les 1er et 2 décembre 2011 s’est tenu à Bordeaux, sous les auspices de l’ANR-Gaulhore, un colloque (...)

5Un troisième facteur de dynamisme réside dans le travail de fourmi, au meilleur sens de l’expression, réalisé par un petit nombre d’équipes universitaires fonctionnant en réseau. Citons tout spécialement l’équipe réunie par Bernard Lachaise, professeur d’histoire contemporaine à l’université Michel-de-Montaigne-Bordeaux III, membre du conseil scientifique de la Fondation Charles-de-Gaulle, auteur du programme Gaulhore-Gaullistes : hommes et réseaux de l’Agence nationale de la recherche, équipe épaulée par le Centre aquitain de recherche en histoire contemporaine1, le Centre d’histoire de Sciences-Po et le Centre régional universitaire lorrain d’histoire.

6Il faut se féliciter enfin du haut degré d’implication des Archives nationales et des relations de travail, d’une rare efficacité, mises en place depuis plusieurs années entre leurs services et les associations mémorielles (essentiellement la Fondation Charles-de-Gaulle et l’Association Georges-Pompidou), sans oublier le service des archives du Centre d’histoire de Sciences-Po.

Un avenir plein de promesses

7Les études gaulliennes se portent bien, et le bilan des recherches est impressionnant. Mais le principal motif de satisfaction réside dans les perspectives plus que prometteuses qui se dessinent sur le court et le moyen terme. Cette profession de foi d’optimisme historiographique puise sa justification dans un triple constat.

  • 2 Voir Chantal Morelle, Louis Joxe, diplomate dans l’âme, Bruxelles, A. Versaille, 2010, 892 p. et Él (...)
  • 3 Voir Jérôme Pozzi, Les Mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux (1958-1976), Rennes, (...)

8En premier lieu, les années qui viennent de s’écouler ont été marquées par l’émergence d’une génération de jeunes chercheurs, souvent très motivés, qui sont parvenus à mener à bien des travaux d’une excellente qualité scientifique. On pense tout spécialement ici à ceux qui ont consacré leur thèse à la question des entourages (c’est-à-dire soit à telle ou telle collaboration privilégiée du général de Gaulle - Louis Joxe ou Gaston Palewski, pour se borner à faire état de deux exemples récents2 -, soit à une équipe considérée dans sa totalité) ou bien, dans un registre différent, aux mouvements d’inspiration gaulliste, en particulier pour la période de la Ve République3. Plusieurs d’entre eux prétendent poursuivre dans les voies ainsi tracées et participent de manière active à l’organisation ou à l’animation de séminaires, colloques ou autres journées pédagogiques.

  • 4 Gaetano Quagliariello, La Religion gaulliste, Paris, Perrin, 2007, 611 p. Appareil critique très dé (...)
  • 5 Riccardo Brizzi et Michele Marchi ont publié en 2008, aux éditions Il Mulino, de Bologne, une biogr (...)

9Ensuite, comme l’atteste de façon hautement symbolique la présence du professeur Julian Jackson, professeur à l’Université de Londres, membre du conseil scientifique de la Fondation Charles-de-Gaulle, engagé dans la rédaction d’une nouvelle biographie de l’homme du 18 Juin, la geste gaullienne continue de retenir l’attention de nombreux chercheurs étrangers. Fidèle à la règle consistant à parler d’abord de ce que l’on connaît le moins mal, on se bornera à citer ici le cas, exemplaire à bien des égards, de l’Italie. Dans le domaine longtemps négligé des études gaulliennes, une impulsion nouvelle a été donnée au début des années 2000 par Gaetano Quagliariello, professeur à la Libre Université internationale des sciences sociales (LUISS) Guido Carli, auteur d’un ouvrage fondamental, De Gaulle e il Gaullismo, paru en Italie en 2003 et publié, dans la version française, en 2007, sous le titre de La Religion gaulliste4. Sous la houlette de Gaetano Quagliariello et de Paolo Pombeni, professeur à l’université de Bologne, un véritable pôle de recherche s’est ainsi récemment constitué. Les sujets les plus divers ont été abordés, depuis les relations complexes entretenues par Raymond Aron avec le gaullisme (Lucia Bonfreschi) jusqu’au couple franco-allemand à l’époque de De Gaulle et de Konrad Adenauer (Gabriele D’Ottavio) en passant par les allocutions télévisées du Général (Riccardo Brizzi) et les rapports avec le monde catholique (Michele Marchi, qui prépare actuellement une biographie de Georges Pompidou)5.

  • 6 Robert Poujade, Avec De Gaulle et Pompidou, Paris, Éd. de l’Archipel, 2011, 280 p.
  • 7 Jean Charbonnel, Pour l’honneur du gaullisme. Contre-enquête sur un héritage, Paris, Riveneuve, 201 (...)
  • 8 Jacques Belle, Le 30 mai 1968, la guerre civile n’aura pas lieu, Paris, Economica, 2012, 192 p.
  • 9 Pierre Lelong, Une expérience française. 50 ans au cœur de la République, Paris, France-Empire, 201 (...)

10Enfin, de nouveaux matériaux continuent d’être mis à la disposition des chercheurs. On fait allusion à l’ouverture de nombreux fonds d’archives privés, en France (en particulier à la Fondation Charles-de-Gaulle) ou à l’étranger (les papiers François-Xavier Ortoli, par exemple, conservés à l’Institut européen de Florence) et à la publication quasi ininterrompue de livres de souvenirs. L’année 2011-2012 a été ainsi une année particulièrement faste, la moisson étant d’autant plus riche que beaucoup de ces livres sont aussi des ouvrages de réflexion, prenant très souvent en compte les travaux des historiens. On se bornera à citer : Avec De Gaulle et Pompidou de Robert Poujade, paru en 20116 ; Pour l’honneur du gaullisme. Contre-enquête sur un héritage de Jean Charbonnel7 ; Le 30 mai 1968, la guerre civile n’aura pas lieu de Jacques Belle8, et, tout récemment, Une expérience française. 50 ans au cœur de la République de Pierre Lelong9. Tout laisse à penser que la source n’est pas prête à se tarir.

11Il reste à formuler un double souhait. Les rédacteurs de l’inventaire Archives de la Présidence de la République. Général de Gaulle (1959-1969) ont eu l’excellente idée d’incorporer un texte d’ensemble de quatorze pages, très complètes, de mise au point sur l’état présent des sources qualifiées de « sources complémentaires ». Tous les historiens travaillant sur De Gaulle et le gaullisme leur en sauront gré. Mais ils peuvent également considérer ce premier effort de recensement systématique comme une invite à aller beaucoup plus loin, c’est-à-dire à passer à la réalisation d’un guide de recherches d’une portée encore plus ambitieuse, tenant compte, en particulier, des fonds documentaires, de nature publique ou de nature privée, conservés en dehors de l’Hexagone.

12Dans un ordre d’idées un peu différent, l’heure a sonné de l’engagement d’une entreprise débouchant sur la réédition de la série Discours et Messages. La masse des documents de diverse nature mise aujourd’hui à la disposition des historiens confère à une telle entreprise un caractère à la fois nécessaire et réalisable dans des délais relativement rapprochés, si l’on considère tout au moins la question sous un aspect uniquement scientifique. Tel est un des objectifs que compte se fixer la Fondation Charles-de-Gaulle pour les années qui viennent.

Notes

1 Les 1er et 2 décembre 2011 s’est tenu à Bordeaux, sous les auspices de l’ANR-Gaulhore, un colloque sur le thème : Les Gaullistes de 1958 à 1981 : diversité et originalité d’une famille politique. Organisée sous l’impulsion de Bernard Lachaise, cette manifestation scientifique a entièrement renouvelé la question, tout en ouvrant de nombreuses pistes de recherche.

2 Voir Chantal Morelle, Louis Joxe, diplomate dans l’âme, Bruxelles, A. Versaille, 2010, 892 p. et Élisabeth Glasser-Yverneau, Gaston Palewski, acteur et témoin d’un demi-siècle de vie publique et politique française (1929-1974), thèse de doctorat inédite, 2008. Ces deux thèses ont été dirigées par Maurice Vaïsse et soutenues à l’IEP-Paris.

3 Voir Jérôme Pozzi, Les Mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux (1958-1976), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, 390 p. (bibliographie très complète, tenant compte des travaux universitaires inédits), et François Audigier et Frédéric Schwindt (dir.), Gaullisme et Gaullistes dans la France de  ’Est sous la IVe République, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 421 p.

4 Gaetano Quagliariello, La Religion gaulliste, Paris, Perrin, 2007, 611 p. Appareil critique très développé, avec de nombreuses références renvoyant à des ouvrages en langue italienne.

5 Riccardo Brizzi et Michele Marchi ont publié en 2008, aux éditions Il Mulino, de Bologne, une biographie très complète de Charles de Gaulle. Riccardo Brizzi est l’auteur d’un travail approfondi intitulé L’uomo dello schermo. De Gaulle e i media, Bologne, Il Mulino, 2010, 357 p. L’ouvrage sera prochainement traduit en langue française. Michele Marchi vient de publier, fin 2012, chez l’éditeur Rubbettino, un ouvrage de synthèse intitulé : Alla ricerca del cattolicesimo politico. Politicae religione in Francia da Pétain a De Gaulle.

6 Robert Poujade, Avec De Gaulle et Pompidou, Paris, Éd. de l’Archipel, 2011, 280 p.

7 Jean Charbonnel, Pour l’honneur du gaullisme. Contre-enquête sur un héritage, Paris, Riveneuve, 2011, 220 p.

8 Jacques Belle, Le 30 mai 1968, la guerre civile n’aura pas lieu, Paris, Economica, 2012, 192 p.

9 Pierre Lelong, Une expérience française. 50 ans au cœur de la République, Paris, France-Empire, 2012, 428 p.

Auteur

Président du conseil scientifique de la Fondation Charles-de-Gaulle

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access