Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

 | 
Jean-François Bert

Introduction

Texte intégral

1En 2010, le quotidien suisse Le Temps1 publia un appel en vue de préparer, pour 2013, le centenaire de la mort du linguiste Ferdinand de Saussure. La présidente du cercle Ferdinand de Saussure demanda aux Genevois de fouiller dans leur « grenier » pour trouver des notes d’étudiants qui auraient assisté, entre 1906 et 1911, aux cours du linguiste. Une demande qui s’explique par le fait que l’œuvre de Saussure, et plus particulièrement son cours de linguistique général, résulte d’un montage réalisé par deux auditeurs, les linguistes Charles Bally et Albert Sechehaye qui, en comparant plusieurs cahiers d’étudiants, ont pu réaliser une première synthèse de ses enseignements. La découverte d’autres cahiers conservés au département des manuscrits de la Bibliothèque de Genève a permis de préciser des points de théorie controversés2.

  • 3  (Aeschimann et Monin, 2012). On peut se reporter également à l’article de Marie-Odile Germain dans (...)

2C’est en 2013 qu’un autre « dossier » d’archives défraya la chronique3 : la vente des documents et des manuscrits inédits de Michel Foucault à la BNF (quatre-vingt-dix boîtes, soit un volume de trente-sept mille feuillets d’archives personnelles). L’institution possédait déjà deux manuscrits du philosophe : la première version de l’Archéologie du savoir et plusieurs étapes de rédaction des deux derniers volumes de l’Histoire de la sexualité qui ont été publiés quelques jours avant la mort de Foucault en 1984.

Ces deux événements récents, qui concernent des auteurs emblématiques des sciences humaines et sociales, ont plusieurs points communs.

  • 4  Les quelques anecdotes que raconte Paul Leuilliot dans la revue des Annales en 1966 dessinent un t (...)
  • 5  Jusque-là elles ont surtout été conservées en fonction de la notoriété de l’auteur. Le cas le plus (...)

3En premier lieu, les archives dont il est question sont des notes de cours, des fiches préparatoires, des brouillons, des notes éparses d’étudiants. Ces archives sont celles d’un travail quotidien ; elles nous donnent à voir le laboratoire de l’œuvre, l’atelier d’une écriture et d’une pensée. Il y a un autre point commun entre ces deux fonds : ces archives ont été jusqu’alors négligées, tant par les institutions patrimoniales et universitaires que par les historiens, philosophes et épistémologues spécialistes de l’auteur ou du domaine4. Jugés inintéressants (ou difficilement monnayables5), au contraire d’un manuscrit ou d’une correspondance, ces documents mineurs dont le statut oscille entre brouillons et fragments, n’ont que très peu été étudiés alors même qu’ils permettent d’analyser – on le verra – les nombreux processus qui sont au cœur de la recherche en sciences humaines et sociales. Troisième et dernier point commun : ces archives posent aux professionnels des archives, comme aux chercheurs, des questions complexes. Comment conserver ces documents ? Comment les rendre accessibles, par exemple faut-il les numériser ? Comment les transformer en données utilisables pour d’autres chercheurs, et à quelles conditions ? J’ajoute encore une dernière question qui prend aujourd’hui de l’importance : comment se départir des classifications existantes, qu’elles soient administratives, chronologiques ou fonctionnelles, qui empêchent bien souvent de saisir la richesse et la diversité de ce qui est conservé (Müller et Wolikow, 2008) ?

4Si les archives de Foucault et de Saussure sont des « trésors », au sens propre comme au sens figuré, c’est d’abord parce qu’elles matérialisent, parfois très concrètement, les évolutions des manières de faire, de travailler, d’écrire, de poser les problèmes des deux auteurs. Elles sont la preuve indéniable que la pensée n’est pas une chose abstraite, qu’elle se réalise dans le quotidien d’un travail de lecture, d’écriture, de corrections successives, de dépouillements bibliographiques, d’accumulation personnelle et progressive de données, d’échanges (épistolaires), de discussions et de polémiques… Un savoir qui est fait de bribes, de pistes suivies et abandonnées que le détour par les archives permet de suivre sans pour autant écraser cette fragmentation propre à tout travail de recherche par un discours surplombant, continuiste et parfois orienté.

  • 6  Je laisserai de côté, volontairement, la question des archives « institutionnelles » de la recherc (...)

5Une première réponse à la question de savoir ce qu’est une archive de chercheur doit consister en une définition volontairement extensive de ce qu’il faut entendre par « archive » du travail savant. Celle-ci peut prendre la forme d’un texte publié, d’un manuscrit, de carnets de notes, d’agendas, mais aussi d’un croquis, ou d’un instrument (appareils d’enregistrement, appareils photographiques ou cinématographiques…), d’une collection d’objet (herbier, diapositives, mots…), de documents de travail qui vont de la simple coupure de presse d’un journal régional à la photocopie annotée d’un article tiré d’une revue spécialisée… tout ce qui finalement peut documenter de manière plus ou moins évidente l’ensemble des pratiques effectives, des objets et des discours qui entourent et accompagnent la venue au jour des idées et des concepts scientifiques6.

  • 7  Plusieurs termes peuvent être employés pour définir cette activité : érudit, savant, lettré, intel (...)
  • 8  N’oublions pas, néanmoins, tous ceux qui se sont formés « sur le tas » aux méthodes, aux démarches (...)
  • 9  Voir sur ce point les nombreux travaux de l’historien Christophe Charles.
  • 10  Un seul exemple, bien connu par ailleurs, de la manière dont une discipline s’institutionnalise : (...)

6En introduisant cette réflexion avec les cas particuliers de Saussure et de Foucault, il est possible d’assumer un second cadrage de la question qui va nous occuper ici. Il s’agira en effet de parler d’un type particulier de chercheur, de celui qui s’occupe de sciences humaines et sociales7. Je me bornerai également à une période précise qui s’étend du dernier tiers du xixe siècle à la première moitié du xxe siècle. Période riche en événements intellectuels et en révolutions documentaires où l’idéal du savoir et l’image du savant se sont largement transformés. L’historien, le philosophe, le psychologue, le linguiste… sont des agrégés, souvent issus de l’École normale supérieure, auteurs d’une thèse de doctorat8, investis dans l’administration de la recherche9. L’inventivité, la subtilité et l’ingéniosité qui étaient encore des qualités reconnues pour les « savants » des xviie et xviiie siècles sont reléguées au second plan. L’enseignement universitaire est par ailleurs largement repensé. Chaque branche du savoir constitue son modèle professionnel fait de compétences reconnues et valorisées, de concours qui permettent d’en contrôler l’accès (comme l’agrégation), de revues et d’associations professionnelles et de sociétés savantes auxquelles il est important d’adhérer… La fin du xixe siècle se caractérise surtout par le développement de savoirs nouveaux sur l’homme et le social, des recherches empiriques, et peut-être surtout une nouvelle préoccupation d’objectivité. En l’espace de quelques décennies, les « sciences » dites sociales vont s’institutionnaliser10, se discipliner (Boutier, Passeron et Revel éd., 2006). L’on va mettre au point puis confirmer de nouvelles manières de travailler en décidant, par exemple, de se donner certaines conventions d’écriture qui sont encore utilisées aujourd’hui.

7Ce mouvement entamé dans la dernière décennie du xixe siècle va connaître un premier bouleversement dans les années 1920-1930 ou plusieurs auteurs dont Marcel Mauss, Henri Berr, Lucien Febvre ou Marc Bloch cherchent à défendre un principe d’interdisciplinarité. C’est à la frontière, sur la frontière ajoute Febvre dans ses Combats pour l’histoire, « un pied en deçà, un pied au-delà », qu’il s’agit de travailler. De nouveaux vocables se créent. On parle de « psychologie sociale », de « sociolinguistique », de « géographie humaine », « d’anthropologie sociale et culturelle ». Les rapports entre sciences sociales et sciences naturelles sont largement repensés. La biologie et la physiologie deviennent indispensables aux démographes. La botanique, la zoologie, ou encore la minéralogie, le sont pour les ethnologues, et finiront par devenir de véritables disciplines auxiliaires. La planification institutionnelle permettra un peu plus tard encore de donner un reflet pédagogique à cette question du partage des savoirs.

8Avec les années 1950 et l’arrivée de nouvelles institutions – comme le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ou l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) – et d’une nouvelle génération de chercheurs – les derniers sans doute à avoir connu la transmission de la science quasi exclusivement à travers l’imprimé (livres et articles) et à avoir pratiqué leur métier dans un monde qui précède de peu la révolution informatique –, le jeu des frontières disciplinaires se recompose presque entièrement (Gardin, 1991), esquissant celui qui vaut encore aujourd’hui pour nous.

9La question « qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? » implique une réflexion plus large sur ce que nous permettent ces archives du travail savant. À quelles conditions peut-on écrire l’histoire d’une « activité » marquée par la production des connaissances, l’innovation et la découverte ? une histoire qui soit par ailleurs aussi concrète et matérielle que possible, en premier dans ces questionnements. Il faudrait se demander, par exemple, comment les « savants » occupent leurs journées et s’ils les occupent aujourd’hui comme il y a dix, vingt, cinquante ans, ou même un siècle ? Comment lit-on un livre dans les années 1920 ? comment fait-on un cours magistral, un séminaire ; comment les étudiants prennent-ils des notes ? Comment sont recueillies les données, comment sont-elles classées, dans quel but ?

10De ce point de vue, décider de s’occuper des pratiques savantes, c’est certes prendre en compte la matérialité des archives, mais c’est d’abord réfléchir au quotidien de ces vies savantes, aux postures des corps, aux perceptions et aux sensations de ces savants. Lorsqu’ils évoquent leur travail, il est en effet question de fatigue physique, des longues heures passées à copier des ouvrages en bibliothèques, de rituels d’écriture, du choix d’un mobilier, d’instrument graphique, de techniques de prise de notes…

11C’est à tout cela que nous serons sensibles : l’atelier du travail savant et la manière dont les savants déploient tout au long de leurs parcours la machinerie de l’érudition et la représentation des savoirs comme ensemble d’opérations, routinières et modestes, solitaires ou partagées, conceptuelles ou manuelles.

Figure 1.
La première page de ce livre peut être un bon exemple de ce que l’on vient de définir comme relevant d’une « archive de chercheur ».
Ce texte dactylographié, encore dans sa phase préparatoire, comprend des ratures et des ajouts manuscrits. Pour autant, cette simple page à la fois très proche et très éloignée de la version finale publiée permet de se poser plusieurs questions : Est-ce la première version du texte ? Existe-t-il une version antérieure, entièrement manuscrite ? N’y a-t-il pas trace de ce travail dans une correspondance, un cahier, sous la forme d’un brouillon, d’un travail précédemment publié ou annoncé lors d’une communication ? S’il s’agit d’une version, qu’est-ce qui la distingue du texte final et des autres versions ?
L’observation de cette page permet aussi de préciser le travail d’écriture de son auteur. La question du choix du titre et sa difficulté à choisir entre « chercheur » et « sciences sociales » semble importante. On perçoit la trace de lectures et de corrections successives. Dès lors, il faut chercher à savoir dans quel contexte l’auteur a produit ce texte et pourquoi il a finalement supprimé la première note concernant l’étymologie du mot « archive » ? De la même manière, pourquoi a-t‑il signalé dans le coin supérieur droit « Toulouse université archive » ? Fait-il référence, ici ou ailleurs dans son texte, à la mission des archives de cette université qui œuvre depuis 2003 à la conservation et à la mise à disposition des fonds de ses enseignants chercheurs ?
Se tourner vers la question du contexte de production de cette page demande donc d’en savoir plus sur l’auteur et ses activités : A-t-il publié d’autres textes au même moment ? Sur quoi et avec qui était-il en train de travailler ? Qu’était-il en train de lire ? Quels sont les sujets de ses enseignements ?
Arrêtons là : cette énumération montre déjà à quel point il importe de se demander, dans ce type de travail, jusqu’où aller dans la description et ce qu’il est pertinent de retenir, ou d’ignorer.

Notes

1  Voir http://www.letemps.ch/Page/Uuid/07938f18-14fa-11df-9448-b66681410563. Ce lien, comme tous ceux donnés dorénavant, a été consulté le 19 février 2014.

2  L’édition du Cours de linguistique (1916) a été largement augmentée par l’édition critique de Tullio de Mauro en 1972. On peut se reporter, concernant Saussure, à l’exposition virtuelle de la Bibliothèque de Genève (BGE) intitulée : « Qui était Ferdinand de Saussure ? » (voir http://www.ville-ge.ch/bge/evenements/expositions-virtuelles/saussure). L’inventaire des archives est en ligne : http://w3public.ville-ge.ch/bge/odyssee.nsf/Attachments/saussure_famille_deframeset.htm/$file/saussure_famille_deframeset.htm?OpenElement).

3  (Aeschimann et Monin, 2012). On peut se reporter également à l’article de Marie-Odile Germain dans le numéro du Magazine littéraire de février 2014 (Germain, 2014).

4  Les quelques anecdotes que raconte Paul Leuilliot dans la revue des Annales en 1966 dessinent un tableau bien sombre de la situation. Il est encore malheureusement le nôtre aujourd’hui : « dans telle ville, la veuve d’un professeur a détruit un travail de philologie, fruit de quarante ans de travaux et qui devait renouveler sur de nombreux points notre connaissance du vieux français ; dans telle autre, la photothèque d’un érudit, lors de la vente des meubles, a été jetée aux vieux papiers ; dans telle autre, les papiers et archives d’un érudit local, qui collectionnait les manuscrits, ont disparu à tout jamais » (Leuilliot, 1966).

5  Jusque-là elles ont surtout été conservées en fonction de la notoriété de l’auteur. Le cas le plus fréquent reste donc celui de la disparition (Wolikow, 2009).

6  Je laisserai de côté, volontairement, la question des archives « institutionnelles » de la recherche, pour me concentrer sur les archives personnelles.

7  Plusieurs termes peuvent être employés pour définir cette activité : érudit, savant, lettré, intellectuel, scientifique, chercheur, mais aussi professeur (sous ses nombreuses formes : mandarin, patron, maître), universitaire. Toutes ces expressions supposent des connaissances acquises par l’étude, l’exercice de l’esprit, mais aussi par l’emploi de techniques particulières (accumulation, copie, classement…). Nous utiliserons surtout les termes de « savant » et de « chercheur » ; des désignations qui ont cependant des spécificités. L’érudit est l’envers de l’ignorant (rudis) ; c’est celui qui connaît et qui annote. L’érudition est le genre de connaissance de l’homme de cabinet, du docte, et de l’expert qui a suivi le système d’apprentissage classique du trivium (grammaire, rhétorique, dialectique) et du quadrivium (arithmétique, géométrie, musique, astronomie). D’abord privilège clérical, les moines se sont vus concurrencés par l’émergence d’autres institutions, dont les universités à partir du xiiie et xive siècle dont le rôle est de produire des savants. Cette figure du savoir s’imposera avec l’émergence de la société industrielle et le rejet des valeurs religieuses, surtout au xviiie siècle. Le savant est celui qui a une compétence exceptionnelle dans une discipline scientifique, compétence qui sera souvent moquée d’ailleurs. C’est à la fin du xixe siècle que le savant sera remplacé par l’intellectuel, dont le nom est synonyme d’engagement depuis l’affaire Dreyfus (1898). Si l’image de l’intellectuel est pour longtemps rattachée à Émile Zola, le terme est utilisé tout au long du xxe siècle pour décrire les postures de nombreux penseurs dont Sartre, Foucault ou encore Bourdieu. L’appellation universitaire, désormais enseignant-chercheur, prend en compte les attentes liées à l’enseignement et à ses destinataires. Le chercheur est d’une certaine manière plus spécialiste encore que le savant, car titulaire d’un doctorat. Il est de plus évalué tout au long de son travail, par ses pairs, par des relecteurs, par ses étudiants aussi.

8  N’oublions pas, néanmoins, tous ceux qui se sont formés « sur le tas » aux méthodes, aux démarches et aux objets des sciences humaines alors en constitution. Ce sont eux qui, la plupart du temps, ont joué le rôle de passeurs entre disciplines, réfléchissant à ces zones de frottement entre les savoirs.

9  Voir sur ce point les nombreux travaux de l’historien Christophe Charles.

10  Un seul exemple, bien connu par ailleurs, de la manière dont une discipline s’institutionnalise : celui de l’ethnologie. Elle achève au milieu des années 1920 un processus commencé dans les premières années du xixe siècle par la création de l’Institut d’ethnologie et surtout par l’affirmation d’une définition méthodologiquement cohérente et opératoire de son domaine.

Table des illustrations

Légende Figure 1. La première page de ce livre peut être un bon exemple de ce que l’on vient de définir comme relevant d’une « archive de chercheur ». Ce texte dactylographié, encore dans sa phase préparatoire, comprend des ratures et des ajouts manuscrits. Pour autant, cette simple page à la fois très proche et très éloignée de la version finale publiée permet de se poser plusieurs questions : Est-ce la première version du texte ? Existe-t-il une version antérieure, entièrement manuscrite ? N’y a-t-il pas trace de ce travail dans une correspondance, un cahier, sous la forme d’un brouillon, d’un travail précédemment publié ou annoncé lors d’une communication ? S’il s’agit d’une version, qu’est-ce qui la distingue du texte final et des autres versions ? L’observation de cette page permet aussi de préciser le travail d’écriture de son auteur. La question du choix du titre et sa difficulté à choisir entre « chercheur » et « sciences sociales » semble importante. On perçoit la trace de lectures et de corrections successives. Dès lors, il faut chercher à savoir dans quel contexte l’auteur a produit ce texte et pourquoi il a finalement supprimé la première note concernant l’étymologie du mot « archive » ? De la même manière, pourquoi a-t‑il signalé dans le coin supérieur droit « Toulouse université archive » ? Fait-il référence, ici ou ailleurs dans son texte, à la mission des archives de cette université qui œuvre depuis 2003 à la conservation et à la mise à disposition des fonds de ses enseignants chercheurs ? Se tourner vers la question du contexte de production de cette page demande donc d’en savoir plus sur l’auteur et ses activités : A-t-il publié d’autres textes au même moment ? Sur quoi et avec qui était-il en train de travailler ? Qu’était-il en train de lire ? Quels sont les sujets de ses enseignements ? Arrêtons là : cette énumération montre déjà à quel point il importe de se demander, dans ce type de travail, jusqu’où aller dans la description et ce qu’il est pertinent de retenir, ou d’ignorer.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/721/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M