Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Conclusion

Texte intégral

1Le parcours suivi dans ce livre ouvre des perspectives de recherche autant qu’il dresse, si j’ose dire, un état des lieux. Il me faut revenir, au moment de conclure, sur cette question fondamentale : quels sont au fond l’enjeu central, l’apport principal d’une approche des savoirs du point de vue des lieux et des dynamiques spatiales qu’ils produisent et où ils s’inscrivent ? En quoi l’accent mis sur les lieux, dans la diversité de leurs formes, de leurs matérialités et de leurs fonctions, permet-il de renouveler les perspectives de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs ?

2Trois points me semblent devoir être soulignés :

  1. Les lieux de savoir invitent à penser les savoirs humains, leurs acteurs et leurs usages, selon une double modalité : d’une part l’inscription, l’objectivation et l’incorporation – qu’il s’agisse de supports, d’instruments, de lieux dédiés, d’acteurs individuels ou collectifs, de gestes et d’opérations – ; mais aussi la mobilité, les dynamiques du passage d’un lieu à l’autre, d’un lieu mental à un lieu matériel, d’un lieu individuel à un lieu social, de l’atelier à la bibliothèque, du laboratoire à l’usine. Plus qu’à une typologie fine et exhaustive des différentes catégories ou cas singuliers de lieux de savoir, notre projet s’attache à comprendre les modalités de passage d’un lieu à l’autre, les seuils de transformation, de formatage, de socialisation qui permettent à une idée, une interprétation, une hypothèse, une innovation technique de circuler et d’être diffusées au-delà de leur source, dans l’espace et dans le temps, et parfois à travers les langues et les cultures. Les lieux de savoir mêlent inextricablement le concret et l’abstrait, le matériel et l’immatériel, le technique et le mental, l’individuel et le social. En passant de l’un à l’autre, les artefacts que sont les produits de la pensée ou d’une opération manuelle changent de forme et de statut, on les découpe ou les agrège, on produit du global à partir du local ou inversement ; on les reproduit à l’identique ou on les transforme, on permet leur circulation dans des espaces de plus en plus étendus ou l’on s’assure de leur ancrage dans un lieu unique. Ces lieux de savoir peuvent être fixes ou mobiles, humains ou techniques, être des instruments ou des inscriptions, des livres ou des discours, des bibliothèques ou des ordinateurs.

  2. Les savoirs s’inscrivent dans les lieux où ils sont produits, pratiqués, où ils sont reçus ; mais ils sont aussi créateurs de configurations spatiales spécifiques. Tout savoir délimite un objet, un champ, un espace de travail, qu’il s’agisse d’un problème, de la quête du sens, de la compréhension d’un phénomène physique. On peut les définir par l’amplitude du champ qu’ils déploient ou par la profondeur de leur ancrage en un lieu. Certains savoirs sont extensifs, d’autres sont intensifs, et entre ces deux pôles se déploie une gamme de stratégies intermédiaires, qui caractérisent la nature et la portée de savoirs particuliers. On s’interrogera ainsi sur le degré de focalisation de tel ou tel savoir, sur sa vocation à la généralité, ainsi que sur son aptitude à favoriser le passage de l’un à l’autre de ces champs de vision. On observera les dispositifs intellectuels, graphiques, discursifs, techniques, mais aussi sociaux et institutionnels qui permettent à un savoir de passer par différents seuils, vers la généralisation ou la spécialisation : comment la totalité d’un champ est-elle préservée alors que l’on se spécialise sur tel ou tel de ses aspects ? Comment différentes formes de totalité peuvent-elles être produites à partir de l’addition et de l’assemblage de savoirs partiels ?
    Si l’on prend l’exemple du travail d’un commentateur sur le locus d’un texte, il peut choisir de considérer ce lieu pour lui-même, ou l’étudier dans des contextes plus ou moins larges, à l’échelle d’une section de l’œuvre, de l’œuvre entière, du genre discursif, de la bibliothèque contemporaine ou de la tradition. Un anthropologue ou un sociologue peut choisir de travailler sur un terrain particulier et dans ce cas, il est libre d’en déterminer l’extension, de fixer l’échelle de son enquête. Il peut aussi choisir un niveau de généralité convenant par exemple à un projet théorique. Il peut également passer de l’un à l’autre dans le même travail, et c’est là sans doute l’une des formes de la mobilité dans le travail de la réflexion et de l’écriture, du particulier au général, du factuel à l’interprétation.

  3. Enfin les savoirs ont aussi une existence dans l’espace. Certains restent extrêmement localisés, restreints à une aire de construction et de réception particulière qui délimite leur champ de validité et d’efficacité. D’autres peuvent être repris et adaptés dans des lieux différents et franchir des distances plus ou moins grandes – dans l’espace, dans le temps, entre les langues, entre les cultures. D’autres enfin peuvent être dissociés de leur terrain de construction, ils prétendent alors à l’universalité, quels que soient le lieu et le temps où ils sont considérés. Ces différents régimes de spatialité ne résultent pas des propriétés intrinsèques des savoirs ou d’une axiologie qui impliquerait nécessairement qu’un certain type de vérité ou de validation ait vocation à l’universel et à l’absolu, tandis que d’autres savoirs, ancrés dans le local, seraient voués à la contingence ou à la relativité. Ce qui lie ou délie un savoir de son lieu, ce qui lui permet de circuler et de changer d’échelle de diffusion, ce qui le rend recevable quel que soit le lieu considéré, ce sont les pratiques singulières qui le mettent en forme, les supports et les discours qui l’objectivent et permettent sa traduction, les dispositifs matériels ou les passeurs qui assurent son transfert, les techniques qui rendent sa diffusion à grande échelle possible, les institutions sociales qui en fondent l’autorité.

3De ce point de vue, une anthropologie de la validation sociale et des formes de circulation des savoirs constitue la prochaine étape du parcours intellectuel sur lequel j’ai essayé d’apporter un éclairage réflexif dans ces pages.