Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Plans de travail

Texte intégral

1Nous arrivons à présent à une catégorie particulière de lieux de savoir : les espaces où se déroulent les opérations de construction, d’objectivation et de transmission des savoirs. Ces « plans de travail » définissent l’ergonomie de l’activité savante : ils comprennent le mobilier, les instruments et les supports de cette activité. Ils se définissent par les gestes qu’ils permettent, qu’ils imposent parfois. Par « gestes », nous entendons aussi bien ceux de la main que ceux de la pensée, ceux de la fabrication que ceux de l’écriture et du discours. Le maniement des savoirs, dans leurs multiples formes, implique un continuum d’opérations, où le mental, le technique et le social sont toujours imbriqués.

2Nous considérons qu’il y a une homologie fondamentale entre la table de travail de l’artisan, celle du lettré ou du scientifique, la page que l’on écrit ou que l’on lit, l’écran d’ordinateur et les différentes fenêtres des applications que l’on utilise, des documents que l’on produit : il s’agit toujours d’une surface de travail matérielle, organisée et délimitée, déterminant les gestes et le regard, sur laquelle sont disposés des matériaux et les outils qui permettent de les transformer selon les règles d’un art particulier (Fraenkel, 2011 ; Schneider, 2011). Cet art peut être une technique artisanale, comme la menuiserie (Icher, 2011), ou une discipline intellectuelle, comme la philologie grecque : l’une et l’autre ont leurs règles et leurs protocoles, leurs instruments et leurs supports matériels. Ces outils peuvent être une scie, un marteau et un compas, comme un dictionnaire grec-français, une édition critique ou un cédérom (Berra, 2011). Pour d’autres savoirs, ce seront des ordinateurs, des dispositifs d’expérimentation, un microscope électronique, un tableau où inscrire des calculs, un carnet de notes, un écran de visualisation (Beaudouin-Lafon, 2011 ; Brives, 2011 ; Dacos et Mounier, 2011 ; Dejean, 2011 ; Jensen, 2011). Les matériaux sur lesquels on travaille peuvent être de la pierre, du bois, un organisme vivant, des mots, des nombres, des idées, des concepts, des textes, des images, des phénomènes physiques. Les multiples relations motrices, visuelles, intellectuelles entre ces matériaux, ces outils et ces règles de l’art définissent des champs opératoires qui peuvent être à juste titre considérés comme des lieux de production et d’inscription des savoirs.

3Trois grands champs d’enquête sont ainsi constitués.

4En premier lieu, les tables de travail proprement dites, avec les instruments, les objets et les matériaux qu’elles supportent. Par « tables de travail », nous n’entendons pas seulement la déclinaison du meuble qui nous est familier aujourd’hui, mais toute surface se prêtant à des opérations manuelles, graphiques, visuelles, intellectuelles. Il peut s’agir d’un sol en terre battue, où un devin africain délimite sa « table de divination », du plan incliné d’un rocher sur lequel on a tracé un diagramme complexe, ou de l’établi du menuisier, du plateau technique du chirurgien contemporain, de la table du lettré dans la Chine impériale ou dans l’Europe moderne, de la paillasse du laboratoire, du pupitre de commande d’une machine, du « bureau » de l’ordinateur. Dans ces différents dispositifs, on observe une répartition ordonnée d’instruments, d’objets, de supports d’inscriptions, d’appareillages, de matériaux. Leur disposition sur le plan de travail, les gestes qu’ils impliquent pour leur saisie, pour leur manipulation ou pour leur rangement, les séquences opératoires qu’ils permettent sont autant d’éléments constitutifs d’une activité savante. La répartition spatiale des documents, des livres, des différents supports et instruments d’écriture peut correspondre à des séquences d’opérations et de traitement ou relever des contingences de l’empilement et de l’éparpillement, brouillant les échelles de priorité et les principes de classement (Malone, 1983).

5Cet environnement matériel doit être étudié non seulement sur le plan ergonomique, mais aussi du point de vue des partages sociaux et des spécialisations professionnelles qui le sous-tendent (par exemple, dans un laboratoire scientifique contemporain, la répartition des tâches entre chercheurs en post-doc, techniciens, enseignants-chercheurs). De multiples significations symboliques peuvent interférer avec la vocation utilitaire des instruments. Sur la table d’un lettré chinois comme sur le bureau d’un chercheur français contemporain, les mêmes objets peuvent avoir une valeur utilitaire, mais aussi esthétique, affective et identitaire : ils inscrivent leur possesseur dans une lignée familiale ou un milieu social, dans une tradition spirituelle ou littéraire, ou encore relèvent d’un art de la mémoire personnel, rappelant tel moment d’une vie ou d’une carrière.

6Qu’il s’agisse d’un microscope électronique, d’instruments de mesure, d’une pile de dossiers, d’un téléphone portable, d’un clavier et d’un écran d’ordinateur, du disque dur de cet ordinateur, d’un livre ouvert et placé sur un lutrin, d’une lampe dont l’inclinaison et le champ lumineux sont soigneusement réglés, ces différents objets organisent des espaces de travail, déterminent une gamme de gestes et de positionnements corporels qui accompagnent le processus d’une observation ou d’une expérience, d’un moment de réflexion ou de rêverie, de la rédaction d’un texte ou de la lecture d’un livre.

7Le choix de ces objets et de ces instruments, leur répartition, leur maîtrise, leur caractère spécialisé ou générique permettent d’inscrire le travail intellectuel, scientifique et artisanal dans la même sphère : ce sont des gestes, des manipulations, la médiation d’objets et d’instruments qui rendent possible la construction d’un artefact, qu’il s’agisse d’une statuette de pierre, d’un meuble en bois, de la compréhension d’un phénomène physique, d’un raisonnement, du résultat d’un calcul, du rassemblement d’une documentation, de la rédaction d’un texte.

8De même la bibliothèque personnelle d’un chercheur est elle aussi un lieu de savoir, dans son arrangement matériel, dans sa répartition sur différents meubles, dans les piles et les rangées, dans l’ordre et le désordre qui l’organisent. La présence de photographies, de cartes postales, de bibelots qui ponctuent les étagères relève des significations affectives et symboliques qui balisent un environnement de vie et de travail. Les principes de répartition raisonnée des livres sont souvent subvertis par les aléas des usages. Les livres les plus utilisés, les livres récemment utilisés ou acquis, ou les livres à lire, se regroupent à portée de main et de vue du chercheur. Une disposition en double rangée fait disparaître parfois durablement de nombreux ouvrages. Une bibliothèque personnelle est un champ de bataille perpétuelle contre le chaos. Dans son illisibilité même, une étagère peut exprimer la cohérence fragile et provisoire d’une recherche en cours, d’un questionnement émergent, ou les vagues d’une incertitude et d’une inquiétude.

9La roue à livres imaginée par l’ingénieur italien Agostino Ramelli (1531 - v. 1608) permettait de faire défiler des livres ouverts devant soi, posés sur des étagères ajustées sur une roue tournant verticalement, sur le modèle d’une roue de moulin à eau. Elle visait à optimiser la relation entre les mouvements de la pensée, du regard et de la main. Passer d’un livre à l’autre, dans un même espace de travail, est un geste intellectuel fort que l’on peut concevoir sur le mode du fondu enchaîné plus que sur celui de la rupture et de la discontinuité. Passer d’un livre à l’autre, d’un texte source à un dictionnaire ou un commentaire, c’est comparer, interroger, éclairer, critiquer un texte par rapport à d’autres : autant de gestes de la pensée qui se matérialisent dans des déplacements, des glissements, un défilement comme ceux que permettait la rotation de la roue à livres. La juxtaposition et la superposition des fenêtres d’applications et de documents sur les écrans de nos ordinateurs relèvent elle aussi de la même logique. Penser, c’est passer d’un lieu à l’autre : dérouler, corréler, articuler, comparer, contourner, dépasser…

10Dans cette ergonomie du travail savant, on pourrait prêter attention à tous les objets qui contribuent à la matérialisation de choix et de décisions intellectuelles, à l’objectivation d’idées ou d’hypothèses. Il en va ainsi, dans le bureau de tous ceux qui sont conduits à manier des grandes quantités de documents : les métiers de l’administration, du droit, de la gestion, de la santé ont longtemps partagé avec ceux de la recherche l’usage de ces dispositifs de rangement que sont les fichiers, les classeurs, les chemises cartonnées, les boîtes à archives. Qu’il s’agisse d’organiser un fichier combinant différentes clés de rangement (alphabétique, thématique, par cotation), ou de regrouper des documents hétérogènes autour d’un objet partagé, les gestes de la mise en ordre sont aussi des gestes intellectuels, distribuant et organisant des données et des matériaux selon la séquence d’un travail en cours ou en prévision d’usages futurs. La matérialité de ces différents dispositifs détermine les usages et l’accessibilité des documents comme la mobilisation des informations qu’ils renferment. Un fichier à tiroirs ne se prête pas aux mêmes gestes qu’un fichier à couvercle, une boîte à archives peut contenir des dossiers et des sous-dossiers, éventuellement indexés pour pouvoir être retrouvés. De même, pensons aussi aux instruments qui se trouvent encore sur les tables de travail de tous ceux qui manient de la documentation manuscrite ou imprimée : crayons, surligneurs, stylos à bille ou feutres, règle, trombones, agrafeuse, ciseau, « Post-it ». Entre les mains du chercheur, ils objectivent des idées, des réflexions. Par exemple le choix de souligner ou surligner telle phrase ou tel mot sur un document, la décision de regrouper des feuilles volantes permettent d’objectiver une idée, de créer une hiérarchie de l’attention, de relier pour créer une continuité argumentative ou interprétative.

11L’écran de l’ordinateur personnel offre lui aussi un espace de travail, tridimensionnel celui-là. Il transforme les arborescences de fichiers, le code binaire des fichiers numériques en un environnement régi par une ergonomie d’ensemble, simulant jusqu’à un certain degré un espace matériel. On y trouve d’abord un espace de rangement où l’on peut déplacer, dupliquer et archiver fichiers et dossiers. C’est une bibliothèque personnelle, où sont stockés les dizaines de milliers de documents que l’on produit ou que l’on reçoit au fil des années. De multiples stratégies de classement sont possibles, selon le format et la nature des fichiers, par regroupement d’intérêts et de thèmes, par projets, par catégories englobantes. Des alias permettent de multiplier les voies d’accès à un même document, que l’on peut aussi reproduire à l’identique autant de fois que nécessaire. On peut organiser le contenu des dossiers selon de multiples critères, ordre alphabétique, taille et nature des fichiers, ou encore date de création ou de modification. Ces dossiers se prêtent à différentes formes de visualisation, par icônes, alignées ou non, par listes, par colonnes. Ces fichiers inscrits sur le disque dur peuvent aussi être sauvegardés sur d’autres supports numériques, voire sur des serveurs distants (informatique « en nuage »). Des routines de sauvegarde et d’actualisation assurent le transfert de l’état le plus récent de ces fichiers entre différents terminaux, fixes ou mobiles. Enfin des moteurs d’indexation permettent de retrouver un document particulier à partir de son titre et parfois de mots de son contenu.

12L’écran de l’ordinateur de bureau, de l’ordinateur portable, de la tablette tactile, du téléphone mobile sont autant de « tables de travail » où un même utilisateur peut retrouver sinon la totalité, du moins un certain nombre des composantes de son environnement, de sa bibliothèque, de son outillage, de sa production écrite. Les logiciels permettent d’agir dans et sur cet environnement, comme les gestes de la main le feraient sur un bureau et des documents matériels ou sur un établi d’artisan. Le système d’exploitation (operating system) gère notamment l’interface entre les gestes physiques de l’utilisateur et les opérations accomplies dans l’environnement virtuel. Par le biais de la souris, on déplace, regroupe, éloigne, rapproche, détruit des éléments. Sur une tablette tactile, les gestes des doigts élargissent le champ des actions possibles, en simulant les opérations de feuilletage, d’effet de loupe et de déplacement. Sur l’ordinateur, la souris permet d’exécuter des actions complexes : on coupe, on copie, on colle, on formate, on sauve, on met en forme, on trie, on écrit, on lit, on fait défiler verticalement des textes, on prend des notes, on note des idées, on rédige et l’on corrige. Cet environnement de travail numérique a sa cohérence, sa logique propre qui permet de faire passer des documents ou des extraits de documents d’un programme à l’autre jusqu’à l’étape de la finalisation et de l’impression. À la différence de la table de travail physique, le bureau de l’ordinateur peut se déplacer, se dédoubler, passer d’un support à l’autre, d’un ordinateur à une tablette. En outre, il est un lieu communiquant et ouvert, le centre d’un réseau qui peut se déployer autour de lui, le reliant à des moteurs de recherche, à des bibliothèques et des encyclopédies en ligne, à des réseaux sociaux ouverts ou restreints qui assemblent des communautés virtuelles, aux ressources de centres de recherche qui ne se définissent plus par leur éloignement ou leur proximité géographique, mais par leurs liens intellectuels et utilitaires avec les intérêts et le travail d’un chercheur.

13En quelques années, le « bureau » de l’ordinateur est devenu un lieu connecté, un lieu de savoir inscrit sur une carte plus complexe qui déploie un large horizon de ressources et d’instruments. À la surface circonscrite d’une table de travail matérielle s’oppose l’espace ouvert du bureau d’ordinateur connecté sur la Toile, reconfigurant le rapport du centre à la périphérie, résorbant les distances dans la simultanéité des accès. Ces mutations rapides des environnements de travail requièrent des capacités d’adaptation toujours plus grandes de l’utilisateur : l’un des enjeux est sa maîtrise des différentes échelles spatiales, du local au global, du réseau à la page d’écriture, du centre à la périphérie. Travailler sur ordinateur, c’est faire l’expérience concrète de la modularité, de l’emboîtement de ces lieux de savoir, à la fois virtuels et matériels, puisqu’ils occupent les secteurs d’un disque dur et l’espace des mémoires vives.

Appendice : exemples de plans de travail

14Voici une liste non exhaustive d’objets qui se peuvent subsumer sous le terme de « plan de travail » :

  • bureau ;

  • bureau d’ordinateur ;

  • caisse à outils ;

  • établi ;

  • lutrin ;

  • mur tactile ;

  • plateau technique ;

  • rayonnage de bibliothèque ;

  • roue à livres ;

  • smartphone ;

  • sol ;

  • table ;

  • tableau de bord ;

  • tablette tactile ;

  • vitrine d’exposition.