Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Spatial turn

Texte intégral

  • 1 Pour une vue d’ensemble de ce courant, voir Crang et Thrift, 2000 ; Warf et Arias, 2009.

1On entend par spatial turn l’émergence d’un paradigme spatial dans les sciences sociales qui a mis en évidence des phénomènes, des dynamiques, des répartitions échappant à d’autres types d’appréhension. Ce courant théorique a permis la circulation de concepts et de modèles entre la géographie et des disciplines comme la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, la philosophie, les cultural studies, les colonial et post-colonial studies1.

2L’espace, le territoire, le lieu, la frontière, le centre, la périphérie, l’échelle, la carte, le réseau, le local et le global ont été utilisés comme des concepts opératoires, des métaphores heuristiques pour apporter un surplus d’intelligibilité à des phénomènes complexes et multidimensionnels. Il peut s’agir d’un espace topographique ou géographique – un quartier, une ville, une région, un pays, un continent, le monde. Il peut aussi s’agir d’espaces en apparence immatériels, comme ceux de l’identité, du genre, de l’inconscient, de la pensée, qui sont structurés par des pratiques politiques, économiques, sociales, culturelles, disciplinaires ou linguistiques. Une double perspective de réflexion est ainsi ouverte.

  • 2 Parmi la riche bibliographie consacrée à ce phénomène : Goldgar, 1995 et 2007. Voir aussi Beaurepai (...)

3La première invite à analyser les configurations spatiales résultant d’opérations particulières : fonder, aménager, habiter, circuler, traverser, relier, approfondir, surveiller, centraliser, quadriller, survoler, délimiter, déployer un réseau. Ces opérations déploient et structurent des espaces, elles définissent des points de vue et des partages, elles permettent des mobilités à différentes échelles. Les sujets de ces opérations peuvent être des individus, des groupes sociaux, des institutions, des flux de correspondances, de marchandises ou d’informations, des livres et des textes, des idées, des innovations, des savoirs, des techniques, des croyances ou des usages linguistiques. L’accent mis sur l’espace permet d’analyser des processus, des évolutions, des modes de transmission, mais aussi des dispositifs de contrôle, de pouvoir et d’exploitation – économiques, politiques, policiers, sociaux. La dimension spatiale, loin de constituer un principe déterministe univoque, ouvre un champ d’expérimentation et d’hypothèses pour le praticien des sciences sociales. Son pouvoir heuristique réside dans les jeux de relations qu’elle instaure autant que dans les positions qu’elle assigne : relations entre le centre et la périphérie, et mise en abyme de cette relation par l’observation des phénomènes de multipolarité résultant du changement de l’échelle d’analyse ; relations entre le proche et le lointain, évolutives et reconfigurables par exemple sous l’effet des techniques de télécommunication et de mobilité. Le jeu entre différentes échelles permet de faire varier le point de vue du local au global, et de faire émerger les lignes de force des réseaux ou leur ramification fine, par exemple à l’échelle d’une ville. Un exemple particulièrement intéressant est offert par les réseaux de la république des lettres, aux xviie et xviiie siècles, qui relient individus, salons et villes par un ensemble de relations sociales et savantes, individuelles et institutionnelles, permettant la circulation des informations et des savoirs, des savants et des étudiants, des livres et des idées d’un pôle à l’autre, et leur diffusion à l’échelle de l’Europe entière2. Ces réseaux se superposent aux routes postales, aux itinéraires des voyageurs, aux voies de diffusion commerciale, à la géographie savante et académique.

  • 3 Pour l’application de ce concept au monde universitaire, voir Bourdieu, 1984.
  • 4 Pour une première approche, voir Strauss, 1992.

4La seconde perspective conduit à évaluer le caractère opératoire de la métaphore spatiale dans différents champs disciplinaires, comme la linguistique, la poétique, la philosophie, la sociologie, l’anthropologie. Gilles Deleuze, Michel Foucault, Pierre Bourdieu, Michel de Certeau sont parmi les auteurs qui témoignent le plus précisément de cet usage de l’espace comme principe structurant de la réflexion. Michel de Certeau construit ainsi une opposition entre un lieu propre et prescriptif, celui de l’autorité, du pouvoir, des clercs, placé sous le signe de la stratégie, et l’espace pratiqué par les usagers, les consommateurs, les lecteurs, espace de mobilité et de braconnage régi par un ensemble de tactiques (Certeau, 2002). Je reviendrai plus loin sur cette proposition. La notion de « champ » chez Pierre Bourdieu désigne un espace social défini par des traits identitaires, acquis notamment par l’héritage familial, l’éducation, les concours des grandes écoles. Ce champ s’organise autour des valeurs et pratiques particulières, qui marquent l’appartenance à un groupe socioculturel. Ce dernier se définit par opposition à d’autres groupes, dans des rapports de concurrence ou de domination sociale3. Dans l’interactionnisme symbolique développé par la sociologie américaine, en particulier par Anselm Strauss, on peut aussi constater la valeur opératoire d’une métaphore spatiale – l’arène – pour rendre compte du positionnement et des relations entre les différents acteurs engagés dans des négociations sur les tâches à accomplir et contraints à des formes de coopération pour mener à bien leur exécution. Il peut s’agir d’un espace institutionnel – celui d’une administration, d’un laboratoire, comme d’un espace social, défini et circonscrit uniquement par les trajectoires et les positionnements de ses acteurs4. Quant à Michel Foucault, l’étude de lieux comme la prison, l’asile, l’école ou l’hôpital a joué un rôle central dans son analyse des dispositifs de coercition, de surveillance et de contrôle social par lesquels des individus deviennent malgré eux des objets de savoir et de pouvoir. Dans le texte d’une conférence écrite en Tunisie en 1967, « Des espaces autres », Foucault déploie une réflexion originale sur le rôle opératoire de la notion d’espace, sur son histoire et ses mutations, à travers la dualité de l’utopie et de l’hétérotopie (Foucault, 1994). Il définit ainsi le structuralisme comme « l’effort pour établir, entre des éléments qui peuvent avoir été répartis à travers le temps, un ensemble de relations qui les fait apparaître comme juxtaposés, opposés, impliqués l’un par l’autre, bref, qui les fait apparaître comme une sorte de configuration ».

5Dans le champ historiographique, l’une des formes prises par ce tournant spatial est la microhistoire, ou microanalyse, reposant sur une variation de l’échelle de l’observation (Revel éd., 1996). Au lieu de se situer au niveau de la généralisation, des phénomènes quantifiables et dépersonnalisés, des séries, des statistiques et des structures englobantes, ce courant, qui a marqué l’historiographie italienne dans les années 1970 et 1980, se définit par la restriction du champ de l’enquête à une expérience située dans l’espace et dans le temps, qu’il s’agisse d’un lieu, d’une communauté, d’un individu. La microhistoire a pour effet de mettre à l’épreuve les modèles et les concepts macroscopiques (comme ceux de classe sociale, de culture, de mentalité) en privilégiant l’observation du local et du singulier, en adoptant un type d’écriture mêlant la précision de la description, la vivacité du récit et l’immersion dans un dossier d’archives conduisant au plus près d’un personnage, d’une communauté, d’un événement ou d’un phénomène. Plus qu’une école reposant sur un modèle théorique formalisé, la microhistoire se définit comme une pratique expérimentale et heuristique, comme une démarche inductive permettant d’enrichir la compréhension de processus plus généraux à partir de l’observation d’une expérience située dans un lieu et un temps singuliers. On passe pour ainsi dire de la vision d’une carte à petite échelle, une mappemonde, à celle d’une carte à grande échelle, un village et son environnement : ce que l’on perd en vision d’ensemble et en généralité, on le gagne sur le plan du détail, dans la granulométrie du paysage et du relief, mais aussi sur celui de la complexité du tissu local par rapport à des modèles surplombants et nécessairement sélectifs et schématiques. La microhistoire est donc une pratique raisonnée du dépaysement, impliquant l’immersion du chercheur dans un lieu et un moment particuliers. Elle privilégie l’individu ou le groupe d’individus sur la classe sociale, l’expérience singulière sur les modèles généraux, la particularité des comportements, des actes et des énoncés sur leur réduction à des schémas abstraits. Elle conduit à observer des stratégies au niveau de destins individuels et situés, des choix et des décisions qui reflètent les marges de liberté et d’interprétation des acteurs par rapport aux normes sociales, culturelles et juridiques de leur temps. C’est la plasticité, l’inventivité et l’imprévisibilité des trajectoires singulières et de leurs connexions qui constituent l’objet de la microhistoire.

6Cette démarche implique une réflexion sur la nature et le périmètre des différents contextes susceptibles de mettre en perspective les acteurs et leurs pratiques, de leur donner un sens. Elle s’ancre dans un terrain particulier, un village, un quartier, une ville, une région, dont les multiples dimensions et interrelations délimitent l’horizon de l’enquête. Elle se déploie aussi dans un temps court, celui de la génération humaine où vivent les individus étudiés. Dans la réflexion épistémologique sur cette forme d’écriture de l’histoire, le trait le plus marquant est l’insistance non pas sur les effets heuristiques d’une échelle d’observation particulière, mais sur ceux de la variation même de cette échelle, lorsque l’on passe du microscopique au macroscopique, des structures au local, du temps long au temps court. Le va-et-vient entre ces niveaux produit des effets d’intelligibilité particuliers, ouvre des perspectives de réflexion, des espaces d’interprétation entre le particulier et le général, entre l’empirique et la modélisation.

7L’anthropologie historique des savoirs partage avec la microhistoire l’intérêt pour des terrains précisément situés et datés, pour la description des lieux et des conduites, pour l’observation fine des acteurs et de leurs pratiques. Elle privilégie l’exploration intensive d’un lieu et d’un moment à l’étude extensive d’un panorama plus vaste, elle se focalise sur des cas spécifiques, voire sur des cas limites, qui semblent défier toute généralisation par leur caractère « d’exceptionnel normal » (Edoardo Grendi, cité dans Revel éd., 1996, p. 31). Elle appelle aussi un art particulier du récit et de la description, visant à épuiser la forme et le sens d’une expérience située, attentif aux individus, aux lieux, aux instruments, aux pratiques et aux formes de discours. Autre point commun entre la microhistoire et l’anthropologie des savoirs : les effets heuristiques et la dimension expérimentale portés par la variation des échelles d’observation, du continent à la salle d’un bâtiment, de la terre entière à la table de travail d’un savant, du global au local, du général au particulier.

8Le spatial turn invite donc à réfléchir à la dimension spatiale des dynamiques et des pratiques savantes, du point de vue de leur production, de leur réception et de leur circulation. Une double question se trouve ainsi posée. Est-ce l’espace, dans la diversité de ses échelles et de ses formes, qui détermine les savoirs ? Et dans quelle mesure les savoirs sont-ils eux-mêmes producteurs d’espaces particuliers ? Ce questionnement spéculaire sous-tend l’ensemble de notre réflexion sur les « lieux de savoir ».

9Le préalable à une telle enquête consiste à historiciser la notion même d’espace, comme cadre et objet des savoirs humains : selon que le monde est conçu selon un modèle géocentrique ou héliocentrique, comme fini ou infini, comme une sphère finie englobant elle-même plusieurs sphères intérieures, terrestre, sublunaire et supralunaire, ou comme une expansion sans limites, on aura différents espaces et scénarios de connaissance, relevant de partages spécifiques entre observation et spéculation, marqués par des degrés divers de certitude ou d’incertitude, relevant de différents régimes de vérité, théologique ou sécularisée, physique ou métaphysique. La cosmologie et la cosmographie déterminent le découpage des champs de savoir, mais aussi leurs frontières, leur hiérarchie, et leurs différents registres, sacrés ou profanes. Si l’on suit Michel Foucault dans son analyse des mutations du paradigme spatial dans la culture occidentale, nous aurions au Moyen Âge un espace marqué par une hiérarchie de lieux et privilégiant la dimension de la localisation ; à partir de Galilée, un espace ouvert et infini, avec la dimension de l’étendue ; et enfin aujourd’hui un espace privilégiant l’emplacement, c’est-à-dire un système de relations entre des points ou des éléments, impliquant donc des formes particulières de stockage, de circulation, de repérage et de classement, qu’il s’agisse d’informations ou d’êtres humains (Foucault, 1994).

10Les représentations symboliques et géo-cartographiques de l’espace terrestre contribuent aussi à déterminer la nature et la portée des savoirs. Dans l’Antiquité classique et durant le Moyen Âge occidental, la représentation d’un œkoumène circulaire, entouré par l’Océan, centré sur la Méditerranée, divisé en trois continents, permet d’organiser certains savoirs selon la polarité entre centre et périphérie ou par le recours du déterminisme climatique (médecine, ethnographie). Lorsque la Terre sphérique est située au centre de la sphère céleste, le lien analogique entre les cercles de l’une et de l’autre rend possible un ensemble de calculs et de mesures, en particulier de latitude, mais aussi l’exploration des phénomènes et des corps célestes qui se répartissent sur les sphères emboîtées à l’intérieur de la sphère céleste. Enfin, pensons à la nouvelle image du monde consécutive à la découverte des Amériques, qui brise l’unité d’un monde insulaire et d’une humanité adamique pour ouvrir un espace de comparaison, d’exploration, et de spéculations anthropologiques, théologiques et éthiques, parallèlement aux entreprises d’exploitation commerciale et d’occupation coloniale.

11Il convient ensuite de réfléchir au paramètre géographique dans la production et la circulation des savoirs. La science européenne moderne a posé l’universalité des savoirs qu’elle validait par la preuve expérimentale. La science serait dès lors indépendante des lieux où elle se pratique car elle obéirait à des protocoles objectifs qui précisément feraient disparaître les contingences du local. C’est à cette condition que l’on pourrait parler d’une science ou d’un savoir au singulier, pris dans un sens global, et non d’une pluralité de savoirs locaux, donc contingents et inférieurs, qui ne seraient ni commensurables ni articulables (Ophir et Shapin, 1991, p. 4). Il convient cependant de rappeler que l’universalité de la science occidentale ne découle pas seulement d’un statut épistémologique particulier, mais aussi d’un ensemble de pratiques concrètes de standardisation et de normalisation du langage, des instruments et des protocoles, de reproduction des données et des résultats, construites progressivement par la diffusion des publications et au sein des organisations internationales, des congrès, des associations professionnelles (Livingstone, 2003, p. 89-90 ; Agnew et Livingstone éd., 2011, p. 10). D’autre part, la prétention des savoirs occidentaux à l’universalité ne saurait occulter qu’ils sont eux aussi produits dans un lieu et depuis un point de vue particuliers, et les colonial studies s’attachent aujourd’hui à analyser les modalités de généralisation et d’universalisation de ces savoirs, formes parmi d’autres d’une domination politique, économique et culturelle.

  • 5 Pour une première approche de ces problématiques, voir Mgbeoji, 2006 ; Raj, 2007 ; Ross et al., 201 (...)
  • 6 On peut penser ici aux travaux de Claude Lévi-Strauss, en particulier Lévi-Strauss, 1962. Pour une (...)

12Face à ce discours universaliste et condescendant, parfois colonialiste, voire impérialiste, on a vu se manifester, ces dernières années, une attention renouvelée à l’ancrage des savoirs dans des lieux et des cultures qui en définissent le sens, la portée et l’efficacité à l’échelle d’une société ou d’une aire géographique. C’est par ce décentrement du point de vue que se définit le courant des ethnosciences, soucieux de comprendre selon leur propre cadre et leurs propres catégories des savoirs localisés, adaptés à un milieu naturel et à une forme d’organisation sociale, organisés par une cosmologie particulière. Les ethnosciences s’attachent en particulier à analyser les phénomènes de circulation et de traduction des savoirs « indigènes », les formes de domination et d’exploitation économiques, technologiques, juridiques et politiques liées à leur captation par la science occidentale5. L’anthropologie étudie elle aussi des savoirs situés, portant sur le monde naturel et social, sur le passé, sur le visible et l’invisible : ces savoirs sont déterminés par l’organisation des groupes humains et se traduisent dans les classifications de plantes, d’animaux, de phénomènes déployés dans le lexique. Les objets ainsi nommés et recensés sont investis de propriétés empiriques et symboliques particulières, qui déterminent leurs usages, leur sens, leur fonction dans l’organisation sociale. Ces savoirs complexes peuvent être traduits en système par l’anthropologue, qui les fait alors entrer dans la langue, la logique et l’espace classificatoire occidental6. Sur un plan plus général, les spécificités du climat, du milieu géographique, de la faune et de la flore influent sur la nature, la hiérarchie et la pratique des savoirs. Ceux-ci prennent des formes différentes selon que leurs acteurs vivent sur la banquise, dans le désert, dans un archipel ou dans la forêt amazonienne. Lorsque l’on observe le ciel, on ne développe pas le même savoir astronomique selon que l’on vit dans l’hémisphère nord ou dans l’hémisphère sud (Livingstone, 2003).

  • 7 Réflexion suggérée par Agnew et Livingstone éd., 2011, p. 9. Dans une telle perspective, on pourrai (...)

13Les savoirs et les sciences de l’Occident, du reste, ne constituent pas nécessairement un bloc unitaire. Quelles distinctions sont instituées lorsque l’on parle de la « science française », de la « science allemande », de la « science britannique » ou encore de la « science européenne » ? Quels sont les traits partagés, où résident les différences et les spécificités ? Selon quelles logiques les histoires de ces différentes cultures scientifiques s’articulent-elles ? Il faut réfléchir à la dimension nationaliste de l’histoire des sciences elle-même et aux enjeux idéologiques de ses découpages. Mais au-delà, il n’est pas illégitime de s’interroger sur l’impact de l’environnement politique, économique, institutionnel, et même géopolitique sur le développement et la circulation des savoirs : degrés d’ouverture ou de clôture de certaines régions, vocation de certaines villes à être des lieux de pouvoir, des carrefours d’innovation, des pôles économiques et industriels, des pôles d’immigration ou des vitrines culturelles et technologiques. Les formes de professionnalisation de l’enseignement et de la recherche, la création d’institutions spécialisées (universités, musées, laboratoires, jardins botaniques, parcs zoologiques, etc.), les modes de financement, l’organisation des cursus d’études, le développement de l’édition savante, les réseaux géographiques sont autant de facteurs de différenciation. La prise en compte de l’ancrage et de l’environnement géographiques conduit ainsi à réfléchir aux déterminations locales et régionales sur les communautés savantes et leurs pratiques. Les laboratoires scientifiques d’un même pays, voire d’une même ville, dans une même discipline, peuvent d’ailleurs présenter des spécificités locales dues au recrutement de leur personnel, à la nature de leurs équipements, au degré de circulation de leurs acteurs, et à leur perméabilité aux innovations, aux savoir-faire et aux routines expérimentales7.

14Ceci conduit dès lors à prendre en compte le rôle de l’ancrage géographique, à la fois social, institutionnel et spatial, dans la construction, la validation et l’autorité des savoirs. Quel est le rôle spécifique de la localisation dans le crédit reconnu à une interprétation, à un dogme, à une théorie, à un résultat d’expérience ? Des noms comme Oxford, Harvard, Princeton, Cambridge, Stanford sont aussi des marqueurs épistémologiques. Certains courants intellectuels ou artistiques sont nommés d’après le lieu où ils se sont développés : l’école de Vienne, l’école de Francfort, l’école de Palo Alto, la sociologie de Chicago ou, dans le domaine de l’anthropologie des mondes anciens, l’école de Paris pour désigner le groupe de chercheurs travaillant autour de Jean-Pierre Vernant. La localisation d’une activité savante joue un rôle dans sa visibilité internationale, dans la circulation, et l’universalité de ses productions. Les règles de signature des articles scientifiques aujourd’hui imposent la mention des appartenances institutionnelles des auteurs, de leurs laboratoires et des organismes qui les emploient. La signature scientifique inscrit l’auteur dans un lieu ou un ensemble de lieux de savoir, et contribue à faire circuler un crédit symbolique, une forme d’autorité, de l’un à l’autre (voir Pontille, 2002, 2004 et 2008). Comme on le sait, la concurrence des universités internationales prend aujourd’hui la forme d’une hiérarchie hautement compétitive, déterminée notamment par le classement de Shanghai : différents indicateurs désignent les meilleures universités du monde et jouent un rôle dans la circulation internationale des étudiants et des enseignants comme dans l’attractivité des laboratoires et dans les politiques de financement. De même, la réorganisation du paysage universitaire en France, ces dernières années, va dans le sens d’un changement d’échelle, où les établissements de recherche et d’enseignement supérieur sont soumis à des logiques de regroupement et de concentration, de manière à constituer des ensembles atteignant une certaine masse critique (les PRES ou Pôles de recherche et d’enseignement supérieur, qui ont aujourd’hui vocation à devenir « de grandes universités à caractère fusionnel, fédéral ou confédéral »). La politique des pôles d’excellence (Initiatives d’excellence, Laboratoires d’excellence, Équipements d’excellence) ajoute un niveau supplémentaire d’organisation et de regroupements. Les ensembles ainsi constitués fondent des « lieux de savoir » d’un nouveau genre, traversant les sites d’implantation, les institutions et les disciplines : certains sont inscrits dans une durée limitée, d’autres ont vocation à durer, du moins avant la prochaine réforme.

15Pour prendre un exemple antique de ces déterminations géographiques, la concurrence des capitales des royaumes hellénistiques, après le partage des territoires conquis par Alexandre le Grand, se manifesta notamment sur le plan des politiques du savoir et de la culture. Ainsi, le roi Eumène II (règne de 197 à 159 av. J.-C.) décida de concurrencer Alexandrie et de créer lui aussi une grande bibliothèque dans sa capitale, Pergame, en Asie Mineure. Le Musée d’Alexandrie avait l’avantage de l’antériorité (fondé vers 288 av. J.-C. par Ptolémée Ier, fondateur de la dynastie lagide). Les deux grandes bibliothèques dès lors rivalisèrent pour accroître leurs collections et capter tous les livres disponibles, dans l’espoir de mettre la main sur des textes rares. Par mesure de rétorsion, l’administration lagide aurait interdit l’exportation des rouleaux de papyrus égyptien vers Pergame, ce qui aurait conduit la ville d’Asie Mineure à utiliser un nouveau support d’écriture, le parchemin (Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XIII, 21). Les bibliothécaires de Pergame créèrent aussi leur propre catalogue bibliographique, pour concurrencer, en les corrigeant et en les complétant, les célèbres Tables de Callimaque à Alexandrie. Mais surtout, à l’instigation de Cratès de Mallos, un nouveau style d’exégèse homérique se développa à Pergame, en opposition aux grands grammairiens alexandrins, comme Aristarque de Samothrace. Il s’agissait de retrouver dans l’épopée les savoirs qui s’y trouvent dissimulés sous forme allégorique, de reconstituer une cosmologie et une science d’Homère et donc de reconnaître le rôle éducatif, la portée encyclopédique de l’Iliade et de l’Odyssée.

16On peut donc étudier les savoirs selon leurs modes d’existence spatiale, en observant la manière dont leur construction s’inscrit dans des lieux particuliers, les conditions dans lesquelles ils peuvent circuler au-delà de ces lieux et faire l’objet d’appropriations multiples, s’affranchissant de leur ancrage local pour atteindre différentes formes d’universalité. Nous considérons que ces modes d’existence spatiale ne relèvent pas seulement de l’épistémologie ou de l’histoire des idées, mais qu’ils sont un objet pour une anthropologie historique des savoirs attentive aux acteurs, aux pratiques, aux instruments, aux supports et aux techniques de leur fixation, de leur communication et de leur transmission. Cette anthropologie historique s’attachera en particulier à suivre les mutations spatiales des savoirs, c’est-à‑dire aussi bien les changements d’échelle qui les affectent que leur rayon d’action et de diffusion, dans l’espace comme dans le temps : pourquoi et comment certains savoirs passent-ils du local au global ou inversement ? Pourquoi certains savoirs circulent-ils plus largement que d’autres, dans l’espace géographique ou social, et qu’est-ce qui détermine ces circuits ? Le changement de statut et de portée des savoirs est rendu possible par des processus particuliers : des formes d’objectivation et de matérialisation permettant leur mobilité, par exemple l’existence de passeurs humains ou de réseaux de diffusion des objets et des biens, la fixation écrite, la traduction d’une langue à l’autre, la transférabilité d’un support à l’autre, la possibilité de la resémantisation, de la mise à jour et du métissage avec d’autres savoirs. Ces processus agissent sur l’autorité attachée à ces savoirs, sur leur champ d’application, leur validité et leur pérennité. Aux dynamiques spatiales inhérentes à la construction des savoirs se superposent ainsi celles liées à leur réception, résistance ou assimilation, rejet ou métissage.

  • 8 Pour un panorama d’ensemble, écrit par un géographe, voir Livingstone, 2003.
  • 9 Quelques repères bibliographiques : Van Damme, 2005 ; Lécuyer, 2006 ; Teixidor, 2007 ; Romano et Va (...)

17Quelles sont les lignes de force d’un tel programme de recherche8 ? Une première approche conduira à repérer les villes qui, à différents moments de l’histoire, en sont venues à matérialiser une certaine idée des savoirs et parfois à s’identifier à certains de ces savoirs. Athènes, Alexandrie, Bagdad, Rome, Florence, Paris, Berlin, Londres, Palo Alto, Pune, pour nous limiter à quelques exemples, ont été des foyers de savoir et de culture grâce à la concentration d’institutions comme les bibliothèques et les académies, les administrations et les lieux de pouvoir politique ou spirituel, les écoles et les universités, les musées et les jardins botaniques, les laboratoires et les entreprises high tech9. Ces lieux de savoir ont eu un pouvoir d’attraction sur des aires géographiques plus ou moins étendues et pendant des périodes plus ou moins longues – l’Alexandrie des souverains Lagides, par exemple, a été un pôle d’immigration dans tout le monde grec et a attiré lettrés, grammairiens, médecins et philosophes, non seulement dans les zones d’influence de la monarchie (Rhodes, Cyrène), mais aussi au-delà, d’Athènes à la mer Noire (Dana, 2007). Une approche inspirée par le spatial turn s’attachera à comprendre la spécificité et l’évolution de la carte dessinée par ces lieux de savoir, au pouvoir non seulement centripète, mais aussi centrifuge, puisqu’ils ont également exporté des savants, des savoirs, des textes, des technologies et des artefacts : comment ces lieux s’articulent-ils les uns aux autres ? Comment et pourquoi la hiérarchie entre ces différents lieux se reconfigure-t-elle ? Comment cette carte et ces réseaux de circulation se redéploient-ils lorsque certains lieux de savoir disparaissent, lorsque de nouveaux lieux de savoir apparaissent ? Quels sont les rapports d’antagonisme, de concurrence, de complémentarité, de substitution parfois entre ces différents pôles ? Comment la redistribution de ces pôles s’articule-t-elle avec des mutations politiques, économiques, mais aussi religieuses, culturelles et intellectuelles ?

18Penser les savoirs sur un mode spatial implique ensuite que l’on analyse des trajectoires, des dynamiques, des configurations projetées sur l’espace géographique, c’est-à-dire sur une carte régionale, nationale, continentale, ou sur une mappemonde. Il s’agit, dans cette perspective, de faire de l’espace, dans ses dimensions physiques, politiques, linguistiques et culturelles, une composante, voire un acteur majeur de l’histoire des savoirs, dans la mesure où il déploie des frontières, des voies de communication, des réseaux d’échanges, des échelles de distance et de proximité, des itinéraires secondaires, mais aussi des relais et des carrefours. La circulation des savoirs, des croyances, des techniques, comme des personnes et des objets qui en sont les vecteurs, configure ainsi une géographie qui peut être superposable ou non à la géographie des flux démographiques, des échanges économiques, de la géopolitique, des conquêtes et de la colonisation. Ce sont les écarts autant que les recoupements entre ces différentes géographies qui dessinent la spécificité de la propagation d’un savoir, d’une technique, d’une spiritualité, comme les points d’arrêt de leur expansion. En circulant et en franchissant des frontières, en s’étendant ou au contraire en se fixant sur un lieu particulier, les savoirs sont reconfigurés par de multiples opérations de traduction, de simplification ou de complexification, d’intégration dans de nouveaux cadres culturels, d’hybridation avec les savoirs locaux.

  • 10 Voir aussi Livinsgtone (2003, p. 4 et p. 114-117) et Agnew et Livingstone (2011, p. 11) sur la réce (...)

19L’histoire des sciences, des techniques, des religions, des savoirs offre maints exemples de ces processus, où les échelles de distance, les nouveaux horizons de réception modifient en profondeur la forme, le sens, les fonctions des textes, des concepts et des représentations. On peut penser par exemple aux modes de circulation internationale de la philosophie française du xxe siècle, celle de Derrida, de Foucault et de Deleuze, à la traduction de leurs œuvres notamment aux États-Unis et au développement d’une impressionnante littérature secondaire, où l’exégèse se mêle à différentes transpositions disciplinaires – colonial studies, cultural studies, queer et gender studies, etc. (Cusset, 2003). On pourrait aussi prendre les exemples de la traduction linguistique et conceptuelle d’Aristote en chinois (Wardy, 2000) ou des transformations de la psychanalyse freudienne, exportée depuis l’Europe vers l’Amérique du Sud (Plotkin, 2001). Dans ces exemples, la traversée d’un Océan ou d’un continent, la traduction linguistique, l’appropriation par un autre milieu intellectuel, la rencontre d’une société et d’une culture différentes remodèlent les idées, les discours et les pratiques10. Les textes et les théories voyagent et traversent ainsi des langues, des sociétés, des cultures, des traditions qui en remodèlent la forme, mais aussi le sens et la portée.

20L’approche spatiale permet ainsi d’observer des processus de circulation et de transferts de savoirs à différentes échelles. Ces processus peuvent accompagner les dynamiques expansionnistes ou impérialistes d’une technologie, d’une langue, d’une culture ou d’un pays, comme refléter des formes de résistance et de préservation des savoirs locaux ou régionaux par rapport aux savoirs importés ou imposés. Ces différents scénarios ne s’expliquent pas seulement par les propriétés intrinsèques des savoirs concernés, mais aussi par les institutions, les dispositifs et les pratiques qui permettent ou limitent leur diffusion, par exemple la possibilité d’être traduits d’une langue à l’autre sans déperdition de sens, leur aptitude à être fixés par l’écriture ou incorporés dans des personnes qui tiendront le rôle de passeurs. Certaines formes de savoir restent ancrées dans un espace, une société, une langue, par exemple les savoirs védiques en Inde, dépendants d’une caste particulière et d’un ensemble de rituels religieux. D’autres peuvent être traduits, transposés, exportés, et faire l’objet d’une appropriation créatrice. D’autres enfin tentent d’atteindre une forme d’universalité en occultant leur lieu de production.

21Les lieux de savoir se situent dans cet horizon de réflexion sur la circulation, bien sûr, des savoirs eux-mêmes, mais aussi de leurs supports matériels comme de leurs vecteurs humains. Je m’attacherai, dans les pages qui suivent, à les étudier selon une double modalité. D’une part en jouant sur les échelles de grandeur : de la ville au bâtiment, du bâtiment à la salle, de la salle à la table. D’autre part en passant de l’espace géographique, urbain ou architectural à l’espace même de l’écriture, de la pensée et du langage, à l’espace institué par les savoirs et les formes de leur construction et de leur objectivation. Quelle est la dimension spatiale d’un projet de connaissance, de compréhension, de réflexion ? Quelle est la dynamique spatiale des mouvements de pensée, de l’inscription des signes, de la construction discursive, de l’interaction savante ? Comment l’agencement spatial d’instruments, d’objets, de livres, de fichiers contribue-t-il à organiser des savoirs spécifiques, à refléter des choix intellectuels, des hypothèses de travail, une cartographie de la connaissance ?

22Mais avant de me pencher sur ces différents aspects du problème qui nous occupe, il n’est pas inutile de me situer par rapport à une entreprise historiographique majeure, qui a ouvert la voie que nous suivons aujourd’hui : Les Lieux de mémoire de Pierre Nora.

Notes

1 Pour une vue d’ensemble de ce courant, voir Crang et Thrift, 2000 ; Warf et Arias, 2009.

2 Parmi la riche bibliographie consacrée à ce phénomène : Goldgar, 1995 et 2007. Voir aussi Beaurepaire et Pourchasse éd., 2010 ; Roche, 2011 ; sur le réseau déployé autour d’un salon parisien, voir Delatour, 2007.

3 Pour l’application de ce concept au monde universitaire, voir Bourdieu, 1984.

4 Pour une première approche, voir Strauss, 1992.

5 Pour une première approche de ces problématiques, voir Mgbeoji, 2006 ; Raj, 2007 ; Ross et al., 2010.

6 On peut penser ici aux travaux de Claude Lévi-Strauss, en particulier Lévi-Strauss, 1962. Pour une application dans le monde grec, voir Detienne, 1989.

7 Réflexion suggérée par Agnew et Livingstone éd., 2011, p. 9. Dans une telle perspective, on pourrait observer les différences locales dans la pratique des savoirs du pays jusqu’à la salle d’un laboratoire particulier.

8 Pour un panorama d’ensemble, écrit par un géographe, voir Livingstone, 2003.

9 Quelques repères bibliographiques : Van Damme, 2005 ; Lécuyer, 2006 ; Teixidor, 2007 ; Romano et Van Damme, 2005 ; Trautmann-Waller, 2007 ; Deshpande, 2007 ; Lappo et Polian, 2007.

10 Voir aussi Livinsgtone (2003, p. 4 et p. 114-117) et Agnew et Livingstone (2011, p. 11) sur la réception différente des œuvres de Darwin et Humboldt selon les pays.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable