Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Practical turn

Texte intégral

1Fonder une anthropologie des savoirs suppose que ceux-ci se prêtent à l’observation, qu’ils puissent être extériorisés, matérialisés et objectivés. Il n’est d’anthropologie que dans la distance, critique et réflexive, entre l’observateur et la scène observée. L’anthropologie des savoirs portera donc moins sur les contenus que sur les pratiques, les interactions, le maniement des instruments, la production des artefacts. Elle ne s’intéressera pas à ce à quoi tel ou tel individu pouvait penser, aux associations d’idées qui ont surgi dans son esprit, mais à l’objectivation de ces idées, à leur inscription dans des tracés, à leur matérialisation dans des artefacts et à la circulation de ces artefacts qui ont pu faire sens pour d’autres que lui, dans la société et la culture où il vivait, et éventuellement au-delà.

2Parmi ces formes d’objectivation et d’inscription, je choisis de considérer ce qui relève d’une pratique, d’un ensemble de pratiques. Je ne mets pas au premier plan l’idée, mais le processus de sa construction, la manière dont elle est formulée, fixée, communiquée. Je considère le brouillon, le manuscrit, le texte davantage que la pensée du scripteur, ou plus exactement, je vois cette pensée à l’œuvre dans les formes et les étapes de son inscription. Je m’intéresse moins au résultat du calcul qu’à la séquence qui l’a produit et aux opérations intellectuelles et graphiques qui constituent cette séquence. Plus que sur la découverte, je m’arrête sur les étapes du processus expérimental, dans ses dimensions les plus concrètes et techniques. Je souhaite d’une certaine manière élargir le champ de la critique génétique qui éclaire le processus de l’écriture littéraire à travers les corrections, les ratures, les ajouts, autant de traces matérielles d’un travail sur le langage, sur l’idée, sur la pensée : les carnets de laboratoire, les annotations marginales sur un livre, les notes de lecture, les plans, les diagrammes, les tableaux, les schémas sont autant de dispositifs comparables.

  • 1 Quelques repères sur le practical turn en sciences sociales : Chaiklin et Lave éd., 1993 ; Pickerin (...)

3Je propose de considérer les savoirs comme les objets et les enjeux de pratiques spécifiques, et de les étudier du point de vue de leur genèse comme de leur objectivation et de leur matérialisation dans des artefacts qui permettent leur circulation sociale dans l’espace comme dans le temps. J’entends par « artefact » aussi bien une théorie qu’un discours oral, un texte écrit, un diagramme, un objet fabriqué, ou encore une performance, par exemple celle de l’artisan, du musicien, du conteur, du devin ou du guérisseur. Les savoirs entrent ainsi dans le champ d’une anthropologie des pratiques, entendue comme l’observation et l’interprétation des gestes et des interactions, dans leur formalité et leur codification, situés dans leur cadre matériel, dans leur mise en scène sociale, dans leur dimension rituelle1.

4Cette dimension opérative conduit à considérer l’activité savante comme un travail régi par des normes et une ergonomie, prenant place dans des lieux particuliers et impliquant l’usage d’instruments et de supports, la mobilisation de savoir-faire spécifiques. L’activité savante comporte de multiples dimensions : les étapes de production du savoir, son objectivation et son inscription, sa mise en circulation sociale, sa réception. Ce n’est qu’afin d’établir des typologies claires que l’on peut distinguer ces différents moments : ils sont en réalité inextricablement liés. Par exemple, un chercheur en sciences humaines et sociales aujourd’hui lit des articles ou des livres, il prend des notes de lecture, dresse le plan d’un article, puis le rédige en déroulant le fil d’une argumentation, en mobilisant et en discutant des sources, il ajoute des notes de bas de page et une bibliographie, puis remet son article à un éditeur ou un comité de rédaction. Il utilise pour cela des bibliothèques, qu’elles soient numériques ou non, des livres, des carnets de notes, un ordinateur accompagné d’un clavier et d’une souris, un gestionnaire de bibliographie, les documents et bases de données archivés sur son disque dur, un traitement de texte, une imprimante, un scanneur. La recherche d’informations et de sources, le développement ordonné d’idées selon une arborescence (passant par l’établissement d’un plan), les étapes successives d’une rédaction organisant et déroulant la pensée, avec ses avancées, ses phases de ralentissement et de digression, sont autant d’aspects concrets de ce travail. Ce chercheur peut aussi se soucier de partager, de transmettre ses questionnements et son savoir, par exemple dans le cadre d’un séminaire qui repose lui aussi sur des pratiques spécifiques, sur des formes d’interaction codifiées, sur le partage d’un moment de vie, de pensée et d’attention avec ses auditeurs.

5Comme toutes les activités humaines, les pratiques savantes conjuguent les gestes de la main et les postures du corps, la focalisation du regard et la concentration de la pensée, la coordination d’opérations en vue d’un objectif particulier, les schèmes de raisonnement et les opérations intellectuelles, la verbalisation et la composition discursive, l’inscription, mais aussi les interactions sociales, dans leur dimension normée et pragmatique. Cette articulation des pratiques manuelles, intellectuelles et sociales apporte un surcroît de sens et d’intelligibilité aux contenus même des savoirs, en les inscrivant dans le temps et dans l’espace, dans une culture matérielle et technique, dans un ensemble de savoir-faire partagés, inculqués et validés dans un milieu social situé. Mettre au premier plan de la recherche la trivialité des pratiques et des savoir-faire ordinaires en place et lieu de la hauteur des concepts et de la théorie, c’est se donner les moyens d’un nouveau point de vue sur l’histoire des savoirs et des sciences.

6Prenons un exemple : comment lire un texte philosophique ? On peut concevoir une pratique de la philosophie qui ne s’attacherait qu’aux concepts et aux contenus doctrinaux, et considérerait que les traités d’Aristote peuvent être lus de la même manière que des textes contemporains, qu’ils peuvent être lus en traduction française sans qu’il y ait perte ou altération de sens par rapport au texte grec, sans qu’il y ait d’obstacle ou de filtre empêchant d’accéder au plus vif d’une pensée. Il y aurait dans cette hypothèse un accès immédiat à un univers intellectuel éloigné du nôtre, une transmission sans déperdition des contenus de pensée à travers les seuils qui séparent les langues, les univers culturels, les époques historiques, les horizons de réception. On peut aussi considérer que les textes d’Aristote dans leur langue originelle, le grec, puis dans chacune des langues dans lesquelles ils furent traduits (latin, arabe…), ont produit des effets de lecture spécifiques, indissociables de leur sens philosophique : effets structurants du lexique et de la syntaxe, des figures de pensée liées à l’usage de cette langue, avec ses marqueurs logiques – expressions de la cause, de la conséquence, de la présupposition, de l’opposition, de la négation, de la nécessité, de l’être… Dans cette perspective, le texte, dans sa structuration linguistique et logique, dans son lexique, sa syntaxe, sa prosodie, sa rhétorique, est lui-même un lieu de savoir où s’accomplissent des opérations particulières : construction et transformation d’objets discursifs et intellectuels, définitions, distinctions, explications, rapports de causalité, rapports de conséquence, modalités logiques. Dès lors, on se posera la question de la rédaction et de la transmission de ce texte grec, de son histoire, des relais antiques, médiévaux, modernes qui ont travaillé sur sa littéralité, sur son insertion dans un ensemble plus large, le corpus aristotélicien et le champ de la philosophie antique, sur son interprétation : les opérations menées par ces relais successifs sont en effet cruciales pour comprendre le texte qui nous a été transmis. On peut également avancer l’hypothèse que les contextes politique, social, institutionnel, intellectuel dans lesquels Aristote se situait apportent eux aussi une clef d’intelligibilité importante à son œuvre, puisqu’ils éclairent le statut, la fonction et les usages des textes parvenus sous son nom, les intérêts et le projet qu’Aristote partageait avec les membres de sa communauté. Au-delà de cet horizon partagé, on peut aussi tenter d’identifier les pratiques spécifiques sous-tendant les écrits d’Aristote. En premier lieu, l’ergonomie du travail d’écriture, avec ses supports et ses instruments, la gestuelle qu’ils impliquent, l’intervention des acteurs anonymes chargés de mettre par écrit un texte dicté ou de produire la copie d’un exemplaire. Ensuite la matérialité graphique de ce texte : écriture continue distribuée en colonnes parallèles sur la longueur d’un papyrus, sans ponctuation ni accentuation, sans découpages ni repérages internes. L’usage d’un tel livre implique un partage entre l’oralité et l’écriture, entre les mécanismes visuels et intellectuels du déchiffrement des lettres et leur vocalisation dans la lecture à voix haute, il permet de comprendre les formes de l’activité intellectuelle partagée dans la communauté aristotélicienne.

7Mettre l’accent sur les pratiques apporte donc un éclairage unique sur le contexte historique et institutionnel des textes aristotéliciens, mais aussi sur leur genèse et leur fixation, sur les modalités de leur production et de leur réception, sur les opérations intellectuelles, le type de savoir et de réflexion construits par le maniement particulier et situé de la langue grecque et de son outillage logique. Ce faisant, nous éclairons aussi les pratiques savantes du chercheur contemporain, ses différents positionnements épistémologiques qui le conduisent à choisir tel ou tel niveau de lecture et d’interprétation d’Aristote. Ces positionnements mobilisent un riche éventail de pratiques intellectuelles et techniques, celles du papyrologue, travaillant sur les supports antiques du texte, celles du codicologue et du philologue travaillant sur les manuscrits médiévaux et la lettre même des textes, celles de l’historien de la culture, soucieux de contextualiser la pensée dans un milieu social particulier, celle du philosophe contemporain, qui choisit de manier les concepts et les définitions d’Aristote dans un projet spéculatif autonome et anachronique. Ceci me conduit à souligner un trait essentiel de cette archéologie des pratiques savantes : son caractère réflexif, critique et introspectif. Car cette archéologie n’a de sens que si l’archéologue réfléchit constamment à ses propres pratiques, à ses méthodes, à ses outils, à ses options dans la palette des choix possibles. Construire cette archéologie des pratiques de savoir comme un champ de recherche repose sur le va-et-vient constant entre les acteurs et les situations étudiés et le lieu de savoir que nous occupons aujourd’hui, qui détermine nos questionnements, nos outils, la bibliothèque sur laquelle nous pouvons nous appuyer.

8On pourrait objecter à une telle approche qu’elle met en évidence le plus petit dénominateur commun entre Aristote et le plus anonyme de ses élèves, ce qui était partagé par tous les membres de cette communauté, voire par toutes les écoles philosophiques athéniennes, en laissant échapper ce qui a fait du Stagirite un penseur d’exception. De fait, l’un des enjeux de l’anthropologie des savoirs est précisément de dépasser cette hiérarchie qui est elle-même le produit d’une histoire et d’un ensemble de pratiques spécifiques : la constitution des corpus, la construction de l’autorité intellectuelle, ce qui fait d’un penseur un chef d’école suivi par des générations successives de disciples, les institutions qui permettent la perpétuation d’un enseignement, sa traduction et son adaptation, la diffusion de ses textes fondateurs. La recherche vise à identifier le socle de pratiques et de savoir-faire liés aux techniques intellectuelles d’une époque et d’une société, aux formes de raisonnement et aux modes de discours inculqués dans l’enseignement, aux références culturelles et littéraires partagées, aux formes de sociabilité dans les différentes sphères d’action des individus, sphère privée, publique, institutionnelle. De ce point de vue, le plus anonyme des maîtres d’école, le plus humble de ses élèves vivent dans le même monde que leurs contemporains qui se sont illustrés dans les différentes branches du savoir. De même, l’ensemble des acteurs impliqués dans l’activité savante au sens large relèvent eux aussi de cette anthropologie : les esclaves antiques responsables des bibliothèques de leurs maîtres, de la copie et parfois de la lecture des textes, les libraires et bibliothécaires, les imprimeurs de la Renaissance, les techniciens des laboratoires, les personnels administratifs des universités, les hauts fonctionnaires de nos administrations. Il ne s’agit pas de niveler les différences, mais d’identifier les strates partagées, les formes de spécialisation et de professionnalisation, la construction des autorités savantes, les mécanismes qui ont donné un relief particulier à certaines œuvres plutôt qu’à d’autres.

9Mettre l’accent sur les pratiques, c’est donc considérer que les savoirs ne sont pas uniquement des contenus mentaux et strictement individuels, mais qu’ils deviennent tels en s’objectivant dans des artefacts, dans des discours, dans des inscriptions, dans des performances. Les savoirs sont le pivot de pratiques multiples, liées à leur construction, à leur fixation, à leur validation et à leur critique, à leur partage, à leur transmission. Ces pratiques sont déterminées par les milieux professionnels, intellectuels ou culturels qui en définissent la normativité et la syntaxe et les transmettent par des formes multiples d’apprentissage. Elles peuvent définir l’habitus de castes et d’institutions, en déterminant les comportements, les manières de dire et de faire, les modes opératoires qui y sont partagés. Acquises et non innées, elles ont vocation à imprégner la totalité de la personne qui les maîtrise : elles sont incorporées, elles ne font qu’un avec lui. Cet habitus partagé tient lieu de signe identitaire parmi les membres d’une même communauté de savoir ou de métier (Bourdieu, 1984). Certains groupes imposent la stricte reproduction des pratiques apprises et d’une tradition savante, d’autres laissent des marges de liberté pour le développement d’un style personnel, d’un tour de main, d’un savoir-faire. Un rituel religieux ou magique, un travail artisanal, le commentaire d’un texte révélé, une interprétation vocale ou musicale, une épreuve d’examen universitaire, une thèse de doctorat sont autant de champs où se manifeste cette normativité des pratiques, avec ses effets de pouvoir, ses formes de réception et d’adaptation dociles ou subversives.

10L’anthropologie des savoirs vise ainsi à redonner vie aux instruments et aux artefacts, aux cartes, aux diagrammes, aux manuscrits et aux imprimés de nos bibliothèques. Peu d’entre eux n’ont pas une histoire à raconter sur les conditions de leur genèse, sur le milieu où ils ont été élaborés et où ils ont commencé à circuler, sur ce qu’ils ont permis d’apprendre et de penser, sur les étapes de leur transmission. Réintroduire dans le monde éthéré des idées et des concepts les bruits de l’atelier, les gestes des corps, les voix et les mouvements, les usages et les opérations permet de comprendre dans leur historicité et leur spécificité culturelle la fabrique des savoirs, leurs usages, leur vie sociale.

11L’anthropologie des pratiques est d’abord un art de la description et du récit s’attachant à rendre compte du contexte matériel et spatial, des positionnements et des gestes des acteurs, des opérations réalisées, des instruments et des supports manipulés, des interactions sociales et des artefacts produits. Ce qui ancre une telle démarche dans l’anthropologie plus que dans l’histoire, c’est l’hypothèse que ce contexte et ces opérations sont des paramètres importants qui contribuent à la spécificité et au sens des savoirs observés. Une telle hypothèse suppose que l’observation ne soit pas cadrée et orientée par une conception a priori de ce qui est important ou accessoire, c’est-à-dire qu’elle ne s’appuie pas sur une hiérarchisation préalable et implicite des éléments de ce contexte.

12L’observation anthropologique repose nécessairement sur l’expérience d’un décentrement, ou plus exactement, d’un écart construit : rien n’est anodin, rien n’est secondaire, tout mérite d’être repéré, retenu, noté, même si l’anthropologue importe dans la scène observée ses propres catégories, ses angles morts, ses a priori et ses certitudes, son imagination et sa mémoire, ses expériences antérieures et son savoir théorique. Il est peut-être plus facile de se trouver en position d’observateur sur un terrain présentant une altérité maximale que sur une scène suggérant d’emblée un sentiment de familiarité, un partage allant de soi entre l’important et l’accessoire.

13Un anthropologue assistant à une initiation de devin dans le Nord-Togo doit croiser les données livrées par son informateur, ce qu’il voit et entend, ce qu’il comprend, ce qui résiste à l’interprétation, ce qu’il sait préalablement pour l’avoir appris dans la littérature ethnographique occidentale (Dugast, 2007 ; voir aussi Liberski-Bagnoud, 2011). Même les plus objectifs des instruments d’enregistrement audio ou vidéo ne restituent pas la totalité de la scène, ils filtrent les données tant par leurs spécificités techniques que par les choix de cadrage et de focalisation de l’opérateur. Les notes de terrain, la photographie, la vidéo, les enregistrements audio sont autant de moyens de capter une part de cette réalité, mais une part seulement, et leur recoupement permet d’en reconstruire les différentes dimensions, nécessairement partielles et tronquées(Jolly, 2007).

14Peut-on appliquer ce protocole d’observation à des situations familières, inscrites dans notre environnement, dont les enjeux et les scénarios sont immédiatement déchiffrables ? L’enquête menée par Bruno Latour et Steve Woolgar dans le laboratoire de neuroendocrinologie du professeur Roger Guillemin à l’Institut Salk de l’université de San Diego, dans les années 1970, a eu un rôle fondateur dans les science studies (Latour et Woolgar, 2006). Elle reposait sur un protocole particulier : considérer un laboratoire scientifique comme un terrain aussi exotique, aussi mystérieux qu’un village de la forêt amazonienne ou de la brousse africaine. Cela revenait à ouvrir considérablement le champ de l’observation, et surtout à dissocier l’enquête ethnographique du discours que les sujets pouvaient tenir sur leurs propres pratiques, sur les objets mêmes de leurs recherches. Les observateurs ont suivi tous les acteurs – non seulement le directeur du laboratoire et les chercheurs, mais aussi les techniciens et les personnels administratifs – ; ils ont analysé la répartition et les usages des espaces – non seulement les salles d’expérimentation, mais aussi les bureaux et les lieux de socialisation et d’interaction –, et enfin ils ont été attentifs à la diversité des pratiques : où et comment se fait la science ? Faut-il croire aux récits rétrospectifs des scientifiques, à la fiction des articles qui offrent une description objective et idéalisée du processus de découverte ? Ou ne faut-il pas ouvrir la focale de l’observation, et prendre en compte tout ce qui se fait et se dit (ou ne se dit pas) dans un laboratoire, la contingence des processus, le bruit des interactions entre chercheurs, machines, échantillons, instruments de mesure, inscriptions, qui permet peu à peu de construire l’hypothèse scientifique, de la valider par l’expérimentation ? L’enquête de Latour et Woolgar a contribué à démystifier le travail des « sciences dures », en montrant la part de bricolage et de manipulations, la part des négociations et la laborieuse fabrication des « faits scientifiques ». Elle est devenue un modèle de référence pour l’observation de différents types de pratiques savantes, techniques ou institutionnelles, que ce soit celles du Conseil d’État, où Bruno Latour est à nouveau dans la position d’un ethnographe (Latour, 2002), celles du cabinet d’un architecte japonais (Houdart, 2011) ou celles de l’environnement technique et humain entourant Stephen Hawking(Mialet, 2011).

  • 2 Ces questions sont au cœur de la thèse de Faury, 2012.

15L’application de ce protocole d’observation à un terrain familier, par exemple aux pratiques de notre propre communauté de savoir, est plus difficile : elle implique un effort réflexif, la capacité de s’abstraire de son terrain pour le regarder en position extérieure. Un chercheur en sciences humaines aujourd’hui peut-il faire preuve de réflexivité sur ses propres opérations savantes, sur ses outils de travail, sur la communauté à laquelle il appartient ?2

16Mon intérêt pour les pratiques savantes tient sans doute au fait que j’appartiens à une génération qui a commencé à travailler avec les fiches en bristol et la machine à écrire électrique et qui a vu émerger dans les années 1980 les premiers ordinateurs personnels, à lecteur de disquette, puis à disque dur, ainsi que des logiciels qui ont peu à peu permis l’automatisation d’un ensemble varié de tâches de rédaction et de gestion documentaire, remplaçant le papier et les stylos par le clavier et l’écran, les fichiers par les bases de données, les feuilles de brouillons par des documents numériques pouvant être corrigés, actualisés et mis en forme par les logiciels de traitement de texte (Jacob, 2012). Nous avons assisté à une révolution dans les technologies du travail savant et de l’accès à l’information, révolution qui n’est pas terminée, puisque après le remodelage de l’acte d’écriture, nous entrons dans l’âge de la lecture et des bibliothèques numériques.

  • 3 Pour une réflexion ergonomique sur l’organisation de l’espace de travail informatique en « piles » (...)

17Quel impact sur les manières d’écrire, de lire, de penser, de s’informer et de mémoriser ont les interfaces graphiques des systèmes d’exploitation, les versions successives des logiciels, les navigateurs Internet, les programmes de visualisation et d’archivage de données, l’ergonomie et les logiques sous-jacentes des moteurs de recherche, la connexion permanente au cloud, l’accès en temps réel à des ressources distribuées aux quatre coins de la planète3 ? Quel impact ont les clés USB, les ordinateurs portables, les tablettes numériques sur la mobilité, sur les espaces de travail, sur les postures et la gestualité des chercheurs ? Quels sont les gains, quels sont les risques, quelles sont les pertes impliqués par ces nouvelles technologies ? Quels sont les phases d’adaptation, les modes d’appropriation proposés ou imposés aux chercheurs ? Nous assistons aujourd’hui à la transformation accélérée de nos métiers du fait de cette évolution technologique, au rééquilibrage et à la redéfinition des parts respectives de la recherche d’informations, du travail sur les sources, de la lecture, de la réflexion, de la rédaction, de la publication. De même, les modes de communication entre chercheurs ou entre les chercheurs et la société connaissent eux aussi de profondes mutations, tant dans les réseaux sociaux que dans la temporalité de la circulation des flux.

18Mesurer l’ampleur de ces mutations, analyser la nouvelle ergonomie de l’activité savante et son impact sur nos propres pratiques, sur notre pensée, ouvre ainsi le champ d’une anthropologie réflexive où l’on serait à la fois sujet et objet de l’observation, et où l’on prendrait au sérieux ces nouveaux espaces de travail où le « Post-it » côtoie le smartphone, où la tablette tactile côtoie le livre imprimé, où les discussions par Twitter traversent de nouveaux modes d’écriture et de visualisation des savoirs.

19Il nous faut pour finir affronter une question de méthode. En proposant le programme d’une anthropologie des pratiques du savoir, ne sommes-nous pas contraints de restreindre l’enquête au contemporain, aux terrains se prêtant à l’observation directe, tels le laboratoire, la salle de séminaire, le bureau de chercheur, la bibliothèque, la salle de conférence, l’atelier de l’artisan, la case du devin africain, la piste du chasseur amazonien ? Comment appliquer ce type de questionnement aux situations du passé, proche ou lointain, échappant à l’observation directe ?

20L’anthropologie des savoirs devient historique lorsqu’elle s’appuie sur la médiation des traces et des sources permettant d’identifier les acteurs, de reconstruire leurs pratiques, leur environnement matériel et social. Il s’agit alors d’appliquer le protocole d’observation anthropologique aux sources documentaires, de les corréler, de les confronter pour reconstituer la fabrique des savoirs dans un lieu et à un moment donnés. Il serait cependant illusoire de considérer que ces sources nous offrent un accès direct et transparent aux acteurs et aux pratiques qu’elles documentent. Mais loin de compromettre l’enquête, la médiation des sources en élargit le champ et en multiplie les niveaux. Chaque type de source, chaque document apporte en effet un éclairage singulier sur les situations, les acteurs, les pratiques que l’on souhaite étudier. Ces sources peuvent être des instruments, des lieux physiques, des représentations iconographiques, des photographies, des textes écrits. Parmi ces derniers, on trouve des manuscrits, parfois autographes, ou des imprimés recouvrant une large gamme d’artefacts, de la feuille isolée au livre. Ces différentes sources peuvent apporter une information factuelle, mais elles ont surtout un intérêt par les points de vue particuliers, situés et parfois biaisés qu’elles portent sur la réalité étudiée : qu’est-ce qui est souligné ? Qu’est-ce qui est occulté ? Quel est le discours implicite, explicite qui sous-tend le document ? Quels sont les effets produits par ce document ? Chaque source peut ainsi être interrogée pour ses effets performatifs, ce qu’elle met en évidence, ce qu’elle fait croire ou fait savoir, la représentation qu’elle construit. Elle est aussi considérée du point de vue des pratiques spécifiques qui l’ont produite ou qu’elle induit.

21Qu’il s’agisse par exemple d’un portrait commandité par un savant, son entourage ou son institution, d’une photographie où il est mis en scène dans son bureau ou son laboratoire, des objets figurés sur sa table de travail, de sa correspondance, de ses brouillons, du témoignage de ses collègues ou de ses étudiants, des comptes-rendus de ses livres, des préfaces à ses ouvrages, de son autobiographie ou de sa biographie, et de l’ensemble de sa production écrite, nous disposons de différentes focales d’observation, qui font varier le champ et les points de vue, depuis la table de travail jusqu’aux réseaux savants, de la réflexivité de l’acteur sur son identité et son travail à ce que ses œuvres révèlent indirectement de ses pratiques, non seulement dans leur réalité empirique, mais aussi dans leur formalité disciplinaire, dans l’habitus qu’elles manifestent, dans les inflexions personnelles qui font dévier certaines pratiques des normes dominantes (sur le champ nouveau ouvert par l’étude des archives de chercheurs, voir Bert, 2012).

22L’hypothèse de travail que nous avançons est qu’il n’y a pas de solution de continuité entre le kaléidoscope des informations recueillies lors d’une observation de terrain et la reconstruction de l’univers des pratiques, des discours et des positionnements sociaux tel qu’il se dévoile par la médiation des sources et des archives.

23Le contemporain comme le passé, proche ou lointain, se prêtent à l’anthropologie des savoirs : anthropologie de terrain dans un cas, anthropologie historique dans l’autre. Ce qui nous semble assurer la cohérence, la continuité de ce champ, c’est la notion de lieu.

24II est temps donc d’expliciter ce que nous entendons par « lieu de savoir ».

Notes

1 Quelques repères sur le practical turn en sciences sociales : Chaiklin et Lave éd., 1993 ; Pickering, 1995 ; Schatzki, Knorr Cetina et von Savigny, 2006. Deux livres ont joué un rôle important dans la genèse du projet des Lieux de savoir : Verdier, 1979 et Certeau, 2002.

2 Ces questions sont au cœur de la thèse de Faury, 2012.

3 Pour une réflexion ergonomique sur l’organisation de l’espace de travail informatique en « piles » et « dossiers », par analogie avec les tables de travail et les étagères du bureau, voir Malone, 1983. Je remercie Marc Jahjah qui m’a signalé cette référence.