Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?

 | 
Christian Jacob

Savoir et savoirs

Texte intégral

1Première question : pourquoi « lieu de savoir » et pas « lieu de science » ? Et comment articuler « savoir » au singulier et « savoirs » au pluriel ?

2Nous considérons que les savoirs constituent un champ plus large que celui des sciences : ces dernières, en particulier les sciences qui se sont développées en Europe depuis le xviie siècle, représentent une forme de savoir parmi d’autres, même si elles occupent aujourd’hui dans notre culture et notre société une place privilégiée. Mais les savoirs scientifiques n’en coexistent pas moins avec les savoirs lettrés, les savoirs spirituels, les savoirs techniques et artistiques, les savoirs politiques et juridiques, les savoirs économiques et administratifs, comme avec les savoirs pratiques du quotidien.

3Cette typologie, du reste, ne résiste pas à l’observation de savoirs particuliers, ancrés dans un contexte social, dans une culture et une époque donnés. Comment dissocier en effet la part des techniques lettrées, des pratiques spirituelles, des savoirs institutionnels et juridiques dans les commentaires des textes canoniques, dans le Moyen Âge chrétien comme dans les traditions de l’islam, du bouddhisme et du judaïsme, mais aussi de la Chine impériale ? Comment faire la part du savoir technique du fabricant d’instruments scientifiques, du savoir-faire de celui qui les manipule puis procède aux observations ou aux expériences et enfin du savoir théorique de celui qui en interprète les résultats ? Comment distinguer le savoir-faire du chasseur amazonien de son savoir sur les animaux, les plantes, les arbres, le ciel, le vent, les traces et les odeurs ou des savoirs traditionnels chamaniques et mythiques (Descola, 2006, p. 11) ?

4Prenons le cas d’une grande figure comme celle du médecin Galien de Pergame (iie siècle de notre ère) (Boudon-Millot, 2012) : nous observons une palette très ouverte de pratiques savantes – enseignement, activité médicale et chirurgicale, rédaction de traités, de commentaires et de lexiques relevant de différents domaines (médecine, philosophie, études littéraires), conception d’instruments de chirurgie, collecte de substances naturelles pour la fabrication de médicaments. Nous avons là un champ de pratiques et d’intérêts qui, loin d’être composite ou éclectique, se présente comme un continuum, celui de l’activité d’un médecin grec à Rome.

5En mettant au premier plan la notion de savoir, au singulier, nous posons donc l’existence d’un champ d’activités et d’expériences constitutif des sociétés humaines, des groupes et des individus qui les composent : les frontières comme les découpages internes de ce champ, la hiérarchie, la formalisation et l’articulation de ses parties, les rapports de force qui peuvent les opposer sont des variables historiques et culturelles, non des universaux. Ce champ est configuré d’une manière spécifique par les milieux sociaux, les communautés, les lignes de démarcation tracées par l’âge, le sexe, la langue, le milieu naturel, les croyances religieuses, les statuts professionnels, ou tout simplement la part du hasard et de la nécessité qui conduit un individu à se situer dans une sphère de vie, de pensée et d’activité parmi un choix de possibles.

6Les Lieux de savoir (Jacob éd., 2007 et 2011) ont pris position dans un débat historiographique contemporain où l’on s’interroge sur la spécificité, les frontières, les méthodes et la visée de l’histoire des sciences par rapport à l’histoire des savoirs et à l’histoire tout court. Je soulignerai certains des enjeux de ce débat. Admettre l’autonomie et la suprématie du champ scientifique, c’est prendre acte d’une configuration datée et localisée où, dans l’Europe moderne, différentes disciplines ont été définies par des fondements épistémologiques (la sécularisation et la mathématisation du monde), par des protocoles (l’expérience, la preuve, la démonstration, la généralisation, l’explication), par l’usage d’équipements et d’instruments voués à l’observation et à l’expérimentation, par des spécialisations professionnelles et des lieux institutionnels dédiés, comme l’université ou le laboratoire. On peut admettre qu’un physicien du CERN, un mathématicien, un chercheur en astrophysique, un généticien partagent aujourd’hui un ensemble de postulats communs qui les inscrivent dans le champ des « sciences dures » : ils ont en commun une certaine représentation du monde, vivant ou physique, et leurs cosmologies disciplinaires ne sont pas incompatibles entre elles.

  • 1 Je partage l’approche défendue par Latour (1989), Latour et Woolgar (2005) et synthétisée par Pestr (...)

7Déconstruire la catégorie même de « science » nous semble cependant une tâche d’une certaine valeur critique et heuristique, susceptible d’enrichir le projet d’une histoire et d’une anthropologie des savoirs. D’abord, parce que comme le souligne Dominique Pestre, « la science n’est pas la même chose pour un philosophe, un physicien du CERN, un militant écologiste, un homme politique » (Pestre, 1998, p. 100). La science n’existe que comme enjeu, comme champ d’appropriations multiples, où les positionnements, les points de vue, les pratiques définissent autant de sphères d’intérêts et d’actions. Au-delà des fondements partagés, on peut aussi introduire de multiples clivages entre les disciplines aujourd’hui regroupées sous l’étiquette « sciences » : certaines ne nécessitent qu’un tableau noir pour écrire des calculs à la craie, d’autres exigent d’importants équipements techniques et industriels pour découvrir et observer de nouvelles dimensions de la matière physique, pour explorer l’infiniment petit ou l’infiniment lointain ; certaines ne reposent que sur les savoirs et les découvertes les plus récents, leur profondeur temporelle est très courte ; pour d’autres, le recours à la bibliographie et à la bibliothèque est toujours utile, comme, par exemple, pour des mathématiciens qui trouvent toujours dans l’histoire d’un problème et de ses tentatives de résolution des voies à explorer (Andler, 2011) ; certaines sont orientées vers l’application, d’autres sont purement théoriques ; certaines recourent à la modélisation, d’autres à l’observation ou à l’expérimentation (Jensen, 2011). En outre, on peut aussi se défier d’une définition et d’un découpage des sciences reposant uniquement sur leurs objets ou sur leurs fondements rationnels, voire sur leur essence. Les sciences existent-elles en elles-mêmes, dans une identité abstraite, ou dans les individus et les communautés qui les pratiquent ? Dans un laboratoire contemporain, où localiser, où observer précisément la science ? Chez le chercheur de réputation internationale qui le dirige ? Auprès des chercheurs et des enseignants-chercheurs de l’équipe ? Chez les doctorants et les chercheurs en post-doc ? Chez les ingénieurs et les techniciens ? Les personnels administratifs ? Ou auprès des tutelles, comme le CNRS ? Et où la science se matérialise-t‑elle ? Dans le respect de protocoles particuliers qui régiraient par exemple la manipulation des échantillons, le réglage et le maniement des appareils ? Dans les notes manuscrites prises sur la paillasse du laboratoire ? Dans les mesures et les visualisations produites par l’ordinateur ? Dans la discussion des chercheurs sur les expériences et leurs résultats ? Dans les procédures visant à vérifier ou à réfuter ces résultats ? Dans la rédaction d’un article, qui déroulera le récit rétrospectif et idéalisé du processus expérimental ? Dans l’acceptation de cet article par le comité de lecture d’une revue de réputation internationale ? Par ce questionnement, je ne sous-entends pas que les sciences n’existent pas, mais je considère qu’elles sont indissociables des institutions et des individus, de leurs pratiques et de leurs interactions, des instruments qu’ils utilisent, des formes d’écrits et de visualisations et des artefacts qu’ils produisent. Plus fondamentalement encore, je considère que les sciences se définissent par des régimes de vérité et d’établissement des faits qui sont eux-mêmes des conventions historiquement situées, car négociées dans différentes communautés, en fonction des critères d’objectivité, de réalité, de régularité, d’intelligibilité qui font autorité en un moment particulier1.

8La difficulté s’accroît lorsque l’on tente de projeter la cohérence, la délimitation du champ scientifique contemporain, avec son projet intellectuel, son organisation socioprofessionnelle et son outillage épistémologique, sur des périodes plus anciennes ou dans des cultures non occidentales.

9Vouloir écrire une histoire de la science grecque, par exemple, en s’en tenant implicitement aux contours et à la définition de la science d’aujourd’hui a deux conséquences fâcheuses : la première est de découper artificiellement dans un continuum culturel complexe un champ répondant à ces critères implicites, et donc de rejeter en dehors de ce cadre ce qui échappe à cette définition : comment articuler les traités « scientifiques » d’Aristote et de ses élèves, par exemple dans les domaines de la zoologie, de la botanique, de la météorologie, et leurs travaux dans les champs de la logique, de la rhétorique, de l’éthique, de la poétique, de l’épistémologie, de la métaphysique ? Comment corréler, chez un certain nombre de figures intellectuelles de la Renaissance ou de la première modernité, ce qui relève de la science au sens contemporain du terme et ce qui relève des savoirs antiquaires et lettrés, de la lecture et du commentaire des sources grecques et latines, voire de la spiritualité et de l’occultisme ? Ce que l’histoire des sciences au sens strict peut éclairer dans ces différents moments historiques a pour contrepartie ce qu’elle laisse dans l’ombre et hors champ. Dans sa forme la plus classique, l’histoire des sciences projette des découpages contemporains et occidentaux sur des univers culturels régis par d’autres logiques, sur des mondes dont les acteurs pensaient avec d’autres catégories. S’en tenir à une définition normative et anhistorique de la science conduit à masquer la richesse de contextes culturels où la carte des savoirs était configurée selon des logiques différentes des nôtres. Privilégier une définition épistémologique de la science, c’est aussi masquer le contexte social et politique de la production et de la circulation des savoirs, à travers la diversité des statuts professionnels, des lieux, des institutions et des réseaux.

10Il en découle une seconde conséquence : l’historien peut être tenté de recourir à un point de vue téléologique, normatif, essentialiste, où il décrira les étapes successives du développement d’une science particulière du seul point de vue de la positivité des connaissances qu’elle produit, en fonction d’un partage supposé universel entre la vérité et l’erreur. Dans une telle perspective, l’évolution historique prend son sens par rapport à son terme, l’état contemporain des sciences. Son moteur interne est le progrès qualitatif constant des connaissances, l’enchaînement inexorable des découvertes, les gains continus en précision, en exactitude, en vérité, en universalité. Le point aveugle de cette approche est que les critères même de la scientificité, de la vérité, de la preuve, de la raison puissent être des variables historiques et culturelles.

11L’histoire des sciences, du reste, est encore aujourd’hui une discipline aux frontières et à l’identité mouvantes, ce qui en fait d’ailleurs la richesse. En se centrant sur un champ particulier – histoire des mathématiques, de la géographie, de la cartographie, de la médecine, de l’astronomie –, elle s’expose au risque de manquer ce qui articule, ce qui traverse et sous-tend ces champs, ce qui organise la carte des savoirs d’une époque et d’une société selon des lignes de force et des recoupements qui leur sont propres. L’histoire des sciences a été divisée par un clivage entre deux approches fort différentes :

  • Une approche internaliste, attentive à saisir les logiques d’émergence d’une théorie, d’un concept, d’une découverte à l’intérieur d’une discipline particulière, en s’attachant aux contenus conceptuels plus qu’aux formes discursives, aux contextes et aux acteurs. Dans ses expressions les plus radicales, cette approche prend la forme d’une histoire des idées, des systèmes, des conceptions et des découvertes au fil d’une temporalité linéaire régie par la seule dynamique interne des disciplines, par leur cohérence et leur progression logiques, par leurs fondements épistémologiques, par la force téléologique d’une évolution qui conduirait inexorablement de l’erreur à la vérité.

  • Une approche externaliste, qui s’est développée en rupture avec la précédente. Elle considère que, comme toute autre activité humaine, les sciences s’inscrivent dans une société, dans une culture, dans des institutions, qu’elles sont pratiquées par des acteurs, qu’elles sont donc déterminées par un contexte technologique, économique, social et politique. La sociologie des sciences, les science studies des Anglo-Saxons, a largement développé cette perspective, en faisant de la science non pas un champ régi par le seul exercice de la pensée et la recherche d’une vérité transcendante, mais une construction résultant des interactions de multiples acteurs collectifs et individuels, humains et non-humains, ainsi que des négociations, des collaborations, des conflits et des controverses qui sous-tendent ces interactions (Latour, 1989 ; Latour et Woolgar, 2006 ; Pestre, 2006).

12L’approche externaliste semble la plus efficace pour historiciser les sciences, non seulement dans leurs contenus conceptuels, mais aussi dans leur processus de construction et de diffusion, dans les formes de validation qui leur confèrent une autorité inscrite dans le temps et dans l’espace, dans leur ancrage et leur circulation dans une société située. Pour m’en tenir à un point particulier, l’existence d’institutions et de lieux de pouvoir imposant une certaine vision du monde, comme l’Église catholique en Europe, a joué un rôle majeur dans la stagnation comme dans le développement des savoirs européens, du Moyen Âge à l’époque moderne, en imposant des corpus de textes faisant autorité (par exemple la cosmologie d’Aristote), des commentaires autorisés, des dogmes sur la nature du monde et son lien à la création divine. Ce pouvoir s’est manifesté dans les institutions et les programmes d’enseignement (dans les universités) comme dans la répression des doctrines hérétiques (Inquisition, mise à l’Index). Cette connaissance large du contexte politique, social, institutionnel constitue une clé d’intelligibilité majeure des savoirs étudiés.

13Cette approche semble particulièrement féconde dès lors que l’on s’efforce de comprendre la nature et la pratique d’une science particulière, en un moment historique précis, en faisant de son statut, de ses méthodes et de ses productions l’enjeu de négociations entre les multiples acteurs impliqués dans ce champ d’activité. Dans une telle perspective, les sciences apparaissent comme un objet pluridisciplinaire, intellectuel, technique, politique, juridique et économique, relevant à ce titre de la sociologie, de l’anthropologie et de l’histoire dans ses multiples branches. La définition et l’amplitude du champ d’analyse sont ici déterminantes : on peut choisir de s’intéresser aux acteurs, aux institutions, aux dispositifs techniques, aux pratiques, aux modalités de validation des résultats, à la reconnaissance sociale de ces résultats et aux formes d’autorité qui s’y attachent, à leur circulation par la publication, la vulgarisation ou l’enseignement. Cette approche externaliste n’exclut pas l’étude des formes et des contenus mêmes de la pensée scientifique, de ses paradigmes, de son langage, de son outillage conceptuel, puisqu’elle permet précisément de les situer dans le paysage intellectuel, culturel et social plus vaste d’une époque donnée, en observant par exemple la circulation des termes, des catégories, des modèles, les transferts conceptuels, les métaphores, les fondements partagés.

14Mon approche des lieux de savoir prend position dans ce débat critique et épistémologique :

  • Je renonce à une définition normative et occidentale de la science pour déployer le champ plus vaste des savoirs, sur la longue durée historique, dans la pluralité des cultures et des langues.

  • Je ne distingue et ne hiérarchise pas ces savoirs a priori, en fonction d’une axiologie particulière qui définirait globalement les critères du vrai et du faux ou de la rationalité. Cela ne revient pas à nier toute différence entre les formes de savoir et à prôner un relativisme généralisé. Cela implique en revanche de considérer que ces différences sont elles-mêmes des variables historiques et culturelles, construites et opératoires dans un temps et une société donnés : elles font l’objet de négociations, de controverses, de rapports de force. La manière dont une société organise et hiérarchise ses champs de connaissance relève d’une anthropologie historique des savoirs.

  • Je partage le programme des science studies et je tente d’élargir ses perspectives au-delà du champ scientifique, à l’ensemble des savoirs humains.

  • 2 Voir infra, « Practical turn ».

15Mais d’une certaine façon, je me propose aussi de dépasser ce clivage entre approches internaliste et externaliste en ouvrant une troisième voie, constructiviste, marquée par le practical turn, abordant les savoirs comme des processus dynamiques, comme le produit de pratiques et opérations multiples sur le plan mental, discursif, technique et social2.

16II est temps de proposer une définition des savoirs. Deux points me semblent essentiels :

  • Je définis les savoirs comme un champ de l’expérience humaine, individuelle et collective, plus précisément comme l’ensemble des procédures mentales, discursives, techniques et sociales par lesquelles une société, les groupes et les individus qui la composent, donnent sens au monde qui les entoure et se donnent les moyens d’agir sur lui ou d’interagir avec lui. Ces procédures concernent aussi bien le monde visible que le monde invisible, le monde matériel que le monde immatériel, le monde naturel et humain, le monde du vivant et de l’inerte, ces différentes dimensions, et les oppositions qui les corrèlent, étant elles-mêmes des constructions culturelles. L’une des caractéristiques des savoirs, par ailleurs, est leur réflexivité, puisqu’ils peuvent se donner comme objet leur propre statut, leurs pratiques, leur normativité comme les artefacts qu’ils produisent. On pourrait qualifier ma définition de « fonctionnaliste » car je définis les savoirs par les fonctions qu’ils remplissent dans toute société humaine davantage que par leurs contenus. Les savoirs sont à la fois les instruments et les composantes d’une cosmologie partagée, située dans un lieu et à une époque donnés. Ils procèdent à un découpage et à une sémantisation du monde, tracent les limites ou les marges entre ses différentes composantes et dimensions, leur donnent un nom, un sens, des propriétés spécifiques. Ces découpages, dans leur pluralité et leurs imbrications, et parfois aussi dans leurs contradictions et leur conflictualité, sont déterminés par leur ancrage dans une culture et une société, à une époque, dans un territoire et dans une langue donnés.

  • Ces procédures de sémantisation du monde, par la pensée, le langage ou l’action, sont fondamentalement sociales. Les savoirs s’incarnent dans des individus ou des communautés qui se voient reconnaître des compétences particulières, ils se matérialisent dans les artefacts qui en sont le résultat et le vecteur, objets, discours, textes écrits, comme dans les gestes efficaces qui reflètent la performativité d’un savoir-faire. Il n’est pas de savoirs qui ne soient reconnus comme efficaces, pertinents et investis d’une autorité particulière parmi les membres d’un groupe ou d’une société donnée. Différentes formes de savoir, différentes conceptions de l’efficacité peuvent entrer en concurrence ou en conflit dans une même société ; certaines sont légitimes, traditionnelles ou dominantes, d’autres sont hérétiques, novatrices ou déviantes ; elles peuvent être exclusives les unes des autres ou compatibles et complémentaires. Elles peuvent refléter la concurrence ou les conflits des individus et des groupes qui les véhiculent, des formes de vérité et d’autorité dont ils se réclament, selon de multiples clivages sociaux, religieux, politiques, professionnels. Cette dimension sociale et culturelle est la condition requise pour que les savoirs humains entrent dans le champ de l’histoire et de l’anthropologie.

17Il me faut à présent me situer par rapport aux sciences cognitives et aux neurosciences. L’histoire et l’anthropologie des savoirs ne se proposent pas d’étudier les fonctions cognitives de l’être humain dans leurs dimensions neurologiques et cérébrales, ni d’étudier les mécanismes de la pensée, de la perception et du langage, de la mémoire et de l’attention, de la mobilité et de la dextérité manuelle à un niveau profond et neuronal. En revanche, elles s’attachent à décrire et à comprendre le façonnage et le développement de facultés particulières dans le cadre d’apprentissages et d’entraînements situés dans des groupes sociaux déterminés et dans des contextes plus ou moins institutionnalisés. À partir du substrat neurologique commun à l’espèce humaine, à partir des mécanismes profonds du fonctionnement de l’esprit, dans ses dimensions cognitives, motrices, perceptives, ce sont des apprentissages particuliers qui permettent par exemple à certains individus de développer une dextérité, une écoute et une mémoire mobilisées dans le jeu d’un instrument de musique et à d’autres des formes de perception visuelle, de construction des formes, des volumes et des couleurs qui donneront lieu à des tableaux et des sculptures. De même, l’apprentissage d’un art ou d’une technique, qu’il s’agisse de techniques de la main, du regard ou du corps tout entier, met en jeu et développe certaines propriétés motrices du corps humain. L’habileté de l’artisan, la performance mnémotechnique du récitant, l’agilité mentale du mathématicien, la clarté d’exposition de l’orateur, les techniques de raisonnement du philosophe, les exercices de commentaire ou de composition, d’analyse ou de synthèse des écoliers et des étudiants de nos universités contemporaines sont autant de performances résultant d’apprentissages sociaux, ces derniers permettant la mobilisation, voire le développement et le façonnage de certaines capacités cognitives et motrices.

18Le psychologue Ignace Meyerson, qui fut l’un des maîtres de Jean-Pierre Vernant, a défendu en son temps une thèse forte, celle de l’historicité des « fonctions psychologiques » de l’être humain, telles qu’elles s’objectivent dans des « œuvres » qui peuvent être artistiques, techniques, littéraires, scientifiques, religieuses (Meyerson, 1995). L’étude, dans leur diversité, des œuvres d’une même époque, d’une même culture et dans la même société permettrait ainsi de reconstituer l’univers psychologique de leurs créateurs et de la société où elles circulaient, leur rapport au temps et à l’espace, leur conception de l’action, du visible et de l’invisible. Sans reprendre le projet d’ensemble de la psychologie historique, il nous paraît intéressant d’en retenir l’idée de l’historicité et du façonnage social des formes de pensée, de discours, et d’action, moins dans leurs contenus que dans leurs mécanismes et leur style spécifiques.

19L’histoire et l’anthropologie des savoirs ne se limitent cependant pas à étudier des performances particulières résultant des compétences acquises lors des apprentissages sociaux. La fonction même de la cognition, la nature de l’esprit et de la pensée, la possibilité du savoir et de l’apprentissage lui-même entrent dans leur champ d’investigation. Quels ont été, dans différents milieux culturels, à différentes époques, les savoirs, les représentations, les théories et les modèles proposés pour rendre compte de l’esprit humain, de ses facultés, de la nature et des limites de la connaissance, du statut et de l’origine du savoir ? Comment se sont constitués les savoirs réflexifs sur le savoir lui-même, dans la diversité de leurs formes et de leurs niveaux, selon les courants spirituels et philosophiques, selon les écoles médicales ? Les sciences cognitives elles-mêmes deviendraient ici un objet d’étude en tant que réponse contemporaine et occidentale à cet ensemble de questions : quel est leur outillage conceptuel ? Quelle est la part de l’expérimentation, de la formalisation, de la modélisation ? Comment se sont construites les réflexions sur l’intelligence artificielle et l’externalisation d’un certain nombre de fonctions intellectuelles, perceptives et techniques ?

20L’histoire et l’anthropologie sont donc intéressées par la dimension sociale des savoirs, c’est-à-dire par leur nature partagée, par les interactions qu’ils rendent possibles dans une société, par les effets produits dans et sur cette société, par leurs dynamiques de circulation, de mise en œuvre et de transmission. Cependant, la définition englobante que nous avons proposée, « l’ensemble des procédures mentales, discursives, techniques et sociales par lesquelles une société, les groupes et les individus qui la composent, donnent sens au monde qui les entoure et se donnent les moyens d’agir sur lui ou d’interagir avec lui », peut soulever une objection, ou du moins une question à laquelle il nous faut essayer de répondre. Cette définition en effet se situe à un niveau de généralité tel qu’elle englobe tout le champ de l’activité humaine dans sa dimension sociale et culturelle : des techniques du corps aux sciences les plus conceptuelles, de la cuisine à la musique, de la chasse aux savoirs lettrés, de l’artisanat à la médecine, du rituel chamanique à l’expérience de laboratoire, on peut se demander ce qui ne relève pas du savoir dans le vaste paysage des activités humaines. Cela conduit, effectivement, à considérer le savoir comme une composante intrinsèque, comme un trait définitoire de toute culture et de toute société humaines, voire de l’humain tout court (Adell-Gombert, 2011, p. 3 et 10).

21Cette proposition soulève deux nouvelles questions.

22La première conduit à s’interroger sur les limites et les seuils du savoir, c’est-à-dire de l’humain. Qu’en est-il des savoirs dans le monde animal ? Est-ce que les comportements, les formes d’organisation, l’activité proto-technique de certaines espèces animales sont porteurs de formes de savoirs ? Comment ces savoirs sont-ils formalisés, appris, transmis ? La genèse de la compétence technique chez les premiers hominiens, l’éthologie animale conduisent à élargir considérablement le champ d’enquête sur les savoir-faire et l’intelligence technique. Nous explorerons ces perspectives dans une étape future de notre travail. À un niveau plus fondamental encore, est-ce que le gène, la cellule, le neurone sont porteurs de savoir ? Et qu’en est-il du savoir des machines, des systèmes informatiques, des dispositifs à intelligence artificielle ? Ces questions excèdent ma compétence, mais elles invitent à réfléchir aux liens et aux différences entre savoir et information, entre mémoire et pensée, entre action et réaction, ainsi qu’aux formes d’autonomie et d’apprentissage des systèmes cognitifs. Ce sont ici encore des perspectives de réflexion que j’espère approfondir à l’avenir.

23La seconde question n’est pas moins fondamentale : comment articuler « savoir » et « savoirs » ? Existe-t-il une catégorie englobante qui regrouperait la grande diversité des savoirs développés dans les sociétés humaines ou est-ce que chaque savoir est particulier ? Quel est le rapport de la partie au tout, du spécifique au général ? Et comment les sociétés humaines, à différents moments et dans différentes aires culturelles, ont-elles géré ce champ englobant ou son découpage ?

24La définition « fonctionnaliste » que j’ai proposée met l’accent sur ce que les savoirs permettent de réaliser et d’accomplir, elle les considère comme des formes d’action et les définit par leur efficacité sur différentes dimensions du monde où ils sont produits, appliqués et partagés. De ce point de vue, la catégorie du savoir englobe de nombreuses subdivisions, savoirs spirituels, techniques, pratiques, artistiques, scientifiques, lettrés, et le découpage comme la hiérarchie de ces sections varient selon les sociétés et les cultures. Poser l’existence d’un champ unitaire et englobant, c’est faire le choix expérimental d’un niveau d’analyse où l’on n’a pas à projeter sur le champ culturel observé les découpages internes et les hiérarchies qui nous sont aujourd’hui familiers (savoir théorique vs pratique, savoir savant vs savoir populaire, savoir scientifique vs savoir lettré, etc.) : à ce niveau, on espère observer des découpages spécifiques autant que des marges de recoupement, des continuités autant que des ruptures. Chaque culture, chaque époque a sa propre carte des savoirs, une typologie et une hiérarchie spécifiques qui en gouverne la diffusion et la pratique sociales. La métaphore cartographique, du reste, invite à penser l’emboîtement des échelles qui permettraient de décliner différents niveaux d’analyse et d’observation, depuis la distribution générale des savoirs dans une aire culturelle à une époque donnée, jusqu’aux savoirs les plus spécialisés, mais aussi les plus individualisés, lorsque le regard se porte de la société au milieu savant, et du milieu à l’individu.

25Je terminerai ce chapitre en m’arrêtant sur le mot savoir lui-même. Dans la langue française, il peut s’agir d’un verbe ou d’un substantif. Le verbe savoir caractérise un état, une compétence. Employé à la première personne du singulier du présent, ce verbe peut avoir un sens absolu : je sais. Il a un pouvoir performatif, même si le contenu de ce savoir n’est pas précisé. Le verbe savoir peut aussi modaliser le complément ou la proposition subordonnée qu’il introduit. Dire « deux et deux font quatre » n’est pas tout à fait la même chose que dire « je sais que deux et deux font quatre ». Dans ce dernier cas, le locuteur affirme un positionnement réflexif à l’égard de l’énoncé : il lui apporte une forme d’adhésion et de validation qui lui confère un statut spécifique parmi l’infinité des énoncés possibles. L’énonciateur modalise cette proposition en affirmant un engagement épistémique par rapport à elle – mais qui ne préjuge pas de l’universalité de cette proposition, ni de sa vérité. Le savoir est l’objectivation de cette proposition. Sa particularité est d’être un artefact social, qui circule, et peut faire l’objet d’une appropriation de la part de ceux qui ne l’ont pas produit, mais lui reconnaissent néanmoins un statut de savoir, du fait qu’il est investi d’une autorité intrinsèque, institutionnelle, politique ou autre.

26Dans d’autres langues naturelles, le verbe et le substantif ont des formes distinctes : to know et knowledge en anglais, epistasthai et epistémè en grec ancien, wissen et Wissenschaft en allemand. En français, savoir désigne à la fois une compétence et l’objet ou le contenu produit par cette compétence. Ce jeu de miroir entre le sujet et l’objet, entre une modalité et un énoncé, et cette ambivalence sémantique déploient le champ théorique et problématique de l’expression lieu de savoir. Les lieux de savoir sont à la fois les lieux où s’affirme la maîtrise particulière d’un sujet sur ce qu’il dit, ce qu’il pense et ce qu’il fait, et ceux où s’objectivent, où s’inscrivent les contenus de son discours, de sa pensée et de son action.

  • 3 Wolf Feuherhan me fait remarquer justement que ce choix terminologique différencie ces enquêtes du (...)

27L’histoire et l’anthropologie des savoirs portent donc autant sur la matérialité de ces contenus que sur leur construction et leur maîtrise, revendiquée par le sujet lui-même ou le groupe auquel il appartient, ou reconnue par leurs destinataires, proches ou lointains3. Il m’apparaît aujourd’hui que le champ sur lequel je travaille depuis des années est l’histoire et l’anthropologie d’une modalité particulière de l’énonciation : je sais, tu sais, il sait, nous savons, vous savez, ils savent, on sait, déclinée sur différents plans temporels, le présent, le futur, le passé, le conditionnel. Ma recherche porte sur le positionnement d’un sujet, individuel ou collectif, par rapport à ce qu’il pense, dit ou fait, soit lorsqu’il s’observe lui-même, soit lorsqu’il est placé sous le regard des autres, qui qualifient ce qu’il pense, dit ou fait.

Notes

1 Je partage l’approche défendue par Latour (1989), Latour et Woolgar (2005) et synthétisée par Pestre (2006).

2 Voir infra, « Practical turn ».

3 Wolf Feuherhan me fait remarquer justement que ce choix terminologique différencie ces enquêtes du « propos d’une anthropologie anhistorique et philosophique de la connaissance ou plus simplement de ce que l’on nomme depuis le xixe siècle : « théorie de la connaissance » (échange par courriel, mai 2013).