Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Note aux auteurs

Ces recommandations sont destinées à faciliter le travail éditorial : après une lecture approfondie de votre manuscrit, nous serons certainement conduits à vous proposer une série de corrections concernant aussi bien le texte que les illustrations. En respectant cette « Note aux auteurs », vous nous permettrez de réaliser plus efficacement vos ouvrages, en réduisant le temps de révision et de correction.

Nous resterons bien évidement à votre disposition tout au long du processus.

1. Recommandations générales

a. Rendu du manuscrit

Le manuscrit doit nous parvenir sous sa forme finale au format suivant :

  • la première page du manuscrit reprendra distinctement le titre de l’ouvrage (et éventuellement le sous-titre) ainsi que les noms du ou des auteur(s) ;

  • la page de sommaire, détaillée, correspondra à la dernière mise à jour du manuscrit ;

  • le texte comportera, dans l’ordre, une introduction, un développement organisé en chapitres homogènes (en terme de taille), une conclusion et une bibliographie (annexe(s), table(s) ou glossaire pourront être insérés à la fin du document).

b. Fiche de renseignements

Ce document est à remettre complet avec le manuscrit.

Toute information particulière utile à l’édition pourra y figurer : remarque générale, présence de caractères spéciaux (symboles, minuscules accentuées), ou autre.

c. Illustrations

L’auteur devra nous assurer avoir les droits de reproduction sur toutes les illustrations choisies (à mentionner dans la « Fiche de renseignements »).

Chaque illustration devra avoir, au format désiré, une résolution minimale de 300dpi. Les fichiers nous serons remis dans des formats facilement exploitables, .jpeg, .png, .psd, .tiff, .xls (pour les graphiques).

Les illustrations nous seront remises de deux manières :

  • elles seront placées dans le texte et devront être numérotées suivant leur ordre d’apparition ; elles comporteront chacune un titre, une légende et un crédit. ;

  • par ailleurs, toutes les illustrations (photos, dessins, schémas, graphiques, tableaux complexes élaborés dans une logiciel particulier) nous seront également remises dans un dossier à part, en format source, numérotées selon leur ordre d’apparition (ill-01, ill-02...).

d. Contenus multimédias

Il est possible d’afficher dans le texte du livre en ligne des contenus multimédias – qu’ils soient fournis par l’auteur ou diffusés sur d’autres plateformes telles que Gallica, Archive.org, Viméo, Scribd, FlickR, Youtube (...) et « encapsulés » dans le texte. Il pourra s’agir de vidéos, documents audios, images ou PDF, graphiques animés. Dans la version papier ces sources pourront être appelées à l’aide d’une URL.

Ces contenus multimédias devront être précisément listés dans une annexe au manuscrit en présentant leur type, leur format, et leur origine (document auteur ou URL d’origine).

e. Tableaux

Les tableaux seront complets et numérotés suivant leur ordre d’apparition dans le texte ; lorsqu’un tableau sera appelé, on préférera un renvoi au numéro plutôt qu’à son titre.

Chaque tableau comportera un titre, une légende et une source. Les mises en formes particulières sont à éviter, sauf dans le cas de gras ou d’italiques d’utilité sémantique.

2. Stylage et modèle de document

a. Modèle de document

Un modèle de document est un fichier qui contient des feuilles de styles ; en appliquant les styles correspondants aux paragraphes concernés (Titre, auteur, citation), on obtient un document structuré et hiérarchisé, dans lequel tous les éléments qui le composent sont identifiables. Cela permet d’obtenir une mise en forme homogène et de faciliter la conversion du document vers des formats électroniques tels que le HTML ou le XML.

b. Stylage

La structuration sémantique d’un texte est essentielle, à l’inverse d’une mise en forme visuelle qui sera, elle, éphémère. Elle doit être explicite et aisément identifiable. Ainsi, pour éviter la présence de mises en forme locales indésirables, le texte sera stylé à l’aide des styles de paragraphes suivants, fournis dans le modèle de document d’OpenEdition Press :

  • “Titre”, pour le titre de l’ouvrage ;

  • “Sous-titre”, pour le sous-titre de l’ouvrage ;

  • “Auteur” ;

  • “Normal”, pour le texte courant ;

  • “Titre1”, “Titre2”, “Titre3”, pour les intertitres (3 niveaux maximum) ;

  • “Citation”, pour les citations extraites du texte courant ;

  • “Encadré” ;

  • “Titre illustration”, pour les titres illustration et tableau ;

  • “Légende illustration, pour les légendes illustration et tableau ;

  • “Crédit illustration”, pour les crédits illustration et tableau ;

  • “Bibliographie” ;

  • “Annexe”.

Pour les tableaux, comme pour les illustrations, on appliquera un style “Normal”, avec le titre au-dessus (“Titre illustration”), la légende (“Légende illustration”) et le crédit (“Crédit illustration”) au-dessous.

c. Compatibilité

Le modèle de document OEPress.dot permettant d’appliquer les styles est compatible avec toutes les versions de Word testées :

  • Word 2003 pour Windows;

  • Word 2007 pour Windows;

  • Word 2010 pour Windows;

  • Word 2004 pour Mac OS;

  • Word 2008 pour Mac OS ;

  • Word 2011 pour Mac OS.

d. Comment utiliser le modèle de document

Pour utiliser le modèle de document, vous avez deux possibilités, détaillées ci-dessous.

1. Utiliser le modèle de styles sans installation

Double-cliquez sur le fichier OEPress.dot. Un nouveau document s’ouvre qui contiendra les styles du modèle de document. Enregistrez-sous le document en .doc. Vous pouvez ensuite coller votre texte ou travailler directement dans ce document, puis y appliquer les styles de paragraphes correspondants.

2. Attacher le modèle de document

Ouvrez avec Word le document que vous souhaitez styler puis attachez le modèle à votre document dans la fenêtre « Modèles et compléments ». Le chemin pour effectuer cette opération diffère selon les versions de Word :

  • Word 2003 sous Windows : menu Outils → Modèles et Compléments

  • Word 2007 sous Windows : cliquez sur le bouton Microsoft Office (en haut à gauche) → Options Word : cliquez sur Compléments. Dans la liste Gérer, sélectionnez Modèles et cliquez sur Atteindre

  • Word 2010 sous Windows : Menu Fichier → Options → Compléments. Dans la liste Gérer, sélectionnez Modèles et cliquez sur Atteindre. Une barre d’outils doit s’afficher avec un menu déroulant intitulé « Styles OpenEditionPress » dans lequel vous trouverez les styles à utiliser. Vous pouvez aller chercher le modèle de document OpenEdition Press à l’endroit où vous choisissez de le mettre, et cliquez sur Ouvrir.

  • Word 2004, 2008 ou 2011 sous MacOS : Menu Outils → Modèles et Compléments. Dans l’onglet Modèles → Modèle de document, cliquez sur Attacher. Une fenêtre s’ouvre et présente les modèles disponibles dans le répertoire des modèles Word par défaut. Vous pouvez aller chercher le modèle de document OpenEdition Press à l’endroit où vous choisissez de le mettre, et cliquez sur Ouvrir. Toujours dans l’onglet Modèles → Modèle de document, cochez l’option Mise à jour automatique des styles de document.

3. Affichage

Afin de voir les styles appliqués aux paragraphes, il est conseillé de travailler en mode « Brouillon ».

Si la palette des styles d’OpenEdition Press ne s’ouvre pas :

  • Word 2007 sous Windows: Onglets « Compléments »

  • Word 2010 sous Windows: Onglets « Compléments »

  • Word 2008 Mac OS: Affichage=>barre d’outil=> sélectionnez « OpenEdition Press »

  • Word 2011 Mac OS: Affichage=>barre d’outil=> sélectionnez « OpenEdition Press »

3. Consignes de rédaction

a. Quelques usages à respecter :

– éviter cf., préférer voir ;

– écrire “les années 1970” et non pas “les années 70” ;

– écrire “œ” et non “oe” ;

– écrire 2e et non 2eme ;

– les siècles sont à mettre en petites capitales : xxe et non XXe ;

– remplacer les tirets longs ou courts par des tirets moyens (demi-cadratin) ;

– accentuer les capitales : “À, Ç, É, Ê,” ;

– éviter d’avoir un paragraphe d’une ligne, le cas échéant il pourra être resolidarisé avec un paragraphe adjacent ;

– les acronymes devront être développés une première fois avant de pouvoir être utilisés ; ex : « le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) [...] comme le CNRS, … »

– mettre des espaces insécables avant les ponctuations double comme ; : ! ? ainsi que les guillemets français « » En revanche, les parenthèses ( ), crochets [ ] et guillemets anglais “…” seront directement collés au texte. 

b. Citations

Si elles sont courtes (1 à 2 lignes), elles seront insérées au cours du texte, en romain, entre des guillemets français : « » . La référence bibliographique ne sera pas nécessairement accolée à la citation, mais devra être aisément identifiable.

Par ailleurs, si, à l’intérieur d’une citation il existe une mention entre guillemets, on placera cette dernière entre des guillemets anglais : « … “... ”... »

Si elles sont longues (plus de 2 lignes), elles seront sorties du texte et annoncées par deux points. La référence (Braudel, 1966) sera donnée en fin de citation, précédée du point final.

Les interventions de l’auteur dans le texte d’une citation seront indiquées entre crochets [  ] :

– coupure de texte : [...]

– modifications : pren[aient]

– commentaires [l’auteur entend ici le monde]

c. Énumération

Dans le cas d’énumération, avec numérotation ou sans numérotation, il est conseillé d’utiliser les systèmes de puces directement dans Word. Les tirets simples non formatés en liste par le logiciel de traitement de texte sont à éviter.

d. Italique / Gras / Usage de capitale

Une mise en forme locale est utilisée pour attirer l’attention du lecteur sur un mot, une phrase ou un passage ; tout abus en diminue de fait l’efficacité.

De manière générale, un usage excessif de l’italique, du gras et de la capitale est à éviter.

L’usage de l’italique sera à réserver aux mots ou groupes de mots en langue étrangère, latin y compris, ainsi que les titres d’ouvrages et de périodiques.

L’utilisation des capitales relève d’un régime particulier : ainsi, « Université » et « université » ne renvoient pas au même signifié, mieux vaut donc en limiter l’usage.

Pour plus de précision concernant les usages d’ortho-typographie, il sera possible de consulter le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale.

e. Notes / appels de notes

Les notes de bas de page sont insérées automatiquement dans le logiciel de traitement de texte.

Le format de la collection recommande un usage modéré des notes de bas de page. Ces dernières seront l’occasion d’un éclaircissement, d’une précision, d’un renvoi vers un site web ; néanmoins, aucune référence bibliographique ne doit figurer en note de bas de page.

L’appel de note en légende, dans un tableau ou dans un encadré est proscrit. L’appel de note sera systématiquement placé avant le point final et se présentera ainsi : « Un correct appel de note! »

4. Préparation de la bibliographie

a. Appel de référence bibliographique dans le texte

Les références qui sont développées dans la bibliographie devront être signalées entre parenthèses par le patronyme seul, suivi de l’année de publication, suivie d’une lettre si la bibliographie contient plusieurs ouvrages de l’auteur pour une même année (2007a, b, c), suivie de la (ou des) page(s).

Les références bibliographiques ne seront pas développées dans les notes de bas de page, elles pourront néanmoins appeler une référence de la même manière que le texte courant.

Lorsqu’une référence bibliographique sera appelée au cours du texte, elle devra nécessairement figurer en bibliographie ; au cours du texte, elle sera appelée de la manière suivante :

  • auteur unique : (Déloye, 2007)

  • deux auteurs : (Conein et Dodier, 2000)

  • plus de trois auteurs : (Arborio et al., 2008)

  • plus de trois auteurs avec directeur scientifique : (Arborio et al. éd., 2008)

  • ouvrage collectif, avec un directeur scientifique : (Bayart éd., 2004)

  • préciser la pagination : (Déloye, 2007, p. 13) ou (Déloye, 2007, p. 13-22)

  • lorsque deux ouvrages d’un auteur ont été publiés la même année : (Baines, 2007a) et (Baines, 2007b)

  • pour indiquer plusieurs références, on séparera par une virgule chaque référence du même auteur, et par un point virgule les auteurs entre eux : (Baines, 2007a, 2007b ; Balibar, 2005)

  • les appels de références bibliographiques pourront s’insérer au fil du texte : “ainsi que l’entendait Bourdieu (1964) …” ; en fin de phrase : “en référence à ce concept (Bourdieu, 1964).” ; ou au milieu d’une phrase :“ce concept (Bourdieu, 1964) renvoie”

  • pour les citations dans le texte entre guillemets, on mettra la référence entre parenthèses après les guillemets : « citation dans le texte » (Bourdieu, 1964, p. 160) ; pour les citations extraites du texte, on mettra la référence entre parenthèses à la fin de la citation, après le point final : “citation. (Bourdieu, 1964)”

  • lorsqu’une référence est convoquée plusieurs fois d’affilée sans interruption par une autre référence, on pourra utiliser dès la deuxième occurence l’abréviation ibid : “par rapport à ce concept (Bourdieu, 1964) […] l’auteur revient sur ce point (ibid., p. 160).

b. Classement en bibliographie

Dans la bibliographie, les références seront classées par ordre alphabétique d’auteur puis par ordre chronologique croissant. Lorsque plusieurs documents d’un même auteur sont cités, le nom de l’auteur n’est pas répété ; on préférera y substituer un tiret long :

  • Bourdieu Pierre, 1966, « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps Modernes, nº 246.
    — 1971, « Le marché des biens symboliques », L’Année Sociologique nº 22, p. 49-126.

c. Présentation des références bibliographiques

Les références bibliographiques seront réunies en fin de document dans une section générale intitulée “Bibliographie” ; en fonction des différents cas de figure, on trouvera ci-dessous les bonnes manières de présenter les références.

1. Ouvrage

On respectera l’ordre suivant : Nom (en petites capitales) prénom (développé et en bas de casse), date, titre en italique. sous-titre, lieu de publication, éditeur : Martine Mathieu, 1987, Itinéraires et contacts de culture, Paris, L’Harmattan.

  • Mention d’un directeur scientifique, avec la mention “éd.” : Martine Mathieu éd., 1987, Itinéraires et contacts de culture, Paris, L’Harmattan.

  • Auteurs multiples : à partir de trois auteurs, on insère la mention “et al.” ; Bourdieu Pierre, Boltanski Luc, Castel Robert et al., 1965, Un art moyen, Paris, Minuit.

  • Référence étrangère : lorsque sera citée une référence dans une langue étrangère, mais qu’il existe une traduction française, il est recommandé de l’indiquer de la manière suivante : Becker Howard S., 1963, Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance, New York, Free Press (Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985).

  • Traducteur : Appadurai Arjun, 2001 [1996], Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, trad. F. Bouillot, Paris, Payot.

  • Co-édition : les noms des deux éditeurs ou plus sont séparés par un tiret moyen - : Paris, EHESS - Gallimard.

NB : Il est recommandé dans le cas d’une réédition ou d’une traduction d’un article, d’un ouvrage ou d’une contribution à un volume collectif de signaler la date de publication respectivement de la première édition, pour des ouvrages anciens, et de la première publication en langue étrangère, pour les traductions, en plaçant cette date entre crochets à côté de la date de publication de la référence que vous citez (Cassagne Albert, 1997 [1906], La théorie de l’art pour l’art en France chez les derniers romantiques et les premiers réalistes, Paris, Champ Vallon.)

2. Article dans un ouvrage collectif

Nom (en petites capitales) prénom (développé et en bas de casse), date, Titre de l’article en guillemets français et en romain, Ouvrage en italique, Nom (initiale + patronyme en minuscules) des directeurs de l’ouvrage + éd.,lieu de publication, éditeur, pages :

  • Habermas Jürgen, 1997, « La réconciliation grâce à l’usage public de la raison. Remarques sur le libéralisme politique de John Rawls », Débat sur la justice politique, J. Habermas et J. Rawls éd., Paris, Le Cerf, p. 9-48.

3. Article dans une revue

Nom (en petites capitales) prénom (développé et en bas de casse), date, Titre de l’article en guillemets français et en romain, Nom de la revue en italique, volume et/ou numéro, page(s).

  • Bourdieu Pierre, 1971, « Le marché des biens symboliques », L’Année Sociologique nº 22, p. 49-126.

Lorsqu’il s’agit de citer un dossier en entier, indiquer le ou les noms des éditeurs et le titre en romain, précédé de la mention « dossier ».

  • Cohen Yves, Pestre Dominique éd., 1998, dossier « Histoire des techniques », Annales HSS, nº 4-5.

Lorsqu’il s’agit de citer un numéro thématique, indiquer le ou les noms des éditeurs et le titre thématique entre guillemets précédé de la mention « numéro thématique », suivi du titre de la revue, puis de son numéro.

  • Fossier Arnaud et Monnet Éric éd., 2009, numéro thématique « Que faire des institutions ?, Tracés, no 17.

NB : ne pas indiquer de nom de lieu ni d’éditeur pour les revues.

4. Communication dans un colloque

Date de parution (si publication il y a, autrement date de l’intervention), « Titre de l’intervention », Intitulé du colloque (en italique si publié) / Intitulé du colloque (en romain si non publié), lieu, date (se contenter du jour et du mois, si le texte ne fait pas l’objet d’une publication, cf. supra).

  • Verna Catherine, à paraître-a, « The notary as witness. Techniques and the dissemination of tacit knowledge (xivth-xvth centuries) », Craft Treatises and Handbooks. The Dissemination of Technical Knowledge in the Middle Ages, Actes de la Conférence de Cordoue, 6-8 octobre 2005.

  • Cosandey Fanny, à paraître-a, « La mémoire du rang », Historiographie an europäischen Höfen im 17 und 18 Jahrhundert, Actes du colloque international organisé par le Forschungszentrum Europäische Auflärung e.V., Potsdam.

5. Thèse

Le titre de la thèse doit être en italique. Dans la mesure du possible, on précisera la discipline et le lieu de soutenance. Inutile d’indiquer le directeur de recherche.

Pour des universités étrangères, lorsque la ville n’apparaît pas explicitement dans leur nom, ajoutez la précision entre parenthèses.

  • Jarrige François, 2007, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machine et la genèse de la société industrielle (1780-1860), thèse de doctorat d’histoire, université Paris 1.

  • Clifford Helen, 1989, Parker and Wakelin. The Study of an Eighteenth-Century Goldsmithing Business with Particular Reference to Garrard Ledgers, 1770-1776, PhD, Royal College of Art (Londres).

6. Littérature grise

  • Kirszbaum Thomas, Epstein Renaud, 2005, Synthèse nationale des évaluations à mi-parcours des contrats de ville 2000-2006, Paris, Rapport pour la DIV.

7. Disques et films

Ce type de références peux donner lieu, en bibliographie, à des sous-sections « Discographie » et « Filmographie ».

Disques :

  • Cascone Kim, 1999, CathodeFlower, Francfort, Mille Plateaux - Ritornell, RIT06.

  • Chartier Richard et Sakata Nosei, 1999, *0/rc, Brooklyn, 12K, 12K 1006.

  • Farmers Manual, 1999, No Backup, Vienne, Mego, MEGO008.

  • Fennesz Christian, 1999, +475637-165108, Londres, Touch, TO:40.

Films :

  • Truffaut François, 1968, Baisers volés.

  • Tsai Ming-Liang, 2007, I don’t Want to Sleep Alone.

8. Site internet

Lorsqu’il s’agit d’un article de revue électronique :

  • Bishop Norman, 2006, « La participation des personnes détenues à l’organisation de la vie en détention » [en ligne], Champ Pénal / Penal Field, vol. 3, [URL : http://champpenal.revues.org/document485.html], consulté le 11 mai 2009.

Dans le corps du texte ou en notes de bas de page, les références à des sites ou à des documents électroniques incluent la mention de l’URL et la date de consultation. Lorsque l’URL est très longue, ne donner que la racine pertinente du site.