Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et société

 | 
Alain Quemin
, 
Glaucia Villas Bôas

Quatrième partie. Lecture et lecteurs

À la recherche de la lecture perdue ? Les adolescents et la lecture en France aujourd’hui

Christine Détrez

Résumé

Les pratiques de lecture, pour qui veut les étudier, peuvent être appréhendées selon plusieurs méthodologies, dont les résultats peuvent paraître parfois contradictoires. Afin de montrer les apports de chacune de ces méthodes, cet article se propose d’articuler deux enquêtes récentes : l’une quantitative et longitudinale, a été menée avec le ministère de la Culture auprès de plusieurs milliers d’adolescent-es français-es pendant une dizaine d’années et portait sur les pratiques de loisirs de l’enfance à l’adolescence ; l’autre, qualitative, a été menée par entretiens auprès d’une soixantaine d’adolescent-es lecteurs et lectrices de mangas. La première enquête permet ainsi de dresser le paysage des lectures en adolescence, et de les situer dans l’avancée en âge : du collège au lycée, les pratiques de lecture (notamment de livres) s’effritent, dans un contexte de r-évolution numérique et de « culture jeune » marquée par l’importance de la musique et de la sociabilité amicale. Si les déterminations sociales persistent, le climat d’érosion est général.
Néanmoins, l’approche par entretiens permet de compléter ce constat pessimiste et de prendre la question à l’envers : pourquoi, alors que tant de loisirs et de possibilités leur sont offerts, des adolescent-es continuent-ils/elles à lire, et à aimer ça ? La lecture ne doit pas être ainsi seulement mesurée en heures de lecture, ou en nombre de livres lus, mais également par ce qu’elle « fait » aux adolescent-es qui s’y consacrent : la lecture est ainsi particulièrement investie symboliquement, et sur un corpus aussi peu légitime scolairement et littérairement que les mangas se décline alors la richesse, aujourd’hui encore, des réceptions, entre injonctions normatives et appropriations. L’offre des mangas présente en effet cette particularité d’être segmentée, selon le genre et selon l’âge. Cette production particulière met ainsi en exergue combien la lecture, en général, est un des lieux de socialisation de genre. Mais dans cette construction de soi comme garçon ou fille, se combinent des logiques de genre et d’appartenance sociale, et les rappels à l’ordre (à la norme) peuvent être violents, entraînant, pour qui veut contourner la règle, la mise en place de multiples tactiques. Par ailleurs, la lecture fournit également, pour ces adolescents, des ressources en terme d’élaboration, et de réparation de soi. En cela, elle est véritablement, encore aujourd’hui, une ressource contre l’adversité, qui permet, par les rires, les pleurs ou l’identification, de devenir adulte.

Texte intégral

1Les jeunes ne lisent plus, tel est le refrain décliné par les sondages, les enquêtes sociologiques, les documentaires alimentant autant de paniques morales et médiatiques, que ce soit avant-hier autour de la bande dessinée, hier de la télévision, aujourd’hui d’Internet. Sans s’interroger ni sur la transformation du verbe lire en verbe intransitif, ni sur l’existence réelle de ce passé mythique où des adolescents auraient été passionnés de lecture, tel le petit Marcel de À la recherche du temps perdu qui, plongé dans sa lecture, laissait s’égrener les heures au clocher de Combray, les discours de déploration ricochent de génération en génération. Et pourtant, pourrait-on rétorquer, en France, des séries comme Harry Potter ou Twilight, mais également les romans de Pierre Bottero, de Meg Cabot, de Timothée de Fombelle sont de véritables best-sellers, sans parler des mangas, même malgré leur essoufflement récent (Baudot, 2010). Réfléchir sur les pratiques de lecture au moment de l’adolescence oblige ainsi à naviguer entre deux écueils, aussi menaçants l’un que l’autre : d’une part un catastrophisme mêlé de légitimisme, de l’autre un utopisme qui verrait dans Internet, ou les textos, le déploiement suffisant de nouvelles formes de lecture. Afin d’éviter de sombrer ainsi soit dans « la mort de l’enfance » (Buckingham, 2010), soit dans « l’enfantisme » (Neveu, 1999), il est nécessaire non seulement de replacer la lecture dans l’ensemble des pratiques culturelles et artistiques, mais également de concilier approche quantitative, apte à mesurer les évolutions et les trajectoires, et approche qualitative, en s’attachant davantage aux richesses des réceptions, afin de savoir non seulement si les enfants lisent, mais également pourquoi, le cas échéant, ils continuent à lire.

Méthodologie des enquêtes

2Les résultats présentés ici sont issus d’abord d’une enquête longitudinale du ministère de la Culture et de la Communication (Octobre et al., 2010), menée en quatre vagues successives auprès d’une cohorte d’enfants tous entrés au cours préparatoire (CP) en 1997 (Panel 1997). Les enfants ont été interrogés par questionnaire autoadministré aux printemps 2002, 2004, 2006 et 2008. Les enfants avaient donc 11 ans en 2002 (sauf enfants déjà en avance ou en retard au CP), et étaient en fin de CM2. L’enquête portait sur les pratiques culturelles des enfants, leurs consommations culturelles, leurs sorties, mais également les valeurs qui leur semblaient importantes, leurs passions, les sujets de discussion avec leurs parents et leurs ami(e)s, la façon dont ils se voyaient, physiquement mais également face aux difficultés ou face aux autres. Il s’agissait ainsi de mesurer les pratiques culturelles et de loisirs des enfants, d’en dessiner les chemins au cours de l’adolescence, entre trajectoires communes et parcours individuels, mais également de les replacer dans le quotidien de ces enfants, à la fois dans les sphères de sociabilité amicale, familiale et scolaire.

3La deuxième enquête est une enquête qualitative, menée par entretiens auprès d’une soixantaine d’adolescents lecteurs de mangas, réalisée avec la Bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Georges Pompidou à Paris entre 2008 et 2010. Le but était ainsi de comprendre le goût pour cette catégorie éditoriale en pleine expansion, tout en retraçant les carrières de lecteurs de mangas, et en en déclinant les variations selon l’âge, le genre, l’origine sociale, mais aussi la socialisation, au sein de la fratrie par exemple. Pour pouvoir retracer ces parcours, avec leurs décrochages et leurs inflexions, les adolescents interrogés avaient entre 13 et 18 ans.

La lecture : peu et de moins en moins ?

4La dernière édition des Pratiques culturelles des Français (Donnat, 2009a) met en évidence l’importance de l’évolution numérique, au point de la nommer r-évolution numérique. Celle-ci est d’abord caractérisée par la multiplicité des équipements technologiques, l’augmentation considérable de leurs performances et la baisse de leur coût : en 2008, lors de l’enquête, deux tiers des Français possèdent au moins un ordinateur (contre 22 % en 1997) et la moitié dispose d’une connexion à l’Internet haut débit. Surtout, les possibilités offertes par les nouveaux écrans brouillent les frontières habituelles entre activités culturelles ou/et de loisirs, qui supposaient qu’à un support correspondait une pratique, voire un lieu : les nouveaux écrans, de plus en plus nomades, conjuguent textes, images et musiques, mêlent consommation, communication mais également production. Dans un tel contexte, c’est même l’organisation traditionnelle des enquêtes sur les pratiques culturelles et artistiques qui se trouve mise en porte-à-faux, et ce à plusieurs titres : comment conserver une valeur comparative à travers les générations – et les questionnaires – malgré un tel bouleversement ? Comment mesurer la multiplicité des usages de ces nouveaux écrans ? Une baisse des pratiques traditionnelles (lecture, pratiques amateurs, télévision…) correspond-elle à une désaffection réelle ou à leur transfert sur le support numérique, sur lequel on peut désormais lire, regarder des émissions (notamment celles interdites par les parents), écouter de la musique, mais également dessiner, composer, écrire, faire de la vidéo, des montages photos, des clips, du mixage, etc. ? Comment, alors que ces pratiques s’inventent, les mesurer dans un questionnaire où le principe des questions fermées suppose qu’on les avait anticipées ? Si Claude Grignon et Jean-Claude Passeron (1989) avaient soulevé le problème des questionnaires qui, élaborés par des sociologues dotés de capitaux culturels légitimes, sont censés relever des pratiques culturelles, par exemple populaires, dont ils ne supposent pas l’existence, que dire des questionnaires élaborés par des adultes pour des adolescents ? Quels peuvent être les effets du renforcement de la pratique simultanée ou en alternance de plusieurs pratiques jusque-là cloisonnées, tendance que favorise la polyvalence des nouveaux écrans ? Que signifie, dans ces nouvelles configurations, lire, écrire, regarder, écouter, voir, archiver, visiter, etc. ? Autant de questions qui constituent finalement l’arrière-plan obligé des enquêtes actuelles

5La première vague d’enquêtes a eu lieu en 2002, quand les enfants avaient 11 ans. À cet âge, ils sont 14,5 % à déclarer se servir d’un ordinateur tous les jours, et 69 % à 17 ans, dans un mouvement où se conjuguent sans doute effet d’âge et effet de génération. L’avancée en âge voit se réorganiser les agendas de loisirs et de pratiques culturelles. Avec la fin du primaire et l’entrée au collège, l’enfant se trouve au cœur de socialisations complexes, entre famille, école et pairs, avec lesquelles il doit composer pour se construire (Lahire, 2004 ; Pasquier, 2005). L’enjeu est alors de se distinguer des parents, dans une logique générationnelle où intervient la revendication d’autonomie, et se distinguer aussi des plus jeunes, y compris de lui-même, c’est-à-dire se démarquer des goûts de l’enfant qu’il a été. Certaines activités fonctionnent ainsi comme des marqueurs et des transitions, qui expriment la position de l’enfant sur l’échelle des âges, de façon à la fois objective (changer de pratiques), mais également subjective, l’enjeu étant d’avoir la bonne taille symbolique. Cela se traduit très clairement par l’abandon des activités de la petite enfance, et l’adhésion aux activités phares de l’adolescence : la musique, l’ordinateur et les amis.

Tableau 1. Consommations culturelles et avancée en âge (%)

Activités / Âges 11 ans 13 ans 15 ans 17 ans
Regarder la télévision tous les jours 81 79,5 78,5 66
Écouter de la musique tous les jours 37 36 57,5 68,5
Écouter la radio tous les jours 35 43,5 50,5 46,5
Lire des livres tous les jours 33,5 18 14 9
Faire du sport tous les jours 22 22,5 21 17,5
Jouer à des jeux vidéo tous les jours 21,5 22 20 16,5
Jouer à d’autres jeux tous les jours 20,5 7,5 2,5 1,5
Lire des bandes dessinées tous les jours 20,5 13,5 8,5 5,5
Lire des journaux, des magazines tous les jours 15,5 12 9,5 10
Utiliser un ordinateur tous les jours 14,5 26 57 69
Pratiquer une activité artistique 42,5 51 42 39
Écrire un journal intime 33,5 34 28 22

Base : tous les enfants.
Remarque : les items sont classés par ordre décroissant de pourcentage à 11 ans. On a placé les consommations et pratiques quotidiennes d’abord, la pratique artistique et l’écriture sont placées à la fin car il s’agit de réponses « oui » sans précision de fréquence.

6Comme d’autres enquêtes l’ont montré, avec l’avancée en âge, les enfants lisent de moins en moins, qu’il s’agisse de livres, de bandes dessinées, et, dans une moindre mesure, de journaux ou de magazines (Singly (de), 1999). La lecture fait ainsi partie avec les jeux et la télévision, des activités délaissées à l’adolescence, contrairement au sport et aux activités amateurs, qui gardent une place relativement stable dans les agendas de loisirs de la fin de l’enfance à la grande adolescence, et surtout contrairement à l’ordinateur et à la musique, activités auxquelles il faudrait ajouter la sociabilité amicale ; 33,5 % des enfants disent lire un livre tous les jours à 11 ans, ils ne sont plus que 9 % six ans plus tard.

7L’effritement de la part des forts lecteurs s’accompagne d’une très forte progression de la catégorie des non-lecteurs, quels que soient les supports de lecture. Si à 11 ans 14,5 % disent ne jamais ou presque jamais lire un livre, six ans plus tard ils sont 46,5 % à témoigner de leur désaffection, qui touche tous les enfants et adolescents, avec des différences d’amplitude selon leurs caractéristiques sociales. Les filles sont certes toujours plus nombreuses que leurs camarades masculins à lire des livres et à en lire quotidiennement, mais elles aussi se détournent de cette activité, puisqu’à 11 ans, elles sont 10,5 % à ne jamais lire de livres et 37,5 % à en lire tous les jours ou presque (contre respectivement 18,5 % et 30 % des garçons), et qu’à 17 ans, 33,5 % des filles se disent non-lectrices de livres (et 59,5 % des garçons) et 12,5 % lectrices quotidiennes (pour 6 % des garçons). La même partition genrée affecte les magazines, puisque 32 % des garçons n’en lisent jamais à 11 ans contre 22 % des filles, et respectivement 34 % et 26 % à 17 ans. Cette répartition s’inverse en revanche pour la bande dessinée, genre de lecture davantage prisé par les garçons que par les filles, puisqu’à 11 ans, 15,5 % des garçons et 27 % des filles déclarent ne jamais en lire, alors que 27,5 % des garçons et 13 % des filles se disent lecteurs ou lectrices quotidiennes. À 17 ans, l’effondrement du lectorat de bandes dessinées ne remet pas en cause cette répartition, puisque 54 % des garçons et 70 % des filles n’en lisent alors jamais, tandis que 7,5 % des uns et 3,5 % des autres déclarent en lire tous les jours ou presque. De même les lois de la reproduction sociale et culturelle se maintiennent avec une régularité qui ne doit pas empêcher de les mentionner, le risque étant de s’habituer à ce qui devient une évidence. Ce sont les enfants des milieux favorisés qui lisent davantage que les autres, quel que soit l’âge, l’effritement progressif de la part des forts lecteurs de livres étant particulièrement important chez ceux dont le père n’exerce pas d’activité professionnelle.

Tableau 2. Lecture de livres selon l’origine sociale et avancée en âge

11 ans 17 ans
Ne lit jamais Lit tous les jours Ne lit jamais Lit tous les jours
Agriculteurs 20,5 33 48,5 7,5
Artisans, commerçants, chefs d’entreprise 13,5 33,5 43 10,5
Cadres et professions intellectuelles supérieures 11 43,5 31,5 16,5
Professions intermédiaires 12,5 37,5 43 10,5
Employés 14 31 50,5 9,5
Ouvriers 16 29 53,5 5,5
Sans activité professionnelle 21 37,5 55 1,5

Base : tous les enfants.

Des lectures, des lecteurs...

8À regarder ces chiffres, l’évolution est donc bien morose. Sans remettre en cause cette baisse tendancielle de la fréquence de lecture et de la part des lecteurs, force est de remarquer que la lecture, malgré tout, continue d’occuper une place importante pour celles et ceux qui continuent à lire. On demandait ainsi aux enfants d’imaginer qu’ils ne puissent plus pratiquer telle ou telle activité, et de nous dire si à leur avis, celle-ci alors leur manquerait (pas du tout, un peu, beaucoup). La question de l’attachement à la pratique permet ainsi de nuancer la simple mesure quantitative de la place occupée dans l’agenda des loisirs : même si la proportion de lecteurs de livres chute, celle de ceux à qui cette activité manquerait beaucoup s’ils ne pouvaient plus la pratiquer reste stable, indiquant ainsi son importance dans l’élaboration de soi des enfants lecteurs, tout au long de l’avancée en âge. Ainsi, les lecteurs de livres sont-ils bien plus nombreux à ne pouvoir envisager ne plus lire, que les téléspectateurs confrontés à l’idée de ne plus pouvoir regarder la télévision. Les livres, dans ce portrait de soi comme adolescent, sont d’ailleurs bien plus marqués affectivement que les bandes dessinées ou les magazines : dans un univers de références juvéniles où le sport, les activités artistiques en amateur, la musique et l’ordinateur se taillent la part belle, les livres constituent ainsi une valeur sûre pour deux enfants sur cinq. De même, l’écrasante majorité des lecteurs, quelles que soient leurs caractéristiques sociales, déclarent s’être détendus avec le dernier livre lu, puisque c’est le cas de plus de 90 % des enfants, qu’ils aient 11, 13, 15 ou 17 ans.

Tableau 3. Forts attachements et avancée en âge (%)

Activités 11 ans 13 ans 15 ans 17 ans
Sport 74 75 76,5 73,5
Activité artistique amateur 52 51 61 66,5
Livres 44 38,5 39,5 41,5
Jeux vidéo 40,5 44 43,5 38,5
Musique 38,5 43 62,5 73,5
Ordinateur 31,5 43 68,5 76
Journaux, magazines 31 26,5 20 18,5
Télévision 30,5 31 34 26,5
Bandes dessinées 25,5 26,5 27 28
Autres jeux 25 19,5 15,5 15,5
Radio 19,5 28,5 36 34
Journal intime np 27,5 33,5 38

Base : pour chaque activité, enfants pratiquant l’activité considérée au moins une fois par mois.
On ne retient ici que les réponses « ça me manquerait beaucoup » à la question de l’attachement.
np : question non posée

  • 1 Si la fidélisation du lecteur ou de la lectrice à un personnage n’est pas nouvelle, le nombre de p (...)
  • 2 L’humour peut même être vu comme une clef d’entrée dans l’appropriation des nouveaux médias : text (...)
  • 3 Pour cette tranche d’âge, on constate un taux de non-réponse important (18 %). Hors non-réponse, l (...)
  • 4 De la même façon, les titres privilégiés jusque 13 ans, Astérix et Obélix ou encore Boule et Bill, (...)

9Quel est alors l’univers de lecture de ces enfants qui deviennent adolescents ? L’engouement pour les séries, dont Harry Potter est la plus célèbre, est manifeste et témoigne de l’importance de retrouver le même personnage, voire de grandir avec lui. Les éditeurs l’ont bien compris, qui, de Cherub à La Guerre des clans en passant par Tara Duncan, Peggy Sue ou Twilight, multiplient les tomes volumineux qui déploient les aventures d’un héros ou d’une héroïne1. À côté de ces séries incontournables, deux genres, apparemment opposés, semblent caractéristiques du tournant du collège : les romans qui font peur et ceux qui font rire. Si l’importance de l’humour à la pré-adolescence a été mise en évidence par des psychologues et psychanalystes (Kameniak, 2009), il reste encore souvent le grand oublié des études sociologiques2. Titeuf est ainsi la bande dessinée la plus citée spontanément jusqu’à 13 ans, puis décroît ensuite (23 % des 13 ans, puis 11 % des 15 ans3, et 6 % des 17 ans, sans distinction entre filles et garçons)4.

Tableau 4. Genres de livres aimés et avancée en âge (%)

Genres de livres 11 ans 13 ans 15 ans 17 ans
Séries (Harry Potter…) 52,5 55,5 53,5 46,5
Romans d’aventure, d’action 37 47 49 41
Histoires comiques 35 36,5 31 26
Histoires, contes et légendes 34,5 23 18,5 20
Histoires qui font peur (coll. « Chair de poule »…) 32 35 23,5 16,5
Romans policiers 19,5 34 37,5 35 ,5
Romans de science-fiction 14 24,5 31,5 28,5
Romans d’amour 10,5 17,5 30 35
Livres dont tu es le héros 10 11 8 4
Romans historiques 9 14 24 22,5

Base : enfants qui lisent des livres au moins une fois par mois.

10Outre cette classification des genres préférés, les enfants devaient indiquer le titre du dernier livre lu. Au fil des éditions, il est frappant que la proportion d’enfants qui notent un titre, même parmi les lecteurs, décroît : à 11 ans, 6,5 % des lecteurs ne citent pas de titre, proportion qui monte à 19,5 % des adolescents lecteurs de 17 ans...

11La lecture du palmarès de titres ainsi relevé témoigne de l’extrême dispersion des réponses, qui va de même en augmentant, puisque 38,5 % des enfants lecteurs de 11 ans citent un des titres appartenant au palmarès des vingt titres les plus cités. À 17 ans, ils ne sont que 14 % à piocher dans le palmarès.

Tableau 5. Le palmarès

11 ans 13 ans 15 ans 17 ans
Harry Potter 20,6 Harry Potter 15 Harry Potter 7,4 Harry Potter 4,1
Titeuf 4,4 coll. « Chair de poule » 2,4 Da Vinci Code 2,3 littérature classique 3,7
coll. « Chair de poule » 2,2 Le Seigneur des anneaux 1,1 Eragon 1,5 Eragon 0,6
Tom Tom et Nana 1,6 Agatha Christie (sans les Dix petits nègres) 0,8 Le Monde de Narmia 1,2 Gossip Girl 0,5
Le Seigneur des anneaux 1,3 Les Orphelins Baudelaire 0,7 Quatre Filles et un jean 0,9 Le Parfum 0,5
Asterix 0,9 Charmed 0,6 Le journal d’Anne Frank 0,7 L’Étranger 0,5
Sabrina 0,9 Grand Galop 0,5 Stephen King 0,6 Ensemble, c’est tout 0,4
Le Club des cinq 0,7 Peggy Sue 0,5 Le seigneur des anneaux 0,6 Hésitation 0,4
Charlie 0,7 Heartland 0,5 coll. « Chair de poule » 0,6 Les Chevaliers d’Émeraude 0,4
Tintin 0,7 Quatre Filles et un jean 0,4 Les Orphelins de Baudelaire 0,5 Mary Higgins Clark 0,3
Peggy Sue 0,7 À la croisée des mondes 0,4 L’Ainée 0,5 Le Seigneur des anneaux 0,3
Alice 0,6 Charlie 0,4 littérature classique 0,5 L’Herbe bleue 0,3
Boule et Bill 0,6 Sabrina 0,4 Dix petits nègres 0,4 Mes amis, mes amours 0,3
Cédric 0,5 Journal d’une princesse 0,4 La Quête d’Ewilan 0,4 Cyrano de Bergerac 0,3
Dragon Ball Z 0,5 Le Livre des étoiles 0,4 Arthur chez les Minimoys 0,4 L’Écume des jours 0,3
Le Petit Prince 0,5 Dix petits nègres 0,4 Gossip Girl 0,4 Da Vinci Code 0,3
Grand Galop 0,4 L’Étalon noir 0,3 Agatha Christie (sans les Dix petits nègres) 0,4 La Consolante 0,3
Fantômette 0,3 Double Meurtre à l’abbaye 0,3 L’Herbe bleue 0,4 Le Clan des otaries 0,2
Gaston 0,3 Artemis Fowl 0,3 Asterix 0,3 Et si c’était vrai 0,2
Buffy contre les vampires 0,2 Le Club des cinq 0,3 Charmed 0,3 Tentation 0,2

Base : adolescents qui lisent et citent un titre de dernier livre lu
Les titres ont ainsi été libellés par les enfants ayant répondu aux questionnaires.

  • 5 La question précisait « en dehors des bandes dessinées et de ceux qu’il faut lire pour l’école » : (...)

12Si l’on s’intéresse plus particulièrement au titre du dernier livre lu par les enfants du panel, sans grande surprise, le seul titre à véritablement rassembler les lecteurs à 11 ans est Harry Potter5. On mesure encore mieux l’incroyable succès de ce livre dans les années collège en observant l’écart qui le sépare, à cette période, de la réponse suivante. Le palmarès permet de préciser les évolutions déjà perceptibles avec les genres de livres lus : les titres caractéristiques de l’enfance disparaissent peu à peu, ainsi que les titres liés à des programmes télévisuels (Sabrina, Charmed, Grand Galop, Buffy contre les vampires, Dragon Ball Z). La présence de certains titres classiques dans les lectures des enfants d’aujourd’hui, même en proportion très réduite, est remarquable, de Fantômette à L’Herbe bleue, en passant par les romans policiers d’Agatha Christie. Enfin, la littérature classique, citée comme telle, apparaît dès 15 ans, signe d’une obligation scolaire : les titres et les auteurs ne semblent plus exister pour eux-mêmes mais valoir seulement comme éléments de ce genre, au contraire de Stephen King, Agatha Christie ou Mary Higgins-Clark qui fonctionnent comme autant de labels se substituant aux titres. La liste des derniers livres les plus lus par les grands adolescents mêle ainsi à la fois les best-sellers généraux, avec Anna Gavalda, Marc Lévy ou le Da Vinci Code, les romans policiers (Higgins-Clark), les titres relevant du fantastique (Stephenie Meyer et l’heroic fantasy), les classiques de la littérature et la chick-lit, dont Gossip Girls, dérivé d’une série télévisée, serait un exemple.

Mais pourquoi lisent-ils ?

13Si les discours se focalisent sur la baisse de la lecture, on pourrait inverser l’interrogation : dans un monde où tout semble techniquement changer si vite, pourquoi, finalement, certains adolescents continuent-ils à lire et à aimer lire ? Ce sont les enquêtes dites de réception qui permettent le mieux de restituer un peu de cette passion de la lecture et de la nécessité, encore aujourd’hui pour certains adolescents, de lire. Pour qui se penche en France sur les pratiques de lecture au moment de l’enfance, les mangas sont bien évidemment une des productions éditoriales contemporaines particulièrement intéressante. La France est en effet le deuxième pays au monde pour la consommation de mangas, après le Japon. Même si après des années de forte hausse des parutions et du nombre d’éditeurs se positionnant dans le domaine du manga, on constate un certain tassement ces dernières années (Piault, 2010, p. 68) ; en 2010, les bandes dessinées traduites du japonais, du coréen et du chinois représentent encore 38,76 % de la production des nouveautés du secteur de la bande dessinée, soit plus d’un quart de son chiffre d’affaires.

14Quelles sont les raisons d’un tel succès ? Tout d’abord, la lecture du manga, de par son format, sa périodicité, et son organisation (par série, arc narratif, volumes, etc.) s’encastre dans les emplois du temps des adolescents. Lu le temps d’un trajet en bus, d’une heure de permanence, d’un cours pendant lequel on s’ennuie, le manga est également livre de chevet : l’importance de la pratique de la relecture, d’une page préférée, d’un passage qui émeut, ou d’une série entière avant la sortie du nouveau tome est ainsi frappante chez la majorité des adolescents rencontrés.

  • 6 Éric Maigret (1999) note que les mangas permettent un jeu de distinction intergénérationnel et « f (...)

15À l’heure d’Internet et des réseaux sociaux, lire permet encore et toujours de tisser des sociabilités avec les pairs : la lecture s’inscrit concrètement dans le quotidien des adolescents, notamment par les discussions, les conseils, les échanges (qui, souvent organisés en réseau, permettent par exemple de suivre plusieurs séries à la fois, étant donné le nombre de tomes de chaque série et le coût d’un tome), la création de pages spécialisées et de blogs et l’élaboration de références communes, sorte de bagage culturel générationnel : les titres de manga les plus populaires, comme Dragon Ball, Naruto, One Piece, Nana, Death Note, définissent les contours d’une culture juvénile commune qui peut ainsi procurer les bénéfices symboliques d’une intégration dans les groupes de pairs, à distance des assignations identitaires familiales6. La force de cette socialisation des pairs autour de la lecture, si elle a ses avantages, peut cependant se révéler extrêmement contraignante. Dominique Pasquier (2005) l’a montré pour l’incitation très forte à aimer le rap. Ainsi, Hugo (15 ans, 2de, père professeur d’histoire-géographie, mère infirmière) est le dernier de son groupe d’amis à s’être mis à lire des mangas, pour participer aux conversations, quasiment contraint et forcé, ne serait-ce que matériellement. Son copain lui conseille en effet de lire One Piece : « Au début ça me… ça me disait pas trop, et puis un jour il m’a dit… il m’a donné le 1, il m’a dit lis-le, je l’ai lu. » Dans les propos de Maeva (18 ans, Terminale S, père électricien, mère comptable) transparaît également la force prescriptrice des discussions entre pairs, et peut-être le risque d’ostracisme qu’encourt celui qui résiste, ne serait-ce que par l’exclusion d’une partie des sociabilités quotidiennes :

— C’est vrai que j’ai des amis qui lisent des mangas et pas d’autres. C’est un sujet de discussion donc ça peut mettre à part d’autres personnes quand on en parle. Ils ne connaissent pas donc ils se sentent un peu...
— Et qu’est-ce que tu fais dans ces cas-là ?
— Et bien on change de sujet ! Ou on essaye de le faire lire à la personne. Si c’est une personne qui n’aime vraiment pas les mangas, on va pas la forcer non plus... Mais on va continuer à en parler.

  • 7 On trouverait de même dans les romans de Murakami (par exemple Kafka sur le rivage), de ces scènes (...)

16Mais la lecture de mangas, pour ces amateurs, n’est pas que la condition nécessaire pour discuter avec les copains, d’autant que, comme le montrait Éric Maigret, nombreux sont les élèves qui, de toute façon, n’en lisent pas. Ce que nous racontent les adolescents, ce sont des histoires de rire, où ils se « tapent des barres » ‒ pour reprendre l’expression de Nayir (16 ans, 3e, père chauffeur livreur, mère technicienne de surface) ‒ à propos de la maladresse de ces héros qui trébuchent, qui percutent des poteaux lors de leurs courses effrénées, ou qui, plus prosaïquement, se trouvent trahis dans leur noble quête par les besoins corporels : scatologie et sexualité sont ainsi des mines d’anecdotes qu’ils nous racontent sans pouvoir s’empêcher, à nouveau, d’en rire7. Or rire est une affaire sérieuse, et ce surtout quand on est un adolescent. Serge Tisseron (1987) fait de l’humour une des clefs de compréhension du goût des adolescents pour la bande dessinée en général, l’humour permettant selon lui d’affronter ambivalence et séparation. Ainsi, le bon manga est celui qui va concilier action et humour, et, comme le précise Alexandre (17 ans, 1re S, parents professeurs des écoles), « dans les séries d’aventures, il y a aussi besoin d’humour, sinon après, ça devient un peu monotone ». Histoire d’en rire, mais également histoire d’en pleurer : cette autre forme de lecture participante, qui engage ainsi des réactions physiques, est récurrente dans les entretiens. Affirmée et assumée par les filles, la déclaration d’Alexandre est également partagée par les garçons, mais dans une moindre mesure tant s’y jouent évidemment des normes sociales de la masculinité. La mort d’un personnage est ainsi vécue de façon émotionnelle et pleurer fait partie du plaisir, comme le précise Marianne (16 ans, 1re L, parents employés) pour qui « c’est tellement facile de pleurer que ce n’est même pas drôle », ou comme en témoigne Nabil (18 ans, Terminale S, père employé, mère assistante maternelle) qui se souvient avoir pleuré et dit « c’était bien ». Leila (15 ans, 2de, père chômeur, mère agent de service), qui adorait Radojo, a été « choquée » par sa mort et estime que « ça fait un vide après ». Moussa (18 ans, Terminale S, père médecin, mère pharmacienne) trouve que « tous les mangas les plus beaux, c’est ceux qui font pleurer à la fin ». Madji (19 ans, 1re pro, père chauffeur, mère au foyer) est quant à lui « entré en dépression pendant quinze jours » à la mort de son héroïne préférée.

  • 8 L’offre éditoriale sépare les mangas selon le public visé : shojo pour les filles, shonen pour les (...)

17Pour ces adolescents lecteurs de manga, lire les mangas en général et tel titre en particulier procure également des ressources identitaires, notamment parce que cette lecture leur permet de dire et de se dire de son âge et de sa génération (Maigret, 1999). Lire des mangas sépare en effet des parents (nombreux sont ceux qui ne pensent d’ailleurs même pas à les faire lire aux parents, sous le prétexte que ces derniers sont « trop vieux » pour comprendre, voire tout simplement pour maîtriser la compétence technique du sens de lecture japonais) et rapproche des pairs. Mais les distinctions se reproduisent au niveau des diverses classes d’âge et des frontières si sensibles entre enfance et adolescence : arrêter de lire Naruto, par exemple, sépare de l’enfance et du soi enfant, pour accéder, en lisant d’autres titres, à l’adolescence. Choisir et afficher la lecture de tel ou tel genre éditorial8 permet par ailleurs de contribuer à élaborer son identité de genre.

18Les propos des adolescents témoignent également de comment, aujourd’hui encore, la lecture peut être une ressource contre l’adversité, comme l’a bien montré Michèle Petit (2008). Alors, les analogies ne se créent pas à partir d’un trait de caractère ou d’un aspect physique, mais à partir d’expériences, le plus souvent pénibles, traversées, dans l’espace amical, sentimental ou familial. Certains mettent directement en relation un épisode ou une série qui les a touchés avec un élément biographique. Pour d’autres, les liens surgissent au détour d’une allusion, ou dans un silence gêné qui laisse supposer des douleurs mal cicatrisées. Ainsi, Fatou, qui à 24 ans a décidé de reprendre ses études et est en Terminale, reste très pudique sur son parcours biographique. Mais la fougue qu’elle met à expliquer sa passion pour Paradise Kiss ou Mademoiselle Oishi et notamment pour l’héroïne, qui revient après des années d’errance et reprend ses études, ainsi que ses phrases laissées en suspens sur la nécessité de continuer son chemin, de faire son deuil, laissent entrevoir des principes identificatoires qui ne se résument pas à la simple reprise d’études. Hacine (15 ans, 3e, père directeur d’une entreprise textile, mère au foyer), grâce à la lecture de Naruto et à l’identification au personnage principal, a pu supporter d’être, comme le héros, ostracisé et mis de côté dans la cour de l’école primaire. C’est avec émotion et gratitude qu’il évoque ce titre, grâce auquel, au collège, il parvient enfin à se faire des copains, également lecteurs de Naruto. Il est depuis très fier de pouvoir organiser, sur la page de Facebook qu’il consacre à sa série préférée, des rassemblements « en vrai » de plus de cinquante personnes. Océane (15 ans, 3e, père électricien, mère au foyer) opère elle-même ce rapprochement entre son expérience personnelle et l’univers fictionnel du manga Fruits Basket, où Kissa est rejetée par les élèves de sa classe : « Je sais pas pourquoi tout le monde me détestait et j’ai jamais su pourquoi. On se moquait de moi à cause de ma coupe de cheveux et des trucs comme ça. Et dans Fruits Basket, l’histoire de Kissa, c’était trop triste ça m’a trop rappelé [...] ». Tel autre, au père absent, n’évoque que des héros abandonnés par leurs pères.

  • 9 Catherine Monnot (2009) a ainsi montré comment à la fin du primaire, les petites filles imitent da (...)

19Enfin, une des clef de compréhension du goût pour la lecture grâce aux mangas est sans doute son insertion dans un réseau d’autres pratiques : dans l’industrie médiatique japonaise, le manga n’est en effet qu’un élément d’une constellation plus large, qui englobe les dessins animés, les figurines et les produits dérivés, mais aussi la musique (avec les génériques et les groupes de J-pop et J-rock qui s’y rattachent) et les styles vestimentaires (les sweet lolita et gothic lolita, par exemple). Mais la lecture de mangas est aussi incitation à d’autres pratiques culturelles et artistiques : Arthur (18 ans, 1re année IUT chimie, père cadre commercial, mère comptable) réalise des AMV (Anime Music Video, clips vidéo amateur) à partir d’extraits de dessins animés japonais et de titres musicaux. Il a ainsi mis sur le site Dailymotion des clips réalisés à partir de Full Metal Alchemist, sur un titre du groupe américain Sum 41, en essayant de respecter la « synchronisation ». Quand il entend « une bonne musique », Arthur se dit souvent : « Tiens, ça, ça pourrait aller avec ce genre d’anime, ou ça collerait bien avec ce passage. » Même s’il estime qu’il ne faut pas de compétences spécifiques, sa description montre bien combien la notion de « facilité » est relative : « On a un logiciel, on importe le fichier vidéo, on fait des découpages... Après, on utilise des effets de superposition, des transitions, des flashs. On va changer des couleurs, des choses comme ça. Après, c’est surtout à savoir bien se servir du logiciel en lui-même, mais sinon, pas de compétences spécifiques quoi. » Nombreux sont ceux et celles pour qui la lecture de mangas participe ainsi de l’ère numérique, que ce soit dans les façons de s’approvisionner (aller chercher sur l’ordinateur les scans des mangas non encore parus en France, par exemple) ou dans la participation à des forums ou des blogs. Mais les pratiques peuvent être bien plus traditionnelles : Annabelle (16 ans, 1re S, parents cadres) et Ariane (16 ans, Terminale STI, père ouvrier métallier, mère secrétaire) passent tout leur temps libre à coudre leurs costumes pour les prochains cosplay (événements lors des conventions où les fans se déguisent). Ariane a même mis son père à contribution pour forger une épée. Quant à Annabelle, cette activité suscite les moqueries de ses camarades pour qui « ça fait grand-mère de coudre », mais présente l’avantage de ne pouvoir être mal vue par sa mère : « […] elle peut rien dire, vu que c’est de la couture. » Cette pratique du cosplay, dans notre enquête, est le fait exclusif des filles, et si certains garçons s’en moquent, y voyant la marque d’un rapport de « groupie » stigmatisé justement parce que féminin, la remarque de Madji, expliquant qu’il aimerait mais qu’il « n’ose pas encore », laisse entrevoir qu’à l’adolescence, il est peut-être plus difficile pour un garçon de mettre en avant son corps que pour une fille – pour qui le corps est objet de socialisation notamment par l’imitation des chanteuses9. Cela explique peut-être également l’investissement des garçons autours de mangas dans des pratiques de déguisements et cachés derrière un avatar, avec le RPG. Le RPG, acronyme de Role Playing Game, renvoie à une catégorie de jeux vidéo dans lesquels il faut incarner des personnages au sein d’un système d’écriture interactive sur un forum spécifique, selon un principe assez proche des jeux de rôles. Le RPG est également le pendant d’une autre pratique quasi exclusivement féminine : l’écriture de fanfiction (François, 2009). Les fanfictions consistent à écrire des scénarios de mangas, à partir d’une série existante ou d’un personnage. Elles peuvent ensuite être postées sur des blogs ou des forums spécialisés, ou mises en ligne sur les pages personnelles. Plusieurs des lectrices interrogées, comme Estelle (17 ans, Terminale S, père employé de banque, mère infirmière scolaire), ont « posté » leurs fanfictions sur un site (fanfiction.net ou fanfiction.fr), d’autres, comme Marie (14 ans, 3e, père comptable, mère technicienne de surface), se contentent de les écrire sur un cahier, voire de les imaginer. Caroline (14 ans, 3e, père commerçant, mère employée) ne les publie pas mais les fait lire à ses amies. Estelle les publie parfois :

— Tu les publies sur Internet ?
— Ça arrive, plutôt quand j’étais contente de ce que j’écrivais. La dernière que j’ai publiée sur le site de fanfiction.net, a très bien marché, ce qui m’a beaucoup surprise. Je crois que j’en suis à pas loin de cinquante commentaires, et ils disent tous qu’ils ont beaucoup aimé, qu’ils ont trouvé ça très drôle. Ça fait toujours plaisir ! C’était sur la série D.Gray Man. Mais comme j’ai beaucoup d’amies qui font ce genre de truc, en général on se demande conseil.
— Et tu penses avoir fait des progrès ?
— Oui, parce que quand je relis les trucs que j’ai écrits, je me dis mince c’est moi qui ai écrit ça.

20Si l’écriture de fanfictions est en général plus représentée chez les filles, elle se fait selon des catégories très codées : l’écriture de fiction yaoi ou slash. Le yaoi est un genre éditorial qui rassemble des mangas écrits par des femmes, pour un public féminin, et mettant en scène des relations homosexuelles masculines. Si les filles, notamment de milieu favorisé, adorent ces mangas, notamment parce qu’ils leur permettent l’accès à la romance sans la stigmatisation du shojo jugé trop niais (François, 2010), il représente le tabou ultime chez tous les garçons interrogés, qui manifestent tous un rejet extrêmement fort. Estelle a écrit trois histoires en s’inspirant de Tsubasa Reservoir Chronicle et D.Gray Man. Ces trois histoires amateur sont classées T, c’est-à-dire qu’elles ne conviennent pas aux enfants (le site reprend les classifications et la signalétique américaine), et inscrites dans le genre « romance ». Estelle précise ainsi à propos d’Artificial Love – fanfiction où elle a inventé une relation amoureuse entre les deux personnages masculins Kanda et Lavi, héros de D.Gray Man :

Cette fic est un yaoi : C’est à dire quelle met en scène des couples dont les deux protagonistes sont des hommes ! Si vous n’aimez pas, ne lisez pas ! Le couple principal est LavixKanda, et j’ajouterais certainement un peu d’AllenxLenalee. Si ces couples ne vous plaisent pas, il vous suffit de cliquer immédiatement sur « Retour à la page précédente ».

21Enfin, et de façon bien plus consensuelle, la lecture de mangas, pour la plupart des adolescents, s’accompagne de la pratique du dessin : or, la pratique traditionnelle du dessin, dans les enquêtes, décroit dès la fin du primaire. Il est frappant de voir comment, au contraire, même les lycéens amateurs de mangas continuent à dessiner. C’est d’ailleurs sur toute une catégorie éditoriale que peut s’appuyer ce goût pour le dessin : en effet, les art-book sont des livres consacrés à tel ou tel dessinateur, et il existe des séries de manuels pour apprendre à dessiner, spécialisés dans les personnages de shonen, de shojo, etc.

22Ainsi, au cours de l’adolescence, les enfants lisent de moins en moins, constat implacable et indéniable des enquêtes quantitatives. Mais quand on leur demande d’imaginer les deux activités qui leur manqueraient s’ils en étaient privés, les pratiques amateur et la lecture par exemple devancent la télévision. Le détour par les approches qualitatives permet d’envisager ce qui, encore aujourd’hui, se joue dans la lecture pour un(e) adolescent(e). Rire, pleurer, s’identifier, réparer des failles et des blessures, devenir soi en se rêvant être un(e) autre... La lecture, même à l’ère numérique, continue à alimenter les imaginaires et à nourrir les quotidiens. Bien plus, loin d’être par nature antithétique de cette modernité informatique qu’on lui oppose trop souvent, elle peut trouver sa place dans les constellations d’intérêts qui s’y déploient. Certes, il y a davantage de probabilités que les adolescents aient le cœur qui bat et palpite en lisant un manga ou le dernier tome de Twilight ou d’Harry Potter qu’en lisant Zola ou Balzac. On peut le déplorer ou bien se réjouir qu’aujourd’hui encore lire aide à grandir.

Notes

1 Si la fidélisation du lecteur ou de la lectrice à un personnage n’est pas nouvelle, le nombre de pages conséquent de chacun des tomes l’est sans doute davantage.

2 L’humour peut même être vu comme une clef d’entrée dans l’appropriation des nouveaux médias : textos et sms, plates-formes visuelles sur l’Internet, etc. Voir Metton-Gayon (et al., 2009). L’importance de l’humour est également une des raisons du goût des adolescents pour les mangas.

3 Pour cette tranche d’âge, on constate un taux de non-réponse important (18 %). Hors non-réponse, le pourcentage de lecteurs de bandes dessinées citant spontanément Titeuf passe à 13 %.

4 De la même façon, les titres privilégiés jusque 13 ans, Astérix et Obélix ou encore Boule et Bill, décroissent ensuite, tandis qu’émergent, à partir de 15 ans les mangas, Naruto étant le titre rassemblant le plus de réponses à 17 ans, avec 7,5 % (à cette même question ouverte sur la dernière bande dessinée lue, la réponse « mangas » est elle-même donnée par 7 % des adolescents).

5 La question précisait « en dehors des bandes dessinées et de ceux qu’il faut lire pour l’école » : la liste des titres donnés par les enfants de 11 ans (de même sans doute que la catégorie littérature classique qui apparaît ensuite) montre que la consigne n’a pas été efficace pour tous.

6 Éric Maigret (1999) note que les mangas permettent un jeu de distinction intergénérationnel et « fournissent de nouvelles armes dans la lutte des âges et des générations », alors que les bandes dessinées franco-belges « forment un socle stable d’échange intergénérationnel » et font désormais partie des références (et des bibliothèques) des parents (ou des grands-parents).

7 On trouverait de même dans les romans de Murakami (par exemple Kafka sur le rivage), de ces scènes où l’adolescent, à côté d’une jeune fille, tente de camoufler une érection malencontreuse...

8 L’offre éditoriale sépare les mangas selon le public visé : shojo pour les filles, shonen pour les garçons. Les appropriations ne sont évidemment pas aussi simples... (Détrez, 2011)

9 Catherine Monnot (2009) a ainsi montré comment à la fin du primaire, les petites filles imitent dans la cour de récréation les chorégraphies de leurs stars préférées, mises en jeu du corps équivalentes aux parties de foot pour les garçons.

Auteur

Maître de conférences en sociologie - ENS Lyon