Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoire et nouveaux patrimoines

 | 
Cécile Tardy
, 
Vera Dodebei

Introduction

Cécile Tardy et Vera Dodebei

Texte intégral

Une antériorité scientifique franco-brésilienne

  • 1 Le Centre Norbert Elias est une Unité mixte de recherche du Centre national de la recherche scienti (...)
  • 2 Huit chercheurs brésiliens de cette unité de recherche apportent leur contribution à l’ouvrage : Re (...)

1Cet ouvrage poursuit un travail de coopération engagé antérieurement entre différents membres de deux équipes de recherche, l’une française, l’autre brésilienne : l’équipe Culture & Communication du Centre Norbert Élias en France à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse1 et le programme Mémoire sociale au Brésil à l’université fédérale de l’État de Rio de Janeiro – UNIRIO2. Ces chercheurs sont investis sur la question de la mémoire sociale et de la patrimonialisation et ils s’intéressent dans le cadre de cet ouvrage aux transformations suscitées par l’articulation de ces deux problématiques.

  • 3 Nous citerons parmi eux : 1. Leur participation commune au réseau MUSSI, réseau scientifique créé à (...)

2Le dialogue franco-brésilien entre ces deux équipes a été noué au gré de différents projets scientifiques3 qui ont permis de débattre des approches françaises et brésiliennes en termes de muséologie, de médiation des savoirs et des patrimoines. C’est aussi l’existence d’une littérature scientifique qui circule de part et d’autre des deux pays qui favorise ce rapprochement, si l’on pense à la tradition française des discussions théoriques sur la thématique de la mémoire et du patrimoine (Halbwachs, Bergson, Ricœur, Choay), aux approches méthodologiques de l’analyse du discours, de l’analyse documentaire et de l’analyse d’image (Pêcheux, Gardin, Joly, Aumont), alliées à l’innovation des études qui émergent dans le domaine culturel de la recherche en sciences sociales au Brésil. Les travaux conduits au sein des deux équipes ont particulièrement nourri la thématique de cet ouvrage, car l’ensemble des chercheurs engagés dans cette recherche accorde depuis plus d’une dizaine d’années un intérêt marqué à trois processus, à savoir la patrimonialisation, la mémoire sociale, la médiation :

  • L’analyse du processus de patrimonialisation a permis d’étudier la production du statut patrimonial des objets culturels, autrement dit d’approfondir la connaissance des modalités par lesquelles des choses matérielles ou immatérielles deviennent patrimoines.

    • 4 1o Seminario Internacional em Memória Social: memoração, patrimonialização e imagens documentárias, (...)

    La mémoire sociale n’est pas abordée comme un simple fait social mais comme un processus qui s’analyse à partir du rapport de la société au temps, à l’espace, au langage, à la création. Cette approche a donné lieu à la terminologie brésilienne de memoração, que nous pourrions traduire par « mémoration » en français4.

  • La catégorie d’analyse de la médiation a permis d’aller plus loin dans l’approche communicationnelle de la mémoire et du patrimoine en envisageant les relations qui se nouent entre des publics, des dispositifs (tels que l’exposition, le texte, le média numérique), des objets patrimoniaux et culturels, des institutions, ainsi que l’évolution des conditions de circulation des savoirs.

  • 5 Christine Bouisset et Isabelle Dégremont, géographes de l’université de Pau (France), ont été invit (...)

3Si la pluralité des disciplines scientifiques (anthropologie, information et communication, linguistique, histoire) représentées dans cet ouvrage contribue à éclairer déjà largement ces processus, nous avons également souhaité donner la parole à une discipline connexe, la géographie. Son intérêt pour le patrimoine naturel participe aujourd’hui du renouvellement de la conception plus traditionnelle du patrimoine en le considérant moins comme un reste à sauvegarder de la perte que comme un patrimoine en projet, ancré dans le développement territorial et porteur de représentations sociales diversifiées selon les acteurs et les situations. Ainsi, nous avons pris le parti d’inviter deux géographes à débattre avec nous5 et à apporter leur point de vue sur nos recherches dans la postface à l’ouvrage.

4Cet ouvrage, on l’aura compris, s’inscrit dans la volonté de consolider des relations franco-brésiliennes préexistantes, mais il vise aussi à aller plus loin ensemble en rendant visible un domaine de recherche qui leur est transversal (la problématique conjointe de la mise en mémoire et de la patrimonialisation) et en faisant valoir aussi bien ce qui les rassemble que ce qui les différencie dans leurs approches des sociétés étudiées.

Démarches et enjeux de l’articulation entre mémoire et patrimonialisation

5Le projet théorique qui s’est progressivement construit autour de ce positionnement institutionnel et que nous approfondissons et poursuivons est d’articuler une réflexion sur les rapports entre la mémoire sociale et la patrimonialisation. L’actualité d’un tel ouvrage repose notamment sur l’émergence contemporaine, au Brésil et en France, à la fois d’acteurs sociaux et de discours qui visent à renforcer un espace de décision sur ce qui doit être patrimonialisé et selon quelles modalités.

6La réflexion autour de cette thématique est conduite tout au long des neuf contributions présentées dans l’ouvrage par treize chercheurs réunis pour leur diversité de compétences, allant de l’étude de la mémoire sociale à celle de la patrimonialisation et celle de la médiation des savoirs. Ce sont les acquis de ces différents champs qui s’entrecroisent à partir d’un examen plus attentif de la relation entre mémoire et patrimoine. Sur cette question spécifique, l’ouvrage cherche à éclairer deux mouvements. D’une part, comment la mémoire peut devenir du patrimoine, autrement dit quelle est la place de la mémoire dans la patrimonialisation, d’autre part, comment le patrimoine nécessite une mise en mémoire pour exister et se transmettre.

7Le premier questionnement sur le devenir patrimonial de la mémoire se fonde sur les recherches autour des musées et des expositions qui s’intéressent à la reconstruction patrimoniale de la mémoire sociale. Alors même que la mémoire est généralement pensée comme un processus continu porté par un groupe social, nous proposons d’apporter une autre façon d’envisager ce processus en regardant ce qui assure sa continuité, par exemple dans le contexte de l’entrée de la mémoire dans l’espace muséal. Nous pensons qu’une telle approche de la mémoire renouvelle la question de la patrimonialisation sous deux angles. D’abord elle interroge le statut d’objets traces de mémoire qui ne relèvent pas seulement des savoirs des spécialistes du patrimoine mais des communautés sociales. Puis elle interroge l’invention de formes de représentation de la mémoire qui permettent de la recomposer pour la rendre visible aussi bien à des personnes familières qu’étrangères à cette mémoire sociale.

8Le deuxième grand questionnement de l’ouvrage soulève l’enjeu de la mise en mémoire du patrimoine. Du point de vue de la patrimonialisation, tout patrimoine doit son existence à un processus de construction sociale. Ce processus de construction sociale n’est pas sans tension et requiert l’identification des types de discours patrimoniaux et des jeux complexes et dynamiques par lesquels se définit la légitimité des énoncés. Au Brésil, surtout après la promulgation de la Constitution de 1988, de nouveaux sujets de droits collectifs se posent avec des discours singuliers sur la patrimonialisation. Si ce processus a déjà fait l’objet de recherches dans sa globalité, il s’agit aujourd’hui de développer des connaissances approfondies sur des moments précis. Cet ouvrage souhaite principalement faire le point sur l’analyse du rôle des médiations documentaires dans la patrimonialisation. La documentation répond à des besoins d’apport de connaissances liées aux objets patrimoniaux ainsi qu’à un souci de sauvegarde et de transmission dans le temps. Mais elle conduit aussi à construire des représentations distinctes des patrimoines eux-mêmes qui ont leur propre autonomie en matière de circulation sociale. Il s’agit dans cet ouvrage de proposer une réflexion sur les représentants – ou les substituts – documentaires des patrimoines et leur capacité à communiquer sur l’objet original en les donnant autrement à interpréter, à manipuler, à qualifier. La mémoire sera prise en compte dans ses dimensions aussi bien techniques (outils de stockage, de mise en réserve), que documentaire (constitution d’une documentation structurée), et sociale (pratiques et usages sociaux).

9Ces deux mouvements problématiques sont deux façons d’entrer dans une même recherche sur la relation entre mémoire sociale et patrimoine. Aucun de ces deux termes (patrimoine et mémoire) ne sera donc pris isolément, la question patrimoniale étant examinée du point de vue de la mémoire et la question de la mémoire étant envisagée sous l’angle de son devenir patrimonial. Ainsi, le fil directeur structurant l’ensemble de l’ouvrage est l’examen de la construction simultanée entre la mémoire sociale et la patrimonialisation.

Peut-on parler de nouveaux patrimoines ?

10L’expression « nouveaux patrimoines » mobilisée dans le titre de l’ouvrage désigne habituellement des patrimoines émergents dans la société, la catégorie pouvant se maintenir alors même que l’intérêt porté sur eux perdure depuis plusieurs années. Selon nous, cette expression a le mérite d’attirer l’attention sur deux choses. La première est qu’elle désigne généralement des patrimoines (tels le patrimoine ethnologique, le patrimoine vivant ou encore le patrimoine immatériel) à partir desquels les chercheurs en sciences sociales ont montré que la conception du patrimoine n’était plus en correspondance avec un patrimoine hérité, matériel, légitimé par des savoirs notamment historiques, conservés et transmis par les seules structures muséales et patrimoniales. La deuxième chose est surtout que ces patrimoines dits nouveaux ont permis de renouveler le regard sur tous les patrimoines – que ce soient les patrimoines génétiques, archéologiques, vivants, anthropologiques, naturels, paysagers, matériels, immatériels, numériques – afin de réfléchir à l’importance de la mémoire sociale et à la façon dont elle fait évoluer la conception même de la patrimonialisation. Est en jeu la redéfinition des rapports du patrimoine aux temps, aux pratiques et aux sujets sociaux. Une série de frontières généralement établies – entre spécialistes et publics, conservation et transformation, préservation du passé et anticipation du futur, continuité et recontextualisation, identité et appropriation – se brouille et invite les chercheurs à poser les termes de la portée de la mémoire sociale pour ces patrimoines.

11Trois types de patrimoines – immatériels, numériques, paysagers – traversent selon des degrés divers les analyses exposées dans l’ouvrage. Leur particularité est d’avoir servi de point de départ pour construire notre recherche à l’articulation entre mise en mémoire et patrimonialisation.

12Le patrimoine immatériel (tels la musique, le chant, la danse, le savoir-faire) pose la question de la matérialité et des savoirs qui permettront soit d’assurer sa continuité s’il est menacé de disparition ou de fragilisation, soit d’assurer sa visibilité plus grande, à l’échelle nationale et internationale, ou encore d’affirmer la reconnaissance culturelle de groupes sociaux. L’ouvrage montre cette variation d’enjeux qui accompagne la prise en compte du patrimoine immatériel. Le contexte d’une sauvegarde que l’on pourrait qualifier d’urgence – le passé n’ayant pas encore disparu mais menaçant de l’être – interroge la façon de construire une connaissance distanciée sur une mémoire qui nous est proche (telle une guerre civile) et notamment la place du témoignage dans la construction de cette représentation encore à chaud de la mémoire. La sauvegarde d’un savoir-faire définitivement disparu, pensons par exemple à l’archéologie, requiert de retrouver la mémoire des gestes passés et de la reconstituer à travers des relevés après-coup pour lesquels les savoirs scientifiques s’inscrivent dans la perspective d’une narration actuelle. C’est aussi la question de la reconnaissance des droits collectifs de différents groupes sociaux au Brésil qui se pose à propos d’un patrimoine immatériel caractérisé par son ancrage fort dans la vie sociale. Aujourd’hui, une institution culturelle internationale telle que l’Unesco réfléchit à l’élaboration de guides de bonnes pratiques dans la sauvegarde du patrimoine immatériel, qui consiste à repérer des modèles de préservation durable et à organiser leur transfert vers différents acteurs. En tant que chercheurs, nous proposons plus largement d’analyser comment se mettent en place des pratiques qui reconstruisent, pérennisent, médiatisent la mémoire sociale liée à un patrimoine immatériel.

13Le patrimoine numérique et le patrimoine numérisé ne sont pas à confondre. Le patrimoine numérique est tout à la fois un objet numérique et l’outil qui sert à le faire fonctionner. Patrimonialiser des sites web revient à en construire en quelque sorte une représentation numérique seconde. Le patrimoine numérisé renvoie à l’existence d’un objet original existant dans une matérialité différente et dont la numérisation permet d’en sauvegarder une image. Pourtant, ils mettent en jeu tous les deux la question de l’usage de la mémoire sociale dans la qualification du patrimoine et le statut même de ce qui fait patrimoine. Dans le cas de collections d’objets patrimoniaux numérisés, la médiation documentaire consistant à élaborer une documentation numérisée de la collection interroge les modalités d’appropriation des patrimoines sous leur forme numérique. Leur mise en ligne au sein des sites web des institutions muséales fait bouger la ligne de partage entre les seules mémoires légitimes (scientifiquement) des experts qui les qualifiaient jusqu’alors et les mémoires sociales qui sont activées par ces modalités numériques de représentation du patrimoine. Dans le cas du patrimoine numérique, la question est moins celle des usages d’un patrimoine reconnu comme tel que celle du statut de patrimoine alloué à des objets produits récemment et en quantité industrielle. La mémoire sociale doit aujourd’hui faire face à ce que la puissance de la mémoire informatique a permis de fabriquer en statuant sur ce qu’il s’agit de sauvegarder et les modalités à la fois de la mise en réserve d’objets informatiques et de leurs usages. On peut se demander notamment comment des choix techniques et sémiotiques peuvent modifier notre regard sur la mémoire des patrimoines et informer nos rapports avec ceux-ci.

14Le patrimoine paysager se caractérise par son caractère vivant et évolutif. Il ne s’appréhende pas comme un patrimoine passé à conserver de la perte mais comme un patrimoine à gérer pour les générations actuelles et à venir. Nul ne peut dire ce qu’il est ni ce qu’il sera, car il se caractérise par une transformation permanente. Sa patrimonialisation nécessite de recourir à des modalités de surveillance et d’accompagnement de mutations plutôt que d’entretien d’éléments immobiles. Il ne s’agit pas dans ce cas de mémoriser des objets du passé mais de mettre en œuvre une démarche de mémorisation qui permette, d’une part, de rendre visible des patrimoines rendus invisibles par leur insertion dans leur contexte de vie, d’autre part, de rendre intelligible les enjeux de leur gestion pour le futur. Ce processus de mémorisation qui supporte la visibilité du patrimoine et l’anticipation possible d’une action de sauvegarde introduit selon nous une autre façon d’aborder le double questionnement de ce que fait la mémoire au patrimoine et de ce que le patrimoine fait à la mémoire. Avec le patrimoine paysager, nous sommes dans le cas limite d’une patrimonialisation qui ne peut pas exister sans un travail de mémoire sociale. Il s’agit de saisir pour l’analyser ce rôle spécifique de la mémoire dans la fabrication d’un patrimoine incorporé irrémédiablement – sans possibilité de détachement physique – dans la vie sociale.

15L’ouvrage ne s’organise pas selon différents types de patrimoines, ce qui n’aurait guère de sens au regard de la diversité des situations françaises et brésiliennes et surtout au regard de notre approche du patrimoine par les processus qui le constituent. Il propose de regarder des situations, des pratiques, des institutions, des acteurs, des processus et dispositifs de médiation, où se pose de diverses manières la question de la mémoire sociale et de la patrimonialisation. L’ouvrage est ainsi dédié à l’examen de la façon dont la mémoire sociale intervient dans les sociétés, notamment françaises et brésiliennes, pour construire des patrimoines souvent singularisés par leur caractère à la fois évolutif, invisible et proche.

Le pari d’un ouvrage franco-brésilien, théorique et pratique

16L’ouvrage poursuit l’ambition de s’adresser à la fois à un lectorat de sciences humaines et sociales (chercheurs, enseignants, étudiants) intéressé par la problématique de la mémoire sociale et de la patrimonialisation, et aux professionnels exerçant dans le domaine de la valorisation du patrimoine et de la mémoire. Ses auteurs ont également souhaité articuler étroitement dans le déroulement de l’ouvrage les approches françaises et brésiliennes afin de donner à lire aussi bien leurs similitudes que leurs différences. Cette hybridation dans l’organisation des textes donnera on l’espère à nos lecteurs matière à penser, mais aussi matière à composer à leur façon les rapports entre mémoire et patrimoine.

17La première partie, à visée théorique, présente trois contributions, une française et deux brésiliennes. Elle offre des points de vue de chercheurs reconnus sur la question ; elle confronte leurs approches sur la thématique de la relation entre mémoire sociale et patrimonialisation ; elle donne à découvrir des synthèses théoriques qui apportent une vision davantage panoramique sur la question.

18L’ouvrage débute par la synthèse théorique livrée par Vera Dodebei d’une importante littérature scientifique à partir de laquelle elle dégage trois processus de transmission de la mémoire. Elle explore ainsi tour à tour : un mode de transmission par dissolution des mémoires en une seule suivant un processus d’intégration et de transformation au sein du groupe social, un mode d’accumulation des mémoires soutenu par la technique de l’écriture et des supports analogiques, un mode qui hybride les deux précédents en jouant sur l’apport de la mémoire électronique qui dissolvent les souvenirs – reformatage, production collective – tout en autorisant leur accumulation par reproduction de l’information. Pour l’auteur, nous vivons dans deux mondes – au minimum – à la fois : un monde analogique et un autre numérique. Dans les deux cas, les mémoires et leurs valeurs de documents et de patrimoines sont construites, circulent, laissent des traces et se dissolvent. L’idée de patrimoine institutionnel est récente et, par son aspect représentationnel et son association avec le document et sa reproductibilité, gère des conflits contre la nature de la mémoire, qui, elle, est totalement virtuelle.

19L’exercice théorique livré par Jean Davallon consiste à interroger l’évolution de son modèle de la patrimonialisation (2006) élaboré à partir du cas du patrimoine matériel lorsqu’on le déplace vers le patrimoine immatériel. L’enjeu de l’approche est de mettre en discussion l’étape de la rupture entre le monde d’origine des objets patrimoniaux et le monde présent qui était posée comme nécessaire dans la production patrimoniale, alors même qu’elle semble ne plus être effective avec le patrimoine immatériel qui assurerait une continuité entre les deux mondes. Mais dans le cas d’une telle continuité, nous interpelle l’auteur, quelle différence y aurait-il entre les définitions culturelle et juridique du patrimoine ? Ce chapitre est l’occasion d’analyser le processus de transmission du patrimoine immatériel en regardant finement s’opérer le passage d’une transmission dans la société à une transmission sur la société. Les enjeux théoriques autour des modes d’existence du patrimoine immatériel dans la société sont donnés à comprendre à travers l’exemple simple et efficace des chants traditionnels à plusieurs voix de Corse inscrits sur la liste Unesco de sauvegarde d’urgence du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

20La partie théorique de l’ouvrage se clôt par la contribution de Regina Abreu qui dresse un panorama historique et analytique des processus de patrimonialisation autour de trois moments. Le premier : du xixe à la première moitié du xxe siècle, les processus de patrimonialisation se fondent dans la reconstruction du passé (Histoire) ou dans la recherche et la valorisation d’un art national. Le deuxième : dans les années 1940, lors de la création de l’Unesco, les processus de patrimonialisation intègrent une nouvelle et importante variable à travers le concept anthropologique de culture qui devait favoriser une compréhension parmi les êtres humains. Et le troisième : au début des années 1980 s’instaure selon l’auteur la « patrimonialisation des différences », en relation avec les préconisations émises notamment par l’Unesco concernant la sauvegarde des singularités ou des spécificités locales au-delà du mouvement d’homogénéisation qui se développe dans le monde. L’auteur s’intéresse particulièrement à ce troisième moment en soulignant différentes tendances : instauration de listes de gradations des patrimoines (immatériels en péril, mondial, oral, etc.), conflits et tensions entre les organismes gouvernementaux et non gouvernementaux dans le monde, enjeux de visibilité par la course aux labels et à la médiatisation sur les sites web des institutions reconnues dans le champ patrimonial.

21Une seconde partie s’articule autour d’une série de six études de cas. Le principe est de montrer à partir de cas concrets comment la relation entre mémoire et patrimoine est en jeu dans les sociétés brésiliennes et françaises étudiées. Car la question mémorielle et patrimoniale est une réalité inscrite dans des institutions culturelles et patrimoniales et des pratiques sociales. Cette seconde partie de l’ouvrage n’a pas une simple position d’illustration de la première partie théorique, car y sont développées de véritables analyses qui font remonter à la fois ce qui se passe sur les terrains étudiés et la façon dont les chercheurs observent et comprennent ce qui se noue entre des processus de patrimonialisation de la mémoire et de mémorisation du patrimoine.

22L’étude de cas qui ouvre cette seconde partie de l’ouvrage, présentée par Evelyn Orrico, Amir Geiger et Sabrina Dinola, s’intéresse à la façon dont des films documentaires sortent de l’oubli une musique populaire brésilienne et participent par leurs discours à sa patrimonialisation. Le patrimoine est considéré comme une construction symbolique qui nécessite un processus de médiation non seulement technique mais expressif (qui mobilise la logique et la magie du portrait). Le film documentaire est ainsi cet instrument de médiation qui rend possible la mémorisation de la musique et la construction sociale d’une mémoire de la musique populaire brésilienne à partir de la sélection de certains artistes plutôt que d’autres. À travers l’analyse de la construction du discours des films documentaires, les auteurs explorent la tension entre reconnaissance sociale et oubli qui marque la trajectoire musicale notamment de quatre artistes brésiliens.

23C’est avec l’analyse du blog Índios Online (Indiens en ligne) que José Ribamar Bessa Freire et Renata Daflon Leite abordent le rôle des technologies numériques d’information et de communication dans la construction du patrimoine et de l’identité indigènes. Ils remettent en question la conception classique d’une mémoire constituée à partir du passé pour explorer la conception d’une mémoire créative, processuelle et collaborative. Car pour les Indiens de l’ethnie Guarani, le passé ne se place pas avant le présent, mais dans le présent. Les médias numériques, en renforçant la rencontre entre les cultures indigènes traditionnelles et les cultures de la société industrielle, favorisent un mouvement mémoriel incessant et continu. L’analyse du blog interethnique Índios Online montre que le patrimoine en réseau est plutôt une pratique sociale vivante qu’un héritage à fixer pour le conserver. Les auteurs mettent en évidence, à travers l’étude des usages de ce type de blog, les modes de subjectivation tels que le statut – variable – des auteurs et les différentes positions des sujets dans la mobilisation interethnique pour garantir les droits indigènes et la reconstruction patrimoniale.

24Urbano le Retraité (Urbano o Aposentado), personnage de la bande dessinée du même nom, parue dans un quotidien carioca, collectionne tous les objets devenus inutiles. À travers l’exemple de cette collection d’inutilités, Leila Beatriz Ribeiro réfléchit à la logique extrême de la mémoire et de la patrimonialisation qui consisterait à témoigner de l’histoire de la matérialité des choses à partir de ce que rejette l’homme. « Tout garder, rien écarter » : la tâche d’Urbano est de transmettre, à travers ces objets accumulés, l’histoire d’une société de consommation, une société du démantèlement, une société du gaspillage. L’auteur montre que cette collection est aussi une façon de se collectionner soi-même. Urbano le Retraité se collectionne lui-même, c’est-à-dire, l’ancien. Cette catégorie sociale a son importance dans une société, telle la société brésilienne, qui comprend un nombre de plus en plus élevé de personnes âgées. Quel sera le régime de valeur de notre société par rapport aux représentants humains et matériels d’une culture industrialisée ?

25C’est à partir du cas de l’application Musée Urbain MTL téléchargeable sur Iphone, du musée McCord à Montréal, que Cécile Tardy interroge les enjeux de la transformation numérique des collections patrimoniales, qui se posent aujourd’hui pour bien des institutions muséales de par le monde dès lors qu’elles sont investies dans des programmes de numérisation. À partir des substituts numériques de ses collections, le musée est en mesure de réinventer la relation qui lie la société aux objets du passé et à l’institution muséale elle-même. Il peut s’orienter vers des formes de représentation de la mémoire sociale de notre passé non plus à partir des objets patrimoniaux mais de leurs images et des nombreux dispositifs à écran qui se prêtent à leur projection dans des situations très diverses. L’auteur cherche à comprendre les mécanismes de transfert de la garantie d’authenticité attachée à l’institution muséale vers d’autres espaces socio-économiques tel le tourisme urbain. Les substituts sont désormais investis dans différentes logiques d’usage et de représentation, entre conservation, médiation et marque.

26À propos des illustrations en archéologie, Émilie Flon dépasse – tout en en faisant état – les débats sur l’évaluation de la véridicité des informations qu’elles sont censées délivrer en tant que documents de connaissance, en abordant les illustrations sous l’angle du témoignage. La position sociale de l’illustrateur rejoint celle du témoin : il lui est demandé d’attester la réalité qu’il représente tout en lui accordant la possibilité de l’interpréter. Son travail s’effectue à partir des connaissances archéologiques, mais aussi des cultures visuelles et sociales des archéologues et des artistes. L’intérêt de cette approche par le témoignage, développée par l’auteur pour comprendre le statut des illustrations en archéologie, est, d’une part, d’analyser les illustrations comme une médiation dans l’espace public de la mémoire sociale d’un passé archéologique inaccessible, d’autre part, de reconnaître le rôle des illustrations dans la patrimonialisation en tant que construction sociale d’un passé commun.

27L’ouvrage aborde pour finir le cas du traitement de mémoires conflictuelles et traumatiques par le musée à travers deux exemples, celui des expositions du tableau Guernica de Picasso réalisé dans le contexte de la guerre civile espagnole (1936-1939) – actuellement présenté au Musée National Centre d’Art Reina Sofia –, et celui de la représentation de la déportation liée à la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945) au musée de la Résistance et de la Déportation en Isère (Grenoble, France). Jessica Cendoya-Lafleur, Marie Lavorel et Jean Davallon confrontent ces deux cas d’étude pour analyser la patrimonialisation de la mémoire dans le contexte muséal. En reprenant le modèle du processus de patrimonialisation défini par Jean Davallon (2006), les auteurs analysent deux étapes particulièrement délicates dans le cas de ces mémoires que l’on pourrait qualifier de sensibles : celle du passage des mémoires du Guernica à une histoire officielle et celle de la construction d’une représentation négociée de l’événement traumatique de la déportation entre la mémoire du témoin et les connaissances de l’historien.

Notes

1 Le Centre Norbert Elias est une Unité mixte de recherche du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Cinq chercheurs de l’équipe Culture & Communication sont réunis dans cet ouvrage : Jessica Cendoya-Lafleur, Émilie Flon, Jean Davallon, Marie Lavorel, Cécile Tardy.

2 Huit chercheurs brésiliens de cette unité de recherche apportent leur contribution à l’ouvrage : Regina Abreu, Leila Beatriz Ribeiro, Renata Daflon Leite, Sabrina Dinola, Vera Dodebei, Amir Geiger, Evelyn Orrico, José Ribamar Bessa Freire.

3 Nous citerons parmi eux : 1. Leur participation commune au réseau MUSSI, réseau scientifique créé à l’initiative de chercheurs en sciences de l’information-documentation du Brésil et de France. Il s’est donné pour objectif de développer et de croiser des recherches conduites dans les deux pays sur les médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information. Initié en 2004, il permet de renforcer et d’élargir les collaborations (publications, colloques, cours, visites, conférences, etc.). 2. La collaboration de Vera Dodebei au programme de recherche sur Les Médiations photographiques du Patrimoine (2009-2011) financé par l’Agence nationale de la recherche en France, coordonné par Cécile Tardy avec la participation d’Émilie Flon. 3. Leurs rencontres dans le cadre de colloques internationaux : Musées et communication, les expositions comme objets d’étude (Rio, 2009), Édition des publications scientifiques en sciences humaines et sociales (Avignon, 2010), Médiations et hybridations : construction sociale des savoirs et de l’information (Toulouse, 2011).

4 1o Seminario Internacional em Memória Social: memoração, patrimonialização e imagens documentárias, du 13 au 15 mars 2012 à l’université fédérale de l’État de Rio de Janeiro – UNIRIO.

5 Christine Bouisset et Isabelle Dégremont, géographes de l’université de Pau (France), ont été invitées en tant que discutantes de notre recherche dans le cadre du séminaire qui s’est tenu du 21 au 25 novembre 2011 à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

Auteurs

Professeure en sciences de l’information et de la communication
Université Lille 3 - GERiiCO
Doctorat en sciences de l’information et de la communication
cecile.tardy@univ-lille3.fr
Professora associada IV do Programa de Pós-Graduação em Memória Social
Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro – Unirio. Doutora em Comunicação e Cultura, Universidade Federal do Rio de Janeiro – UFRJ.
dodebei@gmail.com
CV Lattes: http://lattes.cnpq.br/1112112146102164