Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’identité numérique ?

 | 
Olivier Ertzscheid

Annexes

Texte intégral

Quelle « net-étiquette » pour l’identité numérique?

1L’une des grandes forces d’internet – et l’une des grandes chances de ses utilisateurs – est d’avoir disposé, dès ses débuts, de mécanismes d’autorégulation dont l’élaboration collaborative renforçait l’efficacité. Ainsi, dès 1995, apparaît le terme de « netiquette », une « net-étiquette », une conduite protocolaire de ce qu’il ne faut pas faire sur certains réseaux, dans un certain cadre39. Il s’agissait initialement, dans le cadre des forums de discussion Usenet – l’un des ancêtres du Web d’aujourd’hui – d’éviter les envois multiples et les messages anonymes ou à connotation publicitaire. Il était également recommandé de signer les messages de son vrai nom.

Quelle « net-étiquette », quelles bonnes pratiques est-il aujourd’hui envisageable de mettre en place pour maîtriser son identité numérique ?

Trois lois

2Au regard de l’évolution constante de ces problématiques identitaires, au regard surtout de la vitesse avec laquelle la réalité semble parfois rattraper les scénarios les plus orwelliens, il peut être nécessaire de commencer à réfléchir à une déclinaison des célèbres « trois lois de la robotique » d’Isaac Asimov telles qu’elles pourraient s’adapter à la préservation de notre privauté numérique.

Rappel : les trois lois de la robotique

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.

  2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.

  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

Proposition : les trois lois de l’identité numérique

  1. Un terminal ou un objet connecté ne peut archiver, collecter ou faire transiter, au-delà d’un temps explicitement défini, des données relatives à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit indexé dans chacun de ses comportements et de ses intentions.

  2. Un terminal ou un objet connecté doit obéir aux règles de confidentialité choisies par son utilisateur, sauf si de telles règles entrent en conflit avec la première loi.

  3. Un terminal ou un objet connecté doit proposer des services personnalisés tant que ces services n’entrent pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

Quatre piliers

3Enfin, voici quatre fondamentaux qui peuvent permettre d’anticiper ou d’éviter les principaux «  risques » liés à notre exposition en ligne.

Protéger et réserver son nom

4Posséder son propre nom de domaine sera toujours un avantage et s’avérera très souvent utile au moment où – par exemple – l’on décidera d’entrer dans la vie active, ou si l’on fait le choix d’avoir une activité de publication en ligne, et ce de quelque nature qu’elle soit. Même si l’on n’envisage aucunement de publier un jour quoi que ce soit sur le net, le fait de pouvoir disposer de son nom de domaine permettra au mois de se préserver d’utilisations abusives ou d’en être dépossédé par quelqu’un d’autre.

5Selon le rapport que chacun entretient avec la vie connectée, et selon le temps qu’il y consacre de manière délibérée ou professionnellement contrainte, il sera également utile voire vital de réserver également un compte à son nom sur les services les plus en vogue (disposer par exemple d’une page Facebook à son nom ou à celui de son entreprise, pareillement sur Twitter, pour éviter toute usurpation d’identité, ou toute nuisance liée à une homonymie toujours possible).

Définir son périmètre de confidentialité

6Dans le domaine de l’identité numérique, mon périmètre de confidentialité, ce sont mes paramètres. Or les grands acteurs du Web, Facebook en tête, sont passés maîtres dans l’art de modifier plusieurs fois par an lesdits paramètres ou conditions générales d’utilisation (CGU) de leurs sites et des applications ou services qui gravitent autour. Il est donc nécessaire, à chaque inscription à un service, de bien vérifier que l’exposition de soi correspond à celle que nous aurons choisie et qu’elle restera maîtrisable, tout comme il est nécessaire de revérifier régulièrement l’ensemble des paramètres choisis.

S’impliquer

7Dans le cadre professionnel, mais également de plus en plus fréquemment dans le cadre familial ou privé, un excès de présence et d’exposition sera souvent préférable à un défaut de présence.

Veiller au grain

8Prétendre garder le contrôle sur son identité ou sa réputation numérique nécessite naturellement de pratiquer un minimum de veille informationnelle autour de son nom ou de sa marque. En restant conscient du cercle – parfois vicieux – qui fait que l’accroissement de son activité de publication ou de sa présence en ligne va venir augmenter naturellement son niveau d’exposition, qui à son tour contribuera à étoffer sa réputation, qui nécessitera en retour une veille et une surveillance accrues.

Dix recommandations

9Préambule : le Web n’est pas un espace privé. Il ne saurait donc y être question, d’une manière ou d’une autre, d’y défendre une quelconque vie privée. Tout au plus de contrôler le périmètre de nos agissements et de nos discours numériques.

10Premièrement : s’exprimer sous son vrai nom, si cela est possible et si cela ne contrevient pas aux règles de sa profession ou de son employeur.

11Contre-exemple : le célèbre avocat blogueur Maître Eolas est contraint de bloguer sous un pseudonyme, ce qui lui permet d’émettre des opinions politiques très fortement marquées qui pourraient le priver de certains clients ne partageant pas les mêmes vues, mais également et surtout parce que la profession d’avocat n’autorise pas la publicité pour une officine particulière, ce à quoi pourrait être facilement assimilée la renommée de son blog1.

12Deuxièmement : ne renseigner de manière délibérée, lorsque cela est nécessaire (par exemple pour s’inscrire sur un site), que les informations minimales, « administratives » (son nom, son adresse postale, son numéro de téléphone éventuellement) mais en aucun cas tout élément susceptible de dévoiler des informations relevant de la sphère intime ou privée (comme notre appartenance religieuse, nos préférences sexuelles, nos vues politiques).

13Exemple : il est obligatoire, lors de l’inscription sur Facebook de renseigner les cases sur les vues politiques, sexuelles ou religieuses, mais rien n’empêche de le faire de manière détournée ou humoristique. « Fox à poil dur » est ainsi la préférence politique de l’auteur de cet ouvrage.

14Troisièmement : préférer l’utilisation d’outils ayant une politique de confidentialité des données claire et lisible (les guidelines de Facebook sont plus longues à lire que la Constitution américaine…). Préférer également l’utilisation d’outils open source à celle d’outils ou de réseaux propriétaires.

15Exemple : le site de micro-blogging Twitter dispose d’un équivalent open source baptisé identi.ca (http ://identi.ca).

16Quatrièmement : choisir l’outil ou le réseau le plus adapté à son besoin.

17Exemples et contre-exemples : Facebook n’est pas un site de partage de CV. Ni un site de rencontres (même si beaucoup de gens en profitent pour faire des rencontres). Pour faire des rencontres amoureuses, pour tisser un réseau professionnel, pour partager des photos ou des vidéos de vacances, utiliser les sites qui ont été créés pour cela.

18Cinquièmement : hiérarchiser les zones de sa présence et le périmètre de ses relations.

19Exemple : disposer d’un compte Twitter partagé avec ses proches et/ou ses collaborateurs, d’un compte Facebook pour son réseau professionnel et d’un blog pour exprimer « publiquement » ses avis, opinions ou expertises. Ou bien, si nos « proches » sont plutôt présents sur Facebook que sur Twitter, utiliser Facebook avec les proches et Twitter avec les contacts professionnels. Bref, faites ce que vous voulez mais n’invitez pas en même temps votre patron, votre mère et votre maîtresse à venir discuter chez vous autour d’un bon café.

20Sixièmement : ne pas hésiter à multiplier les profils. À partir du moment où l’on occupe une certaine position sociale, et si l’on décide – nonobstant le point précédent – de centraliser sa présence et ses relations sur un seul site ou réseau (Facebook par exemple), mieux vaut pouvoir disposer d’un compte ou profil « personnel » et d’un autre compte ou profil « professionnel ».

21Septièmement : avoir conscience que toute prise de parole renvoie, au moment où elle est émise, à une position sociale donnée, comprenant ses propres règles, mais que cette prise de parole restera – très probablement – visible et que l’évolution de notre position sociale (et/ou notre appartenance institutionnelle) recontextualisera différemment nos prises de parole antérieures. Les gouvernements travaillent à anonymiser les données informatiques collectées par les moteurs et/ou les sites de réseaux sociaux. Mais rien n’anonymisera jamais des opinions émises en nom propre. Penser donc à remettre les compteurs à zéro, c’est-à-dire à supprimer des informations ou des comptes ou bien à en créer de nouveaux, à chaque fois que cela s’avère nécessaire (entrée dans la vie active, changement d’employeur, etc.). Pour le dire autrement, avant de s’exprimer, bien mesurer le potentiel de décontextualisation inhérent à certains propos que l’on tient.

22Huitièmement : avoir conscience que l’identité numérique n’est que l’un des versants de notre/nos sociabilité(s) numérique(s). Nos amis, nos relations, nos réseaux sont, en leur nom propre, des éléments constitutifs et déterminants de notre identité numérique. Mettre donc le plus grand soin à les choisir.

23Neuvièmement : être présent en ligne implique d’y être réellement présent. Ne jamais laisser un profil, un compte ou un service à l’abandon. Clôturer rapidement les comptes dont on ne se sert plus. Et définir le seuil d’interactivité que l’on est prêt ou en mesure d’assumer/assurer pour chacun de ces services.

24Exemple : ouvrir, fermer, modérer a priori ou a posteriori les commentaires sur son blog, restreindre la publication de ses photos sur Facebook à certains de ses amis, mettre à jour régulièrement son CV ou ses contacts sur un réseau professionnel. Si l’on est obligé d’utiliser plusieurs services et que l’on ne peut y être connecté en permanence, mettre en place des alertes mail ou RSS pour être averti d’une activité sur lesdits services.

25Dixièmement : relire et appliquer les quatre piliers de l’identité numérique!

26Cultiver son jardin : le rêve d’une identité numérique comme un jardin à la française, avec son architecture propre et ses zones florales délimitées, risque fort de demeurer une utopie devant la multiplication des outils ou – ce qui revient au même – la concentration extrême de certains autres. Tout au plus pourra-t-on conseiller aux lecteurs sensibles à la métaphore horticole de faire en sorte que le jardin de leur identité numérique n’apparaisse pas trop longtemps en friche ou en jachère. Et surtout de ne jamais laisser la responsabilité de son entretien et de son organisation à d’autres que soi. Pour le reste, tous les jardiniers vous le diront, on n’est jamais à l’abri d’une mauvaise récolte ou d’une catastrophe climatique.

Notes

1 Voir le blog de Maître Éolas, Journal d’un avocat, http://www.maitre-eolas.fr/.