Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’identité numérique ?

 | 
Olivier Ertzscheid

Chapitre 3 - Réseaux sociaux et espaces publics

Texte intégral

Distance sociale, réseaux ouverts et privauté dans l’espace public

1À eux seuls, les réseaux sociaux concentrent naturellement l’essentiel des problématiques de l’identité numérique.

2Si tout le monde voit bien ce que désigne le terme de réseau social, il faut préciser qu’il recouvre pourtant des réalités très différentes, depuis les réseaux thématiques (sur la musique par exemple) jusqu’aux réseaux professionnels, en passant, bien sûr, par les quelques incontournables que sont aujourd’hui Twitter ou Facebook.

3Pour chaque type de réseau social, les résonances de la problématique identitaire sont très différentes, la question de l’anonymat étant, par exemple, absente des réseaux sociaux à vocation professionnelle où il s’agit de mettre en avant un CV.

À la poursuite d’une utopie

  • 1 Julien L., « Facebook compte plus de 900 millions d’utilisateurs actifs », Numerama, 24 avril 2012, (...)

4De la même manière que Google continue de faire fantasmer parce qu’il promet de pouvoir indexer l’ensemble des informations et des connaissances disponibles, Facebook poursuit également son utopie : celle de pouvoir constituer le graphe complet de l’humanité connectée, de visualiser les relations unissant l’ensemble des individus de la planète. Créé en 2004, il comptait 70 millions de membres en 2007. À la veille de son introduction en bourse, Facebook indiquait compter plus de 900 millions d’utilisateurs actifs1.

  • 2 Guillaume Bonvoisin, « Réseaux sociaux dans le monde 2012 : quelle est la situation ? », CNET Franc (...)

5L’Union internationale des télécommunications estimait que le nombre d’internautes dans le monde, fin 2010, était de 2 milliards. Même si d’autres réseaux existent et occupent en certains points du globe des parts de marché loin d’être insignifiantes2, le fait que près de la moitié de la planète connectée dispose d’un compte Facebook suffit à mesurer l’écart qui reste à combler pour disposer d’une offre alternative réellement concurrentielle.

La vie privée sur les réseaux sociaux ? Au mieux un contresens

6S’inscrire sur un réseau social en prétendant préserver son intimité est un non-sens. Si le Web est un espace public, les réseaux sociaux ne constituent en aucun cas un espace privé. Danah Boyd, chercheuse américaine spécialiste de ces questions, parle à leur propos d’espaces « semi-publics ». Elle pointe quatre paramètres constitutifs de ces réseaux qui entretiennent la confusion entre espace public et espace privé :

  • la persistance : ce que je dis à quinze ans sera encore accessible quand j’en aurai trente… ou beaucoup plus ;

  • la searchability, littéralement la capacité à être recherché (et donc retrouvé) : ma mère sait où je suis et avec qui, tout le temps ;

  • la reproductibilité : ce que j’ai dit, publié, posté, photographié, filmé peut être recopié et replacé dans un univers de discours totalement différent et donc être mal compris ou mal interprété ;

    • 3 Christelle Dardant, Institut de recherche et d’études en droit de l’information et de la communicat (...)

    les « audiences invisibles » : la majorité des publics et des destinataires de mes messages est absente au moment même de leur formulation. Ces quatre paramètres donnent lieu à des situations d’énonciation et de discours radicalement altérées qui s’inscrivent dans un autre espace-temps que celui de nos relations non connectées. Un espace-temps qu’il nous faut apprendre à apprivoiser si l’on ne veut pas que se multiplient les exemples d’employés licenciés pour avoir dit du mal de leur patron sur Facebook, ou pour avoir posté des photos d’eux sur la plage alors qu’ils étaient censés se trouver au fond de leur lit pour un congé maladie3.

7L’analyse de Danah Boyd peut être complétée par deux autres paramètres :

  • le profilage, c’est-à-dire la capacité à être recherché (searcha bility) lorsqu’elle est mise en œuvre non plus par des proches mais par des sociétés commerciales, des institutions ou des États ;

  • l’intégrité documentaire, c’est-à-dire le fait que toutes nos traces documentaires sont bousculées, transformées, éditées par nous (ego), par nos amis, proches, collaborateurs (inter) et par d’autres (alter). Finalement, à l’issue du remixage de cette documentation permanente et de son résultat tel qu’il est lisible dans les moteurs de recherche, notre « intégrité documentaire » peut être soit totalement assurée et garantie, soit au contraire, le plus souvent, nous échapper complètement.

Le cas Facebook

  • 4 Une estimation a minima indique que le site dispose d’au moins 650 téra-octets de données personnel (...)

8Par la place qu’il occupe aujourd’hui (en nombre d’utilisateurs et dans nos pratiques connectées) et par la stratégie qu’il met en œuvre autour des paramètres de confidentialité, Facebook exemplifie parfaitement les principaux enjeux ainsi que les bonnes ou mauvaises pratiques autour de l’identité numérique4.

9Créé en 2004, Facebook limite, jusqu’en 2005, les paramètres de confidentialité de ses utilisateurs à leur premier cercle d’amis :

  • 5 « No personal information that you submit to The Facebook will be available to any user of the Web (...)

Aucune information personnelle postée sur Facebook ne sera disponible pour tout autre utilisateur du site qui n’appartiendrait pas au moins à l’un des groupes que vous avez indiqué dans vos paramètres de confidentialité5. (Notre traduction.)

10Mes données ne sont visibles que par « moi et les miens ».

11En 2006, les paramètres de confidentialité sont, par défaut, élargis à une notion très floue, celle « d’autres limitations communautaires raisonnables », limitations que Facebook est seul à connaître et à décréter.

  • 6 « Our default privacy settings limit the information displayed in your profile to your school, your (...)

Nos réglages de confidentialité par défaut limitent l’information affichée dans votre profil aux établissements scolaires fréquentés, à votre endroit de résidence et à d’autres limitations communautaires raisonnables […]6. (Notre traduction.)

12En 2007, la possibilité de recherche parmi les profils fait son apparition. Plus précisément, il s’agit de permettre, par défaut, d’accéder à l’essentiel de vos données via une recherche à l’intérieur du site, sauf modification explicite par l’utilisateur de ses paramètres de confidentialité.

  • 7 « Profile information you submit to Facebook will be available to users of face-book who belong to (...)

Votre profil sera consultable par les utilisateurs qui appartiennent au moins à l’un des réseaux pour lesquels vous avez autorisé l’accès à ces informations au travers des paramètres de confidentialité. Votre nom, votre école et votre photo de profil seront accessibles dans les résultats de recherche Facebook à moins que vous ne changiez les paramètres de confidentialité7. (Notre traduction.)

13En 2009, les frontières de Facebook deviennent accessibles aux moteurs de recherche, là encore par défaut. C’est un tournant radical qui va permettre à n’importe qui d’accéder, via une requête sur un moteur de recherche, à des informations jusqu’ici déjà très largement ouvertes mais nécessitant d’être au préalable inscrit sur Facebook.

  • 8 « Information set to “everyone” is publicly available information, may be accessed by everyone on t (...)

L’information réglée sur « tout le monde » est de l’information publique qui peut être consultée par tout le monde (y compris des personnes ne disposant pas d’un compte Facebook), qui peut être indexée par des moteurs de recherche, mais aussi associée à votre profil en dehors de Facebook (comme lorsque vous visitez d’autres sites sur internet), et peut être importée et exportée par nous-mêmes ou par d’autres sans limitation de confidentialité. Le réglage par défaut de la confidentialité pour certains paramètres est réglé sur « tout le monde ».Vous pouvez consulter et changer ces réglages par défaut dans les options de votre compte8. (Notre traduction.)

14Enfin entre décembre 2009 et avril 2010, deux nouvelles modifications vont permettre, toujours par défaut, à des sites tiers d’accéder à l’ensemble de nos informations personnelles. Facebook va purement et simplement abolir la possibilité d’appliquer un quelconque paramètre de confidentialité à certaines informations :

  • 9 « Certain categories of information such as your name, profile photo, list of friends and pages you (...)

Certaines catégories d’information comme votre nom, votre photo de profil, la liste de vos amis et les pages dont vous êtes fan, votre sexe, votre localisation géographique et les réseaux auxquels vous appartenez, sont considérées comme étant publiques pour tout le monde, y compris les applications externes à Facebook, et ne disposent donc pas de réglages de confidentialité9. (Notre traduction)

  • 10 Kurt Opsahl, « Facebook’s Eroding Privacy Policy: A Timeline », Electronic Frontier Foundation, 28  (...)

15Pour plus d’informations rendez-vous sur Facebook privacy policy timeline10.

Granularité, porosité et percolation sont les trois mamelles de l’identité numérique

Granularité tout d’abord

  • 11 Voir notamment : Danah Boyd, « Google plus, la dictature des vrais noms », Owni, 8 août 2011, http: (...)

16Il s’agit de la granularité de nos traces identitaires, fragmentées, parcellaires, sous-exposées et pourtant sur-documentées. Un morceau de statut par là, un bout de commentaire par ici, mon avis sur un livre vendu par Amazon, un billet déposé sur mon blog, une photo de soirée festive dans laquelle je me retrouve « taggué », etc. Toute activité, même minime, même supposée confidentielle, constitue aujourd’hui pour les moteurs de recherche un document au sens propre, c’est-à-dire l’une des nombreuses pièces qui composent le grand puzzle de mon « œuvre » numérique, de ce qui reste – et restera – de moi comme empreinte numérique. Un puzzle d’autant plus facile à recomposer a posteriori que l’on aura pris soin, en amont, d’inciter ou de contraindre les internautes à utiliser leurs vrais noms plutôt que des pseudonymes, comme l’ont récemment mis en place Facebook et Google+11.

Porosité ensuite

17Une porosité naturelle existe au sein des lieux de présence et d’accès à ces fragments identitaires. Les passerelles entre les différents sites sur lesquels nous donnons à voir une part de notre identité numérique sont de plus en plus fréquentes et systématiques. Là encore, Google et Facebook font figure de leaders. Prenons l’exemple d’une vidéo postée sur YouTube (racheté par Google) : si je suis identifié dans YouTube à l’aide d’une adresse Gmail, Google ajoutera l’ensemble des vidéos de mon profil à la connaissance empirique qu’il a de mes centres d’intérêts. Dans le même temps, je vais être incité à poster et/ou à signaler cette même vidéo sur mon mur Facebook ou sur le site de micro-blogging Twitter, créant ainsi des passerelles dont je contrôle mal les tenants et aboutissants mais qui satisfont à mon désir de « faire connaître », de donner une diffusion maximale à la vidéo en question.

Percolation enfin

18Comme l’eau qui circule, par percolation, à travers le sable, la migration, le rassemblement, l’agrégation de toutes ces gouttes d’eau identitaires ne doivent en aucun cas être laissés à la seule volonté, à la seule discrétion des grands acteurs marchands du Web. Je devrais toujours être en mesure de pouvoir décider de ce que je veux rassembler ; de décider si je souhaite que mon petit ruissellement identitaire se fonde, ou non, dans les grandes rivières des réseaux sociaux, elles-mêmes allant se jeter dans l’immense océan des moteurs de recherche. Grâce à la pression continue d’associations et d’organismes de défense des droits et des libertés numériques, il est désormais possible de récupérer facilement l’ensemble des documents et informations déposées sur notre compte Facebook (liste de nos amis, historique de tous nos statuts depuis notre inscription, photos, etc.), de la même manière que nombre des grands acteurs du Web proposent désormais systématiquement des paramètres rendant plus transparents la nature des données et informations qu’ils stockent à notre sujet. Pour autant, ils demeurent les seuls à disposer d’une vue synoptique de l’ensemble de nos comportements connectés au sein de leurs écosystèmes de services ou des services tiers qui leur sont attachés.

Moteurs et réseaux : des machines à fabriquer de l’identité

19Dans le domaine de la documentation et des sciences de l’information et des bibliothèques, les métadonnées désignent les informations renseignées par des spécialistes – et aujourd’hui parfois de manière automatisée – pour mieux qualifier un document, une ressource numérique. Les métadonnées sont donc des informations sur de l’information.

20À chaque requête déposée, à chaque statut renseigné, à chaque inscription sur notre « mur », nous offrons progressive ment aux moteurs et aux réseaux sociaux – le plus souvent sans le souhaiter ou sans le savoir – une véritable mine d’informations sur nous-mêmes et sur nos pratiques. Au final, chaque clic, chaque action, chaque comportement connecté fait fonction de métadonnée dans une sorte de panoptique global.

21Le tour de force des moteurs et des réseaux sociaux est d’avoir réussi à ramener le mode opératoire des métadonnées au niveau d’un processus presque inconscient (ou subconscient) ; d’en avoir fait le préalable indispensable et non négociable à toute activité collaborative en ligne, au-delà même de toute velléité d’expression en ligne ; d’avoir ensuite réussi à inféoder toute logique participative ou expressive à des logiques déclaratives pourtant non nécessairement liées auxdites activités.

Notes

1 Julien L., « Facebook compte plus de 900 millions d’utilisateurs actifs », Numerama, 24 avril 2012, http://www.numerama.com/magazine/22423-facebook-compteplus-de-900-millions-d-utilisateurs-actifs.html, consulté le 30 octobre 2012. Fin septembre 2012, un communiqué de presse de l’entreprise indique que le cap du milliard d’utilisateurs est atteint, affordance.info, 9 octobre 2012, http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2012/10/facebook-1-milliard.html

2 Guillaume Bonvoisin, « Réseaux sociaux dans le monde 2012 : quelle est la situation ? », CNET France, 11 juin 2012, http://www.cnetfrance.fr/news/reseaux-sociauxdans-le-monde-2012-quelle-est-la-situation-39772762.htm, consulté le 30 octobre 2012.

3 Christelle Dardant, Institut de recherche et d’études en droit de l’information et de la communication (IREDIC), op.cit.

4 Une estimation a minima indique que le site dispose d’au moins 650 téra-octets de données personnelles, soit l’équivalent de soixante-cinq fois la bibliothèque du Congrès aux États-Unis in Ertzscheid Olivier, « 650 téra-octets de données personnelles, et moi, et moi, et moi », affordance.info, 14 novembre 2010. http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/11/recuperation-donnees-personnelles-facebook.html, consulté le 30 octobre 2012.

5 « No personal information that you submit to The Facebook will be available to any user of the Web Site who does not belong to at least one of the groups specified by you in your privacy settings. »

6 « Our default privacy settings limit the information displayed in your profile to your school, your specified local area, and other reasonable community limitations […]. »

7 « Profile information you submit to Facebook will be available to users of face-book who belong to at least one of the networks you allow to access the information through your privacy settings (e.g., school, geography, friends of friends). Your name, school name, and profile picture thumbnail will be available in search results across the Facebook network unless you alter your privacy settings. »

8 « Information set to “everyone” is publicly available information, may be accessed by everyone on the Internet (including people not logged into Facebook), is subject to indexing by third party search engines, may be associated with you outside of Facebook (such as when you visit other sites on the internet), and may be imported and exported by us and others without privacy limitations. The default privacy setting for certain types of information you post on Facebook is set to “everyone”. You can review and change the default settings in your privacy settings. »

9 « Certain categories of information such as your name, profile photo, list of friends and pages you are a fan of, gender, geographic region, and networks you be long to are considered publicly available to everyone, including Facebook-enhanced applications, and therefore do not have privacy settings. »

10 Kurt Opsahl, « Facebook’s Eroding Privacy Policy: A Timeline », Electronic Frontier Foundation, 28 avril 2010, http://www.eff.org/deeplinks/2010/04/facebook-timeline/ consulté le 30 octobre 2012.

11 Voir notamment : Danah Boyd, « Google plus, la dictature des vrais noms », Owni, 8 août 2011, http://owni.fr/2011/08/08/google-plus-dictature-vrais-noms-anonymatidentite/, Nicolas Perrier, « Facebook vous demande de dénoncer vos amis à pseudonyme… », nikopik, 6 juillet 2012, http://www.nikopik.com/2012/07/facebook-vousdemande-de-denoncer-vos-amis-a-pseudonyme.html, consultés le 30 octobre 2012.