Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’identité numérique ?

 | 
Olivier Ertzscheid

Introduction : le World Life Web

Texte intégral

1En 1990, suite aux travaux de Tim Berners Lee, est officiellement né le World Wide Web, une Toile, mondiale, « large » dans sa dimension au moins autant que dans ses contenus. Avec le temps, ces derniers ont littéralement explosé, imposant à tous l’usage des moteurs de recherche pour mettre un semblant d’ordre dans ce chaos fertile et fécond, sur la base d’un principe de classement « par pertinence ». Ce fut là le premier âge documentaire du Web.

2Puis vint le World Live Web, un Web instantané, un Web donnant en temps réel l’état des dernières informations publiées. Le service Google News fut à ce titre l’un des pionniers de ce deuxième âge documentaire, à l’unisson de l’explosion des weblogs et sites ou portails permettant la syndication instantanée de contenus comme autant de fragments documentaires sitôt publiés, sitôt indexés, sitôt accessibles.

3Nous sommes désormais, notamment avec l’essor extraordinaire des réseaux sociaux, entrés dans un troisième âge documentaire : celui du World Life Web, une Toile mondiale dans la matrice de laquelle les individus occupent la place jusqu’ici préemptée par les documents et leur actualisation. La principale question que pose ce nouvel âge est celle du caractère indexable des êtres humains eux-mêmes, au travers des traces qu’ils laissent consciemment ou inconsciemment sur le réseau, c’est-à-dire la question de leur identité numérique. Une identité ou une e-réputation qui fonctionne comme le marqueur d’une présence numérique laquelle est souvent diffuse et délicate à appréhender comme finalité ou comme construction de soi, tant le nombre de paramètres en interaction est important et complexe, depuis la simple navigation au hasard du réseau jusqu’à la traque marketing des informations comportementales liées à nos achats en ligne, en passant par le flou entretenu des conditions générales d’utilisation (CGU) et les ambiguïtés des politiques de confidentialité (privacy) des différents services utilisés ou bien, enfin, les logiques algorithmiques complexes qui assurent la restitution partiale et partielle de cet ensemble de données.