Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations, territoires et arrangements coopératifs

 | 
Sonia Maria Karam Guimarães
, 
Bernard Pecqueur

Troisième partie. Politiques publiques d’innovation et développement technologique

Peut-on parler d’une expérience marshallienne en matière de politique d’appui à l’innovation en France ?

L’exemple des pôles de compétitivité

Claude Courlet et Bernard Pecqueur

Résumé

Après avoir rappelé rapidement que la territorialisation du processus d’innovation renvoie à la conception marshallienne d’un monde économique constamment en mouvement dont la caractéristique principale est la continuité ce chapitre est consacré à l’analyse de la politique des pôles de compétitivité en France et en effectue une première évaluation.

Le chapitre décrit la mise en place de la politique des pôles de compétitivité : du rapport de C. Blanc à la labellisation de 71 pôles. Le texte suggère que le territoire devient peu à peu la base d’une réorientation de la politique d’innovation en France avec la réforme de l’enseignement supérieur et le grand emprunt : on évolue vers des grands pôles territoriaux d’innovation.

Il décrit ensuite les caractéristiques de cette politique. Il s’agit d’un effort conséquent, ciblé et concentré. Les pôles de compétitivité ont été mis en œuvre avec l’ambition de mobiliser l’ensemble des politiques d’intervention de l’État et des acteurs publics territoriaux en concentrant, dans l’espace et la durée, l’affectation de moyens publics, humains et matériels, en vue de dessiner une nouvelle carte attractive des activités à fort contenu technologique. L’État n’intervient pas dans la gouvernance des pôles et les appels à projets laissent l’essentiel de l’initiative aux acteurs de l’innovation. Comme dans la plupart des autres pays industrialisés, l’État se réserve une capacité d’intervention stratégique qui s’exprime en liaison avec les autres partenaires.

Pour illustrer cette politique, le texte décrit deux exemples significatifs de celle-ci : Minalogic à Grenoble et de la micro-mécanique de la Vallée de l’Arve.

Le chapitre aborde ensuite l’analyse de l’impact de cette politique. L’analyse se situe successivement à deux niveaux :
- au niveau global, macro-économique lié à la dimension politique industrielle et technologique des pôles de compétitivité ;
- au niveau de la performance et du comportement des pôles de compétitivité en tant qu’organisation.

Le chapitre termine sur une série de considérations liant pôle de compétitivité, territoire et politique publique. La notion de pôle de compétitivité fait du territoire le cadre organisationnel d’une meilleure articulation entre territoire et innovation dans la mesure où le territoire est présenté comme la base d’une coopération entre entreprises, laboratoires, universités (production, R/D, Transfert de technologie et formation.

Texte intégral

Introduction

1La recherche en sciences sociales avait opté pour la thèse de la fin du territoire en raison de l’affranchissement des contraintes spatiales pour les individus et les entreprises devenus libres de se localiser où ils l’entendaient. On a même vu fleurir des discours prônant la progressive dilution de la ville à la campagne, la fin des villes au profit du « village global » puisqu’il était devenu désormais possible de communiquer de partout avec tous les points de la planète. En toute logique, la ville, le territoire, devait se diluer dans le cyberespace. L’inventeur du télégraphe aérien, Claude Chappe, pensait que sa machine allait « dissoudre le territoire » et « réduirait la France à un point ». C’était en 1793.

2Pourtant, dans la dynamique actuelle des sociétés et des économies où Mac Luhan (1970) aussi voyait un « village planétaire », la recherche en sciences sociales (notamment en Italie avec les districts industriels) a montré que les relations de proximité entre les acteurs locaux peuvent jouer un rôle déterminant dans l’innovation et de ce fait dans la compétitivité des activités économiques sur le long terme. On observe alors que la densité des relations entre les acteurs locaux (entreprises, municipalités, universités, centres techniques, centres de recherche) joue un rôle essentiel dans la compétitivité de certaines activités industrielles et de services. Les districts industriels semblent avoir leur équivalent dans le Bade-Wurtemberg tout comme dans certaines préfectures japonaises, dans la Silicon Valley ou encore en France avec les systèmes productifs localisés (SPL) français, mis en lumière par des chercheurs grenoblois et repris emblématiquement par la DATAR et maintenant dans les pôles de compétitivité.

3La prise en compte du territoire dans le processus d’innovation et les dynamiques économiques apparaît aujourd’hui comme une impérieuse nécessité. Il s’agit d’une préoccupation relativement récente qui ouvre la voie vers la diversification des politiques économiques, sociales et culturelles, et incite à proposer de nouvelles modalités de coordination entre les acteurs. L’analyse du cas français est significative de cette nouvelle approche.

Après avoir rappelé rapidement la conception marshallienne du processus territorialisé d’innovation, ce texte abordera successivement :

  • les différents outils territoriaux d’innovation en France et leur succession dans le temps – des SPL aux pôles de compétitivité ;

  • l’analyse des caractéristiques de cette politique des pôles de compétitivité, tant du point de vue de l’effort consenti que du mode de fonctionnement ;

  • l’examen de deux cas significatifs de l’expérience des pôles de compétitivité – un cas relatif aux hautes technologies (Minalogic à Grenoble) et un cas relatif à la promotion de l’innovation dans un tissu industriel traditionnel (Arve-Industries) ;

  • l’analyse de l’impact de cette politique à partir d’éléments encore très partiels ;

  • une interprétation de cette politique en la rattachant à la notion de territoire.

Territorialisation du processus d’innovation et conception marshallienne

4La territorialisation du processus d’innovation renvoie à la conception marshallienne d’un monde économique constamment en mouvement dont la caractéristique principale est la continuité.

Dynamique de la continuité, innovation et développement

5En suivant l’intuition d’Adam Smith, Marshall estime que la division du travail implique le progrès de l’organisme social. Marshall explique l’introduction de la division du travail à travers le principe évolutionniste selon lequel « le développement d’un organisme, social ou physique, entraîne une subdivision croissante des fonctions entre ses parties, et d’autre part une relation plus étroite entre elles. » (Marshall, 1890, t. I, p. 427.) Il y a là l’idée que la variété des modalités de division du travail, voire la variété des modèles organisationnels, engendre une augmentation des connaissances de l’homme. Cette augmentation des connaissances de l’homme peut être obtenue par effet de l’action des économies externes ou des économies internes. Les économies externes peuvent être partagées en trois groupes : les économies externes à l’entreprise et internes au secteur productif et qui dépendent de la localisation des entreprises ; les économies externes à l’entreprise et à l’industrie et qui dépendent de la localisation de l’entreprise ; les économies externes qui ne dépendent pas de la localisation de l’entreprise mais des conditions générales de développement. Les économies internes dépendent des ressources spécifiques de l’entreprise.

6La conception marshallienne du temps et de la dynamique des systèmes productifs est fortement caractérisée par la formulation du principe de la continuité (cf. la célèbre formule : natura non facit saltum). Le principe de la continuité trouve une application même plus importante en ce qui concerne les facteurs entraînant le développement économique et, en particulier, en ce qui concerne la conception marshallienne du progrès technique : celui-ci est dû – comme on l'a vu – aux économies externes, aux économies internes et à leurs relations. Mais, du moins dans la phase initiale du développement, c’est la relation entre la conception continue du temps et les modalités de l’apparition des économies externes qui joue un rôle important à l’intérieur de la théorie marshallienne. Si l’on considère les économies externes dans la très brève, la brève et la longue période, l’interprétation des externalités est la même que celle qui est donnée au concept par les partisans de la concurrence imparfaite : il s’agit d’un instrument qui contrebalance les effets destructifs des économies internes, permettant ainsi d’obtenir un équilibre partiel. Mais quand on considère les effets externes dans la très longue période – où il n’est pas possible d’établir une théorie de la valeur cohérente –, par définition il n’y a pas d’équilibre, les choses changent. Bien que Marshall ne nie pas la possibilité d’innovations imprévues marquant une fracture par rapport à l’ensemble des connaissances et des pratiques productives existantes, sa conception des économies externes lui permet de prendre en considération la continuité du progrès technique dans la longue période. Si l’on considère la plupart des économies externes dont on a parlé plus haut, on voit que Marshall introduit une vision du changement technique dû à l’adaptation des idées déjà existantes et qui se perpétue dans le temps : les localisations caractérisées par la présence des économies externes sont des lieux où « chacun tire profit des idées de ses voisins, en trouvant de nouvelles inspirations en contact avec qui est intéressé à de nouvelles expérimentations, et toute invention [...] a la probabilité, une fois introduite, de se répandre et de s’améliorer. » (Marshall, 1890.) Les économies externes s’enracinent donc dans le passé et se développent dans le futur, même si l’ampleur des liaisons entre passé et présent et entre futur et présent varie – Marshall le dit habituellement – suivant les cas. Cette formulation du processus innovateur entraîne, à son tour, deux conséquences remarquables qu’il faut rappeler. En premier lieu, l’introduction des économies externes non seulement a besoin de temps, mais implique que l’introduction du progrès technique suive des rythmes propres qui dépendent des caractéristiques sectorielles (Marshall, 1890, t. II, p. 168) et – comme on verra plus loin – territoriales de ce même progrès. En deuxième lieu, Marshall admet l’irréversibilité du processus du changement (Marshall, 1890, t II, p. 166).

Le rôle de l’espace chez Marshall

7L’analyse marshallienne de la dimension temporelle du développement permet de formuler deux hypothèses alternatives. Ou bien la continuité du temps décrit un processus de développement qui se répète partout, égal à lui-même – dans ce cas le temps conçu comme retard qui va être annulé implique l’impossibilité de distinguer différents espaces dans la très longue période –, ou bien la continuité du temps est introduite par Marshall afin de comprendre la variabilité des modalités du développement, ce qui est l’hypothèse la plus vraisemblable, d’ailleurs confirmée par son analyse des formes organisationnelles. Mais il y a plus que la simple prise de conscience que la continuité du temps implique différents modèles de développement : la continuité du temps – concernant un modèle de développement caractérisé d’un point de vue territorial – signifie que l’histoire, la culture, les coutumes de ce lieu sont importantes pour expliquer le développement.

8L’importance de l’espace dans la structuration des formes de la production est bien évidente en ce qui concerne les économies externes. La plupart des arguments à soutenir à ce propos ont déjà été exposés : la plupart des économies externes marshalliennes – à savoir la formation et l’accumulation des capacités entrepreneuriales et du professionnalisme des travailleurs, la diffusion des informations dans les échanges, la diffusion des innovations, la création d’entreprises jouant un rôle de complémentarité par rapport aux entreprises déjà existantes, soit à l’intérieur du même secteur soit dans d’autres secteurs – dépendants de la localisation de l’activité productive. Cependant, l’existence d’une relation entre la localisation de l’activité productive et le développement économique n’assure pas l’existence d’une forme organisationnelle donnée : c’est à travers l’analyse des districts industriels que Marshall rend unitaire l’analyse des économies externes.

9En ce qui concerne les économies internes, elles sont à l’origine, chez Marshall, d’une forme d’organisation de la production basée sur la grande entreprise. On sait que les économies internes ne dépendent pas de la localisation mais plutôt des capacités spécifiques de l’entreprise. Cependant les facteurs de la production ne sont pas homogènes et la non-homogénéité de ceux-ci dérive de l’existence d’économies externes particulières, c’est-à-dire d’un facteur à la fois territorial et social.

10En fin de compte, il ressort de l’analyse de Marshall que les processus d’innovation et de développement sont des processus sociaux : l’espace y joue un rôle important dans la mesure où les formes de régulation sociale et l’organisation de la production varient d’un lieu à un autre et contribuent au développement de cette localisation.

Les différentes phases de la politique menée en France, des SPL aux pôles de compétitivité

11En France, la sémantique de la politique économique vient de s’enrichir d’un nouveau concept : le pôle de compétitivité. S’inspirant du rapport de Christian Blanc, cette politique vise à faire émerger en France des « écosystèmes de croissance ». Mais pour comprendre cette démarche il faut rappeler que cette initiative fait suite à la politique de promotion des SPL. D’autre part, une politique en faveur de grappes de PME va venir compléter celle menée par l’État à l’égard des pôles de compétitivité ; cette dernière succède et rénove la politique des SPL et va peu à peu s’intégrer dans un cadre d’une mobilisation plus générale en faveur de la recherche et de l’innovation.

La promotion par la DATAR des systèmes productifs localisés (SPL)

12Avec la promotion des SPL à la fin des années 1990, la DATAR visait comme objectif premier la réduction des coûts de production des entreprises en mutualisant les moyens de production et en jouant sur les effets de synergie entre acteurs d’un territoire grâce aux effets de proximité. Le principe de l’appel à projet a été arrêté en 1997. Il trouve ses fondements théoriques dans divers travaux du Commissariat au Plan et de la DATAR entre 1995 et 1997, ainsi que dans des recherches sur les phénomènes de concentration de l’activité, recherches nombreuses en France et à l’étranger au cours de cette période. Un travail qualitatif d’identification des SPL existant en France avait précédé cet appel à projet. Ainsi, des réunions de travail – organisées dans les régions et qui rassemblaient les représentants d’institutions et d’administrations ayant une bonne connaissance de l’économie régionale (les CCI, les directions régionales de l’industrie, les services économiques des collectivités territoriales, etc.) – avaient permis le repérage de deux cents agglomérations d’entreprises (hors Île-de-France) qui présentaient une spécialisation dans de petites circonscriptions de la taille d’un bassin d’emploi.

Deux appels à projets ont été lancés en 1998 et 1999, selon un cahier des charges très précis (cf. encadré 3). Ils s’adressaient à des territoires présentant les trois caractéristiques suivantes :

  • une activité spécialisée et concentrée autour d’un même secteur ou d’un même couple produit-marché ;

  • des relations interentreprises denses ;

  • une ou plusieurs structures d’animation ou des opérateurs qualifiés pour encourager les interactions entre entreprises et institutions locales.

Encadré 3. Cahier des charges respectant la démarche SPL pour la phase d’appel à projet (1998 et 1999)

Respect d’un certain nombre de critères :

- nombre suffisant d’entreprises ;
- caractère durable des coopérations entre entreprises prenant en compte les questions de concurrence et de coopération ;
- les retombées en termes de production et d’emploi ;
- le partenariat local fort ;
- la qualité de la structure de portage dans sa capacité à porter le projet et à mobiliser des ressources.
Faire apparaître que la coopération et la constitution de réseaux sont source d’externalités positives :
- effets sur une meilleure gestion des ressources humaines (organisation du travail, formation de la main-d’œuvre) ;
- ressources financières mobilisables par le développement des entreprises (accès au crédit, résolution des problèmes des fonds propres) ;
- mise en place de nouveaux services communs (matériels, accès à des bases de données…) ;
- développement de nouvelles relations avec les grandes entreprises susceptibles de mettre à la disposition des PME certaines de leurs ressources et savoir-faire technologiques ;
- type de collaboration public/privé.

13Comme on le voit, il ne s’agit pas de fabriquer des systèmes productifs locaux, comme, certaines critiques l’ont affirmé ; il s’agit de s’appuyer sur des contextes locaux favorables. Étaient éligibles à la fois des systèmes productifs déjà bien identifiés (comme la vallée de l’Arve ou Oyonnax) et des systèmes productifs émergents (comme la fabrication de bateaux de plaisance en Vendée, par exemple).

14Sous l’égide du ministre de l’Aménagement du territoire et de l’environnement, un jury comprenant des représentants des ministères concernés (Aménagement du territoire et environnement, Industrie, PME et Artisanat, Agriculture et Pêche, Emploi et Solidarité) a procédé à la sélection de quatre-vingt-seize projets qui ont pu ainsi être financés. Par la suite, en 2001 et 2003, d’autres projets ont vu le jour. Au total, c’est environ une centaine de projets qui ont été accompagnés. À la fin des années 2000, dans la majorité des cas, l’organisation en SPL s’est maintenue et renforcée. Les SPL aidés concernaient alors environ cinq cent vingt mille emplois et dix-huit mille entreprises. Une analyse détaillée des actions promues (cf. encadré 4) montre la diversité des actions de mutualisation et de coordination permettant des initiatives innovantes en matière de formation, d’innovation technologique et de veille stratégique et d’intelligence économique. Dès le départ, le besoin se fait sentir d’un rapprochement avec l’enseignement supérieur et la recherche. Par ailleurs, en matière de gouvernance, les structures porteuses sont diverses et résultent souvent de compromis élaborés au niveau local reflétant les rapports entre les acteurs du développement du territoire. Ainsi, la répartition des structures porteuses sur la centaine de cas répertoriés est la suivante :

  • groupements d’entreprises, 40 % ;

  • structures de développement économique, 25,5 % ;

  • chambres consulaires, 23 % ;

  • structures intercommunales, 11,5 %.

Encadré 4. Principales actions de coopération mises en œuvre dans les SPL

Mise en commun de compétences et de moyens : partage de compétences, de savoir-faire, de personnes ; mutualisation d’investissements ; groupements d’achats de matériels, de matières, de prestations.
Actions commerciales : partage commercial ou création d’uns structure commerciale commune ; labels de marques collectives ; construction d’une offre globale ; vitrine commune.
Actions diagnostic métier et territoire : positionnement et perspectives des activités et des marchés ; mise en relief des axes de développement du territoire.
Actions relevant de la formation : besoins communs en matière de qualification du personnel ; adéquation formation/métiers en partenariat avec le système éducatif.
Actions d’innovation : partage d’information, veille commune, intelligence économique ; R & D commune aux SPL et aux centres techniques ; résolution de problèmes communs aux SPL ; actions spécifiques de filières (ANVAR, DRIRE…).
Collaboration entre les structures institutionnelles locales : développement de l’environnement, services privés et publics ; contrats de progrès (État, région).

15Enfin, la démarche débouche sur la création du club des districts industriels qui va devenir France Cluster. Il s’agit d’une association regroupant d’abord les SPL et maintenant les grappes d’entreprises et les pôles de compétitivité. Il s’agit d’un réseau qui est un lieu d’échange d’expériences entre clusters français. La DATAR et la Caisse des dépôts et consignations apportent leur soutien à cette association qui est devenue un véritable interlocuteur de l’État et des régions en France.

La politique de soutien aux grappes de PME

16La politique de grappes d’entreprises débute fin 2009 ; elle succède et rénove celle des SPL et fonctionne sur le même principe des appels à projets. Deux vagues successives (mars 2010 et mai 2001) ont permis de sélectionner cent vingt-six projets sur deux cent soixante-dix déposés. Cette politique se veut complémentaire de la politique menée à l’égard des pôles de compétitivité dont le développement est principalement axé sur le développement de la R & D et de l’innovation technologique (voir ci-après). Les grappes d’entreprises sont tournées vers le développement de l’innovation sous toutes ses formes et sur des actions pour les entreprises plus proches du marché. Les grappes d’entreprises apportent des services concrets à leurs membres. Ceci conduit à mettre en œuvre des actions collectives favorisant l’innovation sous toutes ses formes : l’emploi, les compétences, l’organisation du travail, le développement à l’international.

17Fortement ancrées localement, les grappes participent à leur dynamisme, à la création d’une vision stratégique partagée entre les entreprises et leur territoire d’implantation, qu’il soit urbain, périurbain ou rural. Elles se caractérisent également par leur structure de gouvernance, où les entreprises ont un rôle moteur, ainsi que par leur stratégie élaborée collectivement et mise en œuvre à travers un plan d’action concerté. La prédominance des TPE/PME n’exclut pas la présence de grandes entreprises. Les grappes d’entreprises entretiennent également sur leurs territoires des liens avec les acteurs de la gestion de l’emploi et des compétences, de la recherche et de l’innovation. Les secteurs d’activités des grappes sélectionnées concernent pour les deux tiers les industries traditionnelles (mécanique, agroalimentaire, emballage…) et pour un tiers les secteurs nouveaux (économie numérique, les activités concernant le développement durable – écotechnologies, bio-ressources, gestion de l’eau, etc. – les industries créatives et culturelles…).

18La politique des grappes d’entreprises a été élaborée de manière partenariale à partir de la DATAR avec les chefs d’entreprises et l’association France Clusters, des collectivités territoriales et les services extérieurs des ministères concernés. Des régions ont également mis en place le même type de politique suite à la politique des SPL engagée en 1998. C’est pourquoi, certaines grappes d’entreprises peuvent être des clusters régionaux, des anciens SPL ou des réseaux de TPE/PME non labellisés. Le soutien financier de l’État (vingt-cinq millions d’euros) est principalement destiné à la partie animation et fonctionnement de la grappe et formalisé par une convention signée avec chaque grappe. Le principal enjeu pour la DATAR est désormais de mettre en place une animation nationale du dispositif.

La politique de promotion des pôles de compétitivité et sa systématisation progressive

19En France, la sémantique de la politique économique vient de s’enrichir d’un nouveau concept : le pôle de compétitivité. S’inspirant du rapport de Christian Blanc, cette politique vise à faire émerger en France des « écosystèmes de croissance ». Le rapport de Christian Blanc – « Pour un écosystème de la croissance », avril 2004 – part d’un constat sévère sur la situation française, significative d’un pays en retard par rapport aux principaux pays développés avec :

  • un enseignement supérieur délaissé, dépossédé de la recherche ;

  • une organisation taylorienne du territoire ;

  • une industrie peu performante dans l’amélioration planifiée de systèmes existants, mais faible dans l’innovation radicale.

  • 1 Une entreprise européenne sur quatre travaille dans un environnement cluster. Les secteurs les plus (...)

20La mondialisation remet en cause l’organisation sur une base nationale des systèmes économiques et scientifiques1. Dans ce monde nouveau, les réseaux d’informations sont mondiaux, mais les réseaux de connaissances et les milieux d’innovation se conçoivent dans le périmètre des allers-retours quotidiens à pied ou en voiture : dans le découpage statistique et administratif français, les bassins d’emploi et les régions. L’organisation en réseaux du territoire est un facteur de compétitivité grâce aux effets relationnels de proximité favorables à l’innovation (cf. tableau 6).

Tableau 6. Les rapports entre le global et le local dans le processus d’innovation

Longue distance

Proximité

Savoir codifié (informations)

Savoir tacite (connaissances)

Espace mondial

Espace local

L’idée précède la relation

La relation précède l’idée

21Dans ce nouveau contexte, l’agencement vertical (en silos) de l’action publique fait obstacle à l’émergence de telles organisations territorialisées. Le rapport prône la nécessaire mutation du modèle de développement économique de la France : d’une économie d’imitation et de planification à une économie d’innovation en réseaux. Pour cela, il faut tisser des pôles autour d’acteurs locaux forts et responsables. Le périmètre de la région et de l’agglomération devient l’espace naturel de construction de pôles territoriaux d’innovation :

  • les conseils régionaux doivent rassembler les compétences dans les domaines de l’économie et des connaissances et il faut des universités fortes pour des campus fertiles ;

  • parallèlement, il faut redéfinir les missions de développement économique de l’État et son action dans la recherche ;

  • enfin, il faut favoriser le développement des entreprises en réseaux.

La labellisation de soixante et onze pôles de compétitivité

22S’inspirant du rapport de Christian Blanc (2004), mais sans le suivre totalement, notamment par une implication plus grande des régions dans le pilotage de la recherche et de l’enseignement supérieur, le pouvoir politique va s’engager dans la promotion « d’écosystèmes de croissance ». Le CIAT (Conseil interministériel de l’aménagement et du développement du territoire) du 12 juillet 2005 va labelliser soixante-sept pôles de compétitivité ; soixante et onze pôles sont aujourd’hui labellisés.

23Un pôle de compétitivité peut se définir comme la combinaison sur un territoire donné d’entreprises, de centres de formation professionnelle, d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche engagés dans une démarche partenariale destinée à dégager des synergies autour de projets communs à caractère innovant et disposant de la masse critique nécessaire pour une visibilité internationale. Le pôle de compétitivité français ne se contente pas d’une juxtaposition d’acteurs économiques et scientifiques qui travaillent dans un même domaine, mais se fonde sur une démarche partenariale et sur la définition de projets communs et innovants. Il permet une véritable mise en commun des investissements productifs et, donc, des risques de l’innovation qui leur sont inhérents (Jacquet, Darmon, 2005). Pour la DATAR, initiateur de la politique des pôles de compétitivité, il s’agit d’une approche sélective et ciblée et il est autant question de compétitivité des entreprises que de compétitivité des territoires ; il s’agit d’une nouvelle politique industrielle par le territoire (DATAR 2004).

24Par rapport aux démarches antérieures (districts industriels, SPL), les pôles de compétitivité demandent une implication beaucoup plus grande du système de recherche et d’enseignement supérieur et ceci de deux manières : production de connaissances transférables vers la sphère économique ; construction de parcours de formation directement liés aux besoins des pôles en formation continue et en formation initiale.

25La promotion des pôles de compétitivité vise principalement la mise en œuvre d’une masse critique qui permet d’envisager une mutualisation des moyens pour avoir une animation dédiée au domaine des technologies d’avenir et la coordination entre les laboratoires des grandes entreprises et les laboratoires publics. Mais elle concerne aussi les tissus de PME industrielles, notamment dans des activités traditionnelles comme par exemple, le décolletage dans la vallée de l’Arve, la plasturgie à Oyonnax. Il s’agit souvent de territoires labellisés dans la démarche SPL de la DATAR qui veulent évoluer vers des produits propres et des technologies plus sophistiquées. Un quart, environ, des SPL sont labellisés pôles de compétitivité ou en ont intégré un (douze labellisés pôles de compétitivité et quatorze rattachés à un pôle de compétitivité, soit vingt-six au total sur cent onze SPL).

26La notion de pôle de compétitivité découle de l’idée que la plupart des produits incorporent un grand nombre de technologies complexes et spécialisées qu’une entreprise n’est plus à même de maîtriser seule. Parallèlement, chaque technologie est utilisée dans la fabrication d’un large spectre de produits différents. Cette dualité impose aux acteurs (entreprises, centres de recherche, universités, centres de formation professionnelle), dont l’activité est destinée au même marché final, un niveau de collaboration élevé.

27Les pôles de compétitivité ne sont pas des créations ex nihilo, mais doivent se construire à partir de dynamiques de coopération déjà existantes, parfois même sur une très longue durée. Ils reposent sur une forte composante relationnelle. L’idée centrale est que l’innovation mobilise des connaissances tacites, qui se prêtent mal à la codification nécessaire à leur circulation. Elles doivent être appréhendées dans leur contexte et sont dépendantes de celui qui les a produites. La proximité et la concentration facilitent la circulation des connaissances peu formalisées, par la mobilité des ingénieurs et des chercheurs, et par la constitution de communautés « épistémiques » (Hakanson, 2005) ou de « pratiques » (Bernasconi et alii, 2004), c’est-à-dire partageant des codes d’interprétation ou des situations concrètes de travail.

Vers des pôles territoriaux d’innovation ?

28Une démarche chaotique pour remettre l’université au centre du processus d’innovation est engagée avec parallèlement :

  • une phase de regroupement avec les PRES (pôles de recherche et d’enseignement supérieur), les RTRA (réseaux thématiques de recherche et de soins), les instituts Carnot ;

  • la loi sur l’autonomie des universités de 2007 (beaucoup plus de pouvoirs aux équipes présidentielles ; une vision managériale du pilotage des universités) ;

  • l’opération de rénovation des campus permettant de distribuer quelques cinq milliards d’euros à une douzaine de PRES afin de les remettre à neuf d’ici 2015-2020.

29Elle est renforcée par le grand emprunt dont les priorités stratégiques identifiées correspondent à un investissement de l’État de trente-cinq milliards d’euros tournés vers l’innovation. Par effet de levier vis-à-vis des financements privés, locaux et européens, l’emprunt national devrait finalement correspondre à un investissement total de l’ordre de soixante milliards d’euros. Près de la moitié de cette somme recouvre explicitement une démarche transversale d’investissement dans l’enseignement supérieur et la recherche : soutenir la transformation de cinq à dix regroupements d’établissements pour en faire des institutions pluridisciplinaires de dimension et de réputation mondiale ; créer quelques campus d’innovation technologique de dimension mondiale (quatre à six). L’autre part de ces investissements, ventilée selon une logique thématique, reflète aussi cette priorité donnée à l’innovation. Elle porte sur des secteurs technologiques où la France détient des positions fortes et qui vont structurer le cadre de vie pour les prochaines décennies.

30Depuis 2009, les choses s’accélèrent avec « l’initiative d’excellence » (IDEX) dont l’objectif est de rationaliser l’enseignement supérieur en encourageant le regroupement des établissements au sein de pôles spécialisés en recherche et formation. Chaque « initiative d’excellence » retenue après appel d’offre regroupera des laboratoires, des instituts de recherche technologique ou des instituts hospitalo-universitaires : une dizaine en province, six en Île-de-France. Les moyens octroyés (de l’ordre de huit milliards) doivent permettre aux nouveaux ensembles universitaires de consolider un périmètre d’excellence et de rayonner.

Les principales caractéristiques de la politique des pôles de compétitivité

Un effort conséquent, ciblé et concentré

Les pôles de compétitivité et l’intervention des agences de financement de la recherche et de l’innovation

31Les pôles de compétitivité ont été mis en œuvre avec l’ambition de mobiliser l’ensemble des politiques d’intervention de l’État et des acteurs publics territoriaux en concentrant, dans l’espace et la durée, l’affectation de moyens publics, humains et matériels, en vue de dessiner une nouvelle carte attractive des activités à fort contenu technologique.

32La politique des pôles de compétitivité a été dotée de moyens importants. Le Fonds unique interministériel (FUI) géré par la Direction générale des entreprises du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Emploi est le principal outil d’intervention dans les pôles de compétitivité. Outre les moyens apportés par le ministère de l’Industrie, ce fonds est abondé par des crédits d’intervention d’autres ministères intéressés. Les agences, quant à elles, ont pour principe d’intégrer la démarche « pôles de compétitivité » dans leur procédure, sans pour autant dévier de leurs propres principes d’intervention. Ces sont :

  • l’Agence nationale de la recherche (ANR) ;

  • l’Agence de l’innovation industrielle (AII), dont le gouvernement a récemment décidé de la fusion avec OSEO-Innovation (ex ANVAR) afin de centrer davantage le rôle du groupe bancaire OSEO sur le financement de l’innovation dans les PME ;

  • la Caisse des dépôts et consignations (CDC) qui finance les pôles – selon ses modalités d’interventions habituelles, en matière d’investissement dans l’immobilier (entreprises et logements des chercheurs) – dans la participation à la réalisation d’infrastructures de communication à haut débit.

33D’importantes contributions financières des collectivités locales de tous niveaux (régions, départements, communautés d’agglomérations) viennent abonder ces moyens pour soutenir tant le fonctionnement des pôles que leurs projets de R & D. À ces aides directes s’ajoutent des exonérations fiscales : exonération d’impôt sur les sociétés à raison des bénéfices réalisés par les activités de l’entreprise qui s’exercent dans la zone R & D du pôle. Les collectivités territoriales peuvent accorder des exonérations supplémentaires de taxe professionnelle et/ou de taxe foncière sur les propriétés bâties. Au total, l’effort financier public est conséquent : un milliard cinq mille euros sur la période 2006-2008, et encore un milliard cinq cent mille sur la période 2009-2011, soit trois milliards d’euros sur six ans. Le rôle du FUI est déterminant notamment au moment du lancement de la politique ; on voit la montée en puissance des agences, notamment de l’ANR.

Tableau 7. L’accompagnement financier public des pôles de compétitivité (en millions d’euros)

Types de crédits

Période 2006-2008

Période 2009-2011

Crédits d’animation (financement de structures de gouvernance et actions collectives)

33

50

Crédits d’intervention de l’Etat (soutien à la R & D par le FUI)

720

600

Moyens d’intervention des agences dont : ANR
OSEO-CDC

587

850.600.250

Exonérations fiscales

160

Total

1500

2350

34Le système d’accompagnement traditionnel de l’innovation est à son tour lui aussi renforcé, avec notamment la réforme du crédit impôt recherche dont le but est de baisser pour les entreprises le coût de leurs opérations de R & D Depuis le 1er janvier 2008, le crédit d’impôt recherche consiste en un taux de crédit d’impôt de 30 % jusqu’à cent millions d’euros de dépenses en recherche et de 5 % au-delà. Les dépenses visées concernent : les dotations aux amortissements des biens et des bâtiments affectés directement à des opérations de R & D, les dépenses de personnel concernant les chercheurs et techniciens, une partie des dépenses de fonctionnement, les dépenses de R & D confiées à des organismes publics et des universités, les dépenses de R & D confiées à des organismes agréés par le ministère de la Recherche tant en France que dans un pays de l’UE. Pour 2010, le montant du crédit impôt recherche en faveur des entreprises est estimé à quatre milliards cinq cent mille euros dont deux milliards huit cent mille euros pour les grandes entreprises et un milliard sept cent mille euros pour les PME.

Un effort ciblé et concentré

35Les pôles de compétitivité regroupent sept mille cent vingt-neuf établissements avec un effectif d’environ sept cent cinquante-sept mille salariés dont deux cent soixante-huit mille cadres, pour une masse salariale de l’ordre de trente-cinq milliards d’euros, ce qui est loin d’être négligeable. La majorité de ces effectifs (93 %) appartient à des établissements contrôlés par des groupes surtout français. Les établissements indépendants qui représentent pourtant 53 % du nombre total d’établissements labellisés ne rassemblent que 7 % des effectifs salariés. Par rapport à l’ensemble de l’économie les pôles couvriraient environ 5 % de l’emploi salarié national et 15 % de l’emploi industriel.

Tableau 8. Tableau de bord des pôles de compétitivité en 2009

Types d’établissements

Nombre

Total salariés (1)

Dont cadres

Établissements indépendants

3772

55.036

18.122

Établissements
contrôlés par des groupes
dont :

3420

701.753

249.909

- groupes français,

473

517.180

189.574

- groupes européens,

473

100.395

28.711

- autres groupes.

327

84.208

31.124

Total

7192

75.689

268.031

(1) Masse salariale en : 34 337 millions d’euros.

Il faut noter une forte concentration de l’effort consenti :

  • sur quelques pôles (dix pôles concentrent 55 % du financement) ;

  • sur des secteurs ciblés. Le positionnement sectoriel des pôles montre que les neuf premiers secteurs concernés représentent 23,6 % de l’ensemble des salariés impliqués dans les pôles de compétitivité. Leur influence est particulièrement forte dans l’aéronautique et le spatial, l’automobile, les composants électroniques, la sidérurgie et la fabrication d’équipements d’aide à la navigation (cf. tableau 9) ;

  • sur quelques régions – dix pôles en Île-de-France, quinze en Rhône-Alpes, soit, près de 30 % des établissements et plus de 40 % des effectifs salariés – ou plutôt sur des métropoles ce qui nous fait dire que le pôle de compétitivité est avant tout un phénomène urbain (cf. carte DGCIS/DATAR, juin 2010) ;

  • en ce qui concerne les PME impliquées, sur celles qui sont sur des créneaux innovants ;

  • sur l’aval du processus de recherche/innovation – les fonds importants alloués par l’État concernent principalement la R & D devant déboucher sur des produits mis sur le marché ou sur des procédés, comme le montre la répartition par catégorie d’outputs (sur les sept cent trente-six projets aboutis fin 2009, les trois quarts concernent ou concerneront à terme des nouveaux produits ou procédés), voir le tableau 10.

Tableau 9. Les neuf premiers secteurs des établissements membres en nombre de salariés, en 2009

Secteurs concernés

Effectifs des salariés concernés

Part des établissements du pôle dans
les effectifs du secteur en %

Construction aéronautique et spatiale

69.023

73,1

Automobile

55.931

40,1

Ingénierie, études techniques

23.564

16,6

Fab. de composants électroniques

6.292

57,5

Conseil en système et logiciel informatique

12.108

7,8

Fab. d’autres équipements automobiles

2.888

18,5

Sidérurgie

2.166

40,1

Fab. d’équipements d’aide à la navigation

8.025

54,1

Fab. de préparation pharmaceutique

4.512

16,3

Total

184.509

Tableau 10. Répartition par catégorie d’outputs des projets aboutis fin 2009

Types de projets

Répartition (en %)

Projets ayant produit de nouvelles connaissances sans application directe

20

Projets ayant produit de la connaissance qui trouvera une application directe dans l’élaboration de nouveaux produits ou de nouveaux procédés

28

Projets ayant abouti à l’élaboration de nouveaux produits ou de nouveaux procédés

49

Autres outputs

3

Outils et gouvernance dans les pôles de compétitivité

Une structure de gouvernance propre

36L’État n’intervient pas dans la gouvernance des pôles et les appels à projets laissent l’essentiel de l’initiative aux acteurs de l’innovation. Comme dans la plupart des autres pays industrialisés, l’État se réserve une capacité d’intervention stratégique qui s’exprime en liaison avec les autres partenaires.

37Les pôles se sont choisis une structure de gouvernance, la plupart du temps sous la forme d’une association régie par la loi de 1901, dont les membres, très souvent regroupés en collèges, représentent les trois composantes principales du pôle (entreprises, laboratoires publics, universités et écoles), et ils se sont dotés d’organes délibératifs dont la composition varie selon les cas (conseil d’administration, comité directeur, bureau…). Ces structures de gouvernance ont un double rôle :

  • conduire l’action du pôle, en veillant à ce qu’il respecte les orientations stratégiques et les thématiques qui lui ont valu d’être labellisé ;

  • procéder à la labellisation des projets de R & D éligibles aux financements de l’État, des agences publiques et des collectivités locales.

Les différentes fonctions de la structure de gouvernance

38La gouvernance est confiée à une équipe d’animation qui doit se fixer des objectifs précis.

  1. Une vision stratégique. En ce sens, pour la période 2009-2011, les pôles de compétitivité doivent se doter d’une feuille de route stratégique à trois-cinq ans précisant les domaines et thématiques du pôle, les objectifs technologiques et les marchés visés, les objectifs de développement du pôle et de son écosystème.

  2. Une politique de ressources humaines ancrée dans le lien avec les institutions de formation et une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences nécessaires.

  3. Des projets de R & D sur des briques technologiques identifiées (cf. exemples récents en encadré 5) et pour leur donner corps, des outils structurants tels que les plates-formes technologiques (cf. encadré 6), des outils de veille ou des outils de mutualisation.

  4. Une structuration du développement commercial, avec mise en commun d’analyses de marche (la démarche marketing prévue par le pôle).

  5. Une visibilité et une stratégie européennes et internationales pour développer des partenariats technologiques (Eureka, PCRD notamment) et attirer des compétences.

  6. Dans certains cas, une politique foncière et d’aménagement de l’espace.

  7. Des outils spécifiques d’appui aux PME, notamment par le secteur financier, du business angel à la banque, en passant par les fonds de capital-risque.

Encadré 5. Exemples de projets aboutis

• Nouveau procédé d’assemblage de bois vert.
• Élaboration de structures textiles à partir d’agro-ressources.
• Vers une chirurgie sans cicatrices.
• Un drome autonome et intelligent pour l’exploitation de fonds marins.
• Développement de vaccins thérapeutiques pour soigner l’hépatite.
• Production optimisée de blé dur dans le Bassin méditerranéen.

Encadré 6. Les plates-formes d’innovation

Les plates-formes d’innovation regroupent des infrastructures et équipements mutualisés de R & D et d’innovation destinés à offrir des services ou ressources (prestations, location d’équipements, etc.). Elles sont ouvertes aux acteurs des pôles, notamment aux entreprises et en particulier aux PME. Elles permettent à une communauté d’utilisateurs d’effectuer des travaux de R & D collaboratifs, des tests, des mises en production de préséries ; elles peuvent servir de laboratoires d’usage ou living labs. Les externalités positives attendues sont nombreuses :

- accroître le nombre de projets innovants ;
- faire émerger des outils de pointe ;
- favoriser l’accès des PME à des infrastructures habituellement réservées aux grandes entreprises en raison du coût important qu’elles supposent et de la difficulté que ces entreprises rencontrent, à leur échelle, pour rentabiliser de tels équipements ;
- favoriser les projets collaboratifs par la mise à disposition de locaux, d’équipements et de personnels de recherche et de techniciens dédiés aux équipes mixtes de R & D et accroître les mises en relation de personnels d’origines très diverses mais partageant des problématiques similaires ;
- renforcer le cœur symbolique des pôles de compétitivité et contribuer à la visibilité et l’attractivité du territoire ;
- accroître l’attractivité du territoire, ces locaux pouvant, par exemple, être ouverts à titre provisoire aux sociétés étrangères souhaitant s’implanter sur place et accélérer ainsi leur implantation.
Une plate-forme d’innovation n’est pas un incubateur, ni une pépinière. Tout projet partenarial n’est pas une plate-forme ; toute plate-forme n’est pas dans l’appel à projet des pôles.

Analyse de cas significatifs

Minalogic et l’écosystème grenoblois

39Minalogic s’inscrit dans le prolongement direct d’une dynamique typiquement grenobloise et trouve ses racines avec l’invention de la houille blanche et de l’hydroélectricité dans les années 1870. Ce territoire est caractérisé par une trajectoire spécifique marquée par de fortes personnalités comme Louis Néel (prix Nobel de physique en 1970) qui est à l’origine de la création du centre d’études nucléaire de Grenoble (CENG), devenu le CEA Grenoble (Therme 2008). C’est dans le domaine de la micro-électronique que la physique a connu à Grenoble son plus brillant essor avec, comme fer de lance, le CEA Leti, créé il y a quarante ans (plus de mille six cents chercheurs et technologues aujourd’hui). Très vite, le Leti s’est engagé dans un couplage étroit avec le monde industriel et dans une politique volontariste d’essaimage qui aboutit à ST Microélectronic et à des leaders mondiaux tels Soitec, Sofradir/Ulis et Tronics. Cette politique d’essaimage et de transfert de l’innovation vers l’industrie est à l’origine de la filière microélectronique régionale qui compte plus de treize mille emplois directs et trente mille indirects. Une nouvelle phase de croissance est initiée dans les années 2000 par le CEA et l’INPG avec le soutien des collectivités locales. Celle-ci se caractérise par :

  • la création du pôle d’innovation en micro et nanotechnologies (MINATEC) ;

  • la mise en place du programme Alliance Crolles 2 axé sur la fabrication de puces basse consommation destinées aux produits informatiques nomades en technologies 32 et 22 nanomètres. Il s’agit du plus grand investissement industriel jamais réalisé en France réunissant et impliquant ST, Philipe et Fresscale ou ST et IBM ;

  • le rapprochement de la filière micro/nanotechnologies avec les acteurs du logiciel implantés de longue date dans le territoire. Il s’agit en effet d’embarquer de plus en plus d’intelligence sur les puces.

40Au total les deux filières représentent trente mille emplois dans une région urbaine de six cent mille habitants. Mais Minalogic ne répond pas uniquement aux enjeux de l’évolution du métier de la microélectronique ; il ambitionne également de doter l’industrie traditionnelle d’atouts compétitifs permettant de lutter contre la concurrence mondiale en déplaçant le combat du terrain des coûts vers celui de la différenciation, grâce à l’innovation technologique et à la création de services associés. Minalogic répond aux nouvelles donnes du moment. Les puces du futur, miniaturisées, intelligentes et communicantes sont appelées à s’intégrer dans une multitude de produits et de services, avec un marché estimé à mille milliards de dollars en 2030.

41Minalogic, en 2008, est constitué de quinze partenaires dont 60 % de PME. Au total, la filière microélectronique a investi en une dizaine d’années quatre milliards de dollars ; l’objectif est d’aboutir à un MIT à la française à travers le projet GIANT, en ciblant trois champs d’application des micro-nanotechnologies : les nouvelles énergies, la santé, les technologies de l’information et de la communication. Cet ensemble représente actuellement six mille chercheurs, six mille étudiants, cinq mille publications et trois cents brevets déposés par an.

Arve-Industrie et la micromécanique de la vallée de l’Arve

42Nous sommes ici en présence d’un système productif localisé qui se rapproche le plus des districts industriels italiens. Ce district industriel couvre une agglomération de quatre-vingt deux mille personnes. Avec sept cents entreprises et vingt et un mille emplois, l’industrie rassemble les deux tiers des effectifs salariés privés. Le SPL dit de « la Technic Vallée » est organisé autour du décolletage qui, avec près de quatre cents entreprises, emploie douze mille personnes environ, ses industries annexes et auxiliaires comprises. La vallée de l’Arve représente environ les deux tiers du potentiel national dans ce type d’industrie composée essentiellement de sous-traitants. Cette industrie qui a connu son essor pendant les Trente Glorieuses trouve son origine dans l’industrie horlogère dont les débuts remontent au milieu du xviiie siècle. Cette industrie fabrique des pièces très diverses et très techniques et des sous-ensembles pour toutes les activités : transports terrestres, aéronautique et spatial, médical, énergies, NTIC, luxe, robotique…

43Malgré des transformations importantes (augmentation de la taille des entreprises, importance croissante des services, développement incontestable du potentiel de main-d’œuvre qualifiée, ouverture à l’international…), l’industrie du décolletage n’a pas su profiter du développement des marchés émergents à cause de son modèle économique dominant fondé essentiellement sur les volumes et les prix ; la différenciation entre entreprises reste importante le long de chaîne de sous-traitance et l’industrie reste très dépendante de l’automobile (60 % du chiffre d’affaires de la profession) ; enfin, les fonds de pension qui se sont portés acquéreurs de 40 % du CA de la profession ont eu une stratégie essentiellement financière qui s’est substituée à la logique industrielle et au détriment de l’expansion du système local. C’est la « décennie perdue » selon l’expression de la profession. Dans la vallée de l’Arve, le mouvement de délocalisation et celui de prise de contrôle convergent pour décider les acteurs locaux à répondre à l’appel d’offre « pôles de compétitivité » (Arve-Industries, dossier de candidature, février 2005). La vallée de l’Arve fait partie des soixante et onze pôles labellisés à l’heure actuelle.

44Délocalisation et prise de contrôle convergent aussi pour donner au pôle de compétitivité un objectif majeur : celui d’accompagner le mouvement des entreprises du SPL vers des évolutions technologiques reposant sur une plus forte diffusion de l’innovation. En même temps, il s’agit de mobiliser tout un environnement porteur de R & D : université de Savoie, écoles d’ingénieurs, Centre technique du décolletage, plate-forme technologique Thésame… Arve-Industries rassemble deux cent soixante-neuf entreprises dont 90 % de PME.

L’action en cours est significative d’une triple évolution :

  • une rapide évolution – au-delà du décolletage – des compétences. Aux savoir-faire en micromécanique s’ajoutent des compétences en plasturgie, découpe, traitement de surface, conception de pièces, de sous-ensembles, assemblage et dans certains cas intégration de systèmes microélectroniques, avec une évolution vers les métiers de la mécatronique ;

  • la définition d’une nouvelle cohérence du système productif local avec la prise en compte des grands fabricants de biens d’équipement ou de consommation dans la vallée ou situés à proximité (SNR, SOMFY, SEB-TEFAL, DASSAULT-AVIATION, BOSH, STAÜBLI, VALEO etc.) ;

  • l’élargissement de l’espace à l’ensemble du département de la Haute-Savoie et le développement de la coopération avec d’autres espaces proches comme Grenoble, la métropole lémanique en Suisse ou le Piémont-Lombardie en Italie.

La stratégie se déploie sur trois fronts :

  • développement d’une culture d’intelligence économique ;

  • des projets de diffusion de l’innovation ;

  • institutionnalisation de l’action.

Le développement d’une culture d’intelligence économique

Celui-ci revêt plusieurs dimensions :

  • Une veille stratégique tout d’abord se développe avec l’Observatoire stratégique de la sous-traitance (OSST) créé lors du premier contrat global de développement. Cette veille se déploie de deux manières : un projet intitulé « externalisation de la sous-traitance » qui concerne l’adaptation des entreprises à la mondialisation ; un second projet, « prospective des marchés de la sous-traitance », sur les secteurs clients.

  • La dimension veille technologique, déjà très importante, va être renforcée avec le CTDEC pour le décolletage, au moyen de partenariats avec d’autres centres de compétences pour les autres domaines.

  • L’intelligence économique concerne aussi les acteurs publics du territoire avec une série de réflexions sur les perspectives de développement de celui-ci dans un contexte de plus en plus mondialisé.

Des projets de diffusion de l’innovation

45Ces projets visent à conforter le positionnement et à accompagner l’évolution des entreprises du système local dans leur relation avec les clients au niveau de l’amélioration de la compétitivité, de l’élargissement des champs de compétences techniques et managériaux, de la montée en valeur des produits et des services et du respect de l’environnement et de la dimension sociale.

46Cette approche vise à faire évoluer les entreprises soit vers le niveau de sous-traitant d’excellence, soit vers le rôle d’assembleur ou de fournisseur de fonctions.

47Ces objectifs ambitieux nécessitent d’intervenir sur trois thématiques : l’innovation en procédés pour contrer la concurrence par les coûts ; l’innovation en organisation (effort en management et amélioration du système d’information) ; l’innovation en conception et en produits nouveaux.

L’institutionnalisation de l’action autour de l’association Arve-Industries

48La démarche de pôle de compétitivité se propose de consolider l’organisation antérieure à travers l’association Arve-Industries en l’élargissant à des grandes entreprises et aux acteurs de la recherche (université, Thesame). C’est à cette association qu’il appartiendra de mettre en œuvre de façon systématique les objectifs et les programmes prévus par le projet de pôle de compétitivité. En même temps, cette institutionnalisation de l’action en faveur de la compétitivité du système productif local doit se traduire en une gouvernance du territoire orientée vers une plus grande attractivité en matière de logement, de transport, de qualité de vie pour les salariés et d’accueil adapté pour les entreprises.

La dynamique enclenchée

49La politique des pôles de compétitivité fait l’objet de commentaires divers et variés, voire très critiques. Ainsi, pour certains (Duranton et alii, 2008), il n’y a pas de miracle à attendre des pôles de compétitivité. En se basant notamment sur l’expérience des SPL en France, ils montrent que les gains en termes de productivité existent bien, et ne sont pas négligeables, mais apparaissent comme des effets secondaires par rapport aux déterminants de la productivité interne de l’entreprise. Surtout, les entreprises prendraient déjà en compte les avantages des clusters dans leur choix de localisation. Dans ce contexte, les politiques publiques en termes de subventions auraient peu d’influence. Cela voudrait dire que les clusters ne se décrètent pas et qu’une politique publique centralisée de subventions aux clusters ne serait pas appropriée car :

  • elle nie la diversité des secteurs dont certains sont peu sensibles aux externalités d’agglomération ;

  • l’État est insuffisamment informé pour choisir les bons secteurs et les bons territoires.

50Cependant, ces auteurs concèdent que, dans le contexte de mondialisation actuel, la géographie doit désormais se mettre au service de la compétitivité et que l’État est encore là pour dessiner cette « géographie efficace ».

Qu’en est-il exactement ? Pour répondre à cette question, on se situera successivement à plusieurs niveaux :

  • un niveau global, macroéconomique, lié à la dimension politique industrielle et technologique des pôles de compétitivité, à partir d’éléments encore partiels ;

  • au niveau de la performance et du comportement des pôles de compétitivité en tant qu’organisation.

Quelques résultats globaux

Les retombées technologiques et économiques

51On dispose des premiers résultats des effets des projets financés dans le cadre du FUI (dgcis, DATAR, nov. 2011). À fort contenu technologique, ces projets visent la mise sur le marché de nouveaux produits ou services ou la mise en œuvre de nouveaux procédés de fabrication. Entre 2005 et 2011, plus de mille projets collaboratifs ont été retenus. Ils représentent quatre milliards neuf cent mille euros de dépenses de R & D et ont mobilisé quinze mille chercheurs. Ces projets ont reçu un financement de un milliard trois cent mille euros de la part de l’État et de l’ordre de sept cent cinquante millions, de la part des collectivités territoriales.

52Les projets soutenus par le Fonds unique interministériel (FUI) concernent un grand nombre de secteurs économiques et des domaines d’application multiples : des technologies de l’information et de la communication (TIC) au transport, en passant par les matériaux, la santé ou l’agroalimentaire. Une des forces des projets collaboratifs est d’allier différentes spécialités autour d’un projet. Ainsi, plus de la moitié des projets associent au moins deux thématiques différentes. 70 % des projets TIC sont ainsi accompagnés d’une autre thématique – transport (30 %), matériaux (18 %), santé, énergies, développement durable, etc.

53L’Île-de-France et Rhône-Alpes représentent respectivement 35 % et 22 % des dépenses de R & D suivies de PACA, Midi-Pyrénées et Bretagne. En 2009, 17 % des établissements membres des pôles étaient de jeunes sociétés de moins de cinq ans et 39 % des dépenses de R & D concernaient les PME.

Les relations avec la recherche publique

54En ce qui concerne les relations avec la recherche publique, il est désormais acquis par les acteurs de l’innovation (recherche publique, entreprises) que le pôle est un bon catalyseur pour la mise en relation des partenaires et un interlocuteur de choix quand il s’agit de trouver des partenaires manquant lors du montage d’un projet (cf. étude Erdyn Consultants 2010). Si bon nombre de relations entre laboratoires et grandes entreprises industrielles préexistaient avant 2005, les pôles ont toutefois permis aux grands groupes de découvrir des laboratoires (et inversement) avec lesquels ils n’avaient encore jamais collaboré (pour la plupart, des laboratoires jusqu’alors « cachés » c’est-à-dire n’ayant pas ou peu d’expérience de la recherche partenariale). Mais le résultat le plus cité de l’« effet pôles » est qu’il a surtout permis de nouer des contacts nouveaux entre la recherche publique et le tissu des PME. Après une nécessaire acculturation, ces relations sont bien vécues par les deux parties : les chercheurs apprécient ces relations souvent plus simples en termes de circuit de décision, même si elles nécessitent un échange plus approfondi pour bien caractériser le besoin et transformer les questionnements en sujets de recherche.

55En termes de retombées sur la production de connaissances, compte tenu de l’objectif premier des pôles, il ne faut pas s’attendre à des effets importants. De plus, dans ce domaine il est difficile de mesurer un tel impact. Une étude récente (cf. étude Erdyn Consultants juin 2011) concernant soixante laboratoires publics estime à 12 % la part des publications et à 14 % la part des brevets déposés qui seraient en lien avec les pôles de compétitivité.

L’impact sur la formation

56Jusqu’à ce jour, l’impact des pôles sur la formation reste faible, voire inexistant. La formation, et plus largement les ressources humaines, apparaissent comme des enjeux dont les pôles ne se sont pas encore saisis dans leur majorité. Cette question est délicate à traiter, notamment dans le contexte français où toute innovation est supposée couler de l’amont (scientifique) vers l’aval (le marché). Si l’innovation se nourrit souvent des avancées scientifiques, elle est bien plus une réponse aux attentes du marché.

57Le pôle de compétitivité est un dispositif dont le sens est de constituer un foyer d’innovation. Mais la capacité effective d’innovation des pôles de compétitivité et leur réussite durable dépend de leurs possibilités de mobiliser, en nombre et en qualité, des ressources humaines qualifiées, à tous les niveaux, aptes à permettre à la fois (cf. Maury, 2008) :

  • un bon fonctionnement du pôle en tant que système d’innovation sous l’angle de toute une série de fonctions (veille, stratégie, propriété industrielle, analyse des marchés, financement de l’innovation, etc.) ;

  • une maîtrise supérieure, dans le champ d’exercice du pôle, des compétences scientifiques, technologiques ou professionnelles assurant, au minimum, un terreau favorable à l’innovation, au mieux un véritable foyer d’excellence, reconnu et respecté.

58Les besoins en compétence des pôles se situent ainsi sur deux plans complémentaires : le premier, plus collectif, en rapport avec le bon management du pôle en tant que tel ; le second lié à la volonté stratégique du pôle de réunir les ressources spécifiques assurant la construction d’un avantage concurrentiel significatif. Cela veut dire que même s’ils sont directement intéressés par les diplômés issus de l’appareil de formation, les pôles doivent s’assumer comme entités qualifiantes.

59Ainsi, on peut dire que la question pour les pôles se pose moins en termes de formation qu’en termes de compétence, avec comme conséquence que les compétences les plus stratégiques et les plus distinctives doivent être développées en interne. Ce constat souligne l’importance pour les pôles de se constituer en structures qualifiantes et non pas uniquement en prescripteurs vers l’extérieur. Au vu de ce qui se passe dans certains cas, cette fonction mutualisée passe :

  • par la formation des doctorants dispensée par les laboratoires du pôle, pour les compétences scientifiques ;

  • par des plates-formes de transfert, pour certaines compétences techno-logiques (par exemple techniciens de salles blanches ou des animaleries de laboratoires) ;

  • par la mise en place de structures d’échanges au sein des communautés, pour les compétences professionnelles (liées aux métiers de l’entreprise au sens large).

60Cette structure qualifiante implique l’existence et le développement en talents (grands scientifiques et/ou grands ingénieurs).

Les pôles de compétitivité et l’innovation dans les PME

61La politique des pôles de compétitivité marque une rupture dans la politique d’appui aux PME en matière d’innovation, qui était restée jusque là largement fondée sur des mesures d’accompagnement individuel. À travers les pôles de compétitivité, elle invite les PME à participer à la construction de véritables écosystèmes sur des thématiques porteuses couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur.

62Les PME s’impliquent de façon croissante dans les pôles : cinq mille trois cents environ adhéraient fin 2009 aux pôles, contre deux mille au départ en 2005 ; c’est près du tiers des projets labellisés par les pôles qui sont portés par des PME. Les deux tiers des projets labellisés impliquent au moins une PME. Mais il reste encore beaucoup à faire pour élargir la participation au-delà des PME technologiques déjà sensibilisées à l’innovation et habituées à travailler sur des projets avec les grandes entreprises. Ceci est d’autant moins facile que le dispositif national de financement des projets reste encore très compliqué du point de vue des PME. Cependant, au vu de certaines expériences, des voies d’amélioration se dessinent. Celles-ci consistent :

  • à prendre en compte de la spécificité des PME afin de mieux les intégrer au fonctionnement des pôles (implication à travers leur représentation au sein de la gouvernance et de l’animation des pôles, et prise en compte des priorités stratégiques et de R & D des PME, ainsi que de leurs compétences) ;

  • à utiliser l’effet cluster, à l’image des districts italiens ou des réseaux de compétences allemands, comme facteur de visibilité sur les marchés ; c’est-à-dire faire bénéficier à un ensemble de PME, y compris non technologiques, de l’effet d’entraînement de projets collaboratifs avec des grands groupes, d’autres PME ou des laboratoires. En même temps les pôles peuvent proposer des services spécifiques dans les domaines de l’intelligence économique et de la veille économique et technologique ;

  • à développer des actions plus individualisées pour lever les obstacles à l’implication des PME dans les projets collaboratifs de R & D – en matière de propriété intellectuelle, d’ingénierie financière et de montage de projets.

63Un autre aspect de l’appui aux PME en matière d’innovation concerne le développement de relations entre les pôles de compétitivité et les grappes d’entreprises. Début 2010, une quarantaine de grappes d’entreprises, principalement constituées de PME/TPE, ont mis en place des partenariats avec des pôles de compétitivité intervenant dans des activités similaires (DATAR, automne 2010). Il s’agit d’actions (souvent formalisées par une convention) qui sont mises en œuvre de manière commune et/ou coordonnée entre une grappe et un pôle.

64En conclusion sur cette question de l’apport des pôles en matière d’innovation dans les PME, on peut dire qu’il y a encore beaucoup de progrès à faire. Mais au-delà, semble-t-il, il s’agit de mieux intégrer la logique des pôles dans les stratégies de développement économique et d’innovation des territoires avec, notamment, une plus grande convergence des politiques de soutien à l’innovation.

Des performances à apprécier selon la diversité des typologies des pôles

65Les pôles de compétitivité, bien que résultant tous du même cahier des charges d’un appel à projet, apparaissent eux-mêmes fort divers, et leurs frontières avec d’autres clusters français, tels que les grappes d’entreprises et les pôles régionaux, ne sont pas toujours claires. Pour explorer cette diversité on s’intéressera ici à deux propositions de typologie des soixante et onze pôles de compétitivité construites récemment.

Une typologie liée à la labellisation de pôles

66On se référera tout d’abord à une approche effectuée sur la base des rapports d’évaluation des pôles de compétitivité réalisés par la BCG et CM International en juin 2008 (cf. thèse de Myriam Matray, 2010). Une classification globale peut être esquissée en croisant les deux critères qui semblent être à la base des pôles de compétitivité : leur degré de visibilité et leur degré de cohérence et de synergie interne. Cette combinaison de critères résume grossièrement la force ou la faiblesse des pôles.

Tableau 11. Typologie des pôles de compétitivité liée à la labellisation

Variable force visibilité

Fort Groupe 1

Moyen Groupe 2

Faible Groupe 3

Total

Nationale

24

17

13

54

À vocation mondiale

9

1

0

10

Mondiale

6

1

0

7

Total

39

19

13

71

Source : d’après M. Matray ibid.

67Cette typologie montre bien qu’une minorité de pôles (dix-sept) correspondent à la conception des pôles de compétitivité du rapport de Christian Blanc. Les pôles de compétitivité du groupe 1 sont les plus visibles, encadrent le plus de projets (trente-trois en moyenne par an, contre vingt pour les autres groupes), sont concentrés dans les métropoles et ont tendance à avoir le plus d’établissements et sont davantage dans des secteurs de haute technologie.

Une typologie liant structure et performance

  • 2 Cette note de la lettre de l’Observatoire des pôles de compétitivité résume une étude effectuée par (...)

68La deuxième approche consiste à lier structure du pôle et performance (Fixari et Gallie 2011)2. Cette typologie établit des catégories à partir d’indicateurs de structure : part des PME, nombre de groupes étrangers, part des entreprises indépendantes, nombre de salariés, part du secteur dominant, etc. Puis elle s’intéresse particulièrement aux performances de ces catégories : compétitivité (pourcentage de PME exportatrices…), innovation (brevets/entreprise…), amélioration des pratiques collaboratives, création d’emploi.

69Le traitement statistique aboutit finalement à cinq classes « homogènes », auxquelles ont été donnés les noms, neutres, de fruits, et dont les grands traits sont résumés en quelques mots. Ces grands traits sont tirés des indicateurs pour lesquels les valeurs sont, dans la classe, nettement supérieures (ou inférieures) à la moyenne des soixante et onze pôles. Le tableau suivant présente ces classes, caractérise pour chacune leur type de structure et de performance, et donne des exemples de pôles pour chaque classe.

Tableau 12. Structures et performances des pôles de compétitivité (2008)

Classes

Structures

Principales performances

Exemples

Pomme (6) « mixtes »

PME peu spécialisées

Emploi

Images et réseaux
Cancer Bio Santé

Cerise (2) « majeurs »

Taille importante

Dans la moyenne partout

Systém@tic
Aerospace Valley

Orange (16) « systèmes d’innovation locaux »

Type « districts industriels italiens »

Innovation

Lyon Biopôle
Alsace Bio Valley

Prune (9) « de production, ouverts »

Avec grands groupes, main-d’œuvre souvent peu qualifiée

International

Cosmetic Valley
Valorial

Myrtille (28) « systèmes de sous-traitance »

« Districts » à main-d’œuvre souvent peu qualifiée

Compétitivité

Prod’innov
S2E2

Source : Observatoire des pôles de compétitivité

70On constate que, selon les auteurs de cette typologie, aucun type de pôle n’excelle dans tous les registres (compétitivité, innovation, emploi) et que chaque type semble « attiré » particulièrement par un type d’objectifs – sauf les deux pôles majeurs « cerise » (Systém@tic, Aerospace Valley), qui ont des performances dans la moyenne sur tous les objectifs. Ainsi, on voit des pôles réussissant plutôt sur l’emploi (« pomme ») et d’autres sur l’innovation (« orange »), types de performances qui ne sont donc peut-être pas toujours corrélées, alors que la politique des pôles est fondée sur l’idée que les projets de R & D tirent les innovations, qui, à terme, tirent l’emploi.

71Les objectifs assignés aux pôles étant multiples, comment ces derniers établissent-ils un ordre de priorité pour les atteindre ? On constate en tout cas que tous les pôles qui ont été délabellisés appartiennent à la classe « myrtille » (districts à main-d’œuvre souvent peu qualifiée). En revanche, il n’existerait pas de lien entre la structure telle qu’elle est décrite ici et le label des pôles, « mondial », « à vocation mondiale » ou « national » : on trouve des pôles de tous labels dans toutes les classes.

L’importance des caractéristiques héritées des pôles

72La diversité des contextes de création auxquels sont confrontés les pôles de compétitivité ne leur permet pas d’adopter les mêmes stratégies, et la plus-value apportée par leur management est difficile à apprécier si l’on ne prend pas en compte cette diversité (Fixari et Gallie 2011). D’où l’idée de construire des catégories au sein desquelles les contextes soient suffisamment proches.

  • 3 La note est un résumé de l’étude faite par Emilie Pailine Gallie, IMRI, Paris Dauphine ; Valérie Mé (...)

Une typologie des pôles de compétitivité labellisés en 2005 a été ainsi construite à partir de trois ensembles de caractéristiques héritées à leur naissance3 :

  • types de membres : nombre d’établissements d’entreprises membres, coefficient de concentration territoriale du pôle, part des PME membres du pôle parmi les entreprises membres, part des organismes de recherche et des universités parmi les membres du pôle, part des grandes entreprises (plus de deux mille salariés) parmi les membres du pôle ;

  • ressources disponibles sur le territoire : PIB du territoire du pôle, poids de la dépense de R & D dans ce PIB, la part réalisée par les entreprises, dont celle des PME, budget consacré à la R & D par les collectivités territoriales sur le PIB du territoire du pôle ;

  • adéquation des ressources au territoire : poids national du territoire dans les thématiques du pôle, degré de spécialisation du territoire dans les thématiques du pôle, adéquation relative du territoire du pôle par rapport aux autres régions.

73Dans cette démarche, l’accent est ici mis sur les ressources en R & D du territoire et leur adéquation aux thématiques du pôle, ce qui renvoie à une préoccupation majeure de la politique des pôles : faire jouer aux pôles le rôle d’usine à projets de recherche collaboratifs. Mais les indicateurs d’adéquation des ressources disponibles n’existant pas, un travail très difficile a été fourni pour rapprocher les champs sémantiques des présentations des projets ANR et FUI du pôle de ceux des classes de brevets. Ces projets donnent en effet une indication plus fiable des thématiques réelles d’un pôle que les textes généraux de présentation.

74Cette méthode originale permet ainsi d’établir les profils technologiques des pôles et de voir, ainsi, si le pôle est implanté sur le territoire offrant en France le plus de ressources technologiques dans ses thématiques de recherche, et si le territoire est fortement spécialisé dans les thématiques du pôle. Les pôles ont été répartis pour définir finalement six classes homogènes de pôles, notées, de façon neutre, A, B1, B2, C1, C2, D (cf. tableau 13).

75On constate que le classement en pôles mondiaux, en pôles à vocation mondiale et en pôles nationaux se révèle largement indépendant des classes de cette typologie même si, comme on pouvait s’y attendre, les pôles mondiaux et à vocation mondiale sont relativement plus nombreux dans les pôles des classes C (ressources abondantes). On constate également que 80 % des pôles des classes C et D ont, selon CMI-BCG, atteint leurs objectifs tandis que 71 % des pôles de la classe A ne les ont atteints que partiellement. À l’inverse, les pôles auxquels CMI-BCG recommandait une reconfiguration en profondeur sont surreprésentés dans les classes B où l’on trouve cinq des six pôles finalement délabellisés.

Tableau 13. Une typologie des caractéristiques héritées des pôles

Classe

Caractéristiques héritées Structures

Exemples Ressources territoriales

A (7)

Dominés par de grandes organisations

Ressources locales et adéquation moyenne

Cancer Bio Santé, Lyon Biopôle

B1 (10)

Dominés par la recherche publique

Ressources locales et adéquation faible

MAUD Cosmetic Valley

B2 (24)

Dominés par les PME

Ressources locales et adéquation faible

Prod’Innov, Vegepolys

C1 (6)

Ressources locales très fortes

System@tic, Mov’eo

C2 (9)

Dominés par les grandes entreprises

Ressources locales fortes

I Trans, Minalogic

D (9)

Dominés par les PME

Adéquation des ressources bonne

Aerospace Valley, Images et réseaux

Source : Observatoire des pôles de compétitivité

76Cette typologie devrait permettre d’étudier en quoi les caractéristiques initiales du pôle contribuent à expliquer les différences de performance et de comportement de celui-ci. Par exemple :

  • Comment les pôles B (avec ressources locales et adéquation faible) peuvent-ils corriger la faible adéquation entre leur thématique et les ressources technologiques territoriales ? Doivent-ils systématiquement accéder, à distance, aux ressources technologiques nécessaires ?

  • Les pôles A, dans lesquels le poids des grandes entreprises et des organismes de recherche est élevé, ont-ils des performances supérieures en matière de création d’entreprises via les spin-off ?

  • Comment les pôles A et C2, fortement structurés par la présence de grandes entreprises et de donneurs d’ordre, permettent-ils le développement d’un tissu prospère de PME, notamment les fournisseurs de technologie ?

77On voit que les conditions de départ sont importantes et que la faiblesse des ressources locales et/ou l’adéquation imparfaite des ressources du territoire par rapport à la thématique du pôle peut être un handicap important. En quoi celui-ci peut être compensé par des collaborations entre pôles, et de quelle nature doivent-elles être ? Il y a une diversité de situations saisie à un moment donné. Existe-t-il des dynamiques d’évolution faisant passer les pôles d’une classe à une autre ? Il apparaît important d’analyser alors les pôles dans une perspective dynamique et non seulement à un instant donné.

Pôles de compétitivité et territoire

La notion de territoire fait partie intégrante de la logique des pôles de compétitivité

78La notion de pôle de compétitivité fait du territoire le cadre organisationnel d’une meilleure articulation entre territoire et innovation, dans la mesure où le territoire est présenté comme la base d’une coopération entre entreprises, laboratoires, universités (production, R & D, transfert de technologie et formation). Au stade actuel de l’évolution du modèle de développement, l’économie relationnelle située joue un rôle croissant et ceci dans un cadre de plus en plus urbain et métropolitain (Veltz 2002).

79Mais la ville et le territoire sont plus qu’un simple réceptacle d’activités ou fournisseur « inconscient » d’externalités comme dans la théorie des pôles de croissance constitués autour de firmes motrices – Turin avec Fiat ou Détroit avec Général Motors –, ils sont productifs en tant que tels (Pecqueur 2008). En ce sens le territoire n’est pas une simple variable de développement, il participe à un processus de révélation des ressources lorsque les acteurs se mobilisent pour résoudre des problèmes inédits.

80Ces ressources résultent d’une histoire longue, d’une accumulation de mémoire, d’un apprentissage collectif cognitif. Ainsi, Minalogic ne peut pas se comprendre s’il n’est pas situé dans l’écosystème grenoblois des micro-nano et sciences et technologies qui se caractérise à la fois par les avancées de la miniaturisation et par le fait que dans ce processus, sciences et technologies interagissent de façon de plus en plus étroite (Belakhosky, Thoulouze, 2011).

81Les micro-nano et sciences et technologies se situent au confluent de la physique, de la chimie, de la métallurgie, de la cristallogenèse, de l’électromagnétisme, de l’optique, du traitement de la parole et de l’informatique. Grenoble était préparée depuis longtemps à ces convergences. C’est la raison pour laquelle elle constitue aujourd’hui un pôle international des micro-nano et sciences et technologies. Le triptyque formation-recherche-industrie trouve ici à nouveau sa pertinence, voire son dépassement sur la base de relations souvent construites sur des relations non monétaires et informelles, qui composent une « atmosphère industrielle » au sens où l’entendait Marshall. Plus précisément, le sentiment d’appartenance, à un lieu, à un métier, à une communauté scientifique, et la culture d’entreprise sont de telles ressources.

Pôles de compétitivité et avantage différenciatif

82Les délocalisations actuelles dans le cadre de la globalisation tendent à jouer sur un mécanisme de recherche de coûts faibles en séparant les populations productrices des populations consommatrices. Dans un contexte où les échanges se font de moins en moins entre les États-nations, mais plutôt entre les régions, c’est-à-dire des agglomérations de grande taille, le modèle de type ricardien de l’échange international à base « d’avantages comparatifs » est remis en cause.

83Dans ce cas, dans l’économie contemporaine, la solution au problème consiste à différencier le produit pour qu’il devienne spécifique et donc échappe à la concurrence. C’est bien le cas de Minalogic dont l’objectif explicite est de déplacer le combat du terrain des coûts vers celui de la différenciation grâce à l’innovation technologique et à la création de services associés (Therme, 2008). Les acteurs doivent alors mobiliser des savoir-faire et des compétences qui vont au delà d’une simple spécialisation industrielle. Les micro-nano technologies, en étant le produit de croisement des technologies clés de la biologie, de la santé, des logiciels, des nanosciences, de l’énergie et des matériaux, sont dans une toute autre logique que celle de la spécialisation caractéristique du district industriel classique. On retrouve cette idée dans le contexte plus traditionnel de la vallée de l’Arve, où les projets d’innovation tant technologique qu’organisationnelle doivent éloigner le système local du terrain de la concurrence par les coûts (de main-d’œuvre) et le mener vers une diversification à travers une évolution vers un pôle de la mécatronique à la française grâce au rapprochement avec les grands fabricants d’équipements et les universités de la région.

Une autre conception de l’action publique

84On le voit, on ne peut pas réduire les pôles compétitivité à la seule dimension de la productivité et, pour une bonne part, ils renvoient à des spécificités locales. Cela veut dire qu’on passe d’une offre d’entreprises à une offre de site qui ne se réduit pas à la somme des entreprises présentes sur celui-ci, mais s’étend à tous les acteurs mettant en mouvement (comme producteur collectif) un nouveau processus de développement. Comme on le constate pour les nouvelles technologies à Grenoble, pour la métamorphose de la micromécanique en mécatronique en vallée de l’Arve, le territoire inscrit son évolution dans le temps : on est en présence d’une trajectoire de bifurcation qui infléchit la recherche, la production, les manières de produire et les stratégies collectives afin que le territoire s’adapte à la mondialisation (ce qui est très marshallien).

85L’analyse plus globale des pôles montre bien que ce sont ceux qui ont au départ des ressources faibles ou peu adaptées à leur thématique qui sont le plus handicapés dans leur évolution, sauf s’ils compensent cet handicap par un approvisionnement à distance de ressources en R & D et en compétences distinctives. Dans ces conditions, on distingue très bien le double rôle de l’action publique :

  • comme effet de levier en enclenchant une dynamique grâce aux appels à projets ;

  • comme accompagnement des trajectoires de bifurcation mises en œuvre dans les pôles de compétitivité.

Conclusion

La politique des pôles de compétitivité procède finalement d’une double démarche :

  • une logique découlant d’une vision stratégique de l’État en matière de recherche et d’innovation fournissant un cadrage général avec une tentative de refonte du système de l’enseignement supérieur et de la recherche et une réforme des outils d’appui à l’innovation ;

  • une logique d’accompagnement et d’appui de contextes locaux favorables à l’innovation.

86Dans ce cadre, la politique des pôles de compétitivité a créé une dynamique. Par bien des côtés, et à quelques exceptions près, les pôles représentent une avancée dans la mise en place de projets co-construits au plus près des besoins du monde socio-économique : collaborations locales, construction de projets collaboratifs, participation à des projets ambitieux. Cependant, ses outils sont perfectibles et adaptables. Mais pour réussir, les pôles ont, avant tout, besoin de continuité et d’une visibilité d’un soutien public qui accompagne au mieux la définition et la mise en œuvre de leur stratégie propre.

87On voit bien, par ailleurs, que dans le cadre général de l’appel à projet, se dessine une diversité des évolutions de telle sorte qu’on s’éloigne de la typologie de départ à trois niveaux (mondial, à vocation mondiale, national) fortement liée au processus de labellisation. Finalement chaque pôle vit sa propre trajectoire qui consiste à renouveler l’atmosphère industrielle, tout en négociant les bifurcations nécessaires. Mais, au-delà, si on veut que l’expérience réussisse il semble qu’il faille mieux intégrer la logique des pôles dans les stratégies de développement économique et d’innovation des territoires (métropole, région) avec, notamment, une plus grande convergence des politiques de soutien à la recherche et à l’innovation.

Notes

1 Une entreprise européenne sur quatre travaille dans un environnement cluster. Les secteurs les plus concentrés géographiquement sont généralement parmi les plus compétitifs, sur le plan des échanges, de l’économie française (Lallement et alii, 2002).

2 Cette note de la lettre de l’Observatoire des pôles de compétitivité résume une étude effectuée par Caroline Hussler, Université de Strasbourg (BETA) et Université de Technologie de Belfort, et Jean-Paul Villette, (BETA)

3 La note est un résumé de l’étude faite par Emilie Pailine Gallie, IMRI, Paris Dauphine ; Valérie Mérindol, OST ; Thierry Weil, CERNA Mines Paris Tech. ; Philippe Caillou, LRI, Université d’Orsay.

Auteurs

Professeur émérite
Université Pierre Mendès France – Grenoble-II
claude.courlet@upmf-grenoble.fr
Chercheur, professeur à l’université Joseph-Fourier – Grenoble-I
bernard.pecqueur@ujf-grenoble.fr