Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations, territoires et arrangements coopératifs

 | 
Sonia Maria Karam Guimarães
, 
Bernard Pecqueur

Première partie. Territoire et innovation

Innovation et territoire ou l’histoire d’une relation particulière

L’exemple de Grenoble

Claude Courlet

Résumé

Pour la technologie, comme pour la recherche fondamentale, l’apprentissage est un produit de l’activité. Il y a donc du savoir tacite dans l’activité même de recherche. Tout cela confirme l’importance de la proximité géographique entre acteurs économiques et incite à tenir compte du poids des réseaux spatialisés de connaissances. On trouve cette idée dans très nombreux travaux qui s’appuient sur l’observation des regroupements dits « high tech » dans les villes (Sillicon Valley, Route 128, Grenoble, Toulouse etc.), et qui se résument autour de la notion de milieux innovateurs.

Plus récemment, cette idée est considérablement enrichie par l’économie du savoir et de la connaissance pour transformer radicalement les approches traditionnelles du développement. Les tenants des théories du savoir et de la connaissance considèrent que le « savoir » a remplacé les ressources naturelles et le travail physique comme outil du développement économique. Dans ce nouveau contexte, les villes et le territoire sont les bases pour attirer les talents nécessaires à la création et à l’innovation.

La théorie des milieux innovateurs et les investigations récentes de l’économie de la connaissance fournissent une grille de lecture intéressante pour aborder l’analyse de cas concrets sur longue période : c’est ce que présente ce chapitre en prenant l’exemple de Grenoble en France.

Le chapitre montre tout d’abord en quoi Grenoble est un territoire innovant, pour aborder ensuite l’analyse de sa trajectoire scandée par de fréquentes bifurcations.

Placée en effet dans le cadre de cette problématique, l’agglomération de Grenoble est un « village » dans le réseau mondial des sciences et des technologies. Elle est le produit d’une histoire exemplaire et présente toutes les caractéristiques d’un milieu innovateur. Sa dynamique de longue période est liée à la mise en place d’effets relationnels qui se construisent et doivent se renouveler dans le temps avec des processus de rupture/bifurcaction liées aux enjeux de l’économie de la connaissance.

Tout au long de l’histoire, on constate le rôle des réseaux entre acteurs ; on parle d’effets relationnels. Mais cela n’est pas automatique et l’histoire de Grenoble est marquée par des phases de stabilité et des phases d’instabilité. On constate des systèmes d’alliances entre des catégories d’acteurs, qui certes, peuvent avoir des conflits entre eux, mais qui parviennent cependant à adopter un point de vue commun et à le défendre à l’extérieur du territoire grenoblois.

Texte intégral

Introduction

1Parallèlement aux externalités qui affectent la fonction de production dans les districts industriels et les systèmes productifs localisés, il y a des externalités opérant dans des réseaux de connaissances. Informations et connaissances s’échangent difficilement ou sont très coûteuses à transmettre malgré les grands progrès des technologies de l’information. Les connaissances parmi les plus utiles restent du domaine du tacite et se transfèrent par contacts. Des firmes proches géographiquement ont plus de chances d’échanger des connaissances formelles ou informelles. Pour la technologie, comme pour la recherche fondamentale, l’apprentissage est un produit de l’activité. Il y a donc du savoir tacite dans l’activité même de recherche. Tout cela confirme l’importance de la proximité géographique entre acteurs économiques et incite à tenir compte du poids des réseaux spatialisés de connaissances. On trouve cette idée dans de très nombreux travaux qui s’appuient sur l’observation des regroupements dits « high-tech » dans les villes (Sillicon Valley, Route 128, Grenoble, Toulouse, etc.), et qui se résument autour de la notion de milieux innovateurs.

2Plus récemment, cette idée a été considérablement enrichie, par l’économie du savoir et de la connaissance, pour transformer radicalement les approches traditionnelles du développement. Les tenants des théories du savoir et de la connaissance considèrent que le savoir a remplacé les ressources naturelles et le travail physique comme outil du développement économique. Dans ce nouveau contexte, les villes et le territoire sont les bases pour attirer les talents nécessaires à la création et à l’innovation.

3La théorie des milieux innovateurs et les investigations récentes de l’économie de la connaissance fournissent une grille de lecture intéressante pour aborder l’analyse de cas concrets sur longue période : c’est ce qu’on fera en prenant l’exemple de Grenoble en France.

La théorie des milieux innovateurs

4Les principes généraux de cette approche peuvent être regroupés autour de deux axes :

  • le progrès technique n’est pas un facteur résiduel, mais endogène, explicatif de la croissance ;

  • il y a une remise en cause radicale du caractère universel de l’innovation pour la contextualiser dans l’environnement. Cela se traduit par :

    • la critique de la conception fonctionnelle du progrès technique (innovation définie par paramètres techniques d’application universelle),

    • une vision territorialisée de l’innovation vue comme création d’un milieu comme réponse au besoin de développement local (Aydalot, 1986),

    • des caractéristiques spécifiques d’un processus d’innovation (processus non linéaire, importance des externalités non marchandes, effets de proximité spatiale).

5Cette approche permet de valoriser les aspects territoriaux de l’innovation dans la mesure où la proximité spatiale est essentielle dans le processus d’apprentissage, notamment quand on est en présence de connaissances tacites et non codifiées. Le contact personnel, une longue habitude de discussions spontanées, la réaction commune à tel problème, la capacité de se comprendre à demi-mot permettent d’exploiter des informations non codifiées et génèrent des synergies et des opportunités d’interactions amplificatrices qui sont de loin supérieures à celles qui résultent des échanges à travers des interfaces-machines. Pour une synthèse, voir Camagni, Maillat (2006).

Le progrès technique, comme processus, a besoin de proximité :

  • il est évolutif, irréversible et indépendant du chemin suivi, déclenché par le comportement d’acteurs économiques explorant seulement une petite partie des actions théoriques possibles, c’est-à-dire la partie liée aux décisions préalables d’adoption technologique et au savoir-faire accumulé ;

  • il est fondé sur un apprentissage cumulatif et débouchant sur la création technologique plutôt que sur la simple adoption de modèles d’innovation existants ;

  • il est non interprétable à la lumière d’un paradigme d’optimalité. Son caractère de dépendance du chemin suivi et les non linéarités présentes dans le processus d’apprentissage opposent des obstacles puissants à l’introduction d’autres technologies, théoriquement plus efficaces, une fois dépassé le point de bifurcation dans le développement d’une certaine technologie – des effets de type cumulatif renforcent alors cette trajectoire et limite la possibilité d’autres parcours.

L’innovation comme processus risqué a besoin de proximité :

  • le milieu défini comme un ensemble de rapports territorialisés d’acteurs peut être un lieu important de réduction de l’incertitude en dehors et avec l’entreprise. Le milieu ou l’espace local est un acteur collectif visant la réduction de l’incertitude. Il est en mesure d’exercer, de façon surtout tacite, les fonctions nécessaires : l’exploitation collective d’informations, la signalisation, la sélection, le transcodage et le contrôle de celles-ci ;

  • au total, la proximité et la territorialité jouent un rôle important dans la réduction de l’incertitude et expliquent pourquoi le rythme de création et de diffusion des technologies est plus rapide dans ces espaces particuliers que sont les aires métropolitaines, les districts industriels, les vallées, les corridors, les routes et les parcs ;

  • l’innovation n’est pas seulement technologique. C’est l’intelligence de la combinaison des ressources qui fait la différence entre les territoires qui gagnent et ceux qui perdent.

Économie de la connaissance et territoires

6L’analyse des milieux innovateurs se focalise sur le processus d’innovation sans être attachée à une conception particulière de l’économie. La learning region, quant à elle, est issue du courant nordique de la learning economy axée sur la connaissance et l’apprentissage. On peut dire que les travaux sur les villes créatrices se rattachent aussi à cette veine de pensée.

7L’économie de l’innovation s’insère dans la société de la connaissance dont elle est un des piliers et où connaissance, créativité et innovation constituent des éléments fondamentaux du nouveau modèle socio-économique. La production et l’appropriation de connaissances sont à la base de la dynamique de la croissance et du développement et, dans ce cadre, territoire et innovation acquièrent un nouveau sens.

Learning economy et régions apprenantes

8Le passage à un capitalisme intensif en connaissance dépasse la stratégie individuelle des firmes. Ceci implique la mise en place au niveau régional d’un certain nombre d’éléments (infrastructure et autres intrants) sur lesquels les entreprises peuvent s’appuyer. La nature de cette transformation fait de la région l’élément clé de la globalisation. L’émergence des régions intelligentes n’est pas simplement le fait de déplacer la politique de formation et d’innovation du niveau national au niveau régional, c’est beaucoup plus. Les régions intelligentes se caractérisent par un triple processus (Maillat, Kébir, 2006) :

  • un processus de mise en œuvre territoriale de l’innovation. Les régions intelligentes sont celles qui favorisent les effets de proximité favorables et essentiels à l’innovation. Le cadre institutionnel (règles, habitudes, confiance) joue de ce fait un rôle essentiel. Il doit être adéquat à la mise en œuvre du processus d’interaction entre acteurs ;

  • un processus de territorialisation des entreprises. Les auteurs qui traitent de cette question font souvent référence aux districts industriels pour souligner l’importance du rôle de la proximité et de l’organisation de type horizontal ;

  • un processus complexe d’apprentissage.

Les villes créatrices

9Il s’agit d’un courant de recherche selon lequel la nouvelle économie globale s’articule autour des réseaux de villes, ce qui assigne à celles-ci un rôle stratégique dans le modèle de développement contemporain (Sassen, 1991). La redécouverte de l’importance stratégique des villes constitue une partie intégrante de l’intérêt porté à la dimension territoriale de la croissance économique et aux théories qui lient la dynamique territoriale avec les processus d’innovation et d’apprentissage. La territorialité des processus d’innovation transforme les contextes urbain et régional en éléments décisifs dans la constitution d’avantages compétitifs des entreprises qui se construisent dans le cadre de la nouvelle économie de la connaissance. Sont alors identifiées les caractéristiques principales de l’environnement compétitif des agglomérations urbaines les plus dynamiques :

  • une infrastructure formelle de connaissance composée de ressources technologiques et scientifiques (universités, laboratoires de recherche, instituts techniques, organisation de transfert de technologique, réseaux de télécommunication, etc.) – ce que ce certains appellent « l’infrastructure dure » ;

  • une infrastructure, dite « molle », qui inclut les réseaux sociaux et les espaces jugés essentiels pour attirer le capital humain intellectuel.

10Avec Florida (2003), une autre dimension du contexte urbain innovateur est évoquée. Pour cet auteur, il existe au sein de la société de connaissance une économie créatrice centrée sur la composition de la force de travail d’une société déterminée. L’élément décisif dans le développement des villes réside dans leur caractère social, dans leur capacité à attirer et à conserver leurs talents.

Les caractéristiques qui distinguent ces villes créatrices concernent :

  • des marchés de travail denses issus de la proximité spatiale d’entreprises de technologie et d’un noyau conséquent de travailleurs liés à la science et aux savoirs ;

  • un environnement urbain attractif, construit en accord avec les préférences récréatives et les sensibilités esthétiques des jeunes professionnels ;

  • une communauté urbaine ouverte, tolérante, acceptant la diversité, avec une vie sociale dynamique et attractive, avec beaucoup de cafés, de clubs, de théâtres, d’arts graphiques, de modes, de musiques et de vie dans les rues.

11Les clusters d’industries créatrices se trouvent dans les espaces où ces trois conditions sont réunies, ce que Florida appelle les 3T : technologie, talent, tolérance.

Un exemple de territoire innovant : Grenoble

12Il faut comprendre le cas de Grenoble dans le cadre de cette problématique. L’agglomération de Grenoble est un village dans le réseau mondial des sciences et des technologies. Elle est le produit d’une histoire exemplaire et présente toutes les caractéristiques d’un milieu innovateur. Enfin, sa dynamique de longue période est liée à la mise en place d’effets relationnels qui se construisent et doivent se renouveler dans le temps avec des processus de rupture/bifurcation liés aux enjeux de l’économie de la connaissance.

Un village plongé dans le réseau mondial des sciences et des technologies

13Au recensement de 2006, la ville de Grenoble comptait cent cinquante-six mille habitants, les vingt-sept communes de la communauté d’agglomération en rassemblaient trois cent quatre-vingt-seize mille et la région grenobloise au sens large sept cent trente et un mille.

14Cette ville au développement polycentrique rassemble dix-huit mille chercheurs, près de deux cents laboratoires dont cinq grands instruments ou laboratoires internationaux, soixante mille étudiants (dont quarante-huit mille dans les quatre universités) et dix écoles d’ingénieurs. Avec 7 à 8 % des publications scientifiques de l’Union européenne (à quinze) et 8 à 10 % des brevets européens, Grenoble se situe entre le vingtième et le trentième rang sur les cinq cent trois régions que compte cet ensemble, se situant selon les années entre le deuxième et le quatrième rang des régions françaises après l’Île-de-France.

Une histoire exemplaire

15La question pour Grenoble, comme pour d’autres sites telle la Silicon-Valley américaine, c’est de comprendre cette réussite qui perdure dans le temps. Qu’est-ce qui fait de Grenoble une ville d’innovation, constamment répétée  ? Comment expliquer la bifurcation introduite par l’arrivée de Louis Néel (prix Nobel de physique en 1970) qui n’était pas du tout prédestiné à se localiser dans la capitale des Alpes et qui va trouver sur place les éléments pour déployer ses capacités admirables d’innovateur et d’organisateur  ?

16Pour expliquer cette capacité d’innovation renouvelée, des facteurs géographiques spécifiques au cadre alpin et à sa situation isolée lui imposant de construire son identité à partir de personnalités fortes (Joseph Fourier, savant mais aussi préfet, Stendhal, Berlioz, Champollion) ont été maintes fois avancés. Mais cela est insuffisant. Il faut plutôt privilégier une explication mettant en avant :

  • une capacité locale à produire des talents et une organisation adéquate, une alchimie locale permettant de fixer et de faire s’épanouir des talents d’enseignants, de chercheurs, et des entrepreneurs innovateurs liés aux sciences de l’ingénieur. Cet héritage scientifico-entrepreneurial est essentiel pour comprendre ce gisement de compétences et les générations successives de techniciens, d’ingénieurs et de créateurs. Cette atmosphère de culture technique et scientifique au service de l’activité économique explique le succès de Grenoble, mais aussi ses particularités territoriales ;

  • l’arrivée de savants formés à l’École normale supérieure (Raoul Blanchard pour la géographie, Jean Kuntzman pour les mathématiques appliquées et l’informatique, Louis Néel, prix Nobel de physique et qui obtient l’attribution du polygone militaire à l’Ouest de la ville qui permettra l’implantation du CENG et du CNRS dans les années 1950).

Grenoble : toutes les caractéristiques d’un milieu innovateur

Un système local « recherche-formation-production » qui fonctionne

17L’intime connection entre les universités, les écoles et les entreprises locales permet de tisser des réseaux très solides grâce au système des anciens élèves, aux doctorants dans les entreprises, aux chefs d’entreprises impliqués dans les formations, aux contrats avec les entreprises notamment locales et régionales ou aux bourses CIFRE. À Grenoble, le bénéfice pratique ne se sépare pas de la connaissance avec, au centre de ce principe, le dispositif de formation. Très tôt, et de plus en plus, on a quitté une pratique de tandems séparés (recherche-production ; recherche-formation ; production-formation) pour aller vers un type de fonctionnement plus interactif.

18On retrouve ce principe dans le projet MINATEC en cours de développement. Ce pôle d’innovation en micro et nanotechnologies s’organise autour des trois plates-formes : enseignement, recherche, valorisation industrielle. Le pôle de recherche et de conception ainsi constitué suscite la création de ressources spécifiques à cette spécialisation dans le domaine des sciences sociales et humaines avec des laboratoires de sociologie, de gestion et d’économie qui se mobilisent autour des questions d’organisation industrielle ou de planification de l’énergie. Tournée vers des questions scientifiques concernant la matière, la recherche grenobloise s’exerce à répondre aussi à des questions de société comme la santé, le développement durable, l’usage des biens et services, l’acceptabilité des technologies de l’information et de la communication, la sécurité ou la solidarité.

Une coopération de longue date entre recherche et production

19Au sein de cette coopération il est difficile de savoir qui commande qui. On est dans une sorte de fusion transformante entre les esprits des acteurs, et pas uniquement dans l’esprit du seul savant, ce qui instaure un mode partagé de travail et de coopération particulier. Cette pratique synergique évolue d’une approche disciplinaire vers une approche interdisciplinaire puis transdisciplinaire, exprimant en quelque sorte cette contraction du temps des ordres d’intervention des différentes disciplines concourant à la réalisation des richesses. Par exemple, l’informatique dans ses croisements avec la génétique, transcende cette discipline dans les biotechnologies. On retrouve ce phénomène dans l’interaction de la physique et de la chimie avec les sciences du vivant.

Un partenariat actif entre institutions scientifiques

20Si le site de Grenoble a développé de manière exemplaire sa recherche, c’est que, au-delà de la qualité des personnes, l’ensemble des acteurs institutionnels a su créer les conditions d’un partenariat fort pour des laboratoires organisés, dans la plupart des domaines, en fédérations de recherche dynamiques. Le mode de pilotage adopté passe par une complémentarité des droits et devoirs de chaque partenaire institutionnel et par une convergence des moyens de chacun. La réactivité scientifique du site est, pour une large part, une conséquence de ce partenariat. Il est alors difficile de savoir si tels ou tels projets sont à attribuer aux universités ou aux organismes de recherche ; ces projets sont avant tout grenoblois.

21Du paysage actuel, il ressort cependant que la grande majorité des deux cents laboratoires ont pour tutelle une ou plusieurs universités et qu’ils sont très souvent logés dans des locaux universitaires. L’environnement de ces laboratoires est constitué d’un ensemble de services qui dépasse largement le simple hébergement : infrastructure informatique, infrastructure technique, présence d’étudiants… L’histoire récente montre également que ce sont les universités qui dans la plupart des cas ont pris le risque de créer de nouveaux laboratoires. Et, lorsque ceux-ci « réussissent », ils trouvent le support d’autres organismes. Ceci est rendu possible en particulier par la volonté des universités du site de flécher un ensemble de moyens, dont des postes d’enseignants chercheurs, sur des laboratoires en soutien d’une politique scientifique de site. Notons, dans le même ordre d’idée, que les organismes nationaux qui ont une direction scientifique locale forte (CEA, INRIA…) sont dans la même situation. Il apparaît ainsi assez clairement que les universités et les organismes à forte implantation scientifique locale, sont au cœur du développement scientifique du site.

D’où vient la dynamique grenobloise  ?

22Tout au long de l’histoire, on constate le rôle des réseaux entre acteurs ; on parle d’effets relationnels. Mais cela n’est pas automatique et l’histoire de Grenoble est marquée par des phases de stabilité et des phases d’instabilité. On constate des systèmes d’alliances entre des catégories d’acteurs qui certes peuvent avoir des conflits entre eux, mais qui parviennent cependant à adopter un point de vue commun et à le défendre à l’extérieur du territoire grenoblois.

Plusieurs périodes peuvent être distinguées :

  • le temps des inventeurs et de l’hydroélectricité (1850-1920) avec la création d’une industrie locale à partir de la révélation d’une ressource locale, la houille blanche ;

  • le temps des ingénieurs (1920-1940) avec la modernisation à partir des ressources locales, avec le développement des relations université/industrie ; avec l’exposition internationale de la houille blanche et du tourisme de 1925, et avec un grand maire, Paul Mistral ;

  • le temps des chercheurs et de la diversification (les Trente Glorieuses, 1960-1980) avec le progrès technique dû à l’action des chercheurs, ingénieurs et ouvriers qualifiés favorisant l’emploi. Il faut noter :

    • l’importance croissante des relations recherche/industrie,

    • le développement des pratiques des contrats entre laboratoires et financeurs privés avec le rôle croissant des associations pour le développement des recherches dans les universités,

    • le rôle d’un grand maire, Hubert Dubedout.

Les années 2000 : à la recherche d’une nouvelle identité

L’agglomération de Grenoble est de nouveau confrontée à une nouvelle bifurcation. Celle-ci concerne :

  • la mutation d’une recherche qui doit aller au-delà de l’amélioration des processus de production, pour modifier la nature même des biens et des services dont les hommes peuvent disposer, la manière dont ils peuvent communiquer entre eux, se soigner, et dont évolue leur environnement. C’est toute la question de la recherche d’un contrat social entre science et société ;

  • l’affirmation sur le plan international, avec, notamment, le pôle de compétitivité MINALOGIC construit à partir de MINATEC ;

  • la nécessité d’aller au-delà d’une conception où la recherche et la technologie sont considérées comme le moteur du développement local pour s’orienter vers un projet intégrant davantage les dimensions scientifiques et technologiques avec les questions sociales, dans le cadre d’un projet social et urbain global (Novarina, 2011).

Conclusion

23Ainsi, la littérature récente confère une forte composante territoriale à l’innovation dans le lointain prolongement des idées avancées par A. Marshall pour l’industrie. Le territoire, dès lors qu’il atteint une taille suffisante, se présente de plus en plus comme la maille géographique pertinente de la réussite. S’agissant de l’innovation – à la lumière de l’expérience grenobloise –, l’histoire économique d’un territoire, tout comme les phénomènes socio-culturels, s’inscrit dans le long terme, même dans un contexte de mutations technologiques rapides.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k

Auteur

Professeur émérite
Université Pierre Mendès France – Grenoble-II
claude.courlet@upmf-grenoble.fr