Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book 2

 | 
Pierre Mounier

L’enjeu de l’archive

La digital history : histoire et mémoire à la portée de tous

Serge Noiret

Note de l’éditeur

La version originale de cet article est disponible dans Ricerche Storiche, vol. 41, no 1, janvier-avril 2011, p. 111-148, http://eui.academia.edu/SergeNoiret/Papers/1084980/La_Digital_History_histoire_et_memoire_a_la_portee_de_tous, consulté le 17 août 2012.

Texte intégral

Quelques principes généraux du Web 2.0

  • 1 Tim O’Reilly, « What Is Web 2.0. Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Sof (...)

1Tim O’Reilly, auquel on attribue généralement la paternité du terme « Web 2.0 », affirmait dans une conférence sur le Web en 2004 qu’une des différences centrales entre l’époque des PC et l’ère du Web 2.0 était le fait que l’internet devenait plate-forme. Nous n’avons pas affaire à une simple adjonction de PC ; les applications nouvelles exploitent des effets de réseau. Plus les gens les emploient, plus elles s’améliorent. O’Reilly parlait de « wisdom of the crowds » pour décrire un phénomène qui a aujourd’hui de nombreuses implications également dans le cadre de l’histoire numérique1. Dans le champ des digital humanities, les considérations d’O’Reilly impliquent une réflexion autour des mutations dues à l’arrivée des nouvelles pratiques qui appartiendraient à un Web de deuxième génération.

2L’architecture hypertextuelle plutôt stable qui avait caractérisé le Web des sciences humaines et sociales jusque-là – le Web comme recueil de textes et documents – se transforme et fait place à de nouvelles architectures qui privilégient l’interaction, les échanges de savoirs dans le cadre d’une mutation et souvent d’une confusion volontaire des rôles entre les producteurs de contenus et les lecteurs. Ces nouvelles architectures du Web répondent aux besoins de participation d’un large public aux activités en réseau dans des plates-formes qui permettent d’accéder aux informations multimédias mais surtout de les partager et d’interagir en créant des contenus collectifs, fruits, dès lors, de cette constante intégration des rôles entre auteurs et lecteurs.

  • 2 Jeff Howe propose la définition suivante sur son site consacré au phénomène de l’action collective (...)

3Le fait de déléguer les contenus aux individus ou aux collectivités grâce à la technologie, et de penser qu’ils feront progresser ainsi l’activité et les contenus du Web en répondant, en groupe, au défi proposé, s’appelle aujourd’hui crowdsourcing, un néologisme lié aux développements ultérieurs du Web 2.0, dont on parle toujours plus en 20102.

  • 3 Rose Holley, « Crowdsourcing: How and Why Should Libraries Do It? », D-Lib Magazine, vol. 16, no 3/ (...)
  • 4 Un projet qui exploite ces techniques de l’activité collective, dans ce cas pour produire « a new a (...)

4La fusion entre l’activité en réseau des multitudes et leur capacité à concevoir des contenus grâce aux nouvelles plates-formes de travail qu’offrent les social networks du Web 2.0, permet un engagement direct des navigateurs : « thousands of digital volunteers who transcribe, create, enhance and correct text, images and archives3 ». À la demande d’une firme commerciale, d’une administration ou d’une institution culturelle, le grand public se mobilise aussi autour de projets d’histoire numérique ou, par exemple, de la traduction des œuvres de Jeremy Bentham4.

5Dans le domaine de ce que l’on appelle la « digital history » – l’histoire numérique en français –, il s’agit surtout de contribuer à fournir des contenus originaux sous forme de commentaires, de sources primaires, de témoignages oraux, une des activités les plus novatrices du Web 2.0 des historiens et humanistes au-delà des historiens de profession.

6O’Reilly qualifiait de « user generated content » à travers le browser le « crowdsourcing » avant la lettre, cette grande nouveauté du Web 2.0. Or, déjà avec la naissance de Wikipedia en 2001, on assistait à un phénomène planétaire d’ajout de contenus directement par les navigateurs du Web eux-mêmes : les internautes ont ainsi créé ensemble une encyclopédie ouverte dont la qualité dépend de la participation des multitudes, comme le souligne Jimmy Wales, cofondateur de Wikipedia : « Des milliers de personnes du monde entier, de toutes les cultures, travaillant ensemble et en harmonie pour partager librement des informations claires, objectives et basées sur des faits réels… un désir simple et pur, celui de faire de notre monde un endroit meilleur5. » L’encyclopédie ouverte a permis l’intégration d’un grand nombre de lecteurs, devenus également collaborateurs et auteurs, souvent anonymes, pour améliorer directement les pages de l’encyclopédie libre. Wikipedia est une entreprise collective qui pose cependant des problèmes scientifiques importants aux historiens, mais elle a permis la diffusion d’un esprit positif pour une collaboration utile et sensée, une forme d’intelligence « collective » allant au-delà de la simple « lecture » des contenus d’un Web 1.0 principalement statique. Avec le système wiki, pas besoin d’informer le webmaster, on agit directement sur le texte après l’avoir lu. La lecture devient écriture active grâce au Web 2.06.

  • 7 Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), http://cleo.cnrs.fr
  • 8 Voir à ce propos Marin Dacos, « Histoire 2.0. Vers une cyberinfrastructure au cœur de la discipline (...)
  • 9 Sur Zotero, consulter Dan Cohen, « Zotero: Social and Semantic Computing for Historical Scholarship (...)

7Plus récemment, Marin Dacos, directeur du Cléo en France7, a ainsi posé le problème de la construction d’une « cyberinfrastructure » qui devient nécessaire au cœur même de la discipline historique 2.0 pour permettre ce qu’il appelle le « partage des sources », pour que tout le monde puisse y accéder8. De fait, le Web 2.0, dans sa conception, c’est aussi, selon nous, la possibilité de collaborer à la construction même des programmes – la philosophie diffuse de l’open source – utiles en histoire ou dans les matières humanistes si l’on pense à Zotero et Omeka9.

8C’est également l’idée des open archives, « ouvertes » par leurs créateurs pour faciliter la collaboration ; ou l’idée des bibliothèques numériques utiles au partage des informations et de la documentation – les sources primaires en histoire – qui permettent, souvent dans des domaines spécifiques des matières humanistes, d’orchestrer et de diffuser une connaissance qui ne possède pas toujours un pedigree académique. Les espaces ouverts qui permettent des formes de participation collective – user generated content – sont ainsi la principale caractéristique du Web 2.0 au-delà de ses aspects spécifiquement techniques. Les dominer en les suscitant et en faire un « bon usage » sont devenus une nécessité pour l’historien numérique qui crée des projets ou participe à des projets d’histoire en ligne, projets qui doivent ensuite bénéficier de nouvelles formes de « peerage », d’évaluation scientifique des contenus.

9Mais le Web 2.0 n’est pas seulement l’ouverture à la collaboration des internautes, c’est aussi la généralisation, dans des sites historiques, du principe des recommandations en vogue dans les portails d’e-commerce comme Amazon. Les sites soulignent aujourd’hui la transition vers l’aspect plus spécifiquement « sémantique » du Web (« si vous avez aimé ceci, vous aurez sans doute intérêt à découvrir cela »), l’apparition de l’écriture des weblogs ou blogs10 – qui superposent et stratifient chronologiquement les nouvelles informations –, l’utilisation des podcasts11 (une forme de programme audio qui s’intègre dans des lecteurs de formats MP3 ou directement dans les sites web), la participation à l’indexation des données du Web avec des mots-clés – les « tags » – fournis par chacun, etc. Du point de vue technologique, le Web 2.0 se sert des service-oriented architecture (SOA)12, des fils RSS13 qui annoncent les nouveautés des sites ; il se sert du mash-up (fusion de différentes API, applications/programmes) et des applications intégrées à d’autres applications comme les widgets ou les applets14.

10Ces caractéristiques techniques du Web 2.0 sont surtout celles qui favorisent une conception sociale et partagée de l’activité de chacun dans la Toile au travers des écrans et donc du « browser ». Elles permettent aussi de combiner des réalisations techniques diverses et hétérogènes pour affiner les contenus et la manière de présenter les données numériques en intégrant, par exemple, des cartes géographiques de Google dans le cadre de sites d’histoire numérique pour « situer » les informations, comme dans le cas du site Regnum Francorum Online15.

11Si le double-clic pour obtenir l’information recherchée était, sans doute, le propre du Web 1.0, aujourd’hui, on ne se laisse plus seulement conduire au gré des liens hypertextuels pour effectuer un parcours de lecture, mais on y ajoute du « sens » en proposant de compléter la recherche avec d’autres contenus qui lui sont liés. C’est aussi ce que font les « ads » – ou placards publicitaires – par rapport à ce qui est visualisé dans un site comme Google, qui tire d’ailleurs son revenu d’une telle activité. Même Gmail traite les mots des messages électroniques pour proposer des publicités « utiles », ce que Google appelle AdSense, l’apparition ciblée, de messages publicitaires développés avec finesse également par Amazon ou par Facebook. Ce sont certainement les compagnies multinationales américaines qui, le plus, ont permis d’affiner les recherches sémantiques « latérales » pour générer des revenus. Ce sont aussi des compagnies privées qui ont lancé les réseaux sociaux et qui ont établi leur valeur commerciale en bourse en se basant sur de telles pratiques.

  • 16 Le projet est celui de l’Humanities Research Center de l’université de Sheffield au Royaume-Uni : « (...)

12Dans le domaine des digital humanities et l’histoire numérique, de telles possibilités de compléter une recherche de documentation existent aussi en rebondissant d’un site à l’autre de manière téléguidée ou en combinant directement les contenus les plus variés16.

13Les Britanniques appellent cette association d’informations utiles « connected histories » : si vous cherchez par exemple dans l’Oxford Dictionary of National Biography le philosophe du xviie siècle John Locke17, on vous offrira d’enrichir votre recherche en dehors de l’ODNB et, dans le cas de Locke, on vous orientera vers le site de la National Portrait Gallery, le National Register of Archives et la Royal Historical Society bibliography. Le navigateur visualise ainsi un portrait de Locke dans la National Gallery18, consulte des documents d’archives en Grande-Bretagne sur Locke, ou prend connaissance de l’historiographie qui lui est consacrée pour compléter ses informations19.

  • 20 Josef Kolbitsch, Hermann Maurer, « The Transformation of the Web: How Emerging Communities Shape th (...)
  • 21 La construction des archives participatives se fait collectivement en « attirant » les navigateurs (...)

14Nous assistons donc aujourd’hui à la combinaison du Web sémantique et des réseaux sociaux, les sites plates-formes des nouvelles compagnies commerciales nées entre 2004 et 2005 qui construisent des formes de « savoirs collectifs20 ». Le filtrage collaboratif dans les réseaux sociaux permet de réunir des utilisateurs « similaires » dans des plates-formes collectives. Citons sans vouloir entrer ici dans le détail de leur fonctionnement LibraryThing, Flickr, Delicious, Facebook, YouTube et Twitter, qui servent également les pratiques historiennes. La participation des internautes au contenu de ces sites ne dépend plus du courriel électronique mais plutôt de contacts directs à travers le « browser », d’insertion de documents multimédias, de textes, de commentaires, de formes d’indexation dans des sites qui sont avant tout dynamiques21 : leur mise à jour continuelle est interactive – les utilisateurs commentent et placent de nouveaux contenus – à la différence des sites statiques de type 1.0.

  • 22 Laure Endrizzi, « La communauté comme auteur et éditeur : l’exemple de Wikipédia », Journée nationa (...)

15Les acteurs du Web – même les historiens – ne « consomment » plus seulement passivement la Toile mais ils participent activement. Les internautes s’impliquent et proposent des services, des contenus, des mots-clefs (tags), des commentaires, des signets, des images, des vidéos, etc. On ne surfe plus seulement mais on agit. Le passage des pages HTML complexes et des feuilles de style, même au langage XML, a été encore simplifié par l’introduction d’une technologie toujours plus proche des internautes. Les nouveaux outils sont simples à manier comme le sont les blogs qui donnent l’impression, à quiconque, de devenir protagoniste de la Toile et d’être entendu et lu. En outre, comme a justement écrit Laure Endrizzi, « ces services Web 2.0 – dont Wikipedia – ne sont pas simplement liés à l’apparition de nouvelles technologies mais s’inscrivent dans une évolution culturelle fondamentale qui encourage l’explicitation des savoirs de chacun et favorise le développement de l’intelligence collective. Dans un monde incertain, le savoir se démocratise et naissent des formes hybrides qui relèguent la traditionnelle distinction entre savoirs savants et savoirs profanes22 ».

16Si on voulait paraphraser la division établie par Marshall McLuhan entre différents types de médias – ce qu’il appelle médias froids et chauds par rapport à leur impact sur les « sens » et donc l’activité de chacun – on pourrait certainement parler d’une transition des médias qui demandent une « petite » participation des usagers/navigateurs – se laisser porter au gré des liens sémantiques et fonctionnels dans un site Web – à des médias plus ouverts, qui requièrent une participation active et constructive, non seulement de la part des navigateurs, mais aussi des techniciens du Web capables de modifier, transformer, améliorer la structure technologique des plates-formes sociales qui caractérisent le Web 2.0.

  • 23 Marshall MacLuhan, Understanding Media: The Extensions of Man, New York, McGraw-Hill, 1964.

17McLuhan distinguait ainsi deux types de médias. La télévision, qui fabrique l’univers passif des téléspectateurs, offre peu de possibilités d’interaction (allumer ou éteindre la TV, envoyer un SMS, téléphoner, etc.) ; elle est un média « rassurant » qui confectionne un message à sens unique. À l’inverse, le Web 2.0 offre des services et des sites Web interactifs et stimule des pratiques qui non seulement abandonnent la rassurante structure linéaire de l’écriture traditionnelle des livres (déjà le Web 1.0 l’avait délaissée au profit de l’hypertexte), mais s’interposent entre la construction technologique – le site, le programme – et la construction culturelle, le contenu, comme un objet non terminé, en continuelle transformation et sans un auteur précis à qui se référer23. Le Web 2.0 est, de ce point de vue, un média interlocuteur qui questionne son usager, et qui acquiert son sens grâce à la transformation continue (« tout coule et rien ne reste » disaient les présocratiques). Il s’enrichit grâce aux activités sociales que le computer et le Web engendrent dans le village global.

Le difficile statut scientifique d’une histoire numérique 2.024

  • 24 Je reprends partiellement ces réflexions de mon essai « Y a-t-il une histoire numérique 2.0 ? » in (...)

18Mais quels seraient les avantages et les inconvénients du Web 2.0, si l’on admet, bien entendu, que ces nouvelles formes de l’écriture collective au travers des technologies à la portée de tous aient permis de transformer non seulement les contenus du Web, mais également la manière dont ce nouveau média est aujourd’hui utilisé par les internautes membres d’une discipline comme l’histoire ?

19Dan Cohen, historien « digital » est directeur du Center for History and New Media de la George Mason University, l’une des institutions universitaires à la pointe de l’innovation dans le domaine de l’histoire numérique. Cohen se demande comment « maximiser » les avantages du Web et minimiser ses défauts pour obtenir ainsi « the best forms of online history ».

  • 25 Le portail des sources primaires de l’histoire de l’Europe du département d’histoire de l’Institut (...)

20Quels seraient les avantages du Web 2.0 selon Cohen ? Tout d’abord le Web met en communication « créative » plusieurs « webactors » indépendamment du lieu où ils se trouvent, permettant ainsi une communication synchronisée et non synchronisée entre eux. La Toile est avant tout le lieu par excellence d’une collaboration facilitée entre chercheurs et entre étudiants et professeurs. La Toile offre l’accumulation d’informations, de compétences, de connaissances, suite à l’action des internautes qui en développent les contenus. Le Web, c’est – et l’on découvre certes là une des préoccupations essentielles de l’historien – la possibilité de charger dans des serveurs et de transmettre partout, et à quiconque, des quantités très importantes de documents et de sources primaires comme c’est le cas du portail du département d’histoire et civilisation de l’Institut universitaire européen de Florence25.

  • 26 Dan Cohen, Tom Scheinfeldt (eds.), op. cit. La « provocation » dérivant de l’utilisation nouvelle d (...)
  • 27 « Zotero [zoh-TAIR-oh] is a free, easy-to-use tool to help you collect, organize, cite, and share y (...)

21Cohen et Tom Scheinfeldt ont d’ailleurs conçu à la George Mason University en une semaine, usant d’une vaste opération de « crowdsourcing », un livre en ligne consacré aux nouvelles technologies dans le domaine des digital humanities. Une telle gageure avait certes pour but de montrer la rapidité avec laquelle de nouvelles filières de production intellectuelle comme les blogs et les réseaux sociaux de niveau universitaire naissent aujourd’hui, facilitées par les nouvelles technologies et dans le cadre des digital humanities26. Si l’information est aujourd’hui codifiée directement grâce au travail des internautes si l’on pense à Delicious ou à LibraryThing, des sites qui demandent à leurs lecteurs de confirmer, compléter, indexer les connaissances offertes, pourquoi alors ne pas concevoir un livre en dehors de la filière traditionnelle et directement à partir de l’activité des internautes qualifiés pour le faire ? La « provocation » de Cohen et Scheinfeldt a permis de souligner comment le Web permet d’éliminer les barrières élevées par les publications académiques de type traditionnel, en facilitant l’acquisition directe de contenus numériques, leur traduction éventuelle, leur révision constante et leur mise à jour continue, pour obtenir de nouvelles formes de diffusion des connaissances. Ajoutons enfin aux considérations de Cohen que le Web 2.0 offre des programmes ouverts à une pluralité d’autres solutions technologiques qui permettent de mieux interagir avec les contenus numériques directement dans les sites Web et le browser, comme Zotero, développé justement par le CHNM en Virginie27.

  • 28 Stefano Vitali, Passato Digitale. Le fonti dello storico nell’era del computer, Milano, Bruno Monda (...)
  • 29 Florence Clavaud, « Les éditions électroniques de l’École nationale des Chartes : objectifs, princi (...)

22Il y a toutefois aussi de nombreux désavantages et des problèmes critiques posés par le Web en général qui se multiplient à l’ère du Web 2.0. Depuis sa création, le Web souffre d’instabilité et de précarité de ses informations numériques, et de rapide obsolescence des technologies. Cette précarité touche non seulement la recherche de sites en ligne, mais, surtout – et l’historien est certes plus sensible à cela –, elle multiplie la difficulté de conservation des données numériques pour permettre de futures confrontations avec les mêmes sources28, ou, en amont, ne se préoccupe pas assez des critères qui devraient servir de guide à la création des bibliothèques numériques29.

  • 30 « Robinson Crusoé sur son île aurait eu de quoi lire pendant trente ans avec une bible de Gutenberg (...)

23Des textes d’histoire facilement lisibles avec le computer sont difficiles à diffuser dans le temps comparés aux formes traditionnelles de publication et de diffusion de l’historiographie : la technologie nécessaire pour les visualiser change constamment. Umberto Eco rappelle que « le livre de papier est autonome, alors que l’e-book est un outil dépendant, ne serait-ce que de l’électricité30 ». Cette conception du numérique comme « virtuel » dépendant d’autres facteurs « analogiques » oublie d’ailleurs que le livre aussi dépend de productions matérielles et d’appropriation de matières premières pour sa réalisation. Toutefois, un livre traditionnel ne demande pas d’énergie supplémentaire pour sa visualisation, contrairement aux plates-formes électroniques dépendantes de l’énergie électrique pour « allumer » les écrans.

24Enfin, toujours selon Cohen, dans le Web 2.0, on est confronté à une énorme difficulté, celle de discerner les « déchets » de l’information de type scientifique, de distinguer « the good from the bad ». Cette réflexion déjà largement présente dès la naissance du Web – mais est-ce tellement différent de la nécessité de sélectionner les livres traditionnels ? – est cependant accentuée devant un tel phénomène global de perte d’authenticité dans le cadre des applications du Web 2.0, de décentralisation plus forte encore de « l’autorité », et de fragmentation ultérieure de la notion « d’auteur ».

25Certes, discriminer entre information de valeur et information à écarter était déjà le propre du Web statique de 1993 à 2001, mais cette activité faisait également partie des pratiques historiennes depuis toujours et avant même la naissance des computers ! Y a-t-il donc lieu de parler d’une rupture entre un Web d’histoire caractérisé par les applications du Web 2.0, et ce que nous avait offert la Toile jusqu’à la naissance de projets interactifs comme Wikipedia généralement désigné comme Web 1.0 ? Peut-on ainsi parler aujourd’hui à bon escient de l’apparition d’une « histoire numérique 2.0 » qui pose de nouveaux problèmes de méthode à l’historien ?

  • 31 Si la division en quatre catégories des ressources d’histoire en ligne ne semble pas avoir muté dep (...)
  • 32 British Library, JISC, Information Behaviour of the Researcher of the Future. A Case Study II: A Us (...)

26On est ainsi en droit de se demander si diviser les sites web au regard de leurs caractéristiques technologiques ou des services interactifs offerts a, en général, un sens, quand on parle d’une discipline31. La digital history est avant tout composée de quatre domaines – instruments d’information et communication, sources, écriture de l’histoire et enseignement32 – dans lesquels l’historien numérique puise ses instruments et construit ses nouvelles pratiques historiennes. Ces domaines sont peuplés de sites interactifs, de blogs, de wikis, d’« archives inventées » qui se basent sur l’apport de leur public.

  • 33 L’Association for History and Computing a été fondée au Royaume-Uni en 1986. Sa dernière conférence (...)
  • 34 L’American Association for History and Computing n’a pas tenu sa conférence programmée en avril 200 (...)

27L’Association américaine d’histoire et computers (AAHC), qui a pris la relève de l’association internationale créée dans les années quatre-vingt33, pour comprendre dans quels domaines les historiens numériques auraient découverts de nouvelles pratiques avec le Web 2.0, dédiait sa conférence annuelle à ce thème en 2008. La conférence n’eut pas lieu mais elle se proposait justement de cerner le champ d’une histoire numérique 2.0 : « What Does Web 2.0 History Involve » voulait étudier les nouvelles applications qui soulignent le passage au Web 2.0, comme le second chapitre, « How Does Web 2.0 History Differ from Web 1.0 History », et aussi le troisième, « What Does It Enable Us to Do That Could Not Be Done in Web 1.034 ? ».

  • 35 Voir sur ce point l’analyse que fait Philippe Rygiel des œuvres de Lucien de Samosate et de ses écr (...)
  • 36 Serge Noiret, « The Historian’s new Workshop » in Ilaria Porciani, Lutz Raphael (eds.), Atlas of Eu (...)

28Dans ce cadre, le questionnement de l’histoire numérique en fonction de l’histoire elle-même, mais aussi d’une digital history 1.0 préexistante, était celui de changements technologiques, peut-être de changements épistémologiques, mais certainement pas de changements ontologiques35. Si l’on reste avec la digital history 1 ou 2, dans le domaine d’un champ de l’histoire, se pose alors le problème de la révision des méthodes utiles dans ce champ en tant historien. Les éléments d’une critique interne et externe de la documentation numérisée, propres à l’approche que les médiévistes adoptent pour affronter leurs documents, sont ainsi aujourd’hui, à mon avis, les points forts d’une méthode critique nouvelle à déployer dans les contextes numériques. Le passage au Web 2.0 ne change pas les problèmes posés dès le départ au métier d’historien par l’introduction du numérique, ni les nécessités de l’élaboration d’une méthode critique adaptée au nouveau média internet. Authentifier, mettre en contexte, décrire les sources avec précision, sont des moments obligés de la recherche historique également dans le domaine numérique36.

  • 37 « THATCamp is a user-generated “unconference” on digital humanities organized and hosted by the Cen (...)
  • 38 Dan Cohen, http://www.dancohen.org. Le blog était un résumé avec des liens d’approfondissement des (...)
  • 39 « In a Web 2.0 environment, no application or repository should be an island; to live in this digit (...)

29Les promesses de l’histoire numérique ont aussi été discutées lors d’une « non » conférence (« unconference »), organisée en Virginie, en mai 2008, THATCamp (The Humanities and Technology Camp), une conférence de type « 2.0 » qui suscite la participation de tous et se diffuse en Europe depuis 201037. Ce fut encore Dan Cohen qui organisa l’événement à la George Mason University pour la première fois. Il proposait une mise à jour quotidienne dans son blog38. On eut ainsi l’impression de vivre la conférence avec, seulement, un petit décalage temporel par rapport à son déroulement. Cohen insiste ainsi sur le fait que le Web 2.0, c’est aussi la capacité technologique de communiquer et d’échanger des informations et des contenus en usant de nouveaux programmes interactifs – application programming interfaces (API) –, à la différence des sites web de première génération qui permettaient seulement l’accès à des contenus conçus sans l’apport des lecteurs et utilisateurs39.

  • 40 Daniel J. Cohen, « Cooperative Web Tools and User-Generated Content for Cultural Heritage: Advantag (...)
  • 41 « Digital Humanities Now is a real-time, crowdsourced publication. It takes the pulse of the digita (...)

30Aujourd’hui, Cohen propose de suivre non seulement ce type d’intervention immédiate, mais aussi celles de nombreux autres historiens numériques, ou spécialistes des humanités numériques, non plus dans un blog, mais directement grâce au miniblog de 140 caractères maximum du réseau social Twitter40, un moyen de communication très efficace qui prend pied dans le monde des digital humanities41.

31Nous avons vu, jusqu’à présent, que le Web 2.0 est un concept technologique mais qu’il est aussi un ensemble de pratiques nouvelles qui prêtent à discussion. Il ne modifie pas en profondeur les questions posées par l’introduction du numérique aux sciences humaines, ni le rapport spécifique des historiens, de leurs instruments, de leurs écrits et de leurs sources, aux travaux publiés sous forme numérique. La croissance des blogs, des wikis, de la participation des usagers au catalogage et à l’apport de métadonnées (user tagging et folksonomies), la diffusion de l’usage de Twitter pour partager des séminaires et des conférences « en direct » avec un groupe d’usagers, sont certainement la caractéristique la plus visible de cette phase 2.0 de l’« ingérence » active des utilisateurs dans les contenus des sites, mais aussi d’une production de flux collectifs d’information pour des publics spécifiques42 (lire sur la carte géographique et en direct, les messages (tweets) en provenance du Maghreb et du Moyen-Orient durant la révolte de l’hiver 2011 par exemple43). De telles pratiques définissent l’état actuel de l’histoire numérique – sans devoir user d’une opération de marketing qui a pour nom « Web 2.0 » –, qui permet de qualifier l’histoire en ligne, par rapport à des stades précédents de l’histoire des sites d’histoire.

  • 44 Selon Steven Mintz, ex-directeur de H-Net, l’histoire numérique ou, mieux, la « digital history », (...)
  • 45 Daniel J. Cohen, Roy Rosenzweig, Digital History: a Guide to Gathering, Preserving, and Presenting (...)

32Il est encore difficile de comprendre et de dominer les changements disciplinaires dus à cette technologie de type 2.044, même pour les spécialistes d’histoire numérique45. Penser à interagir ainsi avec le lecteur était déjà présent dans les meilleurs projets d’histoire numérique, mais, aujourd’hui, on tente d’agir sur les modalités mêmes du contact suscitant une activité positive qui fait souvent sauter les hiérarchies du monde académique. Le Web 2.0 a ainsi apporté de nouvelles formes d’écriture de l’histoire dans une seconde génération de sites Web vers la fin des années quatre-vingt-dix, des sites Web qui tentaient de répondre et de canaliser mieux encore les besoins d’histoire et de participation aux sites d’un large public.

  • 46 Serge Noiret, « La “nuova storiografia digitale” negli Stati Uniti (1999-2004) », Memoria e Ricerca(...)

33Il est indéniable que les applications interactives qui permettent de collecter les informations et les documents directement auprès des lecteurs de sites d’histoire ont modifié, ces dernières années, la présence de cette discipline sur la Toile, en attirant la collaboration de chacun. C’est en suivant les développements de l’histoire numérique aux USA46, et également l’évolution des nouvelles plates-formes des réseaux sociaux dans leurs sites européens, que l’on peut mieux saisir en quoi nous sommes aujourd’hui confrontés à un Web 2.0 aussi en histoire.

  • 47 Roy Rosenzweig, David Thelen, The Presence of the Past: Popular Uses of History in American Life, N (...)
  • 48 « Although they trusted college professors as experts, Americans expressed a strong preference for (...)

34Dans leur livre réalisé en 1998 sur la présence du passé dans la société américaine à la découverte du « popular historymaking », une tentative de comprendre comment les Américains, activement, participaient à la reconstruction de leur passé, Roy Rosenzweig et David Thelen s’étaient servi d’un questionnaire préparé, avec eux, par les sociologues du Center for Survey Research de l’université de l’Indiana47. Les résultats les plus éloquents de cette enquête – qui nous intéressent ici du point de vue de l’usage du Web comme média de communication de l’histoire et des sources du passé – touchaient le degré de confiance vis-à-vis du Web par rapport aux autres médias utilisés pour communiquer « le passé ». Ces résultats indiquaient une nette préférence pour une histoire sans médiateurs : une histoire sans historiens comme médiateurs. Le public américain préfère le travail public de reconstruction du passé effectué par les musées et l’expérience personnelle directe sur les « sources du passé » – une expérience mise en œuvre par des institutions non universitaires, dans des activités de « digital public history » et dans les sites Web de nouvelle génération 2.0 plus proches des rencontres directes, « face à face » avec l’histoire –, ainsi que les sources de l’histoire, que proposent souvent les expositions et les musées48.

  • 49 Roy Rosenzweig, David Thelen, op. cit.

35Le Web offre ainsi la possibilité aux historiens académiques de rencontrer de plus vastes publics avec leur besoin d’histoire. Roy Rosenzweig et David Thelen avaient découvert parmi les résultats surprenants de leur analyse que les gens « preferred to make their own histories49 ». Les auteurs comprenaient déjà en 1997-1998 les potentialités narcissiques du Web et la volonté de participation de tout un chacun à la construction d’une histoire à géométries variables, mais centrée sur l’expérience individuelle et communautaire. De là partit certainement la réflexion de Rosenzweig – qui était aussi une forme de compte-rendu de son travail d’enquête – sur le fait que tout le monde devenait, à travers le Web, un historien potentiel. Toutefois, observait-il, le travail des historiens de profession devenait encore plus important pour filtrer, organiser, interpréter, reprendre un rôle d’intermédiaire face à cette activité nouvelle du grand public.

  • 50 Antonino Criscione, Serge Noiret, Carlo Spagnolo, Stefano Vitali, La Storia a(l) tempo di Internet  (...)

36La Toile est, aujourd’hui, le médium – et le lieu – le plus utile pour permettre, à quiconque, d’écrire et de proposer sa propre histoire, et ses propres documents à un vaste public, une réalité qui a été analysée entre 2001 et 2003 en étudiant les sites d’histoire en Italie50. Cette analyse qui touchait un pays européen soulignait surtout le retrait des historiens académiques de la Toile, ce qui pose certainement d’énormes problèmes de validation des contenus d’histoire offerts au grand public sans attendre cet engagement hypothétique des « spécialistes ».

  • 51 Robert Darnton, The Case For Books: Past, Present and Future, New York, Public Affairs, 2009 ; Gino (...)
  • 52 Sur les pratiques des historiens dans le Web et les formes de connaissances historiques qui se trou (...)

37William Thomas, directeur d’un centre d’histoire numérique à l’université du Nebraska, revient aujourd’hui sur cette séparation entre les communautés d’historiens académiques et ceux qui, au contraire, font usage du Web pour faire de l’histoire pour « tout le monde ». C’est justement les principes interactifs du Web 2.0 qui, selon lui, permettraient une meilleure osmose entre les deux types d’histoire et ceux qui la pratiquent, à l’intérieur et en dehors de l’université. La barrière professionnelle n’est pas seulement une question de génération, ni une question de capacité scientifique ou de compréhension des nouveaux langages de la communication. Face aux nouveaux médias interactifs comme le Web 2.0, les historiens professionnels ont des difficultés à s’impliquer comme promoteurs, plutôt que – dans les meilleurs des cas – comme lecteurs passifs, de contenus numériques. Toutefois, quand bien même une exégèse scientifique des contenus de la Toile est tentée, elle se pratique à la recherche des paradigmes, plus stables, d’un ordre du livre écrit, qui n’existe plus dans le Web51, et encore moins dans le Web participé et interactif de type 2.052.

  • 53 Lucien X. Polastron, La Grande Numérisation. Y a-t-il une pensée après le papier ?, Paris, Denoël, (...)
  • 54 Voir le projet de bibliothèque numérique européenne : Europeana, http://www.europeana.eu/portal

38Les États-Unis et l’Europe investissent massivement dans la grande numérisation53. Pas seulement les firmes privées, et Google en particulier, mais les bibliothèques et d’autres institutions culturelles ont révolutionné, en dix ans, beaucoup de domaines de l’histoire et ont étendu les possibilités de la recherche scientifique, et d’un enseignement plus cohérent, grâce à une présence très importante de sources primaires numérisées54.

  • 55 Gutenberg-e, « Prize from the American Historical Association & Columbia University Press for disse (...)
  • 56 Janet Murray, Hamlet on the Holodeck: The Future of Narrative in Cyberspace, New York, Free Press, (...)
  • 57 Daniel J. Cohen, Michael Frisch, Patrick Gallagher, Steven Mintz, Kirsten Sword, Amy Murrell Taylor (...)

39C’est ainsi que des formes d’histoire « expressive » ont été montées dans la Toile comme les thèses de doctorat du projet Gutenberg-e, créé par Robert Darnton en 199955. Ces essais hypertextuels fournissent leurs sources primaires en ligne outre la réflexion historiographique qui en dérive dans la thèse. Les jeunes historiens, avec le numérique, orchestrent l’écriture même de l’histoire en dominant les relations sémantiques fournies par les liens hypertextuels internes et externes au projet. Toutefois, cette nouvelle historiographie a des difficultés à s’intégrer dans le travail traditionnel des historiens. Janet H. Murray56 observait en 1997 que les nouveaux médias étaient encore imprégnés des méthodes de communication appartenant aux médias précédents, les sites Web n’étant que des « multimedia scrapbooks », des recueils d’articles et de documents à feuilleter de manière traditionnelle, tout en juxtaposant les contenus de différents autres médias, comme les livres, les images, les films et les enregistrements audio. (Ces lignes écrites il y a presque treize ans tiennent toujours aujourd’hui : le PDF – copie image d’un texte traditionnel – règne toujours en maître dans la Toile !) Toutefois, lorsqu’elle est pratiquée, la « digital history57 » répond aux mutations du Web, et fait de l’histoire au-delà des livres et des essais académiques, facilement accessibles aujourd’hui grâce au numérique.

40La « digital history 2.0 » est donc, en histoire, une tentative de créer un nouveau stade du rapport entre l’historien et son public usant du numérique, dans une société où le média internet domine, et pousse à réviser les comportements épistémologiques de nombreuses disciplines humanistes, y compris l’histoire, dans le cadre de ce qui est aujourd’hui défini comme les « digital humanities58 ».

  • 59 Voir à ce sujet « Digital history 2.0 ? » in Frédéric Clavert, Serge Noiret (eds.), op. cit.

41La digital history 2.0 est faite de pratiques qui questionnent les méthodes traditionnelles sur lesquelles se base le savoir des historiens, et défient les lois classiques du métier, sans, à notre avis, remettre en cause son ontologie elle-même59.

Digital history et digital public history : une histoire désenclavée60

  • 60 Sur la public history américaine et les formes d’histoire publique numérique présentes en Europe co (...)
  • 61 Les définitions et les programmes des « digital humanities » se multiplient ces derniers temps comm (...)

42Certains observateurs illuminés du monde des humanités numériques61 ont donc insisté, comme nous l’avons vu au paragraphe précédent, d’une part sur la perte de contact avec les nouvelles technologies avancées du Web, la présence d’une quantité énorme de sources primaires multimédias en ligne, les archives inventées et participatives, et d’autre part sur l’absence de lien avec un discours historique scientifique qui caractériserait la profession.

  • 62 « Though “archive” is the term we have fallen back on, in fact we envision a unique resource unlike (...)

43Les auteurs de l’« archive » de William Blake en Caroline du Nord aux USA parlent d’un espace virtuel capable d’intégrer les sources et la littérature62.

  • 63 Edward L. Ayers, « Lincoln’s America 2.0 », The Journal of American History, vol. 96, no 2, 2009, p (...)
  • 64 On est passé de ce que John Burrows appelait en 2003-2004 la « Textual Analysis » (Susan Schreibman (...)
  • 65 Google Ngram Viewer permet de tracer l’histoire de concepts et de l’usage des mots au fil des siècl (...)

44C’est aussi ce que l’auteur du projet Valley of the Shadow, l’historien américain Edward L. Ayers, envisage aujourd’hui dans le cas de l’historiographie numérique sur l’histoire de la Guerre civile américaine, de l’esclavage et d’Abraham Lincoln. Ayers veut dépasser une utilisation didactique ou passive des sources numériques et les intégrer à l’« historiographie » dans le cadre du numérique63. De là, l’idée d’appeler histoire 2.0 le passage à la mobilisation des contenus soumis à des technologies permettant des analyses nouvelles et originales surtout au travers des pratiques de « text-mining64 » comme celles de Google Ngram Viewer65, et laissant au navigateur la possibilité de tester personnellement ses propres hypothèses de recherche à l’intérieur de gigantesques archives et bibliothèques numériques.

  • 66 « The tags are usually hyperlinks that lead to a collection of items that are associated with a tag (...)

45The Valley of the Shadow a ainsi introduit après 2007 la possibilité technique de créer des « nuages de mots », le « cloud tagging66 », pour mettre en relief les mots les plus utilisés dans la presse quotidienne numérisée dans le cadre du projet, et les comparer avec d’autres journaux nationaux pour vérifier les discours transversaux, Nord/Sud, Républicains/Démocrates sur la fin de la guerre civile. L’utilisation de techniques 2.0 – ouvertes aux interrogations des lecteurs – a ainsi permis d’affiner les résultats d’une recherche textuelle utilisant les fonctionnalités du « text-mining » dans l’ensemble de la banque de données numériques. Ce faisant, Valley of the Shadow a promu une des deux nécessités des sites du Web 2.0, celle de rendre les contenus du site accessibles et utilisables par ses lecteurs sans ouvrir la base de données documentaires aux contenus nouveaux que chacun pourrait ajouter, ce que l’on appelle aujourd’hui la participation du public aux contenus du site, le crowdsourcing.

  • 67 Parallel Archive, http://www.parallelarchive.org. « PA is an “invented” archive repository accessib (...)
  • 68 Une intéressante série d’archives inventées qui offrent des sources primaires numériques pour l’his (...)

46Un projet comme Parallel Archive en Hongrie tente lui d’inventer une archive nouvelle en ligne en récupérant les documents illustrant la période de la dictature communiste67 qui se trouveraient aujourd’hui aux mains de quiconque qui veuille les fournir en version numérique pour le site. L’« histoire numérique » se construit ainsi autour d’archives numériques souvent originales (born digital et invented archives68) et des moyens offerts pour les manipuler dans la banque de données.

  • 69 Edward L. Ayers, « The Academic Culture & The IT Culture: Their Effect on Teaching and Scholarship  (...)
  • 70 « Although historians, écrit-il, in academe have largely continued to produce scholarship without e (...)

47L’histoire numérique construit une historiographie académique originale elle aussi. Elle crée de la « scholarship » inédite, répétait encore Ayers en 2004, en contraste avec ce qu’avaient été les idées originaires de son projet dès 199169. William Thomas qui travailla longtemps avec lui au projet, conscient du type de critiques qui avaient été proférées par la communauté académique, à savoir que Valley of the Shadow n’aurait rien apporté de scientifiquement original au thème étudié, sollicitait une plus ample réflexion autour du site et de la relation innovatrice entre ses instruments et son apport énorme d’archives numérisées. Selon Thomas, l’intersection entre technologie et documents dans le cadre de l’histoire numérique avait ainsi permis de développer de nouvelles formes d’écriture scientifique et d’innover par rapport à l’énorme littérature sur la Guerre civile américaine. Avec la digital history, naissait selon lui, un des défis les plus importants aujourd’hui par rapport à l’histoire elle-même70.

  • 71 Matthew Pinsker, « Lincoln Theme 2.0 », The Journal of American History, vol. 96, no 2, 2009, § 41- (...)
  • 72 Dan Cohen insiste sur le lien effectif que l’histoire numérique permet de développer entre les aute (...)

48Matthew Pinsker, à la veille du 150e anniversaire de la Guerre civile, illustre, dans un débat entre historiens à propos d’Abraham Lincoln, l’immense richesse en sources primaires de tous types disponibles dans des formats numériques qui permettent aujourd’hui d’étudier de manière originale la figure du président républicain. Pinsker, en parlant de « digital history », souligne ainsi l’apport d’un troisième niveau d’historiographie, après les écrits des contemporains de Lincoln (une histoire « orale » et directe du Lincoln privé), et ceux des historiens professionnels qui travaillèrent surtout dans l’après-guerre sur le Lincoln « public ». Il appelle cette troisième vague d’études le Digital Lincoln. Cette nouvelle étape pose les jalons d’un renouveau de l’historiographie en usant des possibilités de l’histoire numérique qui permet surtout, selon lui, de révolutionner les champs de l’histoire narrative et de l’histoire biographique71. Cependant, ce qui aurait favorisé, le plus, le renouveau « numérique » des études sur Lincoln, aurait été – vu l’énorme succès de librairie et auprès du public des livres sur Lincoln – les formes de communication que le Web 2.0 avaient suscitées entre historiens professionnels et amateurs, engagés à mieux comprendre le président. Un effet de « réseau » désenclavé – surtout par rapport aux traditions académiques – avait ainsi été relevé par tous les exégètes du Web 2.072.

  • 73 Kirsten Sword in ibid., § 59-62.

49Le problème du statut de l’histoire numérique se pose certainement aussi quand on se confronte aux différents systèmes éducatifs nationaux. L’histoire numérique n’est donc pas seulement une méthode, sans doute pas non plus un champ spécifique de l’histoire, mais elle participe de l’histoire en tant que telle et oblige à réfléchir aux canaux de transmission des discours historiques au-delà du livre. Pour Kristen Sword (université de l’Indiana), faire de l’histoire numérique c’est parler avant tout du média : « digital history as the production of something that can stand alongside a book, something that takes a different form but nonetheless raises questions, offers analysis, and advances our historiographical knowledge about a given subject73 ».

50Elle parle donc du média qui permet de faire un pas en avant dans le domaine de la connaissance, recherchant également le contact avec un plus large public et pas seulement avec les spécialistes.

  • 74 « One interesting model for integrating digital history into one’s more traditional scholarly work (...)

51Existerait-il alors une histoire numérique 2.0 pour un plus vaste public, et une histoire faite en usant de médias traditionnels pour le seul public universitaire ? Faut-il ainsi différencier l’usage des médias pour transmettre l’histoire en fonction du public auquel elle s’adresse ? Peut-on user des médias numériques pour diffuser une étude scientifique légitimement, en parallèle avec une communication « traditionnelle » des résultats de la recherche dans un livre74 ? L’intégration des médias, c’est aussi intégrer les publics susceptibles de profiter de l’expertise scientifique des historiens spécialisés dans le Web, un média certainement plus populaire aujourd’hui que l’essai académique traditionnel.

52Comme le projet Valley of the Shadow avait tenté de le faire en approchant ses lecteurs et les étudiants qui se servaient des contenus du site, pour leur fournir des leçons et des sources afin de réaliser des essais interprétatifs75, dans le cas du projet Martha Ballard’s diary online, un site très populaire pour reconstruire l’histoire des États-Unis aux origines, il est possible de construire ses propres parcours, de faire ses propres sites web et ses propres recherches en usant d’un historical toolkit. L’offre d’informations, de documents et d’essais scientifiques utiles pour concevoir un itinéraire historiographique personnalisé dans le site lui-même, est exactement ce que Roy Rosenzweig et David Thelen avaient préconisé dans leur étude sur l’histoire « populaire » aux États-Unis citée auparavant76.

53De telles participations aux contenus sont plus le fait des « invented archives » qui utilisent aujourd’hui le crowdsourcing dans les sites mémoriels comme ceux qui sont développés par le Center for History and New Media de la George Mason University – le projet le plus caractéristique est September 1177 –, que celui de sites à vocation historiographique comme celui d’Ayers. Ce sont eux qui intègrent dans le cadre des disciplines historiques, et au-delà des principes, les technologies décrites par Tim O’Reilly dans sa définition du Web 2.0.

  • 78 International Coalition of Sites of Conscience, http://www.sitesofconscience.org
  • 79 Paula Hamilton, « A Long War. Public Memory and the Popular Media » in Susannah Radstone, Bill Schw (...)

54C’est ainsi que la physionomie des nouvelles sources numériques du contemporain, comme elle apparaît dans les sites d’histoire 2.0, est surtout liée à la mémoire de communautés, à l’activité partagée de leurs membres, qui participent directement des contenus des sites. Les groupes sociaux, ethniques, politiques, culturels, peuplent le réseau de témoignages individuels et collectifs et créent une forme d’autobiographie collective. Chaque groupe, comme le réseau des sites de conscience qui témoignent et maintiennent la mémoire des victimes des génocides78, participe ainsi aux sites d’histoire numérique qui utilisent les procédures techniques et les moyens de communication du Web 2.0 pour rencontrer et faire parler leurs publics, et également pour consolider les pratiques mémorielles79.

  • 80 « […] On assiste, dans le cas nous intéressant, à une tentative de construction de mémoire alternat (...)
  • 81 Jerome De Groote, « Digital History: Archives, Information Architecture, Encyclopaedias, Community (...)

55Les critères herméneutiques spécifiques des nouvelles sources numériques dans les archives inventées sont ainsi souvent liés aux savoirs individuels confrontés à la vérification identitaire des expériences de vie dans le groupe ou de catastrophes collectives. On fait l’histoire de sa communauté, de sa famille, des proches, celle des individus dans de petites collectivités, de leur culture matérielle, une histoire qui privilégie les thèmes socio-anthropologiques et les expériences qui restent encore souvent dans le domaine de la mémoire individuelle, et surtout des mémoires controversées des générations qui précèdent immédiatement la nôtre80. Le Web offre ainsi une prépondérance de « mémoire » conjuguée à la première personne, et les témoignages peuvent être transmis directement sans la médiation de l’historien, sans que son sens critique n’orchestre l’écriture de l’histoire, sans différencier les sources et sans les insérer dans un contexte signifiant. « What is being presented, écrit Jerome De Groote en parlant des sites d’histoire numérique, through new technologies is simply a mediated selfhood, a subject defined through their relationship to the global media interface rather than through community of innate qualities. Times nomination of “You” as the key mover of the year [2006] does not differentiate between individuals but makes the user a mass part of a system of self-referential signs81. »

  • 82 Un « text-book » explique comment construire de telles narrations en s’identifiant à un personnage (...)
  • 83 Stories Matter Project, http://www.stories-matter.com, avec le projet d’Oral History de l’universit (...)

56C’est pour ces raisons que même les historiens de métier qui participent à la construction de tels sites web avec les ingénieurs informaticiens mettent l’accent sur l’activité de chacun, qui permet de « faire de l’histoire », ou tout au moins de comprendre et de disséquer les mécanismes qui permettent de la faire en la déclinant à la première personne. Une telle connaissance est intimement nécessaire ensuite, pour faire comprendre l’histoire, la présenter face au grand public du réseau dans le cadre de cette « personnalisation » des discours historiques. Pour mieux s’adresser aux publics plus larges on recourt même à la technique des « first-person narratives82 » qui choisissent de parler d’histoire au grand public en incarnant un personnage historique particulier, ou plus simplement en usant de l’histoire orale appelée parfois dans le cadre du Web 2.0 « digital storytelling83 ».

57Les historiens professionnels qui réussissent ainsi à s’emparer du numérique, devenant des digital public historians, rendent l’histoire socialement utile et passionnante pour de larges publics, grâce à un processus de partage de l’« écriture » et de participation aux contenus, que le site web et les technologies 2.0 permettent en simplifiant la technologie.

58Parallèlement au travail de quelques « historiens numériques » illuminés, on assiste à une forte modification de la « documentabilité » – s’il fallait utiliser un néologisme – de beaucoup d’aspects de notre vie sociale récente et, surtout, à une autonomie majeure vis-à-vis du pouvoir académique et politique. Ce détachement des formes institutionnelles du « savoir » permet aussi de faire « l’histoire des autres », des communautés souvent délaissées par une histoire « officielle ». Il permet aussi à chacun de faire de l’autohistoire avec des formes d’autonarration de l’histoire à travers le trou de la serrure, qui correspond à l’angle de vision du témoignage individuel et sans médiation : l’histoire au travers de soi et non plus en usant de l’artifice du « personnage historique » qui raconterait l’histoire « de son temps ».

  • 84 Serge Noiret, « Histoire et mémoire dans la Toile d’histoire contemporaine italienne » in Philippe  (...)

59Cette prolifération des histoires individuelles dans des sites le plus souvent multimédias avait déjà été constatée avant la naissance de sites web d’histoire 2.0, avec de nombreux sites italiens dédiés à l’histoire axée sur la mémoire et les positions politiques de petites collectivités84. Un moyen perçu par le large public du Web comme une possibilité de récupérer sa propre histoire, ses propres mémoires en opposition aux narrations officielles, le plus souvent celles des historiens de profession. Parfois même, ces formes de chargement direct des sources dans le Web se font « contre » une écriture officielle de l’histoire dans laquelle la « communauté » ne se reconnaît pas.

60En Italie, la remarquable expérience socio-anthropologique du MUVI85 (Museo Virtuale della Memoria Collettiva della Lombardia) avait fait de l’histoire 2.0 avant la lettre. Sans l’addition de podcasts ni l’intégration de reprises vidéo, MUVI publiait des expériences individuelles, racontait les faits caractéristiques de l’histoire de petites communautés lombardes, et ajoutait des photographies et des commentaires reçus par les auteurs du site dans un processus qu’on appellerait aujourd’hui « crowdsourcing ».

61Une expérience directe d’interview vidéo et de mémoire orale usant des technologies du Web 2.0 est certainement le projet appelé Memoro, la banque de la mémoire. Memoro permet à quiconque de réaliser un récit vidéo et de le transmettre ensuite sur le site. Du Piémont en Italie où il est né en août 2007, Memoro s’étend à présent aux autres continents et à d’autres langues86. Cette expérience « vidéo » est aussi celle de History Channel dans sa version italienne, la télévision qui diffuse des bribes de public history et qui s’est aussi transférée sur le Web. L’intention est ainsi celle de construire une archive sans médiation entre témoin, témoignages, mémoire et histoire. « Collabora a realizzare un archivio di storie e foto storiche per le generazioni future » est le message simple et direct. « Entre pour faire partie de l’Histoire », avec majuscule. History Channel, en italien La TV che fa storia, a ainsi proposé entre 2007 et 2008 la création d’archives contenant les photographies des visiteurs du site web87, grâce à la participation directe des citoyens qui « font l’histoire », la forme plus récente de ce qui a été appelé dans le Web 2.0 le « user generated content », « La Storia Siamo Noi », annonce Rai Educational88.

62Aujourd’hui on assiste ainsi à la course au témoignage écrit, parlé, filmé et à l’acquisition des albums et des images de famille, « le mie storie » selon le site italien Storie Digitali89, en montrant les documents en format audio, les vidéos, les photographies et les lettres de chacun, et en demandant au public des curieux d’annoter, de préciser, de contribuer à déchiffrer et à rendre aux documents leurs contextes et une description précise. C’est le cas du projet The Commons dans Flickr qui a été lancé par la Bibliothèque du Congrès à Washington et a étendu ses collections à de nombreuses bibliothèques de tous les continents qui demandent ainsi au public de documenter les photographies90.

  • 91 L’espace public de la ville invisible, celui d’un passé récent, celui de Riccione en Romagne en 194 (...)

63De tels sites à caractère « historique » sont les fils du Web 2.0. Documenter ce que l’on découvre en ligne en fonction de ses connaissances, partager des informations, des sources, des savoirs, et des commentaires dans de nouveaux types de sites 2.0, sont donc une réalité, même en dehors des sites web liés aux centres universitaires traditionnels d’histoire et médias qui créent des projets de digital history. Les sites institutionnels, personnels, privés, commerciaux, d’histoire numérique, construisent ainsi de nouvelles formes d’autonarration sur la base de la multiplicité des sources et des témoignages de chacun91.

  • 92 Raphael Samuel, Theatres of Memory, Londres, Verso, 1994. Sur Samuel et sa contribution à la public (...)

64À Oxford dans les années soixante-dix, Raphael Samuel avait tenté une telle expérience pédagogique suscitant les témoignages d’histoire orale dans ses history workshops, en fondant ce qui aurait été appelé d’ici peu aux USA la public history92. Cependant, Samuel restait le médiateur professionnel et l’auditeur « cultivé » du public qui assistait, et c’est lui qui filtrait et faisait œuvre de médiation, une nécessité professionnelle qui n’est pas toujours requise dans la Toile d’histoire.

65L’aspect prépondérant des nombreuses initiatives d’histoire numérique 2.0 reste donc celui de la vérification des formes de médiation et du profil professionnel du « médiateur », un rôle que l’historien « professionnel » d’aujourd’hui maintient difficilement dans le cadre de l’histoire numérique de type 2.0. Bien entendu il faudrait définir le rôle de l’historien dans les contextes numériques et les activités professionnelles nécessaires pour développer des projets complexes de digital history. C’est ce qu’Edward Ayers avait tenté dans les années quatre-vingt-dix avec Valley of the Shadow, en suscitant la collaboration des historiens de profession à de tels projets. On remarque toutefois que le fossé s’agrandit avec le large public protagoniste souvent anonyme des sites d’histoire 2.0, bâtis grâce aux technologies du numérique et à l’activité historienne.

66La philosophie « ouverte » qui s’empare de la Toile a permis de souligner le hiatus qui existe aujourd’hui entre l’attitude qui porte l’historien académique à vouloir critiquer de l’extérieur les contenus de la Wikipedia, et de la Toile en général, comme peu scientifiques, et celle qui consiste à ne pas se servir des contenus scientifiques de sites d’histoire numérique, innovants du point de vue des méthodes offertes aux chercheurs, et qui permettent d’obtenir des résultats scientifiques grâce à l’innovation technologique. Une conception nouvelle du travail collaboratif, qui s’attache, en revanche, à améliorer les contenus d’un site, en fonction des capacités de chacun, et du rôle de témoin – spécialiste ou amateur éclairé – directement intéressé par les événements au centre de la narration, n’est pas encore à l’ordre du jour de l’activité de l’historien académique. Cette participation collective, qui incorpore la relative simplicité technologique des instruments du Web 2.0 et leur caractère d’ouverture des contenus et des technologies, ne convainc pas encore les historiens de profession, qui auraient aujourd’hui la capacité d’ajouter les résultats de leurs propres recherches à ce que l’on appelle par convention l’histoire numérique 2.0.

67Quelle est donc la place de l’historien avec le « numérique » face au large « public » qui participe activement au Web ? Comment user de manière critique des connaissances scientifiques et méthodes séculaires sans dénaturer la spontanéité des projets d’histoire numérique et en les accompagnant le mieux possible ? Voilà les questions centrales qu’une activité d’histoire numérique 2.0 pose aujourd’hui à l’historien, en Europe comme aux États-Unis, en Asie comme en Amérique latine.

  • 93 Voir à ce sujet la table ronde présentée au cours du Congrès annuel de la National Council on Publi (...)

68Une « histoire 2.0 », désenclavée, ouverte sur la société et son large public, répondant de manière scientifique aux besoins d’histoire, se construit aujourd’hui le plus souvent sans le concours direct de la profession et sans que les universités ne se préoccupent de former les historiens à la public history, qui, tout en rencontrant un grand succès académique aux États-Unis grâce à des sociétés professionnelles comme la National Council on Public History (NCPH), ne se décline pas encore de la sorte en Europe continentale93.

Notes

1 Tim O’Reilly, « What Is Web 2.0. Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software », O’Reilly, 30 septembre 2005, http://oreilly.com/pub/a/web2/archive/what-is-web-20.html?page=1, consulté le 22 juillet 2012.

2 Jeff Howe propose la définition suivante sur son site consacré au phénomène de l’action collective dans le Web de type 2.0 : « Crowdsourcing is the act of taking a job traditionally performed by a designated agent (usually an employee) and outsourcing it to an undefined, generally large group of people in the form of an open call. », http://www.crowdsourcing.com ; voir aussi « Crowdsourcing » dans en.Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/Crowdsourcing

3 Rose Holley, « Crowdsourcing: How and Why Should Libraries Do It? », D-Lib Magazine, vol. 16, no 3/4, mars/avril 2010, http://www.dlib.org/dlib/march10/holley/03holley.print.html, consulté le 22 juillet 2012.

4 Un projet qui exploite ces techniques de l’activité collective, dans ce cas pour produire « a new and authoritative edition of The Collected Works of Jeremy Bentham », est développé à l’University College London : Transcribe Bentham. A Participatory Initiative, http://www.ucl.ac.uk/transcribe-bentham. « Transcribe Bentham is a participatory project based at University College London. Its aim is to engage the public in the online transcription of original and unstudied manuscript papers written by Jeremy Bentham (1748-1832), the great philosopher and reformer. We would like to encourage all those who have an interest in Bentham or those with an interest in history, politics, law, philosophy and economics, fields to which Bentham made significant contributions, to visit the site. Those with an enthusiasm for palaeography, transcription and manuscript studies will be interested in Bentham’s handwriting, while those involved in digital humanities, education and heritage learning will find the site intriguing […]. »

5 « Un appel personnel de Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia », http://wikimediafoundation.org/wiki/2005/Personal_Appeal/fr, consulté le 17 août 2012.

6 La participation active et créative des navigateurs a lieu également dans le domaine des biens culturels, créant des consommateurs « actifs » de produits culturels. Le « tecnologie attribuiscono anche un crescente potere al fruitore, che esce dalla sua tradizionale passività per trasformarsi in un attore del processo di consumo culturale » (Andrea Granelli, « Implicazioni organizzative e sociologiche della transizione delle istituzioni culturali sul web » in Paolo Galluzzi, Pietro A. Valentino (eds.), Galassia web. La Cultura nella Rete, Firenze, Giunti, 2008, p. 31).

7 Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), http://cleo.cnrs.fr

8 Voir à ce propos Marin Dacos, « Histoire 2.0. Vers une cyberinfrastructure au cœur de la discipline historique », et Gino Roncaglia, qui insiste pour sa part sur les nouveaux outils de type 2.0 dans le cadre de la recherche scientifique, « Web 2.0 and the future of research: new tools for research networks », deux contributions au symposium de Luxembourg des 15 et 16 octobre 2009, « L’histoire contemporaine à l’ère digitale », http://www.digitalhumanities.lu, à paraître dans Frédéric Clavert, Serge Noiret (eds.), L’Histoire contemporaine à l’ère digitale, Bruxelles, PIE-Peter Lang.

9 Sur Zotero, consulter Dan Cohen, « Zotero: Social and Semantic Computing for Historical Scholarship », Perspectives Online, no 45/5, mai 2007, http://www.historians.org/Perspectives/issues/2007/0705/0705tec2.cfm, consulté le 22 juillet 2012, et « Creating Scholarly Tools and Resources for the Digital Ecosystem: Building Connections in the Zotero Project », First Monday, vol. 13, no 8, 4 août 2008, http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2233/2017, consulté le 22 juillet 2012. Voir aussi Roy Rosenzweig, « Zotero. Fare ricerca nell’età digitale », Contemporanea, no 4, 2007, p. 739-744. « Omeka is a free and open source collections web-based publishing platform for scholars, librarians, archivists, museum professionals, educators, and cultural enthusiasts. […]. It brings Web 2.0 technologies and approaches to academic and cultural websites to foster user interaction and participation. » (Omeka, http://omeka.org)

10 Paul Bertrand, « Les blogs et l’écriture de l’histoire », Memoria e Ricerca [en ligne], no s. 27, 2008, http://www.fondazionecasadioriani.it/modules.php?name=MR&op=body&id=443, consulté le 22 juillet 2012. Le point de vue d’un journaliste : Giuseppe Granieri, Blog Generation, Bari, Laterza, 2005, et La società digitale, Bari, Laterza, 2006.

11 Enrica Salvatori, « Hardcore history : ovvero la storia in podcast », Memoria e Ricerca, no 30, 2009, p. 171-191.

12 « Service-Oriented Architecture », http://en.wikipedia.org/wiki/Service-oriented_architecture

13 Really Simple Syndication, http://en.wikipedia.org/wiki/RSS_feeds

14 Fabio Ciotti, Gino Roncaglia, Il mondo digitale. Introduzione ai nuovi media, 12e éd., Bari, Laterza, 2008.

15 Regnum Francorum Online, http://www.francia.ahlfeldt.se

16 Le projet est celui de l’Humanities Research Center de l’université de Sheffield au Royaume-Uni : « Connected Histories: Sources for Building British History, 1500-1900 », http://www.shef.ac.uk/hri/projects/projectpages/connectedhistories.html. L’Institute for Historical Research définit ainsi les possibilités nouvelles de recherche offertes par cette plate-forme d’accès aux contenus de différents sites d’histoire : « Connected Histories will create a federated search facility for a wide range of distributed digital resources relating to early modern and nineteenth-century British history. Through the combination of web crawling and the application of a Natural Language Processing methodology it will create a non-intrusive, distanced tagging of the data within those distributed sources to facilitate more sophisticated and structured searching. Using metadata and other available background information, the project will create a search facility that adapts to each resource […] to allow searching across the full range of chosen sources for names, places, and dates, as well as keywords and phrases. […] » (http://www.history.ac.uk/connectedhistories)

17 J. R. Milton, « Locke, John (1632-1704) », Oxford Dictionary of National Biography, http://www.oxforddnb.com/view/article/16885, consulté le 17 août 2012.

18 John Locke (1632-1704), philosophe, dans la National Portrait Gallery, http://www.npg.org.uk/collections/search/person.php?LinkID=mp02773, consulté le 17 août 2012.

19 John Locke (1632-1704), philosophe, dans le National Register of Archives, http://www.nationalarchives.gov.uk/nra/searches/subjectView.asp?ID=P17725, consulté le 17 août 2012.

20 Josef Kolbitsch, Hermann Maurer, « The Transformation of the Web: How Emerging Communities Shape the Information we Consume », Journal of Universal Computer Science, vol. 12, no 2, 2006, p. 187-213, http://www.jucs.org/jucs_12_2/the_transformation_of_the/jucs_12_02_0187_0214_kolbitsch.pdf, consulté le 22 juillet 2012.

21 La construction des archives participatives se fait collectivement en « attirant » les navigateurs du Web et sous la direction d’éducateurs, un processus que décrivent Daniel J. Cohen, Roy Rosenzweig, « Collecting History online » in Roy Rosenzweig, Clio Wired. The Future of the past in the Digital Age, New York, Columbia University Press, 2011, p. 124-151. Dans le site britannique British History Online, les lecteurs sont ainsi invités à commenter leur travail avec les sources primaires numérisées : « If a text is available for annotation you can […] click on “Comment on this article”. […] However it is now also possible to double click the text you wish to annotate with the left mouse button. Using this function inserts a hyperlink at the relevant point in the text, so that your annotation will be more easily spotted by others. We therefore hope this change will improve the experience for readers, who will be alerted to the presence of an annotation for the piece of text they are reading. » (http://www.british-history.ac.uk/journal.aspx?task=1)

22 Laure Endrizzi, « La communauté comme auteur et éditeur : l’exemple de Wikipédia », Journée nationale du réseau des URFIST « Évaluation et validation de l’information sur internet », Paris, France (2007), p. 11, http://edutice.archives-ouvertes.fr/docs/00/18/48/88/PDF/urfist0107_endrizzi_contrib.pdf, consulté le 29 juillet 2012.

23 Marshall MacLuhan, Understanding Media: The Extensions of Man, New York, McGraw-Hill, 1964.

24 Je reprends partiellement ces réflexions de mon essai « Y a-t-il une histoire numérique 2.0 ? » in Les Historiens et l’Informatique. Un métier à réinventer, études réunies par Jean-Philippe Genet et Andrea Zorzi, Rome, École française de Rome, 2011, p. 235-289, et de l’introduction « La historia digital en la era del Web 2.0: introducción al Dossier Historia Digital » de Stefania Gallini et Serge Noiret (eds.) au numéro monographique Historia Digital de la revue Historia Crítica (no 43, 2011).

25 Le portail des sources primaires de l’histoire de l’Europe du département d’histoire de l’Institut universitaire européen de Florence tente, depuis juin 2009, de répertorier ces sources : European History Primary Sources (EHPS), http://primary-sources.eui.eu. EHPS se pose le problème de l’accès aux sources numériques de type 2.0 utilisant un environnement technologique 2.0. Ce portail offre les sources primaires numérisées pour permettre des recherches originales, de type universitaire et de troisième cycle, sur l’histoire de l’Europe. Il inclut des possibilités de collaboration en réseau dans Facebook et Twitter. Le public à qui il s’adresse ne montre pas la désinvolture de la « Google génération » en filtrant, commentant, jugeant ou annotant peu les informations fournies. Seul le site de EHPS dans Facebook (http://www.facebook.com/pages/European-History-Primary-Sources/223099761969) offre les commentaires des utilisateurs. Sur EHPS, consulter mon essai « New Portals for New Sources and New Historians: EHPS » in Dan Cohen, Tom Scheinfeldt (eds.), Hacking the Academy: A Book Crowdsourced in One Week, May 21-28 2010, http://hackingtheacademy.org, consulté le 29 juillet 2012, et aussi « The Digital Historian’s Craft and the Role of the European History Primary Sources (EHPS) Portal », Archivi & Computer. Automazione e Beni Culturali, no 2-3/2009, p. 5-41.

26 Dan Cohen, Tom Scheinfeldt (eds.), op. cit. La « provocation » dérivant de l’utilisation nouvelle des blogs scientifiques était la suivante : « Can an algorithm edit a journal? Can a library exist without books? Can students build and manage their own learning management platforms? Can a conference be held without a program? Can Twitter replace a scholarly society? » (http://hackingtheacademy.org/what-this-is-and-how-to-contribute, consulté le 29 juillet 2012)

27 « Zotero [zoh-TAIR-oh] is a free, easy-to-use tool to help you collect, organize, cite, and share your research sources. It lives right where you do your work–in the web browser itself. » (http://www.zotero.org, consulté le 29 juillet 2012)

28 Stefano Vitali, Passato Digitale. Le fonti dello storico nell’era del computer, Milano, Bruno Mondadori, 2004, et Isabella Zanni Rosiello, « A proposito di web e del mestiere di storico », Contemporanea, no 4, 2005, p. 743-755.

29 Florence Clavaud, « Les éditions électroniques de l’École nationale des Chartes : objectifs, principes, outils et perspectives » in Porta Historica - Congress in Brussel (2009) : Digital edition of sources in Europe, http://www.crhistoire.be/portaHistoricaDoc/clavaud.pdf, consulté le 29 juillet 2012.

30 « Robinson Crusoé sur son île aurait eu de quoi lire pendant trente ans avec une bible de Gutenberg. Si elle avait été numérisée dans un e-book, il en aurait profité pendant les trois heures d’autonomie de sa batterie. » (« Umberto Eco : “Le livre est une invention aussi indépassable que la roue ou le marteau” », entretien de Catherine Portevin, Telerama.fr, no 3117, 10 octobre 2009, http://www.telerama.fr/livre/umberto-eco-internet-encourage-la-lecture-de-livres-parce-qu-il-augmente-la-curiosite,47983.php, consulté le 29 juillet 2012.) Voir aussi de Jean-Claude Carrière l’édition des entretiens menés par Jean-Philippe de Tonnac avec Umberto Eco : N’espérez pas vous débarrasser des livres, Paris, Grasset, 2009, et de Umberto Eco : Vertige de la liste, Paris, Flammarion, 2009.

31 Si la division en quatre catégories des ressources d’histoire en ligne ne semble pas avoir muté depuis les années quatre-vingt-dix, et cela indépendamment des changements technologiques du réseau, faudrait-il différencier les sites d’histoire au-delà des catégories chronologiques ou des sujets ? Voir à ce sujet « Storia e Internet : la ricerca storica all’alba del terzo millenio », Memoria e Ricerca, no 3, 1999, p. 7-20. Partons du portail d’histoire World Wide Web Virtual Library - History Central Catalogue qui, depuis la naissance du Web en 1993, offre une sélection de sites d’histoire en suivant des catégories géographiques et thématiques (WVL History Central catalogue, http://vlib.iue.it). Aucune section du portail n’offre une sélection de sites d’histoire suivant une catégorie Web 2.0 et aucun « maintainer » n’a senti la nécessité d’user d’une telle catégorie pour présenter des sites d’histoire. C’est d’ailleurs le cas des catalogues et portails majeurs de sciences humaines et sociales qui répertorient les sites historiques, comme Intute en Grande Bretagne (Intute - History, http://www.intute.ac.uk/history).

32 British Library, JISC, Information Behaviour of the Researcher of the Future. A Case Study II: A User Evaluation of Intute, CIBER, University College London, 16 janvier 2008, http://www.ucl.ac.uk/infostudies/research/ciber/downloads/GG%20Intute%20Report.pdf, consulté le 29 juillet 2012.

33 L’Association for History and Computing a été fondée au Royaume-Uni en 1986. Sa dernière conférence – « New Methodologies for the New Millennium » – s’est tenue en 2001 en Pologne. La revue de l’AHC a cessé ses publications en 1998. Association for History and Computing : http://odur.let.rug.nl/ahc. L’index des dix années de publication de la revue est disponible sur le site : http://odur.let.rug.nl/ahc/journal/index/createindex.html

34 L’American Association for History and Computing n’a pas tenu sa conférence programmée en avril 2008 sur « Web 2.0 et histoire ». La AAHC a dû déclarer forfait après avoir tenté de rouvrir l’échéance pour la présentation des interventions (The American Association for History and Computer (AAHC), « Annual Meeting Cancelled for 2008 » : « Web 2.0/History 2.0: Making History Together », http://theaahc.org/2008cfp.htm). Encore en 2011, Dan Cohen se lamentait du peu de considération accordée à la « digital history » lors de la conférence annuelle de l’AHA (American Historical Association, http://www.historians.org/annual/2011/index.cfm) à Boston en janvier 2011 (Dan Cohen, « Digital History at the 2011 AHA Meeting », Dan Cohen.org, 25 octobre 2010, http://www.dancohen.org/2010/10/25/digital-history-at-the-2011-aha-meeting, consulté le 29 juillet 2012).

35 Voir sur ce point l’analyse que fait Philippe Rygiel des œuvres de Lucien de Samosate et de ses écrits sur « Comment on écrit l’histoire » qui permettent de déchiffrer, dans une continuité méthodologique qui remonte au Bas-Empire romain, les coordonnées de l’histoire numérique d’aujourd’hui : « L’inchiesta storica in epoca digitale », Memoria e Ricerca, no 35, 2010, p. 163-178.

36 Serge Noiret, « The Historian’s new Workshop » in Ilaria Porciani, Lutz Raphael (eds.), Atlas of European Historiography: the Making of a Profession 1800-2005, Basingstoke, Palgrave Macmillan/European Science Foundation, 2010, p. 69. Pour un exemple critique, celui de la circulation de photographies dans les sites web, voir « Visioni della brutalità nelle fotografie di rete » in Sauro Lusini (a cura di), La cultura fotografica in Italia oggi. A 20 anni dalla fondazione di AFT. Rivista di Storia e Fotografia, Prato, Archivio Fotografico Toscano-Comune di Prato, 2007, p. 88-106.

37 « THATCamp is a user-generated “unconference” on digital humanities organized and hosted by the Center for History and New Media at George Mason University. » (http://thatcamp.org) Le « mouvement » des THATCamps, coordonné par Amanda French et sponsorisé par la Mellon Foundation, s’est depuis largement diffusé aux États-Unis : http://thatcamp.org/2010/greetings-from-the-new-regional-thatcamp-coordinator (au 29 juillet 2012, la page n’est plus accessible). Il est également arrivé outre-Atlantique à l’Institut universitaire européen de Florence en mars 2011 : http://www.thatcampflorence.com (au 29 juillet 2012, la page n’est plus accessible).

38 Dan Cohen, http://www.dancohen.org. Le blog était un résumé avec des liens d’approfondissement des interventions les plus significatives des participants aux activités du Camp dans le domaine des digital humanities (THATCamp 2008).

39 « In a Web 2.0 environment, no application or repository should be an island; to live in this digital realm, applications and repositories must connect with each other, must be able to give to and take from other applications and repositories, and must be able to leverage the combined knowledge and actions of scholars from around the world. » (Dan Cohen, « Creating Scholarly Tools and Resources for the Digital Ecosystem: Building Connections in the Zotero Project », First Monday, vol. 13, no 8, 4 août 2008, http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/2233/2017, consulté le 29 juillet 2012.)

40 Daniel J. Cohen, « Cooperative Web Tools and User-Generated Content for Cultural Heritage: Advantage and Limits » in Cultural Heritage on Line. Empowering Users: an Active Role for User Communities. International Conference, Florence, 15th-16th December 2009, p. 28-32, http://www.rinascimento-digitale.it/eventi/conference2009/proceedings-2009/Proceedings-part1.pdf, consulté le 29 juillet 2012. Dans le cas de Twitter, Dan Cohen propose un « assemblage » – les « #hashtags » (voir http://twitter.com/hashtags) – des messages pertinents dans le cadre des digital humanities comme instrument d’accès et de filtrage de l’information : @dancohen/digitalhumanities, Comprehensive list of scholars in digital humanities & editors of Digital Humanities Now @dhnow. Twitter, en avril 2010, a d’ailleurs été l’objet d’archivage systématique de la part de la Library of Congress à Washington (Matt Raymond, « How Tweet It Is! Library Acquires Entire Twitter Archive », Library of Congress Blog, 14 avril 2010, http://blogs.loc.gov/loc/2010/04/how-tweet-it-is-library-acquires-entire-twitter-archive, consulté le 29 juillet 2012), et aujourd’hui Google l’a intégré dans sa banque de données.

41 « Digital Humanities Now is a real-time, crowdsourced publication. It takes the pulse of the digital humanities community and tries to discern what articles, blog posts, projects, tools, collections, and announcements are worthy of greater attention. » (http://digitalhumanitiesnow.org)

42 Il est possible de rechercher les flux de tweets par mots-clés ou par sujet. Voir Hashtags.org, http://hashtags.org

43 Middle East Protests - Tweets Mapped, http://www.mibazaar.com/meprotests.html

44 Selon Steven Mintz, ex-directeur de H-Net, l’histoire numérique ou, mieux, la « digital history », est un concept spécifiquement anglo-saxon : Steven Mintz in Daniel J. Cohen, Michael Frisch, Patrick Gallagher, Steven Mintz, Kirsten Sword, Amy Murrell Taylor, William G. Thomas III, William J. Turkel, « Interchange: The Promise of Digital History », The Journal of American History, vol. 95, no 2, 2008, § 25-29, http://jah.oxfordjournals.org/content/95/2/452.extract, consulté le 29 juillet 2012.

45 Daniel J. Cohen, Roy Rosenzweig, Digital History: a Guide to Gathering, Preserving, and Presenting the Past on the Web, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2006, http://chnm.gmu.edu/digitalhistory, consulté le 29 juillet 2012.

46 Serge Noiret, « La “nuova storiografia digitale” negli Stati Uniti (1999-2004) », Memoria e Ricerca, no 18, 2005, p. 169-185, http://www.fondazionecasadioriani.it/modules.php?name=MR&op=body&id=339, consulté le 29 juillet 2012.

47 Roy Rosenzweig, David Thelen, The Presence of the Past: Popular Uses of History in American Life, New York, Columbia University Press, 1998. Voir Appendix 1 : « How We Did the Survey », p. 209-231, aussi accessible sur le site du CHNM complémentaire du livre avec toutes les demandes du questionnaire et bien d’autres matériaux : http://chnm.gmu.edu/survey/appendix.html et « The Presence of the Past. II. Trustworthiness of Sources of Information About the Past », http://chnm.gmu.edu/survey/trustworth.htm, consultés le 29 juillet 2012.

48 « Although they trusted college professors as experts, Americans expressed a strong preference for the direct experience that museums seemed to offer. » (William G. Thomas III in Daniel J. Cohen, Michael Frisch, Patrick Gallagher, Steven Mintz, Kirsten Sword, Amy Murrell Taylor, William G. Thomas III, William J. Turkel, art. cit., § 124-127, http://jah.oxfordjournals.org/content/95/2/452.extract, consulté le 29 juillet 2012.)

49 Roy Rosenzweig, David Thelen, op. cit.

50 Antonino Criscione, Serge Noiret, Carlo Spagnolo, Stefano Vitali, La Storia a(l) tempo di Internet : indagine sui siti italiani di storia contemporanea, (2001-2003), Bologna, Pàtron editore, 2004. Ma contribution touche au mirage d’une histoire des historiens dans le Web : « Storia e memoria nella rete », p. 295-352. Sur l’influence innovatrice en Italie, dans le domaine de la digital history et de la digital public history, d’un auteur comme Antonino Criscione je renvoie à Serge Noiret, « La “Galassiafrage” di Antonino Criscione » in Paolo Ferrari, Leonardo Rossi (eds.), Antonino Criscione. Web e storia contemporanea, Roma, Carocci, 2006, p. 9-21. J’ai approfondi ces premières considérations sur la digital public history suivant les intuitions de Criscione, dans le cadre d’un numéro monographique que Ricerche storiche a consacré aux médias (Media e storia, sous la direction de Francesco Mineccia et Luigi Tomassini) : Serge Noiret, « “Public History” e “storia pubblica” nella rete », Ricerche storiche, vol. 39, no 2-3, 2009, p. 275-327.

51 Robert Darnton, The Case For Books: Past, Present and Future, New York, Public Affairs, 2009 ; Gino Roncaglia, La Quarta Rivoluzione : sei lezioni sul futuro del libro, Bari, Laterza, 2010.

52 Sur les pratiques des historiens dans le Web et les formes de connaissances historiques qui se trouvent dans la Toile, consulter Daniel J. Cohen, Roy Rosenzweig, « Web of Lies? Historical Knowledge on the Internet » in Roy Rosenzweig, Clio Wired. The Future of the Past in the Digital Age, cit., p. 28-50.

53 Lucien X. Polastron, La Grande Numérisation. Y a-t-il une pensée après le papier ?, Paris, Denoël, 2006.

54 Voir le projet de bibliothèque numérique européenne : Europeana, http://www.europeana.eu/portal

55 Gutenberg-e, « Prize from the American Historical Association & Columbia University Press for dissertations and monograph manuscripts in history », http://www.historians.org/prizes/gutenberg ; Gutenberg-e, http://www.theaha.org/prizes/gutenberg/Index.cfm (au 29 juillet 2012, la page n’est plus accessible) ; Robert Darnton, « What Is the Gutenberg-e Program? », http://www.theaha.org/prizes/gutenberg/rdarnton2.cfm (au 29 juillet 2012, la page n’est plus accessible) ; « Gutenberg-e » in Robert Darnton, op. cit., p. 79-102.

56 Janet Murray, Hamlet on the Holodeck: The Future of Narrative in Cyberspace, New York, Free Press, 1997, p. 65-68.

57 Daniel J. Cohen, Michael Frisch, Patrick Gallagher, Steven Mintz, Kirsten Sword, Amy Murrell Taylor, William G. Thomas III, William J. Turkel, art. cit., p. 452-491, http://jah.oxfordjournals.org/content/95/2/452.extract, consulté le 29 juillet 2012.

58 Alliance of Digital Humanities Organizations (ADHO), http://digitalhumanities.org ; Susan Schreibman, Ray Siemens, John Unsworth (eds.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004, http://www.digitalhumanities.org/companion, consulté le 29 juillet 2012.

59 Voir à ce sujet « Digital history 2.0 ? » in Frédéric Clavert, Serge Noiret (eds.), op. cit.

60 Sur la public history américaine et les formes d’histoire publique numérique présentes en Europe continentale et surtout en Italie, voir Serge Noiret, « “Public History” e “storia pubblica” nella rete », cit.

61 Les définitions et les programmes des « digital humanities » se multiplient ces derniers temps comme celui qui a été souscrit à Paris au printemps 2010 : « Manifeste des digital humanities », ThatCamp, 26 mars 2011, http://tcp.hypotheses.org/318, consulté le 29 juillet 2012.

62 « Though “archive” is the term we have fallen back on, in fact we envision a unique resource unlike any other currently available for the study of Blake–a hybrid all-in-one edition, catalogue, database, and set of scholarly tools capable of taking full advantage of the opportunities offered by new information technology. » (« What Do We Mean by an “Archive”? » in Morris Eaves, Robert N. Essick, Joseph Viscomi (eds.), The William Blake Archive, http://www.blakearchive.org/blake/archive.html, consulté le 29 juillet 2012.)

63 Edward L. Ayers, « Lincoln’s America 2.0 », The Journal of American History, vol. 96, no 2, 2009, p. 441-446, http://jah.oxfordjournals.org/content/96/2/441.extract, consulté le 29 juillet 2012.

64 On est passé de ce que John Burrows appelait en 2003-2004 la « Textual Analysis » (Susan Schreibman, Ray Siemens, John Unsworth (eds.), op. cit., http://www.digitalhumanities.org/companion, consulté le 29 juillet 2012) à la possibilité de faire des enquêtes dans d’énormes bibliothèques numériques et sur des quantités gigantesques de textes numérisés (Ronen Feldma, James Sanger, The Text Mining Handbook : Advanced Approaches in Analyzing Unstructured Data, Cambridge, Cambridge University Press, 2009).

65 Google Ngram Viewer permet de tracer l’histoire de concepts et de l’usage des mots au fil des siècles en utilisant plusieurs millions de livres qui sont interrogés au même moment : Google Ngram Viewer, http://ngrams.googlelabs.com

66 « The tags are usually hyperlinks that lead to a collection of items that are associated with a tag. » (« Tag cloud » in en.Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/Tag_cloud)

67 Parallel Archive, http://www.parallelarchive.org. « PA is an “invented” archive repository accessible for everybody wishing to upload primary sources, [and] is developed by the Open Society Archives (OSA) at Central European University in Budapest », cité à partir de EHPS (European History Primary Sources), http://primary-sources.eui.eu/website/parallel-archive-pa

68 Une intéressante série d’archives inventées qui offrent des sources primaires numériques pour l’histoire de l’éducation est sélectionnée dans le portail du projet européen History On-Line, section « digital archives », http://www.history-on-line.eu/databases.aspx (au 29 juillet 2012, la page n’est plus accessible). Le projet met à disposition des chercheurs et professeurs d’histoire des matériaux pour améliorer l’enseignement grâce aux nouvelles technologies du numérique. Pour une définition approfondie des « archives inventées » consulter Roy Rosenzweig, « The road to Xanadu. Public and private Pathways on the History Web » in Clio Wired. The Future of the Past in the Digital Age, cit., p. 203-235, aussi disponible sous forme d’article en ligne, septembre 2001, http://chnm.gmu.edu/essays-on-history-new-media/essays/?essayid=9, consulté le 29 juillet 2012.

69 Edward L. Ayers, « The Academic Culture & The IT Culture: Their Effect on Teaching and Scholarship », Educause Review, vol. 39, no 6, novembre-décembre 2004, p. 59, http://www.educause.edu/ero/article/academic-culture-and-it-culture-their-effect-teaching-and-scholarship, consulté le 29 juillet 2012.

70 « Although historians, écrit-il, in academe have largely continued to produce scholarship without engaging these groups, we are already seeing whole subdomains of specialized knowledge and original sources take shape on the Web and become the de facto source archives for historians to consult. At the very least academic historians will soon be referring to this scholarship in their notes or citations. We might imagine a more proximate collaboration in which historians team up with these groups. The Web 2.0 movement might allow historians and the public to make history together rather than separately. The professional barriers are significant, but our professional relevance is also at stake in the digital age. » (William G. Thomas III in Daniel J. Cohen, Michael Frisch, Patrick Gallagher, Steven Mintz, Kirsten Sword, Amy Murrell Taylor, William G. Thomas III, William J. Turkel, art. cit., § 126-127, http://jah.oxfordjournals.org/content/95/2/452.extract, consulté le 29 juillet 2012.)

71 Matthew Pinsker, « Lincoln Theme 2.0 », The Journal of American History, vol. 96, no 2, 2009, § 41-49, http://jah.oxfordjournals.org/content/96/2/417.extract, consulté le 29 juillet 2012.

72 Dan Cohen insiste sur le lien effectif que l’histoire numérique permet de développer entre les auteurs « d’histoire », les associations scientifiques qui sont ainsi créées, grâce au computer, autour d’objets de recherche, intégrant le potentiel « social » du Web 2.0 : Daniel J. Cohen in Daniel J. Cohen, Michael Frisch, Patrick Gallagher, Steven Mintz, Kirsten Sword, Amy Murrell Taylor, William G. Thomas III, William J. Turkel, art. cit., § 70, http://jah.oxfordjournals.org/content/95/2/452.extract, consulté le 29 juillet 2012.

73 Kirsten Sword in ibid., § 59-62.

74 « One interesting model for integrating digital history into one’s more traditional scholarly work – écrit Amy Murriell Taylor – comes from historians who have written books and created digital history as complementary pieces of one intellectual enterprise. Edward Ayers’s work on the Valley of the Shadow and Laurel Thatcher Ulrich’s work with Martha Ballard’s diary come to mind, […] it allows a historian to exploit the strengths of each medium and produce history that is deeper and richer than if presented in only one form. » (Amy Murriell Taylor in ibid., § 78.)

75 « Using the Valley Project », « Interpretations of the Valley Resources », http://valley.lib.virginia.edu/VoS/usingvalley/interpretations/interpretations.html

76 On Your Own, http://dohistory.org/on_your_own/index.html

77 The September 11 Digital Archive, http://911digitalarchive.org

78 International Coalition of Sites of Conscience, http://www.sitesofconscience.org

79 Paula Hamilton, « A Long War. Public Memory and the Popular Media » in Susannah Radstone, Bill Schwarz (eds.), Memory: Histories, Theories, Debates, New York, Fordham University Press, 2010, p. 299-311.

80 « […] On assiste, dans le cas nous intéressant, à une tentative de construction de mémoire alternative […] dans cette logique, la société civile et les militants exercent un véritable contrepoids » dans un domaine, le Web, où l’historien n’est pas présent, assure l’auteur (Sébastien Farré, « La guerre d’Espagne sur le Web. Configurations mémorielles et communautés virtuelles » in Régis Latouche, Michel Mathien, Histoire, mémoire et médias, Bruxelles, Bruylant, 2009, p. 37-49, ici p. 48). En général sur les « usages » de la mémoire, il existe maintenant une énorme littérature. Consulter Richard Ned Lebow, Wulf Kansteiner, Claudio Fogu (eds.), The politics of Memory in Postwar Europe, Durham, Duke University Press, 2006.

81 Jerome De Groote, « Digital History: Archives, Information Architecture, Encyclopaedias, Community Websites and Search Engines » in Consuming History. Historians and Heritage in Contemporary Popular Culture, London, Routledge, 2009, p. 90-101, ici p. 99-100. Sur le rapport entre culture et mémoire numérique individuelle appelée « personal cultural memory », voir de José Van Dijck, Mediated Memories in the Digital Age, Stanford, Stanford University Press, 2007.

82 Un « text-book » explique comment construire de telles narrations en s’identifiant à un personnage historique précis : Joyce M. Thierer, Telling History. A Manual for Performers and Presenters of First-Person Narratives, Plymouth, AltaMiraa Press, 2010. Cet ouvrage oublie cependant de proposer un chapitre consacré au Web comme média de transmission de ces nouvelles formes d’histoire.

83 Stories Matter Project, http://www.stories-matter.com, avec le projet d’Oral History de l’université de Concordia au Canada, http://storytelling.concordia.ca/oralhistory/index.html. Voir aussi l’exercice pédagogique effectué à la Georgetown University en Virginie pour accompagner l’étude des matières humanistes de reconstruction multimédia personnelle appelées digital storytelling : The Digital Storytelling Multimedia Archive, https://digitalcommons.georgetown.edu/projects/digitalstories

84 Serge Noiret, « Histoire et mémoire dans la Toile d’histoire contemporaine italienne » in Philippe Rygiel, Serge Noiret (eds.), Les Historiens, leurs revues et internet (France, Espagne, Italie), Paris, Éditions Publibook Université, 2005, p. 25-79.

85 MUVI della Lombardia, http://www.muvilo.it

86 Memoro, the Bank of Memory, http://www.memoro.org

87 Le projet « Una Foto, Una Storia », a duré un peu plus d’un an de 2007 à 2008, avant de disparaître. Le projet est documenté par Archive.org : http://web.archive.org/web/20070502134758/http://unafotounastoria.historychannel.it

88 http://www.lastoriasiamonoi.rai.it

89 « Questo sito è stato creato per conservare e condividere la memoria di ciò di cui siete stati testimoni o che avete conservato del ’900 (fino all’inizio degli anni ’80), memorie raccolte in quegli anni su formati non digitali quali bobine 16mm, 9.5mm, 8mm, super8, nastri audio, foto, lastre di vetro o documenti cartacei. » (Storie Digitali, http://www.storiedigitali.net)

90 The Commons, http://www.flickr.com/commons

91 L’espace public de la ville invisible, celui d’un passé récent, celui de Riccione en Romagne en 1944 et après la rupture du front et de la Ligne gothique, est recréé dans un site de public history grâce aux témoignages oraux du site web de Fabio Glauco Galli : La città invisibile. Segni, storie e memorie di pace, pane e guerra, http://www.lacittainvisibile.it. Voir la description de l’auteur dans Memoria e Ricerca, no 32, 2009, p. 169-180.

92 Raphael Samuel, Theatres of Memory, Londres, Verso, 1994. Sur Samuel et sa contribution à la public history, voir Bernard Eric Jensen, « Usable Pasts: Comparing Approaches to Popular and Public History » in Paul Ashton, Hilda Kean (eds.), People and their Pasts: Public History Today, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2009, p. 42-56, et Serge Noiret, « “Public History” e “storia pubblica” nella rete », cit., p. 298-313.

93 Voir à ce sujet la table ronde présentée au cours du Congrès annuel de la National Council on Public History (NCPH) américaine en avril 2011, sur « European Approaches to Public History: Identifying Common Needs and Practices », coordonnée par Serge Noiret avec la participation de Thomas Cauvin (« When Public History is at Stake: Museum and Controversial Past in Ireland and Northern Ireland during the Peace Process »), Cristina Blanco Sio-Löpez (« The “European Navigator” (ENA): a transdisciplinary European contribution for a Digital History of the European integration »), Delphine Lauwers (« The Western Front, a European Site of Memory: Battlefield Tourism as a Vector of History ») et Hinke Piersma (« Public Educators: Dutch Historians Influence Contemporary Politics ») : http://ncph.org/cms/wp-content/uploads/2011-Annual-Meeting-Program.pdf. Voir aussi Dan H. Andersen, « History and the Hero. The Tordenskiold Festival in Frederikshavn, 1999-2010 », et Gerben Zaagsma, « Between History and Nostalgia: Yiddish in the European Cultural Landscape Today ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/258/img-1.png
Fichier image/png, 66k

Auteur

Serge Noiret

Fonctionnaire européen et History Information Specialist à l’Institut universitaire européen de Florence.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable