Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book 2

 | 
Pierre Mounier

Révolution dans l’Académie ?

Mettre en pratique ce que l’on prêche. La recherche en sciences humaines et sa praxis critique

Janneke Adema
Traduction de Pierre Mounier

Note de l’éditeur

Avant d’être un billet de blog (Janneke Adema, « Practice what you preach. Engaging in Humanities research through critical praxis », Open Reflections, 30 janvier 2012, http://openreflections.wordpress.com/2012/01/30/practice-what-you-preach-engaging-in-humanities-research-through-critical-praxis/), ce texte a fait l’objet d’une présentation lors de la conférence HASTAC V (Université du Michigan, Ann Arbor, 3 décembre 2011), qui portait sur le thème de la communication scientifique numérique.

Texte intégral

1Le 25 septembre 2011, Kathleen Fitzpatrick, chercheuse spécialiste des médias et des humanités numériques publia un éditorial dans le Chronicle of Higher Education intitulé « Do “the Risky Thing” in Digital Humanities ». Dans cet article, Fitzpatrick revient sur les conseils qu’elle venait de donner à une étudiante qui voulait mener un projet numérique pour sa thèse. Fitzpatrick lui conseilla, non pas de jouer la prudence en écrivant une thèse traditionnelle, mais plutôt de prendre des risques en expérimentant et en présentant sa thèse de manière innovante. Cependant, elle ajoutait qu’elle devait faire en sorte que son étudiante ait quelqu’un qui la défende, et soutienne le caractère innovant et expérimental de son travail auprès des rapporteurs de thèse. Le texte que je présente ici aujourd’hui peut, à bien des égards, être considéré comme une application de l’argument de Fitzpatrick. Cependant, même si j’approuve son insistance sur la nécessité du soutien d’un directeur de thèse pour la recherche numérique, je voudrais attirer l’attention sur la responsabilité des doctorants eux-mêmes pour, comme le dit Fitzpatrick, « défendre le caractère expérimental de leur travail » ainsi que leur « déviation par rapport à la voie habituelle ». Je présenterai d’abord un argument théorique sur la manière dont les choix que l’on fait en menant une thèse en disent long sur le système de communication savante que l’on envisage. Je me concentrerai ensuite sur une étude de cas, en examinant une thèse de doctorat qui peut être vue comme une expérimentation dans l’élaboration d’une pratique de recherche numérique, ouverte et collaborative, qui explore les possibilités de remix, de liquidité et de transparence dans la conduite et la mise en forme de la thèse.

2Faire une thèse qui prenne une forme expérimentale – par exemple en utilisant le multimédia pour appuyer l’argumentation – ou même en utilisant des carnets de recherche ou des médias sociaux pour en proposer un prolongement en ligne peut jouer un rôle important dans l’acquisition d’une littéracie numérique et critique tout à la fois. Par exemple, dans son billet intitulé « Hacking the Dissertation Process1 », l’historienne Tanya Roth2 réfléchit sur le travail de thèse :

parce que les outils et pratiques numériques sont de plus en plus bénéfiques pour de tels projets, il est important que les étudiants connaissent les ressources existantes et comprennent comment ces ressources et les idées qui les accompagnent peuvent les aider dans leurs propres recherches.

3Mais, comme Roth l’écrit également, ce n’est pas une alternative car il est aussi nécessaire d’acquérir les compétences traditionnelles, comme de savoir écrire un article de recherche. Néanmoins, en expérimentant de manière active de nouvelles méthodes et de nouveaux outils numériques pour voir s’ils peuvent être adaptés à leur projet de recherche ou mener la démonstration plus loin, en conduisant leur travail de thèse de manière alternative, les doctorants pourront développer ce que j’appelle une « praxis critique ». Une des raisons pour lesquelles il est important de développer une littéracie à la fois numérique et critique durant la thèse – ce qui peut être considéré comme un processus simultané, j’y reviendrai – est non seulement qu’elle permet de développer et peut-être même d’étendre les capacités de recherche, mais aussi, et c’est le plus important, parce qu’elle permet de repenser par la pratique les « compétences traditionnelles » et avec elles ce qui est toujours considéré comme le « processus naturel » de réalisation d’une thèse dans les humanités : le développement d’une longue argumentation solitaire, statique et imprimée, qui doit avoir de préférence le potentiel pour être publiée sous forme d’une monographie de recherche. Ce « processus naturel » peut être vu comme le reflet des discours dominants qui définissent la manière dont un doctorant est censé écrire sa thèse. Ils lui fournissent une feuille de route pour devenir un chercheur, où la thèse sert de modèle pour la conduite de la recherche et finalement l’écriture de la monographie de recherche. La chercheuse spécialisée en étude des jeux, Anastasia Salter argumente avec beaucoup de clarté sur ce sujet dans la contribution qu’elle apporte3 au volume collaboratif Hacking the Academy4, dans lequel elle affirme que

la thèse traditionnelle en tant que produit est le signe de la domination du livre : elle crée des monographies qui remplissent des bases de données. Les pratiques des humanités sont dans une certaine mesure auto-entretenues : écrire des dissertations en licence, des présentations en master, une thèse en doctorat, des livres et articles de revue lorsqu’on est professeur.

4S’il est important d’être conscient et de critiquer ces discours dominants, ce n’est pas seulement pour explorer la tension entre la manière dont ils reproduisent le modèle de l’universitaire traditionnel d’un côté et la manière dont les thèses de doctorat doivent poser « [...] les fondations pour une recherche académique d’un genre nouveau et, en tant que telles participent de la production d’une pensée nouvelle et de savants d’un genre nouveau », selon les mots de la chercheuse en théorie politique Angelica Bletsas dans son article « The PhD thesis as text ». Il est important d’être conscient que ces discours relatifs à la production de savoir durant le doctorat ont, comme le montre Bletsas, des effets de subjectivation. Elle montre bien à quel point la thèse ne façonne pas seulement un texte mais aussi une personne. Comme elle le dit, la thèse validée transforme l’étudiant en « sujet discursif ». En d’autres mots, le doctorant comme sujet discursif est (re)-produit dans le discours dominant et, avec lui, un certain type de système de communication scientifique.

5Je veux montrer qu’en ce moment même – un moment où les projets numériques dans les humanités sont toujours perçus comme relativement « risqués » –, développer une forme de littéracie numérique peut être vu comme un processus qui va de pair avec le développement d’une littéracie critique, parce que cela offre aux étudiants la possibilité de repenser à travers la praxis critique les discours dominants et les attendus établis pour la réalisation d’une thèse et, finalement, de l’écriture d’une monographie. Et, comme je le montrerai en conclusion, avec l’exemple de ma propre thèse que je suis en train de mener, cela offre la possibilité d’explorer des formes alternatives de communication scientifique qui ont le potentiel pour contribuer au développement de pratiques de recherche en sciences humaines plus ouvertes, collaboratives et itératives.

6J’ajoute immédiatement que je ne soutiens pas que cette forme de praxis critique puisse être conduite uniquement par l’expérimentation au moyen de projets, méthodes et outils numériques. Je dis simplement que nous sommes au moment précis où ces outils et méthodes peuvent déclencher la critique et permettre de repenser les valeurs établies de la recherche et de la communication savante. Plus encore, je voudrais ajouter que cette praxis critique s’applique et devrait être appliquée autant aux méthodes numériques mais aussi être critique sur la manière dont la recherche est conduite au sein des humanités numériques. Surtout en ce moment où les projets numériques reproduisent les notions et valeurs des discours dominants et peuvent être vus comme la simple reproduction des intérêts établis. Tous les projets numériques ne sont pas nécessairement critiques, expérimentaux ou même « risqués ». Ils ont simplement le potentiel pour l’être.

7Je continuerai mon propos en disant que, de la même manière que le savoir est intrinsèquement politique, faire une thèse est, selon moi, un acte politique. Comme le dit bien Angelica Bletsas en s’appuyant sur Foucault, il n’y a pas de « position innocente ou extérieure aux relations de pouvoir en matière de production de savoir ». Bletsas décrit la tension qui doit être acceptée, formée d’une certaine manière et accordée à un certain discours avant de pouvoir le critiquer. Pour moi, la résistance à une certaine forme commence dès la thèse, un moment au cours duquel on commence aussi à évaluer de manière critique les valeurs que l’on souhaite défendre en matière de communication savante. La thèse peut être vue comme une intervention dans la production de savoir, où l’on prend position sur le futur de la communication savante. La thèse classique ou ce qui est perçu comme les « pratiques naturelles de la thèse » correspondent à beaucoup d’éléments de ce que j’appellerais une communication savante traditionnelle et fondée sur l’écriture de l’article. Je défends ici une praxis critique qui explore (et de nouveau tout en étant critique) les valeurs basées sur une politique du partage et de la collaboration. Celle qui critique les notions établies d’autorat et de stabilité et nous pousse à repenser les institutions qui participent encore à la reproduction d’une économie politique fondée sur les intérêts hérités de l’imprimé. Les outils numériques permettent d’explorer le libre accès, le travail en commun, le remix et la recherche itérative ; ils ont le potentiel pour offrir une vision alternative à la communication savante.

8Je finirai en évoquant ma propre thèse en cours sur le Futur de la monographie savante et la culture du remix. En positionnant le livre comme un champ de lutte central à l’intérieur des humanités avec quelques-unes des formes numériques de communication qui affectent le champ académique – comme les publications en libre accès, l’évaluation ouverte par les pairs ou les livres liquides –, ce projet défend l’idée qu’il est important d’expérimenter des manières différentes de penser et de réaliser des monographies. Et, de manière tout aussi importante, de commencer en pratique avec la thèse elle-même. Mon travail de recherche me conduit à analyser de manière critique le discours autour du futur du livre savant dans les humanités à l’âge numérique, ce qui peut être perçu comme une lutte de pouvoir en faveur d’un autre système de communication scientifique. Mon travail de recherche sera une intervention à la fois théorique et pratique dans ce débat. Il sera une expérimentation pour développer des pratiques de recherche numériques, ouvertes, collaboratives, grâce auxquelles j’espère pouvoir développer une critique active des concepts établis et des pratiques dans le champ des humanités, à la fois quant à la forme, les pratiques et le contenu.

9Au sein des humanités, un nombre croissant de chercheurs expérimentent des pratiques de recherche plus ouvertes et itératives, selon l’idée de la recherche ouverte5 ou de la science à carnet de note ouvert6. Par exemple, le chercheur Ted Striphas, spécialiste du livre et de la culture, développe ses nouvelles idées et ses arguments sur son blog7 et en même temps, il publie la version de travail de son article en ligne sur un wiki8. Le théoricien des médias Gary Hall rend librement accessible en ligne sa recherche pour son nouveau livre Media Gifts9. Je ne connais malgré tout que très peu de doctorants qui mettent vraiment leur travail en ligne comme une forme d’expérimentation de la « recherche ouverte ». Un bon exemple est la théoricienne de la communication et bibliothécaire Heather Morrison, qui publie les chapitres de sa thèse au fur et à mesure10, ou encore l’angliciste Alex Gil qui publie en ligne son travail de thèse en utilisant le plugin CommentPress.

10Dans ma thèse, les possibilités qu’offrent le remix, l’information liquide et le libre accès seront exploitées en pratique à la fois dans la réalisation de la thèse et sa mise en forme. En utilisant différentes plateformes et outils, tout ce qui contribue à la rédaction de la thèse – les notes, les chapitres, etc. – sera publié en ligne, au fur et à mesure de la progression et par de multiples canaux. La praxis critique suivra ainsi l’idée de recherche ouverte, permettant à chacun de retracer le travail accompli (ouverture), de commenter la recherche (dimension sociale), d’y ajouter ses propres informations (travail collaboratif, remix, publication liquide), et donc de défendre l’idée d’un nouveau futur du livre comme une forme émergente et en évolution dans la communication savante. Pour explorer les nouvelles formes rendues possibles par les technologies et la culture numérique, les canaux suivants seront utilisés : un blog intitulé Open Reflections11 où je posterai les idées, premiers brouillons et petits textes utiles à la rédaction de la thèse. Le blog sera utilisé pour partager mon travail de recherche, construire une communauté, pour explorer les formes possibles d’évaluation ouverte par les pairs et les commentaires de la communauté, ainsi que les possibilités que tout cela offre pour la conduite de la recherche. Des versions plus abouties des chapitres seront aussi présentées dans un blog compagnon utilisant le plugin CommentPress. À ce stade, j’inviterai les gens à commenter.

11Différents médias sociaux et médias d’archivage seront utilisés en relation avec le blog, comme Zotero, Twitter et Delicious. Cela donnera un panorama des ressources utilisées et des textes que j’aurai lus et permettra de construire une archive des différentes idées en relation avec la thèse au fur et à mesure qu’elle se développe, explorant une manière de faire de la recherche moins centrée sur le produit fini que sur le processus de développement constant et de mise à jour du travail de recherche ainsi que sur l’accumulation de ressources.

12Quand la recherche sera développée dans une forme plus aboutie que la rédaction initiale de brouillons – en y incorporant des commentaires et recommandations venant du blog –, elle sera publiée sur une plateforme multimédia, comme Sophie12. Il s’agit, en offrant la possibilité de créer, éditer et lire en mode collaboratif, de mélanger et de remixer des textes, sons, vidéos, illustrations, images et communications orales, d’explorer les implications d’une communication de la recherche par des formes non textuelles, mais aussi de pouvoir conserver différentes versions intermédiaires du travail réalisé. Alors, j’inviterai des universitaires et des artistes à remixer activement du contenu en relation avec le sujet de la thèse. Cette idée ne remet pas seulement en cause l’idée de l’auteur unique en donnant plus d’importance à la nature collaborative du travail, elle permet aussi d’explorer les possibilités de voies de traverse qui combinent recherche et pratiques artistiques, en essayant concrètement d’explorer comment abolir (ou diminuer) les distinctions qui sont faites entre les deux.

13Finalement un wiki sera utilisé, ce qui permettra de laisser de côté la fonction autoriale de modération, qui existe toujours sur le blog et la plateforme multimédia. C’est à ce niveau que je souhaite explorer les conséquences d’une remise en cause de l’autorat comme forme d’autorité, à la fois pour examiner quelles formes d’autorité émergent mais aussi pour critiquer ces formes établies. Dans un environnement wiki, l’auteur ne peut plus être tenu pour seul responsable de son texte ou de sa recherche. Dans un wiki, le texte ne connaît pas de version finale, il peut continuer à être commenté et mis à jour, remixé et, en principe, indéfiniment réutilisé.

Notes

1 Tanya L. Roth, « Hacking the Dissertation Process », Dude, where’s my Tardis ?, http://tanyaroth.wordpress.com/2010/05/26/hacking-the-dissertation-process/, consulté le 17 août 2012.

2 Tanya L. Roth, « Who is Tanya L. Roth, PhD ? », Dude, where’s my Tardis ?, http://tanyaroth.wordpress.com/about/, consulté le 17 août 2012.

3 Anastasia Salter, « Rethinking the Humanities Dissertation », Avatar’s Quest, 5 juin 2010, http://selfloud.blogspot.fr/2010/05/rethinking-humanities-dissertation.html, consulté le 13 août 2012.

4 Hacking the Academy. The Edited Volume, 21-28 mai 2010, http://hackingtheacademy.org/, consulté le 13 août 2012.

5 Open Research, http://en.wikipedia.org/wiki/Open_research

6 Open Notebook Science, http://en.wikipedia.org/wiki/Open_Notebook_Science

7 The Late Age of Print, http://www.thelateageofprint.org/

8 Differences & Repetitions Wiki, http://wiki.diffandrep.org/

9 Media Gifts, http://www.garyhall.info/about/, consulté le 17 août 2012.

10 Heather Morrison, « Freedom for Scholarship in the Internet Age », Simon Fraser University, Open Thesis, http://pages.cmns.sfu.ca/heather-morrison/open-thesis-draft-introduction-march-2011/, consulté le 17 août 2012.

11 Open Reflections, http://openreflections.wordpress.com/2012/01/30/

12 Sophie, http://www.sophie2.org/users/users_home.html

Auteur

Actuellement en doctorat de communication et médias à l’université de Coventry.
Pierre Mounier
Ingénieur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) et fondateur d’Homo Numericus.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable