Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book 2

 | 
Pierre Mounier

Révolution dans l’Académie ?

Un regard jeté sous le chapiteau : les humanités numériques et la crise de l’inclusion

Melissa Terras
Traduction de Pierre Mounier

Note de l’éditeur

La version originale : « Peering inside the Big Tent : Digital Humanities and the Crisis of Inclusion », Melissa Terras’ Blog, 26 juillet 2011, http://melissaterras.blogspot.fr/2011/07/peering-inside-big-tent-digital.html, consulté le 17 août 2012.

Texte intégral

1Je voudrais commencer par une histoire résolument non numérique ; prénumérique, même. J’ai étudié l’histoire de l’art dans mes études de premier cycle, et je me suis souvenu de ce que pouvait signifier pour les étudiants d’alors une carrière en sciences humaines. Cela commençait par un examen sur diapos où il nous fallait apprendre et mémoriser des centaines de peintures, et l’on attendait de nous que nous soyons en mesure de mobiliser toute notre expertise à leur sujet. On étudiait des diapos de 35 mm, entassées autour d’une armoire à diapositives, pendant des heures, et on complétait nos connaissances par la lecture de publications imprimées et des visites de galeries. Si vous attrapiez le virus, vous pouviez faire votre mémoire de premier cycle sur, disons, Degas et ses peintures du cirque. Vous pouviez ensuite faire un mémoire de maîtrise sur les impressionnistes et leurs peintures de cirque. Si vous étiez suffisamment bon, et aviez la chance d’obtenir un financement, vous pouviez faire votre thèse de doctorat sur l’utilisation de la perspective dans la peinture du cirque de Degas, et ce que cela « signifie » pour l’art moderne. Finalement, au terme d’une rude compétition, vous pouviez obtenir un enseignement sur l’art postmoderne (utilisé dans le sens le plus large), et vous pouviez conduire des recherches hautement spécialisées sur la perspective dans la peinture impressionniste du spectacle vivant. Après des années de dur labeur vous dominiez votre sujet, vous écriviez à son propos, vous aviez lu tous les livres et articles qui traitent de la question, et vous aviez publié la monographie introuvable qui en fait la synthèse. Vous aviez peut-être même beaucoup voyagé pour voir tous les tableaux sur le sujet, sans parler de la visite de nombreuses archives et les bibliothèques. Cela vous prenait des années pour accumuler toutes les informations dont vous aviez besoin pour devenir un expert du domaine.

2Examinons le contraste avec ce qu’offre aujourd’hui notre environnement informationnel. Si vous n’êtes pas certain de la peinture exacte qui vous intéresse, plutôt que de tenter vous en souvenir, une rapide recherche sur Google avec les mots-clés « Degas cirque peinture » vous conduit sur la page Wikipedia qui présente Miss La La. Vous pouvez y trouver un lien conduisant vers la reproduction du tableau sur le site de la National Gallery à Londres. Sur cette page vous pouvez effectuer un zoom avant qui vous permet de voir beaucoup plus de détails que vous n’en verrez jamais dans une diapositive 35 mm, ou même en vous rapprochant physiquement du tableau dans la galerie. Vous pouvez voir où ce tableau s’inscrit dans le panthéon des œuvres de Degas – et des impressionnistes – en consultant le catalogue complet en ligne de toutes les peintures de ce mouvement. Les œuvres complètes d’Edgar Degas vous montrent toutes les études connues pour Miss La La, et vous pouvez voir sur le site de la Tate des images haute définition d’une étude pastel pour la réalisation du tableau. Vous pouvez consulter les archives des journaux pour voir si quelque chose a été écrit par le passé sur cette peinture ou son auteur, vous pouvez trouver des articles de revues pertinents qui s’y rapportent, tout en restant confortablement installé devant votre ordinateur portable. Vous pouvez chercher si, depuis que le tableau a été peint, il a été mentionné dans n’importe quel livre publié. Vous pouvez même parcourir les allées du musée jusqu’à la peinture elle-même en utilisant le projet Google Art (en fait vous le pourrez lorsque Google Art aura étendu son projet de numérisation au-delà des deux galeries déjà couvertes par Google Street View). Vous pouvez accéder à d’autres prises de vue de l’œuvre d’art par une simple recherche sur Flickr (ce que les historiens de l’art apprécient particulièrement, pour accéder à de nouvelles visualisations au-delà de ce qui est disponible dans les catalogues imprimés officiels). Si vous êtes à la National Gallery, et que vous voulez plus d’informations sur un tableau, vous pouvez simplement prendre une photo sur votre téléphone, et lancer une recherche Google avec cette image, ou même utiliser les lunettes de Google pour vous en dire plus à ce sujet. (Je suis consciente que je mentionne souvent Google : c’est parce que je suis « en congés » à la maison et n’ai pas la possibilité d’accéder aux ressources institutionnelles, et par ailleurs, Google fournit une suite d’outils faciles à utiliser pour une première approche, même s’ils comportent des lacunes et des limites.) Vous pouvez faire une recherche d’image inversée à l’aide de Tin Eye pour voir qui d’autre évoque cette image ou illustration. Si vous y avez accès, et si vous disposez des ressources nécessaires, vous pouvez utiliser des techniques d’imagerie de pointe pour étudier à la fois le processus de création et l’état actuel de l’œuvre, à des fins de conservation ou autres. Vous pouvez utiliser des méthodes de calcul pour analyser les angles et les perspectives de la figure humaine dans des œuvres de Degas. Vous pouvez recréer virtuellement le cirque Fernando en 3D pour étudier la perspective dans Miss La La. Si vous ne savez pas comment faire tout cela, vous pouvez demander des liens sur Twitter, et en quelques minutes une personne dans la communauté des humanités numériques réagira. Vous pouvez poser vos questions sur DH Answers, et dans les vingt-quatre heures vous aurez d’excellents conseils sur la façon d’étudier la perspective de l’art moderne en utilisant des méthodes de calcul.

3Quelle part de toutes ces activités relève des humanités numériques ? Est-ce l’acte de googler le tableau ? L’utilisation du zoom sur le site de la National Gallery ? De se référer aux œuvres complètes d’Edgard Degas dans Google Art Project, JSTOR, Flickr ou même Wikipedia ? La création de ressources en ligne relève-t-elle des humanités numériques ? La numérisation des livres et des revues aussi ? Ou alors l’utilisation d’outils pour étudier comment la peinture a été créée ? composée ? organisée ? Est-ce que faire des humanités numériques, c’est étudier comment les utilisateurs se servent de ces outils pour étudier l’art ? Est-ce que c’est le développement des techniques et des algorithmes pour analyser la peinture ? Ou le simple fait de demander des conseils à une large communauté ? Quid de l’infrastructure qui permet de développer et communiquer ces conseils en direction d’un plus grand nombre de chercheurs ? Est-ce faire encore des humanités numériques que de placer des images numériques d’œuvres d’art dans sa présentation Powerpoint alors qu’on discute d’humanités numériques ? Et qu’est-ce qu’un « humaniste numérique » ? Le créateur de ressources numériques ? Le concepteur d’algorithmes ? L’utilisateur des programmes ? La personne qui analyse l’action de l’utilisateur ? Et les universités devraient-elles prendre tout cela au sérieux ?

4Qu’est-ce que les humanités numériques ? Et à quoi servent-elles ? Pour paraphraser Larkin, ah, répondre à cette question, c’est faire accourir les docteurs en philosophie avec leurs longs manteaux à travers champs. Il y a beaucoup d’écrits à ce sujet (ce n’est pas le lieu ici de faire l’histoire de la définition des humanités numériques, mais les jeunes chercheurs devraient se familiariser avec un grand nombre des arguments déjà échangés). Cela a quelque chose à voir avec les sciences humaines et les technologies numériques, mais quoi exactement, nous sommes lents – et même réticents – à le définir. La définition la plus récente, qui dresse le « chapiteau des humanités numériques », obscurcit délibérément le tableau. Approchez ! Approchez ! Tout est humanité numérique ! Tout le monde est un humaniste numérique !

5Le concept de « chapiteau » pour délimiter un groupe d’individus est une description pragmatique et souple généralement utilisée pour accroître sa force numérique, ce qui permet de constituer un large éventail de points de vue ou d’approches différentes. Le terme est utilisé depuis longtemps, il vient en fait de groupes religieux américains du xixe siècle (voir aussi la notion de « grande église ») plutôt que de l’univers du cirque comme on pourrait croire. Il est le plus souvent appliqué à des coalitions politiques qui rassemblent une grande diversité de milieux, d’approches, et de croyances. À certains égards, ce terme est bien adapté aux humanités numériques – qu’est-ce que les « humanités » si ce n’est un « chapiteau » sous lequel travaillent des savants qui s’intéressent à la condition de l’homme et aux sociétés humaines ? Qu’est-ce que les « humanités numériques », sinon un large spectre d’approches académiques, vaguement reliées entre elles par un intérêt commun en matière de technologie et de la recherche humaniste, sous toutes ses formes ?

6À bien des égards, le « chapiteau des humanités numériques » est un joli concept. Il est vrai que la communauté est beaucoup plus ouverte, accessible, accueillante et prête à adopter de nouvelles approches que de nombreuses disciplines traditionnelles du monde universitaire en sciences humaines. Le chapiteau des humanités numériques rend donc compte d’une approche œcuménique, tout en donnant la liberté aux chercheurs individuels d’explorer leurs propres centres d’intérêt, où qu’ils se trouvent dans le spectre de la recherche et de l’enseignement. Et pourquoi voudrait-on fixer une limite aux humanités numériques ? Il est certain que la technologie devient omniprésente dans la société, et que les chercheurs en sciences humaines qui n’utilisent pas tous les aspects du numérique deviendront de plus en plus rares. Comme on a pu le lire récemment sur différents blogs, toute personne intéressée peut bricoler avec les humanités numériques, car c’est une des disciplines les plus accessibles au « faites-le vous-même ». Sous le chapiteau des humanités numériques, on trouve un noyau commun de chercheurs animés par la même volonté d’explorer la frontière numérique pour travailler dans les sciences humaines. Ils sont accueillants envers ceux qui souhaitent échanger avec eux et en savoir plus sur l’application de technologies potentiellement transformatrices.

7Oui, mais. Tout comme les partis politiques dont le chapiteau est trop large peuvent être critiqués pour leur propension à adopter des politiques populistes sans mandat clair, sans position fixe ou sans objectif défini, « le chapiteau des humanités numériques » pose question si on l’examine en détail. C’est très bien de dire que les humanités numériques sont accueillantes, ouvertes et encouragent la participation, mais en dépit de plates-formes ouvertes comme DH Answers, et de l’approche par le bricolage, c’est encore un champ académique très riche, très occidental, et avec un nombre limité de possibilités d’emploi pour le nombre croissant de nouveaux docteurs en sciences humaines chaque année qui ont acquis quelque compétence numérique. Soyons honnêtes : la plupart des gens qui entreprennent des recherches de troisième cycle et qui veulent continuer à faire de la recherche après leurs études voudraient être payés pour cela et en faire leur gagne-pain, plutôt que bricoler après leur temps de travail. Je ne veux pas m’attarder sur le nombre de docteurs qui obtiennent des postes universitaires – je pense que les doctorants devraient avoir fait leurs devoirs à ce sujet avant d’entreprendre un doctorat, et le nombre de postes a toujours été limité. Il est probablement vrai que les humanités numériques offrent encore, pour le moment, davantage de perspectives de carrière que les autres sujets en humanités tout court. Il y a aussi les trajectoires « #alt-ac » qui sont de plus en plus populaires, où les individus peuvent entamer des carrières universitaires alternatives satisfaisantes sans passer par la titularisation. Cependant, malgré tout cela, il y aura beaucoup de gens regardant avec envie dans le chapiteau, et qui n’obtiendront jamais de poste complet rémunéré en humanités numériques. Être soutenu par une institution, cela signifie avoir accès à l’infrastructure informatique, aux revues, aux fonds nécessaires pour s’équiper et payer ses déplacements professionnels, aux congés sabbatiques qui permettent de publier sa recherche, à l’argent qui permet de s’abonner aux revues et d’être membre de sociétés savantes. Nous devrions être prudents lorsque nous évoquons jusqu’à quel point les humanités numériques sont ouvertes, et les ressources qui sont nécessaires pour participer à la recherche dans ce domaine, lorsque l’on n’a pas de soutien institutionnel. Personnellement, je n’aime pas les représentations associées à la notion de chapiteau : elles peignent les humanités numériques comme un spectacle éphémère qui renvoie à l’univers du cirque. La marque est importante, et étant donnée l’expérience que nous avons eue en essayant d’être pris au sérieux par nos collègues des sciences humaines traditionnelles, suggérer que la métaphore qui décrit le mieux le domaine est celle du chapiteau m’ennuie un peu, même si cela peut sembler amusant. Vous ne voyez pas beaucoup de théoriciens des cordes qui se décrivent comme « physiciens du chapiteau des particules » ! Nous devrions faire attention à l’image de nous-mêmes que nous projetons dans le reste du monde académique. Notre acceptation, et même notre statut de sujet à la mode, a été durement gagnée ; et tout ce qui monte doit redescendre. N’y a-t-il vraiment pas de meilleure façon de décrire les points forts et les objectifs de notre communauté ?

8De bien des manières cependant, se raccrocher au « chapiteau des humanités numériques » est un faux-fuyant. Tout comme les bus londoniens, on verra arriver toutes les minutes une nouvelle théorie des humanités numériques ; ou trois. Toutefois, il s’agit d’accepter le fait que le domaine évolue, et de plus en plus. Et c’est là que réside la « crise » évoquée dans mon titre. Le champ ne peut que continuer à se développer, et les gens à interagir de plus en plus avec les technologies qui leur permettent d’accomplir leur tâches académiques. Qui sommes-nous donc pour clôturer le cercle du champ académique qui permet aux personnes de discuter et en apprendre davantage ? Qui sommes-nous pour limiter la participation dans le domaine à ceux qui ont des emplois rémunérés à temps plein ? D’un autre côté, si tout le monde est un humaniste numérique, plus personne n’en est vraiment un. Le champ n’existe pas s’il est omniprésent, trop répandu, ou mal défini.

9À mesure que le champ des humanités numériques s’élargit, nous nous heurtons à des problèmes de chasse aux financements (il y aura toujours des ressources limitées, mais le nombre d’universitaires en compétition pour les obtenir est de plus en plus important). Mais peut-être le point de friction qui nous préoccupe le plus, lorsqu’il est appliqué à notre propre recherche, est l’effet que les humanités numériques ont sur le mécanisme d’évaluation par les pairs – qui est le mécanisme de tamisage essentiel autour duquel une discipline fonctionne. Il y avait beaucoup de plaintes sur Twitter à propos de l’évaluation des documents soumis à la conférence DH2011. Dans certains cas, y compris pour des articles dont j’étais coauteur, les évaluations pouvaient attribuer aussi bien des scores élevés que lamentablement faibles, et les commentaires qui accompagnaient ces derniers montraient clairement que les évaluateurs n’avaient pas la moindre compréhension des recherches dont il était question. Il n’y a aucun mécanisme d’appel dans ce système, et une note faible peut entraîner un rejet de l’article. Être admis à figurer au programme d’un colloque peut être ce qui permet d’y assister et de donner une chance d’être publié, et peut donc avoir des conséquences à plus long terme sur l’évolution de carrière. Le problème de la grande tente, ou de la « grande église », est que les expériences et les connaissances des individus sont si faiblement liées que le mot de « pairs » donne souvent une mauvaise idée de la pertinence de l’applicabilité d’un domaine de recherche spécifique donné (qui, par nature, doit être spécialisé). La communauté autour de la conférence Digital humanities s’étendant, cela va devenir un problème récurrent. Si tout le monde fait des humanités numériques, si le champ est global, alors comment peut-on faire confiance à l’évaluation par les pairs (bonne ou mauvaise) qui viennent de l’intérieur de la communauté ? Est-ce que le chapiteau des humanités numériques implique que le mécanisme d’évaluation par les pairs est inadapté ?

10Je pense qu’il y a d’autres idées plus utiles à une définition des humanités numériques que le concept de « chapiteau ». Je voudrais revenir au scénario prénumérique que j’ai présenté au début de ma contribution : j’ai le sentiment que les humanités numériques ont été assez peu efficaces pour articuler les changements que l’information numérique et ses outils connexes ont apporté à la recherche en sciences humaines, ainsi que les changements potentiels et leur signification pour les chercheurs individuels. Les rôles et les positions que j’assume moi-même ne sont pas ceux que j’aurais associés à une carrière académique dans l’environnement prénumérique, et les moyens de publication de nos recherches ne sont pas au diapason avec les conceptions traditionnelles de l’académie (mais que savais-je alors de la façon dont les universités fonctionnent ?). S’intégrer aux humanités numériques et construire une carrière dans son cadre a signifié pour moi entreprendre – et avec joie – des recherches dans de nombreux domaines : études anciennes, archéologie, histoire, archivistique, étude des jeux électroniques, du calcul de haute performance, du traitement de l’image… Mais, contrairement aux chercheurs « d’avant » (c’est-à-dire d’il y a quinze ans), je suis parfaitement consciente que je ne possède pas un domaine spécialisé, que je n’ai pas de mandat de recherche spécifique, ni la volonté, les moyens ou la possibilité d’aligner les monographies. Les humanités numériques m’ont permis d’être aux prises avec différents domaines mais de n’être maître d’aucun. Est-ce ceci finalement que signifie la métaphore du chapiteau ? J’ai parfois du mal avec cela, car j’aimerais bien pouvoir prétendre à un domaine de recherche et devenir célèbre pour mon travail dans ce seul domaine. Beaucoup de productions numériques ne se retrouveront jamais sur les étagères d’une bibliothèque. Beaucoup de scientifiques de haut niveau en humanités numériques ont, cependant, des carrières de recherche en « portefeuille » : ils se tiennent à jour des derniers développements technologiques et les appliquent à divers degrés dans différentes disciplines, de telle sorte qu’ils ne pourraient être titularisés dans le monde prénumérique. Dans les coulisses du chapiteau, il y a des gens qui construisent des niveaux de compétences intéressantes et diversifiées, et il serait plus utile à un certain stade de reconnaître ce changement dans la définition des rôles académiques qu’incarnent les chercheurs en humanités numériques, que de dire « nous faisons tous des humanités numériques ».

11L’ironie est, bien sûr, que la voie qui permet à de jeunes chercheurs d’entrer sous le chapiteau (que ce soit par les carrières alternatives ou par la titularisation) passe encore par la recherche spécialisée de doctorat. Bien qu’il existe beaucoup de chercheurs établis en humanités numériques sans doctorat, la plupart des postes, même les plus limités, exigent désormais des candidats qu’ils en aient un. Comme un artiste de cirque, le chercheur doit devenir l’expert de son propre domaine, dans lequel il doit perfectionner ses compétences et son approche. Cependant, s’il y a un conseil que je puisse donner à ceux qui se lancent dans une carrière académique, c’est de regarder autour du chapiteau, et de voir quelles sont les compétences les plus nécessaires, les plus demandées, les plus employables, et de s’assurer qu’elles font partie de celles qu’ils maîtrisent. Par exemple, l’encodage et le balisage textuel n’apportent rien à ma recherche personnelle, mais je m’assure de suivre l’essentiel de ce qui se passe dans ces technologies, et serais capable de l’enseigner. XML et TEI sont des éléments essentiels de tout programme d’enseignement en humanités numériques et ne pas avoir d’expérience dans ce domaine est une négligence. Assurez-vous que vous connaissez les bases des technologies internet, des bases de données, et même des SIG. Ayez un minimum d’expérience en programmation, au moins pour voir de quoi il s’agit. Vous ne pouvez pas y croire pour le moment, mais sachez que les étudiants ont le luxe d’avoir du temps pour acquérir de nouvelles compétences au-delà de leur domaine de recherche immédiat. Utilisez toutes les formations que vous proposent avec raison vos institutions, tant que vous le pouvez. Car une fois que vous êtes entré dans votre vie professionnelle, le temps et la possibilité de développer vos compétences de manière large vous sont sévèrement rationnés.

12Assurez-vous que vous êtes visible sur les médias sociaux (montrez que vous êtes un observateur actif avant de candidater à des postes). Interagissez avec des personnes qui font d’autres recherches que les vôtres en humanités numériques : utilisez le chapiteau comme un moyen de réseauter, tout en observant quelles nouvelles technologies sont en cours d’appropriation dans les humanités numériques. Assurez-vous que vous êtes vous-même immédiatement employable : un rapide coup d’œil aux offres d’emploi en humanités numériques montre qu’elles demandent beaucoup de compétences. Je me demande d’ailleurs si l’éparpillement des compétences et sujets dans le chapiteau ne nous conduit pas à trop demander aux postulants en début de carrière. Vous voulez rejoindre le cirque ? Montrez-nous que vous savez comment tout cela fonctionne !

13Mon deuxième conseil serait de lire Alternative Academic Careers for Humanities Scholars1 (édité par Bethany Nowviskie). Comprendre le domaine où vous voulez être employé et les approches que l’on y rencontre peut être un bon moyen d’y trouver du travail.

14Mon dernier conseil est d’apprendre à jouer du clavier. Si vous envisagez d’être un chercheur en humanités numériques professionnel, vous passerez un temps considérable devant votre ordinateur. Apprendre à interagir avec le numérique est le moyen le plus rapide et le plus efficace possible pour investir dans son avenir (pour le moment).

15Je devrais probablement vous souhaiter bonne chance à tous pour finir, mais c’est par la peinture de Miss La La au cirque Fernando que je voudrais conclure. Car ce qui guide le développement des humanités numériques, c’est l’analyse de ce type d’objets, et le potentiel qu’ont les technologies numériques pour nous aider à adopter différentes perspectives sur la condition humaine. Mais il s’agit aussi de ténacité, d’application, de travail acharné, et d’expertise. La dextérité dont fait preuve Miss La La dans ce tableau ne tient pas beaucoup au hasard : il s’agit de pures force et agilité, durement acquises. Après tous les cris du bonimenteur : « Approchez ! Approchez ! », l’émerveillement du public dépend de ceci : la capacité de l’artiste à exécuter son tour ou non. C’est la même chose pour les chercheurs en humanités numériques : malgré les définitions changeantes et les variations de perspectives sur notre domaine, la valeur et l’utilité de nos compétences sont démontrées par ce que nous faisons, les recherches que nous entreprenons, les outils que nous construisons, les gens à qui nous enseignons, la littérature que nous écrivons.

16Je suis impatiente de reprendre mes activités dans ce domaine. C’est en faisant que nous pourrons explorer ce que le changement d’environnement informationnel change pour les humanités et pour les chercheurs dans les sciences humaines. Nous pouvons discuter des limites et des frontières de notre champ, et dresser encore et encore la liste des compétences essentielles qui composent les humanités numériques. Mais comme les technologies numériques deviennent omniprésentes, le travail et les compétences des chercheurs dans ce domaine deviennent de plus en plus importants. Nous devons tenir fermement notre place dans le milieu universitaire – avec les dents s’il le faut.

Notes

1 Bethany Nowviskie (ed.), Alternative Academic Careers for Humanities Scholars, http://mediacommons.futureofthebook.org/alt-ac, consulté le 9 août 2012.

Auteur

Maître de conférences en communication électronique au sein du département d’études d’information de l’University College de Londres et co-directrice du Centre de l’UCL.
Pierre Mounier
Ingénieur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) et fondateur d’Homo Numericus.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable