Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book 2

 | 
Pierre Mounier

Révolution dans l’Académie ?

Les-humanités-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom

Neel Smith
Traducteur Marion Lamé

Note de l’éditeur

La version originale de ce billet : Neel Smith, « The humanities-that-must-not-be-named », Vitruvian Design for Scholarship in the Humanities, http://vitruviandesign.blogspot.fr/2012/01/humanities-that-must-not-be-named.html.

Texte intégral

1Je ne suis pas enthousiasmé par l’expression « humanités numériques ». Lorsque les gens se réfèrent aux « humanités », je pense savoir ce qu’ils entendent par là : ce sont ces disciplines concernées par l’activité humaine et tout ce que celle-ci produit, ces disciplines qui considèrent comme leur devoir, à la fois de préserver et de transmettre cette culture d’une part, de la comprendre et de l’interpréter d’autre part. Mais quel sens cela a-t-il de qualifier ce nom à l’aide de l’adjectif « numérique » ?

2Au xxie siècle, l’expression ne peut pas vraiment s’opposer à une formule implicite qui serait les « humanités analogiques » : les « humanités analogiques » n’existent pas. À quand remonte la dernière fois où quelqu’un a soumis un manuscrit ou un tapuscrit à éditer au crayon gras avant d’être manuellement composé avec des caractères fondus en plomb ? La locution « humanités numériques » se réfère plutôt au savoir, dans les sciences humaines, qui, délibérément, tient compte du fait que nous travaillons tous avec le numérique aujourd’hui.

3Ce qui m’ennuie, c’est notre utilisation de l’expression connotée « humanités numériques », expression qui implique que celle, non connotée, « humanités », est en usage pour faire référence à un savoir qui ne s’interroge pas sur les médias avec lesquels nous travaillons tous. Il s’agit d’un usage qui est malheureusement exact dans l’académie de nos jours. Je suis particulièrement troublé parce que je souhaite imaginer que l’éducation, dans les sciences humaines, encourage le genre de conscience de soi critique qui nous permettrait de penser, de manière plus significative, notre rapport à l’environnement dans lequel nous vivons et dans lequel nous travaillons, y compris notre environnement technologique et les façons dont il est intimement lié à nos institutions et à nos valeurs.

4En utilisant l’expression « humanités numériques », nous permettons au terme « humanités » de se présenter comme une pratique savante non critique qui est en contradiction avec les objectifs d’une éducation humaniste.

5Je peux comprendre pourquoi il n’y a pas une vague spontanée de soutien dans des départements universitaires à travers le monde pour un terme qui signifie « le travail qui perpétue sans réfléchir des formes obsolètes de la pratique savante », ou « le savoir qui est inconscient des médias que nous utilisons aujourd’hui », mais plutôt que d’accepter sans réserve l’étiquette marginalisée « humanités numériques », je vais offrir ma propre suggestion. Nous pourrions généraliser le concept de Richard Feynman, cargo-cult science* (science « culte du cargo ») en « savoir “culte du cargo” ». Nous pourrions alors parler d’« humanités “culte du cargo” ».

Notes

* Cargo Cult, http://en.wikipedia.org/wiki/Cargo_cult#Metaphorical_uses_of_the_term. Le discours du physicien Richard Feynman, discours prononcé en juin 1974 à la Caltech (California Institute of Technology) et dans lequel il y est fait cet usage métaphorique de l’expression « cargo-cult », fut publié en juin 1975 dans Engineering & Science. Ces pages sont reproduites sur le site web de ce magazine trimestriel fondé par la Caltech Alumni Association en 1937 : http://calteches.library.caltech.edu/3043/1/CargoCult.pdf, consulté le 17 août 2012. NdT.

Auteur

Neel Smith

Professeur associé de lettres classiques au lycée de la Sainte Croix (Worcester).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable