Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book 2

 | 
Pierre Mounier

Qu’est-ce que les humanités numériques ?

Qu’apportent les digital humanities ? Quelques exemples

Pierre Mounier

Note de l’éditeur

La version originale de ce billet est disponible sur Homo Numericus, 28 août 2011 et 5 septembre 2011, http://homo-numericus.net/breve1011.html, http://homo-numericus.net/breve1012.html, consulté le 17 août 2012.

Texte intégral

1Lorsque Hubert Guillaud, rédacteur en chef d’InternetActu, pose la question de l’utilité des humanités numériques dans un billet du blog qu’il anime sur l’édition numérique, La Feuille, il fait mouche. Après avoir montré à quel point ce secteur était en plein développement, il remarque cependant qu’il est parfois peu aisé d’en appréhender les retombées positives :

  • 1 Hubert Guillaud, « Qu’apportent les digital humanities ? », La Feuille, 22 juillet 2010, http://laf (...)

En tant que non-spécialiste, on a du mal à voir, à saisir l’apport de cette nouvelle forme de science, au-delà de ce qu’elle apporte pour le chercheur. On constate bien dans le Manifeste des digital humanities qu’il y a d’abord cette volonté de faire communauté autour de l’intégration de la culture numérique dans les pratiques de recherche d’aujourd’hui. […] On est beaucoup dans la structuration d’une discipline, alors qu’on souhaiterait surtout comprendre ce que ces outils apportent concrètement1.

  • 2 Jon Orwant, « Our Commitment to the Digital Humanities », Official Google Blog, 14 juillet 2010, ht (...)
  • 3 Jean-Baptiste Michel et al., « Quantitative Analysis of Culture Using Millions of Digitized Books » (...)

2Écrit il y a un peu plus d’un an, ce billet commence à se voir apporter quelques éléments de réponse, preuve s’il en fallait, que du temps est nécessaire à toute évolution scientifique pour porter ses fruits et les rendre visibles en dehors des milieux de la recherche professionnelle qui la porte. On reconnaîtra dans les récents investissements de Google sur ce secteur un des signes les plus évidents que quelque chose d’important est en cours. L’appel à propositions que cette société a publié l’année dernière l’a conduite à financer douze projets de recherche en digital humanities2. L’outil Books Ngram Viewer a fait plus de bruit : il permet à tout un chacun de mesurer et de comparer le nombre d’occurrences de termes quelconques dans l’énorme corpus d’ouvrages numérisés par le programme Google Books. Cet outil doit permettre de visualiser l’évolution dans le temps de la « popularité » d’une notion à partir de la fréquence avec laquelle il est évoqué dans les publications du monde entier. Un article publié par une équipe de chercheurs dans le magazine Science3 a tenté de donner une illustration de ce que les recherches en sciences humaines pouvaient tirer de l’utilisation de cet outil : il s’agit de rendre visible les « culturomics », les lois de la culture, rien de moins.

Émeutes et réseaux sociaux

  • 4 Matthew Holehouse, « How Technology Fuelled Britain’s First 21st Century Riot », The Telegraph, 8 a (...)
  • 5 Stéphane Long, « Quatre ans de prison pour incitation aux émeutes sur Facebook », 01net, 17 août 20 (...)
  • 6 Antonio A. Casilli, Paola Tubaro, « Why Net Censorship in Times of Political Unrest Results in More (...)

3Deux exemples plus récents viennent apporter un éclairage un peu différent et peut-être un peu plus novateur sur ce que peuvent apporter les digital humanities en dehors des milieux professionnels de la recherche. Le premier d’entre eux est lié aux émeutes qui se sont déroulées à Londres entre le 6 et le 9 août de cette année. Ces événements aussi violents que soudains ont provoqué un électrochoc dans la classe politique britannique. La réaction venant de celle-ci, et en particulier du Premier ministre, ne s’est pas faite attendre : violente elle aussi, et essentiellement répressive, elle s’est placée uniquement sur le plan de la responsabilité – pénale – individuelle, écartant tout élément d’analyse qui puisse être social ou même collectif. En l’absence de facteur explicatif de nature sociale, une fois épuisé le renvoi pur et simple à l’absence de moralité des individus, c’est souvent la technologie qui est mise en cause. La presse britannique et les responsables politiques ont en effet rapidement accusé les systèmes de messagerie instantanée et les réseaux sociaux parce qu’ils auraient permis aux « émeutiers » de se coordonner et d’échapper à l’action de la police4. La condamnation de deux d’entre eux à quatre ans de prison pour avoir lancé un appel sur Facebook5, quoique non suivi d’effet, est venu corroborer cette opinion. Et les conséquences politiques en découlent naturellement : il s’agira lors de prochains événements de permettre à la police de couper temporairement les communications par voie électronique sur une zone donnée. C’est sur ce point d’analyse précis que quelques jours seulement après les événements, deux chercheurs en sciences sociales ont publié un article démentant catégoriquement les analyses avancées par les politiques. Dans cet article intitulé « Why Net Censorship in Times of Political Unrest Results in More Violent Uprisings: A Social Simulation Experiment on the UK Riots6 », Antonio Casilli et Paola Tubaro mobilisent à la fois un modèle théorique et un outil de simulation sur ordinateur pour tester la proposition de Cameron : les réseaux sociaux ont amplifié les émeutes, couper les communications permettra de réduire l’ampleur de futures émeutes. Or, la « simulation sociale » qu’ils mettent en œuvre, en modifiant la variable communication (renommée « vision » dans leur modèle) montre exactement le contraire : dans les situations de communication libre, on assiste sur une certaine durée à de violentes mais brèves éruptions insurrectionnelles dans certaines circonstances. Dans des situations où la communication est coupée, les émeutes ont tendance à se prolonger indéfiniment sur un palier sans retour à la normale.

« Just in time sociology »

  • 7 Antonio A. Casilli, Paola Tubaro, « Censure des médias sociaux : éléments pour une sociologie des é (...)

4Mais l’originalité de la démarche des deux chercheurs réside aussi dans la stratégie de communication qu’ils utilisent pour faire connaître leur travail. Soumis à une revue de sociologie, l’article est rendu immédiatement disponible sur l’archive ouverte SSRN où elle atteint en quelques jours la tête de classement des articles les plus téléchargés. Une version légèrement différente est dans le même temps postée sur les blogs personnels d’Antonio Casilli et de Paola Tubaro, d’où elle sera reprise dans de nombreux médias et traduite en plusieurs langues à la vitesse de l’éclair à partir de l’anglais. Ainsi, une version française est publiée sur le magazine en ligne Owni le 19 août7. L’article sera repris, cité et discuté dans de nombreux médias à partir de ce moment. On le voit, l’originalité de la démarche des deux sociologues réside autant dans le tempo de leur publication que dans la méthode mise en œuvre. L’ensemble repose sur le principe de la rapidité. Il s’agit, écrit Antonio Casilli de « just in time sociology » dont on voit tout l’intérêt : répondre aux critiques que la classe politique et les responsables policiers, cités en début d’article, adressent aux sciences sociales en général, à savoir qu’elles obéissent à une temporalité longue déconnectée de l’urgence de la situation et s’intéressent davantage à « comprendre » (lire justifier) les émeutiers plutôt qu’à les combattre. L’article démontre au contraire que les sciences sociales peuvent éclairer l’action politique sur un point précis au moment où elle en a besoin, et, en utilisant les mêmes moyens de communication qu’elle, participer en temps réel au débat public.

Le cinéma du chaos : une critique

  • 8 Matthias Stork, « Chaos Cinema: The Decline and Fall of Action Filmmaking », Press Play, 22 août 20 (...)

5Autre exemple, récent lui aussi, mais sur un tout autre sujet. Il y a quelques jours, Matthias Stork, étudiant en études cinématographiques, a publié sur le blog collectif Press Play une virulente critique des dérives les plus récentes du cinéma contemporain. Cette critique a pris la forme, non d’un article, ni même d’un billet rédigé ou d’un éditorial, mais d’une vidéo publiée en deux parties via la plate-forme Vimeo8. Le propos du jeune chercheur est simple : la manière dont le cinéma populaire contemporain filme les scènes d’action en particulier n’obéit plus à aucune logique rationnelle ou narrative qui permette au spectateur de suivre et comprendre l’action qu’il est en train de regarder, mais à la volonté d’anesthésier son jugement en l’écrasant sous un flot démentiel et chaotique, un véritable déluge de violence et d’effets spéciaux. Ce phénomène, qu’il appelle « cinéma du chaos » a envahi la plupart des films d’action, mais pas seulement, puisqu’il montre qu’on le retrouve aussi dans le genre de la comédie musicale. C’est ici le support de publication qui est intéressant : ce qui est présenté par Stork comme un « essai vidéo » est constitué exclusivement de dizaines d’extraits de films de différents genres et différentes époques que l’auteur commente en voix off. La démonstration de son argumentation repose dans les extraits choisis et leur juxtaposition. Alors que bon nombre de publications académiques dans ce domaine se font encore au sein de revues imprimées accompagnées dans le meilleur des cas de photos fixes de scènes de films dont est fait le commentaire, on voit que le chercheur franchit plusieurs étapes d’un coup en adoptant un format similaire à l’objet qu’il étudie. C’est un des effets les plus importants des digital humanities que de permettre de convoquer directement les sources de la recherche, qu’elles aient été numérisées ou qu’elles soient, comme ici, nativement numériques, dans les publications en ligne. Stork va ici plus loin puisque l’argumentation s’efface en voix off derrière le matériau lui-même qui accède au statut de preuve scientifique essentiellement du fait du montage qui en juxtapose les éléments les plus pertinents.

Quelles humanités (numériques) ?

  • 9 Pierre Mounier, « Dans la toile des médias sociaux/Im Netz der sozialen Medien 27-28 juin 2011 », D (...)

6Les deux exemples qui viennent d’être exposés se situent dans le mouvement des digital humanities non seulement parce qu’ils mobilisent des moyens informatiques ou numériques dans le processus même de recherche, mais aussi parce qu’ils établissent une continuité avec les moyens de communication qui sont utilisés pour les disséminer. Ce sont de ce point de vue deux exemples d’un mouvement plus large qui a recours à des outils et des formes de communication en rupture avec celles établies jusqu’à présent par la tradition scientifique. On le voit, c’est le blog qui en est ici le vecteur essentiel, et on pourrait convoquer de nombreux autres exemples qui montreraient qu’il ne s’agit pas ici de cas isolés. Le récent colloque organisé à Paris par l’Institut historique allemand9 en a fait la démonstration. Les travaux d’André Gunthert avec la communauté en ligne Culture visuelle et la plate-forme Hypothèses proposée par le Centre pour l’édition électronique ouverte en sont d’autres exemples. « Qu’apportent les digital humanities ? », se demande Hubert Guillaud. Si la réponse ne semblait pas évidente jusqu’à présent, c’est d’abord parce qu’il lui manquait une réflexion pratique sur les modes de communication de la recherche en direction de la société à l’heure d’internet. Les exemples les plus récents d’intervention des sciences humaines et sociales dans le débat public par de nouveaux canaux et sous des formes renouvelées montrent que la situation est en train d’évoluer.

7Pour autant, ce qui apparaît comme une évolution positive, parce qu’elle reconnecte la recherche et la demande sociale, parce qu’elle permet aux sciences humaines et sociales d’être de nouveau entendues à un moment où leur « utilité » est plus que jamais questionnée, en particulier par une classe politique conservatrice dominante en Europe, doit être interrogé. Car on peut se demander si, en s’adaptant au nouveau contexte, à la fois du point de vue des méthodes utilisées, mais aussi de la temporalité de publication et enfin des formes d’exposition, ces disciplines ne changent pas profondément d’objectif et de nature. Il est donc nécessaire, à ce point du raisonnement, d’examiner à nouveau le dossier, non plus à la lumière de son adaptation contemporaine, mais à celle des traditions intellectuelles qu’ont établies les différentes disciplines des sciences humaines et sociales.

***

8Qu’apportent les digital humanities ? Les quelques exemples qui ont été mis en avant ont montré que cet apport n’était pas négligeable ; et que d’ailleurs, derrière cette question, c’était celle de l’utilité des sciences humaines et sociales tout court qui était posée. Enfermées dans un mouvement de spécialisation toujours plus important, prisonnières de formes de communication inaccessibles au grand public, ces disciplines ont eu peine à faire la démonstration de leur intérêt pour le reste de la société ces derniers temps. La crise de la « Princesse de Clèves » en a été en quelque sorte le témoin ultime. On a vu qu’au-delà de la mise en œuvre de l’utilisation de technologies numériques pour la collecte et l’exploitation des données, l’adoption de nouveaux modes de communication de la recherche et d’interaction avec la demande sociale fait partie intégrante de ce qui constitue aujourd’hui les digital humanities. Et c’est ce qui leur permet de rendre plus accessibles des recherches qui seraient autrement inconnues du public.

9De ce point de vue, elles ne peuvent être considérées comme une sorte de luxe optionnel pour les sciences humaines et sociales, car ces disciplines sont contraintes d’entrer dans le même mouvement que celui qui affecte l’ensemble de la société. C’est sans doute le grand enseignement que l’on peut retirer des outils que développe le Center for History and New Media à Washington. Que ce soit avec Zotero, Omeka ou Pressforward, dont on attend le développement avec impatience, ce centre de recherche, d’enseignement et de formation aux digital humanities manifeste une volonté constante d’établir des passerelles entre la recherche érudite d’un côté, et l’univers du Web grand public de l’autre. On peut y voir un objectif de rétablir une circulation à double sens entre la recherche et la société : d’un côté cette dernière doit pouvoir accéder aux savoirs sur les lieux et selon les formes auxquelles elle est habituée, et de l’autre les pratiques savantes doivent bénéficier de la plasticité, de la simplicité d’usage qui caractérise les outils grand public.

  • 10 Pierre Mounier, « Du discours aux données… et retour ? », Homo Numericus, 1er mai 2011, http://homo (...)
  • 11 Martin Lafréchoux, « Lectures d’été : New York Times, Musil et Léonard », Le Texte en miettes, 2 se (...)

10S’il est difficile de contester le caractère positif de ces nouvelles passerelles que les disciplines des sciences humaines et sociales établissent avec leur environnement social, on peut toutefois se demander s’il n’y a pas un risque qu’elles soient aussi absorbées en quelque sorte par cet environnement et sa logique propre. Reprenons les exemples évoqués plus haut. On a déjà eu l’occasion de le dire10, hormis les faiblesses méthodologiques évidentes que présentent les travaux construits sur l’exploitation de Google Ngram Viewer, ce qui frappe, c’est à la fois le caractère rudimentaire des analyses avancées et l’effacement à peu près complet du cadre théorique dans lesquelles elles sont constituées. Comme l’a très bien écrit Martin Lafréchoux, « quand on a sous la main la puissance de Google et la quantité invraisemblable de données qu’il possède, il est un peu dommage de se contenter d’un décompte de n-grammes11 ». On a le droit d’être un peu sceptique lorsqu’on voit cet outil présenté comme étant quasiment autosuffisant et utilisé par des chercheurs comme on interroge le Sphinx avec l’espoir de pouvoir en déduire les « lois de la culture ». Autrement dit, l’outil fonctionne comme un point de fascination qui semble amoindrir toute construction intellectuelle préalable à son utilisation : il « suffit » d’interroger Google pour connaître les lois de la culture.

  • 12 Antonio A. Casilli, Les Liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil, 2010.

11Le second exemple à avoir été évoqué, l’article écrit par Antonio Casilli et Paola Tubaro, a lui aussi, d’une autre manière, un statut subtilement ambigu. Cet article, rédigé très rapidement après les émeutes et les déclarations du Premier ministre britannique qu’il souhaite démentir, apporte effectivement une information supplémentaire et surtout dissonante dans le débat qui commence à se constituer sur le rôle des réseaux sociaux dans les émeutes. Pour autant, cette information est produite dans le même cadre épistémologique que celui de la plupart des autres intervenants de ce débat. Le modèle théorique sur lequel repose le travail de Casilli et Tubaro, le système multiagents, n’est en fait pas si éloigné de celui dans lequel baigne Cameron : celui de l’agent rationnel, centré sur l’individu et faisant abstraction des dimensions sociales, culturelles ou de classe qui peuvent aussi agir sur les comportements individuels et collectifs. C’est d’ailleurs ce qui le rend particulièrement audible et efficace en lui permettant d’échapper à la disqualification a priori des sciences sociales par les hommes politiques. Les deux auteurs démentent Cameron en se positionnant sur son propre terrain conceptuel en quelque sorte. Mais leur travail en perd du coup de manière un peu paradoxale toute force critique : il ne propose tout simplement pas un cadre alternatif de compréhension de la réalité sociale mais corrige une affirmation singulière dans un cadre de pensée partagé avec les acteurs politiques dominants. De ce point de vue, le contraste est saisissant avec l’ouvrage publié quelques mois auparavant par le même auteur, qui, dans Les Liaisons numériques12, s’attache avec succès à décrire, à comprendre en profondeur, en recourant à des méthodes d’enquête croisées, la manière dont s’établissent de nouvelles formes de sociabilité au sein des réseaux numériques.

12C’est sans doute un peu la limite de la sociologie « just in time » qui apparaît ici. Ne pouvant prendre le temps d’effectuer une enquête approfondie ni d’exposer les fondements théoriques de sa démarche, elle doit se reposer sur des outils informatiques simulant la réalité au sein d’un cadre conceptuel partagé par tous les acteurs. Mais dans le même temps, elle renonce à proposer une perspective d’une autre nature, autrement plus radicale : celle de proposer une lecture inédite ou alternative de la réalité sociale construite sur une proposition théorique originale et forte. Les « cathédrales théoriques » que produisaient les sciences sociales des décennies précédentes, dont la sociologie de la domination de Pierre Bourdieu représente un exemple remarquable, ne semblent plus de mise.

13Sans doute peut-on voir dans cette évolution une des conséquences du changement récent des conditions dans lesquelles s’effectue la recherche, avec la montée en puissance des financements de court terme, sur appel d’offre, voire en liaison de manière plus ou moins explicite avec la commande industrielle. Mais peut-être faut-il aussi y voir la conséquence d’une évolution significative des conditions de communication des résultats de recherche qui doivent être plus rapidement accessibles et selon des formes plus courtes. Dans bien des cas, le passage de l’imprimé au numérique s’est traduit pour l’édition de sciences humaines et sociales par la montée en puissance de la forme article ou contribution à des ouvrages collectifs contre la prééminence de la monographie, puis par l’apparition de formes « très courtes » comme le billet de blog dont certains affirment qu’il est appelé à remplacer à son tour l’article devenu obsolète.

  • 13 Bernard Lahire, La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La  (...)

14On le voit bien, l’arsenal théorique dont Bourdieu s’équipe pour explorer le monde social est difficilement présentable sous forme de billets de blog. Comme on le sait, la forme et le fond sont indissociables. C’est ici le livre dans sa forme la plus traditionnelle qui est le plus adapté à l’exposition d’une théorie sociologique qui n’appartient qu’à son auteur et dont la sophistication a besoin de temps et de place pour s’exposer. Lorsqu’il entreprend sa critique en profondeur de La Distinction, ce n’est ni un site web que propose Bernard Lahire, ni une base de données en ligne ou un graphe social, encore moins un carnet de recherche ou une bibliographie collaborative, mais un ouvrage de presque 800 pages, La Culture des individus13, dont la réalisation et la composition ne doivent pas grand-chose à la mobilisation des technologies numériques.

15Si les promesses des digital humanities provoquent un enthousiasme justifié, les sciences humaines et sociales au prisme du numérique semblent, elles, écartelées entre plusieurs pôles qui peuvent se révéler comme autant d’écueils : d’un côté la fascination pour l’outil qui peut conduire, dans le cas très fréquent des corpus instrumentés, à des jeux non contrôlés dont la rigueur et la pertinence n’est pas toujours évidente ; de l’autre, l’adoption de formes d’interventions plus réactives et plus fluides, mais aussi plus fragmentées, dont le pouvoir critique risque d’être très affaibli par le cadre médiatique dans lequel il s’insère ; et enfin, des constructions théoriques fortes, mais dont le mode d’expression risque de se marginaliser fortement et de perdre de son efficacité parce que très éloigné des lieux et des formes d’échanges très contemporains.

16Lorsqu’on regarde la manière dont les grandes théories scientifiques se sont établies dans leur champ, on voit que c’est le plus souvent à la fois en publiant des ouvrages témoins particulièrement marquants, en produisant dans le même temps une instrumentation nouvelle plus efficace pour la conduite de la recherche, et en faisant la démonstration de leur intérêt pour leurs contemporains. Il ne semble pas que les digital humanities doivent échapper à cette triple exigence.

Notes

1 Hubert Guillaud, « Qu’apportent les digital humanities ? », La Feuille, 22 juillet 2010, http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2010/07/22/quapportent-les-digital-humanities, consulté le 28 août 2011 et reproduit dans cet ouvrage p. 69.

2 Jon Orwant, « Our Commitment to the Digital Humanities », Official Google Blog, 14 juillet 2010, http://googleblog.blogspot.com/2010/07/our-commitment-to-digital-humanities.html, consulté le 28 août 2011.

3 Jean-Baptiste Michel et al., « Quantitative Analysis of Culture Using Millions of Digitized Books », Science, vol. 331, no 6014, janvier 2011, p. 176-182.

4 Matthew Holehouse, « How Technology Fuelled Britain’s First 21st Century Riot », The Telegraph, 8 août 2011, http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/crime/8687432/How-technology-fuelled-Britains-first-21st-century-riot.html, consulté le 28 août 2011.

5 Stéphane Long, « Quatre ans de prison pour incitation aux émeutes sur Facebook », 01net, 17 août 2011, http://www.01net.com/editorial/537504/quatre-ans-de-prison-pour-incitation-aux-emeutes-sur-facebook, consulté le 28 août 2011.

6 Antonio A. Casilli, Paola Tubaro, « Why Net Censorship in Times of Political Unrest Results in More Violent Uprisings: A Social Simulation Experiment on the UK Riots », SSRN eLibrary, 14 août 2011, http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1909467, consulté le 28 août 2011.

7 Antonio A. Casilli, Paola Tubaro, « Censure des médias sociaux : éléments pour une sociologie des émeutes britanniques », OWNI, Digital Journalism, 19 août 2011, http://owni.fr/2011/08/19/censure-reseaux-sociaux-londres-cameron-ukriots, consulté le 28 août 2011.

8 Matthias Stork, « Chaos Cinema: The Decline and Fall of Action Filmmaking », Press Play, 22 août 2011, http://blogs.indiewire.com/pressplay/archives/video_essay_matthias_stork_calls_out_the_chaos_cinema/#, consulté le 28 août 2011.

9 Pierre Mounier, « Dans la toile des médias sociaux/Im Netz der sozialen Medien 27-28 juin 2011 », Digital humanities à l’IHA, 24 mai 2011, http://dhiha.hypotheses.org/25, consulté le 28 août 2011.

10 Pierre Mounier, « Du discours aux données… et retour ? », Homo Numericus, 1er mai 2011, http://homo-numericus.net/spip.php?breve1008, consulté le 5 septembre 2011.

11 Martin Lafréchoux, « Lectures d’été : New York Times, Musil et Léonard », Le Texte en miettes, 2 septembre 2011, http://miettes.hypotheses.org/100, consulté le 5 septembre 2011.

12 Antonio A. Casilli, Les Liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil, 2010.

13 Bernard Lahire, La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Auteur

Pierre Mounier

Ingénieur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) et fondateur d’Homo Numericus.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable