Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book 2

 | 
Pierre Mounier

Qu’est-ce que les humanités numériques ?

Les digital humanities aujourd’hui : centres, réseaux, pratiques et enjeux

Corinne Welger-Barboza

Note de l’éditeur

Ce texte est une transcription de l’intervention de Corinne Welger-Barboza lors du séminaire « Digital humanities : les transformations numériques du rapport aux savoirs » animé par Marin Dacos et Pierre Mounier. Cette intervention, qui s’est déroulée le 18 novembre 2009, est disponible dans son intégralité sur le blog d’OpenEdition, L’Édition électronique ouverte, à l’adresse suivante : http://leo.hypotheses.org/3834

Texte intégral

Introduction

1Il y a une dizaine d’années, après avoir étudié particulièrement la numérisation du patrimoine artistique par les institutions patrimoniales, j’ai proposé à mes étudiants la découverte, la reconnaissance et l’analyse d’un Web scientifique en histoire de l’art, issu d’universités et de centres de recherche. Cette démarche m’a permis de découvrir des objets d’édition numérique non identifiés dont le William Blake Archive1 représentait le spécimen parfait. Ces réalisations, je les ai identifiées comme des corpus d’étude outillés, instrumentés. Qui et comment pouvait-on produire des réalisations de ce type ? Un monde académique et des méthodes sans pareil en France, aux États-Unis, en l’occurrence. À la première occasion – une invitation à un colloque –, je me suis donné les moyens, au titre de l’Observatoire critique, de visiter trois des principaux centres des digital humanities2. Dès lors, l’observation de cette mouvance des digital humanities et de leur structuration n’a pas rendu caduques certains éléments structurels qui peuvent nourrir notre réflexion et que je vais présenter ici.

2Appartenant à une nébuleuse particulièrement effervescente, les centres de digital humanities que j’ai choisi de vous présenter ont la particularité d’être ouverts à la recherche dans toutes les disciplines des humanités. Ces centres sont d’emblée pluridisciplinaires, voire transdisciplinaires, et, dans la communauté des digital humanities, on utilise aujourd’hui le terme de postdisciplinarité.

3Je m’attacherai, durant cette présentation, à vous montrer comment ces termes-là répondent à certains types de fonctionnement que j’ai pu rencontrer dans ces centres.

4Dans un premier temps, je souhaite présenter le fonctionnement propre de ces centres. Dans un deuxième temps, je m’attacherai davantage à décrire leur fonctionnement en réseau et, au-delà de cela, à la multiplication des réseaux, aussi liée à la pratique de ces digital humanities.

Le mode de production d’une « hyper-compétence »

5Ces centres existent aux États-Unis au sein même des universités. Sur le plan institutionnel, ils sont parfaitement autonomes, mais je pense qu’il est important d’insister sur le fait qu’ils se nourrissent et nourrissent en retour l’ensemble de la communauté universitaire, grâce à des liens et à un ancrage particuliers.

6Ils sont animés par des équipes propres, qui rassemblent des compétences diverses, ce que j’appelle une « hyper-compétence », valant dans le sens d’hypertexte. La manière dont ces équipes coopèrent entre elles au sein de ces centres est bien particulière. Ces groupes sont composés d’une équipe de direction uniquement constituée de chercheurs en sciences humaines. Les autres compétences sont de l’ordre de l’ingénierie, mais au sens multiple du terme : ingénierie informatique (programmation, web design), documentaire, etc. Sans entrer dans le détail, il s’agit de remarquer qu’au sein de ces équipes, il y a non seulement une addition des différentes compétences mais aussi et surtout un mode de fonctionnement produisant une interpénétration des compétences des uns et des autres, qui s’est instauré au fil des années (une quinzaine d’années pour les centres les plus anciens).

7Tout en étant autonomes, ces centres continuent d’entretenir des relations « organiques » avec le reste de l’université, ce qui est très important. Les chercheurs que j’évoquais plus haut et qui dirigent ces centres sont toujours liés à leur département d’origine où ils continuent d’enseigner, et c’est par ce biais qu’ils entraînent des étudiants, des doctorants pour propager les points de vue développés dans ces réalisations des digital humanities, de corpus outillés en particulier.

8Ils sont également liés, cela va de soi, au département d’informatique de leur université (chaque université américaine dispose d’un computer science department). Ces départements d’informatique de grande compétence ne sont pas étrangers aux travaux des chercheurs, soit par les relations qui les unissent aux chercheurs, soit par le partage des plateformes, des serveurs, des ressources ainsi que du partage des compétences, quand besoin il y a.

9Ce qui est étonnant, comparativement à la situation en France, ce sont les relations qu’entretiennent ces centres de digital humanities avec les institutions patrimoniales en général, et avec les bibliothèques en particulier ; cela est loin de ce que nous connaissons en France, du point de vue institutionnel. Il faut savoir qu’en matière de développement de la numérisation, les bibliothèques universitaires aux États-Unis ne sont pas, par rapport aux centres de digital humanities, de simples pourvoyeurs de documents qu’on aurait numérisés à l’attention des étudiants et des chercheurs. Les bibliothèques se sont avérées être des acteurs majeurs de la numérisation mais également, et surtout, de la recherche, dans le développement de plateformes d’accès à des documents numériques de toute sorte. C’est l’une des raisons qui justifient l’implantation des centres de digital humanities qui sont, par conséquent, organiquement liés aux services de recherche des bibliothèques. Ainsi, la bibliothèque de l’Institute for Advanced Technology in the Humanities3 de l’université de Virginie (IATH) a été un protagoniste très important de la conception et de la mise en œuvre d’une plateforme qui fait partie des commons maintenant : FEDORA4. Je crois d’ailleurs que le TGE ADONIS5, notre cyberinfrastructure française pour les digital humanities, s’y intéresse.

10Il me semblait important d’insister sur cette particularité du fonctionnement qui ressortit aussi bien à la partie du fonctionnement des universités américaines qu’à celle du fonctionnement des centres de digital humanities.

11Je voudrais à présent insister sur une véritable étrangeté – altérité, pourrait-on dire –, dans la façon dont les digital humanities centers mettent en œuvre la coopération entre les chercheurs et les ingénieurs. Cela repose sur la formule du fellowship, qui fait partie de la culture universitaire américaine. Cette formule est décisive dans la façon dont les centres de digital humanities fonctionnent et dont sont réalisés ces corpus d’étude outillés que j’ai évoqués tout à l’heure.

12On a l’habitude de traduire ce terme par l’expression « chercheur invité », ce qui est littéralement juste mais ne rend pas compte de ce que veut dire le fellow dans la culture universitaire américaine. Lorsqu’on est invité en résidence dans une université, on est véritablement intégré comme collègue dans la communauté universitaire qui nous accueille. Et c’est là quelque chose de très sensible dans les relations de travail qui s’établissent. Le système de fellowship a été mis en œuvre dans les principales universités américaines de la façon suivante : on est invité pour deux années, pendant lesquelles on développe tout un protocole (la conduite de projets) qui aboutit au développement d’un prototype. Au préalable, le chercheur invité a évidemment candidaté, a fait l’objet d’une sélection, et arrive porteur de son projet. Pendant les deux années qui mènent à l’élaboration du prototype, le chercheur invité doit formuler la façon dont, selon lui, son corpus ou son projet scientifique nécessite une mise en œuvre numérique, instrumentée, etc. Un échange s’engage alors entre le chercheur et l’ingénieur, au cours duquel s’élabore l’approche scientifique. Il ne s’agit pas de rédiger un cahier des charges qui donnera lieu à une application par des moyens techniques, mais plutôt de mettre en place une démarche complexe qui s’accompagnera de problèmes, de rejets mutuels. La deuxième année est encore plus réflexive : tout le substrat épistémologique, méthodologique et technologique de la mise en œuvre concertée de ce prototype est discuté, formalisé. À ce propos, je tiens à signaler que l’IATH a mis en ligne un diagramme qui tente de formaliser ce processus complexe, qui vise à une véritable interpénétration des approches (celle du chercheur qui propose son projet, avec sa démarche disciplinaire, et celle de l’objet numérique d’un nouveau genre qui va effectivement n’être pas seulement une traduction du projet du chercheur mais quelque chose de plus). C’est un véritable cheminement qui s’effectue pendant ces deux années.

13Ces personnes mènent leur compagnonnage jusqu’à un stade que l’on pourrait appeler le stade prototype. Charge pour le chercheur de trouver ensuite – dans son université d’origine en général –, les moyens de rendre son projet viable sur le long terme. Le centre de digital humanities avec lequel il a travaillé pendant cette période va également lui offrir un support et un réseau relationnel pour aider à la viabilité du projet, ainsi qu’un soutien financier.

14Non seulement ces centres sont très implantés dans leur université, mais ils mènent aussi et surtout une politique d’accueil, qui permet d’inviter périodiquement des chercheurs œuvrant dans d’autres domaines, qui poursuivent d’autres projets, ainsi que des artistes qui s’intéressent au numérique. Ces centres s’ouvrent à tous ceux qui sont intéressés par les digital humanities, au public en général. Ils ont en effet la conviction – que je partage personnellement –, que les artistes qui s’intéressent à la création numérique apportent des visions et des conceptions qui enrichissent tout ce qui constitue le travail au sein de ces centres.

15Les financements avec lesquels fonctionnent ces centres sont d’une part procurés (parfois directement) par l’université : les services de la présidence de l’université, spécialisés dans le fundraising (la recherche de financements) sont souvent mobilisés pour aider au moins dans un premier temps à la création des centres. D’autre part, les centres, très actifs par ailleurs, bénéficient également de financements propres : le directeur, en particulier, est un véritable fer de lance des activités de recherche de financements. Toutes sortes d’organismes publics et privés lancent également des appels d’offre – preuve que l’on est passé à un certain degré de reconnaissance des digital humanities –, qui alimentent les centres selon les projets développés. Les financements publics, contrairement à l’opinion traditionnelle que l’on se fait des États-Unis, ne sont pas en reste. Il existe de puissantes agences fédérales (qu’on appelle nationales aux États-Unis) qui contribuent de plus en plus à donner à ces centres les moyens d’œuvrer. Il faut citer en particulier le National Endowment for the Humanities (NEH)6, qui finançait d’une façon générale l’éducation et la recherche dans les humanités et qui, depuis quelque temps, consacre un de ses six programmes aux digital humanities. Cela montre la reconnaissance, la légitimité auxquelles les digital humanities ont accédé. Un autre de ces programmes est dédié à la question de la conservation et de l’accessibilité des données (preservation and access). La National Science Foundation (NSF)7, dont l’action s’étend à tous les domaines scientifiques, concourt également au financement des projets développés dans les centres de digital humanities. Mentionnons également, pour illustrer le lien qui unit ces centres de recherche au monde patrimonial, l’Institute of Museum and Library Services (IMLS)8 qui concourt au financement de nombreux projets. La Library of Congress9, enfin, s’implique de plus en plus dans le développement de ce type de projets.

Des moteurs multiples pour une dynamique de réseau

16Je voudrais à présent passer aux dynamiques de réseau qui agitent – j’emploie ce terme à dessein –, le monde des centres de digital humanities. J’ai essayé de distinguer les différentes facettes et dimensions de ces réseaux à géométrie variable, qui font jouer des ressorts d’une grande importance pour la constitution d’un monde des digital humanities.

17J’ai employé ce terme de « monde » tout à l’heure, qu’il me faut justifier un tant soit peu. L’étude de la manière dont ces réseaux fonctionnent permet, je crois, d’accepter cette terminologie. On remarque d’abord l’existence de réseaux que j’ai classés dans ce que j’appellerais des « réseaux d’inscription naturelle » à ces centres ou aux personnalités qui les font vivre. Une dynamique qui repose sur un phénomène propre à la vie dans les universités américaine : la mobilité des enseignants-chercheurs. On retrouve ainsi, à la direction des centres de l’université d’Urbana-Champaign ou de Stanford, les mêmes personnes qui, quelques années auparavant, dirigeaient l’IATH (le plus ancien des centres, fondé en 1993). Par cette mobilité, un véritable réseau de personnes qui non seulement se connaissent, mais aussi essaiment une culture, partagent la même expérience professionnelle, des méthodes de travail, des projets communs, se construit progressivement. On assiste là au développement d’un maillage humain qui n’est pas seulement une expansion de compétences, mais qui agit véritablement en tant que réseau vivant, qui nourrit une culture faite d’expériences cumulées.

18D’autres réseaux de nature « disciplinaire » participent à la constitution des digital humanities. Les chercheurs, par leurs compétences technologiques, étaient déjà pour la plupart, en terme de génération en tout cas, reconnus dans leur discipline. Il ne s’agit donc nullement d’outsiders. Ils ont ainsi aidé non seulement à légitimer tous les domaines traités à travers les projets dans les centres, mais ont fait en sorte que les sociétés savantes, puissantes aux États-Unis, pouvant apporter des soutiens financiers, agissent en faveur des projets. Ainsi, la Modern Language Association (MLA)10, qui est une très puissante société d’historiens de la littérature et de linguistes créée à la fin du xixe siècle, soutient des chercheurs très engagés dans les centres pour la réalisation de projets. Le réseau disciplinaire des dixneuviémistes porte une grande partie des projets et constitue un réseau de chercheurs qui se connaissent et se soutiennent.

19Si j’ai employé l’expression de « réseau enchâssé », c’est en partie dû à la porosité qui caractérise ce monde des digital humanities. Les chercheurs, dont j’ai déjà souligné les relations très fortes qu’ils entretiennent avec les institutions patrimoniales par exemple, travaillent sur leurs propres projets tout en étant évidemment engagés dans le réseau de l’édition numérique, de la TEI. Daniel Pitti, un des chefs de projet de l’IATH a aussi participé à la création de l’Encoded Archival Description (EAD)11. C’est dire que ces mondes sont véritablement intriqués. D’ailleurs, à l’occasion des grandes réunions des instances internationales des professionnels des bibliothèques ou des musées, sont présentes des personnes qui participent du milieu des digital humanities. Il n’y a pas ces coupures que l’on connaît ici entre le monde de la recherche et celui des institutions patrimoniales.

20En dernier lieu, je voudrais aborder les réseaux de projets. Il existe un certain nombre de grands projets qui mutualisent des corpus qui sont déjà en eux-mêmes des corpus d’étude outillés très importants, très connus, comme le projet Nines : 19th-century Scholarship Online12. En l’occurrence, les dixneuviémistes sont des chercheurs qui œuvrent dans des disciplines jugées différentes, ils essaient donc non seulement de mutualiser leurs textes sur de grandes plateformes mais développent également des outils communs. Ces outils permettent d’exploiter tous ces corpus rassemblés et que l’on peut interroger et fouiller de façon transverse. Plusieurs universités et plusieurs centres de digital humanities ont conçu un outil qui permet de former des collections d’images à partir des corpus mutualisés. Elles font l’objet d’annotations (qui prennent la forme de tags ou d’annotations plus développées) et peuvent être consultées par des chercheurs qui véhiculent des approches différentes sur des corpus apparemment cousins.

21Je crois qu’il est très important de prendre le temps de comprendre comment fonctionnent ces outils, parce qu’au-delà de la fonctionnalité et de la performance technologique, c’est toute une pratique de mise en réseau qui est fondée sur la mutualisation des documents, mais aussi sur la confrontation et donc le dépassement dialectique des approches des uns et des autres. La portée de ce type de réseau de projets est par conséquent très grande.

22Pour autant, le fait d’appartenir à, ou de générer des réseaux n’est pas suffisant. Il faut également posséder la capacité, je dirais même la culture du fonctionnement en réseau. Pour ce faire, des outils ont été mis en place, très vite et très tôt. On peut par exemple penser à la liste de discussion Humanist13, créée en 1987, bien avant qu’on parle de digital humanities. Animée dès le début par Willard McCarthy (professeur en humanities computing au Center for computing in humanities du King’s College de Londres), cette liste de discussion a émergé grâce aux progrès technologiques et à la propagation de l’usage de l’e-mail. Très tôt, les discussions ont permis la constitution d’un solide réseau anglo-américain, puis anglo-saxon. La liste continue aujourd’hui encore d’être un support de communication pour la communauté des digital humanists, bien que d’autres supports de communication aient été mis en place depuis, notamment grâce au développement des digital humanities en général et des centres en particulier.

23Après étude des échanges sur ces listes, on est frappé par leur tonalité : la parole y semble directe. On pose des questions, s’informe de quelque chose qui vient d’arriver. Chaque fois qu’on bute sur un problème, on l’expose sur ce petit espace public, où l’on sait qu’il est possible de converser librement.

24Il existe de nombreuses listes, de même que bien d’autres réseaux que ceux que j’ai déjà cités. Je pense notamment à CenterNet14, sur lequel je reviendrai à la fin de ma présentation.

25En dernier lieu, j’aimerais compléter cette approche historique des digital humanities par l’évocation de ce qui a constitué en 2006, à mon sens, un véritable tournant, qui touche l’ensemble des acteurs des digital humanities et non plus seulement les acteurs anglo-saxons et américains que nous avons évoqués précédemment.

  • 15 « Our Cultural Commonwealth. The report of the American Council of Learned Societies Commission on (...)

26En 2006, l’American Council of Learned Societies a publié un rapport intitulé « Our Cultural Commonwealth15 », consacré aux cyberinfrastructures for the humanities and social sciences. Dans ce rapport, à la tonalité très particulière, les principaux protagonistes (qui appartiennent à des instances fédérales de recherche aux États-Unis), ont décidé non pas de sonner le tocsin, mais d’annoncer que l’heure d’une certaine prise de conscience avait sonné. Le rapport exhorte ses contributeurs à mobiliser autour d’eux toutes les personnes relais pour le développement des digital humanities. Il s’agit de vaincre les résistances que suscite la démarche des digital humanities dans le monde de l’éducation, de la recherche, des institutions patrimoniales, afin de développer ce champ disciplinaire et de livrer les fruits des recherches dans ce domaine au public en général. Et ce, pour l’éducation du public.

27Ce rapport a déclenché une réaction très rapide des principaux directeurs des centres de digital humanities, du moins de la part de ceux qui jouent un rôle moteur décisif (Neil Fraistat, John Unsworth, Geoffrey Rockwell, etc.), lesquels ont organisé une réunion avec le NEH, de façon à doter le développement d’une cyberinfrastructure : CenterNet. C’est alors qu’a été prise la décision de passer à la vitesse supérieure, de changer d’échelle, en accroissant la portée des réseaux existants, en les ouvrant aux autres Européens. Cette prise de conscience a incité à dynamiser les centres et à compter sur les centres les plus actifs pour qu’ils fassent office de moteurs.

28Depuis cette période, et plus particulièrement depuis deux ou trois ans, il me semble que l’on assiste à une véritable multiplication de toutes sortes de consortiums qui se mettent en place, et constituent autant de tentatives de développer cette notion complexe de cyberinfrastructure. Des institutions européennes voient également le jour : CLARIN16, DARIAH17.

29La cyberinfrastructure est une notion complexe parce qu’elle implique de travailler de façon concertée aussi bien sur le plan technologique, au niveau de l’interopérabilité des données, par exemple, que sur la normalisation des langages de balisage des documents. Des facteurs complexes et multiples entrent en ligne de compte, qui tantôt permette à la dynamique institutionnelle de prendre corps, tantôt la cantonne dans une dynamique de techno-structure, qui n’est du reste pas sans intérêt. Ces méta-institutions mettent à disposition des sources où sont mutualisés toutes les informations, tous les produits de tel ou tel workshop, de tel projet. Toutefois, par trop nombreuses, la visibilité de ces cyberinfrastructures peut être mise à mal.

30La création de la Coalition of Humanities and Arts Infrastructures and Networks, CHAIN18, constitue le dernier acte dans cette montée en puissance des cyberinfrastructures, ou méta-structures. D’ambition mondiale, CHAIN permet d’englober un certain nombre de consortiums : ADHO, CLARIN, CenterNet, DARIAH, Bamboo, Textgrid19. On doit noter ici le rôle du National Endowment for the Humanities qui a donné des moyens au comité formé par les représentants de toutes ces super-associations pour l’organisation d’un sommet mondial avant que n’ait lieu l’habituelle conférence annuelle des digital humanities, dans le but de renforcer les relations entre ces super-structures.

31Je ne souhaite pas me prononcer sur la pertinence d’une telle initiative. En revanche, il est intéressant de remarquer la dynamique à l’œuvre au sein des digital humanities, faite à la fois d’une volonté de convergence et de concertation – signal que les digital humanities ont atteint un autre niveau de légitimité et de reconnaissance.

32Reste à savoir si CHAIN va développer ses propres actions. Cette cyberinfrastructure permettra de drainer des moyens, mais ne risque-t-elle pas de technocratiser davantage la façon de distribuer les fonds ? Je ne me prononcerai pas sur cette question, d’autant qu’il s’agit d’une actualité qui est en train de se faire.

33Pour conclure, j’aimerais citer quelques propos que j’ai glanés sur l’un des sites qui permettent d’échanger en direct à chaque conférence annuelle des digital humanities. C’est une sorte de fil de discussion, entre le tweet et le blog. En même temps que les gens assistent aux conférences, ils disent ce qui est en train de se passer ou ce qu’ils ont entendu.

34Lors de la conférence de 2009, un participant a rapporté un propos de Neil Fraistat lequel parlait de la « tremendous vitality of digital humanities ». Neil Fraistat, directeur du Maryland Institute for Technology in the Humanities20, est un chercheur remarquable dans son domaine, qui continue d’enseigner, qui fait la course aux budgets quand cela est nécessaire (et cela est souvent le cas), qui a contribué à la mise en place de CenterNet. On pourrait dire de lui qu’il est le leader de toute cette montée en puissance des digital humanities. Julia Flanders, du Center for Digital Scholarship de l’université de Brown21, disait quant à elle se trouver dans une atmosphère absolument « vibrante ».

35Ceci pour dire que l’on arrive à un moment particulier de méta-structuration du domaine, qui repose sur un réseau militant, d’après ce que j’ai observé du développement de ces centres. C’est une affaire politique, au sens le plus incarné de la conviction qui soit. Ce n’est pas une affaire technocratique. Il s’agit de personnes qui sont convaincues de constituer une avant-garde dans les humanités et les sciences sociales en général, ce qui leur permet de gagner du terrain, et emporter la conviction des autres. Cela leur est nécessaire pour former une « Internationale militante » parce qu’ils sont confrontés à une forte résistance au sein de toutes les disciplines des humanités, en dépit des grandes avancées du champ. Cette résistance peut être expliquée par les démarches adoptées par les chercheurs en digital humanities pour lesquels il n’est pas seulement question d’utiliser la technologie, mais d’exploiter la technologie, d’interroger en retour les objets, les méthodes et les finalités de chacune des disciplines. Cette résistance est très forte, y compris dans les universités et centres de recherche français, même si l’on y produit des choses très intéressantes. Je crois donc qu’il est important de souligner la dimension proprement politique de cette « avant-garde ». C’est d’autant plus important, de mon point de vue, que la démarche est rare dans le milieu académique.

36Si l’on passe vraiment à une vitesse supérieure, il faudra voir comment cette méta-structuration du domaine sera capable de rester nourrie par toute cette production d’idées, d’énergie, de « vibrations » pour reprendre les termes évoqués dans les couloirs de la conférence de l’année dernière.

Notes

1 The William Blake Archive, http://www.blakearchive.org/blake/

2 On trouve le compte-rendu de ces visites, datant de mai 2007, sur le site de l’Observatoire critique, Le Grand Tour à l’heure des digital humanities, à l’adresse suivante : http://www.observatoire-critique.org/dossier_tour.php3.

3 The Institute for Advanced Technology in the Humanities (IATH), http://www.iath.virginia.edu/

4 Fedora, http://www.lib.virginia.edu/digital/resndev/fedora.html

5 TGE ADONIS, http://www.tge-adonis.fr/

6 National Endowment for the Humanities (NEH), http://www.neh.gov/

7 National Science Foundation (NSF), http://www.nsf.gov

8 Institute of Museum and Library Services (IMLS), http://www.imls.gov

9 Library of Congress, http://www.loc.gov/

10 Modern Language Association (MLA), http://www.mla.org/

11 Encoded Archival Description (EAD), http://www.loc.gov/ead/

12 Nineteenth-century Scholarship Online, http://www.nines.org/

13 Humanist Discussion Group, http://www.digitalhumanities.org/humanist/

14 CenterNet, http://digitalhumanities.org/centernet/

15 « Our Cultural Commonwealth. The report of the American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences », ACLS, http://www.acls.org/cyberinfrastructure/ourculturalcommonwealth.pdf, consulté le 17 août 2012.

16 Common Language Resources and Technology Infrastructure (CLARIN), http://www.clarin.eu

17 Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities (DARIAH-EU), http://www.dariah.eu

18 Coalition of Humanities & Arts Infrastructures & Networks, http://www.arts-humanities.net/chain/

19 TextGrid, http://www.textgrid.de/

20 Maryland Institute for Technology in the Humanities (MITH), http://mith.umd.edu/

21 Center for Digital Scholarship, http://library.brown.edu/cds/

Auteur

Corinne Welger-Barboza

Maître de conférences à l’université de Paris 1.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable