Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book 2

 | 
Pierre Mounier

Avant-propos

Pierre Mounier

Texte intégral

1Les humanités échapperont-elles à la révolution numérique qui touche désormais tous les domaines ? Publié il y a maintenant deux ans, le premier volume du Read/Write Book mettait en lumière l’impact de ces nouvelles technologies sur le secteur de l’édition de livres. Le recueil de textes édité par Marin Dacos montrait bien que le numérique apporte autre chose à l’imprimé que des gains de productivité. Il suppose de réinventer la fonction éditoriale à l’heure du texte réinscriptible. La recherche en sciences humaines et sociales subira-t-elle des bouleversements aussi profonds ? ou la numérisation du travail de recherche n’aura-t-elle pour effet que d’améliorer, d’accélérer et de rendre plus performant le travail du chercheur, fondamentalement inchangé ?

2En adoptant le terme d’« humanités numériques », un certain nombre d’universitaires semblent avoir déjà fait leur choix. Pour eux, c’est bien à une transformation radicale des pratiques de recherche dans ces disciplines que l’on assiste. Depuis sa première utilisation en 2006 pour le titre du volume édité par S. Shreibman, R. Siemens et J. Unsworth, A Companion to Digital Humanities, le terme a fait florès. Il est désormais repris comme un étendard par tous ceux qui pensent que quelque chose d’important pour l’avenir de ces disciplines se joue là.

3La recherche en sciences humaines n’a pourtant pas attendu 2006 pour mobiliser les technologies numériques, ni même informatiques comme on dit encore quelquefois. Il y a bien longtemps que le chercheur utilise des outils de traitement de l’information plus sophistiqués que le papier-crayon que lui attribuent couramment les représentations populaires. Ce cliché qui émerge d’une opposition artificiellement construite avec les sciences de la nature est d’ailleurs particulièrement faux, lorsqu’il sous-entend que ce qui caractérise traditionnellement les sciences humaines c’est le fait de ne pas être instrumentées. Certes, point de télescope, point de cornue ni d’accélérateur de particules dans ces disciplines. Pour autant, il serait hasardeux d’en déduire qu’elles se passent de tout instrument. Car ce serait oublier les bibliothèques et les archives, les cartes et les fiches, les enregistreurs audio, photo et vidéo qui ont toujours permis au chercheur de mener son enquête.

4Identifier le mouvement des humanités numériques comme une technicisation tardive des humanités, que ce soit pour s’en réjouir ou s’en horrifier est donc particulièrement fallacieux. Si révolution il y a, elle n’est pas à chercher de ce côté.

5Les textes qui composent cette anthologie évitent l’écueil de tenter de définir les humanités numériques comme la simple introduction des technologies numériques dans le processus de recherche, ni même comme l’informatisation de celle-ci, encore moins comme la pure et simple instrumentation d’une tradition de recherche qui ne le serait pas naturellement. Ces textes ont été choisis essentiellement parce qu’ils apportent un éclairage moins globalisant sur ce mouvement. Ils ont en commun d’aborder un point de vue plus phénoménologique ; d’abord en en décrivant les différents aspects.

6C’est particulièrement vrai de la première partie du recueil, « Qu’est-ce que les humanités numériques ? », qui tente d’en circonscrire le périmètre par la conjonction d’approches relativement extérieures : son histoire, sa construction institutionnelle, l’expérience d’un chercheur, ses apports supposés. Globalement, ces différentes contributions insistent sur les aspects les plus positifs des humanités numériques. Elles rendent compte, chacune à sa manière, de l’enthousiasme que ce mouvement suscite, à propos de disciplines qui ne bénéficient pas toujours de la meilleure image, que ce soit dans le public ou parmi les financeurs de la recherche. Les contributions qui composent cette première partie sont finalement à l’image du manifeste ouvrant le recueil : engageantes.

7Ce n’est pas le cas de la seconde partie qui rassemble des textes beaucoup plus critiques et parfois sceptiques. Pourquoi ? parce qu’ils examinent la question non plus de l’extérieur, mais de l’intérieur de l’Académie : si les humanités numériques sont si différentes des humanités tout court, alors quelles en sont les implications en terme de recrutement, de carrière, de financement, de cursus et de formation ? Si révolution il y a, c’est d’abord là qu’elle doit se manifester, de manière très concrète, par des réorientations financières ou de structuration avec des implications pratiques pour des individus ayant des préoccupations d’orientation professionnelle. Il est caractéristique de voir que cette partie concentre des interventions venues du monde anglophone. Ce n’est pas le résultat d’un choix délibéré de l’éditeur. Il serait certes erroné de croire à une supériorité intrinsèque du monde anglophone dans le domaine des humanités numériques, en ce qui concerne aussi bien la réflexion théorique que les réalisations. Il est évident que la plupart des grands pays européens, au premier rang desquels les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie et bien sûr la France, apportent des contributions décisives dans ce domaine. Mais il semble a contrario que c’est essentiellement aux États-Unis et au Royaume-Uni que l’on se préoccupe le plus des implications professionnelles de la structuration de ce domaine. C’est là qu’ont été inventés les THATCamp, rassemblements communautaires d’acteurs locaux des humanités numériques, c’est dans ces pays qu’a été pensé le concept d’alternative academic careers ou « #alt-ac » qui dispose de son propre site web, qu’a été publié l’ouvrage collectif Hacking the Academy1, et qu’ont été élaborées les premières grilles d’évaluation de projets numériques. C’est là enfin qu’est fourni le plus gros effort de structuration du domaine avec la création de véritables centres de digital humanities, le développement de réseaux et d’associations professionnelles. Et c’est finalement à la lumière de ces débats que devrait être abordée l’éternelle question de la définition des humanités numériques et de leur périmètre. Car si cette question est intéressante, ce n’est pas tellement sous l’angle théorique et abstrait qu’elle l’est, mais en relation avec des interrogations pratiques et professionnelles : comment former ? comment recruter ? comment évaluer ? comment créditer ? C’est peu dire que le développement de ce champ a des implications profondes sur les politiques de recherche. En est-on véritablement conscient dans les différents pays de l’Europe continentale ?

  • 2 Matthew K. Gold (ed.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Pres (...)

8Les textes qui ont été rassemblés dans ce recueil ont été choisis pour leur qualité bien sûr, mais aussi en raison de leur date de publication. Un peu à l’image de The Best Technology Writing proposé par Yale University Press, les ouvrages de la série « Read/Write Book » ont aussi pour objectif de rendre compte d’une actualité des débats d’un domaine, telle qu’elle peut s’exprimer à travers des billets de blogs, des présentations de conférence ou de séminaire, des articles divers. Ainsi, tous les textes rassemblés dans ce volume consacré aux humanités numériques ont été publiés il y a moins de deux ans. Quels sont donc les débats qui ont traversé ce champ au cours des deux dernières années ? Il n’est pas si facile de répondre à cette question, tant le foisonnement y domine. Comme le dit bien Corinne Welger-Barboza, les humanités numériques sont un monde « en ébullition » et les débats y sont nombreux et diversifiés ; en témoigne l’important volume Debates in the Digital Humanities2 publié récemment par Matthew Gold aux Presses de l’Université du Minnesota. Il est pourtant une question qui domine toutes les autres dans ces différents débats, et son importance indique bien, là encore, que les transformations à l’œuvre dans les pratiques de recherche sont loin d’être accessoires, qu’il est difficile de renvoyer les humanités numériques au rayon des gadgets et colifichets, des mouvements de mode et des passades. Cette question centrale et importante au cœur du processus de recherche, c’est bien celle du rapport aux sources. Et elle est apparue ces dernières années sous deux aspects : ceux de l’archive et des données.

9La question de l’archive intéresse en premier lieu les historiens bien sûr, très actifs dans le développement des humanités numériques, à l’image de Roy Rosenzweig dont la contribution constitue un point fort de cet ouvrage, mais pas seulement ; elle touche aussi anthropologues, littéraires et philosophes, parmi d’autres. Or, pour toutes ces disciplines, l’archive, qu’elle soit numérisée ou nativement numérique, prend la forme d’un Janus bifrons, porteur de promesses et de menaces tout à la fois. Du côté des promesses, c’est la possibilité de chercher avec efficacité au sein d’immenses corpus soudainement mis à disposition sur l’écran de l’ordinateur du chercheur sans qu’il ait à se déplacer. C’est aussi, on l’évoque moins souvent, la possibilité d’interagir voire de mobiliser un large public autour de ces archives, qu’il peut enrichir voire constituer par lui-même comme l’expérimente la « public history » présenté ici par Serge Noiret. Mais les menaces ne sont pas moins nombreuses : la question de la pérennité est le plus souvent évoquée ; elle renvoie là encore à la politique de la recherche, à la mise en place d’infrastructures en particulier, à la pérennisation des financements et des équipes, mais aussi à des choix de technologies et de formats qui n’obèrent pas l’avenir. On parle moins fréquemment d’une autre menace, tout aussi importante, qui est celle du contrôle de l’archive. Dans un nombre croissant de cas, en particulier pour les archives de matériaux nativement numériques, ce ne sont pas des structures publiques qui constituent les bases de données. L’accès à celles-ci, mais aussi les logiques de leur constitution sont donc définies par des acteurs divers (fondations, sociétés commerciales privées) qui établissent des politiques conformes à leurs intérêts. L’accès aux matériaux primaires n’est donc pas garanti par la possibilité technique d’y accéder ; il dépend de tout un ensemble de facteurs comme les situations de concurrence, la politique commerciale d’un acteur ou tout simplement sa viabilité économique. Les menaces qui pèsent sur les archives numériques constituant les sources de la recherche en sciences humaines permettent aux chercheurs d’interroger en retour les processus de fabrique de la mémoire au sein de sociétés fortement numérisées. Que peut être cette mémoire lorsque tout un chacun en confie l’archive aux grandes plateformes commerciales qui dominent actuellement le Web ? S’il ressort bien du domaine des humanités numériques de s’interroger sur ce que le numérique change aux pratiques de recherche des sciences humaines et sociales, celui-ci donne aussi, en retour, une capacité particulière aux chercheurs de sciences humaines d’interroger les conséquences pas toujours désirées de l’explosion des usages du numérique au sein des sociétés où ils vivent. Et qui d’autre que les acteurs des humanités numériques pourraient être les vigies les plus pertinentes de ces changements profonds ?

10La même question se pose d’ailleurs à propos des données. La numérisation massive de millions d’ouvrages par Google et la mise à disposition par cette même société d’un outil rudimentaire de fouille de données sur l’immense corpus ainsi constitué, Google Ngram Viewer, a déclenché un des débats les plus intéressants et en tout cas les plus suivis de ces derniers mois. Car l’article publié par Jean-Baptiste Michel et Erez Aiden dans Science, résumé ici par Xavier de la Porte, ne fait pas qu’évoquer les possibilités pratiques d’un nouvel outil qui permettrait simplement d’optimiser la recherche en sciences humaines. Il propose en réalité une sorte de révolution épistémologique pour les sciences humaines, sur la base de la loi des grands nombres : l’augmentation quantitative de la base interrogée est telle qu’elle provoquerait un saut qualitatif pour les sciences humaines, tout d’un coup en mesure de faire apparaître une « culturomique » à peu près similaire à la génomique ; le rapprochement est intéressant bien sûr, en ce qu’il dévoile non pas une possible soumission des sciences de l’homme aux modèles épistémologiques issus des sciences de la vie – vieux débat dont les sciences sociales sont familières – mais plutôt une domination possible de l’ensemble des disciplines scientifiques : humaines, sociales, de la vie et de la matière par les modèles explicatifs dérivés des sciences de l’information. L’informatique, « ancilla or umbrella » s’interroge avec raison Antonio Casilli ? Ce que révèle l’article essentiel de Danah Boyd et Kate Crawford est donc l’ardente « nécessité d’un débat » selon les termes des auteures sur la massification des données, que l’on qualifie désormais de big data, et son impact en sciences humaines et sociales. Les quelques textes rassemblés dans la dernière partie de l’ouvrage ont le grand mérite de tenter d’ouvrir ce débat, à des degrés divers, sans pour autant l’épuiser.

11L’émergence des humanités numériques est souvent vue comme une inféodation des sciences humaines à la « technique », voire aux sciences de la nature et à leurs modèles. Pour pouvoir comprendre ce que sont réellement les humanités numériques et le sens qu’il faut donner à leur développement, il est probable qu’il faille prendre du recul et comparer l’évolution que connaissent ces disciplines dans un paysage plus global, où apparaissent la domination de la biologie moléculaire au sein des sciences de la vie, le développement de la physique des hautes énergies, la naissance de nouvelles disciplines comme la biologie computationnelle, ou encore l’émergence du concept d’« e-science » ou de « computational turn ». L’informatique bouleverse toutes les disciplines scientifiques, sans exception, depuis plusieurs décennies, et une mise en perspective des humanités numériques dans ce contexte serait certainement éclairante. C’est au fond une question importante qui doit être abordée à travers ce travail : l’informatisation des sciences conduit-elle à remettre en question le « Grand Partage » qu’identifiait Bruno Latour dans son essai d’anthropologie symétrique ?

12Les humanités échapperont-elles à la révolution numérique qui a bouleversé tant de domaines ? La question n’est pas rhétorique et mérite certainement d’être examinée sous un nouveau jour. Car si les technologies numériques touchent autant de domaines différents, c’est parce que leur développement repose sur une théorie unificatrice de la communication, formulée en 1948 par Claude Shannon à partir du concept d’information. Par son universalité mathématique, c’est-à-dire son indifférence aux notions de sens et de contexte, la notion d’information est ce qui permet d’appliquer des traitements similaires d’encodage et décodage à toute situation de communication : au sein du vivant, de la matière ou des sociétés humaines. Mais par son universalité, c’est-à-dire son indifférence aux notions de sens et de contexte, la notion d’information n’est rien sans une activité d’interprétation qui lui donne sens et la contextualise. De la même manière que le décodage du génome humain est vain sans l’activité herméneutique qui le relie, de manière non univoque et multifactorielle, par exemple au risque de développer telle ou telle maladie, il est aussi vain d’attendre du traitement automatique de Ngram Viewer ou de tout autre outil de traitement de l’information qu’il nous permette de déduire d’éventuelles « lois de la culture », à moins d’une activité interprétative qui lui donne sens et la mette en contexte. L’apparition de cette nécessaire activité interprétative qui vient s’insérer entre l’information et les savoirs est peut-être ce qui permettra finalement de définir les humanités numériques de manière un peu plus précise que comme un « chapiteau accueillant », comme le réclame avec raison Melissa Terras.

13Les technologies ne sont ni bonnes, ni mauvaises, pas plus qu’elles sont neutres, affirmait en 1986 l’historien des techniques Melvin Kranzberg. Les technologies numériques n’échappent pas à la règle, et d’autant moins qu’elles sont l’expression instrumentale d’une théorie mathématique de la communication. Utiliser ces technologies dans le contexte de la recherche, c’est y introduire subrepticement la théorie unificatrice de Shannon. Le document primaire, numérisé et stocké dans une base de données est réduit par cette opération à l’état d’information. Ce travail, que l’on qualifie improprement d’encodage, nécessite en réalité déjà tout un arrière-plan interprétatif et l’explicitation d’objectifs de recherche, pour pouvoir être mené à bien. À l’inverse, les opérations de traitement et d’analyse automatique sur un corpus numérique produisent des résultats qu’il s’agit de contextualiser et d’interpréter. Par ailleurs, la propriété de l’information qui l’abstrait de son support permet une convergence de tous les moyens d’expression : texte, image et son, en rupture avec une tradition savante habituée à travailler avec des formes distinctes et rarement mobilisables conjointement. L’hétérogénéité des types et des formes documentaires est affaiblie, parfois abolie dans un environnement numérique alors qu’elle est signifiante et essentielle lorsqu’on fait des recherches en sciences humaines. Les capacités de lecture/écriture qui sont propres aux dispositifs de communication impliquent des transformations profondes des processus de communication scientifique, sur le mode de la collaboration permanente, de l’accès ouvert et de la réécriture. Alors que l’information est labile et potentiellement instable, les savoirs scientifiques sont non réversibles, validés et stabilisés. Voilà quelques exemples des applications propres aux humanités numériques et qui illustrent bien ce qui fait leur particularité comme champ propre : non pas tant des pratiques de recherche à l’intersection de l’informatique et des différentes disciplines des sciences humaines, comme on le dit souvent, mais plutôt le développement de nouvelles pratiques de recherche à l’intérieur d’un espace ouvert par la distance entre la théorie de l’information et les pratiques interprétatives propres aux sciences humaines. C’est pratiquement l’opposé de ce qui est attendu : les humanités numériques en tant que champ de recherche se déploient non pas sur la base d’un rapprochement mais, au contraire, de l’expérience d’un éloignement entre des paradigmes a priori hétérogènes. Et cette démarche, comme le dit bien Janneke Adema, relève d’une « praxis critique » qui leur permet de trouver une position ni ancillaire – comme technique auxiliaire de différentes disciplines des sciences humaines – ni « ombrellaire » qui consacrerait l’écrasement des traditions savantes multiséculaires.

14Les textes rassemblés dans le Read/Write Book 2 témoignent, chacun à sa manière, de cette position entre deux. Traitant de sujets différents, ils ont pour point commun d’explorer ce que peuvent être les humanités numériques en tant que praxis critique d’un espace ouvert par la tension entre les paradigmes de l’informatique et des sciences humaines. Ils constituent de ce point de vue une introduction à un champ en pleine construction, à la recherche de ses propres fondamentaux, et source d’interrogations nouvelles.

Notes

1 Hacking the Academy. A Book Crowdsourced in One Week, 21-28 mai 2010, http://hackingtheacademy.org/, consulté le 17 août 2012.

2 Matthew K. Gold (ed.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012.

Auteur

Ingénieur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) et fondateur d’Homo Numericus.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable