Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book 2

 | 
Pierre Mounier

Qu’est-ce que les humanités numériques ?

Faire des humanités numériques

Aurélien Berra

Note de l’éditeur

La version originale de ce texte a été prononcée lors de la Conférence ARL PACA, 29 novembre 2011, http://vimeo.com/36492838/

Texte intégral

1Pour esquisser une introduction aux humanités numériques, il faudrait fournir des éléments d’histoire, un aperçu de la théorie, ainsi qu’une illustration de la pratique : programme ambitieux, qui demanderait un livre. Mon exposé ne prendra pas la forme d’un catalogue d’exemples ; il ne proposera pas non plus un tableau irénique des humanités numériques triomphantes, telles qu’un conférencier pourrait les donner à voir pour implanter une chaire ou un centre de recherche dans une université nord-américaine. Je présenterai quelques repères et un témoignage personnel, qui, parce qu’il est français, soulève des questions particulières. Mon propos consiste pour l’essentiel à commenter le titre « Faire des humanités numériques », qui peut s’entendre de plusieurs manières : je vous laisse deviner lesquelles.

2L’expression «  humanités numériques », calque désormais courant de l’anglais digital humanities, garde peut-être encore quelque chose d’étrange à nos oreilles. En français, le mot « humanités », au pluriel, fait référence soit à l’expression « faire ses humanités », soit à l’humanisme de la Renaissance. Le signifiant est suffisamment désuet pour devenir presque libre : le dépoussiérer, l’investir d’un sens nouveau me semble possible.

3Par ailleurs, en passant de humanities à « humanités », on ne désigne évidemment pas la même chose. Les découpages disciplinaires sont différents. Selon les catégories du CNRS, les humanities correspondraient aux sciences humaines et sociales, c’est-à-dire à un ensemble assez large qui ne se superpose pas avec ce qui existe dans d’autres traditions culturelles, universitaires et scolaires. On s’éloigne ainsi de la référence à des disciplines établies, pour nommer un phénomène complexe.

4Dans un premier temps, il s’agira de présenter une histoire et une théorie des pratiques, théorie et pratique étant intimement liées dans ce champ. Je voudrais partir d’une brève série d’images, qui sont aussi des stéréotypes de l’activité savante, des pratiques lettrées, en commençant cette galerie des humanités par une sorte d’icône contemporaine : Michel Foucault dans sa bibliothèque.

5Sur cette image, il n’y a presque rien d’autre que des livres et le crâne nu de l’intellectuel, qui réfléchit un livre à la main. D’une façon plus traditionnelle, on pourrait penser à un équivalent antique de cette première image, le célèbre « portrait » de Cicéron par Vincenzo Foppa.

6Cette représentation renaissante a bien sûr davantage à voir avec les contemporains de l’artiste qu’avec Cicéron. Elle nous montre l’enfant prodige en train de consulter paisiblement ses codex. Une autre illustration, beaucoup plus intéressante, serait la gravure de Dürer montrant saint Jérôme dans son cabinet.

  • 1 Brandon Harris au Hackathon 2011 de Wikimedia, photographié par Guillaume Paumier (http://commons.w (...)

7Jérôme, installé devant un lutrin et entouré de vanités, est occupé à lire, écrire, traduire peut-être. Quels points communs avec la photographie toute récente d’un hacker1 ?

8Ce portrait, le dernier de ma série, est probablement plus fidèle à la représentation vague que suggère dans les esprits l’oxymore « humanités numériques ». Je ne détaillerai pas le parallèle iconographique avec Jérôme. Si la photographie ne montre pas un philologue, il y a néanmoins des parentés. Mais commentons tout d’abord la date que j’ai indiquée sur cette diapositive comme origine des humanités numériques : 1949. C’est l’année du voyage aux États-Unis de Roberto Busa, un jésuite, qui constate que la technique de la concordance automatique grâce à des fiches perforées modifie son travail et lui donne des moyens d’analyse nouveaux.

9Roberto Busa souhaitait étudier le vocabulaire de la présence, de l’incarnation, dans les œuvres de Thomas d’Aquin, ce qu’il ne pouvait pas faire en se contentant de rechercher des occurrences de substantifs. Il devait aussi, dans les millions de termes de son corpus, s’intéresser à un mot comme la particule latine in, « dans ». La compilation et l’usage d’un index complet constituaient un travail surhumain. La lecture intensive traditionnelle ne pouvait pas suffire. La concordance automatique était la solution. Il a cependant fallu un travail de trente ans pour mener à bien ce projet2.

10Plus généralement, qui veut faire l’histoire des humanités numériques est d’emblée confronté à un véritable problème. Nous pouvons lire les réflexions d’acteurs pionniers, qui se demandent quels seraient les critères pour délimiter cette histoire. Faut-il commencer avec l’imagination antique et les automates de l’Iliade, quand Homère imagine que les instruments d’Héphaïstos s’agitent seuls comme autant de proto-robots ? Faut-il commencer avec les techniques de calcul, qui ont une histoire autonome dans divers champs de savoir ? Faut-il commencer avec l’ordinateur, comme nous aurions évidemment tendance à le faire ? Comment mêler ces différentes histoires et leur contribution aux « humanités » ? Quels sont les documents dont nous disposons ? Parmi les entreprises en cours, je cite pour son titre significatif et son orientation le projet Hidden Histories : par les méthodes de l’histoire orale, il veut mettre au jour ce qui reste dans l’ombre des mémoires individuelles3. Du reste, c’est une mission pour tout domaine linguistique et culturel. Il y a une histoire propre à chaque tradition savante, qui s’écrit en français, en italien, en allemand et en portugais autant qu’en anglais. Toutes ces histoires communiquent, naturellement, mais les acteurs historiques et ceux qui entrent dans un champ comme celui-ci ont une responsabilité historiographique.

11Je reviens maintenant à Jérôme et à ce hacker. Le va-et-vient entre les deux figures permet d’être plus attentifs à un aspect précis, les outils qui les entourent. Dans le premier cas, l’outillage est en quelque sorte périphérique : dans les mains de Jérôme, sur sa table, sur les étagères derrière lui. Dans le second cas, l’outillage est très largement concentré dans un unique appareil extrêmement polyvalent, placé sur les genoux du programmeur, un laptop computer. Je ne prétends pas faire une publicité comparative – et mensongère – décrivant un avant et un après les humanités numériques, pour donner à voir un futur rayonnant et un présent déjà incomparable.

12Plutôt, j’évoque cette idée d’avant et d’après en songeant à une émission de radio récente, typique des débats actuels du monde de la culture4. Une sorte de duel, organisé par Alain Finkielkraut, opposait un romancier à succès, Frédéric Beigbeder, qui a une vision apocalyptique de la disparition de la culture à travers le déclin du livre imprimé, et François Bon, écrivain qui opère depuis les débuts du Web une révolution volontaire pour adopter et contribuer à créer une nouvelle culture. Les arguments de François Bon sont absolument passionnants et les thèses qu’il développe dans Après le livre sont radicales5. Anecdote que je crois significative, cet ouvrage est le premier que j’aie lu dans deux formats, comme livre imprimé et dans sa version numérique, laquelle est périodiquement mise à jour.

13En entendant cette émission, j’avais envie de répondre à certains des arguments de l’animateur et de Frédéric Beigbeder – comme on le fait en direct sur les réseaux sociaux – par un témoignage : « Je fais de la philologie grecque, je lis des manuscrits byzantins (plus souvent sur des microfilms que sur les parchemins, d’ailleurs) et je viens de lire un roman sur ma tablette. C’était le premier texte long et de fiction que je lisais sur un écran d’une façon continue. » En somme, le texte est polymorphe. C’est un fait ancien, mais aussi une réalité concrète pour nombre de lecteurs, dont je fais partie. Si je suis un amoureux des manuscrits, des livres, c’est avant tout le texte qui m’importe. Et s’il faut se battre pour des supports, ce n’est pas pour eux-mêmes, mais bien pour ce qu’ils permettent, à savoir une forme de communication, une forme de culture, une forme de réflexion.

  • 6 Outre les livres publiés aux éditions Albin Michel, voir le carnet de recherche en ligne qui accomp (...)
  • 7 Christian Jacob (éd.), Lieux de savoir. II. Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel, 2011.
  • 8 Voir l’ouvrage classique de Walter Ong, Orality and Literacy. The Technologizing of the Word, Londr (...)

14Cela revient à dire que ce sont les usages qui font vivre les textes, avant tout, et qu’il faut lutter contre l’oubli de la technique, qui était si clairement présente dans notre galerie d’images. C’est sur cette idée qu’est fondé le projet Lieux de savoir6, dont la conception a eu un rôle dans mon orientation vers les humanités numériques. Le deuxième volume de la série, Les Mains de l’intellect7, illustre le fait que les pratiques culturelles sont profondément inscrites dans l’histoire des techniques. Il est urgent de prendre conscience toujours davantage du maniement des objets, contre une naturalisation qui occulte les processus de production et de diffusion. Ce que je retiens de ce projet, en rapport avec ce que je disais plus tôt à propos des manuscrits, c’est que l’écriture elle-même est une technologie, comme l’ont soutenu Walter Ong ou Roger Chartier aussi bien que les théoriciens de l’hypertexte8. Ce qui peut paraître le plus mécanique, le plus froid, le plus étranger est tout à fait analogue sur ce plan à d’autres technologies, qui ne paraissent plus naturelles ou plus immédiates que par un effet de l’habitude.

  • 9 Aurélien Berra, «  Manier le thésaurus grec  », in Christian Jacob (ed.), Lieux de savoir. II. Les (...)

15Les Lieux de savoir étaient donc une étape dans un parcours personnel. J’y ai écrit un article intitulé « Manier le thésaurus grec9 », qui traite des façons de se repérer dans la bibliothèque des textes grecs antiques, qui nous a été léguée par un processus de transmission complexe. Cela me conduit à une image plus intéressante, à tout prendre, pour illustrer la réalité des humanités numériques. Elle montre la coexistence de trois formats, lors d’une séance de collation dans une bibliothèque : un manuscrit du xe siècle, une version imprimée du xixe siècle et le texte sur l’écran d’un ordinateur. Ce sont ces trois objets qu’il s’agit de mettre en relation, selon des modalités qui, dans une large mesure, sont encore à inventer.

16Au sujet des humanités numériques, on pose parfois la question classique de l’utilité des projets de recherche. Un billet de Pierre Mounier10, reprenant une réflexion d’Hubert Guillaud, évoquait l’apport des digital humanities11. Qu’apportent-elles à la société, hors des cercles de chercheurs ? Pierre Mounier répond en citant les analyses sociologiques d’Antonio Casilli et Paola Tubaro sur les émeutes britanniques, qui ont été produites avec des données récoltées au moment même des événements. Il mentionne aussi les entreprises du Center for History and New Media (CHNM)12, à l’origine notamment du logiciel bibliographique libre Zotero13, ou encore le Ngram Viewer du projet Google Books, qui permet l’analyse de millions de livres et une visualisation des usages lexicaux sous forme de tendances14. Il resterait à préciser le rôle de ces instruments dans la société et à démontrer leur intérêt, en pratique et en théorie.

17Pour ma part, je pense que la recherche a son droit. Cela ne signifie par pour autant que les humanités numériques soient une nouvelle tour d’ivoire pour une élite située entre les « deux cultures » – lettres d’un côté, sciences de l’autre – et capable d’apprivoiser l’oxymore du terme digital humanities. Plusieurs arguments apparaîtront au fil de mon propos.

18Au cœur du débat sur les humanités numériques, il y a une question récurrente, et même permanente : celle de la définition. Les digital humanities désignent-elles en propre certaines pratiques, des méthodes, une discipline ? De l’aveu de certains praticiens, le terme constitue une sorte de « signifiant flottant ». La communauté propose des réponses à cette question, mais il me semble problématique d’unifier le domaine hors de références à une école, à une pensée ou à un contexte précis. Une bonne réponse serait historique et tiendrait compte des stratégies institutionnelles.

19Revenons aux mots. L’expression anglaise s’est imposée au début de notre siècle. Mon intervention aurait sans doute un autre titre si nous étions en 2001 ou en 2021. Il y a quelques années, surtout avant le Web, on aurait pu parler en France d’« informatique littéraire ». Et le terme le plus probable, encore récemment, aurait été humanities computing, qui fait référence à la computation, au calcul, appliqués au domaine des sciences humaines et sociales. Selon les langues et les milieux, on pourrait faire la liste des dénominations successives : emprunts, calques et néologismes en allemand ou en italien, auto-désignation des digital medievalists et des digital classicists, etc. Dans le futur, la question sera de savoir s’il y a encore besoin d’un adjectif. Les humanities seront-elles numériques de part en part ? Ou bien la composante numérique aura-t-elle trouvé sa place parmi les pratiques savantes, à l’intérieur de chaque champ concerné, comme une région avec ses outils spéciaux, ses méthodes devenues plus banales et transparentes ?

20On peut évidemment se demander, comme cela s’est fait très tôt, si les humanités numériques ne sont pas une discipline, en particulier parce que des spécialistes ayant une activité savante exigent que leur compétence soit reconnue et revendiquent des postes. Toujours en me référant à des billets de blogs récents – ce qui est rafraîchissant pour un helléniste –, je voudrais mettre en évidence une vague de réflexions sur le thème « DH is about ». Périodiquement, et souvent avec d’excellents arguments, on réactive par exemple la conception selon laquelle « digital humanities is about building » : on fait des instruments, on construit des logiciels, on expérimente grâce à des moyens d’interroger et de visualiser les corpus. Dans une conférence de 2011, Stephen Ramsay a ainsi déclaré « If you are not making anything, you are not a digital humanist15. » Il s’est évidemment attiré des réponses comme celle de Mark Sample, pour qui « The digital humanities is not about building, it’s about sharing16. » Il s’agit donc de partage, c’est-à-dire de communication, de réflexion méthodologique collective et de mise en commun : ni de la théorie pure, ni de la pratique pure, mais un dialogue au sujet de nos représentations du savoir. Pour contrebalancer ces idées, on peut écrire que « Digital humanities is about theory17 » : Benjamin Schmidt précise ainsi que le fondement même des digital humanities est de repenser les sciences humaines en conciliant nos théories avec les méthodes existantes, ce qui conduit au projet étonnant d’un THATCamp Theory en 201218.

21Le modèle du THATCamp, centré sur « The Humanities and Technology » (THAT) et conçu à l’image des barcamps des spécialistes d’informatique et de sciences de la communication, est d’ailleurs typique des activités du milieu. À l’origine de ce phénomène se trouvent deux étudiants du CHNM : revenant d’un colloque européen où ils se sont beaucoup ennuyés, ils décident d’organiser un « non-colloque » (unconference), dont le principe est de ne pas prévoir de programme à l’avance. Les participants arrivent sur place, avec leurs idées, leur expérience personnelle et leurs ordinateurs. Ils lancent des propositions d’ateliers et définissent par un vote le programme de la rencontre, dont les règles essentielles sont le partage et le dialogue.

22Il existe bien évidemment des définitions formelles. Celle de la page Wikipedia consacrée aux digital humanities a fait l’objet de nombreuses discussions19. Extrêmement large, elle est l’un des lieux d’une identité collective problématique : « un champ qui concerne l’étude, la recherche, l’enseignement et l’invention, au croisement de l’informatique et des disciplines des sciences humaines et sociales ». Cette définition vise à la fois le processus de numérisation et le traitement de données déjà numériques. Elle mentionne le travail théorique et l’élaboration d’outils analytiques.

23Je suis retourné à cette définition après avoir relu un article de Matthew Kirschenbaum, qui a écrit une introduction incisive pour expliquer à ses collègues des départements d’anglais ce que sont les humanités numériques et ce qu’elles font dans les universités20. En imaginant qu’une personne curieuse fasse une requête sur Google, il cite la définition que donnait Wikipedia en 2010, dont le texte n’a pas grand-chose à voir avec celui que l’on vient de lire. Les différences peuvent sembler subtiles. Les humanités numériques, « also known as humanities computing », sont dites méthodologiques par nature et ont une ambition interdisciplinaire – deux éléments qui ne sont plus présents dans la définition ultérieure. De plus, la dernière phrase mentionne l’action en retour des digital humanities sur l’informatique, sur les méthodes computationnelles elles-mêmes, précision qui disparaît ensuite et constitue de fait un enjeu.

24Matthew Kirschenbaum, spécialiste d’images numériques et de jeux vidéo, poursuit son propos en évoquant le rôle aux États-Unis d’un organisme de financement de la recherche (l’Office for the Digital Humanities, au sein du National Endowment for the Humanities) dans l’établissement du terme digital humanities et dans la création d’un milieu. Il insiste également sur l’intérêt des journaux, il y a quelques années, pour l’usage de la plateforme de micro-blogging Twitter lors du colloque annuel de la Modern Language Association en 2009. Il mentionne enfin le développement des blogs, qui forment un réseau. Dans le contexte d’une crise de l’enseignement supérieur, il y aurait dans ce mouvement un fond contestataire vague mais puissant, qui repose sur la défense de l’open access, l’appel à une réforme des recrutements universitaires, autant que sur la volonté d’un renouveau intellectuel et pédagogique.

25Nous sommes déjà dans l’époque des companion books. Disponibles en ligne, ils constituent des introductions aux différents sous-domaines : A Companion to Digital Humanities (2004), sur l’histoire, les principes, les applications, les questions de production, de dissémination et d’archivage21 ; A Companion to Digital Literary Studies (2008), sur la tradition des études littéraires assistées par l’ordinateur, les textualités, la méthodologie22.

26La situation évolue très vite et, à certains égards, ces textes sont déjà historiques. Leur lecture n’en est pas moins passionnante, même si elle ne fournit qu’un kaléidoscope de points de vue. Donner une perspective générale, c’est précisément ce qu’a essayé de faire Willard McCarty en 2005, en dressant une carte du Humanities Computing.

27Entre mission de service et révolution épistémologique, il trace un territoire commun de méthodes – des methodological commons –, dans un va-et-vient avec les disciplines traditionnelles. Dans ce modèle, les humanités numériques sont caractérisées par la méthode. Le computing est une opération de modélisation qui suppose un haut degré d’exactitude, des données explicites et cohérentes, afin que la représentation élaborée soit manipulable par l’humain et par la machine, selon un protocole expérimental. Il s’agit d’explorer les problèmes que suscite l’acte même de représentation. Ce qui amène l’auteur à jouer sur les deux sens de digital : la manipulation est le fruit de la numération.

28La carte proposée par Willard McCarty pourrait être longuement commentée. Comparons-la simplement à la dernière version qu’il en a donnée, dans un colloque à Lausanne en 2011.

29D’un schéma à l’autre, on voit qu’il n’est plus si sûr qu’il y ait un terrain méthodologique commun : par prudence, il a remplacé par un point d’interrogation ce que lui et d’autres avaient mis une dizaine d’années à élaborer d’un point de vue conceptuel. Réflexion à suivre…

30Au-delà des notions de discipline et de méthodologie, nous avons sans doute affaire aussi à un moment historique. Est-ce une époque de transition ? J’ai évoqué la possible assimilation future du numérique par les humanités. Mais le moment présent est marqué par une urgence particulière. Nos sociétés vivent, de gré ou de force, une conversion numérique et cette transformation conduit parfois ceux qui croient favorable ce changement à une rhétorique de la révolution. De fait, il y a souvent une dimension politique ou militante à l’engagement dans les humanités numériques : au sein des communautés savantes, pour changer leurs méthodes, comme au sein de la société en général.

31En ce sens, on peut dire qu’il s’agit d’un mouvement, et non plus seulement d’un moment. Ce mouvement a produit ses manifestes. Ils font entendre la voix d’une minorité et expriment un sentiment d’oppression – et probablement, dans le même temps, le sentiment de distinction d’une avant-garde clairvoyante. Si je mentionne cette double motivation, c’est que l’on peut opposer deux modèles. D’un côté, le manifeste américain issu de l’université de Californie, publié pour la première fois en 2008, révisé de façon collaborative et actualisé en 200923. Je le décrirais comme pamphlétaire, utopique et artistique, car il me semble pertinent de le rapprocher du surréalisme, du dadaïsme ou du futurisme. De l’autre, le manifeste élaboré à Paris en 2010 par les organisateurs et les participants du premier THATCamp européen. Ce texte a davantage valeur de déclaration ; il invite les lecteurs à signer une pétition et à rejoindre un mouvement en définissant une orientation constructive24. Il s’agit de favoriser une culture numérique dans l’ensemble de la société, d’établir des programmes, des diplômes, des carrières pour ceux qui se consacrent à ces études, de définir également une « compétence collective » au service d’un bien commun. D’une façon générale, il est question d’œuvrer à une réforme et non pas à une révolution, à travers le partage de bonnes pratiques, à travers un consensus au sein des communautés et à travers le développement de cyberinfrastructures, c’est-à-dire d’équipements et d’institutions spécifiques. La prise en compte de ce dernier besoin est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les humanités numériques ne peuvent pas constituer une nouvelle tour d’ivoire : il leur faut des moyens, des équipes et une collaboration intense.

32Dans le titre « Faire des humanités numériques », il faut donc aussi entendre « faire » en un sens dynamique, celui de « construire, bâtir ». Il s’agit de transformer ce qui existe pour l’améliorer.

33Il ne faudrait pas croire cependant que la construction ait attendu 2010 et des Français plus stratèges que des Californiens échevelés. Loin de là. Des organes et organisations alliant les termes humanities et computing ou computer existent au moins depuis 1966, date de la création de la revue Computer in the Humanities. D’autres ont ensuite vu le jour, notamment la revue Literary and Linguistic Computing, dont le titre mentionne la linguistique, branche importante et potentiellement autonome dès les origines. À partir des années 1970 sont également créées des listes de diffusion et des associations. L’Alliance of Digital Humanities Organizations, fondée en 2005, est chargée de regrouper les organisations existantes25. Son nom consacre l’appellation digital humanities. En passant, signalons que, s’il existe des raisons plus profondes, notamment la diffusion du Web, on doit aussi à une décision de marketing le passage de humanities computing à digital humanities : contemporaine de la parution du Companion de 2004, cette dénomination tactique rajeunissait un champ de recherche et visait à faciliter l’obtention de financements.

34En extension, l’institutionnalisation des digital humanities concerne aussi bien la théorie que l’éducation. Je renvoie à un séminaire proprement séminal qui s’est tenu à l’université de Virginie en 1999, où l’on se demandait si le humanities computing constituait une discipline universitaire26. La rencontre a donné lieu à la création de l’un des premiers programmes de master, comme il y en a eu d’autres à partir du début du xxie siècle. Dans ses actes en ligne, passionnants, on trouve notamment un article dans lequel Willard McCarty avance une analogie avec le programme de David Hilbert, le logicien et mathématicien qui, lors d’un congrès international tenu à Paris en 1900, a refondé les mathématiques en posant un certain nombre de problèmes et de conditions à remplir pour faire avancer son champ intellectuel. McCarty propose également de définir un « agenda » de recherche destiné à refonder l’usage de l’informatique dans les sciences humaines.

35Sans développer davantage le lien avec l’éducation, je signale le mouvement à la fois réformiste et contestataire des alternative academics, qui s’est développé aux États-Unis dans la mouvance des humanités numériques. Ces alt-ac promeuvent les métiers nouveaux exercés par des techniciens lettrés, ou des lettrés techniciens, qui ne sont plus intégrés à l’université comme chercheurs ni comme membres d’une unité de service. On voit là émerger toute une problématique liée aux carrières et aux procédures de collaboration au sein des projets.

36Nous sommes donc en présence d’un champ vaste, d’un milieu doté d’une structure, d’associations internationales et régionales, de formations universitaires, qui pose en outre la question de la formation générale des « savants ». Fondamentalement, il s’agit de réinventer les pratiques savantes, ambition qui implique une sorte de phénoménologie, une description réaliste des opérations élémentaires du travail savant. Ce sont les scholarly primitives évoqués par John Unsworth, toujours dans le séminaire de 1999 que j’ai cité : découvrir, annoter, comparer, faire référence, prendre un échantillon, illustrer, représenter27.

37Ce que John Unsworth constate, tout d’abord, c’est qu’on fait bien des choses avec un ordinateur. Pour donner une série d’exemples, je dirais qu’on peut faire ses courses, mais aussi ses comptes et une étude sociologique du comportement des consommateurs. Tous ces niveaux ne concernent pas les humanités numériques. Il y a évidemment des usages spécifiques. L’ordinateur tel que nous l’utilisons pour la plupart, Willard McCarty l’a parfois nommé un knowledge jukebox, parce qu’on y trouve toutes sortes de savoirs stables en apparence, mais sans cohérence. Mais cette Wikipedia étendue n’a pas la dimension heuristique qu’on peut espérer quand on se confronte à des problèmes de modélisation et que l’on voit des choses que l’on ne voyait pas auparavant, précisément parce qu’une procédure ne fonctionne pas immédiatement, parce qu’il faut modifier la façon de conceptualiser et de mettre en pratique une analyse. La machine impose et rend évidente une activité de représentation. À divers degrés, il s’agit d’une interactivité permanente : l’usager ne se voit pas simplement proposer un résultat fini, mais manie et transforme à son tour des données, dans des expériences dont il est responsable.

38Si la connaissance est, d’une manière générale, une représentation dans un média, il faut absolument assurer à nos pratiques de représentation une dimension critique et historique, comprendre nos processus herméneutiques, savoir quelle est la place de l’interprétation dans notre usage des médias. « Il ne s’agit pas de résoudre des problèmes, mais de créer des problèmes », dit en substance McCarty. Ce souci de problématisation doit accompagner de part en part le travail savant. Il demande finalement de remettre en cause un mode de maîtrise, de contrôle et de clôture des savoirs, de mieux cerner la construction des savoirs. Cela suppose de redéfinir la place de la technique, de la collaboration et de l’évaluation. À défaut de l’humanité nouvelle du transhumanisme, l’enjeu est de renouveler de l’intérieur les humanités. Dans ce projet, théorie et pratique sont indissociables.

39Très brièvement, j’illustrerai ce que j’entends par-là, en mentionnant d’abord deux projets. Si je dis que je fais de la philologie grecque, je semble peut-être partir de très loin. En réalité, je suis tout à fait au cœur du sujet, dans la mesure où la philologie et l’étude de l’Antiquité sont un bon exemple de champ disciplinaire qui consomme d’énormes masses de données. Depuis le xixe siècle au moins, les antiquisants ont créé des encyclopédies, réalisé une cartographie minutieuse de leur littérature, au paragraphe et au mot près, et élaboré des corpus et des bases de données, souvent depuis longtemps numériques.

40Ainsi, l’un des projets exemplaires des humanités numériques est le Thesaurus Linguae Graecae28, qui a donné forme en 1972 à une vieille ambition : rassembler tous les textes conservés de la littérature grecque dans une bibliothèque qui permette de naviguer à travers les textes et d’explorer les corpus. C’est l’usage du TLG qui m’a montré à quel point les outils informatiques étaient essentiels, notamment durant ma thèse, et à quel point cet outil-ci était merveilleux et inférieur à nos besoins d’analyse.

41Par ailleurs, le souci de rigueur passe par l’intégration de la dimension quantitative. L’interprétation et la quantification ne sont pas opposées, bien au contraire, et il est important de les réconcilier. Un éditeur de textes anciens a conscience, plus que d’autres peut-être, de l’opération de transfert linguistique et culturel qu’il accomplit sans cesse. Cette conscience est très vive quand on manipule un texte formalisé comme l’est un texte encodé au moyen d’un langage à balises. Prenons pour exemple les scholies à Euripide mises en ligne par Donald Mastronarde, échantillon de ce qu’il aimerait faire grâce à un encodage en XML-TEI. En l’occurrence, le résultat est analogue à une publication papier, sinon par sa taille et sa complexité29.

42Le XML, ou Extensible Markup Language, est le langage à balises dominant dans bien des domaines (le HTML en est une simplification postérieure). La TEI est la Text Encoding Initiative, qu’il faut mentionner dans ce contexte : depuis 1987, elle propose des normes d’encodage des textes, c’est-à-dire des catégories d’analyse de la structure et du contenu qui sont intelligibles aux hommes et que les machines peuvent utiliser30. Le projet a impliqué des milliers de collaborateurs de tous les champs savants, spécialistes de manuscrits, de linguistique, de littérature, etc. Cette norme de fait est également un projet intellectuel collectif et ouvert.

43En octobre 2011, j’ai participé pour la première fois au colloque annuel de la TEI, qui comportait une sorte d’ambassade d’un représentant officiel de Google en Europe. La rencontre entre Google et la TEI était un diptyque symbolique. L’entreprise Google incarne la culture des big data, c’est-à-dire l’accumulation de données dont on considère qu’elles finissent par faire sens par approximations successives, grâce à l’utilisation d’algorithmes qui permettent d’aboutir à un résultat significatif. Mais Google fonctionne comme une boîte noire. Pour reprendre l’exemple des n-grams, lorsqu’il obtient la visualisation de tendances lexicales, l’utilisateur ne connaît ni les données ni le mode de calcul. Avec la TEI, on est en présence du modèle exactement opposé : un spécialiste ou une équipe qui pratiquent le deep encoding vont dans le détail du texte (potentiellement à l’infini, pour signaler le tracé d’une lettre, la récurrence d’une habitude stylistique ou un lien hypothétique avec un autre texte), mais en ayant, autant que possible, conscience de leurs choix. Comment nos outils de demain croiseront-ils les deux démarches ? Comment bénéficieront-ils de l’exigence des traditions intellectuelles et des possibilités techniques ?

44Je passe sur d’autres aspects de mon expérience qui ont trait aux humanités numériques, comme la pratique de l’enseignement. Dans le cas de l’université de Paris-Ouest Nanterre, il n’existe pas de formation spécifique et la digital literacy, ou culture numérique partagée, repose sur le Certificat informatique et Internet (C2I) national31. En attendant des formations mieux intégrées aux cursus, je fais partie de ceux qui introduisent une sensibilisation à ces questions dans le séminaire de méthodologie d’un master.

45Pour moi, les humanités numériques sont donc principalement une pratique de recherche. Je les aborde d’un point de vue critique et historique dans le séminaire « Édition savante et humanités numériques », qui est accompagné d’un carnet de recherche en ligne sur la plateforme Hypotheses.org, Philologie à venir32. Du reste, dans une définition large, ces modes de diffusion et de communication, tant avec ceux qui s’inscrivent dans ce champ qu’avec ceux qui le regardent de plus loin, sont aussi une partie de l’activité des humanités numériques.

46Le réseau social Twitter est extrêmement important, par exemple. Il contribue à la veille scientifique, tout comme les fils RSS, mais aussi à l’identité et à la dynamique de réseau de cette communauté internationale. On pourrait citer encore l’existence d’une journée mondiale des humanités numériques, le Day of DH, qui existe depuis 200933. Voici, extrait d’un fil RSS, un exercice de visualisation d’Elijah Meeks, de l’université de Stanford34.

47Elijah Meeks s’est saisi d’un corpus de définitions des humanités numériques – occasion d’insister sur la fréquente réflexivité du domaine, que l’on interprète tantôt comme un symptôme d’incertitude, tantôt comme la marque d’un questionnement sain et d’une auto-promotion efficace. Pour analyser ce corpus, il propose une visualisation de réseau. Ce genre d’analyses et de représentations schématiques ne peut être produit par une lecture humaine. C’est ce que l’on nomme souvent distant reading, la lecture à distance, depuis un livre publié par Franco Moretti en 2005. À côté de la lecture intensive, il y a des études qui passent par des procédures dont l’homme n’est pas capable. Les tendances lexicales mises en courbes par Google sont une forme de lecture à distance, non contrôlée par l’utilisateur. Il y a des expériences plus maîtrisées que l’on peut mener sur un poème, un roman ou des corpus plus vastes. Ici, l’image est belle, mais surtout les choix initiaux sont explicites. Au-delà de l’esthétique, qui a son droit et sa valeur cognitive, le travail d’interprétation est constant et n’est jamais oublié par l’auteur : constitution du corpus, définition et modification des paramètres, puis analyse de l’image.

48Autre exemple, que je choisis pour faire écho au titre de ce colloque, Les Métamorphoses numériques du livre : Willard McCarty a dirigé un projet numérique qui portait sur les Métamorphoses d’Ovide35. À sa suite, j’ai plusieurs fois centré mon propos sur la notion de modélisation. Dans cette étude, son but était de comprendre ce qu’est un personnage, ou plutôt comment se réalise le processus de personnification dans un poème latin qui thématise les frontières incertaines de l’humanité et de l’animalité dans un contexte polythéiste. Dans un texte de 12 000 vers environ, le chercheur a inséré quelque 55 000 balises identifiant les noms de lieux et les noms de personnes. En amont et en aval de cette opération, il fallait trouver les critères pour définir ce qu’est une personne : à quel moment un fleuve intervient-il véritablement comme une personne dans les Métamorphoses ?

49Nous voyons là une modélisation d’un texte, qui fournit de surcroît à tout lecteur un tableau hypertextuel des histoires encastrées d’Ovide. Le texte intégral, la concordance du type keyword in context, l’index narratif et l’index des personnes forment un système. Le simple lien hypertextuel entre la structure et le texte est un outil puissant de vérification d’hypothèses et d’exploration, même si l’on s’intéresse à d’autres éléments de l’œuvre. Par ailleurs, un lien conduit aux traductions disponibles sur le site du Perseus Project36. On peut donc lire la traduction en partant de cette édition, a priori sans rapport avec Perseus. Nous avons là le modèle d’un hypertexte plus général, celui d’une bibliothèque numérique interconnectée.

50Le projet auquel je travaille est l’édition critique numérique des Deipnosophistes d’Athénée, érudit grec des iie-iiie siècles de notre ère37. Sa tradition manuscrite peut sembler relativement simple : un manuscrit principal, qui se trouve à Venise, et des manuscrits d’une version abrégée, qui n’est pas véritablement une copie du texte mais permet de reconstituer des parties perdues. Cette situation pose de graves problèmes pour l’établissement du texte et pour son interprétation, quand on sait que cette œuvre est une sorte de compilation dialoguée. Une encyclopédie sur le thème du banquet, de la nourriture et de la culture du banquet est mise dans la bouche de personnages qui sont en train de discuter au banquet : dès l’origine, c’est un réseau de citations, un hypertexte. Pour étudier ce texte complexe, il me semble que l’on a besoin par excellence d’un environnement numérique et de liens hypertextuels, en préparant la voie à la bibliothèque numérique généralisée que j’évoquais.

51Dans les éditions critiques traditionnelles, un texte continu est donné à lire dans la partie centrale de la page, tandis que des variantes se trouvent en bas de page, issues d’autres sources ou de conjectures savantes. Que peut proposer de nouveau l’édition numérique ? Il me semble que son but est de poser des questions qu’elle seule est à même de traiter.

52En l’occurrence, la priorité est d’étudier les cadres narratifs, les citations, la structure générale de cette œuvre gigantesque (trois millions de caractères). Les enjeux méthodologiques concernent notamment :

  • la collation informatisée, qui autorise à comparer des textes entre eux d’une façon semi-automatique ;

  • le genre même de l’abrégé, ou épitomé : on peut comparer les textes et se demander ce que l’abréviateur a voulu faire exactement, une dizaine de siècles après Athénée ;

  • les sources utilisées par l’auteur et sa pratique de la citation, à savoir la façon dont il découpe ses extraits et dont il organise ses séquences de citations ;

  • la réinvention de l’apparat critique (appareil savant pourvu d’une histoire jamais achevée et aussi multiple que sont nombreuses les disciplines et les langues) : il peut donner lieu à des modes de visualisation divers, mais doit reposer sur des principes très différents de ceux de l’imprimé.

53La réalisation de ces objectifs passe par l’encodage en XML-TEI et par l’usage des « ontologies » informatiques. Au-delà des « incunables numériques », l’édition devient une archive et une knowledge base, dont les données formalisées sont interrogeables, compréhensibles et manipulables par la machine. L’environnement de recherche doit contenir idéalement des éditions diplomatiques numériques, des images des manuscrits, des annotations sémantiques de l’éditeur.

54Une telle entreprise aide à comprendre pourquoi les humanités numériques sont porteuses d’une transformation des pratiques savantes, dans une démarche collaborative qui exige également une conscience des particularités de l’écriture numérique.

55Nous ne vivons pas un âge d’or ni une révolution computationnelle déjà réalisée, mais plutôt une évolution : une coalescence des pratiques et des techniques. Certaines des promesses philologiques que j’ai évoquées sont réalisées mais mal connues, d’autres sont réalistes mais demandent des années de travail et de maturation d’un champ pour se généraliser. Nos pratiques sont hybrides pour longtemps et reposent sur un dialogue entre les trois supports : le manuscrit (ou tout artefact historique), l’imprimé, l’ordinateur.

56Il ne s’agit pas d’être à la mode, mais bien plutôt conscient de toute l’histoire d’un champ. Il s’agit de percevoir la nécessité d’une critique méthodologique et d’une ouverture à d’autres disciplines, à d’autres pratiques et à la collaboration. Il me semble que c’est, pour un chercheur, l’un des moyens d’être véritablement de son temps.

Notes

1 Brandon Harris au Hackathon 2011 de Wikimedia, photographié par Guillaume Paumier (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Brandon_-_Wikimedia_2011_hackathon_in_Berlin_046.jpg).

2 http://www.corpusthomisticum.org/it/index.age/

3 http://www.ucl.ac.uk/infostudies/research/hiddenhistories/

4 «  Les livres et après ?  », Répliques, France Culture, 12 novembre 2011, http://www.franceculture.fr/player/reecouter ?play =4327953.

5 François Bon, Après le livre, Paris, Seuil, 2011 et publie.net, 2011-, http://www.publie.net/fr/ebook/9782814504103/apres-le-livre.

6 Outre les livres publiés aux éditions Albin Michel, voir le carnet de recherche en ligne qui accompagne les Lieux de savoir  : http://lieuxdesavoir.hypotheses.org.

7 Christian Jacob (éd.), Lieux de savoir. II. Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel, 2011.

8 Voir l’ouvrage classique de Walter Ong, Orality and Literacy. The Technologizing of the Word, Londres, Methuen, 1982. Roger Chartier donne pour horizon à ses réflexions d’historien «  les défis de la textualité numérique  »  : voir sa conférence inaugurale au Collège de France, Écouter les morts avec les yeux, Paris, Collège de France & Fayard, 2008. Sur les théories de l’hypertexte  : Theodor Nelson, Literary Machines 93.1, Mindful Press, 1993 [1981] ; Jay Bolter, Writing Space. Computers, Hypertext, and the Remediation of Print, Londres, Routledge, 2001 [1991] ; George Landow, Hypertext 3.0. Critical Theory and New Media in an Era of Globalization, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2006.

9 Aurélien Berra, «  Manier le thésaurus grec  », in Christian Jacob (ed.), Lieux de savoir. II. Les mains de l’intellect, 2011, p. 555-578.

10 http://www.homo-numericus.net/breve1011.html/

11 http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2010/07/22/quapportent-les-digital-humanities/

12 http://chnm.gmu.edu/ ; voir également http://leo.hypotheses.org/788/

13 http://www.zotero.org/

14 http://books.google.com/ngrams/

15 http://lenz.unl.edu/papers/2011/01/11/on-building.html/

16 http://www.samplereality.com/2011/05/25/the-digital-humanities-is-not-about-building-its-about-sharing/

17 http://sappingattention.blogspot.fr/2011/11/theory-first.html

18 http://theory2012.thatcamp.org/about/

19 http://en.wikipedia.org/wiki/Digital_humanities/

20 http://mkirschenbaum.wordpress.com/2011/01/22/what-is-digital-humanities/

21 http://www.digitalhumanities.org/companion/. Une seconde édition est en gestation.

22 http://www.digitalhumanities.org/companionDLS/

23 http://www.humanitiesblast.com/manifesto/Manifesto_V2.pdf

24 http://tcp.hypotheses.org/318/

25 http://www.adho.org/

26 http://www.iath.virginia.edu/hcs/

27 http://people.lis.illinois.edu/~unsworth/Kings.5-00/primitives.html/

28 http://www.tlg.uci.edu/

29 http://euripidesscholia.org/

30 http://www.tei-c.org/

31 http://www.c2i.education.fr/

32 http://philologia.hypotheses.org/

33 http://tapor.ualberta.ca/taporwiki/index.php/Day_in_the_Life_of_the_Digital_Humanities/

34 https://dhs.stanford.edu/comprehending-the-digital-humanities/

35 http://staff.cch.kcl.ac.uk/~wmccarty/analyticalonomasticon/

36 http://www.perseus.tufts.edu/hopper/

37 http://philologia.hypotheses.org/512/

Auteur

Aurélien Berra

Maître de conférences à l’université Paris-Ouest.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable