Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’un forum internet ?

 | 
Camille Paloque-Bergès

Les ordinateurs entrent en conférence : genèse des listes électroniques

Texte intégral

1Internet (avec une majuscule) désigne stricto sensu un réseau de réseaux liés par un protocole commun, le TCP-IP, conçu dans les années 1970 au sein du projet expérimental de réseau informatique de recherche ARPANET (Advanced Research Projects Agency Network). Ce protocole est mis dans le domaine public, expérimenté au sein d’autres réseaux populaires dans la communauté informaticienne académique, et standardisé en 1983. Internet rassemble donc des réseaux spécifiques appartenant à une famille de protocoles ; mais l’internet désigne par extension le monde des réseaux informatiques au-delà de la spécificité technique de ces protocoles. Les listes électroniques ne se réduisent pas aux réseaux internet, mais émergent cependant au cœur et à la périphérie du projet ARPANET. Elles sont le moyen de communication privilégié de la « République des informaticiens » (Flichy, 2001), un réseau socioprofessionnel constitué autour d’universitaires et d’industriels, chercheurs et ingénieurs académiques et plus largement du monde de la recherche-développement impliqué dans les développements d’ARPANET.

2L’invention des réseaux informatiques se fonde d’abord sur la mise au point de techniques de communication entre machines. Malgré de nombreuses convergences, sa genèse ne se confond pas avec celle de l’informatisation des réseaux de télécommunication. L’un des pivots de la transformation sociale des réseaux informatiques est le moment où les développeurs de ces réseaux commencent à communiquer par le biais des conférences ou listes électroniques. Outils récursifs permettant à la fois d’expérimenter les technologies de réseau à leur genèse aussi bien qu’à communiquer entre pairs, ils sont marqués par la communauté savante qui les façonne, dans « un raccourci entre usage et recherche » (Serres, 2000).

  • 1 Le terme utilisé en anglais est conference, qui pourrait avoir été choisi aussi bien par référence (...)

3Les listes électroniques sont le premier et le plus archétypal de ces raccourcis. Les listes de diffusion (announcement mailing lists) importent le modèle épistolaire de la lettre d’information (newsletter) sur les réseaux informatiques : une source d’information envoie un message à caractère informatif à une pluralité de destinataires. Socialisé à l’aune de l’échange sur ARPANET, ce modèle se double de celui de la liste de discussion (discussion mailing list) qui fonctionne sur le même principe de l’envoi multiple, mais permet en retour une multiplication des sources d’information puisque tout le monde peut envoyer et répondre aux messages, participer à une discussion. On les appelle, aux premiers temps d’Internet, electronic conferences (réunions ou conférences électroniques)1. Toutefois, les listes ne sont qu’un des médias de communication parmi les « systèmes de messages » favorisant la communication de groupe via les réseaux informatiques dans les milieux de la recherche-développement à cette époque (Vallee, 1984). Les listes sont un exemple fascinant de ces systèmes de messages électroniques transformés en forum, notamment parce qu’elles subsistent jusqu’à aujourd’hui après avoir muté sous différentes formes, tout en gardant leurs fonctions élémentaires. Elles sont tout à la fois des logiciels et réseaux pour la communication numérique (Beaulieu et Høybye, 2011, p. 258).

De la communication technique à la communication sociale

4« Le futur de l’histoire de l’informatique portera sur les humains plutôt que sur les machines » : Nathan Ensmenger (2004, p. 94) engage ainsi les historiens des sciences et des techniques informatiques à s’affranchir de l’étude techniciste des objets pour entrer dans une histoire sociale. L’histoire d’Internet est un cas à part, immédiatement intéressée aux humains qui pensent et utilisent les réseaux : elle se fonde d’abord sur les récits rétrospectifs des pionniers et adoptants précoces, glorifiant les « pères fondateurs », les « sorciers », et autres « longues barbes » (Salus, 1995 ; Hafner et Lyon, 1999). Ces figures resteront présentes, quoique avec un certain recul critique, dans les récits universitaires reprenant et enrichissant cette histoire (Flichy, 2001 ; Abbate, 2000 ; Serres, 2000 ; Mounier, 2002 ; Cardon, 2010 ; Loveluck, 2015). L’histoire d’Internet est d’abord une histoire orale, racontée par des acteurs loquaces dans un contexte où la communication est devenue une valeur cardinale (Mattelart, 2001 ; Paloque-Bergès et Schafer, 2001).

  • 2 Vannevar Bush, qui était aussi ingénieur, a décrit un modèle d’ordinateur jamais réalisé, le Memex (...)

5C’est aussi l’histoire d’une prophétie autoréalisatrice, moteur de l’imaginaire d’Internet (Flichy, 2001) – et ce n’est pas qu’un effet des récits rétrospectifs des pères fondateurs. Les réseaux informatiques sont l’une des grandes réalisations stimulées par le programme « Science as an Endless Frontier » initié en 1945 par Vannevar Bush, alors directeur du Bureau de recherche-développement scientifique américain, par ailleurs un ingénieur ayant marqué l’histoire des réseaux de savoir2. Dans un article de prospective célèbre, deux personnages éminents de l’histoire d’ARPANET prophétisent eux aussi : « […] dans quelques années, les hommes pourront communiquer plus efficacement à travers une machine que face-à-face » (Licklider et Taylor, 1968, cité in Serres, 2000, p. 6). Ils imaginent déjà un « réseau intergalactique » de communication, et surtout, ils sont en train de défendre un programme de recherche qu’il faut réussir à financer dans une Amérique qui regarde vers les étoiles.

6L’expérimentation sur les réseaux informatiques prend place dans une communauté qui ne se limite pas à l’informatique ni même aux sciences de l’ingénieur, mais brasse de nombreuses disciplines, dans la mouvance du courant cybernétique – dont la psychologie expérimentale et l’anthropologie, à la genèse des théories de la communication. Faire entrer le facteur humain dans l’informatique est une chose. Les prophéties de Licklider et Taylor se font surtout l’écho des récents développements de l’époque dans le domaine de l’interaction homme-machine reposant sur une hypothèse technocroyante : augmenter l’intelligence de la machine permettrait d’augmenter celle de l’humain (Rheingold, 1985). Mais faire de la machine un intermédiaire, voire un médiateur de la sociabilité humaine en est une autre, question en fait peu considérée dans les années 1960 en dehors du champ des télécommunications.

7C’est dans deux types de développements informatiques dans les décennies 1950-1960 que s’ancre la mise en réseau des ordinateurs : le « temps réel » et le « temps partagé » (Aspray et Campbell-Kelly, 1996). Ces expérimentations sur le temps informatique ont lieu dans le contexte de grands systèmes informatiques, les ordinateurs géants de première génération (mainframe). Ceux-ci sont des réseaux rudimentaires distribuant autour d’une unité centrale des périphériques. Il s’agit alors de réduire le temps de réponse pour une opération effectuée par la machine (temps réel) et de permettre à plusieurs utilisateurs de se servir d’un seul ordinateur (le temps partagé). La communication entre les éléments de l’ordinateur est essentiellement technique (interrogation de bases de données, calcul à distance…). Elle offre toutefois un terrain pour expérimenter l’échange de données en vue d’usages plus élaborés. C’est le cas par exemple de CompuServe, service commercial lancé en 1969, qui d’abord loue des portions de temps informatiques, et dix ans plus tard offre pour la première fois un service de courrier électronique aux particuliers, devenant de fait l’un des premiers fournisseurs commerciaux à l’internet (Edosomwan et al., 2011).

  • 3 Logiciels de travail, de groupe, et d’équipe, termes dérivés de l’anglais software (logiciel). Voi (...)

8La généralisation de ces techniques à la fin des années 1970 impose une nouvelle génération d’ordinateurs : les systèmes informatiques dits « répartis » sur lesquels est testée la possibilité de développer une sociabilité fonctionnelle, à but professionnel. Il s’agit du Computer-Supported Collaborative Work (CSCW), qui décline des méthodes de workware, groupware et autres teamware3. Le plus célèbre d’entre eux est un prototype jamais industrialisé mais ayant influencé durablement le développement des interfaces hommes-machines dites conviviales (user friendly) : le oN-Line System (NLS) développé par l’équipe de Douglas Engelbart au Stanford Research Institute (SRI) en 1968. Il propose l’organisation des données et la navigation dans un système de fichiers, ou encore des outils de conférence vidéo à distance. La miniaturisation initiée dans la foulée par la micro-informatique, et la mise sur un marché considérablement élargi des ordinateurs personnels (en particulier pour la bureautique) développera cette tendance.

  • 4 L’ARPA a été renommée la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) entre 1972 et 1993.
  • 5 Figure légendaire de l’histoire d’Internet, Licklider est très impliqué dans les débuts de l’ARPA (...)

9La genèse d’Internet prend place dans cet environnement expérimental. L’Agence gouvernementale de projets de recherche avancée, l’Advanced Research Projects Agency (ARPA4), financée par la Défense américaine depuis 1958 a d’abord pour but de faire communiquer les grands systèmes entre eux pour augmenter encore les capacités en puissance de calcul et partage de ressources informatiques. La première connexion de l’ARPANET a lieu en 1969. L’introduction d’outils de sociabilité sur ces réseaux n’est pas programmée, mais un effet secondaire d’un projet qui est multipartenaire. En effet, l’ARPA travaille en étroite collaboration avec des organismes universitaires, en particulier le SRI, et l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), hébergeant les deux premières machines connectées en 1969. Cette collaboration implique également des organismes privés, au premier plan desquels l’entreprise Bolt, Beranek and Newman (BBN) qui développe en sous-traitance les tout premiers « routeurs » d’ARPANET, les Interface Message Processors (IMP). Autant d’avant-postes du savoir technologique, réseau savant hybride qui s’informatise au gré des développements du projet, donnant lieu récursivement au premier réseau informatique de recherche et pour chercheurs. Ainsi, le réseau connecte des ressources humaines non seulement distantes les unes des autres, mais aux expertises diverses et complémentaires. L’un des récits fondateurs de l’histoire d’Internet, Les sorciers du net, insiste sur la nature polycéphale d’un projet expérimental géré par de multiples institutions (Hafner et Lyon, 1999). Il faut convaincre les supérieurs hiérarchiques de son intérêt, négocier les contrats et la distribution des tâches, s’accorder sur les normes à implémenter pour que le réseau devienne opérationnel. Ils font le portrait des managers de l’ARPA, par exemple Licklider5, comme des administrateurs éclairés dont le goût pour l’interdisciplinarité et les technologies innovantes trouve sa source et s’épanouit dans leurs réseaux sociaux scientifiques et industriels. D’ores et déjà, on entrevoit comment ce ne sont pas les outils de communication qui ont fait les premiers savants du numérique, mais l’inverse. La possibilité du réseau technique repose sur l’existence d’un réseau social de collaborations et de pratiques de communications existantes.

  • 6 Ce groupe posera les bases des travaux sur la gouvernance d’Internet par les infrastructures, prot (...)
  • 7 Exemple qui a fait son chemin jusque dans l’histoire vulgarisée d’Internet, comme en témoigne la t (...)
  • 8 L’entrée et la sortie de données avant la généralisation des écrans se fait sur listings, les impr (...)

10À la genèse des listes électroniques, on cite souvent l’exemple du International Network Working Group (INWG), qui travaille entre 1974 et 1978 à la définition des protocoles d’Internet (le TCP-IP)6. Leurs documents de travail, les « Requests for Comments » (couramment nommées RFC), sont des mémos techniques qui circulent et sont discutés entre les membres de l’équipe jusqu’à ce qu’un consensus soit atteint, aboutissant à un standard de fait dans le petit monde de l’ARPANET. Ayant adopté le mode de l’échange électronique par liste à partir des années 1980, sous l’égide d’un nouveau groupe de coordination décentralisé nommé l’Internet Engineering Task Force (IETF), les discussions autour des RFC sont le forum numérique le plus important dans l’histoire d’Internet, témoignant de la manière dont Internet est devenu un bien public (Mounier, 2002). Mais avant cela, la pratique des RFC est d’abord un emprunt à l’esprit des échanges savants sur le triple mode de la communication réticulaire, de la collaboration et de la validation par les pairs7. Gardons en tête que du point de vue des technologies intellectuelles et matérielles associées à cet esprit, cette communication n’est pas immédiatement numérique : les mémos RFC sont d’abord griffonnés sur papier, puis ils sont distribués en tant que lettres d’information imprimées8 accompagnant de manière informelle la communication épistolaire jusque dans l’âge informatique.

Naissance des messageries électroniques

  • 9 Citation extraite d’un article du journal The Atlantic, « What comes after email », discuté sur la (...)

11Dans la généalogie de la communication sociale sur l’internet, le genre de l’e-mail est un archétype pour la quasi-intégralité des échanges numériques asynchrones et textuels. Elle est un premier exemplaire qui sera répété, varié et complexifié au fur et à mesure du développement d’applications pour la sociabilité numérique. Les conceptions et usages du courrier électronique symbolisent la manière dont Internet a changé en fonction de la mutation des logiciels, de leurs programmes et interfaces, ainsi que des compétences des utilisateurs (Lévy, 2001, p. 87). Plus encore, l’e-mail symbolise l’idée d’autogestion aux fondements des forums numériques, au sens technique du terme, avant même ses interprétations sociopolitiques. En effet, si l’on compte aujourd’hui de nombreux services commerciaux ou libres de courrier électronique, ce genre numérique reste en dehors des territoires de la propriété intellectuelle ou industrielle, comme le souligne le chercheur en droit Jonathan Zittrain : « L’e-mail est la dernière grande technologie non propriétaire. […] il n’existe pas de P.-D. G. de l’e-mail… mais une hallucination collective qui fonctionne9. »

  • 10 On dirait aujourd’hui « killer app » – ou « application qui tue » (au sens métaphorique d’une appl (...)

12Le courrier électronique (ou courriel) est considéré comme le premier « smash hit10 » de l’internet (Abbate, 2000, p. 106). Première application largement plébiscitée par les utilisateurs, elle génère un précoce « effet de réseau » sur l’ARPANET – plus les utilisateurs s’en servent, plus l’application devient utile :

  • 11 Marc Tertre, voir note 7.

[…] la recherche scientifique est mondiale et, comme pour le courrier papier, la messagerie électronique ne prend tout son sens qu’en étant globalement interconnectée. En effet, l’intérêt d’un réseau humain pour un individu est proportionnel au nombre d’autres individus qui en font déjà partie. C’est ce que Christian Huitema (un des pères de l’internet français) appelle poétiquement l’effet de famille11.

13Cet effet de réseau et de famille est aussi un effet de réel qui crée un sentiment de communauté parmi les développeurs, premiers utilisateurs et adoptants précoces des réseaux :

L’e-mail a représenté un changement radical dans l’identité et les buts de l’ARPANET. […] Il a permis d’assumer une identité plus importante que la somme des individus qui l’avaient conçu. (Abbate, 2000, p. 109-110)

14En cela, l’e-mail et le développement des logiciels de messagerie électronique sont le premier pivot de la socialisation de la communication par les réseaux informatiques.

15C’est dans le contexte des ordinateurs à temps partagé que les premières expérimentations en la matière trouvent leur place. Le système CTSS (Compatible Time-Sharing System), utilisé au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans la décennie 1960, adopte comme son nom l’indique le principe du temps partagé. Il accueille les premières instances d’une série de petits bricolages (on peut déjà parler de hack) qui paveront la voie de l’e-mail. L’astuce de départ : pour envoyer un message à un collègue, on peut créer un fichier texte avec le contenu désiré, lui donner le nom de l’utilisateur avec lequel on veut communiquer, puis placer ce fichier dans un répertoire public de l’ordinateur partagé – public au sens où le répertoire est accessible à d’autres utilisateurs sans mot de passe. L’utilisateur ciblé verra ce fichier qui lui est destiné dès qu’il se connectera à ce répertoire via son propre compte. Le groupe de programmation du MIT propose de formaliser cette astuce en un programme dédié. Ainsi naîtra en 1965 la première messagerie CTSS Mail, sous les doigts de Tom Van Vleck. Ce dernier se souvient que le projet n’était pas considéré comme très sérieux : « Cette compétence n’a pas été mise en valeur par la direction qui considérait cet équipement comme un usage frivole des ressources informatiques, alors limitées » (Van Vleck, 2012). L’optimisation des processus de travail donne encore la priorité à la donnée informatique avant la donnée humaine.

16Le changement de perspective s’accompagne d’une modification du statut professionnel face à l’ordinateur. Comme on l’a vu, le temps partagé multiplie les accès à l’ordinateur au-delà de l’expertise de l’opérateur. L’astuce du fichier-message est encore réservée aux administrateurs qui jouissent de privilèges d’accès plus larges que tout autre utilisateur. Le programme de Van Vleck, lui, est utilisable par tous les utilisateurs de l’ordinateur, et pose ainsi l’un des jalons du développement de logiciels « orientés utilisateurs », c’est-à-dire des usagers de moins en moins spécialisés. L’histoire de l’e-mail passe ainsi par un transfert du pouvoir d’écriture, d’une approche essentiellement monofonctionnelle et à dominante technique (l’exécution des programmes par un opérateur) à une autre, plurifonctionnelle et sociotechnique (la communication interpersonnelle et collective médiatisée par les machines en réseau).

  • 12 D’après Jean-Pierre Cloutier dans son billet de blog, « Les Chroniques de Cybérie du 14 septembre (...)
  • 13 Discussion sur la liste Internet History. Fil de discussion « question on re. early adoption of em (...)
  • 14 Les fonctions de départ de l’e-mail sont fixées dans la RFC 733 (1977), intitulée « Standard for t (...)

17Si les applications comme CTSS Mail fonctionnent sur un système réparti, réseau interne à l’ordinateur, l’internet naissant, lui, connecte différents systèmes dans des réseaux externes – c’est sa qualité principale que de former un réseau de machines hétérogène. Ray Tomlinson, ingénieur chargé de développer des applications réseau à la BBN, prototype une application de ce genre qui fonctionnera sur ARPANET. Comme pour CTSS Mail précédemment, le programme SNDMSG (pour SeND MeSsaGe) est d’abord peu considéré, projet accessoire s’apparentant à « un babillard pour les chercheurs12 ». Deux qualités distinguent ce qui n’était qu’une « bonne idée » (dixit Tomlinson) et l’imposent chez les adoptants précoces. Tout d’abord, l’idée de coupler les fonctionnalités des commandes e-mail avec un protocole de transfert de fichier à distance (à savoir, le FTP, ou File Transfer Protocol). Ensuite, qualité plus symbolique que technique, le choix d’utiliser le célèbre signe « arobase » (@), l’adaptation d’un système de notation de mesures à la longue histoire et riche étymologie (Smith, 2013). Là encore, les impressions sous forme de listing vont jouer un rôle important, car elles opèrent la transition d’une correspondance papier à une correspondance numérique : c’est à travers les lettres d’information imprimées sur télétype que l’idée de l’e-mail se serait diffusée. Et une fois de plus, dans une dynamique récursive dont l’internet a le secret, c’est par le biais du logiciel ayant servi d’inspiration à l’e-mail, le FTP, qu’aurait circulé le logiciel nécessaire à l’installation de l’application SNDMSG13. Ce programme élaboré d’abord discrètement – encore une fois par peur de se voir reprocher de gaspiller les précieuses ressources informatiques – aurait été adopté par l’un des directeurs de l’ARPANET (Lawrence Roberts), et diffusé par effet de réseau chez tous les participants. Introduit lors de la grande démonstration de l’ARPANET en 1972 à la première International Conference on Computer Communications (ICCC) à Washington, SNDMSG rencontre un succès tel au sein de la communauté qu’en 1973, on considère que 75 % du trafic du réseau provient déjà des échanges e-mail. La même année, une RFC reconnaît son utilité et l’intègre à ses objectifs de standardisation, officialisant ainsi la messagerie électronique en réseau en tant qu’application clé de l’ARPANET (Salus, 1995). Issu de ce travail, le protocole d’origine de l’e-mail est le SMTP, pour Simple Mail Transfer Protocol, qui aura l’avantage d’être compatible avec plusieurs protocoles, dont bien sûr le TCP-IP14.

18Le reste de la décennie va voir se complexifier les fonctions associées à l’envoi de messages électroniques : envois multiples, transferts, archivage…, avec des logiciels dédiés à leur gestion complète, par exemple le très utilisé MSG dès 1975. D’autres se développent dans les premiers micro-ordinateurs à interface graphique, comme Laurel, messagerie du système Alto conçu dans les célèbres laboratoires de Xerox Parc, et inspirateur des ordinateurs Apple. Dans les deux décennies suivantes, la messagerie atteint un public profane à la faveur des ordinateurs personnels puis des abonnements commerciaux à l’internet, pour lesquels elle devient un argument de vente. Durant cette période, l’expansion de l’e-mail a été telle que « pour beaucoup, utiliser un ordinateur est devenu synonyme d’être connecté sur Internet. L’interaction homme-machine a été socialisée » (Wellman, 2001, p. 2031). Laissons le dernier mot aux auteurs des Sorciers du net :

En tant qu’objet culturel, la messagerie électronique appartient à une catégorie qui se situe quelque part entre le savoir-faire organisé et les accidents heureux. Les créateurs de l’ARPANET n’envisageaient pas l’invention grandiose d’un système de distribution de messages à l’échelle de la Terre. Mais une fois le premier ensemble d’une douzaine de nœuds mis en place, les utilisateurs ont transformé un système d’ordinateurs en instrument de communication tant personnel que professionnel. Utiliser l’ARPANET comme un système raffiné de messagerie peut être considéré simplement comme un joli coup [a good hack] […] un bout de programme novateur et brillant. (Hafner et Lyon, 1998, p. 220)

Protocoles pour discuter collectivement

19Prolongement du courrier électronique, la « communication de plusieurs à plusieurs » par réseaux informatiques est le fer de lance de leur popularisation (Rheingold, 1993). Vinton Cerf, pilote du développement du protocole TCP-IP, dépeint l’attraction immédiate que ces nouveaux moyens de communication exercent sur les utilisateurs : « on a créé les listes électroniques […]. Et tout de suite on s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un média social, en plus d’un système de mémo reliant nos bureaux » (cité in Standage, 2013, p. 219). Ce sentiment d’évidence rétrospectif, largement partagé, doit être quelque peu nuancé.

20En effet, cette évidence relève d’une logique de développement linéaire des médias sociaux numériques qui peut être revue à la lumière d’une histoire plurielle des techniques et usages de réseau. Les listes opèrent une médiation technique sur les réseaux qui, certes, répond à des fonctionnalités de plus en plus élaborées : la possibilité de « répondre », de « transférer », mais aussi l’ajout de champs permettant d’identifier plus précisément expéditeur, destinataire(s), date et sujet du courrier. En « liste », le courrier électronique ne se résume plus à une collection de messages sans relation. Il s’insère dans un programme de traitement des messages qui prend en compte la situation d’interlocution non plus seulement interpersonnelle, mais aussi collective, à travers les réseaux.

21Pour devenir un « média », les techniques du courrier électronique doivent en effet ouvrir un espace d’adresse collectif : offrir une logique de médiation qui n’est pas seulement technique mais qui répond à une certaine vision sociale du public adressé, un cadre commun d’interprétation (Wolton, 2000). Les listes, contrairement à ce que Cerf avance, ne sont pas immédiatement un média social ; elles construisent des médiations sociales dans le temps culturel de l’internet. En cela, on éclairera les premières listes issues de la genèse d’Internet non pas à la lumière d’une histoire technique d’applications de plus en plus élaborées, mais en s’arrêtant sur les protocoles qui dessinent les contours des premières sociétés numériques.

  • 15 Trésor informatisé de la langue française (TILF), article « Protocole » [URL : http://www.cnrtl.fr (...)

22Rappelons d’abord la définition technique du protocole informatique : l’« ensemble des règles qui permettent à un utilisateur de se connecter sur un réseau ou à diverses parties de ce réseau de communiquer entre elles15 ». Le protocole internet, TCP-IP, se divise en deux niveaux protocolaires :

  • le niveau inférieur Transport (Transfer Control Protocol), qui concerne les liaisons physiques (accès, lignes, et autres éléments d’infrastructure) ;
  • le niveau supérieur Réseau (Internet Protocol), qui concerne les protocoles des réseaux qui viennent se greffer à Internet (par exemple le HTTP pour le Web, le SMTP pour le mail) et accueillent les applications logicielles de haut niveau, pour les utilisateurs finaux.
  • 16 Ibid.

23Regardons ensuite le sens spécialisé du terme dans le contexte d’une autre forme de communication en réseau : « Ensemble des règles et des usages à observer dans les relations internationales16. » Dans l’univers administratif, et en particulier diplomatique, le protocole relève des règles formulaires d’usage traduisant un accord entre deux interlocuteurs sur la possibilité même de communiquer. En cela, le protocole assume une fonction phatique : il vérifie et rend possible la situation de communication du point de vue d’une réglementation technique aussi bien que d’une convention sociale. Internet est traversé de protocoles, autant de manifestations des réseaux qui forment sa famille, et s’étendent au-delà. Les listes électroniques prennent forme dans une série de négociations de protocoles en train d’être mis en place, chacun créant un univers de réseau avec ses règles techniques et sociales. Elles sont les premiers espaces où se décident des conventions communes à partir de cette diversité technique, fournissant la base d’une culture d’utilisateurs des réseaux. Au-delà des frontières d’ARPANET puis d’Internet, des réseaux fonctionnant sur d’autres protocoles peuvent entrer en concurrence. La décennie 1980 est en effet émaillée de « guerres des protocoles » (Griset et Schafer, 2012). Sur le plan technique de l’accord protocolaire sur les infrastructures, cette guerre a eu lieu dans les plus hautes instances de régulation des normes des réseaux de communication, et le TCP-IP d’Internet s’est imposé comme standard de fait, généralisé à partir des années 1990 (Russell, 2014). Sur le plan social, les différents protocoles de réseau peuvent identifier des communautés savantes différenciées par des domaines et disciplines, et leurs aires géographiques et institutionnelles.

24On regardera de plus près ce que les savants des milieux informatiques font au réseau à cette époque, comment ils s’organisent et organisent les réseaux autour d’eux au sein des listes, dans des territoires protocolaires. En arrière-plan de la « guerre des protocoles », on constate que ces réseaux dialoguent et travaillent ensemble, et que les forums savants participent à la porosité des territoires de l’internet.

Discuter en liste : espace-temps du travail sur les réseaux

25Les listes de l’ARPANET ont joué un rôle crucial dans le développement récursif du réseau lui-même. Elles constituent le premier développement d’une sociabilité professionnelle inscrite dans les protocoles du réseau : le SMTP (protocole e-mail) est l’un des premiers protocoles branchés sur le protocole originel d’ARPANET, le NCP (Network Control Program), puis sur le TCP-IP d’Internet. Au départ, cette sociabilité est représentative du groupe d’élite qui constitue la « Netville » au cœur du projet (King et al., 1997). La participation à une liste plutôt qu’une autre délimite d’ailleurs des champs de pouvoir selon que l’on est plus proche du cœur du projet de l’ARPA ou à sa périphérie – et cela dépend du protocole qui sous-tend le réseau auquel on se connecte prioritairement.

  • 17 La journaliste Ronda Hauben est la première à avoir écrit sur les forums d’Internet du point de vu (...)

26L’une des toutes premières listes naît au mitan des années 1970, à partir du regroupement informel d’une petite vingtaine de collaborateurs d’ARPANET, avec pour objet de discussion les méthodes de travail à distance. L’histoire de MSG Group (qui comme son nom l’indique permet d’envoyer un message à un groupe de destinataires), narrée par Ronda Hauben17, fait partie des récits fondateurs de l’imaginaire d’Internet. En 1975, Steve Walker, un administrateur de l’ARPA, propose sur la liste de créer un « Computer Message Service » dédié aux réunions à distance. Passant en revue plusieurs modèles – dont un certain programme FORUM, qui n’est pas un forum numérique tel qu’on les connaît aujourd’hui –, tous sont écartés au motif qu’ils requièrent que ne soit utilisé qu’un seul et même système informatique. Or, l’intérêt du protocole de l’ARPANET est de pouvoir faire le lien entre différentes machines avec différents systèmes (c’est un réseau hétérogène). Les abonnés à la liste finissent par se rendre compte que l’outil qu’ils sont en train d’utiliser pour échanger possède, de fait, toutes les qualités recherchées : un cadre de discussion où la participation est volontaire et non imposée, où l’on peut s’informer sans nécessité de participation, lire les échanges sans y répondre, et accessible à des non-spécialistes de l’informatique. Il s’agit de NetMail, programme de gestion de la liste MSG Group, qui devient promu par les membres de la liste comme outil fondamental du « bureau électronique du futur ». Au travers des discussions rapportées par Hauben, une définition sociotechnique de ce qu’est la liste se dessine : c’est un média pour des communications informelles dont les thématiques et les dynamiques de participation dépendent des intentionnalités du groupe, de sa portée et de son degré d’ouverture. La liste se consolide, rassemblant plus de 200 participants à la fin de la décennie, qui restent majoritairement des membres privilégiés de la Netville, ce qui explique une définition quelque peu restreinte des droits d’usage d’une liste comme MSG Group : « des communications internes entre des membres d’un projet commun autorisés à utiliser le net » (Hauben, 2000, p. 32). Toutefois, MSG Group est l’un des premiers forums à expérimenter la porosité de cette barrière d’accès. En effet, elle deviendra par exemple un organe informel de consultation pour des représentants d’organismes institutionnels comme la Federal Communications Commission (FCC) ou le US Postal Service, intéressés par le développement exponentiel du courrier électronique. Ces derniers viendront ainsi y chercher des opinions informées sur les nouvelles technologies de communication des réseaux informatiques.

  • 18 Je renvoie aux travaux d’Éric Guichard sur la métaphore spatiale des environnements numériques pen (...)

27La double problématique de l’accélération du temps et de l’abolition des distances est souvent convoquée pour parler de la sociabilité sur l’internet. Mais à la genèse des forums numériques, plus intéressante semble celle de la carte face au territoire. De fait, les territoires numériques, et ce depuis leurs origines jusqu’à aujourd’hui, ne sont pas cartographiés de manière exhaustive. Pour l’être, ils ont besoin d’outils de référencement plus ou moins sophistiqués dont les moteurs de recherche, depuis la fin des années 1990, présentent l’expression la plus puissante. Au moment d’ARPANET, les listes sont un des médias qui permettent d’identifier des espaces, au sein des territoires numériques, qui offrent des ressources de savoir, et expriment aussi des formes d’autorité et de légitimité18.

  • 19 L’onomatopée anglaise « yum » équivaut au français « miam ».

28Les listes de l’ARPANET recouvrent ainsi partiellement les réalités d’un projet collaboratif, en mettent certaines en lumière, et en masquent de nombreuses, comme le montrent les querelles sur la définition des territoires de travail autour de Netville. Des listes comme ARPANET news (gérée depuis le SRI) concernent strictement des questions d’administration, d’organisation, et de collaboration sur les recherches et développements techniques des réseaux. D’autres repoussent les frontières du territoire professionnel en le re-cartographiant selon d’autres logiques. Les deux listes les plus citées traitant de sujets non techniques dans les histoires de l’internet sont un groupe d’amateurs de science-fiction (SF-LOVERS), et un groupe de réflexion prospective sur les implications des nouveaux médias électroniques pour les usagers et la société (Human-Nets) (Rheingold, 1993 ; Hafner et Lyon, 1999 ; Keating et Hargitai, 1999). Une liste savante comme Human-Nets, parfois surnommée World Net, est la première à introduire sur l’ARPANET des discussions appartenant aux sciences humaines et sociales, dérivées de l’étude des technologies. Une liste ludique comme SF-LOVERS n’est approuvée par les autorités de l’ARPA que dans la mesure où elle permet de mettre le réseau à l’épreuve de la diffusion de messages de grande ampleur ; elle a aussi une fonction de test, voire de sonde pour ce réseau qui s’élargit à grande vitesse. D’autres n’ont pas l’excuse de l’expérimentation scientifique ou technique, même si elles sont maintenues par des équipes tout à fait légitimes dans le champ des sciences et des techniques de l’informatique. C’est le cas de YUMYUM19, une liste d’amateurs de critique culinaire gérée par les chercheurs du laboratoire d’intelligence artificielle de Stanford – visant à échanger par ARPANET les avis sur les meilleurs restaurants de la région, préfigurant de trente ans les applications de recommandation collective sur le Web (Standage, 2013, p. 219-220). La possibilité de se regrouper pour échanger sur des sujets communs stimule l’esprit « hobbyiste » (ou amateur, au sens étymologique) qui fera les beaux jours de la culture internet.

29À la logique cartographique qui révèle certaines lignes de partage territorial se superpose alors la question du temps d’usage, car cet esprit amateur participe à faire de l’ARPANET, « projet de recherche avancé » financé par la Défense… un passe-temps. Les récits fondateurs, pétris de folklore, sont traversés de ces anecdotes où les utilisateurs des grands systèmes doivent négocier le temps passé sur les ordinateurs et les réseaux. Les administrateurs, à cette époque, imposent ou conseillent de récupérer ses e-mails en dehors des heures de bureau pour ne pas abuser des ressources d’ordinateur dont les coûts sont assumés par des universités ou des entreprises qui les utilisent d’abord pour leur travail. Cette répartition du temps donne lieu à deux formes de culture de réseau qui se développeront par la suite. Tout d’abord, l’idée que l’on doit guider l’utilisateur grâce à des règles d’usage, des bonnes pratiques aux fondements de ce qu’on appellera dans les années 1980 la « nétiquette ». Ensuite, l’usage des machines hors des heures ouvrables pour récupérer des e-mails et réaliser des expérimentations participe à l’émergence de formes d’utilisation imprévues, astucieuses, ludiques qui caractérisent l’esprit hacker qui se déploie sur les réseaux dès la genèse des forums (Raymond, 2001).

30À travers ces problèmes de temps et d’espace, on perçoit la manière dont les listes accompagnent la diversification de la sociabilité médiée par les réseaux informatiques, de la Netville d’élite aux hackers ingénieux.

Les savants s’organisent en réseau

31Les noms et contours des organisations savantes sur les réseaux informatiques au moment où l’internet se développe témoignent de la complexité sociale et technique du domaine des réseaux. Dans les exemples qui suivent, on constate au moins trois logiques à l’œuvre qui s’entrecroisent : une logique disciplinaire liée à des réseaux et domaines de savoir ; une logique d’usage, liée à des communautés d’utilisateurs spécialisés ; une logique institutionnelle de plus haut niveau, liée à des politiques publiques.

  • 20 L’IANW émerge de la coopération autour des standards de réseau, dans la lignée du Network Working (...)

32Entrant dans la première logique, le cas de CSNET (Computer Science Network) est exemplaire. Ce réseau est destiné à étendre l’usage des services de réseau (ceux de l’ARPANET en particulier) au reste de la communauté de chercheurs en informatique. Déployé en 1981 aux États-Unis avec le soutien de la National Science Foundation (NSF), il atteint deux ans après l’international. Ses initiateurs se fondent sur leur propre expérience en matière de services de messagerie électronique pour scientifiques. Ils ont en effet utilisé le premier réseau commercial fondé sur le modèle de l’ARPANET, Telenet (avec les services de messagerie THEORYNET, SAMNET, ou encore SYMBOLNET). Ils connaissent le modèle de l’une des premières listes de discussions scientifiques de grande ampleur, Human-Nets (Denning et al., 1983 ; Leslie, 2016). À la genèse de CSNET, une lettre électronique dédiée (« CSNnet news ») circule sur l’ARPANET et ailleurs pour informer sur le projet de création d’un réseau pour la science informatique, abondamment relayée dans les autres réseaux. Comme beaucoup d’autres, elle étend ses réseaux au-delà de la communication numérique, informant de la tenue de rencontres comme les International Academic NetWorkshops (IANW) qui, renseignant et formant de nouveaux pairs à la coopération inter-réseaux, contribuent à leur tour au déploiement des réseaux existants20. CSNET est un exemple éclairant de collaboration autour d’une éthique d’utilisateurs tournée vers la distribution, et dont les idéaux techniques vont de pair avec une conception cosmopolite et internationale de la communication (Leslie, 2016). Il finira par rassembler presque deux cents organisations régionales membres pour former en 1989 le Consortium of Research and Education Networks, et contribuera à la construction du réseau informatique national de la recherche états-unienne, NSFNET (Rogers, 1998). Cette logique disciplinaire savante sera l’un des motifs cartographiques des réseaux informatiques dans les années 1980, en particulier en Europe, moins avancée que les États-Unis dans la commercialisation des services numériques (Schafer, 2012b).

33La logique des réseaux informatiques savants tend ensuite à adopter les contours des groupes d’utilisateurs spécialisés de systèmes, matériels et logiciels (Mounier-Kuhn, 2010). Les réseaux informatiques qui se déploient selon cette logique fonctionnent surtout sur des protocoles fermés, homogènes (reliant des ordinateurs de même système) et « propriétaires », car ils sont dédiés à des ordinateurs de même constructeur. Par exemple, DECnet relie les grands ordinateurs de la marque Digital Equipment Corporation ; il est particulièrement utilisé par la communauté de la physique des particules, gourmande en puissance de calcul. Le réseau BITNET est un réseau américain reliant les ordinateurs de la marque IBM, et à ancrage majoritairement universitaire. Son pendant européen, EARN (European Academic and Research Network), assume dans son nom cette affiliation académique. À un niveau micro, dans les usages et pratiques des utilisateurs de ces réseaux, au-delà des différenciations, on rencontre des croisements, influences réciproques portées par les listes. Tout d’abord, des compatibilités de protocoles a priori rivaux sont courantes, comme avec le protocole X25, au cœur de la « guerre des protocoles » : protocole de bas niveau, il branche le trafic sur les infrastructures permettant le transfert physique des données ; ces infrastructures étant le plus souvent mises en place par les télécoms, qui défendent le X25, ce dernier est souvent un passage obligé pour que le réseau prenne vie. Les transferts de listes de diffusion et discussion d’un protocole à un autre sont fréquents.

  • 21 Par exemple le Internet Users’ Research Guides, TERENA, 1998, Pearson Education. RARE est devenu T (...)

34Enfin, le rôle des politiques de soutien à l’organisation et aux services pour usagers universitaires est également primordial. Par exemple, en Europe : sous l’impulsion de la Commission européenne, des initiatives fédératrices sous-tendent la coopération entre les différents réseaux académiques – avec pour but d’unifier leurs protocoles. Ainsi du projet RARE (Réseaux associés pour la recherche européenne), soutenu par la Communauté européenne à partir de la seconde moitié des années 1980, et travaillant main dans la main avec le réseau d’IBM EARN : dirigé depuis Amsterdam, il promeut tout d’abord le protocole X25 soutenu par les entreprises nationales des télécoms (dont on reparlera), mais se rallie finalement au TCP-IP et continue jusqu’à aujourd’hui à fournir une plateforme de services pour les infrastructures nationales de réseaux pour la recherche (sous le nom de GÉANT). RARE a été l’un des médiateurs d’un « esprit » savant des réseaux numériques, par exemple sous la forme de guides à l’usage des universitaires calqués sur les guides bons usages d’Internet21. À titre d’exemple, le réseau académique de services numériques aux universités françaises RENATER (Réseau national de télécommunications pour la technologie, l’enseignement et la recherche), créé en 1993, en est tributaire (Schafer et Tuy, 2013).

Des listes aux forums : diversification des discussions en réseau

35La multiplication des listes et la territorialisation des espaces savants numériques ont donné naissance aux forums internet, dont on donnera un aperçu cartographique jusqu’à leur migration sur le Web dans les années 1990. Les listes, en effet, se diversifient non seulement en termes de thématiques et d’usagers, mais aussi dans leurs extensions technologiques – qui prennent différentes formes selon l’endroit où l’on se trouve sur la grande carte des réseaux informatiques.

  • 22 Le service, au niveau du protocole et du logiciel de gestion des « news », est non commercial ; ma (...)
  • 23 Bruno Jacomy se penche sur les Bell Labs, laboratoire de R&D de la firme de télécommunication Amer (...)

36Usenet est probablement le premier et le plus utilisé d’entre tous – il est, de fait, une extension directe de la logique des listes électroniques, utilisé sur les mêmes logiciels de messagerie que ceux permettant de gérer les e-mails et les listes électroniques. Ce réseau support de « groupes de discussions » (les newsgroups, avatars des conférences électroniques) est le fruit d’une de ces innovations imprévues caractéristiques des lieux de savoir informatique qui développent des services de communication. C’est un service non commercial22 et autogéré de groupes de discussion mis au point en 1979 par des étudiants en informatique des universités de Duke et North Carolina aux États-Unis. Il est popularisé grâce à une connexion avec l’ARPANET à travers l’université de Berkeley en 1980. Ses concepteurs et premiers utilisateurs font partie d’un réseau savant d’utilisateurs spécialisés d’un système d’exploitation considéré d’avant-garde dans les années 1970 : le système Unix, conçu en 1969 aux Bell Labs, laboratoires de recherche et développement (R&D) du géant américain des télécoms AT&T, symbole du rôle puissant des collectifs de l’ingénierie contemporaine dans la production du savoir23. Unix deviendra l’un des systèmes les plus installés dans les laboratoires de recherche et centres informatiques universitaires, promu par des associations d’utilisateurs et des réseaux savants. Des machines de marques différentes tournant sur Unix étant raccordées grâce à un protocole natif UUCP (Unix to Unix Copy Protocol), greffé sur l’infrastructure téléphonique, le réseau est hétérogène, international, avec de puissants développements locaux. Enfin, le système pouvant se raccorder au TCP-IP dès le début des années 1980, Usenet favorisera largement la diffusion de la culture technique d’Internet, internationalement.

37Sur le protocole UUCP, les étudiants installent leur nouveau système de gestion de messages électroniques, Netnews (ou Usenet News software), qui rappelle les listes de discussion, mais offre une structuration plus élaborée : Usenet déploie une arborescence quasi infinie de sujets de discussion. Le système permet de créer des groupes thématiques, ainsi que des sous-groupes et ainsi de suite, afin de spécifier par enchâssement le sujet de discussion. Par exemple, dans la branche dédiée aux sciences (sci.), on trouvera un groupe dédié aux discussions générales sur la physique (sci.phy), à l’intérieur duquel peut se nicher un autre dédié à l’astronomie (sci.phy.astronomy) ou aux logiciels compatibles avec Unix pour les physiciens (sci.phy.software.unix), et ainsi de suite. D’abord pensé comme une « boîte à outils de l’unixien » (Hauben et Hauben, 1997), regroupant essentiellement des chercheurs et ingénieurs en informatique, Usenet va rapidement attirer des usagers aux profils variés et favoriser la structuration de communautés d’intérêt et de pratiques très diverses.

38Usenet est le réseau de groupes de discussion le plus populaire dans les années 1980 et 1990, à tel point que beaucoup le confondent avec Internet. La comparaison avec Internet remonte d’ailleurs aux premiers temps de Usenet, créé explicitement pour être une alternative au réseau d’élite et surnommé « l’ARPANET du pauvre ». D’accès général, il glorifie le citoyen global du net, le netizen – du moins selon la fable technopolitique racontée par les Hauben, ses premiers observateurs et promoteurs. Dans un premier temps, il dresse des passerelles avec le protocole SMTP (permettant de récupérer le trafic mail classique et de participer aux listes de discussion). Mais cela se passe sur fond de conflits entre usagers, les « arpanautes » accusant les « usenautes » d’abuser des ressources de la bande passante et de rendre triviaux leurs sujets sérieux de discussion – un grand classique dans les disputes des premiers réseaux, les « net wars » (Grossman, 1998). Dès 1986, le protocole UUCP est remplacé par un nouveau, le Network News Transfer Protocol (NNTP), davantage compatible avec le TCP-IP d’un Internet qui commence à s’imposer comme standard : Usenet rejoint officiellement la famille Internet.

  • 24 À l’origine acronyme de « Because It’s There Network », le sens du terme sera reformulé dans le ré (...)

39BITNET24 est différent en ceci qu’il appartient à la famille des réseaux dits « propriétaires » : lancé en 1981, il connecte les ordinateurs sur lesquels sont installés des systèmes IBM – c’est donc un réseau non hétérogène, à la différence d’ARPANET, Usenet et Internet. Comme Usenet cependant, son infrastructure repose sur un modèle de réseau en « point à point » qui nécessite de passer par des lignes téléphoniques ; il déploie son propre protocole, Remote Spooling Communications Subsystem (RSCS), sur un réseau fermé (Vnet). Il est également conçu comme une organisation sociale fondée sur une coopérative technique à destination de la communauté universitaire. Ayant comme Usenet pour objectif de diversifier l’accès aux réseaux informatiques au-delà des élites d’ARPANET, il se développe à partir de la côte Est des États-Unis, relativement à l’écart de la concentration technologique d’avant-garde de la côte Ouest (Grier et Campbell, 2000). Son frère européen prend le nom de EARN, pour European Research Network, dès le milieu des années 1980. En 1989, BITNET fusionnera avec CSNET (le réseau de l’ARPA dédié aux sciences informatiques), pour former le Consortium of Research and Education Networks (CREN) ; et EARN rejoindra RARE pour produire ce qui deviendra GÉANT, le réseau commun pour la recherche européenne.

  • 25 On parle de « portabilité », le logiciel étant « transporté » dans un autre environnement informat (...)

40Sur BITNET, d’abord dédié aux mails et listes de discussion, le développement du réseau est lui-même objet d’observation et de discussion, par exemple sur la liste NetMonth. Enfin, dernière grande similarité avec Usenet, c’est un réseau où les forums servent explicitement des buts réflexifs et didactiques, les anciens guidant les nouveaux, à la recherche des moyens de faciliter la communication réticulaire numérique. Rival de Usenet, il relaie cependant ses groupes en sus des mails et listes de l’ARPANET. C’est sur BITNET que s’inventent des moyens d’automatiser la gestion d’une liste de discussion, afin de déléguer à la machine des tâches subalternes d’organisation et de diffusion des messages et d’administration des abonnements. Le logiciel LISTSERV, développé dès 1984 et opérationnel en 1986, permet une gestion automatique des listes. C’est une robot list : les commandes d’abonnement et de désabonnement sont déléguées à cette liste automatisée, elle tient au courant des erreurs d’adressage, et maintient des archives. Cette dernière fonction renforce la structuration de communautés dans le temps, en tant que support d’une mémoire collective des discussions passées. Dès le début des années 1990, le logiciel est « libéré » des contraintes propriétaires du parc informatique d’IBM : il peut être utilisé sur d’autres machines et systèmes25 et surtout sur les réseaux ouverts de l’internet ; les protocoles de BITNET finissent donc également par rejoindre la famille inter-réseaux. Plus généralement, le logiciel LISTSERV est adopté à une échelle plus grande que celle des listes et groupes électroniques savants ; il est une étape importante de la popularisation de ces nouveaux outils de la communication numérique (Hyman, 2003).

  • 26 Le film Wargames (1981) montre comment un espace de type BBS peut être utilisé pour accéder à des (...)

41Les listes étendent aussi leur forme dans les forums de la télématique, qui, passant par des services commerciaux, permettent à des usagers d’accéder aux réseaux en dehors des laboratoires universitaires et industriels. Ils se rassemblent en majorité autour du protocole X25, le grand rival du TCP-IP, promu par l’Union internationale des télécoms. Il est, par exemple, défendu par le réseau informatique national TRANSPAC en France dès 1978, sur lequel sera branché le Minitel dès 1984. Ce dernier offre, à travers ses services de messagerie notamment, des marges d’appropriation (Baltz, 1984), mais tend à contraindre l’usager en consommateur de services d’information et de communication (Arnal et Jouët, 1989 ; Thierry, 2013). X25 est aussi favorisé par les premiers services commerciaux de forums à l’international : l’américain Telenet dès 1974 (dirigé par un ancien de l’ARPA, Lawrence Roberts), ou encore The Source, Prodigy ou CompuServe. Les Bulletin Board Systems, communément appelés BBS, ayant notamment inspiré Usenet, sont un des hauts lieux des forums télématiques. Ils tirent leur nom des tableaux de bord en liège où on peut épingler des informations. Le Computerized Bulletin Board System (CBBS), prototype du genre, est lancé en 1978 sur un réseau d’ordinateurs personnels connectés par des lignes téléphoniques via des modems. Les BBS offrent un univers électronique riche : ils permettent certes de converser dans des espaces de discussion ressemblant aux listes et groupes, et de stocker et échanger des données, mais aussi d’accéder à d’autres fonctionnalités comme jouer en ligne26. Leur utilisation aisée, depuis chez soi, en fait des médias de diffusion du « Computer underground » : loin des institutions académiques, ils abritent des passionnés d’informatique et en particulier des hackers de tous âges qui se multiplient notamment grâce à un marché naissant de consommables informatiques (consoles de jeux vidéo, disquettes, etc.). Avec le tournant des années 1990, beaucoup de BBS opèrent une migration sur le Web et participent ainsi à la grande homogénéisation des réseaux informatiques (Driscoll, 2014). Les BBS permettent à des amateurs et professionnels de se réunir sans avoir besoin d’une affiliation académique. Par exemple, la communauté historique The Well, hébergée sur un BBS californien, fait le lien entre la contre-culture hacker des années 1970 et le Web des années 1990, parangon de la « communauté virtuelle » qui transforme son expérience et sa connaissance des réseaux en économie numérique (Rheingold, 1993 ; Turner, 2012). Son héritage est très fort chez les communautés hybrides où savants académiques dialoguent avec d’autres acteurs de la société civile, par exemple des activistes et artistes, comme sur la liste historique nettime que l’on retrouvera.

Forums et Web social : une nouvelle économie de l’information

  • 27 À l’exception de quelques pionniers comme Gopher, un système de navigation graphique rudimentaire (...)

42Les forums web font évoluer dans les années 1990 la communication de plusieurs à plusieurs dans un espace homogénéisé. Le Web est un réseau qui utilise le protocole http pour se raccorder à Internet et le langage HTML pour l’affichage graphique d’information en ligne, une première dans le monde de l’internet27. Avatars des listes dans l’environnement web, ils seront le premier terrain d’expérimentation de l’économie du Web social.

43Le forum web a cette particularité, par rapport aux forums primitifs que sont les listes et groupes de discussion, de socialiser les usagers à l’information « en ligne », alors qu’auparavant toute donnée ou tout document passant par les réseaux devaient être téléchargés sur l’ordinateur via un logiciel de gestion de message (client de messagerie, lecteur de news…). On doit obligatoirement s’abonner à une liste ou un groupe électronique ; on peut seulement aller consulter un forum sans en être un membre identifié.

44Partant de là, la structuration du forum web est dynamique. Les listes et groupes sont structurés par des logiciels qui distribuent des messages sur les ordinateurs destinataires. Une fois les messages envoyés, ils ne sont plus modifiables. Les forums web affichent les messages en ligne dans une structure qui sait gérer la modification des messages, ou d’autres informations métatextuelles comme les métadonnées identifiant l’utilisateur. Celui-ci peut opérer des modifications qui se répercutent dans toute la structure web du forum. Le forum web est un média qui accepte l’actualisation des données et métadonnées, au contraire des forums par liste ou groupe.

45Plus généralement, ils favorisent la mainmise sur des données qui deviennent systématiquement analysables, car toutes les informations des utilisateurs (messages et métadonnées) sont centralisées dans les systèmes de gestion de forum et vivent en ligne, permettant par exemple des traitements statistiques. Les forums web, en cela, préparent le terrain à un Web social où la donnée numérique est actualisée, récupérée, et analysée dynamiquement, c’est-à-dire par des processus logiciels automatiques dédiés non plus seulement à la gestion de la communication mais au traitement des données de la communication. Avec le Web, les forums deviennent des plateformes, c’est-à-dire des espaces de services numériques dédiés et interdépendants, où l’interaction entre utilisateurs s’inscrit dans des algorithmes qui suivent, encodent et analysent les échanges. Une plateforme est le résultat d’un « programme fait de stratégies commerciales et de codes informatiques à but de créer des niches spécialisées de sociabilité en ligne » (Van Dijck, 2013, p. 41).

46Cette économie informationnelle, qui sera renforcée par l’apparition des moteurs de recherche au cours de la décennie, n’est possible que dans un contexte de surabondance exponentielle des informations numériques. Les acteurs de la connaissance et du savoir doivent y réinventer leurs formes, pratiques et lieux. Ainsi, les informations échangées et discutées dans les forums favorisent des logiques de « filtrage collaboratif » (Shirky, 2008) qui donnent lieu à des sélections de contenus notables, recommandés et référencés auprès de la communauté. Cette pratique avait commencé à apparaître sur les listes et groupes électroniques, mais s’épanouit sur le Web, notamment à la faveur des liens hypertextuels permettant de créer de catalogues de références dans les blogs (Paloque-Bergès, 2011). Les pratiques de discussion électroniques savantes donnent ainsi lieu à de nouvelles formes de journalisme savant. En France, les « carnets de recherche » où se discute le « bric-à-brac du chercheur » numérique ont légitimé ces nouvelles formes de journalisme savant à travers une politique volontariste d’édition électronique pour les sciences ; « textes fourre-tout », publiant aussi bien des comptes rendus de projets de recherche que des textes de vulgarisation, leur intérêt réside dans le potentiel de mise en relation contenu par le genre du blog (Dacos et Mounier, 2011). Wikipédia, encyclopédie collaborative à succès, est également un forum à part entière, puisque les éditeurs de ses pages discutent (et se disputent) les révisions successives des articles dans les coulisses de l’onglet « discussions » ; ils sont des lieux d’observation ethnographique, en particulier pour les sujets scientifiques ou sociaux soumis à un éclairage médiatique puisque les éditeurs sont de tous bords (Hocquet, 2015).

47Les réseaux sociaux présentent le dernier avatar des forums internet, avec certains dédiés entièrement à l’échange savant, comme Academia.edu ou Humanities Commons. Ces deux derniers exemples illustrent toutefois un défi majeur posé au savant contemporain comme au citoyen numérique : doit-il se reposer sur des services dédiés qui tirent du profit de ses données ou prendre en main les moyens de sa communication, dans une logique d’autogestion dont les listes étaient porteuses ?

La formation d’une culture d’utilisateurs

48Aussi diverses soient-elles, les listes électroniques, ainsi que leurs extensions dans les forums numériques sous toutes leurs formes, sont le terrain d’expérimentation de la communication sociale sur réseau informatique, posant les fondements d’une culture commune d’usagers des réseaux.

49Le modèle social de communication des forums est souvent associé au modèle technique d’architecture de l’internet, du fait de l’organisation et de l’administration des communautés d’utilisateurs qui les gouvernent (Musiani, 2015). Les groupes Usenet, par exemple, se targuent d’avoir une forme de gouvernance selon un principe de décentralisation : aucune autorité centrale, gestion des groupes par les utilisateurs, etc. Cependant, il existe des formes de recentralisation et de concentration de l’autorité entre les mains de « maîtres du réseau », dont la figure clé est l’administrateur de système, ou sysadmin (Mounier, 2002). Ces derniers possèdent les clés des listes et forums, et peuvent décider du droit de cité et de parole des uns et des autres. Héritage des responsabilités de l’opérateur des grands systèmes de première génération, ainsi que de l’élite technicienne de la Netville aux origines d’Internet (King et al., 1997), ce pouvoir est essentiellement interne aux communautés des réseaux, reposant sur la maîtrise technique au plus près de la machine. Sur lui se fondent les droits et devoirs du netizen, dans un espace qui se pense indépendant des structures de pouvoir externes aux espaces virtuels, mais qui est loin de les faire disparaître.

Distribution de l’autorité et hiérarchisation des rôles

  • 28 Le serveur est une machine connectée sur un réseau informatique qui ne fait pas que recevoir de l’ (...)
  • 29 C’est d’ailleurs l’une des ambiguïtés créatives des premiers spammeurs que d’avoir su parer leurs (...)

50Figure symbolique de cette forme de re-concentration du pouvoir, l’administrateur de liste est une figure du folklore informatique, symbole de régulation des environnements numériques. Stricto sensu, il est celui qui héberge et paramètre sur un serveur le logiciel et les données d’une liste ou d’un groupe de discussion28. Il assume une double tâche d’administration et de gouvernance locale au niveau technique de l’infrastructure et des applications comme de la gestion humaine des règles de la communauté, dont il garantit la « bonne santé » (Butler et al., 2008, p. 172). Il est une figure de contrôle sociotechnique : possédant des « privilèges d’accès », il maîtrise le système technique et maintient sa bonne marche tout en le gardant d’abus éventuels (par exemple, les messages indésirables comme le spam). Mais la justification de ces actions de contrôle est souvent discutable, et encore plus souvent discutée sur le plan éthique29 : le blocage fonctionnel peut être assimilé à un abus de pouvoir, taxé de censure. À travers la discussion sur ces règles techniques, c’est la définition d’une microsociété électronique qui est en jeu.

51Le pouvoir social de l’administrateur est relayé au sein de la discussion par le modérateur qui participe à structurer et animer le collectif, assumant des fonctions d’intégration des nouveaux et de médiation des disputes, fonctions cruciales de l’administration du forum. Ainsi, sur la liste Humanist (dédiée aux discussions sur les humanités depuis 1987), l’administrateur demande aux nouveaux membres de présenter leur curriculum académique lors de leur première intervention afin de prouver leur bonne volonté (Grier et Campbell, 2000), une pratique courante dans la culture de liste. L’administrateur et/ou le modérateur sont également garants de l’équilibre des discussions. L’importance de cette figure de médiateur qui protège la communauté d’elle-même s’illustre dans les métaphores utilisées pour décrire les dérives du groupe : des guerres enflammées (flame wars) aux inondations de messages négatifs et indésirables (flood). Elle participe à une mythologie de la culture des forums, et possède sa place au « panthéon des légendes de Usenet » (Paloque-Bergès, 2012). Ainsi, l’administration et la modération sont un miroir de la communauté dans sa volonté de faire consensus malgré les contradictions : ils font vivre le forum en maintenant l’équilibre entre risques d’attrition et risques d’explosion (Lévy, 2001).

52À ces règles de régulation interne, il faut ajouter le poids des structures, relations, hiérarchies et autres déterminations externes à l’espace électronique importées au sein du forum. L’administrateur assure les ressources du forum sur le plan matériel, voire financier (par exemple le coût de la maintenance des matériels et logiciels), en lien avec d’autres usagers engagés dans son animation, et dont le pouvoir est au moins partiellement déterminé par leur situation sociale en dehors de la liste :

La régulation sociale est aussi l’affaire de la communauté elle-même. La définition de l’étiquette dépend du modérateur mais aussi des contributeurs les plus influents et de leur poids (en termes de présence sur la liste mais aussi poids institutionnel, niveau de langue pour une liste internationale…). (Lévy, 2001, p. 109)

53Loin du mythe d’un lieu d’égalité dans la prise de parole, le forum révèle les processus de différenciation et de hiérarchisation des statuts et compétences en matière de prise de parole : la liste devient, comme l’a démontré une étude séminale sur l’histoire de BITNET, l’« arène sociale des réseaux informatiques » (« social arena of computer networks » ; Grier et Campbell, 2000, p. 32). S’inspirant des théories goffmaniennes sur la présentation de soi en public, les auteurs évoquent les rôles endossés par les usagers et leurs instruments. Dans l’arène, sur l’avant-scène, les plus visibles sont les utilisateurs les plus virtuoses, maîtrisant le mieux les règles techniques des logiciels et les règles sociales de référence du groupe. En coulisse, les nouveaux utilisateurs doivent être initiés et intégrés. La composition sociotechnique de l’arène évolue dans l’histoire d’Internet, en témoigne le rôle accru des usagers généralistes face aux spécialistes. Dans le droit fil de cette métaphore théâtrale, on a pu observer des espaces de « microscènes » laissant entrevoir des logiques d’aparté, c’est-à-dire une « communication privée en public » dans laquelle les notions de privauté et de publicité ne vont pas de soi (Cardon, 2008, 2010, p. 63).

Le bon usage

54Les usages légitimes des forums « se fondent sur des règles internes au champ en train de se constituer et dans le contexte précis des environnements techniques » (Mounier, 2002, p. 39). Reposant d’abord sur des us et coutumes de la sociabilité de groupe, ces usages sont importés et adaptés à la discussion en ligne.

55La « nétiquette », élaborée au cœur des forums internet, est pétrie des codes d’usage issus des étiquettes de la sociabilité mondaine. Ces règles sont compilées dans des documents didactiques, dont les célèbres FAQ (Foire aux questions / Frequently Asked Questions), genre original créé avec Internet ; mais aussi dans nombre de guides, glossaires et index, qui apprennent aussi bien à communiquer sur Internet qu’à trouver les bonnes informations (Paloque-Bergès, 2013).

  • 30 Définitions compilées par Sarah L. Neisbett et Rachel Singer Gordon dans leur ouvrage The Informat (...)

56Cette double portée est cruciale dans le développement des usages d’Internet avant que le Web et les moteurs de recherche ne viennent changer les habitudes de recherche d’information sur l’internet. Ces guides sont aussi un double canal de socialisation des utilisateurs des forums : par diffusion véhiculaire (la transmission des règles d’usage à fonction normative), et vernaculaire (la construction d’une culture propre à forte teneur référentielle). Cela est particulièrement représenté dans les glossaires de jargon internet, qui détaillent les formats techniques de la communication de forum ou les abus des règles de bon usage, comme ci-après30 :

Format de digest : on peut s’abonner à certaines listes sous la forme de « digest », dans lesquels les messages ne sont pas reçus un à un tels qu’ils sont envoyés, mais dans des grands messages composites. Ces digests compilent dans un seul message le corps de chaque e-mail envoyé à la liste dans un temps donné ou après qu’un certain nombre de messages n’ont pas été envoyés. […]
Emoticons : appelés aussi « smileys » ; ponctuation utilisée pour exprimer de l’émotion en ligne. Un exemple est le visage souriant vertical :) – utilisé pour signaler qu’un commentaire est un trait d’humour ou non destiné à être compris sérieusement.
Flame : le fait d’attaquer personnellement un autre membre de la liste dans un message. […]
Lurk : le fait d’appartenir à une liste, de lire les messages qui y sont publiés mais de ne pas participer. […]
Spam : les messages commerciaux indésirables (mais peut aussi qualifier tout type de messages envoyés massivement pour des raisons autres que professionnelles).

  • 31 Ces derniers sont surnommés des newbies, des « petits nouveaux ». Ces habitudes élitistes des usag (...)
  • 32 Emily Postnews a été traduite dans plusieurs langues, dont en français, par les administrateurs de (...)

57Les FAQ naissent au sein des listes, issues d’une délégation de la fonction d’accueil des nouveaux utilisateurs qu’assument en général les administrateurs, les modérateurs ou les habitués bienveillants, à un document didactique dédié. Cette délégation est justifiée par des raisons quantitatives (gérer des nouveaux utilisateurs toujours plus nombreux) comme qualitatives (ne pas « perdre son temps » avec des utilisateurs néophytes31). La FAQ est un programme, au sens traditionnel du terme, car elle donne des instructions, mais elle est elle-même le fruit d’une instruction. Publiée de manière récurrente sur les listes, elle est automatisée et programmée pour être répétée et transmise aux nouveaux venus. Elle est un médiateur des savoirs d’usage. Par ailleurs, ces documents didactiques sont souvent collaboratifs, améliorés et développés au gré des contributions d’utilisateurs expérimentés, le collectif se donnant à lui-même des instructions. Témoignant de l’engagement des usagers, ces instructions récursives sont des palimpsestes, fruit d’une appropriation « au second degré », au sens que lui donne le théoricien littéraire Gérard Genette d’une réécriture collective des textes de référence (Genette, 1982). Les chartes du bon usage procèdent ainsi de réécritures (parodies, pastiches, satires…), comme dans la très répandue FAQ faite d’antiphrases humoristiques intitulée « Emily Postnews, première autorité sur l’étiquette réseau, donne ses conseils pour se comporter correctement sur Usenet32 ».

58Un élément de structuration du bon usage explicitement sociotechnique relève de l’économie des ressources matérielles et informationnelles du réseau. Au cours des trois premières décennies des réseaux informatiques le trafic à bas débit, le traitement lent des données, ou encore l’ergonomie élémentaire des interfaces, poussent les utilisateurs les plus concernés par les coûts financiers mais aussi ergonomiques à appeler à un usage parcimonieux des réseaux, pour éviter de gaspiller les ressources : se connecter en dehors des heures de bureau, éviter les messages trop volumineux ou triviaux pour ne pas polluer l’espace de lecture ou les voies du trafic de données, etc. Le bon usage est ainsi intimement lié, aux origines des forums, à la dimension utilitaire des infrastructures des réseaux : leur bonne gestion technique fonde la légitimité à se dire usager exemplaire – et donc souvent à être plus écouté sur un forum. D’une structuration des relations sociales mimant les structures techniques, émergent de fait des normes institutionnelles (figures de l’administration et de la modération) et culturelles (expression et régulation autoréférentes de la communauté). C’est bien de problématiques politiques, de pouvoir et de légitimité, dont il s’agit (Mounier, 2002, p. 47-57).

59Cette double structuration guide le déploiement de l’internet savant : figure didactique s’il en est, le savant se familiarisant au numérique est dépeinte lui-même en tant qu’entité sociotechnique. Il devient un « professeur branché » qui superpose aux structures institutionnelles du savoir celles, technologiques, du réseau, comme l’illustre The Wired Professor (Keating et Hargitai, 1999), qui intègre dans les curricula universitaires des ressources des réseaux numériques, les listes électroniques au premier chef. Plus encore, les listes et forums sont des passages obligés, voire des carrefours dans la découverte et l’exploration de l’internet conçu comme un vaste réservoir de ressources de savoir :

En 1992, Rick Gates, le directeur du programme d’automation bibliographique de l’Université de Californie à Santa Barbara, initia la tradition des « Chasses aux trésors d’Internet » [Internet Treasure Hunts]. Gates publie périodiquement une liste de questions sur Usenet, cette conférence flottante à laquelle participent la plupart des sites d’Internet. (Rheingold, 1993, p. 92-95)

60Ces guides réticulaires du savoir en ligne dressent ainsi une cartographie de l’internet où les forums adaptent le didactisme savant à l’espace des réseaux. Les forums assument ainsi un rôle topologique, redéfinissant les lieux du savoir dans les environnements numériques.

Notes

1 Le terme utilisé en anglais est conference, qui pourrait avoir été choisi aussi bien par référence au genre académique qu’au sens général, plus courant aux États-Unis, de réunion. L’utilisation du terme pour les listes est attestée par Quarterman dans son annuaire cartographique des réseaux de la période pré-web (1990) ; cependant, d’autres réservent le terme de « conférence » en environnement numérique à des outils plus spécialisés de collaboration en réseau (Vallée, 1984).

2 Vannevar Bush, qui était aussi ingénieur, a décrit un modèle d’ordinateur jamais réalisé, le Memex (pour Memory Extender), dans son célèbre article « As We May Think », paru en 1945 dans le journal Atlantic Monthly. Cet appareil analogique aurait permis de consulter des ressources encyclopédiques en naviguant entre des fiches et en établissant des liens associatifs. Ayant inspiré des inventeurs qui ont contribué à l’avancée de l’interaction homme-machine pour traiter l’information et la connaissance, il est une figure majeure du panthéon des visionnaires des réseaux informatiques de savoir.

3 Logiciels de travail, de groupe, et d’équipe, termes dérivés de l’anglais software (logiciel). Voir par exemple l’histoire des logiciels sociaux retracée par Christopher Allen sur son blog Life With Alacrity, « Tracing the Evolution of Social Software » publié le 13 octobre 2004 [URL : http://www.lifewithalacrity.com/2004/10/tracing_the_evo.html], consulté le 2 janvier 2018.

4 L’ARPA a été renommée la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) entre 1972 et 1993.

5 Figure légendaire de l’histoire d’Internet, Licklider est très impliqué dans les débuts de l’ARPA qu’il quitte avant que le projet ARPANET ne soit mis en route par Taylor en 1966. Il y reviendra en 1974.

6 Ce groupe posera les bases des travaux sur la gouvernance d’Internet par les infrastructures, protocoles et les standards. Organisation informelle reposant sur un collectif d’ingénierie de recherche autogouverné, il est aussi nommé le Internet (ou International) Working Group.

7 Exemple qui a fait son chemin jusque dans l’histoire vulgarisée d’Internet, comme en témoigne la trilogie « Internet : une histoire sans légendes » publiée sur la plateforme d’information Mediapart par Marc Tertre sur le blog Citoyen dans un monde numérisé les 1er-2 juillet 2011 [URLs : http://blogs.mediapart.fr/edition/la-numerisation-du-monde/article/010711/internet-une-histoire-sans-legendes-13 ; http://blogs.mediapart.fr/edition/la-numerisation-du-monde/article/010711/internet-une-histoire-sans-legendes-23 ; http://blogs.mediapart.fr/edition/la-numerisation-du-monde/article/020711/internet-une-histoire-sans-legendes-33], consultés le 2 janvier 2018.

8 L’entrée et la sortie de données avant la généralisation des écrans se fait sur listings, les impressions papier à pliage paravent.

9 Citation extraite d’un article du journal The Atlantic, « What comes after email », discuté sur la liste Internet History. Fil de discussion « The Atlantic on Email », juin 2016 [URL : http://mailman.postel.org/pipermail/internet-history/2016-January/thread.html#3709], consulté le 2 janvier 2018.

10 On dirait aujourd’hui « killer app » – ou « application qui tue » (au sens métaphorique d’une application si plébiscitée qu’elle tue la concurrence).

11 Marc Tertre, voir note 7.

12 D’après Jean-Pierre Cloutier dans son billet de blog, « Les Chroniques de Cybérie du 14 septembre 1999 » publié sur son site Cybérie [URL  : http://cyberie.qc.ca/chronik/990914.html#f], consulté le 2 janvier 2018.

13 Discussion sur la liste Internet History. Fil de discussion « question on re. early adoption of email », avril 2016 [URL : http://mailman.postel.org/pipermail/internet-history/2016-April/thread.html], consulté le 2 janvier 2018.

14 Les fonctions de départ de l’e-mail sont fixées dans la RFC 733 (1977), intitulée « Standard for the Format of Text Messages », et spécifiant la nomenclature encore respectée aujourd’hui : « To », « From », « Subject », « CC ». Le protocole SMTP est standardisé cinq ans plus tard, en 1982 (RFC 788), et toujours d’usage malgré de nombreux amendements. La référence à ces RFC sert de preuve à la communauté des acteurs, témoins et historiens de l’informatique et des réseaux dans un débat qui l’oppose depuis le début des années 2010 à l’entrepreneur Shiva Ayyadurai à propos de la paternité de l’e-mail. Voir les archives des discussions sur les listes de SIGCIS [URL : http://lists.sigcis.org/pipermail/members-sigcis.org/] et Internet History [URL : http://mailman.postel.org/pipermail/internet-history/], consultées le 2 janvier 2018, qui citent notamment de nombreux articles dans des journaux et magazines web. Au vu des très nombreuses discussions se déroulant en 2016, on peut avancer que l’histoire de la messagerie électronique est clairement en cours d’écriture collective ! Pour plus d’informations sur les différents documents techniques qui inscrivent l’histoire du courrier électronique dans une standardisation, voir Salus, 1995.

15 Trésor informatisé de la langue française (TILF), article « Protocole » [URL : http://www.cnrtl.fr/definition/protocole], consulté le 2 janvier 2018.

16 Ibid.

17 La journaliste Ronda Hauben est la première à avoir écrit sur les forums d’Internet du point de vue d’observatrice participante avec son fils Michael Hauben. Ils ont inventé le terme « netizen » (pour net citizen, « citoyen du net ») (Hauben et Hauben, 1997).

18 Je renvoie aux travaux d’Éric Guichard sur la métaphore spatiale des environnements numériques pensée dans son rapport à l’écriture électronique d’une part, et d’autre part à ceux qui détiennent ce pouvoir d’écriture et qui, par conséquent, établissent une forme de domination des réseaux, la classe des informaticiens (Guichard, 2002, 2007).

19 L’onomatopée anglaise « yum » équivaut au français « miam ».

20 L’IANW émerge de la coopération autour des standards de réseau, dans la lignée du Network Working Group qui coordonne les RFC (devenu International Network Working Group). La liste des lieux où se tiennent ces ateliers dans les années 1980 montre l’étendue de la coopération inter-réseaux entre les États-Unis, l’Europe occidentale, l’Asie orientale, et dans une moindre mesure le Moyen-Orient (Israël) et les Amériques centrales (Mexique) et du Sud (Venezuela). L’IANW deviendra l’International Network Conference (INET) à partir de 1989, dont l’organisation fut prise en charge par l’Internet Society (ISOC) à sa création en 1992.

21 Par exemple le Internet Users’ Research Guides, TERENA, 1998, Pearson Education. RARE est devenu TERENA (Trans-European Research and Education Networking Association) en 1995 suite à sa fusion avec EARN ; il est aujourd’hui connu sous le nom de GÉANT.

22 Le service, au niveau du protocole et du logiciel de gestion des « news », est non commercial ; mais le trafic et l’accès aux groupes sont tarifés par des fournisseurs d’accès.

23 Bruno Jacomy se penche sur les Bell Labs, laboratoire de R&D de la firme de télécommunication American Telephone and Telegraph Company (AT&T) dans le dernier chapitre de son Histoire des techniques actualisée (2015). Selon Jacomy, c’est un exemple archétypal de « collectivité très puissante » qui renouvelle la culture d’ingénieur, et témoigne du fait que les grandes innovations depuis la fin de la seconde guerre mondiale sont issues des « firmes, des organismes de recherche institutionnels ou privés ». Unix est caractéristique de ces projets de recherche développés dans un laboratoire de R&D a priori sans planification. Projet ne relevant pas spécifiquement de travaux en télécoms, il ne peut être commercialisé (AT&T étant limité par un décret anti-trust datant de 1956), et sera donc distribué presque gratuitement aux universités – moment important dans l’élaboration d’une culture du logiciel libre (Kelty, 2008).

24 À l’origine acronyme de « Because It’s There Network », le sens du terme sera reformulé dans le rétro-acronyme « Because It’s Time Network ».

25 On parle de « portabilité », le logiciel étant « transporté » dans un autre environnement informatique.

26 Le film Wargames (1981) montre comment un espace de type BBS peut être utilisé pour accéder à des dossiers et fichiers à distance, mais aussi jouer et converser avec une intelligence artificielle… de manière certes fantaisiste en termes scénaristiques, mais relativement réaliste en termes d’interaction homme-machine.

27 À l’exception de quelques pionniers comme Gopher, un système de navigation graphique rudimentaire sur l’internet lancé en 1991, qui fera long feu face au succès du Web ; il a toutefois été plébiscité par la communauté savante grâce à des outils de recherche documentaire relativement avancés comme Veronica.

28 Le serveur est une machine connectée sur un réseau informatique qui ne fait pas que recevoir de l’information mais en envoie aussi. L’administrateur est souvent défini dans son rapport de propriété au serveur : owner, host ; ou, dans un autre champ métaphorique, comme un magicien, en lien avec le folklore de la programmation : wizard (sorcier). Pour un exemple de manuel d’administrateur de listes électroniques, voir Schwartz, 1998.

29 C’est d’ailleurs l’une des ambiguïtés créatives des premiers spammeurs que d’avoir su parer leurs actions d’un droit à la liberté d’expression pour détruire les remparts mis en place par les administrateurs (Brunton, 2013).

30 Définitions compilées par Sarah L. Neisbett et Rachel Singer Gordon dans leur ouvrage The Information Professional’s Guide to Career Development Online (Information Today Inc., 2012, p. 32).

31 Ces derniers sont surnommés des newbies, des « petits nouveaux ». Ces habitudes élitistes des usagers expérimentés sont à mettre en parallèle avec celles des informaticiens programmeurs qui conseillent aux novices, sur un ton semi-agacé, semi-ironique, de « Lire le p****n de manuel » (« Read the f*****g manual », abrégé en « RTFM ! »).

32 Emily Postnews a été traduite dans plusieurs langues, dont en français, par les administrateurs de la liste de diffusion Fr-chartes (fermée depuis 1998) dédiée au rappel de la nétiquette pour le public français de Usenet [URL : http://usenet-fr.news.eu.org/fr-chartes/emily-postnews.html], consulté le 2 janvier 2018. On peut retrouver la version originale sur le site web de son auteur, Brad Templeton, sous le titre Emily Postnews, foremost authority on proper net behaviour, gives her advice on how to act on the net [URL : http://www.templetons.com/brad/emily.html], consulté le 2 janvier 2018.