Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur quoi reposent nos infrastructures numériques ?

 | 
Nadia Eghbal

Perspectives

Élaborer des stratégies d’assistance efficaces

Texte intégral

1Même si l'intérêt porté aux efforts pour soutenir les infrastructures numériques va croissant, les initiatives actuelles sont encore récentes, faites pour des cas particuliers, ou fournissent seulement un support partiel (comme le partage d’avantages fiscaux par des organisations à but non lucratif avec des groupes extérieurs à celles-ci).

2Le développement de stratégies de soutien efficaces demande une compréhension fine de la culture open source qui caractérise une très grande partie de notre infrastructure numérique, mais aussi de reconnaître que beaucoup de choses ont changé dans les cinq dernières années, y compris la définition même de l’open source.

3L’argent seul ne suffira pas à répondre aux problèmes d’un projet d’infrastructure en difficulté, parce que l’open source s’épanouit grâce aux ressources humaines et non financières. Il existe de multiples façons d’accroître les ressources humaines, comme répartir la charge entre plus de contributeurs ou encourager les entreprises à faire publier en open source une partie du travail de leurs employés. Une stratégie de soutien efficace doit inclure plusieurs façons de générer du temps et des ressources au-delà du financement direct du développement. Elle doit partir du principe que l’approche open source n’est pas défectueuse en elle-même, mais manque simplement de ressources.

4Soutenir les infrastructures nécessite d’intégrer le concept d’intendance en lieu et place du concept de contrôle. Comme nous l’avons vu, les infrastructures numériques ne ressemblent pas aux infrastructures physiques. Elles sont réparties entre de multiples acteurs et organisations, avec des projets de toute forme et de toute taille, et il est difficile de prédire quels projets deviendront un succès ou qui y contribuera sur le long terme.

5Cela en tête, voici quelques clés pour élaborer une stratégie d’assistance efficace :

  • Adopter la décentralisation, plutôt que s’y opposer : les ressources de l’open source sont destinées à être partagées, c’est en partie ce qui leur donne autant d’impact. Utiliser la force que donne l’aspect communautaire comme un levier, plutôt que de recentraliser l’autorité.
  • Travailler étroitement avec les communautés informatiques existantes : les communautés informatiques sont actives, soudées et savent se faire entendre. Faites appel à elles plutôt que de prendre une décision en aparté. Les voix les plus sonores des communautés agissent comme un signal de danger quand un problème nécessite d’être soulevé.
  • Envisager une approche globale du soutien aux projets : les projets ont besoin de bien plus que du code ou de l’argent, parfois même ils n’ont besoin ni de l’un ni de l’autre. Le soutien sur le long terme est davantage une question de temps accordé que d’argent. La revue de code, la documentation technique, les tests de code, le soutien de la communauté, et la promotion du projet constituent un ensemble de ressources importantes.
  • Aider les mainteneurs de projets à anticiper : aujourd’hui, les efforts pour soutenir l’infrastructure numérique ont surtout tendance à parer au plus pressé ou à demeurer ponctuels. En plus des projets existants, il existe sûrement de nouveaux projets qui ont besoin d’être lancés et accompagnés. Pour les projets existants, les mainteneurs trouveront un grand avantage à pouvoir planifier en vue des trois à cinq ans à venir, et pas seulement pour six mois ou un an.
  • Voir les opportunités, pas seulement les risques : soutenir l’open source de nos jours, cela ne consiste pas uniquement à éviter les scénarios catastrophes (par exemple les failles de sécurité), mais plutôt à donner les moyens à plus de personnes de réaliser davantage de choses. Ce concept est une caractéristique essentielle de la culture open source actuelle et permet aussi de mettre en place un soutien pérenne. Tenez compte dans votre stratégie de la façon dont vous pourriez accueillir davantage de personnes d’horizons, de compétences et de talents différents, plutôt que de limiter l’activité pour favoriser les personnes qui participent déjà.

6David Heinemeier Hansson, le créateur de Ruby on Rails, compare l’open source à un récif de corail1 :

C’est un milieu plus fragile que vous ne le pensez, et il est difficile de sous-estimer la beauté qui est involontairement en jeu. Marchez avec précaution.

Notes

1 David Heinemeier Hansson, « The perils of mixing open source and money », blog personnel, 12/11/2013.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable