Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

 | 
Peter Suber

Préface à l’édition française

Marin Dacos

Texte intégral

1Né en 1991 autour du projet ArXiv, formalisé en 2001 par la Déclaration de Budapest, inscrit dans les recommandations européennes en 2012, et dans la loi française en 2016, l’accès ouvert est le mouvement de diffusion gratuite de la production scientifique sur le Web. Le livre de Peter Suber, dont l’édition américaine s’intitule sobrement Open Access, est un manuel qui s’adresse à la communauté scientifique et non aux spécialistes de ce mouvement. L’auteur y traite des principales questions que pose l’accès ouvert aux résultats de la recherche, en particulier les articles des revues. Cet effort de synthèse, de définition et de contextualisation est donc destiné non seulement à tous les chercheurs, mais aussi aux responsables politiques, qui ont entendu parler de l’accès ouvert, souvent de façon imprécise, trop souvent de façon incohérente ou partielle.

2Or, ce mouvement nécessite de prendre des décisions qui seront stratégiques à la fois pour l’avenir de la recherche, et pour l’avenir de la façon dont la recherche s’inscrit dans la société et répond aux enjeux du monde contemporain. Il nécessite également que chaque acteur, à la place où il se situe aujourd’hui, agisse concrètement. Cela signifie, pour la directrice d’une revue, d’opter pour l’accès ouvert ; pour le directeur d’une bibliothèque, de soutenir les initiatives phares dans le domaine ; pour la chercheuse en sciences politiques, de déposer rapidement ses articles dans une archive ouverte ; pour la directrice de laboratoire, de pousser ses collègues à déposer dans une archive ouverte et de proposer leurs articles à des revues en accès ouvert ; pour le documentaliste/bibliothécaire, d’accompagner les chercheurs vers l’accès ouvert en favorisant les bonnes pratiques ; pour la présidente d’université, de rendre obligatoire le dépôt dans une archive ouverte, de soutenir les revues en accès ouvert, de transformer les dépenses d’abonnements en investissements pour l’accès ouvert ; pour le directeur d’agence de financement, de doter ladite agence d’une politique contraignante de diffusion immédiate des résultats des recherches qu’elle finance, etc.

3Tant que l’accès ouvert ne sera pas devenu la norme, il restera du travail à accomplir, des problèmes à résoudre, des questions à éclaircir. C’est la raison pour laquelle il était nécessaire de traduire et de diffuser cet ouvrage de Peter Suber. Il explique pourquoi et comment aller vers l’accès ouvert.

L’accès libre n’est pas l’accès ouvert

4Une des vertus majeures de l’ouvrage de Peter Suber est d’abord de discuter et de stabiliser le vocabulaire de l’accès ouvert. Comme dans tous les domaines émergents, la bataille des mots est au cœur d’un combat politique. Le vocabulaire utilisé pour construire un mouvement est, en effet, tout sauf neutre. Au-delà de la nécessité de parvenir à se comprendre, en réduisant le plus possible le piège des dialectes et de la tour de Babel, les mots choisis modèlent la réalité qu’ils ambitionnent de décrire. On connaît le débat qui a opposé les tenants du « logiciel libre » à ceux de « l’open source », les premiers insistant sur la liberté de modifier le code du logiciel, les seconds sur la possibilité de lire ce code. On ne s’étonnera donc pas d’une instabilité lexicale et d’un affrontement, souvent larvé, autour des enjeux de fixation du vocabulaire de l’accès ouvert.

5Le point le plus important concerne le terme décrivant le mouvement de l’open access lui-même. L’expression open access, forgée au début des années 2000, a été immédiatement traduite en français par « accès libre ». Cette traduction reprenait le vocabulaire adopté pour les logiciels libres. En anglais, ces logiciels étaient d’abord des free software, ce qui induisait une confusion entre deux acceptions de free : gratuité et liberté. Dans l’esprit des fondateurs du logiciel libre, c’était bien de libertés qu’il s’agissait, la gratuité du logiciel étant une caractéristique secondaire par rapport aux libertés de lire, de modifier et de diffuser le code du logiciel. Cette ambiguïté initiale a été un problème pour le mouvement, qui a utilisé de nombreuses autres terminologies, comme le nom de la licence portant sur les logiciels (licence GPL, licence Apache, etc.), ou l’acronyme « FLOSS » (Free and Libre Open Source Software). Finalement, les dissidents du projet Open Office ont refondé un projet plus clairement libre sous le nom de « Libre Office », et c’est bien cette terminologie qui l’a emporté pour décrire les libertés du logiciel libre.

6Pour l’open access, traduit en « libre accès », le problème était inverse. Le terme open signifie « ouvert », et non « libre ». Il implique donc que le texte d’un article en open access est ouvert en lecture, sans barrière juridique, technique ou commerciale. Mais il ne dit rien des possibilités de réutilisation du document. Par conséquent, stricto sensu, l’open access lève les barrières à l’accès et maintient toutes les protections du droit d’auteur sur les textes, ce qui signifie qu’ils ne peuvent être reproduits ou modifiés qu’après une autorisation explicite, dans le cadre d’un contrat de cession de droit. La principale exception à cette protection est le droit de courte citation, qui autorise les lecteurs à citer l’œuvre tant que l’extrait cité reste bref.

  • 1 Lawrence Lessig, Code and Other Laws of Cyberspace, Basic Books, New York, 1999. Du même auteur, v (...)
  • 2 Pierre Mounier et Marin Dacos, L’édition électronique, La Découverte, Paris, 2010.

7L’accès libre va beaucoup plus loin : c’est un open access qui accorde aussi des droits supplémentaires au lecteur, c’est-à-dire des libertés. Parmi elles, le droit de partage, donc de diffusion publique, est le plus important. Certaines versions de l’accès libre accordent même un droit de modification de l’œuvre originale, mais il en est rarement question dans le cadre de la publication académique, pour d’évidentes raisons d’intégrité documentaire. Il importe de revenir ici à la liberté fondamentale qui consiste à avoir le droit de partage/rediffusion du document. Cette liberté signifie que tout individu a le droit de republier l’œuvre, par exemple sur un site web, dans une anthologie papier ou sur une liste de diffusion à laquelle seraient abonnées des milliers de personnes. Elle signifie, par conséquent, qu’il est loisible de citer de longs extraits d’une œuvre, voire l’intégralité, dans n’importe quelle autre œuvre, sans avoir à en demander l’autorisation. La condition de toutes ces réutilisations est, bien entendu, de reconnaître sa paternité. Bien souvent, ces libertés sont exprimées à travers les licences Creative Commons (CC) inventées par Lawrence Lessig, juriste américain qui a beaucoup contribué à penser le numérique1. Elles permettent de construire « à la carte » la licence que vous souhaitez utiliser pour diffuser une de vos œuvres sur Internet, qui peut prendre une forme très permissive (CC-BY), car elle n’impose aucune restriction à la réutilisation : vous cédez le droit à quiconque de reproduire, modifier et même commercialiser votre œuvre, à la condition unique que l’auteur soit clairement mentionné en tant que créateur. Elle peut également revêtir une forme très restrictive (par exemple CC-BY-NC-ND) : vous cédez le droit à quiconque de reproduire l’œuvre, mais en interdisant toute exploitation commerciale et toute modification, et avec l’obligation de mentionner le nom du créateur2. On le comprend, l’accès libre est beaucoup plus libéral, au sens où il accorde des libertés supplémentaires, que l’accès ouvert.

8Pourtant, depuis 15 ans, la langue française utilise l’expression « accès libre » pour traduire open access, conférant au mot « libre » un sens équivalent à « ouvert ». Tandis qu’initialement cela ne posait pas problème – dans la mesure où la bataille portait d’abord sur la levée des barrières commerciales –, les tenants de la circulation maximale du patrimoine scientifique de l’humanité ont fini par rapidement insister sur les libertés à ajouter à l’ouverture. En anglais, ils ont alors introduit la nuance entre gratis open access (littéralement « accès ouvert gratuit ») et libre open access (littéralement « accès ouvert libre »). Si nous devions conserver l’expression libre accès comme traduction d’open access, cela donnerait « accès libre gratuit » comme traduction de gratis open access, et « accès libre libre » comme traduction de libre open access. Pas très élégant. Pas très efficace non plus. On comprend que l’ineptie lexicale de la traduction initiale rend la suite de l’aventure indigeste, pour ne pas dire incohérente. Nous avons donc décidé de transformer l’usage. Désormais, on dira « accès ouvert » pour open access, et « accès libre » pour libre open access, en notant au passage, une fois n’est pas coutume, que la langue française sera plus synthétique que la langue anglaise. C’est ce choix de traduction qui préside à la version française de ce livre.

La ruée vers l’or

9Là n’est pas la seule nuance de vocabulaire que cet ouvrage permet de clarifier. Dans l’histoire de l’accès ouvert, deux voies ont rapidement émergé. La première est celle des archives ouvertes, sur le modèle d’ArXiv (1991). Elle consiste à atteindre l’accès ouvert via le dépôt des articles par leurs auteurs dans une « archive ouverte », c’est-à-dire un serveur dédié à la diffusion en accès ouvert des résultats de la recherche. La deuxième est celle de l’édition électronique ouverte. Elle consiste quant à elle à atteindre l’accès ouvert par la diffusion en ligne de revues sans péage. La première voie a reçu le sobriquet de « voie verte », la deuxième celui de « voie dorée ». Dans la première, ce sont les auteurs qui agissent, en déposant leurs productions en ligne et en accès ouvert tandis que dans la deuxième, ce sont les revues qui agissent, en choisissant un mode de diffusion ouvert en ligne. Ce qui distingue la première voie de la seconde, la voie verte de la voie dorée, c’est l’acteur qui décide du mode de diffusion. On nous dit que les couleurs choisies sont arbitraires, mais je voudrais, pour aider le lecteur, lui suggérer une interprétation. La voie verte pourrait être désignée comme telle parce que le chercheur deviendrait ce jardinier qui a la « main verte », qui cultive et fait pousser ses articles dans un monde ouvert. La voie dorée pourrait être dorée parce que c’est la revue et/ou l’éditeur qui agit, ceux-ci étant suspectés de se comporter en hommes d’affaires plutôt qu’en serviteurs de la science (parfois à juste titre, mais généraliser serait confondre une profession avec sa minorité véreuse). D’ailleurs, quand les éditeurs de l’oligopole (Elsevier, Springer, Wiley…) ont plaqué un juteux modèle d’affaire sur la voie dorée, les critiques n’ont pas manqué. Leur choix de déplacer le péage du lecteur vers l’auteur a fait apparaître l’expression « gold rush ». Pourtant, la voie dorée n’est pas un modèle d’affaire.

10Faire payer les auteurs pour publier a pour nom « modèle auteur-payeur ». En anglais on parle d’ « APC » (Article Processing Charges), même si cette expression n'est pas parfaite, car ce sont souvent les employeurs de l'auteur qui payent en réalité. Ce mécanisme fait partie des modèles économiques de la voie dorée. Mais il est loin de la résumer. Peter Suber rappelle à de nombreuses reprises qu’il existe beaucoup d’autres modèles économiques qui permettent de financer le modèle « gold ». L’intérêt des éditeurs souhaitant faire payer les auteurs est de laisser croire qu’il n’y a qu’un seul modèle gold : le leur. L’intérêt des intégristes de la voie verte est similaire, car il leur permet de diaboliser d’un bloc les solutions passant par les éditeurs, comme si Elsevier et Openbook Publishers pouvaient être confondus. De facto, dans le langage courant, le gold est bien souvent devenu synonyme de gold-avec-APC. Au point que certains ont estimé nécessaire de nommer de nouvelles voies dans lesquelles ni le lecteur ni l’auteur ne doivent payer, sous le vocable de « voie de diamant », ou de « voie de platine », sans pour l’instant parvenir à les imposer.

11Le livre de Peter Suber est salutaire sur ces questions, car il clarifie la situation et n’encourage pas les confusions que d’autres se plaisent à cultiver.

La fracture de l’accès

12D’une façon générale, l’auteur regroupe des faits et nous épargne les envolées théoriques. C’est une qualité qui lui permet de toucher très rapidement sa cible. J’ai coutume de citer le chiffre éloquent donné par Peter Suber dans le chapitre 2 : « En 2008, la bibliothèque de Harvard était abonnée à 98 900 périodiques, contre 73 900 pour l’université Yale. La même année, la bibliothèque de recherche indienne la mieux financée, celle de l’Indian Institute of Science, était abonnée à 10 600 périodiques. Plusieurs bibliothèques universitaires de l’Afrique subsaharienne ne sont abonnées à aucune revue scientifique payante. Leurs lecteurs n’ont donc pas accès à ce type de revue, à l’exception des abonnements offerts par quelques éditeurs conventionnels. » Ces chiffres montrent l’ampleur du problème et suffisent bien souvent à convaincre qu’il faut changer de modèle. En effet, trop de chercheurs ont encore tendance à penser que tous leurs confrères ont accès à toute la production scientifique dès lors qu’ils sont assis à leur poste de travail dans leur bureau à l’université, et que les autres publics ne comprennent de toute façon rien à la physique théorique, même diffusée librement. Mais ce n’est pas le cas : dans le monde au sein duquel nous vivons, les inégalités d’accès sont abyssales, même en Occident, même dans des grandes universités, même dans les métropoles. Comprendre cela, c’est mesurer l’ampleur de la fracture de l’accès aux productions scientifiques dans l’univers académique, et par conséquent en mesurer l’ampleur – démultipliée – hors des campus.

13Pour évoquer les problèmes économiques que pose le modèle commercial de l’édition scientifique actuelle, Peter Suber cite bien entendu les chiffres d’affaires et les marges bénéficiaires d’Elsevier et consœurs. Mais il va plus loin que la posture morale, en nous montrant que, quoi qu’il arrive, il faut repenser l’équation générale sous peine d’affronter de terribles difficultés économiques. C’est ainsi qu’il postule l’existence d’une richissime université de Crésus. En tant que plus riche université du monde, elle pourrait s’offrir toute la littérature scientifique mise en vente sur le marché. Mais, avec la croissance numérique de la production, qui est de 5 % par an, elle échouerait à faire face à une simple croissance mécanique des coûts d’acquisition de la production issue des universités du monde entier. Cet exemple très pédagogique, développé dans le chapitre 2, est saisissant. Regrouper des faits, des chiffres et des projections s’appuyant sur des observations : voilà sans doute ce que peuvent faire de mieux les spécialistes de l’accès ouvert qui veulent inventer le monde de demain.

L’accès ouvert est ambidextre

14L’autre vertu manifeste du texte de Peter Suber est son caractère pondéré. Alors que les militants les plus bruyants ont tendance à agacer par une forme d’excès et par conséquent à lasser, Peter Suber affiche une modération très agréable et convaincante. S’il est clairement un militant de l’accès ouvert, il ne verse jamais dans l’exagération. Il prend ainsi le temps de décortiquer, argument après argument, les réticences, interrogations, objections, qui sont formulées face à l’accès ouvert, sans pour autant souhaiter la disparition du « vieux » monde de l’édition : il l’invite au contraire à une mutation bénéfique pour tous, tout en insistant systématiquement sur le bien commun, et achève le chapitre 7 sur les modèles économiques par cette phrase : « Avoir de "grandes espérances" n’est pas la même chose que de vouloir tuer ses parents. » De même, il accorde une place à l’obsolescence du cadre juridique régulant le droit d’auteur, initialement conçu pour un environnement radicalement différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. Mais il n’appelle pas à renverser la table : « Il existe des débats légitimes sur le droit d’auteur et ses excès, mais l’accès ouvert est tout à fait compatible avec la législation actuelle du droit d’auteur. » Je tiens Peter Suber pour un des meilleurs défenseurs de l’accès ouvert, précisément parce qu’il ne manie pas l’invective, l’estocade, la provocation ; parce qu’il n’appelle pas à la table rase, à l’an zéro, au reset.

15Nombreuses sont les disputes entre partisans de la « voie verte » et ceux de la « voie dorée ». Conscient de ces débats, Peter Suber fait un sort rapide à la question de la « meilleure voie » pour atteindre l’accès ouvert. Il n’y a en effet qu’une seule façon d’atteindre l’accès ouvert, c’est de considérer en même temps, et avec la même intensité, toutes les voies qui y mènent, sans en exclure ni en excommunier. L’accès ouvert est (au moins) ambidextre, et c’est une façon robuste de le développer (chapitre 3 : « Les deux voies sont utiles simultanément, avec leurs qualités propres et leurs qualités complémentaires »).

16Dans le même esprit de modération, l’auteur règle leur compte aux aventuriers qui aspirent au libre accès sans tolérer une transition par l’accès ouvert :

« Si le but est de supprimer les barrières existantes pour toute utilisation légitime de la littérature académique, on ne peut en aucun cas oublier de mentionner l’auteur et l’article utilisé. C’est la raison pour laquelle ma définition courte de la littérature en accès ouvert indique que celle-ci est exempte de la plupart des restrictions (et non de toutes les restrictions) en termes de droit d’auteur et de licence d’utilisation. » (chapitre 1, paragraphe 15, c’est moi qui souligne.)

Un livre américain

17Le lecteur francophone notera sans doute que l’auteur est américain, et que son livre l’est tout autant. Si le texte n’est pas complètement américano-centré, il puise cependant bien souvent ses exemples dans la situation des États-Unis d’Amérique. Ainsi, Qu’est-ce que l’accès ouvert ? n’échappe pas complètement au travers « régionaliste » qu’on rencontre fréquemment dans la littérature états-unienne. Sauf à croire qu’il n’y a rien à dire sur le Brésil, la France, l’Allemagne ou le Mexique. Le lecteur s’en rendra compte au fil des exemples utilisés par l’auteur, qui se concentrent souvent sur la sphère anglo-américaine. Il cite ainsi les initiatives majeures que sont ArXiv et PLoS, mais il en oublie d’autres tout aussi importantes, et peut-être encore plus du point de vue du possible rééquilibrage de la géopolitique des sciences : SciELO (Brésil), Redalyc (Mexique) et OpenEdition (France) – dont je suis le directeur. Pourtant, SciELO, Redalyc et OpenEdition ont plus que jamais leur rôle à jouer. De même, la politique pro accès ouvert du NIH est clairement présentée. Si elle a en effet marqué un tournant notable dans l’histoire de l’accès ouvert, elle est citée plus de dix fois dans l’ouvrage, au détriment de nuances et précisions relatives aux autres continents. Le livre n’est donc ni une histoire de l’accès ouvert à l’échelle planétaire ni un panorama des initiatives, législations et acteurs qui font bouger les lignes.

Vigilance face à ResearchGate et Academia

18Le livre est le produit de l’assemblage de dizaines d’articles rédigés par l’auteur au cours de ces dix dernières années. S’il en résulte quelques redites, cette façon de procéder présente un avantage incontestable : chaque chapitre est largement autonome et peut être lu indépendamment des autres, même par un néophyte, car tout est explicite. C’est pour cette raison que le lecteur qui prendra le livre par le début et le terminera par la fin y trouvera sans doute quelques répétitions.

19Mais, surtout, le livre date de 2012. Il ne peut donc pas faire état des mutations majeures qui ont fait évoluer la situation de l’accès ouvert : les succès publics de Sci-Hub, d’Academia et ResearchGate, et le rachat par Elsevier de Mendeley et de SSRN. Par ailleurs, la France a voté une loi numérique en 2016, qui autorise les auteurs à diffuser leurs articles dans une archive ouverte au plus tard six à douze mois après leur publication initiale, même si le contrat signé avec l’éditeur spécifie le contraire.

  • 3 John Bohannon, « Who’s Downloading Pirated Papers? Everyone », Science, 28 avril 2016, doi:10.1126 (...)

20Écrit avant le pic de célébrité de Sci-Hub, l’ouvrage n’évoque pas ce qui est devenu le plus célèbre site de piratage scientifique du monde. Les chiffres et les cartes d’accès à Sci-Hub dans le monde, produites en 2016 par Science3, confirment et accentuent la visibilité de la crise de l’accès à la littérature scientifique par les chercheurs (voir Peter Suber, chapitre 2, point nº 2). Aucune cartographie de ce déficit d’accès n’avait été possible jusque-là, et son apparition récente permet sans aucun doute de matérialiser et de confirmer les motivations profondes de l’accès ouvert, autant que celles du livre de Peter Suber. Nous savons également que des chercheurs utilisent Sci-Hub pour télécharger des contenus exclusifs auxquels ils ont pourtant accès grâce aux abonnements de leur établissement. Mais s’ils procèdent ainsi, c’est que les éditeurs développent de nombreux dispositifs techniques pour vérifier que le lecteur a bien acquitté ses droits d’accès. Pour légitimes qu’ils soient, ces dispositifs constituent des obstacles de facto à l’accès, même pour ceux qui ont payé pour jouir de ce droit. Il suffit de se promener dans la jungle des technologies liées à la régulation des accès en bibliothèques, DRM et Shibboleth, par exemple, mais aussi OpenURL, les proxy et les outils de découverte, pour comprendre qu’il y a là une excroissance technologique dépendant du modèle d’accès initial, l’accès exclusif, qui est coûteuse et complexe… (Sur ce type d’obstacle, voir le point nº 6 du chapitre 2).

21De même, le livre a été écrit avant les rachats par Elsevier du gestionnaire bibliographique Mendeley (2013) et de l’archive ouverte SSRN (2016). Ces épisodes, pourtant prévisibles, ont montré la fragilité des dispositifs qui ne sont pas détenus par des acteurs publics ou contrôlés par la communauté scientifique au sens large. Le livre n’aborde pas frontalement ces questions de la gouvernance et de la propriété intellectuelle des archives ouvertes, car dans la plupart des cas, elles dépendent des universités, publiques ou privées, ou de regroupements de tels établissements, qui considèrent que l’archive ouverte fait partie de leurs missions. Le rachat de SSRN par Elsevier, richissime éditeur-épouvantail pour les tenants de l’accès ouvert, montre que la partie n’est pas gagnée, et que les archives ouvertes peuvent être hors de contrôle si on n’y prend pas garde.

22C’est dans la même logique qu’il faut lire avec beaucoup de recul une recommandation particulière de Peter Suber. En 2016, Academia et ResearchGate ont considérablement gagné en importance dans l’écosystème de diffusion des productions scientifiques par les chercheurs. Mais ces entreprises sont aussi ambiguës que pouvait l’être SSRN, et elles ne relèvent pas de la catégorie des archives ouvertes, encore moins de celle des archives ouvertes publiques. Elles constituent donc de potentiels leurres pour le chercheur. Il s’agit de véritables chevaux de Troie, qui seront de futurs leviers de domination par des acteurs privilégiant leur modèle d’affaire aux missions ouvertes de la recherche. Cela se produira inéluctablement, qu’Academia devienne éditeur ou se fasse racheter par une multinationale de l’édition. Ils prendront tôt ou tard leurs ordres à la Bourse de Londres ou de New York. On ne pourra pas le leur reprocher : ces gens font leur métier. Mais on se mordra les doigts de ne pas avoir alerté assez tôt et assez fort les chercheurs sur le danger que constituent ces pseudo-archives ouvertes. Je ne pouvais donc pas achever cette préface sans informer le lecteur de mon désaccord avec le conseil donné par Peter Suber dans le chapitre 10 de confier ses productions à Academia et à Mendeley. Ils ne relèvent pas de la voie verte, et n’ouvrent pas, pour le chercheur, de réelles perspectives d’émancipation à l’égard de la spéculation de l’oligopole éditorial sur leur production. On privilégiera donc des archives ouvertes qui garantissent, par leur structure, une gouvernance guidée par des intérêts publics plutôt que privés, collectifs plutôt qu’industriels. De même, pour la gestion bibliographique, il faut privilégier Zotero à Mendeley. Le même type de vigilance est de rigueur pour le choix des revues et des plateformes que nous soutiendrons à l’avenir. Business ou recherche, il faut choisir. La communauté scientifique doit conserver le contrôle sur ses instruments et se doter d’infrastructures adéquates. Même si nous ignorons l’avenir dans ce domaine, la gouvernance de ces instruments doit faire l’objet d’une vigilance particulière.
 
 
Pour tous ceux qui voudraient suivre en langue française ce dossier passionnant, il est possible de se tenir informé grâce à l’effort de veille de l’Inist4 et au travail de la Bibliothèque scientifique numérique5. La communauté francophone est réunie sur la liste créée en 2013 à la suite des rencontres Couperin sur cette question6.

Notes de fin

1 Lawrence Lessig, Code and Other Laws of Cyberspace, Basic Books, New York, 1999. Du même auteur, voir également L’avenir des idées. Le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2005.

2 Pierre Mounier et Marin Dacos, L’édition électronique, La Découverte, Paris, 2010.

3 John Bohannon, « Who’s Downloading Pirated Papers? Everyone », Science, 28 avril 2016, doi:10.1126/science.aaf5664.

4 http://openaccess.inist.fr/.

5 http://bibliothequescientifiquenumerique.fr/.

6 Un millier de personnes sont abonnées et tout le monde peut s’inscrire : https://groupes.renater.fr/sympa/info/accesouvert.

Auteur

CNRS, directeur d’OpenEdition

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable