Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

 | 
Peter Suber

10. Auto-assistance

Texte intégral

Comment adopter la voie dorée

1Publier dans une revue scientifique ouverte obéit au même processus que publier dans une revue scientifique payante. Il faut tout d’abord en trouver une qui vous convienne et lui soumettre votre manuscrit. Si l’univers des revues ouvertes à comité de lecture ne vous est pas encore familier, vous pouvez consulter le DOAJ (Directory of Open Access Journals)1. N’hésitez pas à le consulter régulièrement si vous ne trouvez aucune revue répondant à vos critères, car les choses évoluent vite dans ce domaine.

2Si vous trouvez une revue de grande qualité mais trop récente pour être considérée comme prestigieuse, vous pouvez toutefois lui soumettre votre article, ce qui, in fine, contribuera à la rendre prestigieuse… Votre aide est en effet nécessaire, plus encore si vous êtes un chercheur expérimenté, bénéficiant d’une forte notoriété et d’un poste permanent. Faute de quoi les revues ouvertes risquent d’être enfermées dans un cercle vicieux : pas d’articles de grande qualité, pas de notoriété ; pas de notoriété, pas de soumission d’articles de grande qualité. Il s’agit à vrai dire du principal obstacle auquel sont confrontées les revues ouvertes récentes.

  • 2 Notons aussi que l’existence de frais de publication ne signifie absolument pas que cette revue n’ (...)

3Il faut savoir que si 30 % seulement des revues ouvertes facturent des frais de publication, ce sont elles qui publient la moitié des articles disponibles en accès ouvert. Si la revue la plus adéquate pour publier votre article vous demande ainsi des frais de publication, ne vous découragez pas pour autant en abandonnant la voie dorée. En effet, seuls 12 % de leurs auteurs paient ces frais de leur poche. Pour les 88 % restants, ces coûts sont pris en charge par leur employeur ou leur agence de financement. Le fait que la revue demande des frais de publication ne signifie pas pour autant qu’elle est dépourvue de rigueur académique. Votre article sera sujet à évaluation par un comité de lecture, et la revue vous demandera des frais de publication uniquement s’il est accepté. Si vous souhaitez bénéficier d’une remise sur ces frais (ou qu’ils soient tout simplement supprimés), cette information restera confidentielle et ne sera donc pas connue du directeur de publication et du comité de lecture2. (Voir la section sur l’évaluation des articles par un comité de lecture dans le chapitre 5, et le chapitre 7 sur les modèles économiques.)

4Si votre recherche est subventionnée, pensez à vérifier auprès de votre agence de financement si ces frais peuvent être pris en charge, soit en les déduisant directement de votre budget de recherche, soit sur les fonds annexes de votre agence de financement destinés à cet usage. Si votre recherche n’est pas subventionnée ou si votre agence ne finance pas ce type de frais, vous pouvez demander à votre bibliothèque si votre institution dispose d’un fonds prévu à cet effet. Vous pouvez également consulter la liste de ces fonds spécifiques dans l’Open Access Directory (OAD)3. En dernier recours, vous pouvez vous adresser à la revue elle-même pour demander une remise sur ces frais, voire leur exonération. Si c’est inenvisageable et si, de surcroît, vous ne trouvez pas de revue sans frais de publication, vous pouvez prévoir de diffuser votre article par le biais de la voie verte (voir infra).

5Pour terminer, gardez à l’esprit que la plupart des revues ouvertes sont récentes et qu’elles peuvent être de tout premier ordre sans avoir encore gagné leurs galons d’excellence. Pour vous aider à apprécier la qualité d’une revue, vous pouvez regarder quel est son directeur de publication et quels sont les membres de son comité de lecture pour y reconnaître (vous ou vos collègues) des noms de chercheurs respectés dans votre domaine. Vous pouvez également vérifier si l’éditeur appartient à l’Association des éditeurs scientifiques en accès ouvert4, qui dispose d’un code de conduite pour ses membres. D’excellents éditeurs n’ont pas encore rejoint cette association mais, en cas d’hésitation, vous pouvez vous limiter à ses membres5.

Comment adopter la voie verte

6Si vous publiez votre article dans une revue scientifique payante, elle vous donnera le plus souvent l’autorisation de déposer dans une archive ouverte votre manuscrit validé par un comité de lecture. Pour en être sûr, il importe de lire le contrat de publication envoyé par la revue. La base de données SHERPA/RoMEO vous permet aussi de consulter les politiques adoptées par de nombreux éditeurs6. Si des éléments qui vous paraissent importants, par exemple l’autorisation de déposer votre article dans une archive ouverte, ne figurent pas dans le contrat de publication, vous avez deux bonnes raisons d’en demander la modification.

7Premièrement, il est possible que vous obteniez facilement ce que vous demandez, car de nombreux éditeurs ne donnant pas une autorisation d’emblée pour la voie verte accordent très souvent cette autorisation au cas par cas. Certains, y compris de grands éditeurs auprès desquels les auteurs ont moins de possibilités d’argumenter, vous présenteront un autre contrat de publication qu’ils sortiront si nécessaire de leurs tiroirs.

  • 7 Voir la liste des addenda à l’intention des auteurs dans l’OAD :

8Deuxièmement, même si vous n’obtenez pas ce que vous demandez, vous aiderez les éditeurs à prendre conscience du changement des mentalités et des nouvelles attentes des auteurs. Rassurez-vous, ces discussions n’ont aucune raison de devenir conflictuelles : les revues sont réellement intéressées par l’avis et les souhaits de leurs auteurs. En tout cas, vous ne perdrez rien à poser la question. Une revue peut certes décliner votre requête, mais elle ne va pas pour autant rejeter votre article validé par un comité de lecture au seul prétexte que vous avez demandé de modifier votre contrat. Le cas échéant, pour plus de commodité, vous pouvez utiliser un addendum à l’intention des auteurs – il en existe plusieurs modèles, tous rédigés par des légistes favorables à l’accès ouvert – que vous pouvez ensuite signer et agrafer à votre contrat standard. En tout état de cause, si un éditeur rejette les modifications ou l’addendum que vous proposez, libre à vous de vous adresser à l’un de ses confrères7

9Nul besoin cependant de paniquer à l’idée de ces complications administratives, qui ne concernent heureusement qu’une minorité de revues. La plupart des revues payantes et des éditeurs conventionnels autorisent la voie verte sans modification de contrat. De plus, les réglementations de l’accès ouvert, correctement rédigées et adoptées par les agences de financement et les universités, peuvent garantir l’autorisation en amont de la voie verte, qui évite ainsi aux auteurs de devoir négocier avec leur éditeur. Voici donc une raison supplémentaire de promouvoir l’adoption d’une réglementation adéquate dans votre université, si ce n’est déjà fait. (Voir le chapitre 4 sur les réglementations et mandats.)

10Si vous avez l’autorisation de déposer vos articles dans une archive ouverte [en France, depuis le vote de la Loi pour une République numérique en 2016, les auteurs conservent toujours le droit de déposer leur article en archive ouverte. (Note de l’Éditeur)], le mieux est de le faire dans l’archive de votre institution ou de votre spécialité, pour laquelle vous jouirez des droits nécessaires. Si ces archives n’existent pas encore, n’hésitez pas à vous tenir régulièrement au courant, car les choses évoluent vite dans ce domaine aussi. Dans l’intervalle, vous pouvez considérer des archives « universelles » ouvertes à tout article de recherche dans tous les domaines8. Celles que je recommande sont OpenDepot9, OpenAire10, Academia11 et Mendeley12. [Sur ces recommandations, voir les commentaires et les nuances de la préface de Marin Dacos. En France, l’archive ouverte nationale est HAL. (Note de l’Éditeur)]

11Les chercheurs peuvent utiliser la voie verte non seulement pour leurs postpublications (y compris les articles qui ont été validés par un comité de lecture), mais aussi pour leurs prépublications (y compris les manuscrits non soumis à un comité de lecture). L’avantage est que cela ne nécessite aucune autorisation… sinon la vôtre. Comme vos prépublications ne sont pas encore publiées, vos droits n’ont pas encore été transférés à un éditeur. On doit toutefois préciser que certaines revues continuent encore de refuser des articles ayant déjà circulé sous la forme de prépublications. Cette habitude – dénommée règle Ingelfinger – ne concerne qu’une minorité de revues, mais non négligeable, surtout dans certains domaines, comme la médecine. Vous pouvez donc vérifier auprès des revues que vous contactez si elles suivent ou non cette règle.

12Par ailleurs, vous pouvez mettre très rapidement en accès ouvert vos jeux de données, avec aussi peu de restrictions que possible. La plupart des archives ouvertes acceptent des fichiers de tout type et il se peut qu’elles acceptent aussi les jeux de données. Il existe également des archives ouvertes spécifiques, qu’il vaut mieux choisir en priorité13.

13Les étudiants de troisième cycle peuvent adopter la voie verte pour leurs mémoires de master et leurs thèses de doctorat, soit dans des archives ouvertes spécifiques à ce type de recherches, soit dans des archives ouvertes générales qui les accepteront même si elles n’ont pas adopté de réglementation propres à ces travaux. (Voir la section sur les thèses et mémoires dans le chapitre 5.)

14Si votre priorité doit être de mettre vos publications actuelles et futures en accès ouvert, vous pouvez également déposer vos publications passées dans une archive ouverte. Vous devrez parfois solliciter des autorisations qui ne vous ont pas été accordées à l’époque, ou alors demander à l’éditeur quelle est sa réglementation sur les dépôts dans des archives ouvertes. Vous devrez également envisager de numériser vos publications n’existant qu’en version imprimée. Cela signifiera aussi de retrouver quelle version vous pouvez déposer, par exemple celle approuvée par le comité de lecture, mais antérieure à l’ultime relecture de l’éditeur. En cas d’hésitation, la bibliothèque de votre université pourra certainement vous conseiller.

Notes de fin

1 Le site du DOAJ (Directory of Open Access Journals) : http://doaj.org/.

2 Notons aussi que l’existence de frais de publication ne signifie absolument pas que cette revue n’est pas sérieuse, qu’elle publie votre article uniquement pour flatter votre ego ou que son seul but est d’encaisser vos frais de publication. [Cela même s’il existe aussi des revues « prédatrices » apparues suite au succès de l’accès ouvert. (Note de la Traductrice)]

3 La liste des fonds spécifiques dans l’Open Access Directory (OAD) : http://oad.simmons.edu/oadwiki/OA_journal_funds.

4 Open Access Scholarly Publishers Association (OASPA) : http://oaspa.org/.

5 La liste de ses membres et son code de conduite : http://oaspa.org/membership/members/ ;

http://oaspa.org/membership/code-of-conduct/.

6 http://www.sherpa.ac.uk/romeo.

7 Voir la liste des addenda à l’intention des auteurs dans l’OAD :

http://oad.simmons.edu/oadwiki/Author_addenda.

8 Le site de ROAR (Registry of Open Access Repositories) : http://roar.eprints.org.
Le site d’OpenDOAR (Directory of Open Access Repositories) : http://www.opendoar.org.
La liste des archives ouvertes par spécialité dans l’Open Access Directory (OAD) : http://oad.simmons.edu/oadwiki/Disciplinary_repositories.

9 http://opendepot.org.

10 http://www.openaire.eu.

11 http://www.academia.edu.

12 http://www.mendeley.com.

13 Voir la liste des archives de données dans l’Open Access Directory (OAD) : http://oad.simmons.edu/oadwiki/Data_repositories.
Voir aussi la liste de ces archives dans DataCite : https://www.datacite.org/re3data.html.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable