Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

 | 
Peter Suber

9. Les perspectives1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre s’inspire de deux de mes publications :
    « Reflections on OA/TA coexistence », SPARC Ope (...)

1Si l’accès ouvert est un concept simple au départ, il a été affiné au fil des ans non seulement pour répondre aux objections et aux malentendus, mais aussi pour en faciliter la compréhension par tous et rendre sa mise en œuvre rapide, facile, économique et légale.

2Certains néophytes, qui, en théorie, se déclarent adeptes de l’accès ouvert, ne comprennent pas qu’il puisse, entre autres, être financé en amont, compatible avec l’évaluation des articles par un comité de lecture et respecter à la fois le droit d’auteur et la liberté académique. Contrairement à ce qu’ils pensent, l’accès ouvert ne consiste pas à faire l’impasse sur l’évaluation des articles par un comité de lecture en limitant la communication académique aux blogs des universitaires et aux entrées de Wikipédia, et à outrepasser le droit d’auteur en faveur d’un supposé bien public. Les obstacles et les malentendus viennent du succès de l’accès ouvert, dont l’idée se diffuse plus rapidement que l’affinement de sa mise en œuvre. Ses nouveaux alliés reprennent à leur compte objections et malentendus en négligeant parfois de lire les réponses argumentées aux questions fréquemment posées. Le fait que l’accès ouvert ait tant d’alliés l’emporte toutefois largement sur ces objections et ces malentendus.

3Les chercheurs qui ont grandi avec Internet se substituent peu à peu à ceux qui ont grandi sans. Cette nouvelle génération de chercheurs, qui souhaite diffuser en ligne les résultats de ses travaux, aspire aussi à trouver en ligne tout ce dont elle a besoin : à savoir un contenu ouvert qui peut être lu, copié, coupé/collé, imprimé et diffusé, mais aussi la meilleure littérature scientifique. Ils remplacent peu à peu ceux qui ne s’attendaient pas à une telle aubaine, qui s’y sont habitués, tout en persistant à s’inquiéter des mentions légales, et qui associent la littérature gratuite en ligne à du contenu sans intérêt.

  • 2 Voir « The Ellen Roche story » et « Comments on the Ellen Roche Story », Free Online Scholarship N (...)

4Certains universitaires intellectuellement paresseux pensent que ce qui est gratuit sur Internet ne mérite pas d’être lu, ce qui n’a jamais été vrai. Or le jour viendra où toutes les revues scientifiques seront librement disponibles en ligne ; ceux qui souhaitent que les choses évoluent dans ce sens peuvent œuvrer dans leur domaine pour accélérer ce processus. C’est cette nouvelle génération adepte de l’accès ouvert qui occupera bientôt les postes clés dans les universités, les bibliothèques, les sociétés académiques, les maisons d’édition, les agences de financement et l’administration publique2.

5Même sans attendre un changement de génération, le temps qui passe joue en faveur de l’accès ouvert, avec moins de malentendus et moins de crainte à son sujet. Tout le monde s’habitue maintenant au fait que la littérature en accès ouvert puisse être soumise au droit d’auteur, que les ayants droit puissent renoncer à certains droits et choisir des licences ouvertes, que ces articles puissent être évalués par des comités de lecture, que les revues ouvertes puissent payer leurs coûts de fonctionnement, et enfin que le même article puisse coexister en deux versions (ouverte et payante). Les premiers obstacles étaient surtout dus à un manque d’imagination de la part d’universitaires pourtant chevronnés, mais incapables d’appréhender toutes les possibilités qui se présentaient à eux. Contrairement à ce qu’on a essayé de faire croire, ces universitaires n’émettaient pas d’idées incohérentes par étroitesse d’esprit, mais parce que la perspective de la nouveauté les effrayait.

  • 3 Voir « Unanimous faculty votes », SPARC Open Access Newsletter, 2 juin 2010 :

6La solution consiste donc à donner des explications claires émaillées d’exemples concrets, qu’il faudra répéter autant de fois que nécessaire. C’est ce qui a permis le vote unanime du corps enseignant de certaines universités en faveur de mandats pour l’accès ouvert, alors que les chercheurs concernés ont mis du temps à s’intéresser à ce nouveau type d’accès et à comprendre en quoi il consistait. Comme je le notais en juin 20103 :

  • 4 « Campuses where faculty members vote unanimously for OA policies… are not random exceptions to th (...)

« Les facultés dans lesquelles le corps enseignant vote unanimement pour une réglementation en faveur de l’accès ouvert […] ne sont pas des exceptions aléatoires, mais des exceptions raisonnées aux habitudes en cours. De plus, elles contribuent à inverser cette tendance. Dans certaines facultés, les chercheurs en faveur de ces réglementations ont informé leurs collègues en détail et ils ont patiemment répondu à toutes leurs questions et objections. […] Si votre faculté envisage d’adopter une réglementation sur l’accès ouvert, il importe d’être patient et de répondre aux questions du corps enseignant pendant tout le temps nécessaire4. »

7Lorsque certains néophytes ont mal compris par le passé en quoi consistait l’accès ouvert, ils ont parfois été induits en erreur par ce qu’ils ont pu lire, peut-être dans un article publié par un autre néophyte. Mais, la plupart du temps, ils ont fait des suppositions fondées sur des informations incomplètes et se calquant sur les modèles passés, comme c’est souvent le cas pour un nouveau concept. Ils ont pensé à tort que les articles disponibles sur Internet n’avaient pas été validés par un comité de lecture, que les usagers commettaient une infraction à l’égard du droit d’auteur en les diffusant, que ces revues prétendaient ne pas avoir de coûts de fonctionnement parce que leurs articles étaient disponibles gratuitement ou qu’elles n’avaient pas de solution pour en payer les coûts de fonctionnement.

8Nombre de chercheurs habitués au modèle conventionnel (payant, imprimé, validé par un comité de lecture, soumis au droit d’auteur) ont vu arriver un modèle différent, pour lequel ils ne savaient pas combien de paramètres du modèle ancien allaient être repris. Ils l’ont appréhendé en noir et blanc, au lieu d’y voir aussi les nuances de gris. Ce que le modèle conventionnel comportait de bon (avec transposition dans le modèle en accès ouvert) a donné lieu à des débats. Les chercheurs se sont mis à défendre l’évaluation des articles par un comité de lecture, alors que celle-ci n’a jamais été remise en question. La même remarque vaut pour la défense du droit d’auteur, bien que le respect de ce droit n’ait jamais été contesté non plus. Il existe des débats légitimes sur le droit d’auteur et ses excès, mais l’accès ouvert est tout à fait compatible avec la législation actuelle du droit d’auteur. Les discussions sur l’accès ouvert ont également débordé vers des débats sur le système actuel de communication académique, son fonctionnement et ses dysfonctionnements. Si ce type de débat est parfaitement valable en soi, on a fait un amalgame entre les deux et donc semé le doute sur ce qu’était réellement l’accès ouvert, ainsi que sa compatibilité avec les avantages du système de communication académique actuel et la facilité de sa mise en œuvre.

9Cependant, au fil du temps, les formulations correctes ont pris le pas sur les formulations incorrectes dans les discussions de haut niveau sur l’accès ouvert. Par ailleurs, si un chercheur lit par hasard une information fragmentaire sur ce thème, il y a de grandes chances pour que sa perception du sujet soit plus raisonnée et plus fiable que par le passé pour en savoir davantage et se documenter. En outre, s’il prend le temps de mener une recherche en ligne, ses chances sont pratiquement de 100 % d’y trouver des informations valables plutôt que des conjectures ou des hypothèses auparavant infondées.

10Si l’accès ouvert offre une solution élégante à de nombreux problèmes, il importe de laisser à ce nouveau concept le temps de s’installer dans le paysage académique. Même si on reconnaît la nécessité d’un changement culturel, bien plus qu’un changement technologique, les obstacles à surmonter et le temps nécessaire pour y parvenir ne doivent pas être sous-estimés. Comme on l’a vu, l’accès ouvert peut être compatible avec le droit d’auteur, l’évaluation des articles, le fait de générer des profits, l’existence de versions imprimées, le prestige de certaines revues et la conservation à long terme de la production scientifique, alors que toutes ces qualités sont justement celles passées sous silence dans les conjectures et les hypothèses sans fondement.

11La résistance à l’accès ouvert – au passé et au présent – est surtout due à des malentendus. Ces derniers s’estompent peu à peu pour de nombreuses raisons, dont des milliers de personnes œuvrant activement pour l’accès ouvert dans tous les domaines et tous les pays, et l’acceptation progressive de ce nouveau mode d’accès dans la vie quotidienne du chercheur. L’histoire de l’accès ouvert est encore courte, et ses turbulences dues à son succès. Personne n’est étonné lorsque l’inertie culturelle freine l’adoption de nouvelles idées radicales. Mais cette inertie a justement freiné l’adoption de l’accès ouvert en conduisant de nombreux chercheurs à le considérer comme un concept beaucoup plus radical qu’il n’est en réalité.

Notes de fin

1 Ce chapitre s’inspire de deux de mes publications :
« Reflections on OA/TA coexistence », SPARC Open Access Newsletter, 2 mars 2005 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4391157/suber_coexistence.htm?sequence=1 ;
« Trends Favoring Open Access », CT Watch, n° 3-3, automne 2007 : http://www.ctwatch.org/quarterly/print.php%3Fp=81.html.

2 Voir « The Ellen Roche story » et « Comments on the Ellen Roche Story », Free Online Scholarship Newsletter, 23 août 2001. Ces articles démontent l’assertion selon laquelle ce qui est gratuit sur Internet ne mérite pas d’être lu : http://dash.harvard.edu/bitstrea m/handle/1/4725003/suber_roche.htm?sequence=1 ; http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4725201/suber_rochecomments.htm?sequence=1.

3 Voir « Unanimous faculty votes », SPARC Open Access Newsletter, 2 juin 2010 :

http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4723857/suber_vote s.htm?sequence=1.

4 « Campuses where faculty members vote unanimously for OA policies… are not random exceptions to this current trend. They are cultivated exceptions to this current trend. More, they are gradually reversing the trend itself. They are campuses where policy proponents have carefully educated their colleagues about the issues and patiently answered their questions, objections, and misunderstandings… One lesson: If your campus is considering an OA policy, be patient. Let the education process take as long as it takes. » [Notre traduction]

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable