Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

 | 
Peter Suber

8. Les dommages collatéraux1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre s’inspire de deux de mes publications :
    « Will open access undermine peer review? », SP (...)

1Un changement général vers un modèle ouvert entraînera-t-il des dommages collatéraux ? Ou, plus précisément, la généralisation de la voie verte entraînera-t-elle des résiliations d’abonnements à des revues payantes ? Cette question est importante pour les éditeurs craignant que la réponse soit positive (et pour les adeptes de l’accès ouvert espérant la même réponse positive). Pour l’instant, malheureusement, cette question ne peut se limiter à un simple « oui » ou « non », et la plupart des discussions énoncent davantage de prédictions craintives ou optimistes que d’arguments solides étayés par des preuves.

2Les principaux catalyseurs de la voie verte sont les réglementations mises en place par les universités et les agences de financement, tout en prenant en compte les décisions des éditeurs (voir la section sur les réglementations et mandats dans le chapitre 4). Par exemple, les universités ayant institué des mandats par défaut ou des mandats relatifs au dépôt des articles ne vont pas diffuser en accès ouvert si un éditeur y est opposé. Et les universités ayant institué des mandats pour conserver le droit à l’accès ouvert sur les articles ne vont pas mettre en œuvre ce type d’accès si un auteur demande une exemption, ou bien si celle-ci est exigée par son éditeur comme condition de publication.

3Les éditeurs qui sont soucieux des conséquences des réglementations universitaires sur le nombre d’abonnements à leurs revues disposent eux-mêmes des remèdes. Le corps enseignant d’une université n’a donc pas besoin d’intervenir en faveur des éditeurs en exprimant des réticences face aux mandats. L’expérience menée à l’université de Harvard depuis février 2008 montre que très peu d’éditeurs exigent systématiquement de leurs auteurs de demander une exception à la règle comme condition de publication.

4Ce chapitre se focalise donc sur les mandats les plus stricts requérant la voie verte, par exemple ceux des agences de financement telles que le Wellcome Trust ou les National Institutes of Health (NIH), qui n’autorisent pas d’exemptions de la part des éditeurs ou des auteurs subventionnés. De telles réglementations vont-elles entraîner des résiliations d’abonnements pour les revues payantes ? Voici une réponse formulée en dix points.

51. Personne ne connaît encore l’incidence des réglementations requérant la voie verte sur les abonnements de revues.

6Le développement de la voie verte est susceptible – ou non – d’entraîner des résiliations d’abonnements à des revues payantes, mais cela n’a pas été le cas jusque-là.

72. Les données venant du monde de la physique sont les plus fiables pour envisager l’avenir.

8La physique est le domaine où la voie verte est non seulement la plus utilisée, mais aussi depuis le plus longtemps. Les physiciens sont des adeptes de l’auto-archivage depuis 1991 et l’archivage en accès ouvert approche les 100 % dans certaines spécialités, par exemple dans la physique des particules. Or, à ce jour, cela n’a pas entraîné de résiliations d’abonnements aux revues payantes. Au contraire, les relations entre ArXiv (l’archive ouverte pour la physique)2 et les revues payantes sont plus symbiotiques qu’antagonistes. Deux éditeurs majeurs de revues de physique (American Physical Society3 et Institute of Physics4) ont publiquement déclaré « ne pas avoir remarqué de résiliations d’abonnements5 ». De plus, ils enregistrent des abonnements à partir d’ArXiv et proposent même des sites miroirs d’ArXiv.

93. D’autres domaines peuvent se comporter différemment de celui de la physique.

10Il sera difficile d’en savoir plus, tant que d’autres domaines ne connaîtront pas une généralisation de la voie verte proche de celle de la physique. Il serait d’ailleurs intéressant de savoir pourquoi l’accès ouvert s’est autant développé dans ce domaine en particulier, et jusqu’à quel point on peut s’appuyer sur cette expérience pour l’étendre à d’autres. Or force est de constater que nous n’avons pas encore identifié toutes les variables qui entrent en jeu, et que les éditeurs peu favorables aux mandats requérant la voie verte ne s’intéressent pas à mieux les comprendre. Lorsque le lobby des éditeurs affirme que la généralisation de la voie verte entraîne des résiliations d’abonnements à des revues payantes, il ne fait ressortir aucune preuve en ce sens, il ne reconnaît pas les preuves contraires venant du monde de la physique, il ne les réfute pas, et il ne nuance pas ses conclusions à l’aune de ces dernières.

  • 6 « NIH research: Widening access, building collaboration », The Lancet, 6 octobre 2004 : http://dx. (...)

11Un éditorial de The Lancet (revue publiée par Elsevier) daté d’octobre 20046 a d’ailleurs demandé au lobby des éditeurs de faire mieux :

  • 7 Association of American Publishers.
  • 8 « As editors of a journal that publishes research funded by the NIH, we disagree with [Association (...)

« En tant que directeurs de publication d’une revue publiant une recherche financée par le NIH, nous ne sommes pas d’accord avec l’argumentation principale de Patricia Schroeder [présidente de l’association américaine des éditeurs7]. Le fait d’élargir l’accès à la recherche par le biais de mandats requérant la voie verte ne va pas pour autant conduire à l’écroulement de l’édifice de la publication scientifique. Patricia Schroeder se contente de faire valoir cette menace sans apporter de preuves soutenant cette argumentation. Ce type de réfutation n’est pas suffisant8… »

  • 9 Compte rendu de l’audience du 11 septembre 2008 menée sous la direction du républicain John Conyer (...)
  • 10 Compte rendu de l’audience du 29 juillet 2010 du républicain William Lacy Clay pour le House Commi (...)
  • 11 « Open access bill stalls in Congress », The Scientist, 8 octobre 2009 : http://www.the-scientist. (...)
  • 12 « We haven’t had enough time to see an impact. » [Notre traduction]
    Voir aussi « Publishing and the (...)

12Depuis 2003, des mandats pour la voie verte existent dans bien d’autres domaines que la physique. Ce sont des expériences dont nous observons encore le déroulement. Lors de deux audiences du Congrès américain en septembre 20089 et juillet 201010, les législateurs ont posé la question directement aux éditeurs, en leur demandant si la voie verte entraînait véritablement des résiliations d’abonnements. Ils ont rétorqué à deux reprises qu’ils avaient noté des téléchargements moindres, mais pas de résiliations. Lors de l’audience de septembre 2008, le directeur exécutif de l’American Physiological Society (APS) faisait partie des éditeurs affirmant que la réglementation du NIH entraînerait des résiliations. Or cette réglementation autorise un embargo de douze mois et c’est l’APS elle-même qui consent à l’accès ouvert de ses articles à la fin de cet embargo. Lors d’une interview un an plus tard, en octobre 200911, le directeur exécutif de l’APS avouait ne pas disposer de preuves sur des résiliations possibles en déclarant : « Nous n’avons pas encore eu le temps de détecter un impact12. »

134. Il existe des preuves selon lesquelles la voie verte entraîne une baisse du nombre de téléchargements sur les sites web des éditeurs.

  • 13 Voir Steve Hitchcock, « The effect of open access and downloads (“hits”) on citation impact: A bib (...)

14Lorsque les usagers ont connaissance d’une version ouverte et d’une version payante pour le même article, ils préfèrent consulter la version ouverte, soit parce qu’ils ne sont pas affiliés à un organisme abonné à la revue, soit parce que l’authentification nécessaire pour consulter la version payante représente un tracas de plus. La plupart des usagers s’en tiennent à la consultation de la version ouverte. Mais des téléchargements en baisse pour les versions payantes ne sont pas synonymes d’abonnements en baisse ou d’abonnements résiliés. De plus, une baisse des téléchargements sur les sites des éditeurs ne signifie pas une réduction globale du nombre de téléchargements. Personne ne suggère que la voie verte réduit de manière globale le nombre de téléchargements, c’est-à-dire qu’elle entraîne une baisse du nombre de lecteurs et de consultations. Au contraire, les preuves indiquant que l’accès ouvert produit un plus grand nombre de citations suggèrent également qu’elle entraîne un lectorat plus vaste et davantage de consultations13.

155. La plupart des éditeurs donnent d’emblée leur accord pour la voie verte.

  • 14 « NPG position statement on open access publishing and subscription business models », 6 janvier 2 (...)
  • 15 « We have, to date, found author self-archiving compatible with subscription business models, and (...)

16Aux expérimentations des mandats pour la voie verte s’ajoutent celles des éditeurs qui donnent leur accord pour la voie verte. En ce qui concerne la voie verte, le Nature Publishing Group (NPG) est à la fois plus conservateur et plus progressiste que la plupart des éditeurs : il requiert un embargo de six mois, mais, en même temps, il encourage activement ce mode de diffusion. Le NPG a fait part des résultats de cette expérience pluridisciplinaire en janvier 201114 : « Jusqu’ici, nous avons observé que l’auto-archivage par les auteurs est compatible avec le modèle d’abonnement payant, et nous encourageons activement l’auto-archivage depuis 200515. » La position du NPG reflète le sentiment général de la majorité des éditeurs conventionnels qui permettent la voie verte. Le plus souvent, ceux qui n’encouragent pas la voie verte l’autorisent néanmoins sans période d’embargo, ce qui ne serait sans doute pas le cas s’ils notaient des résiliations d’abonnements.

176. Même avec l’existence de mandats pour la voie verte, les bibliothèques ont quatre bonnes raisons de maintenir leurs abonnements aux revues payantes.

18Même les réglementations les plus strictes sans exemption possible encouragent le maintien des abonnements aux revues payantes.

19Première raison. Tous les mandats pour la voie verte adoptés par les agences de financement incluent une période d’embargo pour protéger les éditeurs. On peut citer par exemple les mandats du Research Councils UK, qui autorisent un embargo maximum de six mois après publication, ou ceux des NIH, qui permettent un embargo d’une durée maximale de douze mois. Les bibliothèques voulant procurer l’accès immédiat de ces articles à leurs lecteurs ont donc une bonne raison de souscrire à ces revues.

20Deuxième raison. Les mandats s’appliquent à la version finale du manuscrit validé par un comité de lecture et non à la version publiée, ce qui donne une autre raison aux bibliothèques de vouloir procurer à leurs lecteurs la version publiée, et donc relue, formatée et paginée. Le but des dispositions incluses dans ces mandats est justement d’éviter des résiliations d’abonnements. Ce sont des concessions accordées aux éditeurs, délibérément adoptées par les agences de financement, afin d’établir un compromis entre l’intérêt public pour un accès ouvert et le travail de l’éditeur (censé procurer la version la plus aboutie d’un article). D’une part la version ouverte d’un article ne fera pas concurrence à sa version payante pendant six à douze mois, et d’autre part la meilleure version d’un article restera la version finale publiée par l’éditeur. Cette version finale ne sera pas en accès ouvert à moins que l’éditeur en décide autrement, puisque c’est l’éditeur qui dispose des droits sur la version publiée. Même si l’archivage ouvert risque à long terme d’avoir une influence sur les abonnements, ce qui est loin d’être certain à ce jour, les éditeurs sont mieux protégés contre ce risque que leur lobby ne l’affirme en général.

21Troisième raison. Ces mandats s’appliquent uniquement aux articles scientifiques, et non aux autres contenus présents dans les revues scientifiques (éditorial, critiques d’articles ou de livres, courriers de lecteurs, actualités, annonces de conférences, etc.), d’où l’intérêt pour les bibliothèques de s’abonner à ces revues pour que leurs lecteurs puissent lire aussi ces autres contenus.

22Quatrième raison. Ces mandats s’appliquent uniquement aux articles issus d’une recherche subventionnée par une agence de financement. Très peu de revues se limitent à la publication d’articles de ce genre, qu’il s’agisse d’une seule ou de plusieurs agences de financement. Les bibliothèques souhaitant procurer un accès à tous les articles d’une revue, et pas seulement à ceux émanant d’une recherche subventionnée par les agences de financement, auront donc intérêt à s’y abonner. En outre, même s’il existe de plus en plus de mandats, on est loin de les voir adoptés dans tous les domaines. Mais, même dans ce cas, il existera toujours des articles émanant de la recherche non subventionnée, et par ailleurs les trois autres raisons citées ci-dessus resteront toujours valables.

  • 16 Association of College and Research Libraries, ACRL.
  • 17 « Letter supporting NIH Proposal », Association of College and Research Libraries, 16 novembre 200 (...)

23L’association américaine des bibliothèques universitaires et de recherche16 expliquait en novembre 2004 dans une lettre ouverte relative à la réglementation du NIH17 :

  • 18 « We wish to emphasize, above all, that academic libraries will not cancel journal subscriptions a (...)

« Nous souhaitons avant tout mettre l’accent sur le fait que, suite à cette initiative, les bibliothèques académiques ne vont pas pour autant résilier leurs abonnements à des revues [...]. Même si les bibliothèques souhaitaient prendre en compte la disponibilité en accès ouvert d’articles subventionnés par le NIH pour résilier certains abonnements, elles ne seraient pas en mesure de savoir quels articles vont devenir librement accessibles après la période d’embargo18. »

247. La question se pose de savoir si l’archivage ouvert entraînera à l’avenir des résiliations d’abonnements.

  • 19 Chris Beckett et Simon Inger, « Self-Archiving and Journal Subscriptions: Co-existence or Competit (...)
  • 20 Voir aussi les objections formulées par Steve Hitchcock, suivies des réponses de Chris Beckett et (...)

25Dans une étude du Publishing Research Consortium (PRC) datée d’octobre 200619, Chris Beckett et Simon Inger ont demandé à quatre cents bibliothécaires de classer par ordre décroissant les différents facteurs pris en compte dans les résiliations d’abonnements. Les deux principaux facteurs retenus étaient le contenu ouvert préféré au contenu payant et les embargos courts préférés aux embargos longs. Les éditeurs ont donné leur propre interprétation de ces réponses en déclarant que la progression de l’accès ouvert entraînerait des résiliations. Mais l’étude du PRC a comme défaut d’être artificielle. Au lieu de poser des questions concernant des revues spécifiques, les enquêteurs ont simplement évoqué des publications hypothétiques ayant un certain niveau de qualité. De plus, cette étude n’a pas tenu compte du rôle important joué par le corps enseignant, alors que les bibliothécaires affirment que ce dernier exerce une grande influence sur les décisions de résilier des abonnements20. L’étude a donc énoncé des préférences hypothétiques au lieu d’examiner des cas de résiliations concrètes.

  • 21 Association of Learned and Professional Society Publishers, ALPSP.
  • 22 « ALPSP survey of librarians on factors in journal cancellation », Association of Learned and Prof (...)

26Une autre étude a été initiée la même année par les éditeurs en personne au sein de l’association des éditeurs de sociétés académiques et professionnelles21. Le résumé de cette étude22 indique que :

  • 23 « The three most important factors used to determine journals for cancellation, in declining order (...)

« Les trois facteurs principaux utilisés pour juger de la nécessité ou non de résilier des abonnements, sont, par ordre décroissant, des revues non requises par le corps enseignant [...], leur utilité pour les lecteurs et enfin leur prix d’abonnement. Vient ensuite en quatrième position seulement la disponibilité de leur contenu dans des archives ouvertes ou par le biais d’agrégateurs. Les deux facteurs concernant l’impact d’une revue et sa disponibilité en accès ouvert différé apparaissent beaucoup plus loin, et sont donc considérés comme moins importants [...].Au sujet des archives ouvertes, le sentiment général est qu’elles n’influeraient pas directement sur les résiliations d’abonnements23. »

27En résumé, les revues payantes ont plus à craindre de l’augmentation du prix des abonnements que du développement de la voie verte. Les éditeurs qui augmentent le prix de leurs abonnements créent un frein à l’accès des revues aux chercheurs et à la durabilité de leurs revues elles-mêmes. Si ces éditeurs font du lobbying contre la voie verte, ils posent donc des obstacles aux solutions qui existent pour les chercheurs et ne font rien pour améliorer la durabilité de leur propre modèle économique.

288. Il est possible que l’accès ouvert favorise les soumissions d’articles et les abonnements aux revues.

  • 24 American Society for Cell Biology, ASCB.
    Sur l’ASCB, voir Jonathan B. Weitzman, « The Society Lady  (...)
  • 25 D. K. Sahu et Ramesh C. Parma, « Open Access in India » [Medknow], in Neil Jacobs (ed.), Open Acce (...)
  • 26 « 2009 : A Year of Strong Growth for Hindawi », communiqué de presse de Hindawi, 6 janvier 2010 : (...)
  • 27 « It is clear now more than ever that our open access conversion was the best management decision (...)

29Selon certaines revues payantes, l’accès ouvert après une période d’embargo, même très courte (par exemple deux mois), favorise les soumissions d’articles et les abonnements aux revues. C’est le cas par exemple pour la revue Molecular Biology of the Cell, publiée par la Société américaine pour la biologie moléculaire24. C’est aussi le cas pour Medknow lorsque l’éditeur a commencé à offrir des articles en accès intégral (sans embargo) sur son site à côté des revues imprimées payantes25. C’est enfin le cas pour Hindawi Publishing suite à la conversion de toutes ses revues en un modèle ouvert en 200726. Ahmed Hindawi, son fondateur et P.D.G., déclarait en janvier 2010 : « Il est clair, maintenant plus que jamais, que notre passage à un modèle ouvert [...] a été la meilleure décision de management que nous ayons jamais prise27… »

309. Certains éditeurs redoutent d’être poussés vers la voie dorée par le développement de la voie verte.

  • 28 Voir le communiqué de presse de Springer sur l’acquisition de BioMed Central, 7 octobre 2008 : htt (...)
  • 29 « We see open access publishing as a sustainable part of STM publishing, and not an ideological cr (...)

31Ces éditeurs craignent (et les adeptes de l’accès ouvert espèrent) à la fois les résiliations d’abonnements et la pression possible de la voie verte pour les inciter à adopter la voie dorée. On vient de voir dans les huit points exposés précédemment que la crainte des résiliations d’abonnements est sans fondement pour le moment. Quant à la peur liée à la conversion possible de ces revues vers un modèle ouvert, elle est contestée par Ahmed Hindawi (voir le point 8), fondateur et P.D.G. d’Hindawi, ou par Derk Haank, P.D.G. de Springer. En octobre 2008, lorsque Springer a acheté BioMed Central et qu’il est devenu ainsi le plus grand éditeur mondial en accès ouvert, Derk Haank déclarait28 : « Nous voyons la publication en accès ouvert comme un élément durable de la publication en sciences, techniques et mathématiques, et non comme une croisade idéologique29. » (Voir aussi le chapitre 7 sur les modèles économiques.) Les éditeurs sans expérience de la voie dorée ne sont pas tenus de suivre l’exemple des éditeurs plus expérimentés dans ce domaine, mais ils ont néanmoins intérêt à étudier ce que font ces derniers.

32Il est possible que la publication en accès ouvert devienne un modèle plus durable que la publication en accès payant, à une époque où le prix des abonnements et le volume de la recherche augmentent plus vite que le budget des bibliothèques (voir la section sur les problèmes actuels dans le chapitre 2). Si les éditeurs conventionnels reconnaissent que la voie dorée peut être durable, sinon profitable, mais qu’ils souhaitent garder leurs marges actuelles, leurs objections ne concernent pas leur disparition en tant qu’éditeurs, mais leur volonté de conserver les mêmes bénéfices. Il n’y a pas de raison pour que les agences publiques de financement, agissant pour le bien public, et les agences privées de financement, poursuivant des fins caritatives, compromettent leurs objectifs dans le seul but de tenir compte des intérêts financiers de ces éditeurs.

3310. Les réglementations en faveur de la voie verte sont justifiées, même si elles créent un risque pour les revues payantes.

34Les neuf points ci-dessus se concentrent sur les conséquences du développement de la voie verte pour les éditeurs conventionnels. Il importe d’ajouter ici un dixième point sur les avantages de la voie verte pour le bien public. Ces avantages ont été longuement exposés dans les chapitres précédents, mais il est nécessaire de rappeler un point essentiel : il existe de bonnes raisons de chercher à savoir si la généralisation de la voie verte entraînera des résiliations d’abonnements, éventuellement afin de modifier en conséquence les réglementations ; mais il n’existe pas de bonnes raisons pour faire passer la prospérité des revues payantes et des éditeurs conventionnels avant le succès de l’accès ouvert à la recherche.

Notes de fin

1 Ce chapitre s’inspire de deux de mes publications :
« Will open access undermine peer review? », SPARC Open Access Newsletter, 2 septembre 2007 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322578/suber_peer.html?sequence=1 ;
« A bill to overturn the NIH policy », SPARC Open Access Newsletter, 2 octobre 2008 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322592/suber_nihbill.html?sequence=1.

2 http://arxiv.org.

3 http://www.aps.org.

4 http://www.iop.org.

5 Voir l’interview d’Alma Swan avec ces deux éditeurs : http://cogprints.org/4406/. « [B]oth societies said they could not identify any losses of subscriptions… » [Notre traduction]

6 « NIH research: Widening access, building collaboration », The Lancet, 6 octobre 2004 : http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(04)17232-2.

7 Association of American Publishers.

8 « As editors of a journal that publishes research funded by the NIH, we disagree with [Association of American Publishers President Patricia Schroeder’s] central claim. Widening access to research [through green OA mandates] is unlikely to bring the edifice of scientific publishing crashing down. Schroeder provides no evidence that it would do so; she merely asserts the threat. This style of rebuttal will not do… » [Notre traduction]

9 Compte rendu de l’audience du 11 septembre 2008 menée sous la direction du républicain John Conyers pour le House Judiciary Committee Subcommittee on Courts, the Internet, and Intellectual Property : https://web.archive.org/web/20131031154158/http://judiciary.house.gov/hearings/printers/110th/44326.PDF.

10 Compte rendu de l’audience du 29 juillet 2010 du républicain William Lacy Clay pour le House Committee on Government Oversight and Reform Subcommittee on Information Policy, the Census, and National Archives : https://web.archive.org/web/20110803063614/http://republicans.oversight.house.gov/index.php?option=com_content&view=article&id=922%3A07-29-2010-information-policy-qpublic-access-to-federally-funded-researchq&catid=14&Itemid.

11 « Open access bill stalls in Congress », The Scientist, 8 octobre 2009 : http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/27715/title/Open-access-bill-stalls-in-Congress/.

12 « We haven’t had enough time to see an impact. » [Notre traduction]
Voir aussi « Publishing and the Ecology of European Research (PEER) », une vaste étude s’ajoutant aux études menées sur les mandats pour la voie verte adoptés par les agences de financement et les universités : http://www.peerproject.eu.

13 Voir Steve Hitchcock, « The effect of open access and downloads (“hits”) on citation impact: A bibliography of studies », Open Citation Project, régulièrement actualisée : http://opcit.eprints.org/oacitation-biblio.html.

14 « NPG position statement on open access publishing and subscription business models », 6 janvier 2011 : http://www.nature.com/press_releases/statement.html.

15 « We have, to date, found author self-archiving compatible with subscription business models, and so we have been actively encouraging self-archiving since 2005. » [Notre traduction]

16 Association of College and Research Libraries, ACRL.

17 « Letter supporting NIH Proposal », Association of College and Research Libraries, 16 novembre 2004 : http://www.ala.org/acrl/issues/washingtonwatch/nihsupport.

18 « We wish to emphasize, above all, that academic libraries will not cancel journal subscriptions as a result of this plan... Even if libraries wished to consider the availability of NIH-funded articles when making journal cancellation decisions, they would have no reasonable way of determining what articles in specific journals would become openly accessible after the embargo period. » [Notre traduction]

19 Chris Beckett et Simon Inger, « Self-Archiving and Journal Subscriptions: Co-existence or Competition? An International Survey of Librarians’ Preferences », Publishing Research Consortium, 26 octobre 2006 : http://publishingresearchconsortium.com/index.php/115-prc-projects/research-reports/self-archiving-and-journal-subscriptions-research-report/145-self-archiving-and-journal-subscriptions-co-existence-or-competition-an-international-survey-of-librarians-preferences.

20 Voir aussi les objections formulées par Steve Hitchcock, suivies des réponses de Chris Beckett et Simon Inger : http://www.eprints.org/community/blog/index.php?/archives/163-Self-Archiving-and-Journal-Subscriptions-Co-existence-or-Competition.html.

21 Association of Learned and Professional Society Publishers, ALPSP.

22 « ALPSP survey of librarians on factors in journal cancellation », Association of Learned and Professional Society Publishers, 30 mars 2006 : http://www.alpsp.org/Reports-Publications/survey-of-librarians-on-factors-in-journal-cancellation-2006/125772.

23 « The three most important factors used to determine journals for cancellation, in declining order of importance, are that the faculty no longer require it..., usage and price. Next, availability of the content via open access (OA) archives and availability via aggregators were ranked equal fourth, but some way behind the first three factors. The journal’s impact factor and availability via delayed OA were ranked relatively unimportant... With regard to OA archives, there was a great deal of support for the idea that they would not directly impact journal subscriptions. » [Notre traduction]

24 American Society for Cell Biology, ASCB.
Sur l’ASCB, voir Jonathan B. Weitzman, « The Society Lady », Open Access Now, 6 octobre 2003. Voir également une interview avec Elizabeth Marincola, directrice exécutive de l’ASCB : http://web.archive.org/web/20040228064824/http://www.biomedcentral.com/openaccess/archive/?page=features&issue=6.

25 D. K. Sahu et Ramesh C. Parma, « Open Access in India » [Medknow], in Neil Jacobs (ed.), Open Access: Key strategic, technical, and economic aspects, Chandos Publishing Ltd, 2006 : https://web.archive.org/web/20131026003326/http://openmed.nic.in/1599/01/Open_Access_in_India.pdf.

26 « 2009 : A Year of Strong Growth for Hindawi », communiqué de presse de Hindawi, 6 janvier 2010 : http://liblicense.crl.edu/ListArchives/1001/msg00015.html.
Les communiqués de presse de 2007 à 2011 mentionnant une hausse des abonnements :
https://mx2.arl.org/Lists/SPARC-OAForum/Message/3793.html ; https://mx2.arl.org/Lists/SPARC-OAForum/Message/4829.html ; https://mx2.arl.org/lists/sparc-oaforum/Message/5326.html ; https://mx2.arl.org/Lists/SPARC-OAForum/Message/5581.html ; https://mx2.arl.org/Lists/SPARC-OAForum/Message/5715.html.

27 « It is clear now more than ever that our open access conversion was the best management decision we have taken » [Notre traduction]

28 Voir le communiqué de presse de Springer sur l’acquisition de BioMed Central, 7 octobre 2008 : https://mx2.arl.org/Lists/SPARC-OAForum/Message/4605.html.

29 « We see open access publishing as a sustainable part of STM publishing, and not an ideological crusade. » [Notre traduction]

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable