Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

 | 
Peter Suber

7. Les modèles économiques1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre s’inspire de quatre de mes publications :
    « No-fee open-access journals », SPARC Open A (...)

1De nombreux éditeurs s’opposant à l’accès ouvert sont cependant prêts à reconnaître ses qualités pour la recherche et les chercheurs, mais ils considèrent son mode de financement comme un problème, ce qui n’est pas le cas.

  • 2 John Houghton et Peter Sheehan, « The Economic Impact of Enhanced Access to Research Findings », C (...)
  • 3 John Houghton, Colin Steele et Peter Sheehan, « Research Communication Costs in Australia: Emergin (...)
  • 4 Voir l’étude d’Alma Swan (février 2010), inspirée de celle de John Houghton, sur les coûts et les (...)

2John Houghton et Peter Sheeha ont publié en 2006 la première étude majeure sur l’impact économique du développement de l’accès ouvert2. En utilisant le pourcentage prudent d’un retour social de 50 % sur les dépenses intérieures de recherche et développement (DIRD), et le fait que l’accès ouvert pourrait faire augmenter l’accès et l’efficacité de 5 %, les auteurs ont calculé que la transition vers l’accès ouvert s’autofinancerait, mais aussi qu’elle ferait réaliser un gain de 1,7 milliard de dollars à l’économie du Royaume-Uni et de 16 milliards de dollars à celle des États-Unis. Une étude postérieure sur la situation en Australie3, qui utilisait le pourcentage encore plus prudent de 25 % pour le DIRD, a montré qu’en ce qui concerne le résultat net, les avantages économiques de l’accès ouvert seraient 51 fois supérieurs aux coûts engagés pour la recherche financée sur les fonds publics4.

  • 5 « Heading for the Open Road: Costs and Benefits of Transitions in Scholarly Communications », Rese (...)
  • 6 « [O]ffer the greatest potential to policy-makers in promoting access. Both have positive, and pot (...)

3Une étude publiée en avril 2011, commissionnée par plusieurs organismes (UK Joint Information Systems Committee, Publishing Research Consortium, Research Information Network, Research Libraries UK, Wellcome Trust)5, a confirmé les résultats de John Houghton. Après avoir présenté cinq scénarios possibles permettant d’améliorer l’accès à la recherche, cette étude concluait que les voies verte et dorée « offrent aux décideurs le plus fort potentiel pour promouvoir cet accès. Ces deux voies ont des ratios bénéfices/coûts positifs et potentiellement élevés ». La même étude montrait que « l’infrastructure pour la voie verte a déjà largement été mise en place » et par conséquent que « le fait d’accroître l’accès par cette voie est particulièrement rentable6 ». On peut ajouter à cela que la voie verte (archives ouvertes) est plus facile à reproduire à grande échelle que la voie dorée (revues ouvertes) et que déposer un article dans une archive ouverte ne coûte rien au chercheur. On insistera donc dans ce chapitre sur la manière de financer la voie dorée plutôt que la voie verte.

4Avant d’aborder la voie dorée, on notera que les estimations des coûts de fonctionnement d’une archive institutionnelle varient considérablement entre elles. Cela reflète le fait que ces archives ouvertes peuvent servir à plusieurs fins. Si l’objectif est d’archiver les articles du corps enseignant, avec dépôt des articles par les auteurs eux-mêmes, le coût de fonctionnement est minimal. Une fois que cette archive existe, elle devient souvent un outil d’usage général avec l’ajout d’autres services, par exemple la conservation à long terme des articles, l’aide à la numérisation et à l’obtention d’autorisations, et l’archivage d’autres documents (thèses, mémoires, livres, chapitres de livres, actes de conférences, matériel pédagogique, publications internes, collections particulières numérisées, dossiers administratifs). C’est cette multiplication des services qui explique le coût élevé de certaines archives ouvertes.

  • 7 Le communiqué de Caltech : http://web.archive.org/web/20041014190643/http://www.arl.org/sparc/pubs (...)
  • 8 Un résumé de l’étude de Rebecca Kemp datée de 2005 :
  • 9 Massachusetts Institute of Technology, MIT.
  • 10 Charles W. Bailey Jr., Karen Coombs, Jill Emery, Anne Mitchell, Chris Morris, Spencer Simons, and (...)
  • 11 Association of Research Libraries, ARL.
  • 12 « Implementers [of repositories at ARL libraries] report a range of start-up costs from $8,000 to (...)

5L’institut de technologie de Californie (Caltech) indiquait en 2001 que le coût de départ de son archive ouverte s’était élevé à environ 1 000 dollars7. Selon une étude informelle menée en 2005 par Rebecca Kemp8, les coûts de création d’une archive ouverte allaient de 5 770 dollars (pour le consortium universitaire italien CILEA) à 1,7 million de dollars (pour l’université de Cambridge) et les coûts de fonctionnement annuels de 36 000 dollars (pour l’université nationale d’Irlande) à 285 000 dollars (pour le MIT9). Selon une publication de Charles W. Bailey Jr. (et autres auteurs) datée de juillet 200610 et publiée par l’association américaine des bibliothèques de recherche11, « les organismes ayant créé des archives ouvertes dans ces bibliothèques mentionnent un coût de départ allant de 8 000 dollars à 1,8 million de dollars avec une moyenne de 182 550 dollars et une médiane de 45 000 dollars […]. Le coût de fonctionnement pour ces organismes passe de 8 600 dollars à 500 000 dollars, avec une moyenne de 113 543 dollars et une médiane de 41 750 dollars12 ».

  • 13 Voir à ce sujet « Four analogies to clean energy », SPARC Open Access Newsletter, 2 février 2010 : (...)

6Les revues ouvertes financent leurs coûts de la même manière que les émissions de radio et de télévision, grâce à la généralisation du système d’annonces publicitaires et la collecte de fonds. Ceux qui ont intérêt à ce que le contenu soit diffusé financent en amont les coûts de production de la revue afin que son accès soit gratuit pour tous ceux qui possèdent l’équipement nécessaire. Il s’agit, comme je l’ai indiqué ailleurs, d’un modèle où « certains paient pour tous »13.

7Certaines revues ouvertes reçoivent une subvention de la part d’un organisme donné (université, bibliothèque, fondation, société académique, musée, service de l’administration publique). D’autres facturent des frais de publication sur les articles qui sont acceptés, ces frais étant à la charge de l’auteur (et souvent payés par son employeur ou son agence de financement), ce qui permet aux lecteurs de lire ces articles gratuitement. Les revues facturant des frais de publication les suppriment souvent si l’auteur a des difficultés financières. Celles qui reçoivent des subventions institutionnelles ne demandent en général pas de frais de publication. Les revues ouvertes peuvent également diversifier leurs sources de financement et demander des subventions ou des frais de publication moindres si elles ont par ailleurs d’autres revenus (vente de versions imprimées, annonces publicitaires, fonctionnalités payantes et autres services). Certains organismes et consortiums proposent des remises sur les frais de publication alors que d’autres s’acquittent d’une somme annuelle globale permettant la suppression ou la réduction de ces frais pour tous les chercheurs affiliés.

  • 14 Voir la liste des modèles économiques des revues ouvertes dans l’Open Access Directory (OAD) : htt (...)

8Des modèles économiques adaptés à certains domaines ou certains pays peuvent ne pas bien fonctionner ailleurs. Personne ne prétend qu’il existe un modèle identique pour tous. La créativité est toujours possible et nombreux sont ceux qui cherchent de nouvelles possibilités permettant de financer les coûts d’une revue ouverte. De nouvelles solutions intelligentes et imaginatives apparaissent pratiquement chaque semaine, et bien d’autres émergeront à l’avenir14.

  • 15 Suenje Dallmeier-Tiessen et al., « Highlights from the SOAP (Study of Open Access Publishing) proj (...)
  • 16 « In total 89% of published researchers answering to the survey thought that journals publishing o (...)

9Si la voie verte est parfois peu visible, ce n’est pas le cas de la voie dorée, puisque la plupart des chercheurs connaissent l’existence des revues ouvertes même s’ils ne connaissent pas celle des archives ouvertes. Comme on l’a vu plus haut (dans la section sur les voies verte et dorée, chapitre 3), certains chercheurs, journalistes et décideurs pensent même que l’accès ouvert se limite à la voie dorée et que ses avantages ne concernent que les revues ouvertes. Une enquête approfondie menée par Suenje Dallmeier-Tiessen (et autres auteurs) et publiée en janvier 201115 montre que « 89 % des chercheurs interrogés considèrent les revues ouvertes comme bénéfiques à la recherche dans leur domaine. Si on considère ce pourcentage par discipline, il est supérieur à 90 % pour les sciences humaines et sociales, et il oscille autour de 80 % pour la chimie, l’asstronomie, la physique, l’ingénierie et les disciplines connexes16 ».

  • 17 Sur le pourcentage de revues ouvertes facturant des frais de publication aux auteurs, voir : Stuar (...)

10Outre le mythe selon lequel l’accès ouvert se réduit à la voie dorée, une légende largement répandue voudrait également que toutes les revues ouvertes fonctionnent selon un modèle économique « auteur-payeur ». On peut relever ici trois erreurs. La première est de penser qu’il n’existe qu’un modèle économique, alors qu’il en existe de nombreux. La deuxième que le fait de facturer des frais de publication revient à demander aux auteurs de les payer. La troisième que la plupart de ces revues requièrent des frais de publication de la part de leurs auteurs. Dans la réalité, 70 % des revues ouvertes ne facturent aucun frais de publication en amont ou aux auteurs eux-mêmes, alors que 75 % des revues payantes les facturent. Pour les revues ouvertes facturant des frais de publication (30 %), seuls 12 % des auteurs les paient de leur poche. Dans 88 % des cas, ces frais sont pris en charge par l’employeur ou l’agence de financement de l’auteur ou sont même supprimés si l’auteur rencontre des difficultés financières17.

Terminologie

Le terme « auteur-payeur » est spécieux et dommageable. Il ne s’applique pas à la majorité des revues en accès ouvert qui ne facturent pas de frais de publication aux auteurs. Ce terme prête à confusion même pour les revues qui facturent ces frais puisque, dans neuf cas sur dix, ils ne sont pas payés de la poche des auteurs. Il est donc préférable de parler de « frais de publication » ou de « frais de traitement », ou encore de « frais côté auteur ». Les deux premiers termes ne précisent pas qui prend en charge les frais, tandis que le troisième précise simplement que les frais sont pris en charge « côté auteur » de la transaction (et non « côté lecteur »), sans laisser entendre qu’ils doivent être payés de la poche des auteurs eux-mêmes.

11L’idée fausse selon laquelle les frais de publication sont le propre des revues ouvertes et non des revues payantes a produit plusieurs effets néfastes. Elle a incité les chercheurs à se détourner des revues ouvertes. Elle a alimenté la conception erronée qui veut que la voie dorée exclut les chercheurs sans ressources financières. S’y ajoute le mythe selon lequel l’accès ouvert suit toujours la voie dorée, ce qui fait penser que l’accès ouvert en soi (et non seulement la voie dorée) exclut de fait les auteurs sans soutien financier.

  • 18 Open Access Scholarly Publishers Association, OASPA.
  • 19 Voir Anuar Bin Shafiei, « An exploratory study into an intermediary service organisation handling (...)

12Ces conceptions erronées font également perdurer l’idée selon laquelle les revues ouvertes ont plus tendance à faire l’impasse sur l’évaluation des articles par un comité de lecture. Mais si demander des frais de publication incite réellement à rendre les critères de qualité moins exigeants, la plupart des revues payantes doivent être jugées coupables. Parmi les revues ouvertes qui demandent des frais de publication, la majorité d’entre elles les suppriment pour les auteurs ne pouvant les payer, tout en gardant cette information confidentielle (contrairement aux revues payantes) pour ne pas influer sur le jugement du directeur de publication ou du comité de lecture. Lors d’une enquête menée par Anuar Bin Shafiei pour l’association des éditeurs scientifiques en accès ouvert18 en juillet et août 2010, 10 % des auteurs interviewés ont pu bénéficier d’une suppression de ces frais et cette information est restée confidentielle neuf fois sur dix19.

13Toutes ces idées reçues ont également une influence sur les enquêtes sur l’accès ouvert auprès des chercheurs. En effet, ceux menant l’enquête ont tendance à désinformer les enquêtés de la sorte : « Les auteurs doivent payer pour que leurs articles soient publiés dans des revues ouvertes. Maintenant, permettez-moi de vous poser une série de questions pour connaître votre avis sur ce type de revues. »

  • 20 Pour une argumentation plus détaillée, voir « Good facts, bad predictions », SPARC Open Access New (...)

14Enfin, ces idées fausses influent sur les calculs visant à déterminer qui en ferait les frais (financiers) lors d’une transition généralisée vers l’accès ouvert. Des études ont même affirmé que si les revues payantes se convertissaient en masse vers un modèle ouvert, les frais de publication des revues ouvertes représenteraient une somme supérieure au prix des abonnements actuels, ce qui est faux. Ces calculs s’appuient sur des suppositions qui ne sont pas justifiées si l’on prend en compte les tendances actuelles, à savoir que toutes les revues ouvertes demanderaient des frais de publication, et que la totalité de ces frais serait prise en charge par les universités. À l’heure actuelle, 70 % d’entre elles ne facturent pas de frais de publication. Pour les 30 % qui en facturent, 59 % sont pris en charge par les agences de financement et 24 % par les universités20.

15Il existe aussi des revues ouvertes hybrides, dont certains articles sont en accès ouvert et d’autres en accès payant. Ces revues facturent des frais de publication pour les articles en accès ouvert, et les auteurs qui ne veulent (ou ne peuvent) pas payer ces frais voient leurs articles diffusés en accès payant, avec accès ouvert au bout d’un certain laps de temps (un an, par exemple). Le prix d’abonnement de ces revues est parfois déterminé en fonction du nombre d’articles présents dans chaque catégorie (gratuite ou payante), mais le plus souvent les éditeurs facturent des frais de publication pour les articles en accès ouvert, sans pour autant baisser le prix d’abonnement de la revue. Dans ce cas, nombre d’universités refusent de payer ces frais de publication sur le fonds spécifique dédié à leur paiement. Ainsi l’université de Calgary (Canada)21 paie seulement ces frais lorsqu’ils « permettent de réduire les frais d’abonnement en réponse à l’implication de ces revues dans des programmes d’accès ouvert22 ». D’autres universités refusent de payer des frais de publication à quelque revue hybride que ce soit. C’est le cas par exemple du fonds HOPE23 de l’université de Harvard.

  • 24 Association of American Publishers, AAP.
  • 25 John Tagler, « From the Executive Director’s Desk », Professional Scholarly Publishing Bulletin, p (...)
  • 26 « …the two largest open access publishers did not submit data on their publishing programs so the (...)
  • 27 Securing a Hybrid Environment for Research Preservation and Access, SHERPA : http://www.sherpa.ac. (...)
  • 28 « Report from the SOAP (Study of Open Access Publishing) Symposium », janvier 2011 :

16Le fait de procurer un accès ouvert hybride ne présente que très peu de risques pour un éditeur. Si peu d’articles sont en accès ouvert, ce dernier encaisse toujours le prix d’abonnement à sa revue. Si nombre d’articles sont en accès ouvert, l’éditeur encaisse à la fois le prix d’abonnement (pour les articles en accès payant) et les frais de publication (pour les articles en accès ouvert), sans pour autant diminuer en conséquence le prix d’abonnement. Le modèle hybride rencontre donc un certain succès. Suite à une enquête menée auprès de ses adhérents, l’association des éditeurs américains24 a rapporté en 2011 que 74 % des revues scientifiques contactées offraient un accès ouvert hybride. Dans un article publié à la suite de cette analyse25, John Tagler note toutefois que « les deux principaux éditeurs de revues ouvertes n’ont pas soumis les données de leurs programmes de publication, si bien que cette analyse couvre essentiellement les usages des revues ayant un modèle payant26 ». En avril 2011, SHERPA répertoriait 91 éditeurs publiant des revues hybrides, y compris de grands éditeurs mondiaux27. Il n’en reste pas moins que, malgré leur popularité, les revues hybrides n’aident en aucune façon les chercheurs, les bibliothèques et les éditeurs puisque seuls 2 % de leurs articles sont en accès ouvert28.

  • 29 « Nine questions for hybrid journal programs », SPARC Open Access Newsletter, 2 septembre 2006 : h (...)

17L’unique avantage des revues ouvertes hybrides est qu’elles procurent aux éditeurs une expérience pratique de la publication en accès ouvert et de ses implications économiques et logistiques. Mais cette expérience reste artificielle puisque ces éditeurs n’ont pas de véritable motivation pour mettre plus d’articles en accès ouvert, dans la mesure où ils encaissent toujours les prix d’abonnement. Pour la plupart, ces revues hybrides ne tentent pas ensuite de mettre en place un modèle économique sans prix d’abonnement et même sans frais de publication (comme c’est le cas pour 70 % des revues ouvertes)29.

  • 30 « Predictions for 2006 », SPARC Open Access Newsletter, 2 décembre 2006 : http://dash.harvard.edu/ (...)
  • 31 « The big question for [hybrid OA] publishers is whether they want author uptake badly enough to m (...)
  • 32 « Open access in 2006 », SPARC Open Access Newsletter, 2 janvier 2007 : http://dash.harvard.edu/bi (...)

18Comme je l’indiquais dans un article daté de décembre 200630, « la question principale pour les éditeurs de revues hybrides est de savoir s’ils souhaitent favoriser suffisamment l’accès ouvert pour rendre cette proposition attrayante aux auteurs. Le filet de sécurité que représente pour eux un prix d’abonnement va-t-il réduire à néant leurs efforts d’ouverture vers l’accès ouvert31 ? ». J’ai également résumé la situation – qui n’a guère changé depuis – dans un article daté de janvier 200732 :

  • 33 « Some hybrid programs are good-faith, even optimistic experiments; some look grudging or cynical. (...)

« Certaines revues hybrides sont de bonne foi et mènent des expériences de manière optimiste, alors que d’autres le font à reculons ou même de manière cynique. Certaines revues demandent des frais de publication modiques et permettent aux auteurs de conserver leurs droits, alors que d’autres demandent des frais élevés et exigent le transfert de ces droits. Certaines revues procurent l’accès ouvert à la totalité de l’article publié, tandis que d’autres ne proposent qu’un vague extrait sans liens actifs. Certaines revues réduisent le prix d’abonnement en fonction du nombre d’articles en accès ouvert, contrairement à d’autres qui facturent à la fois le prix d’abonnement standard et des frais de publication aux auteurs (pour les articles en accès ouvert). Certaines revues laissent leurs auteurs déposer leurs articles dans des archives indépendantes de l’éditeur, alors que d’autres n’autorisent ces dépôts que sur des sites contrôlés par l’éditeur. Certaines revues respectent les contrats de financement des auteurs (et donc l’obligation d’accès ouvert), alors que d’autres facturent les auteurs liés par de tels contrats. Certaines revues continuent d’autoriser l’auto-archivage immédiat pour les auteurs non liés par un contrat de financement, alors que d’autres imposent des frais ou des embargos sur l’auto-archivage. L’aspect positif de toutes ces expériences est que les éditeurs explorent le modèle économique hybride et l’adaptent à leurs propres contraintes, même si certains modèles me semblent cyniques ou inutiles. On observe que certains éditeurs souhaitent encourager les articles en accès ouvert tandis que d’autres s’en soucient peu du moment qu’ils touchent des revenus issus d’abonnements33. »

19De plus en plus d’éditeurs à but lucratif qui ont fait le choix de l’accès ouvert génèrent des profits. De même, un nombre croissant d’éditeurs à but non lucratif ayant opté pour ce type d’accès affichent un bilan à l’équilibre, voire un résultat excédentaire. Ces deux modèles économiques (à but lucratif ou non) sont non seulement possibles, mais durables. Parmi les éditeurs à but lucratif, on peut citer BioMed Central34, qui dégage des profits. Son acquisition par Springer en 2008 n’a pas eu d’incidence sur son modèle économique. Pour les éditeurs à but non lucratif, on trouve par exemple la Public Library of Science (PLOS)35 et MedKnow36. PLOS est un éditeur à but non lucratif facturant des frais de publication. Dans les sept revues publiées, certaines dégagent des excédents et d’autres non. Celle qui dégage le plus d’excédents est PLOS ONE37, dont le modèle a été imité par quelques éditeurs conventionnels38. MedKnow dégage lui aussi des profits, mais sans facturer de frais de publication. Ses revenus proviennent de la vente de versions imprimées et d’autres services connexes (annonces publicitaires, adhésions et réimpressions à destination des auteurs). Un exemple de revue dégageant des excédents est Optics Express, publiée par la Société américaine d’optique39. Cette revue est connue pour l’impact de ses articles et le nombre de ses citations. Elle était la revue d’optique la plus citée en 200640.

20Les revues ouvertes avec frais de publication fonctionnent le mieux dans des domaines de recherche disposant de fonds significatifs (financements ou subventions), alors que les revues sans frais de publication ont tendance à fonctionner le mieux dans des domaines (ou des pays) où les financements sont peu nombreux. Le succès de ces deux modèles montre que la voie dorée peut être une solution durable, quel que soit le domaine de recherche.

21Toute revue ouverte à comité de lecture peut également envisager une meilleure durabilité en réduisant ses coûts de fonctionnement. Bien que l’évaluation des articles soit le plus souvent assurée par des bénévoles, la tâche consistant à organiser cette évaluation a un coût. La revue doit sélectionner les membres du comité de lecture, leur distribuer les fichiers, contrôler qui fait quoi, suivre la progression du travail, relancer les retardataires, recueillir les commentaires et les transmettre aux bonnes personnes, faciliter la communication des uns avec les autres, classer les différentes versions d’un article, et collecter les données sur les articles acceptés ou rejetés. Utiliser un logiciel de gestion de revue (libre ou à source ouverte) pour automatiser ces différentes étapes permet de réduire efficacement les coûts sans nuire à la qualité du travail.

  • 41 « Over 9000 OJS Installations », Public Knowledge Project, 6 avril 2011 : https://web.archive.org/ (...)
  • 42 La liste des logiciels (libres et/ou à source ouverte) de gestion de revue dans l’Open Access Dire (...)
  • 43 Voir Brian D. Edgar et John Willinsky, « A Survey of Scholarly Journals Using Open Journal Systems (...)

22Le logiciel le plus utilisé est Open Journal Systems (OJS) du Public Knowledge Project, téléchargé et installé neuf mille fois (en avril 2011)41, y compris pour d’autres usages que la gestion des revues. Mais il existe au moins une dizaine d’autres logiciels du même type pour les revues ouvertes (et qui peuvent convenir aussi aux revues payantes)42. Cela n’est pas seulement un exemple qui illustre comment un type de mouvement pour l’accès ouvert peut en aider un autre. Il démontre également aux éditeurs conventionnels qu’il existe une approche plus économique pour gérer des revues43.

23Il est raisonnable de penser que les revues ouvertes ont des coûts de publication moindres que les revues payantes de qualité comparable. Les revues ouvertes n’ont pas besoin de gérer des abonnements (y compris une liste d’abonnés et le renouvellement de ces abonnements), ni non plus de gérer des droits numériques (le fait d’authentifier les usagers et de gérer l’accès des usagers autorisés, tout en bloquant l’accès des usagers non autorisés). Elles éliminent la nécessité de frais juridiques (le fait de rédiger des licences restrictives et de les faire appliquer), tout comme celle d’opérations de marketing. Leurs coûts de fonctionnement se limitent à gérer l’encaissement des frais de publication ou des subventions institutionnelles, comme cela a été attesté dans plusieurs études et par plusieurs éditeurs.

  • 44 Julian Fisher, « Scholarly Publishing Re-invented: Real Costs and Real Fareedoms in the Journal of (...)
  • 45 « Deploying newly available tools and approaches to article production in a collaborative manner o (...)
  • 46 L’étude de John Houghton (janvier 2009) sur les économies que représenterait l’adoption des voies (...)
  • 47 « For UK higher education, these journal article cost differences would have amounted to savings o (...)
  • 48 Voir le tableau 15 de Brian Edgar et John Willinsky (avril 2010) : http://journals.sfu.ca/src/inde (...)

24Selon un article de Julian Fisher publié au printemps 200844, « le fait d’utiliser de nouveaux outils et de nouvelles méthodes pour publier des articles de manière collaborative permet de faire des économies substantielles en termes de coût, en les divisant par deux45 ». Selon une étude publiée par John Houghton en janvier 200946, qui évalue l’économie représentée par le passage à la voie dorée (et non seulement à la voie verte), « pour l’enseignement supérieur au Royaume-Uni, les différences de coûts pour les articles de revues correspondraient à une économie d’environ 80 millions de livres par an en 2007 si elles passaient d’un accès payant à un accès ouvert47 ». Selon un tableau établi en avril 2010 par Brian Edgar et John Willinsky à partir d’une enquête auprès des revues utilisant Open Journal Systems (OJS)48, 29 % d’entre elles avaient des dépenses nulles, 20 % des dépenses situées entre 1 et 1000 dollars et 31 % des dépenses allant de 1 000 à 10 000 dollars. 44 % de ces revues avaient des revenus nuls, 16 % des revenus situés entre 1 et 1000 dollars et 24 % des revenus allant de 1 000 à 10 000 dollars.

25Les économies faites sur les versions imprimées ne peuvent pas entrer en ligne de compte ici, puisque la plupart des revues payantes en sciences et techniques ont d’ores et déjà abandonné les versions imprimées et que les revues payantes en sciences humaines et sociales sont en train de faire de même.

26Lorsque de grands éditeurs conventionnels affirment que, d’après leur propre expérience, les modèles économiques de l’accès ouvert ne sont pas viables, il importe d’être méfiant. Comme il s’agit d’éditeurs de l’ère imprimée qui se convertissent au numérique et d’éditeurs conventionnels qui se convertissent au modèle ouvert, ils vont inévitablement réaliser des économies moindres que des start-up lançant des revues ouvertes sans devoir gérer un passif (équipement, personnel, frais généraux) datant de l’ère de l’imprimé et des abonnements.

27Un quart des revues à comité de lecture est désormais en accès ouvert. Tout comme les revues payantes, certaines ont des finances saines, alors que d’autres ont des problèmes de trésorerie. Mais, pour l’essentiel, on peut considérer que ce modèle fonctionne lorsqu’on voit l’essor de ces revues en nombre et en qualité, et cela malgré le fait que la somme qui pourrait leur être consacrée sert surtout à payer les abonnements des revues payantes.

  • 49 Post de la liste de discussion SSP-L, 6 août 2003. « bring profit margins more in line with the ad (...)

28Même si les revues ouvertes avaient des coûts de production identiques aux revues payantes, l’argent existe pour supporter les coûts de revues ouvertes dans tous les domaines où des revues payantes à comité de lecture existent, sans que la qualité n’en souffre, dans la mesure où les marges de profits exorbitantes (dépassant même celles d’ExxonMobil dans le cas d’Elsevier) disparaîtraient. Jan Velterop, ancien directeur de BioMed Central, expliquait en août 2003 que les revues ouvertes pouvaient être profitables mais « avec des marges de profit correspondant à la valeur ajoutée49 ».

29Il est donc inutile de disposer de plus d’argent. Il suffit de rediriger vers les revues ouvertes l’argent consacré pour le moment aux revues payantes. Une étude de Donald King publiée en mars 201050 montre que, si toutes les revues payantes se convertissaient en des revues ouvertes facturant des frais de publication de 1 500 dollars par article, le coût annuel pour les auteurs américains serait de 427,5 millions de dollars (soit 0,76 % du budget américain de recherche et développement). Si ces frais de publication étaient en moyenne de 2 500 dollars par article, le coût annuel pour les auteurs serait de 712,5 millions de dollars (soit 1,27 % du budget de recherche et développement). Les données rassemblées par Donald King ont ensuite été utilisées par Heather Morrison pour calculer que cette conversion des revues payantes en revues ouvertes permettrait une économie de 3,4 milliards de dollars. Elle a également calculé que les profits de 2 milliards de dollars réalisés par Elsevier et Lexis Nexis en 2009 auraient permis de financer des frais de publication de 1 383 dollars par article pendant un an pour la totalité des revues à comité de lecture existant dans le monde entier51.

30La conversion d’une revue payante en un modèle ouvert peut se faire de plusieurs façons. On peut envisager une conversion faite à contrecœur pour diverses raisons : baisse du budget des bibliothèques consacré aux revues payantes, exclusion de certaines revues des lots de revues proposés aux bibliothèques (et qui représentent la majeure partie de leurs budgets consacrés aux revues), conséquences des décisions prises historiquement d’augmenter les prix d’abonnement, et progression parallèle de la voie verte (voir le chapitre 8 sur les dommages collatéraux). On peut envisager aussi la conversion enthousiaste d’une revue mettant à profit les avantages de l’accès ouvert pour les auteurs (audience plus large et impact amplifié), pour les lecteurs (pas de barrières liées au prix ou à la nécessité d’autorisations) et pour les éditeurs (lectorat élargi, plus de citations, soumissions d’articles en hausse et qualité accrue). Un autre facteur incitant à la conversion d’une revue est l’augmentation de fonds universitaires spécifiques destinés à payer les frais de publication du corps enseignant, même à une époque où le budget des bibliothèques est en baisse. Ces fonds sont justement mis en place pour favoriser le choix d’une revue ouverte par un chercheur et aider au développement d’une alternative durable au modèle payant52.

  • 53 Sponsoring Consortium for Open Access Publishing in Particle Physics, SCOAP3 : http://www.scoap3.o (...)
  • 54 « Eleventh hour for SCOAP3 », SPARC Open Access Newsletter, 2 décembre 2010 :
  • 55 « SCOAP3 Global Partnership Meets and Decides to Move Forward! », communiqué de presse de SCOAP3, (...)

31Cette conversion peut se faire aussi à large échelle, le premier exemple de ce genre étant le projet SCOAP353 lancé par le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire). Ce projet ambitieux vise à faire passer toutes les revues en physique des particules d’un modèle payant à un modèle ouvert. Son but est de rediriger les sommes jusque-là consacrées aux frais d’abonnement pour financer les frais de publication des articles (demandés aux auteurs) et permettre des économies à toutes les parties prenantes. Il s’agit d’une révolution tranquille fondée sur la négociation, le consentement et l’intérêt personnel de chacun54. Après quatre années d’efforts pour solliciter l’implication financière de bibliothèques du monde entier, le projet a été effectivement lancé en avril 201155.

32Si SCOAP3 est un succès sur le long terme, cela prouvera non seulement que le CERN peut mettre en place des projets ambitieux, ce que nous savons déjà, mais que ce projet ambitieux s’appuie sur une logique gagnante qui peut être utilisée pour convaincre d’autres décideurs. Le succès de SCOAP3 s’explique par le fait qu’il est spécifique à la physique, avec un petit nombre de revues spécialisées, et aussi parce que l’accès ouvert (notamment la voie verte) existe depuis longtemps dans ce domaine, y compris chez les éditeurs conventionnels. Le poids et le prestige du CERN lui-même y jouent également un rôle. Mais d’autres facteurs de succès ne sont pas propres à la physique, par exemple les avantages d’un tel processus de conversion (du modèle payant au modèle ouvert) pour les organismes de recherche, les bibliothèques, les agences de financement et les éditeurs. Le succès de SCOAP3 permettrait d’appliquer ce modèle à d’autres domaines de recherche, même s’ils ne disposent pas d’une institution ayant la renommée ou le budget du CERN pour indiquer la voie à suivre.

  • 56 Voir « Flipping a journal to open access », SPARC Open Access Newsletter, 2 octobre 2007 : http:// (...)

33Mark Rowse, qui fut le P.D.G d’Ingenta, a présenté une autre stratégie possible en décembre 2003. D’après lui, un éditeur pourrait transformer d’un seul coup ses revues payantes en revues ouvertes en convertissant les sommes reçues des bibliothèques universitaires pour les consacrer en frais de publication pour un groupe d’auteurs, plutôt qu’en frais d’abonnement pour un groupe de lecteurs. Un avantage de cette stratégie par rapport à SCOAP3 est qu’elle peut être tentée au cas par cas, sans devoir coordonner les efforts au niveau de toute une discipline. Et ce processus pourrait tout aussi bien s’appliquer aux grands éditeurs ou aux grands groupes d’éditeurs56.

34Il importe d’être imaginatif, mais sans improviser pour autant. Il paraît essentiel de respecter certains principes. Premièrement, l’argent libéré par les résiliations d’abonnements ou la conversion de revues (d’un modèle payant en un modèle ouvert) devrait être affecté d’abord aux revues ouvertes, afin de leur permettre de poursuivre la tâche essentielle que représente la coordination de l’évaluation des articles par un comité de lecture. Deuxièmement, une redirection à large échelle est plus efficace qu’une redirection au cas par cas. Troisièmement, une révolution tranquille par la négociation est plus agréable qu’une adaptation imposée par la force, tout en étant plus efficace.

35Pour ma part, je prône la redirection des sommes libérées par les résiliations d’abonnements ou la conversion de revues, plutôt que la résiliation des abonnements qui serait seulement destinée à faire des économies (sauf s’il s’agit de décisions négociées comme pour SCOAP3 ou le modèle proposé par Mark Rowse). Cela peut s’apparenter à du pinaillage, mais la distinction n’est ni négligeable ni subtile. Avoir de « grandes espérances » n’est pas la même chose que de vouloir tuer ses parents.

Notes de fin

1 Ce chapitre s’inspire de quatre de mes publications :
« No-fee open-access journals », SPARC Open Access Newsletter, 2 novembre 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4552050/suber_nofee.htm?sequence=1 ;
« Good facts, bad predictions », SPARC Open Access Newsletter, 2 juin 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4391309/suber_facts.htm?sequence=1 ;
« Will open access undermine peer review? » SPARC Open Access Newsletter, 2 septembre 2007 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322578/suber_peer.html?sequence=1 ;
« Ten challenges for open-access journals », SPARC Open Access Newsletter, 2 octobre 2009 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4316131/suber_10challenges.html?sequence=2.

2 John Houghton et Peter Sheehan, « The Economic Impact of Enhanced Access to Research Findings », Centre for Strategic Economic Studies, Victoria University Working Paper, n° 23, juillet 2006 : http://www.vu.edu.au/sites/default/files/wp23_2006_cses.pdf.

3 John Houghton, Colin Steele et Peter Sheehan, « Research Communication Costs in Australia: Emerging Opportunities and Benefits », Australia’s Department of Education, Science and Training, septembre 2006 : http://www.vu.edu.au/sites/default/files/DEST_Research_Communications_Cost_Report_Sept2006.pdf.

4 Voir l’étude d’Alma Swan (février 2010), inspirée de celle de John Houghton, sur les coûts et les bénéfices des réglementations de l’accès ouvert dans les universités : http:/www.jisc.ac.uk/publications/programmerelated/2010/howtoopenaccess.aspx.
Et l’article de Stevan Harnad (mars 2010) développant l’argumentation de John Houghton selon laquelle les bénéfices de la voie verte sont quarante fois supérieurs aux coûts engagés : http://eprints.ecs.soton.ac.uk/18514.
Citons également la page d’accueil du projet de recherche de John Houghton, qui comprend d’autres études de l’auteur sur les implications économiques des modèles alternatifs de publication académique (Economic Implications of Alternative Scholarly Publishing Models/EI-ASP) : https://web.archive.org/web/20130115030623/http://www.cfses.com/EI-ASPM/.
Ainsi que les deux déclarations conjointes (février 2009) émises par des associations professionnelles d’éditeurs sur les travaux de recherche de John Houghton ; l’association américaine des éditeurs (Publishers Association, PA), l’association des éditeurs des sociétés académiques et professionnelles (Association of Learned and Professional Society Publishers, ALPSP), et l’association internationale des éditeurs scientifiques, techniques et médicaux (International Association of Scientific, Technical and Medical Publishers, STM) : http://www.publishers.org.uk/images/stories/AboutPA/Newsletters/pa-alpsp-stm_joint_statement.pdf.
Voir aussi « STM challenges JISC over validity of latest open access advocacy », communiqué de presse de la STM, avril 2010 : http://web.archive.org/web/20100424033638/http://www.stm-assoc.org/news.php?id=294&PHPSESSID=08b2a9f56c8b6e7fec0eeac997bdc0b3.
Et enfin, les réponses du JISC (Joint Information Systems Committee) en avril 2009 et de John Houghton en janvier 2010 : http://www.webarchive.org.uk/wayback/archive/20140614211547/http://www.jisc.ac.uk/media/documents/publications/responseoneiaspmreport.pdf et https://web.archive.org/web/20110411231450/http://www.cfses.com/EI-ASPM/Comments-on-Hall%28Houghton&Oppenheim%29.pdf.

5 « Heading for the Open Road: Costs and Benefits of Transitions in Scholarly Communications », Research Information Network, 7 avril 2011 : http://www.rin.ac.uk/system/files/attachments/Dynamics_of_transition_report_for_screen.pdf.

6 « [O]ffer the greatest potential to policy-makers in promoting access. Both have positive, and potentially high, BCRs [benefit-cost ratios]… the infrastructure for Green [OA] has largely already been built… increasing access by this route is especially cost-effective… » [Notre traduction]

7 Le communiqué de Caltech : http://web.archive.org/web/20041014190643/http://www.arl.org/sparc/pubs/enews/aug01.html#6.

8 Un résumé de l’étude de Rebecca Kemp datée de 2005 :

http://legacy.earlham.edu/~peters/fos/2005/11/costs-of-oa-repositories.html.

9 Massachusetts Institute of Technology, MIT.

10 Charles W. Bailey Jr., Karen Coombs, Jill Emery, Anne Mitchell, Chris Morris, Spencer Simons, and Robert Wright, « Institutional Repositories », ARL, SPEC Kit 292, juillet 2006 : https://works.bepress.com/jill_emery/24/.

11 Association of Research Libraries, ARL.

12 « Implementers [of repositories at ARL libraries] report a range of start-up costs from $8,000 to $1,800,000, with a mean of $182,550 and a median of $45,000… The range for ongoing operations budgets for implementers is $8,600 to $500,000, with a mean of $113,543 and median of $41,750. » [Notre traduction]

13 Voir à ce sujet « Four analogies to clean energy », SPARC Open Access Newsletter, 2 février 2010 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4315928/suber_4analogies.html?sequence=2.

14 Voir la liste des modèles économiques des revues ouvertes dans l’Open Access Directory (OAD) : http://oad.simmons.edu/oadwiki/OA_journal_business_models.
Voir aussi Raym Crow, « Income Models for Supporting Open Access », SPARC, octobre 2009 : http://www.sparc.arl.org/resources/papers-guides/oa-income-models.

15 Suenje Dallmeier-Tiessen et al., « Highlights from the SOAP (Study of Open Access Publishing) project survey. What Scientists Think about Open Access Publishing », arXiv, 28 janvier 2011 : http://arxiv.org/abs/1101.5260.

16 « In total 89% of published researchers answering to the survey thought that journals publishing open access articles were beneficial for their field. When analysed by discipline, this fraction was higher than 90% in most of the humanities and social sciences, and oscillating around 80% for Chemistry, Astronomy, Physics, Engineering and related disciplines. » [Notre traduction]

17 Sur le pourcentage de revues ouvertes facturant des frais de publication aux auteurs, voir : Stuart Shieber, « What percentage of open-access journals charge publication fees? », The Occasional Pamphlet, 29 mai 2009 : http://blogs.law.harvard.edu/pamphlet/2009/05/29/what-percentage-of-open-access-journals-charge-publication-fees.
Sur le pourcentage de revues payantes facturant des frais de publication aux auteurs, voir Cara Kaufman and Alma Wills, « The Facts about Open Access », Association of Learned and Professional Society Publishers, 2005 : http://www.alpsp.org/Reports-Publications/facts-about-open-access-2005/125582.
Sur le pourcentage des auteurs payant les frais de publication de leur poche, voir Suenje Dallmeier-Tiessen et al., « Highlights from the SOAP project survey. What Scientists Think about Open Access Publishing », prépublication dans arXiv, 28 janvier 2011, p. 9, tableau 4 : http://arxiv.org/abs/1101.5260.
Voir aussi mes deux articles sur les revues ouvertes ne facturant pas de frais de publication, « Good facts, bad predictions », SPARC Open Access Newsletter, 2 juin 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4391309/suber_facts.htm?sequence=1 ; et « No-fee open-access journals », SPARC Open Access Newsletter, 2 novembre 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4552050/suber_nofee.htm?sequence=1.

18 Open Access Scholarly Publishers Association, OASPA.

19 Voir Anuar Bin Shafiei, « An exploratory study into an intermediary service organisation handling author fees on behalf of academic libraries », Pleiade Management & Consultancy, 15 octobre 2010 : http://www.pleiade.nl/Serviceorganisationauthorfees.pdf ;

https://web.archive.org/web/20111109193335/http://www.oaspa.org/docs/oa_fee_study.pdf.

20 Pour une argumentation plus détaillée, voir « Good facts, bad predictions », SPARC Open Access Newsletter, 2 juin 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4391309/suber_facts.htm?sequence=1.

21 https://web.archive.org/web/20120314060238/http://library.ucalgary.ca/services/for-faculty/open-access-authors-fund/open-access-authors-fund-frequently-asked-questions-faq#4.

22 « [T]hat reduce subscription fees in response to the take-up of their Open Access programs… » [Notre traduction]

23 Harvard Open-Access Publishing Equity, HOPE : http://osc.hul.harvard.edu/hope.

24 Association of American Publishers, AAP.

25 John Tagler, « From the Executive Director’s Desk », Professional Scholarly Publishing Bulletin, printemps 2011. L’auteur commente les résultats de l’enquête de l’AAP/PSP (Association of American Publishers / Professional/Scholarly Publishing) : http://www.pspcentral.org/documents/PSPWinter-Spring2011.pdf.

26 « …the two largest open access publishers did not submit data on their publishing programs so the analysis covers open access patterns across a universe where paid circulation, rather than [an OA business model], is the principal source of revenue. » [Notre traduction]

27 Securing a Hybrid Environment for Research Preservation and Access, SHERPA : http://www.sherpa.ac.uk/romeo/PaidOA.php.

28 « Report from the SOAP (Study of Open Access Publishing) Symposium », janvier 2011 :

http://project-soap.eu/report-from-the-soap-symposium.

29 « Nine questions for hybrid journal programs », SPARC Open Access Newsletter, 2 septembre 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4552044/suber_hybrid questions.htm?sequence=1.

30 « Predictions for 2006 », SPARC Open Access Newsletter, 2 décembre 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4391164/suber_2006predict.htm?sequence=1.

31 « The big question for [hybrid OA] publishers is whether they want author uptake badly enough to make it attractive. Will the existence of subscription revenue as a safety net kill the incentives to make the OA option succeed? » [Notre traduction]

32 « Open access in 2006 », SPARC Open Access Newsletter, 2 janvier 2007 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729246/suber_oa2006.htm?sequence=1.

33 « Some hybrid programs are good-faith, even optimistic experiments; some look grudging or cynical. Some charge low fees and let participating authors retain copyright; some charge high fees and still demand the copyright. Some provide OA to the full published edition, some only to an enfeebled truncation stripped of active links. Some reduce subscription prices in proportion to author uptake; some use a frank “double charge” business model. Some let authors deposit articles in repositories independent of the publisher; some allow free online access only from sites they control. Some don’t try to meddle with author funding contracts; some charge authors who want to comply with prior funding obligations. Some continue to allow immediate self-archiving for non-participating authors; some impose embargoes or fees on self-archiving. The positive spin on this wide range of policies is that publishers are fully exploring the hybrid journal space for variations that satisfy their constraints. I do think that’s good even if I also think some current models are cynical or useless. To make the same point without the spin, some want to encourage author uptake and some don’t seem to care as long as they have subscriptions. » [Notre traduction]

34 http://www.biomedcentral.com.

35 http://www.plos.org.

36 http://www.medknow.com.

37 http://www.plosone.org.

38 Un article sur les imitateurs de PLOS ONE, « Recent watershed events », SPARC Open Access Newsletter, 2 mars 2011 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4736559/suber_watershed.htm?sequence=1.

39 Optical Society of America.

40 Le site d’Optics Express : http://www.opticsinfobase.org/oe/home.cfm ; et le communiqué de 2006 : http://www.photonicsonline.com/doc/ioptics-expressi-ioptics-lettersi-top-rated-j-0001.

41 « Over 9000 OJS Installations », Public Knowledge Project, 6 avril 2011 : https://web.archive.org/web/20110522171922/http://pkp.sfu.ca/node/3695.

42 La liste des logiciels (libres et/ou à source ouverte) de gestion de revue dans l’Open Access Directory (OAD) : http://oad.simmons.edu/oadwiki/Free_and_open-source_journal_management_software.

43 Voir Brian D. Edgar et John Willinsky, « A Survey of Scholarly Journals Using Open Journal Systems », Scholarly and Research Communication, n° 1-2, avril 2010. Cet article (notamment le tableau 14) montre comment un logiciel de gestion de revue, et particulièrement l’Open Journal Systems (OJS), permet de réduire les coûts de fonctionnement : http://journals.sfu.ca/src/index.php/src/article/view/24/41.

44 Julian Fisher, « Scholarly Publishing Re-invented: Real Costs and Real Fareedoms in the Journal of Electronic Publishing », Journal of Electronic Publishing, printemps 2008 : http://hdl.handle.net/2027/spo.3336451.0011.204.

45 « Deploying newly available tools and approaches to article production in a collaborative manner offer dramatic reductions in cost, up to two orders of magnitude. » [Notre traduction]

46 L’étude de John Houghton (janvier 2009) sur les économies que représenterait l’adoption des voies verte et dorée : http://www.webarchive.org.uk/wayback/archive/20140615234636/http://www.jisc.ac.uk/media/documents/publications/summary-economicoa.pdf.

47 « For UK higher education, these journal article cost differences would have amounted to savings of around £80 million per annum circa 2007 from a shift from subscription access to open access publishing. » [Notre traduction]

48 Voir le tableau 15 de Brian Edgar et John Willinsky (avril 2010) : http://journals.sfu.ca/src/index.php/src/article/view/24/41.

49 Post de la liste de discussion SSP-L, 6 août 2003. « bring profit margins more in line with the added value. » [Notre traduction]

50 http://www.dlib.org/dlib/march10/king/03king.html.

51 Voir les deux rapports de Heather Morrison : http://poeticeconomics.blogspot.com/2010/03/us-systemic-savings-from-full-shift-to.html, http://poeticeconomics.blogspot.com/2010/04/elsevier-2009-2-billion-profits-could.html.

52 Voir la liste de ces fonds universitaires dans l’Open Access Directory (OAD) : http://oad.simmons.edu/oadwiki/OA_journal_funds.
Voir aussi le Compact for Open-Access Publishing Equity (COPE), fondé pour inspirer la création de nouveaux fonds universitaires destinés à payer les frais de publication : http://www.oacompact.org.

53 Sponsoring Consortium for Open Access Publishing in Particle Physics, SCOAP3 : http://www.scoap3.org.

54 « Eleventh hour for SCOAP3 », SPARC Open Access Newsletter, 2 décembre 2010 :

http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4736587/suber_scoap3.htm?sequence=1.

55 « SCOAP3 Global Partnership Meets and Decides to Move Forward! », communiqué de presse de SCOAP3, 12 avril 2011 : https://scoap3.org/news85/.

56 Voir « Flipping a journal to open access », SPARC Open Access Newsletter, 2 octobre 2007 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322572/suber_flipping.html?sequence=1.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable