Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

 | 
Peter Suber

5. La portée d’un tel accès

Texte intégral

1Comme on l’a vu dans le chapitre 1, tout type de contenu peut en principe être publié en accès ouvert. Il peut être numérisé, puis sa numérisation mise en ligne sans barrière liée au prix ou à la nécessité d’autorisations. Dans ce sens, la portée potentielle de l’accès ouvert est universelle. Plutôt que de dire que l’accès ouvert s’applique à certaines catégories ou à certains genres, il vaut mieux dire que l’accès ouvert s’applique plus facilement à certaines catégories de contenus qu’à d’autres.

2L’accès ouvert concerne aussi bien les sciences et les techniques que les arts et les sciences humaines, la recherche dans les pays en développement (où les besoins sont pressants) que la recherche dans les pays développés, la recherche privée (ou même non subventionnée) que la recherche financée sur les fonds publics, les publications passées que les publications présentes et futures, sans oublier la numérisation des documents existants (imprimés, microfiches, films et autres supports) et des documents non textuels (données, audio, vidéo, multimédia et code exécutable).

3Il existe de nombreuses campagnes promouvant l’accès ouvert pour différents contenus utiles aux universitaires, y compris :

  • les articles scientifiques validés par un comité de lecture ;
  • les prépublications les précédant ;
  • les thèses et les mémoires ;
  • les données nécessaires à une recherche ;
  • les données de l’administration publique ;
  • le code source ;
  • les documents de présentation d’une conférence (textes, diapositives, fichiers audio ou vidéo) ;
  • les monographies académiques ;
  • les manuels ;
  • les romans, nouvelles, pièces de théâtre et poèmes ;
  • les journaux ;
  • les archives et manuscrits ;
  • les images (œuvres d’art, photos, schémas et cartes) ;
  • le matériel pédagogique (dans des ressources éducatives ouvertes) ;
  • les œuvres numérisées (du domaine public ou non).

4Pour certaines de ces catégories, comme les données et le code source, l’accès ouvert permet de faciliter les expérimentations scientifiques. Pour d’autres, comme les données, les images et les œuvres numérisées, l’accès ouvert permet au lecteur d’un article d’analyser les matériaux originaux sur lesquels l’auteur a travaillé. L’accès ouvert des articles, monographies, mémoires et documents de présentation d’une conférence permet pour sa part de partager ces documents avec tous ceux qui en auraient l’utilité. Dans un livre plus volumineux, on pourrait présenter chaque catégorie en détail, mais on va se contenter ici des catégories essentielles.

Prépublications, postpublications et validation par comité de lecture1

5Depuis les débuts de l’accès ouvert, les néophytes pensent que l’idée est de faire l’impasse sur l’évaluation des articles par un comité de lecture. Cette hypothèse fausse et nocive a depuis été partiellement corrigée. L’objectif de l’accès ouvert est bien de supprimer les barrières d’accès, mais pas les filtres visant à assurer la qualité des articles. Nombre de revues ouvertes sont aujourd’hui reconnues pour leur excellence, beaucoup de revues payantes expérimentent l’accès ouvert, et de plus en plus de revues autorisent la voie verte pour les articles validés par leurs comités de lecture. Mais certains néophytes continuent de croire que les revues ouvertes se dispensent d’une évaluation des articles, soit en le déplorant, soit en s’en réjouissant, ce qui contribue à entretenir ce mythe malgré les efforts faits pour le dissiper.

6Toutes les déclarations publiques en faveur de l’accès ouvert insistent sur l’importance de l’évaluation des articles par un comité de lecture. Et le bon accueil fait à l’accès ouvert concerne surtout ces articles, même si les adeptes de l’accès ouvert explorent simultanément de nouvelles formes de communication académique comme les échanges de prépublications, les blogs, les wikis, les bases de données, les forums de discussion et les réseaux sociaux.

7Dans la terminologie spécialisée, une « prépublication » (« preprint » en anglais) est la version d’un article antérieure à son évaluation par un comité de lecture – par exemple une version circulant entre les collègues de l’auteur ou bien la version envoyée à une revue –, alors qu’une « postpublication » (« postprint » en anglais) est une version de l’article approuvée par le comité de lecture d’une revue. La voie verte concerne à la fois les prépublications et les postpublications, tout comme la voie dorée inclut expressément les articles validés. Les postpublications regroupent deux types d’articles, les articles approuvés mais non révisés et ceux à la fois approuvés et révisés. Certains éditeurs autorisent le dépôt des premiers mais non des seconds dans une archive ouverte.

8Là aussi, le fait de mettre des prépublications en accès ouvert n’est pas un moyen de se passer de l’étape de l’évaluation par un comité de lecture. L’échange de prépublications a émergé comme pratique non pour contourner cette évaluation, mais pour minimiser les délais. Cet échange permet au chercheur de communiquer ses articles avant l’étape de l’évaluation par un comité de lecture, pour en faire bénéficier des collègues et pour autoriser ainsi les citations, les argumentations, les vérifications, tout comme les collaborations. Et ce à la minute même où un auteur décide de mettre sa prépublication en accès ouvert. Si les lecteurs bénéficient de cette mise en ligne, elle est tout aussi importante (voire plus) pour l’auteur, qui dispose ainsi d’une datation de son travail vis-à-vis des collègues travaillant sur le même sujet. L’invention des revues scientifiques au dix-septième siècle a sans doute joué un rôle similaire, elle aussi, dans la littérature scientifique en supplantant les livres pour la datation et la communication d’une recherche.

9L’échange de prépublications existait bien avant Internet, mais l’accès ouvert rend ce processus à la fois plus rapide et plus utile en permettant une large diffusion des articles. Malgré ces avantages certains, le mouvement pour l’accès ouvert, comme celui promouvant la voie verte, ne peut se réduire au simple échange de prépublications. Au contraire, ces mouvements continuent de se focaliser sur les articles publiés dans des revues ouvertes. Les chercheurs ont donné la priorité au processus d’évaluation des articles lorsqu’ils ont pu disposer d'Internet pour communiquer avec leurs collègues, y compris pour former des comités de lecture et pour accélérer et optimiser le processus d’évaluation. Internet leur a permis d’améliorer l’organisation traditionnelle des revues et même de mettre en place de nouvelles formes d’évaluation des articles.

10Nombre de personnes pensent à tort que l’accès ouvert pousse à la réforme du processus d’évaluation. Qu’il exige ou favorise une forme d’évaluation particulière, ou qu’il est impossible de faire avancer les choses jusqu’à ce qu’il y ait consensus sur la meilleure forme d’évaluation, ou encore que l’accès ouvert n’est bénéfique qu’aux personnes favorables à certaines réformes au processus d’évaluation traditionnel. Toutes ces idées sont fausses.

11L’accès ouvert est compatible avec toute forme d’évaluation, de la plus traditionnelle à la plus innovante. Certaines revues ouvertes adoptent des modèles traditionnels pour conserver ce qui fait la spécificité d’une revue scientifique. D’autres utilisent des modèles nouveaux afin de faire évoluer le processus d’évaluation des articles. De plus, l’accès ouvert est un type d’accès et non un type de politique éditoriale, tout comme il n’est pas non plus un modèle économique ou une forme de conservation numérique.

12Promouvoir l’accès ouvert et promouvoir la réforme de l’évaluation des articles sont des projets indépendants. L’accès ouvert est possible sans réforme de l’évaluation des articles et vice versa. La seule différence est que les formes les plus modernes d’évaluation présupposent l’accès ouvert des articles. L’évaluation ouverte, par exemple, autorise les commentaires de la part d’autres chercheurs, que ce soit avant ou après l’évaluation de la prépublication. Certaines revues vont s’appuyer sur ces commentaires pour décider d’accepter ou non un article alors que d’autres revues vont les utiliser lors de la révision de l’article après acceptation et avant publication. Si l’évaluation ouverte requiert l’accès ouvert, l’inverse n’est pas vrai.

13L’évaluation des articles ne dépend pas du prix d’une revue ou de la manière dont celle-ci est diffusée. Cette remarque vaut aussi pour la valeur, la rigueur et l’intégrité de cette évaluation. Les revues ouvertes adoptent le même processus que les meilleures revues payantes puisqu’elles utilisent les mêmes procédures, les mêmes normes, voire les mêmes personnes (directeurs de publication et comité de lecture). Ce qui est confirmé par le fait que les revues payantes peuvent devenir des revues ouvertes sans devoir changer ni leurs méthodes ni leurs équipes.

Thèses et mémoires2

  • 2 Cette section s’inspire de « Open access to electronic theses and dissertations (ETDs) », SPARC Op (...)

14Les thèses et les mémoires sont les manifestations du savoir à la fois les moins visibles et les plus utiles. Leur qualité et leur peu de visibilité montrent l’importance d’un meilleur accès pour pouvoir les consulter. L’accès ouvert de leurs versions numériques est heureusement plus facile que pour toute autre publication scientifique. Leurs auteurs n’ont pas encore transféré leurs droits à un éditeur, si bien qu’une autorisation de ce dernier n’est pas nécessaire, tout comme les hésitations et les lenteurs qui vont de pair avec une demande d’autorisation.

  • 3 Gail McMillan, « Do ETDs Deter Publishers? Does Web availability count as prior publication? A rep (...)
  • 4 « The ready availability of ETDs on the Internet does not deter the vast majority of publishers fr (...)

15Aujourd’hui, la quasi-totalité des thèses et des mémoires naissent sous forme numérique, et les institutions qui attendent que ces textes soient soumis sous cette forme ont également tendance à mettre en œuvre l’accès ouvert. L’obstacle principal semble être la crainte qu’a l’auteur de ne pas trouver ensuite une revue prête à publier une version courte de la taille d’un article. Si ces craintes sont parfois justifiées, des études montrent qu’elles sont le plus souvent sans fondement. Dans son rapport relatif à la quatrième Conférence internationale sur les thèses et mémoires électroniques3, Gail McMillan indique en juin 2001 que « la disponibilité d’emblée sur Internet des thèses et mémoires électroniques ne dissuade pas la grande majorité des éditeurs de publier des articles dérivés de ces travaux4 ».

16Il relève des universités d’enseigner à la prochaine génération de chercheurs combien l’accès ouvert est facile, bénéfique et simple à mettre en œuvre. Elles incitent ces jeunes chercheurs à l’auto-archivage pour que celui-ci devienne une habitude à vie. Elles les incitent ainsi à de meilleurs travaux, y compris pour leur rigueur et leur originalité, en leur donnant une vaste audience allant bien au-delà du jury d’examen. Si une université attend que les thèses et les mémoires produits par ses étudiants soient des œuvres scientifiques originales, elle doit également faire savoir aux étudiants que celles-ci doivent être rendues disponibles au public, comme c’est le cas pour les chercheurs eux-mêmes.

17L’accès ouvert des thèses et des mémoires contribue non seulement à la bonne réputation de l’université, mais aussi à l’avancement du savoir dans un domaine donné. Les avantages sont donc doubles, avec de meilleurs travaux de la part des étudiants et leur diffusion plus large sur Internet.

Les livres5

  • 5 Cette section s’inspire de trois de mes publications :
    « Promoting Open Access in the Humanities », (...)

18Le mouvement pour l’accès ouvert se focalise sur les articles de revues parce que celles-ci ne paient pas les auteurs pour leurs contributions, si bien qu’ils peuvent consentir à l’accès ouvert sans perte de revenus. Ce n’est pas le cas pour les auteurs de livres, qui gagnent de l’argent ou espèrent en gagner. Comme la démarcation est claire entre la littérature scientifique avec ou sans droits d’auteur, de nombreux adeptes de l’accès ouvert se focalisent sur les articles et laissent les livres de côté. Une tactique différente semble préférable, à savoir de ne pas considérer les livres comme des fruits défendus, mais simplement comme moins enclins à l’accès ouvert. Il est au demeurant parfois plus facile de procurer l’accès ouvert à certains types de livres qu’à certains articles…

19La portée de l’accès ouvert devrait être déterminée par le consentement de l’auteur et non par le type de document. Certains auteurs choisissent de ne pas mettre leurs articles en accès ouvert alors qu’ils pourraient le faire, ce qui montre que l’existence d’un revenu ou non n’est pas un facteur majeur. Le même raisonnement vaut pour les livres, avec les deux arguments suivants :

20Argument 1. Les droits d’auteur sur les monographies scientifiques sont soit inexistants soit très faibles, à quelques exceptions près. La mise en accès ouvert de ces monographies ne représente donc pas un sacrifice substantiel en termes de revenus. Il s’agit plutôt d’un choix entre risquer de perdre une petite somme d’argent d’une part, et bénéficier d’une audience plus large et d’un impact plus grand, d’autre part. Nombre d’auteurs pensent que ces avantages en termes d’audience et d’impact représentent un atout bien supérieur à la perte d’un gain financier.

21Argument 2. Il existe de plus en plus de preuves montrant que le texte intégral d’un livre en accès ouvert stimule les ventes de sa version imprimée payante. Dans ce cas, l’accès ouvert permet aux auteurs de gagner davantage de droits que pour une publication dont le texte intégral n’est pas librement disponible sur Internet.

22Les auteurs de livres doivent considérer de manière réaliste les choix qui s’offrent à eux. Il ne faut pas présumer que les revenus seront importants quand l’évidence suggère le contraire, et il ne faut pas présumer que l’accès ouvert réduira les ventes à néant quand l’évidence suggère qu’il pourrait même les faire augmenter. Ces arguments s’appliquent aussi aux éditeurs. Lorsque les auteurs ont transféré leurs droits à un éditeur, y compris le droit à la diffusion en accès ouvert, ce sont aux éditeurs de prendre les décisions nécessaires. Ces derniers sont de plus en plus nombreux à offrir une version ouverte, soit parce qu’ils sont déjà persuadés de son utilité soit parce qu’ils sont intrigués par ces nouvelles possibilités et qu’ils souhaitent les expérimenter. Comme nombre d’auteurs sont sensibles à l’existence d’une version imprimée de leur livre, la solution pour les éditeurs est d’offrir la version ouverte et de vendre la version imprimée, le plus souvent grâce à un système d’impression à la demande6.

23Pourquoi souhaiterait-on acheter un livre imprimé alors que son texte est intégralement disponible en accès ouvert ? La réponse est que nombre de lecteurs ne souhaitent pas lire tout un livre à l’écran, ni l’imprimer en entier. Les versions ouvertes leur sont utiles pour trouver les livres et les « feuilleter » à l’écran. Lorsque ce livre pique leur curiosité ou leur semble particulièrement intéressant, la plupart d’entre eux en achètent un exemplaire. Cela est d’ailleurs valable pour certains livres et pas pour d’autres, comme on a pu le constater depuis une dizaine d’années. Un lecteur voudra par exemple lire un roman en entier et le conserver ensuite sur une étagère, alors qu’il se contentera de consulter une encyclopédie en ligne pour un article donné.

  • 7 Voici la liste de ces différentes études :
    John Hilton III, « “Freely ye have received, freely give (...)

24On ne peut guère mener une expérience sur le même livre en le proposant à la fois avec et sans version ouverte afin de comparer les ventes dans les deux cas. Si une version ouverte est ajoutée ultérieurement, le décalage chronologique aura peut-être une incidence sur les ventes. Un autre élément à prendre en compte est que les liseuses sont de plus en plus faciles d’utilisation et qu’elles encouragent la lecture de livres numériques. Les premières liseuses, dont le confort de lecture était moyen, ont été remplacées par des modèles beaucoup plus performants, en attendant ceux que nous réserve l’avenir. Si la lecture en ligne fait réellement augmenter les ventes nettes, et si ce phénomène est fonction de l’ergonomie de lecture de livres en ligne, il disparaîtra peut-être avec le développement de meilleures liseuses. Si l’augmentation des ventes nettes n’est pas fonction des contraintes ergonomiques liées à la lecture en ligne, ou du moins pas entièrement, elle survivra peut-être malgré les avancées technologiques. Même si des expériences sur le livre numérique sont donc encore nécessaires dans un environnement qui change vite, il existe déjà de nombreuses études sur lesquelles s’appuyer7.

25Aux États-Unis, les Presses de l’Académie nationale des sciences8 ont commencé dès mars 1994 à proposer des versions ouvertes de leurs monographies en même temps que leurs versions imprimées payantes. Michael Jensen, leur directeur des communications web, a publié plus tard trois articles démontrant que l’existence de ces versions ouvertes a stimulé les ventes des versions payantes9.

26L’association américaine des presses universitaires10 a publié en février 2007 une déclaration sur l’accès ouvert11 appelant ses membres à expérimenter les monographies ouvertes tout en créant des modèles économiques mixtes (accès ouvert et payant). Dix-sept presses universitaires, soit 24 % des éditeurs ayant répondu à cet appel, publiaient des livres en accès ouvert en mai 201112.

27La question n’est pas de savoir si certains lecteurs vont lire la version ouverte du livre sans acheter sa version payante, ou si plus de lecteurs vont acheter la version payante du livre du fait de l’existence d’une version ouverte. Il s’agit plutôt de déterminer si les lecteurs de la version ouverte achetant aussi la version imprimée auraient acheté cette version imprimée sans une version ouverte leur permettant de connaître l’existence du livre, et d’évaluer sa pertinence et sa qualité. Si l’existence d’une version ouverte a entraîné un certain nombre d’achats, peu importe s’il existe aussi des gens n’ayant pas acheté le livre parce que la version ouverte leur suffisait.

28Les auteurs et les éditeurs de livres que cette possibilité inquiète peuvent consentir à un accès ouvert différé, six mois ou un an après la publication initiale. Leurs lecteurs pourront d’ores et déjà avoir accès à des extraits et des métadonnées, ce qui leur permettra de connaître l’existence du livre et d’avoir une idée de son contenu.

29À l’heure actuelle, même les chercheurs les plus jeunes ont grandi dans un monde où la bibliothèque universitaire moyenne comprenait plus de livres imprimés que de livres en ligne en accès ouvert. Mais cela a changé en 2006, date à laquelle ce pourcentage s’est inversé, avec davantage de livres en ligne en accès ouvert que de livres imprimés. Et le nombre de livres en ligne en accès ouvert (gratis) supplantera tôt ou tard le nombre de livres imprimés dans les plus grandes bibliothèques mondiales, qu’elles soient universitaires ou non.

  • 13 « May all your problems be technical. » [Notre traduction]

30Il y a quelques années, ceux qui promouvaient l’accès ouvert pour les articles de revues étaient certains qu’il fallait d’abord s’intéresser aux articles avant d’aborder les livres, y compris les livres du domaine public, ce qui était une erreur de jugement, même si les progrès sont réels dans l’accès ouvert des articles. Les vastes projets de numérisation qui sont en cours pour les livres montrent que le problème réside moins dans la numérisation des livres que dans les malentendus, l’inertie ambiante et la nécessité de demander des autorisations pour les livres sous droits. Bien sûr, la question des autorisations ne se pose pas pour les livres du domaine public. Numériser des livres (du domaine public ou non) par millions est une tâche titanesque, mais elle semble plus facile que la diffusion de millions d’articles dans des revues ouvertes ou des archives ouvertes après avoir demandé l’autorisation de leurs ayants droit. Comme le disait Jim Gray, « puissent tous vos problèmes être seulement techniques13 ».

Un accès à quoi ?14

  • 14 Cette section s’inspire de trois de mes publications :
    « Abridgment as added value », SPARC Open Ac (...)

31La littérature scientifique que les chercheurs souhaitent trouver, lire et utiliser peut être définie moins comme le « savoir » que comme la « recherche », y compris si cette recherche se révèle fausse ou incomplète. Les chercheurs veulent pouvoir accéder non seulement aux articles, mais aussi aux hypothèses testées ou débattues et aux données sous-jacentes, et consulter également tous les documents (analyses, arguments, enquêtes, algorithmes, méthodes, preuves, propositions, conjectures, évaluations, interprétations, discussions, débats et critiques) sur un sujet donné, à savoir l’ensemble de la recherche et pas seulement ses résultats.

  • 15 Voir aussi à ce sujet « Open access and the self-correction of knowledge », SPARC Open Access News (...)

32Certains assimilent les articles scientifiques à des « procès-verbaux » de la science, comme s’ils avaient pour seule vocation d’être des résumés. Alors que le procès-verbal d’une réunion se contente de résumer une discussion, les articles représentent une large part de la discussion relative à une recherche mais pas la totalité, parce que celle-ci circule aussi par le biais d’autres vecteurs (conférences, serveurs de prépublications, blogs, wikis, bases de données, listes de diffusion et messagerie électronique). L’encyclopédie en ligne Wikipédia s’est donnée pour objectif de proposer un résumé du savoir en accès ouvert, mais refuse (sagement) d’accepter la recherche originale. Le mouvement pour l’accès ouvert souhaite quant à lui l’accès ouvert à la fois pour le savoir et pour la recherche originale à toutes ses étapes, c’est-à-dire non seulement les sources primaires et secondaires, mais aussi le processus lui-même. Or ce processus est souvent caractérisé par son peu de cohérence (puisque certaines hypothèses sont conflictuelles) et par son instabilité (puisque différentes argumentations se superposent l’une à l’autre). Le désordre et l’instabilité sont bien les caractéristiques d’une discussion et non d’un procès-verbal. Les articles de revues ne se contentent pas de rendre compte de ce processus ; ils sont un véhicule majeur du processus lui-même. Qui plus est, le fait qu’ils soient en accès ouvert permet un processus plus rapide, plus efficace, plus transparent et plus global15.

33On ne peut bénéficier d’une recherche que si on y a accès. Ce constat vaut autant pour les sciences humaines que pour les sciences dites « dures ». Nous avons besoin de pouvoir accéder à la recherche médicale ou à la recherche en physique afin de trouver un remède à la malaria ou concevoir un nouveau panneau solaire. Nous avons besoin de pouvoir accéder à la recherche littéraire ou philosophique afin de comprendre un passage difficile d’Homère ou d’évaluer la validité d’une réponse au scepticisme épistémologique. Nous avons besoin d’accéder aux dispositifs de prédiction de séismes avant de pouvoir lancer les opérations de secours. Dix mois avant le gigantesque tremblement de terre ayant tué soixante-dix mille personnes le 12 mai 2008 dans la province du Sichuan (Chine), une équipe de chercheurs internationaux avait prédit ce tremblement de terre dans une étude datée de juillet 2007, avec une précision qualifiée d’« inquiétante » par le National Geographic. Selon cette revue, il était peu probable que les fonctionnaires chinois aient été au courant de cette étude. L’un des coauteurs de l’article, Michael Ellis, chercheur à l’université de Memphis, a indiqué que cette information était effectivement « bloquée » dans une revue académique16.

34Pour ce type d’exemples, il n’est pas intéressant d’établir une comparaison entre recherche fondamentale et recherche appliquée ou entre sciences dures et sciences humaines. Ce qui importe est la comparaison entre tout type de recherche en accès ouvert et le même type de recherche lorsqu’elle est « enfermée » derrière des barrières liées au prix ou à la nécessité d’autorisations. Que la recherche tende à faire avancer le bien-être ou la connaissance, l’énergie ou l’éveil, la synthèse des protéines ou bien encore la sécurité publique, l’accès ouvert l’aide à poursuivre ces objectifs de manière plus rapide, plus efficace et plus globale.

Un accès pour qui ?

35Réponse : pour les êtres humains et pour les machines.

Pour le grand public17

  • 17 Cette section s’inspire de cinq de mes publications :

36Certains s’opposent à l’accès ouvert sous prétexte qu’il n’est pas utile à tous les usagers d'Internet, un peu comme si on s’opposait à l’expérimentation de nouveaux médicaments sous prétexte qu’ils ne seront pas utilisés par la totalité de la population. Or l’accès ouvert concerne tous ceux qui disposent d’une connexion Internet, sans devoir trier qui en a vraiment besoin, qui est vraiment digne de cet accès et qui va vraiment en bénéficier, ou sans devoir laisser cette décision aux soins d’une administration centrale. L’accès ouvert est également bénéfique aux auteurs puisqu’il élargit leur audience et leur impact auprès de tous ceux qui souhaitent les lire. Il importe donc de ne plus considérer la littérature scientifique comme une marchandise, mais au contraire de la voir comme un bien public offert par des auteurs souvent financés (salaire) ou subventionnés (bourse de recherche) sur des fonds publics.

37Le lobby des éditeurs conventionnels tente d’expliquer, de bonne foi ou non, que l’objectif principal de l’accès ouvert est de toucher le grand public, tout en laissant penser que celui-ci ne sera pas motivé pour lire la recherche de pointe, ou pas à même de la comprendre. Certains éditeurs insinuent même que l’accès à la recherche de pointe lui serait néfaste.

  • 18 Réponse de John Jarvis à la question 19 du Select Committee on Science and Technology : http://www (...)

38Ce fut le cas de John Jarvis, directeur général de Wiley Europe. Auditionné en mars 2004 par le Comité sélectif des sciences et technologies de la Chambre des communes du Royaume-Uni, il a déclaré18 :

  • 19 « There is some evidence that some of the support for open access is coming from outside the resea (...)

« Il existe des preuves selon lesquelles des gens extérieurs au monde de la recherche manifestent aussi leur soutien à l’accès ouvert […] Sans vouloir être péjoratif ou élitiste, je pense qu’il s’agit d’un problème sur lequel nous devrions nous pencher, parce qu’il existe très peu de gens dans le grand public, et très peu de gens dans cette salle, qui souhaiteraient lire ces informations scientifiques, pour en tirer ensuite des conclusions erronées […] Je le répète, nous devons être prudents parce que cette idée séduisante selon laquelle tout le monde serait susceptible de tout lire peut nous mener au chaos. Si vous parlez à des médecins, ils vous diront que la dernière chose qu’ils souhaitent est que les personnes malades puissent se documenter et poser ensuite des questions lors d’interventions chirurgicales19. »

39Larry Reynolds, directeur de publication du Journal of Animal Science, expliquait dans un éditorial daté de mars 200720 : « Parce que le public n’a aucune idée de la manière de lire, interpréter ou replacer dans son contexte la science publiée, un accès public immédiat conduirait à un usage sensationnaliste ou impropre de la science21. » Sur son blog, R.W. Donnelle, médecin, s’en est pris en mai 2007 au New England Journal of Medicine en l’accusant de pratiquer une « médecine de tabloïd » pour avoir mis en accès ouvert un éditorial et un article sur Avandia, suite à quoi des millions de lecteurs ont lancé une requête sur ce médicament dans Google22.

  • 23 National Library of Medicine.
  • 24 « [C]lose to a billion a year… A good, heavy part of that are consumers. », cité par Gene Koprowsk (...)

40Le double argument selon lequel l’accès ouvert concerne d’abord le grand public et que celui-ci n’en a pas besoin est faux. La première assertion, qui semble de mauvaise foi, oublie le fait que l’accès ouvert concerne aussi les chercheurs professionnels, comme si ceux-ci en bénéficiaient déjà de manière systématique, ce qui n’est pas le cas (voir également la section sur les problèmes actuels dans le chapitre 2). La deuxième assertion omet que le grand public a, lui aussi, besoin d’accéder à cette recherche. De plus, on ne peut pas encore vraiment quantifier cette absence de besoin (ou ce besoin) puisque la totalité de la recherche est encore loin d’être en accès ouvert. Si l’accès à la recherche de pointe est payant, le fait que peu de lecteurs spécialisés la lisent ne signale pas une absence de demande. Il faudrait enlever les barrières d’accès afin de pouvoir distinguer manque d’accès et manque d’intérêt. Des expériences dans ce sens ont d’ores et déjà été effectuées, comme la mise en accès ouvert en 2004 de la Bibliothèque nationale de médecine23 aux États-Unis, avec un nombre d’usagers en ligne augmentant de 100 %. Donald Lindberg, son directeur à l’époque, relatait la même année que le site web comptabilisait un million de visiteurs par jour et « près d’un milliard par an […] et des usagers appartenant au grand public pour la majeure partie24 ».

  • 25 « Will Research Sharing Keep Pace with the Internet? », The Journal of Neuroscience, n°26-37, sept (...)

41Deux ans plus tard, Richard K. Johnson écrivait en septembre 2006 dans The Journal of Neuroscience25 :

  • 26 « The large audience for freely accessible scientific knowledge may be surprising to many, but the (...)

« Le fait qu’un large public s’intéresse aux connaissances scientifiques librement accessibles peut en surprendre plus d’un, mais la quête d’un tel savoir est démontrée dans l’expérience de la Bibliothèque nationale de médecine. Il y a quelques années, cette bibliothèque a rendu librement disponible sa base de données et ses résumés d’articles de revues biomédicales, qui étaient jusque-là en accès payant, dans un service en ligne du nom de PubMed, suite à quoi les usagers de la bibliothèque ont augmenté de 100 %. La portée potentielle d’une telle action n’aurait jamais pu être anticipée en se fiant seulement aux statistiques de consultation des mêmes versions en accès restreint. Qui sont ces nouveaux lecteurs ? Ce sont certainement des chercheurs du monde entier appartenant à des institutions ne pouvant se permettre de s’abonner à ces revues. Ce sont peut-être aussi des chercheurs travaillant dans des domaines différents. Une requête dans un moteur de recherche leur a permis de trouver une publication à laquelle ils n’avaient pas pensé. Ce sont encore des étudiants, des malades ou leurs familles, des médecins, des travailleurs de la santé ou tout simplement des usagers dont les impôts servent à financer la recherche biomédicale26. »

  • 27 Les membres de l’Alliance for Taxpayer Access comprennent des associations de défense des malades (...)

42Un autre argument est que le grand public utilisant Internet est facilement induit en erreur par des affirmations, théories et preuves sans fondement, auxquelles s’ajoutent des remèdes de charlatan. Mais, même si c’était le cas, cet argument devrait jouer en faveur de (et non contre) l’accès ouvert à la recherche, ne serait-ce que pour remplacer ce contenu médiocre par un contenu de qualité. Le grand public est lui-même souvent composé de professionnels dans d’autres domaines. Certains veulent pouvoir accéder à la recherche médicale pour se documenter sur leur propre santé ou celle de leurs familles. Plus important encore, le grand public voit aussi l’intérêt majeur de cet accès pour les médecins, les infirmiers, le personnel hospitalier et les nombreuses associations de défense des malades (sida, leucémie, sclérose en plaques, etc.). Ces derniers voient à leur tour l’importance de cet accès pour les chercheurs en laboratoire. Comme démontré plus haut (dans la section définissant l’accès ouvert du chapitre 1), l’accès ouvert est à la fois directement bénéfique aux chercheurs et indirectement bénéfique à tous27.

  • 28 Voir « Large Majorities of U.S. Adults Support Easy-and Free-Online Access to Federally-Funded Res (...)

43Un sondage réalisé en mai 2006 par l’institut Harris a montré que la grande majorité des Américains souhaitaient l’accès ouvert pour la recherche financée sur les fonds publics. 83 % souhaitaient cet accès ouvert pour leurs médecins, 82 % pour le grand public, 81 % pour les patients et leurs familles (afin de les aider à surmonter les maladies chroniques et les handicaps) et 62 % pour accélérer la découverte de nouveaux remèdes. Pour chaque question, 13 % à 30 % des personnes interrogées choisissaient la case « ni d’accord ni pas d’accord » et n’exprimaient donc pas un désaccord spécifique face à l’accès ouvert. Seuls 3 % ne souhaitaient pas l’accès ouvert pour leurs médecins, 4 % pour le grand public et 5 % pour aider les malades et leurs familles28.

  • 29 Voir à ce sujet le témoignage de Sharon Terry montrant combien la recherche médicale en accès ouve (...)

44La proportion entre les usagers professionnels et le grand public peut sans nul doute varier selon les domaines. L’important est qu’à l’heure actuelle l’accès est insatisfaisant pour l’un comme pour l’autre groupe puisque la plupart des revues scientifiques sont payantes. Les chercheurs professionnels ne disposent pas d’un accès suffisant à ces revues par le biais de leurs bibliothèques institutionnelles parce que leur prix d’abonnement augmente plus vite que le budget des bibliothèques, même pour celles les plus riches. Le grand public ne dispose pas d’un accès suffisant non plus parce que peu de bibliothèques publiques ont les moyens de s’abonner à des revues scientifiques, et aucune ne peut en proposer toute une collection29.

  • 30 Voir à ce sujet : « The taxpayer argument for open access », SPARC Open Access Newsletter, 4 septe (...)

45Dernier argument jouant en faveur du grand public, il est inutile de créer un système sélectif pour décider qui aurait le droit de lire ou non la recherche disponible en ligne, avec système d’authentification pour inclure certains lecteurs et en exclure d’autres, par exemple les citoyens d’un pays donné. De plus, procurer un accès ouvert à tous les usagers d'Internet est plus économique et plus facile que le procurer à certains tout en bloquant l’accès à d’autres30. Nous ne devrions ériger (et donc financer) un appareil d’exclusion que s’il y a une très bonne raison de le faire.

Pour les machines31

  • 31 Cette section s’inspire de trois de mes publications :
    « Thoughts on first and second-order scholar (...)

46L’accès ouvert est utile aussi pour les machines. Il ne s’agit pas d’altruisme futuriste selon lequel des êtres humains aideront les machines à répondre à leurs propres questions. Il s’agit d’une vision plus égoïste relative aux logiciels qui nous servent d’intermédiaires pour accéder à la recherche. Si les machines n’y ont pas accès, nous autres êtres humains n’y aurons pas accès non plus, y compris pour les possibilités de traitement de l’information. Il suffit de penser à la somme de connaissances à laquelle nous avons accès, en ligne et hors ligne, et à l’infime partie qui serait disponible si nous ne pouvions pas utiliser de moteur de recherche pour la trouver ou si elle n’était pas indexée par ces moteurs de recherche.

  • 32 Concernant le fait que la surcharge d’information n’a pas débuté avec Internet, voir l’ouvrage d’A (...)

47La surcharge d’informations n’a pas débuté avec Internet, mais l’existence du réseau des réseaux permet d’augmenter le volume de la recherche à laquelle nous avons accès et les possibilités que nous avons de la trouver. Les articles peuvent être localisés grâce à des logiciels ou, plus précisément, grâce à des logiciels donnant accès aux articles existants (y compris nouvellement publiés) sur un sujet de recherche et les sujets connexes. Ces logiciels nous montrent ce qui existe, ce qui est nouveau, ce qui est pertinent ou considéré comme tel par d’autres personnes, et ce qu’elles en disent. Sans l’existence de logiciels, il serait impossible de faire face à la surcharge d’information, et le nombre d’articles qu’un chercheur pourrait trouver, lire et utiliser s’en trouverait fort réduit32.

  • 33 Clay Shirky, « It’s Not Information Overload. It’s Filter Failure », Web 2.0 Expo NY, 16-19 septem (...)

48Certains éditeurs ont avancé que le prix élevé des revues et le budget limité des bibliothèques sont un frein naturel à la surcharge d’information, comme si les revues scientifiques trop chères étaient justement celles dont les chercheurs n’auraient pas besoin, alors que ces revues leur seraient utiles mais hors de portée du budget des bibliothèques de leurs institutions. Le problème ne vient donc pas (ou pas seulement) du vaste volume de la littérature scientifique et de sa croissance exponentielle, mais d’un accès ouvert encore partiel et des limites actuelles des outils de recherche. Avec un accès ouvert généralisé couplé à des outils puissants, les chercheurs pourraient trouver et utiliser les articles dont ils ont besoin. Comme l’écrit Clay Shirky, le vrai problème n’est pas la surcharge d’information, mais un filtrage inadapté33.

49L’accès ouvert incite les développeurs à créer de bons outils de filtrage pour cette littérature scientifique en ligne. En contrepartie, ces outils incitent les auteurs et les éditeurs à mettre leurs articles en accès ouvert pour plus de visibilité. Lors des premières années, des insuffisances des deux côtés ont créé un cercle vicieux : la faible quantité d’articles en accès ouvert n’était pas très motivante pour concevoir de nouveaux logiciels, et l’absence de bons logiciels n’était pas très motivante non plus pour augmenter la quantité d’articles disponibles en ligne, toutes choses démenties à l’heure actuelle.

50La littérature numérique, qu’elle soit ouverte ou payante, est accessible aux logiciels et permet aussi de nouveaux types de traitement. Mais la littérature payante minimise cette opportunité en instituant diverses barrières : prix de vente ou d’abonnement, mots de passe, restrictions en termes de droit d’auteur et verrouillage de logiciels. En supprimant ces barrières, l’accès ouvert favorise un écosystème permettant de nombreuses tâches : recherche dans le texte, indexation, exploration des données, résumé, traduction, requêtes, lien vers le texte, recommandation, signalement, inclusion dans un mash-up et autres traitements, sans parler des nouvelles possibilités qu’offrira l’avenir. Un des fondements de l’accès ouvert est d’encourager au maximum tous ces outils grâce auxquels on peut valoriser et optimiser la recherche scientifique.

  • 34 « Open Computation: Beyond Human-Reader-Centric Views of Scholarly Literatures », Open Access: Key (...)

51Dans ce sens, la promesse ultime de l’accès ouvert est moins de procurer des textes gratuits à nous autres êtres humains – même s’il s’agit du but à atteindre – que de procurer des données gratuites à des logiciels qui agiront comme les antennes, les yeux, les assistants de recherche et les documentalistes personnels des chercheurs. Les logiciels auront pour tâche de traiter la littérature scientifique au bénéfice des êtres humains. Clifford Lych34 affirmait en 2006 :

  • 35 « Traditional open access is, in my view, a probable (but not certain) prerequisite for the emerge (...)

« L’accès ouvert traditionnel est, selon moi, une condition préalable probable (mais non certaine) à l’émergence d’un traitement computationnel effectif et à large échelle de la littérature scientifique35. »

52Le fait de donner aux êtres humains l’accès à la littérature scientifique rend celle-ci également accessible aux logiciels, qui à leur tour peuvent traiter cette information au profit de nous autres êtres humains. L’accès ouvert deviendra à l’avenir un acquis préalable à une nouvelle génération d’outils et de services, et ce sont sur eux que se portera l’attention. Les « technologues » feront remarquer que l’accès ouvert était indispensable pour cette nouvelle étape, alors que les historiens insisteront sur le fait que l’accès ouvert n’avait pas été si facile à obtenir par le passé.

Notes de fin

1 Cette section s’inspire de deux de mes publications :
« Open Access Overview » : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729737/suber_oaoverview.htm?sequence=1 ;
« A field guide to misunderstandings about open access », SPARC Open Access Newsletter, 2 avril 2009 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322571/suber_field guide.html?sequence=1.

2 Cette section s’inspire de « Open access to electronic theses and dissertations (ETDs) », SPARC Open Access Newsletter, 2 juillet 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4727443/suber_theses.htm?sequence=1.

3 Gail McMillan, « Do ETDs Deter Publishers? Does Web availability count as prior publication? A report on the 4th International Conference on Electronic Theses and Dissertations », College and Research Libraries News, n°62-(6, juin 2001 : http://scholar.lib.vt.edu/staff/gailmac/publications/pubrsETD2001.html.

4 « The ready availability of ETDs on the Internet does not deter the vast majority of publishers from publishing articles derived from graduate research already available on the Internet. » [Notre traduction]
Ceci est moins vrai pour les livres, selon l’article de Jennifer Howard « The Road from Dissertation to Book Has a New Pothole: The Internet », Chronicle of Higher Education, 3 avril 2011, et la discussion qui a suivi sur la liste de diffusion LibLicense : http://chronicle.com/article/The-Road-From-Dissertation-to/126977.

5 Cette section s’inspire de trois de mes publications :
« Promoting Open Access in the Humanities », Syllecta Classica, n° 16, 2005, pp. 231-246 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729720/suber_promoting.htm?sequence=1 ;
Mes réponses aux questions de Richard Poynder dans « The Basement Interviews: Peter Suber », 19 octobre 2007 : http://poynder.blogspot.com/2007/10/basement-interviews-peter-suber.html ;
« Predictions for 2009 », SPARC Open Access Newsletter, 2 décembre 2008 : http://legacy.earlham.edu/~peters/fos/newsletter/12-02-08.htm#predictions.

6 Voir la liste de ces éditeurs dans l’Open Access Directory (OAD) : http://oad.simmons.edu/oadwiki/Publishers_of_OA_books.
Pour les différents modèles économiques possibles, voir Janneke Adema, « Overview of Open Access Models for eBooks in the Humanities and Social Sciences », Open Access Publishing in European Networks (OAPEN), mars 2010 : http://project.oapen.org/images/documents/openaccessmodels.pdf.
Voir aussi la liste de ces modèles économiques dans l’OAD :

http://oad.simmons.edu/oadwiki/OA_book_business_models.

7 Voici la liste de ces différentes études :
John Hilton III, « “Freely ye have received, freely give” (Matthew 10:8): how giving away religious digital books influences the print sales of those books », mémoire de master de l’université Brigham Young, 2010 : http://scholarsarchive.byu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=3021&context=etd ;
Du même auteur, « Hard Numbers on Free Random House Books », Wide Open, 6 mai 2009 : http://tagteam.harvard.edu/hub_feeds/1762/feed_items/26860 ;
Deux articles de John Hilton III et David Wiley, « Free: Why Authors Are Giving Books Away on the Internet », Tech Trends, n° 54-2, 2010 : http://link.springer.com/article/10.1007/s11528-010-0381-8 ; et « The Short-Term Influence of Free Digital Versions of Books on Print Sales », Journal of Electronic Publishing, n° 13-1, hiver 2010 : http://dx.doi.org/10.3998/3336451.0013.101 ;
Brian O’Leary, « The impact of piracy », Magellan Media, 8 juin 2009 : http://www.magellanmediapartners.com/news/the_impact_of_piracy/ ;
Oriental Institute Publications Office, « The Electronic Publications Initiative of the Oriental Institute of the University of Chicago », The Oriental Institute of the University of Chicago, 6 avril 2009 : http://oi.uchicago.edu/research/electronic-publications-initiative-oriental-institute-university-chicago ;
Springer Science+Business Media, « More than 29,000 titles now live in Google Book Search », communiqué de presse du 1er mars 2007 : http://www.dlib.org/dlib/march07/03inbrief.html ;
Tim O’Reilly, « Free Downloads vs. Sales: A Publishing Case Study », O’Reilly Radar, 1er juin 2007 : http://radar.oreilly.com/archives/2007/06/free-downloads.html ;
« OAPEN-UK: an ongoing experiment from JISC », 22 octobre 2010 : http://www.jisc-collections.ac.uk/News/OAPENUKITT ;
Caren Milloy, « JISC national e-books observatory project: 2007-2010 », Joint Information Systems Committee, 2010 : http://observatory.jiscebooks.org/ ;
Enifn, le tag « oa.books.sales » permet d’avoir accès aux études recensées dans l’Open Access Tracking Project (OATP) : http://tagteam.harvard.edu/hubs/3/tag/oa.books.sales.

8 National Academies Press, NAP : http://www.nap.edu.

9 Les articles de Michael Jensen en 2001, 2005 et 2007 : http://chronicle.com/article/Academic-Press-Gives-Away-Its/27430 ; http://chronicle.com/article/Presses-Have-Little-to-Fear/25775 ; http://dx.doi.org/10.3998/3336451.0010.206.

10 American Association of University Presses, AAUP.

11 « Statement on Open Access », 7 février 2007 : http://www.aaupnet.org/images/stories/documents/oastatement.pdf ;
http://legacy.earlham.edu/~peters/fos/2007/02/aaup-statement-on-open-access.html.

12 Voir aussi le « Digital Book Publishing Survey » de l’AAUP en mai 2011 : http://www.aaupnet.org/news-a-publications/news/421-aaup-digital-book-publishing-survey-report-released.

13 « May all your problems be technical. » [Notre traduction]

14 Cette section s’inspire de trois de mes publications :
« Abridgment as added value », SPARC Open Access Newsletter, 2 novembre 2009 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4317664/suber_abridgment.html?sequence=1 ;
« Promoting Open Access in the Humanities », Syllecta Classica, n° 16, 2005, p. 231–246 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729720/suber_promoting.htm?sequence=1 ;
« Discovery, rediscovery, and open access. Part 1 », SPARC Open Access Newsletter, 2 août 2010 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4455489/suber_discovery.htm?sequence=1 ;

15 Voir aussi à ce sujet « Open access and the self-correction of knowledge », SPARC Open Access Newsletter, 2 juin 2008 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4391168/suber_selfcorrect.html?sequence=1.

16 http://news.nationalgeographic.com/news/2008/05/080516-earthquake-predicted.html.

17 Cette section s’inspire de cinq de mes publications :

« The taxpayer argument for open access », SPARC Open Access Newsletter, 4 septembre 2003 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4725013/suber_taxpayer.htm?sequence=1 ;
« Knowledge as a public good », SPARC Open Access Newsletter, 2 novembre 2009 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4391171/suber_public%20good.html?sequence=1 ;
« Follow-up on the Federal Research Public Access Act », SPARC Open Access Newsletter, 2 juin 2006 : https://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/3942944/suber_news98.html?sequence=2#frpaa ;
Mes réponses aux questions de Richard Poynder dans « The Basement Interviews: Peter Suber », 19 octobre 2007 : http://poynder.blogspot.com/2007/10/basement-interviews-peter-suber.html ;
« A field guide to misunderstandings about open access », SPARC Open Access Newsletter, 2 avril 2009, notamment la section 23 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322571/suber_field guide.html?sequence=1.

18 Réponse de John Jarvis à la question 19 du Select Committee on Science and Technology : http://www.publications.parliament.uk/pa/cm200304/cmselect/cmsctech/uc399-i/uc39902.htm.

19 « There is some evidence that some of the support for open access is coming from outside the research community… Without being pejorative or elitist, I think that is an issue that we should think about very, very carefully, because there are very few members of the public, and very few people in this room, who would want to read some of this scientific information, and in fact draw wrong conclusions from it… I will say again; let us be careful because this rather enticing statement that everybody should be able to see everything could lead to chaos. Speak to people in the medical profession, and they will say the last thing they want are people who may have illnesses reading this information, marching into surgeries and asking things. » [Notre traduction]

20 https://web.archive.org/web/20120206103523/http://www.asas.org/bulletin_article.asp?a=9&s=&r=3.

21 « Because the public has no idea how to read, interpret, or put published science into context, immediate public access will lead to sensationalized use, or misuse, of science. » [Notre traduction]

22 Le post de blog de R. W. Donnell, avec les deux segments cités : « tabloid based medicine » et « millions of Google search queries for Avandia » : http://doctorrw.blogspot.com/2007/05/tabloid-based-medicine-trumps-evidence.html.

23 National Library of Medicine.

24 « [C]lose to a billion a year… A good, heavy part of that are consumers. », cité par Gene Koprowski dans « The Web: Patients heal themselves online », United Press International, 14 août 2004 : http://www.upi.com/Science_News/2004/08/04/The-Web-Patients-heal-themselves-online/UPI-96731091633186.

25 « Will Research Sharing Keep Pace with the Internet? », The Journal of Neuroscience, n°26-37, septembre 2006, pp. 9349–9351 : http://www.jneurosci.org/content/26/37/9349.full.

26 « The large audience for freely accessible scientific knowledge may be surprising to many, but the hunger for it is apparent from experience of the National Library of Medicine (NLM). A few years ago, NLM transformed its fee-based index and abstracts of biomedical journal articles to free availability on the Web as PubMed. Use of the database increased 100-fold once it became freely available. The potential scope of this usage could never have been anticipated by looking solely at use of the controlled-access version. Who are these new readers? They surely include scientists around the globe at institutions that may not be able to afford needed journals. They also may be researchers in unexpected fields, search engine users who didn’t realize previously they could use work in a seemingly unrelated field. They may be students, patients or their families, physicians, community health workers, or others from the general public: taxpayers who finance so much biomedical research. » [Notre traduction]

27 Les membres de l’Alliance for Taxpayer Access comprennent des associations de défense des malades promouvant l’accès ouvert à la recherche financée sur les fonds publics aux États-Unis : http://www.taxpayeraccess.org/membership/index.shtml.

28 Voir « Large Majorities of U.S. Adults Support Easy-and Free-Online Access to Federally-Funded Research Findings on Health Issues and Other Topics », Harris Interactive, 31 mai 2006 : http://www.prnewswire.com/news-releases/large-majorities-of-us-adults-support-easy---and-free---online-access-to-federally-funded-research-findings-on-health-issues-and-other-topics-56588132.html.

29 Voir à ce sujet le témoignage de Sharon Terry montrant combien la recherche médicale en accès ouvert est utile aussi pour le grand public : http://crln.acrl.org/content/66/7/522.full.pdf.

30 Voir à ce sujet : « The taxpayer argument for open access », SPARC Open Access Newsletter, 4 septembre 2003 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4725013/suber_taxpayer.htm?sequence=1.

31 Cette section s’inspire de trois de mes publications :
« Thoughts on first and second-order scholarly judgments », SPARC Open Access Newsletter, 8 avril 2002 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4727447/suber_thoughts.htm?sequence=1 ;
Mes réponses aux questions de James Morrison dans The Technology Source, septembre/octobre 2002 : http://www.technologysource.org/article/free_online_scholarship_movement ;
Mes réponses aux questions de Cy Dillon dans Virginia Libraries, n° 54 (2), avril 2008, pp. 7-12 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4724180/suber_dillonin terview.htm?sequence=1.

32 Concernant le fait que la surcharge d’information n’a pas débuté avec Internet, voir l’ouvrage d’Ann Blair, Too Much to Know: Managing Scholarly Information Before the Modern Age, Yale University Press, novembre 2010 : http://yalebooks.com/book/9780300165395/too-much-know.
Concernant la croissance rapide d’Internet, tout comme la puissance des moteurs de recherche, voir « Can search tame the wild web? Can open access help? », SPARC Open Access Newsletter, 2 décembre 2005 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4727442/suber_wildweb.htm?sequence=1.

33 Clay Shirky, « It’s Not Information Overload. It’s Filter Failure », Web 2.0 Expo NY, 16-19 septembre 2008 : http://blip.tv/web2expo/web-2-0-expo-ny-clay-shirky-shirky-com-it-s-not-information-overload-it-s-filter-failure-1283699.

34 « Open Computation: Beyond Human-Reader-Centric Views of Scholarly Literatures », Open Access: Key Strategic, Technical and Economic Aspects, Neil Jacobs (ed.), Chandos Publishing, 2006, pp. 185-193 : http://www.cni.org/wp-content/uploads/2011/08/OpenComputation.pdf.

35 « Traditional open access is, in my view, a probable (but not certain) prerequisite for the emergence of fully developed large-scale computational approaches to the scholarly literature. » [Notre traduction]

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable