Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

 | 
Peter Suber

2. Les motivations

Texte intégral

Une solution à de nombreux problèmes1

  • 1 Cette section s’inspire de quatre de mes publications :
    « Removing the Barriers to Research: An Int (...)

1Nombre de problèmes peuvent trouver une solution dans l’accès ouvert à la recherche. Cette section expose quinze points (numérotés donc de 1 à 15) montrant combien le système actuel de diffusion de la recherche par le biais de revues payantes est inadapté pour les chercheurs et leurs institutions, tout en étant très profitable aux grands éditeurs conventionnels. Tous ces problèmes peuvent être résolus en tout ou en partie avec l’adoption de l’accès ouvert.

Point n° 1

2Nous sommes au beau milieu d’une inflation sans précédent du prix des revues scientifiques payantes. Depuis quarante ans, le montant des abonnements a augmenté nettement plus vite que le coût de la vie et que le budget des bibliothèques. Il a même augmenté deux fois plus rapidement que le prix des polices d’assurance de santé, ces dernières constituant aux États-Unis le barème absolu en matière d’inflation ingérable. En ce qui concerne le prix des revues, il est beaucoup trop tard pour en limiter les dégâts, dont on ne peut désormais que constater l’étendue.

  • 2 Association of Research Libraries, ARL.
  • 3 ARL, Monograph and Serial Expenditures in ARL Libraries, 1986–2004 : http://web.archive.org/web/20 (...)
  • 4 « We Must Stop the Avalanche of Low-Quality Research », 13 juin 2010 : http://chronicle.com/articl (...)
  • 5 « From 1978 to 2001, libraries at the University of California at Los Angeles… saw their subscript (...)
  • 6 University of California, Office of Systemwide Library Planning, Scholarly Communication FAQ, 29 f (...)
  • 7 « Serial costs increased at 9% a year [while] library materials budgets increased at only 6.7% a y (...)
  • 8 Stephen Bosch, Kittie Henderson et Heather Klusendorf, « Periodicals Price Survey 2011: Under Pres (...)
  • 9 Voir aussi la liste des revues chères (avec leur prix unitaire) tenue par le MIT jusqu’au 16 juill (...)

3D’après l’association américaine des bibliothèques de recherche2, entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 2000, le prix des revues payantes a augmenté 2,5 fois plus vite que le coût de la vie3. Mark Bauerlein et ses quatre coauteurs ont rapporté en juin 20104 que, « de 1978 à 2001, les bibliothèques de l’université de Californie à Los Angeles […] ont vu les prix de leurs abonnements augmenter de 1 300 %5 ». Selon l’université de Californie elle-même6, entre 1986 et 1999, « les coûts consacrés aux acquisitions de périodiques se sont accrus de 9 % par an alors que le budget des bibliothèques pour les acquisitions n’augmentait que de 6,7 % par an7 ». Pendant la même période, le prix unitaire d’une revue a augmenté de 207 %, alors que le prix d’une police d’assurance de santé n’augmentait que de 107 %. Selon une enquête de Stephen Bosch, Kittie Henderson et Heather Klusendorf publiée en avril 2011 sur le prix des revues et leur prix moyen selon leur spécialité8, ils continuent d’augmenter plus vite que le coût de la vie et que le budget des bibliothèques affecté aux périodiques. Ce budget, après avoir augmenté moins vite que l’inflation, est maintenant en déclin par rapport à elle9.

Point n° 2

  • 10 Le site du DOAJ (Directory of Open Access Journals) : http://doaj.org.

4Une crise des prix entraîne une crise d’accès au contenu des revues à comité de lecture en accès payant. Alors que la totalité de ces revues était en accès payant avant les débuts du mouvement pour l’accès ouvert, les trois quarts d’entre elles le sont encore aujourd’hui. On pouvait compter 25 000 revues à comité de lecture dans tous les domaines et dans toutes les langues en 2011, dont 26 % en accès ouvert. Des études montrent que les revues ouvertes publient en moyenne moins d’articles par an que les revues payantes. Ce pourcentage est donc inférieur à 26 % si on considère le nombre d’articles plutôt que le nombre de revues. Mais si on additionne le nombre d’articles publiés dans des revues ouvertes avec le nombre d’articles publiés dans des revues payantes mais disponibles aussi dans des archives ouvertes sur autorisation de l’éditeur, ce pourcentage augmente de nouveau10.

  • 11 « Overcoming Barriers: Access to Research Information Content », Research Information Network, déc (...)

5Lorsque les abonnés à une revue résilient leur abonnement en raison de son prix exorbitant, il en résulte une baisse d’accès à ces articles. Les résiliations atténuent donc un problème, celui du prix, pour en aggraver un autre, celui de l’accès. Selon une étude menée fin 2009 par le Research Information Network, 40 % des chercheurs contactés éprouvaient des difficultés à accéder à des revues scientifiques au moins une fois par semaine et les deux tiers éprouvaient les mêmes difficultés une fois par mois. 60 % de ces chercheurs décrivaient ces difficultés comme un frein à leur recherche, lui-même considéré par 18 % d’entre eux comme significatif11.

Point n° 3

  • 12 Robin Peek, « Harvard Faculty Mandates OA », Information Today, 1er avril 2008 : http://connection (...)
  • 13 « At Harvard, serials duplication has been all but eliminated and serious cancellation efforts hav (...)
  • 14 « Libraries on the Edge », Harvard Magazine, janvier-février 2010 : http://harvardmagazine.com/201 (...)
  • 15 « Budgetary pressures that have been building during the past decade, and intensified in the past (...)

6Même les bibliothèques universitaires les plus fortunées de la planète souffrent de ces difficultés d’accès. Lors du vote de la faculté des arts et des sciences de Harvard en février 2008 pour instituer une réglementation de l’accès ouvert, Stuart Shieber, qui y est professeur, expliquait que l’augmentation régulière du prix des revues avait conduit la bibliothèque de l’établissement à résilier pour des raisons budgétaires ses abonnements à plusieurs revues scientifiques. Dans un article de Robin Peek daté d’avril 200812, Stuart Shieber indiquait que « les abonnements aux revues ont été limités à un seul exemplaire par revue et plusieurs abonnements à une revue disponible en un seul exemplaire ont même été résiliés. Les collections de monographies ont également été affectées. Notre faculté doit donc faire face à des réductions qualitatives dans l’accès à la littérature scientifique13 ». Or cette bibliothèque dispose du budget annuel le plus élevé au monde. Le Harvard Magazine daté de janvier-février 201014 précise lui aussi que « les pressions budgétaires en augmentation durant les dix dernières années, avec une augmentation encore accrue l’année passée, menacent l’aptitude de la plus grande bibliothèque privée au monde à rassembler des écrits scientifiques de manière aussi exhaustive que par le passé15 ». Robert Darnton, directeur de cette bibliothèque, a déclaré que le nombre d’acquisitions était en baisse sensible en 2009 et a même qualifié cette situation d’état de crise.

  • 16 Ces chiffres s’appuient sur mes contacts personnels avec des bibliothécaires. Il est malheureuseme (...)

7Les difficultés d’accès aux articles sont encore plus marquées dans des universités moins fortunées, et plus encore dans les pays en voie de développement. En 2008, la bibliothèque de Harvard était abonnée à 98 900 périodiques, contre 73 900 pour l’université Yale. La même année, la bibliothèque de recherche indienne la mieux financée, celle de l’Indian Institute of Science, était abonnée à 10 600 périodiques. Plusieurs bibliothèques universitaires de l’Afrique subsaharienne ne sont abonnées à aucune revue scientifique payante. Leurs lecteurs n’ont donc pas accès à ce type de revue, à l’exception des abonnements offerts par quelques éditeurs conventionnels16.

Point n° 4

8Les grands éditeurs conventionnels de revues scientifiques minimisent les résiliations en regroupant dans un seul lot (dénommé « bundle » en anglais) des centaines ou des milliers de revues à la fois très et peu demandées, ce qui réduit la possibilité pour les bibliothèques d’opérer un choix en fonction de leur propre budget. L’aspect positif de ces lots est qu’ils permettent aux universités d’accéder à davantage de revues en en réduisant le coût moyen. Mais lorsque les bibliothèques tentent de résilier des revues de qualité médiocre et peu utilisées par leur public, les éditeurs en profitent pour augmenter le prix des autres revues. L’existence de ces lots laisse donc peu de latitude aux bibliothèques pour faire des résiliations ciblées en fonction de leur lectorat dans le but d’économiser des fonds et les oblige à résilier le lot complet ou bien à le conserver malgré des titres sans intérêt pour elles.

9Ces lots sont intentionnellement trop volumineux pour être résiliés sans difficulté, ce qui donne toute latitude aux éditeurs pour augmenter leurs prix sans aucune proportion avec le coût de revient de ces revues, leur taille, le nombre de leurs lecteurs, leur impact et leur qualité. Sans l’existence de ces lots, les bibliothèques auraient été très nombreuses à résilier quantité d’abonnements devenus trop chers. Par ces lots, les éditeurs protègent non seulement des revues de qualité très moyenne desquelles les bibliothèques ne peuvent facilement se désabonner, mais aussi leurs propres profits en ponctionnant de manière indue le budget des bibliothèques.

  • 17 Association of Research Libraries, Monograph and Serial Expenditures in ARL Libraries, 1986-2004. (...)
  • 18 Kittie S. Henderson et Stephen Bosch, « Seeking the New Normal: Periodicals Price Survey 2010 », L (...)
  • 19 « Libraries are aware… that the top journals in a bundle continue to generate the majority of use (...)
  • 20 Research Library UK.
  • 21 http://www.rluk.ac.uk/wp-content/uploads/2014/02/RLUKPressReleaseJournalPricing.doc.
  • 22 « It would not support future journal big deals unless they showed real price reductions. » [Notre (...)

10D’après l’ARL, du fait de l’existence de ces lots de revues, le nombre de titres souscrits par les bibliothèques universitaires situées en Amérique du Nord a augmenté de 42 % entre le milieu des années 1980 et celui des années 2000. Pendant ce temps, les dépenses des bibliothèques pour souscrire ces abonnements ont grimpé de 273 %, soit près de quatre fois l’augmentation du coût de la vie17. Selon un article de Kittie S. Henderson et Stephen Bosch daté d’avril 201018, « les bibliothèques ont conscience […] du fait que les meilleures revues dans un lot sont les plus utilisées par leurs usagers alors que celles les moins utilisées représentent toujours un pourcentage élevé du coût de ces abonnements19 ». De son côté, le service des bibliothèques de recherche du Royaume-Uni20 a annoncé en novembre 201021 qu’« il ne favoriserait pas à l’avenir les lots de revues à moins de réductions substantielles sur leur prix22 ».

11Ce problème va en s’accentuant puisque les principaux éditeurs de revues ont des marges bénéficiaires supérieures à celles des grandes multinationales du pétrole. En 2010, les profits générés par le département des revues d’Elsevier représentaient 35,7 % alors que ceux d’ExxonMobil n’étaient que de 28,1 %. Les profits dégagés par Elsevier étaient de 724 millions de livres sterling (environ 836 millions d’euros) sur des revenus s’élevant à 2 026 millions de livres sterling (environ 2 340 millions d’euros), tandis que les profits dégagés par ExxonMobil étaient de 30 460 millions de dollars (environ 27 120 millions d’euros) sur des revenus s’élevant à 383 221 millions de dollars (environ 341 200 millions d’euros). Le département de revues d’Elsevier dégage également une marge plus importante que celle de l’industrie des loisirs chez Disney, dont les profits sont de 17,7 %23.

12En ponctionnant le budget des bibliothèques, ces lots de revues nuisent à la visibilité de celles publiées par de petits éditeurs à but non lucratif puisqu’elles sont exclues de ces lots. Cela s’ajoute aux autres problèmes rencontrés par les chercheurs puisque la qualité et l’impact des revues publiées par ces petits éditeurs sont souvent supérieurs à ceux des revues de moindre qualité « protégées » par un grand éditeur du fait de leur présence dans ces lots de revues. (Voir aussi le point 11 infra.)

  • 24 « Big Deal Contract Project », lancé par Ted Bergstrom, Paul Courant et Preston McAfee : http://ww (...)
  • 25 Voir également le communiqué de l’ARL daté de juin 2009 au sujet d’Elsevier : http://www.arl.org/n (...)

13Pour couronner le tout, la plupart des lots de revues incluent une clause de confidentialité interdisant aux universités d’en communiquer le prix, ce qui a pour effet d’empêcher toute discussion et toute concurrence dans le marché des revues. En 2009, trois universitaires américains ont lancé le « Big Deal Contract Project » afin d’utiliser la législation existante au niveau de chaque État pour exiger la transparence sur les contrats relatifs aux lots de revues dans les universités publiques24. Suite à quoi Elsevier a perdu son procès après avoir utilisé l’arsenal législatif existant pour tenter de bloquer la publication de son contrat avec l’université d’État de Washington25.

Point n° 5

  • 26 James McPherson, « A Crisis in Scholarly Publishing », Perspectives, octobre 2003.
  • 27 « In 1986 [academic] libraries spent 44 percent of their budgets on books and 56 percent on journa (...)

14Durant les quarante années pendant lesquelles le prix des revues a augmenté plus vite que l’inflation et que le budget des bibliothèques, ces dernières ont réduit leur budget consacré aux livres pour augmenter celui consacré aux revues. Selon James McPherson26, « en 1986, les bibliothèques universitaires ont octroyé 44 % de leur budget aux livres et 56 % aux revues. Le déséquilibre était beaucoup plus marqué en 1997, avec 28 % de leur budget pour les livres et 72 % de leur budget pour les revues27 ».

  • 28 Association of Research Libraries, Monograph and Serial Expenditures in ARL Libraries, 1986-2004. (...)

15Comme les bibliothèques universitaires achètent désormais moins de livres, les éditeurs de livres scientifiques acceptent moins de manuscrits. En conséquence, la crise des revues, qui touche surtout les sciences et techniques, a précipité la crise des monographies, qui touche surtout les sciences humaines. Le nombre de livres acquis par l’ARL entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 2000 a chuté de 10 %, et la croissance du budget consacré aux livres a été plus faible que celle du taux d’inflation28.

Point n° 6

16Du fait des restrictions récentes visant les revues électroniques, la crise des prix se double d’une crise des autorisations nécessaires. Les éditeurs des revues en ligne en accès payant ont des raisons commerciales de limiter la liberté des usagers à copier et redistribuer ces textes. Ces raisons commerciales entraînent des restrictions à la fois pour les usagers et les bibliothèques, et celles-ci dépassent souvent les restrictions visant les revues imprimées.

17Ces conséquences néfastes sont nombreuses. En voici plusieurs. Lorsque les bibliothèques paient des abonnements à des revues numériques, elles ne sont pas propriétaires de leurs abonnements, mais elles se contentent de louer ces revues ou d’avoir une licence sur celles-ci pour une période donnée. Si elles résilient un abonnement, elles peuvent ne plus avoir accès aux numéros précédents inclus dans leur abonnement passé. Ces bibliothèques peuvent même violer les droits des éditeurs si elles gardent les numéros précédents ou si elles en font des copies sans une autorisation expresse de l’éditeur ou sans un paiement spécifique. La conservation de ces revues est donc du ressort des éditeurs qui vont privilégier un marché potentiel futur au lieu d’une véritable conservation à destination d’un large public, contrairement aux bibliothèques. Les bibliothèques ne peuvent pas transférer les numéros anciens des revues vers de nouveaux types de médias et de nouveaux formats leur permettant d’être toujours lisibles lors de changements technologiques futurs, à moins d’une autorisation spécifique de la part des éditeurs pour ne pas enfreindre la législation sur le droit d’auteur.

18De plus, certains éditeurs ne permettent pas aux bibliothèques de prêter ces articles numériques à d’autres bibliothèques par le biais du prêt inter-bibliothèques. Elles sont donc obligées de les imprimer, puis de scanner les impressions avant de prêter les articles scannés. Les bibliothèques doivent négocier le prix de vente de ces revues et leur licence d’utilisation, avec des accords qui doivent souvent rester confidentiels. Elles doivent ensuite conserver et consulter régulièrement ces accords souvent complexes, qui diffèrent d’un éditeur à l’autre et d’une année à l’autre. Elles doivent réglementer et négocier l’accès à ces revues pour les lecteurs de leurs bibliothèques, pour les usagers consultant ces revues en ligne hors du campus universitaire et pour les enseignants-chercheurs invités.

19Ces bibliothèques doivent encore limiter l’accès à ces revues avec un mot de passe et une adresse IP et tenir compte de leurs horaires d’ouverture, de l’affiliation institutionnelle de leurs lecteurs, de leur situation géographique et des difficultés d’accès possibles si de nombreux usagers lisent le même article en même temps. Elles doivent mettre en place des systèmes d’authentification et administrer des serveurs proxy. Elles doivent également se prononcer sur le droit de citation du contenu de ces articles, en se demandant s’il est nécessaire ou non de demander l’autorisation de l’éditeur. Elles doivent enfin expliquer à leurs lecteurs que l’existence de cookies et la nécessité de s’inscrire au préalable rendent les requêtes anonymes impossibles, et que certains usages autorisés en théorie par la loi ne sont pas autorisés en pratique par les technologies existantes.

  • 29 Pour en savoir plus sur la crise des autorisations, voir « Removing the Barriers to Research: An I (...)

20On met à dessein ici l’accent sur les bibliothèques plutôt que sur les usagers parce que la crise des prix a pratiquement supprimé les abonnements individuels. La plupart des abonnés à des revues payantes sont des bibliothèques, dont la grande majorité des lecteurs sont les usagers29.

21En résumé, les éditeurs conventionnels considèrent les possibilités de partage en ligne comme un problème alors que les chercheurs et les bibliothèques les perçoivent comme une solution. L’existence d'Internet accroît encore le fossé existant entre les intérêts des éditeurs conventionnels d’une part et les intérêts des chercheurs et des organismes de recherche d’autre part.

22Les éditeurs conventionnels s’adaptent pourtant à l’ère numérique de plusieurs manières. Ils convertissent une grande partie de leurs revues au format numérique et vont même jusqu’à abandonner les versions imprimées. Ils incorporent à ces revues des hyperliens, des moteurs de recherche internes et des services d’alerte. Ces éditeurs sont de plus en plus nombreux à numériser leurs numéros anciens et ils incorporent même des données non textuelles aux articles qu’ils publient. Mais il leur reste à adopter la solution révolutionnaire consistant à rendre le contenu de ces revues accessible à tous en supprimant les barrières liées à un prix de vente ou à la nécessité d’autorisations. L’adoption de cette solution permettrait de résoudre immédiatement les crises actuelles liées à ces barrières en « libérant » la recherche. Il va sans dire que cette innovation est ce qui fait le plus peur aux éditeurs. Selon une étude de l’association internationale des éditeurs scientifiques, techniques et médicaux30 publiée en mars 2011, 96 % des revues en sciences et techniques disposent de versions en ligne, et la plupart sont en accès payant31.

Point n° 7

23Les éditeurs conventionnels acquièrent gratuitement les composantes essentielles d’une revue grâce au monde universitaire. Les auteurs font don de leurs nouveaux articles à l’éditeur et lui donnent aussi le droit de les publier. Le directeur de publication et le comité de lecture font, eux aussi, don de leur travail, dans le but d’améliorer la qualité de ces articles et de les valider pour publication. Le Research Information Network a calculé en 2008 que, au niveau mondial, les chercheurs faisaient don aux éditeurs de revues scientifiques d’une somme de travail équivalant à 1,9 milliard de livres sterling (environ 2,2 milliards d’euros) par an en temps passé à évaluer les articles au sein d’un comité de lecture32.

24Ces éditeurs conventionnels mettent ensuite tous ces articles en accès payant, sans même une dispense de prix pour leurs auteurs, le directeur de publication et le comité de lecture ou pour leurs institutions. L’explication donnée par les éditeurs est qu’ils procurent une valeur ajoutée aux manuscrits soumis, ce qui est vrai. Mais la somme de travail assurée par les autres parties prenantes (auteur, directeur de publication et comité de lecture) est bien supérieure au travail assuré par l’éditeur. Un autre partenaire essentiel est l’agence de financement, qui doit, elle aussi, payer l’accès aux articles, alors que le coût d’un projet de recherche représente une somme énorme équivalant à des centaines de milliers de fois le coût d’une publication. Parmi les cinq parties prenantes entrant en compte dans la publication d’une revue (auteur, directeur de publication, comité de lecture, agence de financement et éditeur), la valeur ajoutée la plus faible est celle de l’éditeur alors que celui-ci exige le plus souvent d’obtenir tous les droits sur les articles de cette revue.

Point n° 8

  • 33 9 200 revues présentes dans le DOAJ en septembre 2016. [Note de l’Éditeur]

25Les éditeurs conventionnels utilisent un modèle économique reposant sur des barrières d’accès qui créent ainsi une pénurie artificielle pour les lecteurs. Tous les éditeurs, qu’ils soient conventionnels ou en accès ouvert, ont besoin de revenus pour couvrir leurs coûts de fonctionnement. Mais les éditeurs en accès ouvert utilisent des modèles économiques qui évitent les barrières et n’engendrent donc pas de pénurie artificielle. Les éditeurs conventionnels rétorquent que les modèles économiques de l’accès ouvert sont inadéquats. Comme plus de 7 500 revues à comité de lecture sont à ce jour déjà en accès ouvert33, on peut d’ores et déjà affirmer que ces revues ont trouvé des solutions pour payer leurs coûts de fonctionnement et que leurs éditeurs sont de plus en plus nombreux à générer des profits. On peut également déplorer que les fonds nécessaires à l’augmentation du nombre de ces revues soient pour le moment consacrés au soutien des revues payantes. (Voir le chapitre 7 sur les modèles économiques.)

26Mais, en définitive, il importe peu que les éditeurs conventionnels aient raison ou tort de croire que la nécessité de revenus requiert des barrières d’accès. Le problème de fond est que la recherche est calculée d’après le temps et le travail fournis par des chercheurs payés sur des fonds publics, et que les résultats de cette recherche sont ensuite transférés à ces éditeurs conventionnels. Ceux-ci estiment à juste titre ou non que leurs revenus et leur survie dépendent de la limitation de l’accès à cette recherche. À supposer que les éditeurs conventionnels doivent vraiment ériger des barrières d’accès pour s’autorembourser leurs frais, le problème essentiel vient du fait qu’ils sont les seuls à réguler cet accès à la plupart des revues à comité de lecture. À supposer que ces éditeurs conventionnels n’aient pas vraiment besoin de barrières d’accès, le problème majeur vient du fait que nous tolérons ces barrières, même dans le cas de la recherche financée sur les fonds publics, avec des auteurs qui font don de leurs articles puisqu’ils écrivent pour avoir un impact et non pour toucher des droits.

Point n° 9

  • 34 Pour en savoir plus sur les objections à apporter aux éditeurs conventionnels sur l’interférence d (...)

27Les éditeurs conventionnels critiquent l’interférence de l’accès ouvert avec le marché de l’édition scientifique. Pourtant, celle-ci découle le plus souvent d’une volonté de l’administration publique, des financements publics, d’une culture du don et des pratiques anticoncurrentielles34.

28Toutes les revues scientifiques, qu’elles soient en accès payant ou en accès ouvert, bénéficient de subventions publiques. La recherche scientifique est pour l’essentiel financée par des organismes eux-mêmes financés sur des fonds publics. Cette recherche est conduite par des chercheurs travaillant dans des institutions publiques et dont les salaires sont payés sur des fonds publics. Elle est ensuite présentée dans des articles de revues dont les membres du comité de lecture travaillent eux aussi dans des institutions publiques, avec leurs salaires payés sur des fonds publics. Or ce sont ensuite les éditeurs conventionnels qui contrôlent la diffusion des articles scientifiques puisque les auteurs de ces articles leur cèdent leurs droits. Ces éditeurs s’appuient également sur une législation du droit d’auteur instituée par chaque nation pour créer un monopole temporaire sur les œuvres publiées.

Point n° 10

29Chaque revue scientifique exerce un mini-monopole naturel dans le sens où les articles publiés par cette revue ne seront pas publiés dans une autre. Ce monopole n’est pas condamnable en soi puisqu’il vient du fait que les articles ne peuvent pas être dupliqués d’une revue à l’autre. Mais cela signifie que les revues payantes créent une compétition entre les auteurs bien plus qu’entre les abonnés. Si un lecteur a besoin d’un article publié par une revue donnée, l’accès à cette revue lui est nécessaire. C’est la seule raison pour laquelle des revues gratuites et payantes peuvent coexister dans le même domaine de recherche, et même avoir un niveau de qualité comparable. L’existence de revues gratuites ne conduit pas les revues chères à cesser leur publication ou même à baisser le prix de leur abonnement. En réduisant la concurrence entre les acheteurs de ces revues, ce monopole naturel affaiblit toutefois la réponse du marché et ne lui permet pas de sanctionner une qualité et une utilisation moindres et la hausse des prix d’abonnement.

Point n° 11

  • 35 Theodore Bergstrom et Preston McAfee ont créé un outil dénommé « Journal Cost Effectiveness Calcul (...)
  • 36 « Can “author pays” journals compete with ’reader pays’? », Nature, 20 mai 2004 : http://www.natur (...)

30À ce monopole naturel s’ajoutent plusieurs monopoles artificiels. On note par exemple que les grands éditeurs commerciaux ont des prix d’abonnement plus élevés que les petits éditeurs à but non lucratif, et que ces prix d’abonnement augmentent plus rapidement. Les chercheurs s’accordent pourtant à dire que la qualité des revues publiées par les éditeurs à but non lucratif est en général supérieure, tout comme leur impact et leur prestige. Theodore et Carl Bergstrom ont montré que le prix des revues payantes est sans lien avec leur qualité. Leur prix est même inversement proportionnel à leur qualité35. L’analyse publiée par ces auteurs en mai 200436 montre que :

  • 37 « Libraries typically must pay 4 to 6 times as much per page for journals owned by commercial publ (...)

« Les bibliothèques doivent payer de quatre à six fois plus par page pour les revues publiées par des éditeurs commerciaux que pour les revues publiées par des organismes à but non lucratif. Ces différences de prix ne reflètent pas les différences de qualité des revues. En fait, les revues publiées par des éditeurs commerciaux sont en moyenne moins citées que les revues publiées par des organismes à but non lucratif. De plus, si on tente de chiffrer le coût moyen de la citation d’un article publié dans une revue commerciale, ce coût serait de 5 à 15 fois supérieur à la citation d’un article publié dans une revue non commerciale.37 »

Point n° 12

  • 38 Voir Roger Clarke, « The cost profiles of alternative approaches to journal publishing », First Mo (...)

31Les grands éditeurs conventionnels dépensent une partie des fonds extorqués aux bibliothèques pour le paiement de leurs revues en opérations de marketing et en mesures de « protection » de contenu, deux dépenses qui servent bien davantage les éditeurs que les usagers. En réalité, ces mesures de protection de contenu ne profitent absolument pas aux usagers et diminuent donc l’utilité des articles publiés38.

Point n° 13

  • 39 Voir l’analyse financière publiée le 6 avril 2004 par le Crédit suisse First Boston au sujet des é (...)

32Les revues conventionnelles à but lucratif peuvent augmenter leur marge bénéficiaire en diminuant leur taux de rejet sur les articles proposés. Diminuer ce taux entraîne une réduction du nombre d’articles qu’une revue doit soumettre à un comité de lecture pour chaque article publié39.

Point n° 14

33Si le monde universitaire a le plus souvent conscience des difficultés qu’ont leurs bibliothèques à accéder à certaines revues, ils n’en connaissent pas pour autant les raisons et ne réalisent pas non plus que les problèmes sont systémiques et tendent à empirer. Les chercheurs vont par exemple penser que, comme leur recherche est très spécialisée, leur bibliothèque ne peut pas leur procurer tous les articles dont ils auraient besoin.

34Les bibliothécaires, quant à eux, sont bien au fait des problèmes existants, qui sont la crise budgétaire affectant les bibliothèques, le prix élevé des revues, l’augmentation énorme du prix de ces revues, l’obligation d’acheter des lots de revues (au lieu de pouvoir les acheter à l’unité), les marges bénéficiaires des éditeurs, la disproportion entre le prix de vente élevé de ces revues et leurs coûts de fonctionnement réels et leur taille, et enfin l’inadéquation de ce prix avec leur utilisation, leur impact et leur qualité.

  • 40 Voir Jan Velterop, « Institutional Journal Costs in an Open Access Environment », LibLicense, 26 a (...)

35Que les chercheurs ne soient pas au fait des problèmes des bibliothèques en rajoutent à ceux qui existent déjà. Cela entraîne ce qu’on peut appeler un « danger moral », à savoir que les personnes les plus à même de juger de la qualité d’une revue n’en connaissent pas le prix. Les chercheurs ne peuvent donc pas établir de lien entre les revues qui leur sont le plus utiles et leur prix de vente, ce qui leur permettrait de juger celles qu’ils utilisent en fonction de leur rapport qualité-prix. Un signal important se trouve supprimé ici puisque les chercheurs ne peuvent pas alerter du prix élevé de certaines revues et de leur corrélation avec une qualité moindre. Même si ces chercheurs sont adeptes de l’accès ouvert (lorsqu’ils ont connaissance de ce type d’accès), avec leurs propres raisons pour le favoriser, leur méconnaissance de la crise des revues au sein des bibliothèques n’incite pas ces chercheurs à l’agenda déjà chargé à s’investir personnellement pour réparer ce système défaillant40.

  • 41 Voir à ce sujet « Helping scholars and helping libraries », SPARC Open Access Newsletter, 2 avril (...)

36Le fait qu’il existe suffisamment de problèmes pour motiver plusieurs parties prenantes peut être considéré comme une bonne nouvelle. Si le système était défaillant pour les acheteurs (bibliothécaires) et non pour les utilisateurs (chercheurs) ou bien l’inverse, trouver une solution prendrait encore plus de temps. Ou alors cela créerait un compromis pernicieux puisqu’une solution trouvée pour l’un des deux groupes le serait au détriment de l’autre. Mais le système est défaillant à la fois pour les acheteurs et les utilisateurs, ce qui en fait des alliés naturels. Si toutes les initiatives pour l’accès ouvert favorisent les utilisateurs de ces revues, seules quelques-unes jouent en faveur des bibliothèques en réduisant les prix de ces revues ou en leur permettant de résilier certains de leurs abonnements41.

Point n° 15

  • 42 J’ai utilisé pour la première fois l’exemple de l’université de Crésus dans une interview avec Ric (...)

37Dernier point, même en l’absence de pratiques financières perverses sur le prix de ces revues, le modèle économique fondé sur des abonnements payants n’est plus en phase avec la croissance actuelle de la recherche et des publications scientifiques. Même si le prix de ces revues était modique et qu’il devait le rester pour toujours, le coût global de l’ensemble de la littérature scientifique subirait malgré tout une augmentation énorme qui deviendrait incontrôlable. Prenons pour exemple l’université de Crésus, un établissement mythique qui pourrait se permettre d’acheter 100 % de la littérature scientifique produite aujourd’hui. Ses capacités budgétaires dépassent déjà celles de n’importe quelle université réelle au monde. Supposons maintenant que le prix des revues et le budget de la bibliothèque de cette université augmentent tous deux pour toujours à taux égal. Pour simplifier ce raisonnement, on peut déterminer un taux égal à zéro et n’étant pas soumis à l’inflation. Or le nombre d’articles publiés dans les revues scientifiques augmente de 5 % par an, parallèlement à l’augmentation du savoir, ce pourcentage étant une estimation réelle communément admise. Si l’université de Crésus peut acheter la totalité des revues scientifiques aujourd’hui, il lui faudrait dépenser 2,7 fois plus dans dix ans, 18,7 fois plus dans soixante ans et 131,5 fois plus dans cent ans. Mais comme l’université de Crésus ne peut dépenser davantage que les ressources dont elle dispose, le nombre de revues scientifiques auxquelles sa bibliothèque serait abonnée passerait de 100 % aujourd’hui à 37,7 % dans vingt ans, 5,4 % dans soixante ans et moins de 1 % dans cent ans42.

38Nous avons donc besoin d’un système de diffusion de la recherche en phase avec la croissance du volume de cette recherche. Le système fondé sur des abonnements payants ne l’est pas puisqu’il réduit le pourcentage de cette recherche accessible aux lecteurs alors que la recherche en tant que telle continue de croître. L’argent résoudrait la crise de l’accès aux revues scientifiques si nous en avions suffisamment et si la somme mise à notre disposition augmentait dans la même proportion que le volume de la littérature scientifique et son prix. Mais nous n’avons pas assez d’argent pour cela, et la somme dont nous disposons n’augmente pas suffisamment pour suivre le rythme de cette croissance, à la fois pour la littérature elle-même et pour son coût.

  • 43 « Science books are vanishing from reach », The Guardian, 19 février 2005 : http://www.theguardian (...)
  • 44 « The government needs to lay down guidelines on the proportion of university funds that should be (...)

39Les éditeurs conventionnels sont également sujets à ces difficultés d’accès et ont leurs propres raisons pour tenter de les résoudre. Mais la solution qu’ils adoptent est d’augmenter leurs prix, même si les universités et les administrations publiques peinent à trouver les fonds nécessaires à l’achat de ces revues, tout en y étant contraints par la législation en vigueur. Crispin Davis, directeur d’Elsevier en 200543, affirmait que « l’administration publique doit instituer des lignes directrices sur le pourcentage des fonds que les universités doivent mettre de côté pour acheter des livres et des revues, ou même augmenter les financements accordés à ces universités pour s’assurer qu’elles puissent acheter tous les documents dont elles ont besoin44 ».

40On peut faire une lecture positive de cette citation et penser que Crispin Davis considère la crise des périodiques comme un problème lié au budget des bibliothèques et non comme un problème lié au prix des revues. Mais cette lecture positive négligerait deux facteurs. Premièrement, même l’université de Crésus ne peut rester en phase avec le volume croissant de la littérature scientifique. Deuxièmement, aucune bibliothèque réelle, même celle de Harvard, ne peut rester en phase avec l’augmentation exorbitante du prix de ces revues.

  • 45 L’expression « incontrovertibly unsustainable » est issue de la lettre ouverte adressée par Lawren (...)

41Il faudrait un jour donner plus d’importance aux preuves mathématiques plutôt qu’aux intérêts financiers de certains lobbys. Parmi les nombreuses universités ayant fait des études chiffrées, l’université de Californie a conclu que le modèle d’abonnement aux revues scientifiques était « irréfutablement insoutenable45 ».

Les opportunités à saisir

  • 46 Cette section s’inspire de quatre de mes publications :
    « The scaling argument », SPARC Open Access (...)

42Même s’il n’existait pas de difficultés urgentes à surmonter, nous aimerions tirer parti des possibilités sans précédent offertes par les technologies numériques pour partager le savoir et accélérer la recherche. Mais il nous faut constater ici que nous avons à la fois des problèmes à résoudre et des opportunités à saisir. Les discussions tournant autour de l’accès ouvert sont souvent austères, utilitaires et occupées à la résolution des problèmes. Nous devrions les compléter par des discussions optimistes, tournées vers l’avenir et prenant en compte les chances que nous offre l’accès ouvert. Les écueils réels n’empêchent pas de belles opportunités, et certaines actions en faveur de l’accès ouvert peuvent à la fois lever les obstacles existants et permettre de nouvelles opportunités46.

43En voici certaines à saisir. Internet est apparu alors que le prix d’abonnement des revues devenait de plus en plus exorbitant. Internet élargit la diffusion de ces revues tout en réduisant leurs coûts. Les ordinateurs connectés à un réseau global nous permettent de diffuser auprès d’une audience mondiale de parfaites copies de nos fichiers pour un coût nul. Depuis trois cent cinquante ans, les chercheurs publient à dessein – et même avec enthousiasme – des articles scientifiques sans compensation financière, leur permettant ainsi de choisir un accès ouvert pour leurs articles sans perte de revenu. L’accès sans restriction à des fichiers numériques permet aussi de nouvelles formes de recherches et de traitements qui seraient impossibles pour les textes imprimés ou même pour les textes numériques dont l’accès est réglementé. De plus, l’accès ouvert est légal et ne requiert donc pas la réforme de la législation sur le droit d’auteur. Maintenant que Internet est largement répandu, l’accès ouvert est facilement envisageable pour les chercheurs et les organismes de recherche, qui n’ont donc pas besoin d’attendre le consentement des éditeurs, un changement de législation du droit d’auteur ou un marché de l’édition plus propice. Les auteurs, les directeurs de publication et les membres du comité de lecture – à savoir toute l’équipe permettant la publication d’articles scientifiques – peuvent consentir à l’accès ouvert de ces revues et, si nécessaire, se passer des éditeurs récalcitrants. Et l’accès ouvert peut être encore plus facilement adopté par les chercheurs agissant de leur propre chef que par une équipe complète visant à rendre une revue plus accessible à ses lecteurs.

44Une opportunité moins visible mais encore plus essentielle réside dans le fait que le savoir est un bien non rival (pour reprendre un concept économique). Contrairement aux biens matériels, nous pouvons partager le savoir sans le diviser et l’utiliser sans le diminuer. Le fait qu’une personne ait un certain savoir et l’utilise n’empêche pas une autre personne d’en bénéficier et de l’utiliser. Ce n’est pas le cas pour les biens matériels, comme des terrains, des produits alimentaires ou des équipements techniques. Si nous voulons en disposer ensemble, nous devons nous contenter de portions ou, selon la nature de ces biens, attendre notre tour.

45Thomas Jefferson fait une belle description du savoir dans une lettre adressée à Isaac McPherson en 181347 :

  • 48 « If nature has made any one thing less susceptible than all others of exclusive property, it is t (...)

« Si la nature n’a produit qu’une chose moins sujette que toutes les autres à une propriété exclusive, c’est cette action de pensée qu’on appelle une idée […] Son caractère particulier est […] que personne ne voit sa propre idée amoindrie par le fait que les autres la possèdent dans son entier. Celui qui reçoit une idée de moi reçoit un enseignement qui ne diminue pas le mien, tout comme celui qui allume sa chandelle à la mienne reçoit de la lumière sans me plonger dans l’obscurité48. »

46Le fait que le savoir ne soit pas un bien non rival est une chance d’ordre métaphysique à laquelle nous songeons rarement. Nous pouvons tous avoir les mêmes idées, connaître les mêmes histoires et les mêmes mélodies, utiliser les mêmes cartes et les mêmes termes sans que le savoir acquis par une personne empêche une autre personne d’acquérir ce même savoir et vice versa. Nous avons tout autant de chance avec la parole, dont l’usage n’est pas rival non plus, puisqu’elle nous permet d’exprimer ce que nous savons et de partager notre savoir sans devoir la réduire à un bien matériel dont le partage serait conflictuel.

47C’est différent pour l’écriture, dont les supports ont toujours été rivaux à toutes les époques de l’histoire humaine précédant l’ère numérique. Le savoir écrit est devenu un support matériel sur la pierre, l’argile, la peau de parchemin ou le papier. Vint ensuite l’époque de l’imprimerie puis celle des photocopieuses, qui ont permis de créer de nombreux exemplaires d’une œuvre pour un coût assez modique par rapport aux supports passés. Mais chaque exemplaire restait un objet matériel en rivalité avec les autres. Malgré son impact révolutionnaire, l’écriture a donc été entravée dès ses débuts par ces limitations puisqu’un savoir non rival ne pouvait être retransmis que sous des formes qui, elles, l’étaient.

48L’écriture numérique est le premier type d’écriture qui ne réduit pas le savoir écrit à un bien rival. Si nous avons l’équipement nécessaire, nous pouvons tous obtenir une copie du même texte numérique sans créer de conflit entre les détenteurs de ces textes, sans multiplier les coûts nécessaires pour dupliquer ces copies et sans dépenser des ressources matérielles pour les créer.

49J’ai entendu des médecins se référer à la perspective de la supraconductivité à température ambiante en l’appelant un « don de la nature », mais cette perspective n’est pas réalisable sur le court terme. En revanche, la propriété non rivale de l’information numérique est un don de la nature dont nous avons déjà pris conscience et que nous avons même commencé à utiliser. Il importe de réfléchir à l’étendue de ce don. Un savoir disponible sous forme d’écriture, de symboles, de sons ou d’images sans qu’il se réduise à un bien rival aurait semblé une perspective magique à nos ancêtres. Mais nous autres pratiquons cela tous les jours et la magie d’un tel processus disparaît.

50Le danger n’est pas de considérer ce processus comme allant de soi, mais d’oublier d’en saisir tous les avantages possibles alors qu’il peut transformer le partage du savoir si nous œuvrons dans ce sens. Nous tirons parti de ce don de la nature lorsque nous publions notre travail en ligne et que nous autorisons son accès libre et sans restriction pour tout usager disposant d’une connexion Internet. Mais si nous faisons payer les usagers pour cet accès, si nous en excluons certains, si nous créons une pénurie artificielle pour d’autres ou si nous interdisons l’utilisation de ce travail, nous traitons un fichier numérique non rival comme un bien physique rival en passant à côté des opportunités envisageables et en rejetant les possibilités offertes par ce « don de la nature ».

51Lorsque les éditeurs conventionnels déclarent qu’il n’existe pas de problème d’accès et qu’on ne peut donc pas envisager de réparer le système existant puisque celui-ci n’est pas défaillant, on peut leur rétorquer deux choses. Premièrement, ils ont tort puisqu’il existe de réels problèmes d’accès. Les éditeurs qui n’en ont pas conscience devraient prendre contact avec les bibliothèques abonnées à leurs revues, et plus encore avec celles ne pouvant s’y abonner. Deuxièmement, même en laissant de côté la barrière du prix, les raisons sont nombreuses pour favoriser un accès ouvert aux articles. Harold Varmus, lauréat du prix Nobel et cofondateur de la Public Library of Science (PLOS), déclarait lors du lancement de PLOS Medicine en mai 200449 :

  • 50 « Thanks to the Internet and new strategies for financing publication costs, it is now possible to (...)

« Grâce à Internet et à de nouvelles stratégies pour financer les coûts de publication, il est maintenant possible de faire profiter à tous ceux qui en ont besoin des résultats de la recherche médicale, quel que soit leur lieu géographique. Comment pourrait-on ne pas le faire50 ? »

Notes de fin

1 Cette section s’inspire de quatre de mes publications :
« Removing the Barriers to Research: An Introduction to Open Access for Librarians », College & Research Libraries News, n° 64, février 2003 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/3715477/suber_crln.html?sequence=5 ;
« The scaling argument », SPARC Open Access Newsletter, 2 mars 2004 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4723859/suber_scaling.htm?sequence=1 ;
« Problems and opportunities (blizzards and beauty) », SPARC Open Access Newlsetter, 2 juillet 2007 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4727450/suber_problem sopps.htm?sequence=1 ;
« A bill to overturn the NIH policy », SPARC Open Access Newsletter, 2 octobre 2008 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322592/suber_nihbill.html?sequence=1.

2 Association of Research Libraries, ARL.

3 ARL, Monograph and Serial Expenditures in ARL Libraries, 1986–2004 : http://web.archive.org/web/20121030025208/http://www.arl.org/bm~doc/monser04.pdf.

4 « We Must Stop the Avalanche of Low-Quality Research », 13 juin 2010 : http://chronicle.com/article/We-Must-Stop-the-Avalanche-of/65890.

5 « From 1978 to 2001, libraries at the University of California at Los Angeles… saw their subscription costs alone climb by 1,300 percent. » [Notre traduction]

6 University of California, Office of Systemwide Library Planning, Scholarly Communication FAQ, 29 février 2003 : http://web.archive.org/web/20070630080017/http://www.ucop.edu/copyright/2003-02-27/faq.html.

7 « Serial costs increased at 9% a year [while] library materials budgets increased at only 6.7% a year. » [Notre traduction]

8 Stephen Bosch, Kittie Henderson et Heather Klusendorf, « Periodicals Price Survey 2011: Under Pressure, Times Are Changing », Library Journal, 14 avril 2011 : http://lj.libraryjournal.com/2011/04/publishing/periodicals-price-survey-2011-under-pressure-times-are-changing/.

9 Voir aussi la liste des revues chères (avec leur prix unitaire) tenue par le MIT jusqu’au 16 juillet 2009, sous le titre « Current MIT subscriptions costing more than $5,000/year » : http://web.archive.org/web/20101030035020/http://libraries.mit.edu/about/scholarly/expensive-titles.html.

10 Le site du DOAJ (Directory of Open Access Journals) : http://doaj.org.

11 « Overcoming Barriers: Access to Research Information Content », Research Information Network, décembre 2009 : http://www.rin.ac.uk/our-work/using-and-accessing-information-resources/overcoming-barriers-access-research-information.

12 Robin Peek, « Harvard Faculty Mandates OA », Information Today, 1er avril 2008 : http://connection.ebscohost.com/c/articles/31553988/harvard-faculty-mandates-oa.

13 « At Harvard, serials duplication has been all but eliminated and serious cancellation efforts have been initiated. Monograph collecting has been substantially affected as well. In total, our faculty have seen qualitative reductions in access to the literature. » [Notre traduction]

14 « Libraries on the Edge », Harvard Magazine, janvier-février 2010 : http://harvardmagazine.com/2010/01/harvard-libraries-under-pressure.

15 « Budgetary pressures that have been building during the past decade, and intensified in the past year, threaten the ability of the world’s largest private library to collect works as broadly as it has in the past… » [Notre traduction]

16 Ces chiffres s’appuient sur mes contacts personnels avec des bibliothécaires. Il est malheureusement difficile d’obtenir des chiffres officiels ne prenant en compte que les abonnements à des revues à comité de lecture plutôt que les abonnements à l’ensemble des périodiques d’une bibliothèque.

17 Association of Research Libraries, Monograph and Serial Expenditures in ARL Libraries, 1986-2004. Le lien correspond à la même étude pour les dates 1986-2011 :

http://www.arl.org/storage/documents/monograph-serial-costs.pdf.

18 Kittie S. Henderson et Stephen Bosch, « Seeking the New Normal: Periodicals Price Survey 2010 », Library Journal, 15 avril 2010 : http://lj.libraryjournal.com/2010/04/budgets-funding/periodicals-price-survey-2010-seeking-the-new-normal/.

19 « Libraries are aware… that the top journals in a bundle continue to generate the majority of use while the low-use journals still account for a large portion of the cost. » [Notre traduction]

20 Research Library UK.

21 http://www.rluk.ac.uk/wp-content/uploads/2014/02/RLUKPressReleaseJournalPricing.doc.

22 « It would not support future journal big deals unless they showed real price reductions. » [Notre traduction]

23 Voir le bilan financier d’Elsevier en 2010 : http://www.reedelsevier.com/investorcentre/reports%202007/Documents/FINAL_Reed_AR2010.pdf ; le bilan financier d’ExxonMobil en 2010 : https://bib.kuleuven.be/files/ebib/jaarverslagen/EXXONMOBILE_2010.pdf ; le bilan financier de Disney en 2010 : http://cdn.media.ir.thewaltdisneycompany.com/2010/annual/WDC-10kwrap-2010.pdf.

24 « Big Deal Contract Project », lancé par Ted Bergstrom, Paul Courant et Preston McAfee : http://www.econ.ucsb.edu/~tedb/Journals/BundleContracts.html.

25 Voir également le communiqué de l’ARL daté de juin 2009 au sujet d’Elsevier : http://www.arl.org/news/arl-news/2421-elsevier-motion-to-block-license-release-denied#.WAYbKzVjyzN.

26 James McPherson, « A Crisis in Scholarly Publishing », Perspectives, octobre 2003.

27 « In 1986 [academic] libraries spent 44 percent of their budgets on books and 56 percent on journals; by 1997 the imbalance had grown to 28 percent for books and 72 percent for journals. » [Notre traduction]

28 Association of Research Libraries, Monograph and Serial Expenditures in ARL Libraries, 1986-2004. Le lien concerne la même étude pour les années 1986-2011 : http://www.arl.org/storage/documents/monograph-serial-costs.pdf.

29 Pour en savoir plus sur la crise des autorisations, voir « Removing the Barriers to Research: An Introduction to Open Access for Librarians », College & Research Libraries News, n° 64, février 2003 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/3715477/suber_crln.html?sequence=5.

30 International Association of Scientific, Technical & Medical Publishers, STM.

31 https://www.yumpu.com/en/document/view/26753173/stm-statement-on-licensing-and-authors-rights.

32 http://www.timeshighereducation.co.uk/402189.article.

33 9 200 revues présentes dans le DOAJ en septembre 2016. [Note de l’Éditeur]

34 Pour en savoir plus sur les objections à apporter aux éditeurs conventionnels sur l’interférence de l’accès ouvert avec le marché de l’édition scientifique, voir ces deux articles : « Will open access undermine peer review? », SPARC Open Access Newsletter, 2 septembre 2007 :

http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322578/suber_peer.html?sequence=1 ; et
« Open access, markets, and missions », SPARC Open Access Newsletter, 2 mars 2010 :

http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322590/suber_oamarkets.html?sequence=1.

35 Theodore Bergstrom et Preston McAfee ont créé un outil dénommé « Journal Cost Effectiveness Calculator », qui calcule le coût par article et le coût par citation pour un journal donné : http://www.journalprices.com. La synthèse statistique de leurs données montre que ce coût par article et par citation est plus élevé chez les éditeurs commerciaux : http://www.mcafee.cc/Journal/Summary.pdf et http://www.mcafee.cc/Journal/explanation2010.html.

36 « Can “author pays” journals compete with ’reader pays’? », Nature, 20 mai 2004 : http://www.nature.com/nature/focus/accessdebate/22.html.

37 « Libraries typically must pay 4 to 6 times as much per page for journals owned by commercial publishers as for journals owned by non-profit societies. These differences in price do not reflect differences in the quality of the journals. In fact the commercial journals are on average less cited than the non-profits and the average cost per citation of commercial journals ranges from 5 to 15 times as high as that of their non-profit counterparts. » [Notre traduction]
Voir aussi une synthèse des preuves attestant que les revues ouvertes sont à la fois moins chères et de meilleure qualité dans l’article de Sally Morris, « The true costs of scholarly journal publishing », Learned Publishing, n° 18-2, avril 2005, pp. 115-126 : http://dx.doi.org/10.1087/0953151053584975.

38 Voir Roger Clarke, « The cost profiles of alternative approaches to journal publishing », First Monday, 3 décembre 2007 : http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/2048.

39 Voir l’analyse financière publiée le 6 avril 2004 par le Crédit suisse First Boston au sujet des éditeurs commerciaux de revues en sciences et techniques. Ce rapport n’est pas en ligne mais il est résumé dans la SPARC Open Access Newsletter du 3 mai 2004 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/3997172/suber_news73.html?sequence=2.
Les éditeurs commerciaux ne contestent pas ces faits, mais déclarent que les mêmes modèles économiques sont utilisés par les revues payantes en accès ouvert. Or ce n’est pas le cas, pour les cinq raisons exposées dans : « Open access and quality », SPARC Open Access Newsletter, 2 octobre 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4552042/suber_oaquality.htm?sequence=1.

40 Voir Jan Velterop, « Institutional Journal Costs in an Open Access Environment », LibLicense, 26 avril 2006 : http://acrldvc.org/index.php/download_file/view/55/91/spring06presentation2.pdf.
Sur le sujet du « danger moral », voir les deux articles de Stuart Shieber publiés sur son blog le 1er mars 2011 et le 31 juillet 2010 : http://blogs.law.harvard.edu/pamphlet/2011/03/01/institutional-memberships-for-open-access-publishers-considered-harmful ; et http://blogs.law.harvard.edu/pamphlet/2010/07/31/will-open-access-publication-fees-grow-out-of-control.

41 Voir à ce sujet « Helping scholars and helping libraries », SPARC Open Access Newsletter, 2 avril 2005 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4552051/suber_helping.htm?sequence=1.

42 J’ai utilisé pour la première fois l’exemple de l’université de Crésus dans une interview avec Richard Poynder, « Suber: Leader of a Leaderless Revolution », Information Today, 1er juillet 2011 : http://www.infotoday.com/it/jul11/Suber-Leader-of-a-Leaderless-Revolution.shtml.
Voir aussi « The scaling argument », SPARC Open Access Newsletter, 2 mars 2004 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4723859/suber_scaling.htm?sequence=1.

43 « Science books are vanishing from reach », The Guardian, 19 février 2005 : http://www.theguardian.com/business/2005/feb/19/science.comment.

44 « The government needs to lay down guidelines on the proportion of university funds that should be set aside for the acquisition of books and journals, or even increase funding to ensure that universities can buy all the material they need. » [Notre traduction]

45 L’expression « incontrovertibly unsustainable » est issue de la lettre ouverte adressée par Lawrence H. Pitts au corps enseignant de l’université, « An open letter to the University of California faculty », 7 janvier 2004 : http://scotmail.ucr.edu/pipermail/faculty/2004-January/000209.html.

46 Cette section s’inspire de quatre de mes publications :
« The scaling argument », SPARC Open Access Newsletter, 2 mars 2004 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4723859/suber_scaling.htm?sequence=1 ;
« Problems and opportunities (blizzards and beauty) », SPARC Open Access Newsletter, 2 juillet 2007 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4727450/suber_problem sopps.htm?sequence=1 ;
« Open access and the last-mile problem for knowledge », SPARC Open Access Newsletter, 2 juillet 2008 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322587/suber_lastmile.html?sequence=1 ;
« Open access, markets, and missions », SPARC Open Access Newsletter, 2 mars 2010 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322590/suber_oamarkets.html?sequence=1.

47 http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=uc2.ark:/13960/t3610wj55;view=1up;seq=11.

48 « If nature has made any one thing less susceptible than all others of exclusive property, it is the action of the thinking power called an idea... Its peculiar character... is that no one possesses the less, because every other possesses the whole of it. He who receives an idea from me, receives instruction himself without lessening mine; as he who lights his taper at mine, receives light without darkening mine. » [Notre traduction]

49 http://liblicense.crl.edu/ListArchives/0405/msg00038.html.

50 « Thanks to the Internet and new strategies for financing publication costs, it is now possible to share the results of medical research with anyone, anywhere, who could benefit from it. How could we not do it? » [Notre traduction]

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable