Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

 | 
Peter Suber

1. Une définition

Texte intégral

1Le passage de l’imprimé au numérique nous permet de proposer des copies parfaites de notre travail. Le fait de passer de l’informatique individuelle à un réseau global d’ordinateurs connectés nous autorise à partager ces copies parfaites avec une audience planétaire pour un coût quasi nul. Cette possibilité de partage gratuit à l’échelon mondial a surgi il y a une trentaine d’années avec l’apparition d'Internet. Avant cela, il s’agissait d’une idée parfaitement utopique.

2Les technologies numériques ont engendré plus d’une révolution. Celle qui nous concerne peut être nommée révolution de l’accès au savoir. Pourquoi les auteurs ne sont-ils pas plus nombreux à utiliser cette révolution pour atteindre davantage de lecteurs ? La réponse est claire. Les auteurs qui partagent leurs œuvres de cette manière les mettent en accès ouvert, alors que d’autres dépendent des ventes de leurs œuvres pour vivre, ou tout au moins ils apprécient l’existence de ces ventes même si leurs objectifs ne sont pas seulement financiers.

3Nous pouvons maintenant affiner cette question en mettant de côté les auteurs désireux de vendre leurs œuvres, à savoir la grande majorité d’entre eux. Imaginons un groupe d’auteurs dont les écrits sont à la fois sérieux et utiles, et qui suivent une coutume tricentenaire consistant à les diffuser librement. Je ne parle pas d’un groupe d’auteurs riches qui n’ont pas besoin d’argent. Je parle d’un groupe d’auteurs définis non par leur richesse mais par leurs sujets d’étude, leurs spécialités, leurs motivations, leurs intentions et leur appartenance institutionnelle. En fait, la plupart de ces auteurs ne sont pas riches.

4Pour le moment, il nous importe peu de savoir qui ils sont, quel est leur nombre, ce qu’ils écrivent et pourquoi ils suivent cette coutume tricentenaire. Il nous suffit de savoir qu’ils reçoivent un salaire de la part des organismes qui les emploient, et que ce salaire leur permet de diffuser leurs écrits gratuitement. Il nous suffit aussi de savoir qu’ils écrivent pour avoir un impact et non pour toucher des droits d’auteur, et que cet impact peut favoriser leur carrière.

5Supposons maintenant que le fait de vendre leurs écrits soit dommageable à ces intérêts puisque ce choix réduirait à la fois leur audience et leur impact. Ce choix altérerait également leurs objectifs professionnels puisqu’il les obligerait à aborder des thèmes intéressant en priorité le grand public plutôt qu’à se consacrer aux thèmes spécialisés dont ils sont les experts. Ces auteurs ont donc tout intérêt à tirer parti de la révolution de l’accès au savoir. Le rêve d’un accès libre et global peut devenir une réalité pour ce groupe spécifique d’auteurs, alors que la plupart ne peuvent se permettre ce choix puisqu’ils vivent des droits touchés sur leurs œuvres.

6Ces auteurs chanceux sont les auteurs académiques, et les écrits qu’ils diffusent sans compensation financière sont les articles publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture. L’accès ouvert est le nom de ce type d’accès révolutionnaire que ces auteurs peuvent procurer à leurs lecteurs puisque ces mêmes auteurs touchent par ailleurs un salaire et ne sont donc pas motivés par un gain financier.

7La littérature en accès ouvert est numérique, en ligne, gratuite et exempte de la plupart des restrictions en termes de droit d’auteur et de licence d’utilisation. Nous pourrions l’appeler accès « sans barrières », mais ce terme mettrait l’accent sur les défauts plutôt que sur les avantages d’un tel accès. Il importe également de préciser quelles sont les barrières supprimées par l’accès ouvert.

8Un prix de vente (ou d’abonnement) est une barrière significative. Il est envisageable d’acheter un article à titre individuel. Mais cette barrière devient infranchissable pour un universitaire qui a besoin de lire et d’utiliser des centaines d’articles dans le cadre de son projet de recherche, ou pour une bibliothèque au service de milliers de professeurs et d’étudiants travaillant sur des dizaines de milliers de sujets, sans compter la publication des dizaines de milliers de nouveaux articles chaque année. L’existence d’un prix de vente est doublement néfaste pour la recherche, à la fois pour les auteurs en limitant leur audience et leur impact et pour les lecteurs en restreignant le nombre d’articles qu’ils peuvent lire et utiliser. Un aspect essentiel de l’accès ouvert est de supprimer la barrière du prix de vente.

9Le droit d’auteur peut lui aussi devenir une barrière significative. Si on peut librement lire un article mais qu’on veut le traduire dans une autre langue, en distribuer des copies à des collègues, extraire des données à l’aide d’un logiciel sophistiqué ou reformater l’article pour utilisation sur un autre support, l’autorisation de l’ayant droit sera le plus souvent incontournable. Cela a du sens si l’auteur veut vendre son article et si l’utilisation envisagée par tel ou tel usager amoindrit ces ventes. Mais nous parlons ici de ce groupe spécifique d’auteurs qui souhaite diffuser le plus largement possible ses articles scientifiques. Malgré cela, ces auteurs ont souvent tendance à transférer leurs droits à des intermédiaires dénommés éditeurs qui veulent vendre leur travail. Ces barrières instituées par les intermédiaires et non par les auteurs eux-mêmes risquent d’empêcher les usagers d’avoir accès à cette recherche. De plus, substituer à la liberté de l’usager la nécessité de demander des autorisations constitue une double entrave à la recherche non seulement pour les auteurs dont les articles deviennent moins utiles parce qu’ils toucheront moins de lecteurs, mais aussi pour les lecteurs en limitant la possibilité d’utilisation de ces articles. Un aspect essentiel de l’accès ouvert est de supprimer la nécessité de demande d’autorisations.

10Supprimer la barrière du prix de vente signifie que les lecteurs ne sont plus limités par leur propre budget ou par le budget des organismes dont ils fréquentent les bibliothèques. Supprimer la nécessité de demander des autorisations signifie que les universitaires sont libres d’utiliser ces articles à des fins scientifiques. Cela inclut la diffusion d’un article, sa traduction, l’extraction de données, la migration du texte sous de nouvelles formes, l’archivage à long terme, sans parler des futures formes de recherche, d’analyse et de traitement des données. L’accès ouvert rend donc les articles plus utiles de deux manières, en en permettant l’accessibilité à davantage de lecteurs et l’utilisation pour leurs propres besoins.

Terminologie

Il est parfois utile d’être plus spécifique sur les formes d’accès ouvert et les barrières existantes. Dans la terminologie spécialisée, l’accès ouvert par le biais des revues scientifiques se dénomme la « voie dorée », alors que l’accès ouvert par le biais des archives ouvertes se dénomme la « voie verte ». Les articles qui ne sont pas en accès ouvert sont les articles en accès payant. Au fil des ans, j’ai demandé aux éditeurs de me proposer un terme neutre qui ne soit ni péjoratif ni appréciatif pour caractériser les éditeurs de revues payantes. Le principal terme suggéré, que j’ai retenu, est celui d’éditeur conventionnel. Alors que toute forme d’accès ouvert supprime l’accès payant, il n’en est pas de même pour les autorisations à demander ou non. Si seule la barrière du prix disparaît, on parle d’accès ouvert « gratis ». Si la barrière des autorisations disparaît aussi, on parle alors d’accès ouvert « libre ». (Voir aussi la section sur les voies verte et dorée et celle sur l’accès ouvert gratis ou libre dans le chapitre 3.)

11L’accès ouvert est défini par trois grandes déclarations publiques :

  • l’Initiative de Budapest pour l’accès ouvert1, signée le 14 février 2002, dont j’ai été le principal rédacteur ;
  • la Déclaration de Bethesda sur la publication en accès ouvert2, signée le 20 juin 2003 ;
  • et la Déclaration de Berlin sur l’accès ouvert aux connaissances dans les sciences et les humanités3, signée le 22 octobre 2003.

12J’y fais parfois référence sous le terme de « définition BBB » (Budapest, Bethesda, Berlin) de l’accès ouvert pour en parler collectivement ou pour mentionner leurs points communs. La définition proposée ici est la « définition BBB » présentée dans ses grandes lignes, avec l’ajout d’une terminologie postérieure (voie verte, voie dorée, accès ouvert gratis, accès ouvert libre) pour définir les différentes catégories de l’accès ouvert.

13L’Initiative de Budapest définit l’accès ouvert ainsi :

  • 4 « There are many degrees and kinds of wider and easier access to [research] literature. By “open a (...)

« Il existe de nombreux degrés et de nombreuses formes d’accès plus large et plus facile à la littérature scientifique. Par “accès ouvert” à cette littérature, nous entendons sa libre mise à disposition sur l’internet public, permettant à tout usager de lire, télécharger, copier, diffuser et imprimer ces articles, de lancer une recherche dans ces articles, de créer un lien vers leur texte intégral, de les compiler pour les indexer, de les convertir en données pour traitement logiciel, et de les utiliser à toute autre fin légale, sans barrières financières, juridiques ou techniques autres que celles de l’accès à l’internet lui-même. La seule contrainte pour reproduire et diffuser cette littérature et le seul rôle du droit d’auteur dans ce domaine devraient être de donner aux auteurs le moyen de contrôler l’intégrité de leur travail et le droit d’être mentionnés et cités de manière adéquate4. »

  • 5 « Copy, use, distribute, transmit and display the work publicly and to make and distribute derivat (...)

14Les déclarations de Bethesda et de Berlin donnent quant à elles la définition suivante : pour qu’une œuvre soit en accès ouvert, le détenteur des droits doit consentir à l’avance à ce que les usagers « copient, utilisent, diffusent, transmettent et affichent l’œuvre publiquement, qu’ils créent et diffusent des œuvres dérivatives dans tout médium numérique ayant un objectif responsable, avec attribution adéquate de l’œuvre à son auteur5 ».

15Chose importante, les trois textes composant la « définition BBB » insistent d’une part sur la nécessité de supprimer les barrières liées aux autorisations en plus de celles liées au prix, et d’autre part sur la nécessité de l’accès ouvert libre en plus de l’accès ouvert gratis. Mais ces trois textes donnent tous une limite à la liberté de l’usager, à savoir l’obligation de mentionner l’auteur et l’article original. Si le but est de supprimer les barrières existantes pour toute utilisation légitime de la littérature académique, on ne peut en aucun cas oublier de mentionner l’auteur et l’article utilisé. C’est la raison pour laquelle ma définition courte de la littérature en accès ouvert indique que celle-ci est exempte de la plupart des restrictions (et non de toutes les restrictions) en termes de droit d’auteur et de licence d’utilisation.

  • 6 Voir à ce sujet mes résumés annuels sur les progrès de l’accès ouvert entre 2003 et 2010 :
    http://d (...)

16L’idée de base de l’accès ouvert est simple : faire en sorte que la littérature scientifique soit disponible en ligne sans barrières liées au prix et sans la plupart des contraintes dues à des autorisations. Sa mise en pratique s’avère, elle aussi, assez simple puisque le volume des articles en accès ouvert publiés dans des revues à comité de lecture est en augmentation constante depuis dix ans, tout comme le nombre d’organismes procurant un accès ouvert à ces articles. Les difficultés viennent seulement du fait que nous sommes dans une période transitoire entre le monde académique actuel et un monde futur dans lequel l’accès ouvert sera la solution par défaut pour toute nouvelle recherche. La complexité de la situation actuelle vient davantage du fait qu’il s’agit de surmonter des obstacles culturels et non techniques, légaux ou économiques6. (Voir aussi le chapitre 9 sur les perspectives.)

17En principe, tout type de contenu numérique peut être en accès ouvert puisqu’il peut être mis en ligne sans barrières liées à un prix de vente ou à la nécessité d’autorisations. De plus, tout type de contenu peut être numérique, qu’il s’agisse de textes, de données, d’images, de documents audio, vidéo et multimédia ou de code exécutable. Nous pouvons donc avoir de la musique et des films en accès ouvert, tout comme des actualités, des romans, des sitcoms et des logiciels – ce qui est déjà le cas à des degrés divers. Mais le terme « accès ouvert » a été choisi par les chercheurs pour désigner en priorité la suppression de barrières pour l’accès à la recherche. La section suivante explique pourquoi.

Les raisons qui rendent l’accès ouvert possible7

  • 7 Cette section s’inspire de quatre de mes publications :
    « Open Access Overview »  : http://dash.har (...)

18Les raisons pour lesquelles l’accès ouvert est possible s’appuient sur deux constatations. Premièrement, les auteurs académiques détiennent les droits sur leurs articles jusqu’au moment où ils transfèrent leurs droits, par exemple à un éditeur. Deuxièmement, la plupart des revues scientifiques ne paient pas les auteurs pour leurs articles, ce qui incite ces auteurs à consentir à l’accès ouvert sans perte de revenus. Le fait qu’ils ne soient pas rémunérés pour leurs contributions les distingue des musiciens, des cinéastes et de la plupart des auteurs. C’est la raison pour laquelle les controverses sur l’accès ouvert pour la musique et les films n’ont pas lieu d’être dans le choix d’un tel accès pour les articles scientifiques.

  • 8 Sur l’origine des revues académiques, voir Jean-Claude Guédon, « In Oldenburg’s Long Shadow: Libra (...)

19Le fait que les auteurs académiques ne touchent pas d’argent sur ces articles est pratiquement inconnu du grand public. Cela n’est pourtant pas nouveau dans le monde universitaire et ne résulte ni d’une crise économique récente dans le domaine de l’édition ni de l’exploitation organisée de chercheurs un peu naïfs. Les revues académiques ne paient pas les auteurs pour leurs articles depuis les tout débuts de ces revues en 1665, avec Philosophical Transactions, revue anglaise publiée par la Société royale de Londres, et le Journal des sçavans, revue française publiée à Paris8.

20L’usage selon lequel les articles scientifiques sont écrits en vue d’avoir un impact plutôt que d’obtenir des profits est peut-être dû à un heureux accident historique. Ou bien, il pourrait s’agir d’une saine et nécessaire adaptation se produisant dans n’importe quelle culture avec une sérieuse tradition de recherche. Mon côté optimiste penche pour la deuxième solution, mais l’évolution récente de la législation sur le droit d’auteur semble me donner tort. Cet usage permet de séparer la recherche de pointe du marché, en permettant aux universitaires de choisir l’accès ouvert sans perte de revenus. Plus important encore, cet usage encourage la liberté académique et la recherche sérieuse, ce qui est indispensable à l’avancement du savoir. Il permet aux chercheurs de contester la sagesse des conventions et de défendre des idées peu populaires, deux éléments essentiels de la liberté académique. Il leur permet encore d’être très pointus et de défendre de par le monde leurs idées auprès d’un petit groupe de spécialistes du même sujet, ce qui est important pour repousser les frontières du savoir.

21Cet usage ne garantit pas pour autant que la recherche de la vérité ne soit pas supplantée par la recherche du profit, ni une explication des mystères les plus infimes de notre monde, puisque certains choisissent malgré tout des sujets sans intérêt pour leur seule popularité ou leur seul écho médiatique. Mais cet usage enlève tout souci financier à l’ensemble des chercheurs en leur permettant de se concentrer sur la recherche de la vérité plutôt que sur celle du profit. L’organisation de la recherche est censée favoriser aussi bien la valeur de la recherche en elle-même qu’un accès facile à celle-ci, et elle est indispensable pour contrer les verrous légaux et économiques qui entraveraient sinon cet accès.

22Les auteurs et créateurs touchant des droits sur leurs œuvres, par exemple les romanciers, les musiciens et les cinéastes, considèrent peut-être cette tradition universitaire comme un poids sinon une forme de sacrifice pour les auteurs académiques. Si cette remarque est compréhensible, il importe de prendre en compte trois facteurs.

23Premièrement, il s’agit d’un sacrifice que les universitaires font depuis quelque trois cent cinquante années. Mettre leurs articles en accès ouvert ne leur demande pas de renoncer à des revenus puisqu’il n’en existe pas.

24Deuxièmement, les universitaires touchent des salaires de la part des universités qui les emploient, leur permettant ainsi de se consacrer à temps complet à leurs sujets de recherche et de publier des articles spécialisés sans souci de répondre aux besoins du marché. Nombre de musiciens et de cinéastes peuvent envier la liberté dont jouissent ces universitaires, sans lien avec une quelconque réussite commerciale ou avec les tendances de notre époque.

25Troisièmement, les universitaires sont récompensés malgré tout, quoique de manière plus subtile, par les organismes qui les emploient – par exemple par des promotions ou des postes permanents – lorsque leur recherche est reconnue et appréciée de leurs collègues, validée, citée, appliquée et utilisée pour de nouveaux travaux.

26Ce n’est pas un hasard si les universitaires favorisent à la fois l’avancement du savoir et celui de leur propre carrière. Ces universitaires sont passionnés par certains sujets, certaines idées, certaines questions, certains problèmes, certaines investigations ou certaines disciplines. Ils considèrent comme une chance d’avoir un métier qui leur permette de poursuivre leur passion, et plus encore d’être récompensés pour cela. Certains se consacrent exclusivement à apporter leur contribution à l’édifice du savoir en ayant un impact dans leur domaine ou en créant un précédent auprès de leurs collègues travaillant sur les mêmes sujets. D’autres construisent leur carrière de manière stratégique dans le but d’obtenir une promotion ou un poste permanent. Mais ces deux voies convergent, non par le fait du hasard mais selon les règles mêmes du monde académique. Ces récompenses non monétaires peuvent influer tout autant sinon davantage sur la productivité du chercheur que les droits d’auteur sur la productivité du romancier ou du musicien. Pour ces derniers, les revenus exceptionnels de quelques superstars occultent souvent ceux beaucoup plus modestes de la majorité d’entre eux.

  • 9 Voir aussi « Open access, markets, and missions », SPARC Open Access Newsletter, 2 mars 2010: http (...)

27La recherche ne serait sans doute pas plus libre ou plus efficace si les universitaires optaient pour une approche plus « commerciale », s’ils se comportaient davantage comme les musiciens ou les cinéastes, s’ils se tournaient vers un modèle économique fondé sur le profit ou s’ils touchaient des salaires en fonction de la popularité de leurs idées. Les non-universitaires intimant aux universitaires de retrouver leurs esprits et d’exiger des droits pour les articles publiés font sans doute preuve d’une certaine naïveté à l’égard de la recherche à but non lucratif, et cette naïveté dépasse peut-être celle des universitaires à l’égard des activités commerciales à but lucratif9.

28Nous pouvons pousser notre raisonnement plus avant. Il est possible aux universitaires de ne pas toucher de droits pour leurs articles parce qu’eux-mêmes touchent des salaires et des subventions de recherche. Mais pourquoi les universités paient-elles des salaires et pourquoi les agences de financement octroient-elles des subventions ? Leur but est de contribuer à l’avancement de la recherche et aux améliorations d’ordre public que cette recherche engendre. Ce n’est pas pour engranger des profits sur les résultats de cette recherche puisque tous ces organismes sont à but non lucratif. Leur objectif n’est certainement pas non plus de transformer les articles universitaires en dons censés enrichir les éditeurs, surtout lorsque les éditeurs conventionnels érigent des barrières d’accès à cette recherche. Les universités et les agences de financement paient les chercheurs pour que ceux-ci fassent don, au sens le plus large du terme, de leur recherche à leurs lecteurs.

29Aux États-Unis, les agences de financement publiques et privées sont essentiellement des organisations à but non lucratif, qui subventionnent les recherches jugées utiles ou bénéfiques. Les universités ont, elles aussi, un rôle d'intérêt général, même lorsqu’elles sont privées. Quant aux contribuables américains, ils soutiennent de facto aussi bien les institutions publiques, par le biais des fonds publics, que les institutions privées, qui bénéficient d’exonérations fiscales sur leurs biens et de réductions d'impôts pour leurs donateurs.

30L’avancement du savoir serait moindre, tout comme la liberté académique et l’accès ouvert, si les articles des chercheurs étaient des sources de revenus plutôt que des dons offerts au monde. Il n’est donc pas surprenant que les agences de financement et les universités soient de plus en plus nombreuses à promouvoir l’accès ouvert. La mission qu’elles ont de contribuer à l’avancement du savoir les incite à mettre la recherche qu’elles financent à la disposition de tous pour lecture et réutilisation (à quelques exceptions près, comme la recherche classifiée, par exemple). (Voir aussi le chapitre 4 sur les réglementations et mandats.)

31Les personnes peu au fait de l’accès ouvert considèrent que celui-ci aide les lecteurs tout en nuisant aux auteurs, et que l’universitaire en tant que lecteur demande à l’universitaire en tant qu’auteur de faire des sacrifices dans ce sens. Mais il se trouve que l’accès ouvert est tout aussi bénéfique pour les auteurs que pour les lecteurs. Les auteurs souhaitent atteindre les lecteurs au moins autant que les lecteurs souhaitent atteindre les auteurs. Tout auteur aspire à bénéficier d’une audience plus large et avoir ainsi un impact plus grand. Les auteurs touchant des droits ont de bonnes raisons pour parvenir à un compromis auprès d’un public plus restreint prêt à payer pour leurs écrits. Mais les auteurs n’en touchant pas n’ont pas besoin d’un tel compromis pour atteindre leur public puisque l’argent n’entre pas en ligne de compte.

32Le désir désintéressé du chercheur de contribuer à l’avancement du savoir par des articles académiques peut tout à fait être couplé avec un intérêt personnel pour l’avancement de sa carrière grâce à l’impact de tels articles. Les motifs du chercheur sont donc à la fois intéressés et désintéressés. Les raisons qui vont le pousser à mettre son travail en accès ouvert sont à peu près les mêmes qu’il a de publier des articles. Le chercheur qui choisit l’accès ouvert pour ses propres articles sert les intérêts des autres chercheurs sans être pour autant entièrement altruiste. L’idée selon laquelle l’accès ouvert dépend de l’altruisme de l’auteur freine les progrès de l’accès ouvert plutôt qu’elle ne les favorise puisqu’elle occulte le fait que l’auteur doit également y trouver un intérêt personnel.

  • 10 Voir à ce sujet les deux documents suivants :
    Steve Hitchcock, « The Effect of Open Access and Down (...)

33Un autre aspect de l’intérêt personnel que peut y trouver l’auteur est le fait scientifiquement prouvé que les articles en accès ouvert sont plus cités que les articles en accès payant, même lorsqu’ils sont publiés dans le même numéro de la même revue. De plus en plus d’études montrent aussi que les articles en accès ouvert sont davantage téléchargés que les articles en accès payant et que les revues passant d’un accès payant à un accès ouvert voient leur nombre de lecteurs augmenter et leurs articles davantage cités10.

34Dans une bibliographie publiée en hiver 201011, Ben Wagner explique :

  • 12 « Though [the explanation for the correlation] is not settled, the bibliography cites a number of (...)

« Bien qu’on ne puisse pas encore expliquer cette corrélation de manière irréfutable, ma bibliographie cite aussi un certain nombre d’études sur l’hypothèse de causes extérieures à cette corrélation. Il est clair que les articles en accès ouvert sont beaucoup plus téléchargés que les articles en accès payant. Des études indiquent que cette augmentation est de l’ordre de 100 %. Il est donc peu probable qu’une telle augmentation n’influe pas d’une certaine manière sur le nombre de citations… Mais le fait qu’un article soit publié dans une revue en accès ouvert (voie dorée) ne semble pas requis pour influer sur le nombre de citations12. »

  • 13 Philip M. Davis, « Does Open Access Lead to Increased Readership and Citations? A Randomized Contr (...)
  • 14 Yassine Gargouri, Stevan Harnad et al., « Self-Selected or Mandated, Open Access Increases Citatio (...)

35Parmi les controverses récurrentes sur la corrélation entre l’augmentation des citations et la décision personnelle des auteurs de mettre leur travail en accès ouvert (plutôt qu’une obligation requise par l’organisme qui les emploie), on peut citer ici deux études aux conclusions divergentes. D’abord celle de Philip Davis fondée sur la diffusion de certains articles choisis au hasard pour être diffusés soit en accès ouvert soit en accès payant13. Les premiers ont plus été téléchargés que les seconds sans être davantage cités pour autant… Ensuite, celle signée de Yassine Gargouri, Stevan Harnad et leurs coauteurs, qui montre que les articles en accès ouvert sont davantage cités dans les deux cas, qu’il s’agisse de la publication obligatoire d’articles dans une archive ouverte ou la publication volontaire d’articles en accès ouvert suite à une décision personnelle de l’auteur14.

36Il existe de nombreuses explications possibles à la corrélation entre l’accès ouvert et l’augmentation des citations. Les études en cours montreront sans doute à l’avenir que cette corrélation est due à une audience accrue et à une visibilité plus grande procurée par le fait que ces articles sont en accès ouvert. Lorsqu’on élargit l’audience d’un article scientifique, on élargit de même l’audience qui citera ce même article, y compris celle des chercheurs travaillant dans le même domaine et ne pouvant se permettre de consulter des articles en accès payant. L’accès ouvert élargit donc l’audience potentielle d’un article donné, y compris celle auprès des professionnels du sujet, et cela bien davantage que les revues en accès payant les plus lues et les plus prestigieuses.

37Ces études montrent les avantages que l’auteur peut retirer de l’accès ouvert. Il ne s’agit pas d’un sacrifice de la part d’un auteur privilégiant l’impact à l’argent. Il s’agit d’une forme de diffusion qui favorise la visibilité d’un article, son utilisation, son audience et le fait qu’il soit cité, à savoir tout ce qui serait bénéfique pour la carrière de l’auteur. Cela pourrait déjà être une bonne chose même si ce processus était coûteux, difficile et prenait du temps. Mais, comme nous le verrons dans les pages suivantes, il n’est ni coûteux ni difficile, et ne demande pas beaucoup de temps.

  • 15 Voir à ce sujet les commentaires de Stevan Harnad dans l’American Scientist Open Access Forum : ht (...)

38Mon collègue Stevan Harnad compare fréquemment les articles scientifiques en accès ouvert à des annonces publicitaires. Ceux-ci sont en effet des publicités pour valoriser la recherche de l’auteur. Essayez d’expliquer à des annonceurs qu’ils font un sacrifice inutile en autorisant un vaste public à lire leurs annonces sans devoir payer pour ce privilège. Les annonceurs les diffusent gratuitement et dépensent même de l’argent pour les placer aux meilleurs endroits parce que c’est bénéfique pour eux. La même remarque vaut pour les chercheurs qui ont un intérêt similaire à diffuser leur message le plus largement possible15.

39Comme tout contenu peut être numérique et comme tout contenu numérique peut être en accès ouvert, il est inutile de limiter l’accès ouvert aux articles scientifiques qui ne génèrent pas de droits d’auteur. Les articles scientifiques ne sont que les publications les plus accessibles à ce nouveau type d’accès. L’accès ouvert peut s’appliquer aussi à des œuvres qui sont source de droits, par exemple des monographies, des manuels, des romans, des actualités, de la musique et des films. Mais ces auteurs vont perdre des revenus s’ils consentent à l’accès ouvert ou tout au moins peuvent avoir des craintes dans ce sens, si bien qu’il sera plus difficile de les persuader de l’intérêt d’un tel accès. Cependant, au lieu de considérer que les œuvres générant des droits d’auteur n’entrent pas dans le champ de l’accès ouvert, il suffit de les considérer comme moins ouvertes à ce type d’accès. Dans de nombreux cas, il est toujours possible de persuader leurs auteurs de l’intérêt de ce nouveau type d’accès. (Voir aussi la section sur l’accès ouvert pour les livres dans le chapitre 5.)

40Dans la littérature scientifique, les auteurs d’articles ne sont pas les seuls à ne pas percevoir de rémunération. Le plus souvent, une revue scientifique ne paie pas non plus le directeur de publication et les membres du comité de lecture. Les uns comme les autres reçoivent par ailleurs un salaire de la part des organismes qui les emploient, tout comme les auteurs des articles, et peuvent ainsi faire don de leur temps et de leur travail pour s’assurer de la qualité des articles publiés dans la revue. En conséquence, toutes les parties prenantes dans une revue scientifique peuvent consentir à l’accès ouvert sans perte de revenus. Il n’est pas nécessaire que les articles en accès ouvert se passent des services d’un comité de lecture ou que les manuscrits non relus soient plus favorisés que les manuscrits validés par un comité de lecture. L’accès ouvert englobe donc les revues à comité de lecture, dont elles sont d’ailleurs une composante essentielle. (Voir aussi la section sur l’activité du comité de lecture dans le chapitre 5.)

41Bien entendu, les éditeurs conventionnels ne sont pas aussi libres de se passer de revenus que les auteurs de leurs revues, les directeurs de publication et les comités de lecture. C’est un élément important à prendre en compte pour une transition vers l’accès ouvert. Cela explique aussi le fait que les intérêts des chercheurs et ceux des éditeurs conventionnels sont encore plus divergents à notre époque numérique qu’ils ne l’étaient auparavant. Mais tous les éditeurs ne sont pas conventionnels, et tous les éditeurs conventionnels n’adoptent pas des modèles économiques anciens liés à l’imprimé pour leurs articles disponibles en numérique.

42Les éditeurs universitaires ne forment pas un groupe monolithique. Certains éditeurs ont été créés en proposant d’emblée une formule en accès ouvert alors que d’autres plus anciens s’y sont convertis. Certains éditeurs l’expérimentent tandis que d’autres se contentent d’observer ces expérimentations. La plupart des éditeurs autorisent la voie verte (par le biais des archives ouvertes) et ils sont de plus en plus nombreux à adopter la voie dorée (par le biais de revues scientifiques). Certains éditeurs favorisent l’accès ouvert contrairement à d’autres qui hésitent ou bien s’y opposent. Parmi ces derniers, certains éditeurs se contentent de ne pas offrir d’articles en accès ouvert alors que d’autres font activement campagne contre les mesures l’encourageant ou l’exigeant. Certains éditeurs s’opposent à la voie dorée mais pas à la voie verte, et vice versa.

  • 16 Tim O’Reilly, « Piracy is Progressive Taxation, and Other Thoughts on the Evolution of Online Dist (...)

43Le mouvement pour l’accès ouvert ne gagne rien à brouiller ces différentes approches, et y perd des alliés potentiels. Pour paraphraser Tim O’Reilly, l’accès ouvert n’est pas une menace en soi pour l’édition. Il ne représente une menace que pour les éditeurs refusant de s’adapter16.

44Les éditeurs de revues scientifiques sont de plus en plus nombreux à choisir des modèles économiques leur permettant de supprimer les abonnements payants afin de proposer des revues ouvertes. Ils disposent d’autres revenus leur permettant de couvrir leurs frais de fonctionnement. Certains éditeurs ayant choisi l’accès ouvert adoptent même un modèle économique à but lucratif générant des profits. (Voir aussi le chapitre 7 sur les modèles économiques.)

45De plus, l’évaluation des articles de ces revues est assurée par des chercheurs bénévoles qui se soucient peu de la manière dont une revue paie ses factures, ou de savoir si les finances de cette revue sont saines ou non. Si toutes les revues à comité de lecture se convertissaient à l’accès ouvert dans la nuit, les auteurs, les directeurs de publication et le comité de lecture auraient les mêmes motivations que les jours précédents. Nul besoin d’arrêter d’offrir leurs services, de procurer un travail de moindre qualité ou de faire davantage de sacrifices. Le fait qu’ils offrent tous de travailler bénévolement n’est pas fonction du modèle économique de la revue, mais de la contribution de cette revue à la recherche. Ils pourraient poursuivre cette activité quelle que soit la situation économique de la revue, que l’éditeur conventionnel ou l’éditeur en accès ouvert soit solvable ou non, et même s’il n’y avait pas d’éditeur.

46L’Initiative de Budapest17 pour l’accès ouvert débute par ces mots :

  • 18 « An old tradition and a new technology have converged to make possible an unprecedented public go (...)

« Une tradition ancienne et une technologie nouvelle ont convergé pour rendre possible un bienfait public sans précédent. La tradition ancienne est la volonté des scientifiques et des universitaires de publier sans rétribution les fruits de leur recherche dans des revues scientifiques… La nouvelle technologie est Internet18. »

47Que deviendrait cette volonté sans le médium qu’est Internet ? Il suffit de considérer le savoir à l’ère imprimée. Les articles, qui sont à l’origine des dons faits par les auteurs, sont devenus des sources de revenus pour les éditeurs et, de ce fait, très difficiles d’accès pour les lecteurs. Ces difficultés d’accès existent d’ailleurs toujours à l’heure actuelle puisque l’accès ouvert n’est pas encore la solution par défaut pour la recherche récente et future.

48Que deviendrait le médium qu’est Internet sans une réelle volonté de la part des auteurs ? Il suffit de considérer la musique et les films à notre époque numérique. La nécessité de toucher des droits d’auteur empêche ces créateurs de diffuser leurs œuvres sans restriction auprès de tous ceux qui aimeraient les écouter ou les regarder.

49La convergence entre la volonté des auteurs et le médium qu’est Internet donne lieu à de nouvelles possibilités. Un usage académique né au milieu du dix-septième siècle permet aux universitaires de tirer parti de la révolution de l’accès au savoir au début du vingt-et-unième siècle. Comme les chercheurs sont pratiquement les seuls à suivre cet usage, ils sont aussi presque exclusivement en mesure de pouvoir bénéficier de cette révolution sans risques financiers. Les autres auteurs se demandent encore pour la plupart s’ils doivent craindre plutôt que saisir les possibilités offertes par Internet.

Ce que l’accès ouvert n’est pas19

50Nombre d’objections peuvent être levées en expliquant ce que l’accès ouvert n’est pas. Ces différents points seront ensuite développés en détail dans les chapitres suivants.

511. L’accès ouvert n’est pas un moyen de se passer d’un comité de lecture.

52L’accès ouvert est compatible avec toute évaluation par un comité de lecture, de la plus traditionnelle à la plus innovante. Toutes les déclarations publiques majeures sur l’accès ouvert insistent sur l’importance de cette évaluation. Comme les revues scientifiques ne paient ni leurs auteurs, ni leur directeur de publication, ni leur comité de lecture, toutes les parties prenantes peuvent consentir à l’accès ouvert sans perte de revenus. Même si l’accès ouvert aux articles non soumis à un comité de lecture est utile et largement répandu, le mouvement pour l’accès ouvert n’est pas limité à ces articles et il englobe aussi l’accès ouvert aux articles validés par un comité de lecture, ces derniers étant une composante essentielle de l’accès ouvert. (Voir aussi la section sur le rôle du comité de lecture dans le chapitre 5.)

532. L’accès ouvert n’est pas un moyen de réformer, violer ou abolir le droit d’auteur.

54L’accès ouvert est compatible avec la législation en vigueur sur le droit d’auteur et bénéficierait certainement de réformes intelligentes sur le droit d’auteur, une tâche à laquelle se consacrent de nombreuses personnes. Mais il est inutile d’attendre ces réformes pour le mettre en pratique. La littérature en accès ouvert contourne les problèmes de droit d’auteur de la même manière que la littérature en accès payant. L’accès ouvert s’appuie sur l’existence du domaine public pour les œuvres plus anciennes et sur le consentement de l’ayant droit pour les œuvres plus récentes. (Voir aussi le chapitre 4 sur les réglementations et mandats et le chapitre 6 sur le droit d’auteur.)

553. L’accès ouvert n’est pas un moyen de spolier les auteurs touchant des droits.

56Le mouvement pour l’accès ouvert cible d’abord les articles scientifiques parce qu’ils ne sont pas source de revenus. Pour ceux-ci comme pour toutes les autres œuvres récentes, leur mise en accès ouvert dépend du consentement de l’ayant droit. En conséquence, les auteurs touchant des droits sur leurs œuvres n’ont pas de souci à se faire. Seul un exposé persuasif peut leur montrer les avantages de l’accès ouvert sur les gains possibles, suite à leur consentement ou celui de leurs ayants droit. (Voir aussi la section sur l’accès ouvert pour les livres dans le chapitre 5.)

574. L’accès ouvert n’est pas un moyen de supprimer les coûts de fonctionnement.

58Aucun chercheur adepte de l’accès ouvert n’a jamais pensé que la publication de la littérature en accès ouvert se fait gratuitement . Nombre de ces chercheurs ont toutefois observé que sa publication est moins coûteuse que celle de la littérature conventionnelle et que la littérature numérique en accès payant. La question n’est pas de savoir si la publication de la littérature scientifique peut s’affranchir de coûts de fonctionnement. La question est de savoir s’il existe de meilleurs moyens de faire face à ces coûts que de faire payer les lecteurs et de créer ainsi des barrières d’accès. (Voir aussi le chapitre 7 sur les modèles économiques.)

Terminologie

De même qu’il existe dans l’édition le plagiat, le piratage, la déformation de l’œuvre ou sa publication sans le consentement de l’ayant droit, l’accès ouvert non autorisé peut lui aussi violer le droit d’auteur et priver les auteurs des revenus correspondants, à leur corps défendant. Mais, de même que le terme « édition » concerne en général l’édition légale, avec des termes bien spécifiques (plagiat, piratage, violation du droit d’auteur, etc.) pour désigner les formes d’édition illégale, le terme « accès ouvert » employé dans ces pages concerne l’accès ouvert légal suite au consentement de l’ayant droit.

595. L’accès ouvert n’est pas un moyen de laminer les droits qu’ont les auteurs sur leurs articles.

60L’accès ouvert relève au contraire d’une décision prise par l’auteur lui-même et requiert donc que l’auteur contrôle davantage l’utilisation de son travail qu’auparavant. Par le passé, la publication d’articles était régie par des contrats de publication traditionnels, avec transfert des droits de l’auteur à l’éditeur. Tout contrôle par l’auteur était ensuite impossible puisqu’il avait perdu tous les droits sur ses propres articles. L’auteur dispose désormais de deux stratégies possibles. La première est de conserver certains des droits qu’il transférait auparavant à l’éditeur, y compris celui d’autoriser l’accès ouvert. La deuxième est que l’éditeur permette une utilisation plus large des articles que par le passé, y compris la possibilité pour l’auteur de diffuser ses articles en accès ouvert. (Voir aussi le chapitre 4 sur les réglementations et mandats et le chapitre 6 sur le droit d’auteur.)

616. L’accès ouvert n’est pas un moyen de réduire la liberté académique.

62Les auteurs académiques restent libres de soumettre leurs articles aux revues et aux éditeurs de leur choix. Les pratiques en vigueur requérant l’accès ouvert sont conditionnelles. Elles concernent par exemple les chercheurs bénéficiant de subventions de la part de certains organismes. Ces chercheurs devront donc demander à un éditeur conventionnel de faire une exception pour leurs articles ou, dans ce cas précis, de lever une interdiction. Depuis 2008, la plupart des réglementations adoptées par les universités en faveur de l’accès ouvert visent à préserver ou même augmenter les prérogatives de leurs chercheurs sur leurs articles. (Voir aussi le chapitre 4 sur les réglementations et mandats.)

637. L’accès ouvert n’est pas un moyen d’assouplir les règles sur le plagiat.

  • 20 Ce passage s’inspire de deux de mes publications :
    « Open Access and Quality », SPARC Open Access N (...)

64Toutes les déclarations publiques sur l’accès ouvert insistent sur la nécessité d’attribuer un article à son auteur, ce qui est même obligatoire pour pouvoir le réutiliser. Toutes les licences ouvertes majeures exigent en effet que l’auteur de l’article soit dûment mentionné. De plus, le plagiat est en général sanctionné par l’organisme auquel le plagiaire est affilié plutôt que par la voie légale, c’est-à-dire par les normes sociales plutôt que par la loi. Même lorsque l’attribution d’une œuvre à son auteur n’est pas exigée par la loi américaine, le plagiat est une offense qui doit être sanctionnée et aucune réglementation de l’accès ouvert ne contredit des sanctions de cet ordre. Si le fait que la littérature soit numérique et en ligne facilite le plagiat, l’accès ouvert le rend également plus facile à détecter. Tous les plagiaires ne sont pas subtils, mais ceux qui le sont ne voleront pas des sources en accès ouvert indexées dans tous les moteurs de recherche. On peut donc affirmer que l’accès ouvert dissuade le plagiat20.

658. L’accès ouvert n’est pas un moyen de punir les éditeurs conventionnels ou de leur nuire.

66L’accès ouvert est destiné à favoriser les intérêts de la recherche, des chercheurs et des organismes de recherche. Son but est donc constructif et non destructif. Le fait que l’accès ouvert puisse faire du tort aux éditeurs conventionnels peut être comparé aux conséquences de l’arrivée des ordinateurs sur les fabricants de machines à écrire. Le préjudice occasionné n’est pas le but mais le dommage collatéral d’un progrès. De plus, l’accès ouvert ne nuit pas aux éditeurs et à l’édition en tant que tels. Il ne menace qu’un modèle économique donné pour la publication d’articles. Il est beaucoup plus facile aux éditeurs conventionnels de s’ajuster à l’accès ouvert qu’aux fabricants de machines à écrire de se conformer aux ordinateurs. On constate que la plupart des éditeurs traditionnels s’adaptent déjà de trois manières : en autorisant l’accès ouvert lorsque celui-ci est requis par les auteurs, en procurant eux-mêmes des articles en accès ouvert, ou alors en expérimentant l’accès ouvert pour leurs propres revues. Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne et commissaire européenne à la société numérique, a expliqué en décembre 2010 lors d’un discours21 que « la beauté de l’accès ouvert est que ce mouvement n’est contre personne. Il s’agit d’un mouvement pour la libre diffusion du savoir22 ». (Voir aussi la section sur la voie verte dans le chapitre 3 et le chapitre 8 sur les dégâts collatéraux.)

679. L’accès ouvert n’est pas un moyen de boycotter un type de littérature ou d’éditeur.

68La recherche en accès ouvert ne requiert pas plus le boycott de la recherche en accès payant que les articles (de tout type) gratuits disponibles en ligne n’exigent le boycott des articles en accès payant. L’existence de l’accès ouvert ne nécessite pas de supprimer la littérature en accès payant de nos listes de lecture, de nos programmes de cours ou de nos bibliothèques. Certains universitaires adeptes de l’accès ouvert ont décidé de ne soumettre leurs nouveaux articles qu’à des revues ouvertes, et de ne proposer leurs services en tant que directeur de publication ou membre du comité de lecture qu’à des revues ouvertes. Un tel choix constitue de fait un boycott d’une revue en accès payant qui se voit ainsi dépossédée d’un auteur, d’un directeur de publication ou d’un membre de son comité de lecture. Mais cette décision reste personnelle et n’engage que l’universitaire concerné. Elle n’est pas exigée dans la définition même de l’accès ouvert ni dans l’adoption de l’accès ouvert pour ses articles. Un tel choix n’est pas exigé non plus dans les pratiques de l’accès ouvert au sein d’une université. La plupart des universitaires adeptes de l’accès ouvert continuent aussi de publier leurs articles dans des revues payantes. De plus, même les universitaires qui boycottent les revues payantes en tant qu’auteurs, directeurs de publication ou membres d’un comité de lecture ne le font pas pour autant en tant que lecteurs. Certaines revues payantes favorisent toutefois un boycott involontaire de la part de leurs lecteurs en proposant des abonnements à un prix inaccessible.

6910. L’accès ouvert est destiné à tous, d’abord aux chercheurs, mais aussi au grand public.

  • 23 Pour prendre un exemple, si le public habitant à New York et celui habitant dans l’État du New Jer (...)

70Le mouvement pour l’accès ouvert concerne avant tout les chercheurs professionnels, dont la carrière dépend de la facilité d’accès aux publications. Mais il est inutile de classer les destinataires de l’accès ouvert en public prioritaire et non prioritaire. Le lobby de l’édition insiste parfois sur le fait que le grand public serait le principal destinataire de l’accès ouvert, peut-être pour éluder le fait que nombre de chercheurs ne disposent pas non plus de cet accès, ou alors pour utiliser le contre-argument condescendant selon lequel le grand public se soucie peu de lire des articles scientifiques et ne comprendrait pas ce type d’articles s’il les lisait. Or le mouvement pour l’accès ouvert concerne tous ceux qui ont une connexion Internet, quelle que soit leur profession et quelles que soient leurs raisons de s’intéresser à cette littérature. Si nous distinguons les chercheurs professionnels de tous les autres lecteurs, il est probable qu’un pourcentage plus élevé de chercheurs sera intéressé par la littérature scientifique en accès ouvert, même si nombre d’entre eux ont également la possibilité de lire la littérature scientifique en accès payant grâce aux bibliothèques des organismes qui les emploient. Mais cet argument ne doit pas entrer en ligne de compte ici puisque le fait de procurer un accès ouvert à tous les usagers d'Internet est dans tous les cas plus simple et meilleur marché que de limiter l’accès ouvert à la littérature scientifique à un groupe d’usagers considérés comme méritant cette information parce que particulièrement concernés23. (Voir aussi la section sur l’accès ouvert pour le grand public dans le chapitre 5.)

7111. L’accès ouvert n’est pas synonyme d’accès universel.

72Même si nous réussissons à supprimer les barrières liées à un prix de vente et à la nécessité d’autorisations, quatre autres peuvent encore subsister.

  • Des barrières liées au filtrage de l’information et à la censure. Nombre d’écoles, d’employeurs, de fournisseurs Internet et de gouvernements veulent limiter ce que les usagers peuvent voir ou lire.
  • Des barrières liées à la langue. L’essentiel de la littérature scientifique en ligne est disponible en anglais ou dans une seule autre langue, et la traduction automatique reste très approximative.
  • Des barrières liées à l’accès des personnes handicapées. Dans leur grande majorité, les sites web ne sont pas encore aussi accessibles aux usagers handicapés qu’ils devraient l’être.
  • Des barrières liées à la connectivité. Du fait de la fracture numérique, des centaines de millions de personnes – y compris des millions d’universitaires – n’ont pas accès à Internet ou bien l’accès dont ils disposent est lent et sporadique avec une faible bande passante.

73Nous sommes une immense majorité à vouloir éliminer ces quatre types de limitations. Mais il ne faut pas attendre d’avoir réussi pour utiliser le terme « accès ouvert ». Dans la longue marche vers un accès universel, supprimer les barrières liées à un prix de vente et à la nécessité d’autorisations est un palier significatif qui mérite un nom spécifique.

Notes de fin

1 Budapest Open Access Initiative : http://www.budapestopenaccessinitiative.org/read.

2 Bethesda Statement on Open Access Publishing : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4725199/suber_bethesda.htm?sequence=1.

3 Berlin Declaration on Open Access to Knowledge in the Sciences and Humanities : http://openaccess.mpg.de/Berliner-Erklaerung.

4 « There are many degrees and kinds of wider and easier access to [research] literature. By “open access” to this literature, we mean its free availability on the public internet, permitting any users to read, download, copy, distribute, print, search, or link to the full texts of these articles, crawl them for indexing, pass them as data to software, or use them for any other lawful purpose, without financial, legal, or technical barriers other than those inseparable from gaining access to the internet itself. The only constraint on reproduction and distribution, and the only role for copyright in this domain, should be to give authors control over the integrity of their work and the right to be properly acknowledged and cited. » [Notre traduction]

5 « Copy, use, distribute, transmit and display the work publicly and to make and distribute derivative works, in any digital medium for any responsible purpose, subject to proper attribution of authorship. » [Notre traduction]

6 Voir à ce sujet mes résumés annuels sur les progrès de l’accès ouvert entre 2003 et 2010 :
http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4736588/suber_oa2010.htm?sequence=1 ;
http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322584/suber_oa2009.html?sequence=1 ;
http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322588/suber_oa2008.html?sequence=1 ;
http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322582/suber_oa2007.html?sequence=1 ;
http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729246/suber_oa2006.htm?sequence=1 ;
http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729244/suber_oa2005.htm?sequence=1 ;
http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729243/suber_oa2004.htm?sequence=1 ;
http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729242/suber_oa2003.htm?sequence=1.

7 Cette section s’inspire de quatre de mes publications :
« Open Access Overview »  : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729737/suber_oaoverview.htm?sequence=1 ;
« Creating an Intellectual Commons through Open Access », in Charlotte Hess and Elinor Ostrom (ed.), Understanding Knowledge as a Commons: From Theory to Practice, MIT Press, 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4552055/suber_intellectcommons.pdf?sequence=1 ;
« Six things that researchers need to know about open access », SPARC Open Access Newsletter, 2 février 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4739013/suber_sixresearchers.htm?sequence=1 ;
Mes réponses aux questions de Richard Poynder dans « The Basement Interviews: Peter Suber », 19 octobre 2007 : http://poynder.blogspot.com/2007/10/basement-interviews-peter-suber.html.

8 Sur l’origine des revues académiques, voir Jean-Claude Guédon, « In Oldenburg’s Long Shadow: Librarians, Research Scientists, Publishers, and the Control of Scientific Publishing », Association of Research Libraries, 2001 : http://www.arl.org/component/content/article/6/2598.
Sur les quelques auteurs rémunérés pour leurs articles, voir « Open access when authors are paid », SPARC Open Access Newsletter, 2 décembre 2003 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4552040/suber_paid.htm?sequence=1.
Voir aussi Jufang Shao et Huiyun Shen, « The Outflow of Academic Papers from China », Learned Publishing, n° 24-2, avril 2011 : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1087/20110203/abstract.

9 Voir aussi « Open access, markets, and missions », SPARC Open Access Newsletter, 2 mars 2010: http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322590/suber_oamarkets.html?sequence=1.

10 Voir à ce sujet les deux documents suivants :
Steve Hitchcock, « The Effect of Open Access and Downloads (ʻ’Hitsʼ’) on Citation Impact: A Bibliography of Studies », Open Citation Project : http://opcit.eprints.org/oacitation-biblio.html. Cette bibliographie est régulièrement actualisée.
Alma Swan, « Open Access Citation Advantage: Studies and Results to Date », Technical Report, School of Electronics & Computer Science, University of Southampton, août 2010 : http://eprints.ecs.soton.ac.uk/18516. Une synthèse des principales études sur le sujet depuis 2001.

11 A. Ben Wagner, « Open Access Citation Advantage: An Annotated Bibliography » : http://www.istl.org/10-winter/article2.html.

12 « Though [the explanation for the correlation] is not settled, the bibliography cites a number of studies designed to test the hypothesis of confounding extraneous causes. It is clear that open access articles are downloaded far more than toll access articles. Studies indicate this download advantage is easily 100% over toll access articles. It seems unlikely such a large download advantage would not to some degree eventually influence the number of citations. Publication in an open access journal (Gold OA) apparently is not required to get a significant OA citation advantage. » [Notre traduction]

13 Philip M. Davis, « Does Open Access Lead to Increased Readership and Citations? A Randomized Controlled Trial of Articles Published in APS Journals », The Physiologist, n°53-6, décembre 2010. Le lien correspond à une nouvelle version publiée en 2011 avec un titre différent : http://www.fasebj.org/content/25/7/2129.full.

14 Yassine Gargouri, Stevan Harnad et al., « Self-Selected or Mandated, Open Access Increases Citation Impact for Higher Quality Research », PLOS ONE, 18 octobre 2010 : http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0013636.

15 Voir à ce sujet les commentaires de Stevan Harnad dans l’American Scientist Open Access Forum : http://users.ecs.soton.ac.uk/harnad/Hypermail/Amsci/6199.html.

16 Tim O’Reilly, « Piracy is Progressive Taxation, and Other Thoughts on the Evolution of Online Distribution », O’Reilly P2P, 11 décembre 2002 : http://openp2p.com/lpt/a/3015.

17 http://www.budapestopenaccessinitiative.org/read.

18 « An old tradition and a new technology have converged to make possible an unprecedented public good. The old tradition is the willingness of scientists and scholars to publish the fruits of their research in scholarly journals without payment… The new technology is the internet. » [Notre traduction]

19 Cette section s’inspire de deux de mes publications :
« Open Access Overview » : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4729737/suber_oaoverview.htm?sequence=1 ;
« A field guide to misunderstandings about open access », SPARC Open Access Newsletter, 2 avril 2009 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4322571/suber_fieldguide.html?sequence=1.

20 Ce passage s’inspire de deux de mes publications :
« Open Access and Quality », SPARC Open Access Newsletter, 2 octobre 2006 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4552042/suber_oaquality.htm?sequence=1/ ;
« Balancing author and publisher rights », SPARC Open Access Newsletter, 2 juin 2007 : http://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4391158/suber_balancing.htm?sequence=1.

21 http://europa.eu/rapid/press-release_SPEECH-10-716_en.htm?locale=en.

22 « The beauty of open access is that it is not against anybody. It is for the free movement of knowledge. » [Notre traduction]

23 Pour prendre un exemple, si le public habitant à New York et celui habitant dans l’État du New Jersey (plus au sud) pouvaient tous les deux apprécier le feu d’artifice tiré du port de New York le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine, les sponsors de l’événement n’iraient pas pour autant distinguer un groupe plutôt qu’un autre, même s’il suffirait d’une étude simple pour déterminer le groupe le plus nombreux. Cependant, les résidents du New Jersey qui ne pouvaient pas voir le feu d’artifice de chez eux ne profiteraient pas pour autant de l’expérience des résidents de New York, qui, eux, le pouvaient. À ce niveau-là, l’analogie ne s’applique plus, car la recherche en accès ouvert offre au contraire un avantage double, profitant aussi bien aux chercheurs qu’au grand public, ou alors un avantage indirect, bénéficiant au grand public de manière indirecte, car elle profite aux chercheurs de manière directe.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable