Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?

 | 
Peter Suber

Avant-propos

Texte intégral

1Depuis plus de dix ans, mon activité professionnelle consiste à encourager l’accès ouvert à la science et au savoir. J’ai donné de brèves conférences ou publié de longs articles explorant des points de détail. Ce livre se situe entre ces deux approches. Il se veut une présentation succincte du sujet, suffisamment longue pour présenter ses différentes facettes, et suffisamment courte pour être lue par des gens occupés.

2En effet, j’aimerais qu’ils lisent ce livre. L’accès ouvert est bénéfique à tous, de la même façon que la recherche est bénéfique à tous. L’accès ouvert facilite la recherche en rendant ses résultats plus accessibles et plus utiles. Il est bénéfique aux chercheurs en tant que lecteurs puisqu’ils peuvent trouver et utiliser l’information dont ils ont besoin. Il est bénéfique aux chercheurs en tant qu’auteurs puisque leurs lecteurs peuvent aisément trouver ces articles, les citer et s’en inspirer pour leurs propres travaux. L’accès ouvert est tout aussi bénéfique à ceux qui ne sont pas chercheurs puisqu’il accélère la recherche et toutes les découvertes qui en découlent, par exemple de nouveaux médicaments, des technologies utiles, des décisions prises en connaissance de cause pour résoudre des problèmes de tous ordres, des choix politiques plus pertinents, et enfin une meilleure compréhension du monde.

3Cependant les avantages de l’accès ouvert ne sont effectifs que si on le met en pratique, et ceux qui sont à même de le faire sont souvent occupés. Je pense en particulier aux chercheurs et aux décideurs dans les universités, les bibliothèques, les maisons d’édition, les sociétés académiques, les agences de financement et les administrations publiques.

4Mon sentiment est que le principal obstacle à l’accès ouvert réside en une mauvaise compréhension de celui-ci, due à une méconnaissance du sujet, elle-même consécutive à la vie professionnelle prenante que nous avons tous. L’opposition organisée de certains éditeurs conventionnels à l’accès ouvert me semble en comparaison un obstacle mineur.

5Le principal remède à cette méconnaissance de l’accès ouvert est un énoncé clair de ses grandes lignes à l’intention de tous ceux qui sont concernés. Seuls quelques spécialistes du sujet se demanderont comme moi si j’ai été trop bref sur des points de détail qui leur auraient pourtant paru essentiels. Mais un livre plus volumineux aurait été moins lu. Ceux qui souhaitent approfondir trouveront tous les éléments nécessaires (documentation, études de cas, études approfondies, recommandations, etc.) dans l’abondante littérature sur le sujet disponible en ligne (le plus souvent en accès ouvert), y compris mes propres articles (tous en accès ouvert)1.

6J’ai incorporé dans ce livre des passages de certains de mes travaux passés en les améliorant et en les actualisant si nécessaire. Leur source y est indiquée dans les notes. J’ai choisi cette solution en réponse au dilemme suivant : mon souhait de ne pas cacher le fait que j’utilisais mes écrits précédents et ma volonté de ne pas m’autociter non plus à l’infini.

7Ce court ouvrage n’aborde pas en détail des sujets connexes tels que les données ouvertes, les ressources éducatives ouvertes, l’administration publique ouverte, les logiciels libres et/ou à source ouverte, et enfin la science ouverte (à savoir la science combinant textes en accès ouvert, données ouvertes et logiciels à source ouverte pour qu’une recherche donnée soit accessible à tous les stades de la recherche et pas seulement pour ses résultats). Ces sujets connexes seront certainement abordés à l’avenir par d’autres auteurs dans des livres du même genre que celui-ci.

8Je n’aurais pas pu consacrer ma vie professionnelle à l’accès ouvert depuis plus de dix ans sans les subventions de plusieurs institutions (Open Society Foundations, Wellcome Trust, Arcadia) et sans le soutien financier et institutionnel de nombreux organismes (Earlham College, Public Knowledge, Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition [SPARC], University of Maine, Data Conversion Laboratory, Information Society Project [Yale Law School], Berkman Center for Internet & Society [Harvard], Harvard Law School Library, Harvard Office for Scholarly Communication). Je remercie aussi pour leur soutien Fay Bound Alberti, Peter Baldwin, Jack Balkin, Douglas Bennett, Len Clark, Darius Cuplinskas, Robert Darnton, Urs Gasser, Melissa Hagemann, Rick Johnson, Heather Joseph, Robert Kiley, Sue Kriegsman, Harlan Onsrud, John Palfrey, Lisbet Rausing, Stuart Shieber, David Skurnik et Gigi Sohn.

9Je dédie ce livre aux milliers de personnes qui œuvrent pour l’accès ouvert dans tous les domaines et tous les pays. Celles que je connais personnellement sont déjà trop nombreuses pour les remercier individuellement ici, même si je tentais de le faire – ce qui me remplit d’admiration, de gratitude et d’optimisme pour l’avenir.

10Addendum :

11Ce livre est complété par une page web spécifique http://bit.ly/​oa-book qui offre actualisations et suppléments, tout comme des liens vers des critiques du livre, des traductions et des versions en accès ouvert.

12Addendum pour la version française :

13Les 377 URL présentes dans la version originale du livre ont été vérifiées en octobre 2016 et, pour 106 d’entre elles, modifiées (en cas de renvoi vers une URL plus récente) ou remplacées (en cas de lien rompu, avec les recherches nécessaires pour proposer une nouvelle URL).

Notes de fin

1 Voir la liste régulièrement actualisée de mes articles sur l’accès ouvert :
http://cyber.law.harvard.edu/~psuber/wiki/Writings_on_open_access.
Voir aussi Charles W. Bailey Jr., « Transforming Scholarly Publishing through Open Access: A Bibliography », Digital Scholarship, 2010 : http://digital-scholarship.org/tsp/w/tsp.html.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable