Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esclavage et subjectivités

 | 
Myriam Cottias
, 
Hebe Mattos

Deuxième partie. Esclavage, citoyennetés et histoires de vie

Entre frères : les « courtoisies » du roi Adandozan du Dahomey au prince Jean du Portugal, 1810

Mariza de Carvalho Soares
Traduction de Laure Schalchli

Résumé

Ce chapitre associe l’étude des objets muséologiques à des sources historiques écrites et montre l’importance de l’interdisciplinarité entre l’histoire et la muséologie. Il s’appuie sur l’analyse de la correspondance entre les rois du Dahomey et du Portugal pour présenter une collection muséologique appartenant au Musée national de Rio de Janeiro, au Brésil. Composée d’objets de diverses origines, la collection africaine de ce musée inclut un ensemble de cadeaux envoyés en 1810 par le roi Adandozan du Dahomey au prince régent portugais Jean, alors installé au Brésil. Les lettres adressées entre 1795 et 1818 montrent que l’échange de présents était alors une pratique politique et diplomatique courante. La diplomatie de lettres et de cadeaux à laquelle se livrent Adanozan et le prince Jean présente des caractéristiques similaires aux pratiques établies de longue date et qui étaient très en vogue dans la deuxième moitié du xviiie siècle, avant la mise en place de la politique de suppression de la traite atlantique des esclaves.
La lettre et les cadeaux de 1810 révèlent les liens d’« amitié » entre les deux monarques, alors même que s’amorcent l’« alliance et l’amitié » du Portugal avec l’Angleterre, qui vient d’abolir la traite atlantique des esclaves en 1807. Le texte dévoile ainsi une facette peu explorée de l’activité diplomatique portugaise et la poursuite de ces pratiques même après le rapprochement entre le Portugal et l’Angleterre, acté dans les traités signés à partir de 1808, puis principalement en 1810.
Cette analyse nous mène à une présentation des cadeaux envoyés par Adandozan et dont la liste figure dans sa lettre, puis à leur identification dans le fonds du Musée national, grâce à un minutieux travail de recoupement entre la liste épistolaire et le registre d’inventaire des pièces du secteur d’Ethnologie et Ethnographie de cette institution. Nous avons enfin sélectionné deux cadeaux, pour discuter de leur pertinence historique et muséologique. Le premier est un trône que le Musée national a toujours considéré comme la pièce la plus importante reçue du Dahomey, et qui a fait l’objet de descriptions et d’évaluations par de nombreux chercheurs. Le second est un « drapeau » que nous identifions comme une allégorie guerrière. Bien qu’il soit connu des historiens et des muséologues, cet objet n’avait jusqu’ici jamais été étudié. Sur la base de la lettre envoyée par Adandozan en 1810 et d’informations historiques complémentaires, il nous a été possible d’identifier la bataille à laquelle ce drapeau se rapporte, de décrire sa composition et d’analyser le contexte dans lequel il a été envoyé au Brésil.

Note de l’éditeur

Traduit du portugais par Laure Schalchli.

Note de l’auteur

Ce chapitre présente les résultats préliminaires d’un projet de recherche financé par une bourse de productivité en recherche du Conseil national de développement scientifique et technologique (CNPq) ; il s’insère également dans la recherche que nous menons dans le cadre du Pronex – Dimensions et frontières de l’État brésilien au xixe siècle –, financée par la Fondation d’appui à la recherche de l’État de Rio de Janeiro (Faperj).
Ce texte a été remis pour publication en 2012. Il constituait alors un premier effort de systématisation d’une recherche débutée en 2011 et dont l’objectif principal était la coordination de l’exposition « Kumbukumbu : Afrique, mémoire et patrimoine », inaugurée en 2014. Si le projet compte aujourd’hui d’autres textes plus développés, le chapitre présenté ici en demeure le point de départ.

Texte intégral

Car ici je défends beaucoup les côtes de Votre Majesté, et Votre Majesté doit défendre mes côtes.
Adandozan, 1810.

Introduction

  • 2 À propos de la réorganisation de cette collection, voir Soares et Lima (sous presse). Nous remerci (...)

1Ce chapitre présente les résultats d’un projet de recherche en cours, qui vise à appuyer la réorganisation d’une partie du fonds ethnographique africain du secteur d’Ethnologie et Ethnographie du Musée national, à Rio de Janeiro (Brésil)2. Parmi les pièces exposées, se trouve une importante collection composée d’objets venus du royaume de Dahomey, dans l’actuel Bénin, en Afrique-Occidentale. Cette collection a pour origine un ensemble de cadeaux envoyés par Adandozan, roi du Dahomey (1796-1818), au prince Jean (futur Jean VI du Portugal), dans le cadre d’une entreprise diplomatique visant à négocier de meilleures conditions pour la traite des esclaves entre le Portugal/Brésil et le Dahomey. En 1808, pour éviter d’affronter Napoléon, la cour portugaise s’était installée dans la ville de Rio de Janeiro, où comptaient se rendre les ambassadeurs dahoméens. Devant l’interdiction d’aborder à Rio de Janeiro, ces derniers se replièrent sur la ville de Salvador, où débarquèrent avec eux les cadeaux destinés au prince Jean (Martins, 2010).

2Au-delà de l’identification des objets qui composent cette collection, notre recherche vise à soulever un ensemble de questions selon une approche historiographique, liée principalement à l’action du prince régent Jean, futur Jean VI, dans un contexte d’abolition de la traite atlantique des esclaves. Les objets décrits ici ont en effet été envoyés en cadeau à Jean par le roi du Dahomey en 1810, à l’époque de la signature des accords entre le Portugal et l’Angleterre (1808, 1810), et participent en ce sens à l’histoire de l’interdiction de la traite atlantique des esclaves par les Anglais, en 1807.

3Bien que l’historiographie du commerce des esclaves entre le Brésil et le royaume du Dahomey soit aujourd’hui relativement développée, un corpus considérable de documents demeure inédit ou peu exploité. Toutes les études s’appuient, d’une manière ou d’une autre, sur l’analyse de la correspondance royale dont nous traitons à nouveau ici, dans la première partie de ce chapitre. Nous reprenons cet ensemble important de documents afin d’ouvrir de nouvelles pistes pour l’étude des cadeaux échangés entre les deux monarques. Cet échange d’objets est systématiquement mentionné dans les lettres, et de ce fait connu des spécialistes.

  • 3 Pour la période abordée dans ce chapitre, la chronologie des rois du Dahomey est la suivante : Teg (...)

4Le relevé le plus complet de la correspondance entre les deux souverains a été réalisé par Pierre Verger (1987) et se trouve dans les Archives historiques d’Outre-mer, à Lisbonne, ainsi que dans les Archives publiques de l’État de Bahia, à Salvador, et à la Bibliothèque nationale à Rio de Janeiro. Selon cet auteur, les visites royales ont été au nombre de huit : quatre réalisées par des émissaires des rois du Dahomey, une menée par le roi d’Ardra (aussi appelé royaume d’Arda ou Porto-Novo), et trois autres par les rois d’Onim (ou Lagos). Toujours selon Verger, les lettres montrent la détermination de ces monarques africains à « maintenir les étroites relations commerciales entre leurs pays et Bahia ». Verger identifie quatre missions diplomatiques du royaume du Dahomey : la première en 1750 (royaume de Tegbessou), la deuxième en 1795 (royaume d’Agonglo), la troisième en 1805 (royaume d’Adandozan) et la quatrième en 1810-1811 (encore une fois le royaume d’Adandozan)3.

5Avant Verger, J. F. de Almeida Prado avait publié un travail pionnier et peu connu sur ces missions diplomatiques (Prado, 1955, p. 114-122). Dans son livre Fragmentos setecentistas (Fragments du xiiie siècle), l’historienne Silvia Lara présente une analyse très intéressante des « spectacles nègres », qui incluent les missions diplomatiques africaines de ce siècle (Lara, 2007, p. 173-218). Néanmoins, aucun de ces auteurs ne s’est intéressé aux lettres conservées dans les archives de l’Institut historique et géographique brésilien (IHGB), et en particulier à la lettre du roi Adandozan qui établit la liste des cadeaux envoyés en 1810 au prince Jean.

6Cette lettre est mentionnée pour la première fois par John Thornton dans un texte apparemment inédit et non daté, disponible sur internet. Thornton y affirme être tombé par hasard, en 1998, sur six lettres conservées dans les archives de l’IHGB. Jointes aux autres lettres déjà citées par Robin Law (2001) et Pierre Verger, elles forment selon Thornton un ensemble qui permet d’accéder à ce qu’il appelle une « pensée royale, telle que présentée par les gouvernants eux-mêmes » (Thornton, s. d.). Cette carte a été étudiée pour la première fois par l’historienne Ana Lucia Araújo, qui traite de ce document dans un article sur le royaume d’Adandozan et sur ses connexions avec la traite atlantique des esclaves (Araújo, 2012, p. 1-19).

7À la différence d’autres auteurs cités ici, nous aurons recours à ces lettres non pas pour étudier ces documents en eux-mêmes, mais pour reconstituer le contexte dans lequel les cadeaux d’Adandozan ont été envoyés en 1810 au prince Jean. Elles nous serviront également à appréhender la diplomatie de l’amitié entretenue par ces souverains et qui marque à l’époque non seulement les relations entre le Portugal et le Dahomey, mais aussi entre le Portugal et l’Angleterre. Le point central de notre exposé sera ainsi l’intrication de ces pièces, devenues aujourd’hui des objets muséologiques, avec leur contexte de production et de circulation, jusqu’à ce qu’elles aboutissent, en 1818, dans les dépendances du Musée royal.

  • 4 Il s’agit de la brochure Relaçam da Embayxada que o Poderosso Rey de Angome Kiay Chiri Broncom, Se (...)

8Les missions des souverains dahoméens – qui apportaient des lettres et des cadeaux – avaient un objectif à la fois commercial et diplomatique. À travers ces correspondances et ces objets, les rois scellaient leur amitié et leurs accords pour le bon fonctionnement de la traite atlantique des esclaves. Un tel objectif diplomatique est déjà visible au cours de la mission envoyée en 1750 par le roi Tegbessou du Dahomey au roi du Portugal. José Freire Montenegro/Montarroio Mascarenhas nous a laissé, dans un document publié en 1751 à Lisbonne, une description de l’arrivée des ambassadeurs à Bahia. Dans ce témoignage, l’auteur relate l’audience concédée aux ambassadeurs dahoméens par le vice-roi du Brésil, le comte d’Athouguia4. Selon Mascarenhas, l’ambassadeur reçu par le vice-roi a suivi le protocole et à un certain moment,

  • 5 « …tirou do seio uma carta, e a entregou ao conde, recomendando-lhe o segredo dela; e continuou di (...)

[…] sortit de son plastron une lettre et la remit au comte, en lui recommandant d’en garder le secret ; puis il poursuivit par ces mots : recevez, Votre Excellence [le comte d’Athouguia], cette représentation de la part du grand Monarque [le roi Tegbessou] qui nous a élus pour occuper ce poste. Le cadeau se trouve dans le colis que je ferai remettre sous peu à Votre Excellence, devant laquelle je me prosterne en présence de tout cet auditoire. J’ai ainsi rempli la mission dont m’a chargé mon Souverain. Le secret que Votre Excellence découvrira dans cette lettre ne sera pas rendu public, il est clair, sauf ordre exprès de votre Souverain Monarque [le roi Jean], et de mon grand Roi d’Angome. Je me retire sur ces mots et avec les mêmes révérences. (IHGB, DL87, 07.94, 1751, fos 10-11)5

  • 6 Selon Verger (1987, p. 263), l’une des jeunes filles tomba malade et seules trois d’entre elles fu (...)

9Mascarenhas raconte ensuite que ce même ambassadeur envoya peu après les cadeaux de son roi Tegbessou. Il s’agissait de « deux grandes caisses, recouvertes de fer, aux verrous ornés », l’une d’elles pour le roi Jean du Portugal, l’autre pour le comte d’Athouguia, et, ajoute-t-il, « avec les quatre négresses » (ibid., p. 11)6. La présence d’esclaves parmi ces cadeaux est une démonstration de la valeur qui leur est attribuée, non seulement sur un plan symbolique, mais aussi financier. Mascarenhas précise encore que

  • 7 « Não se divulgou nunca bem o que a carta continha, nem o que os caixões encerravam. Correu em Lis (...)

Le contenu de la lettre n’a jamais vraiment été rendu public, pas plus que ce que renfermaient les caisses. Il s’est dit à Lisbonne qu’une des deux caisses était arrivée de Bahia pour Sa Majesté [le roi Jean], ainsi que trois négresses. Nous attendons davantage de nouvelles de l’État de ce Roi [Tegbessou], et du commerce qu’il est possible d’y réaliser, pour satisfaire la curiosité des férus d’Histoire et de Géographie7. (Ibid., fo 11)

10S’il est difficile de savoir dans quelle mesure ces lettres sont restées secrètes, nous sommes sûrs qu’elles n’ont pas été détruites. Or, bien d’autres auraient été égarées ou auraient disparu. Les lettres analysées ici ont donc dû circuler sous le sceau d’un certain secret et ne représentent probablement qu’un petit échantillon de cette correspondance, qui semble avoir été plus fréquente – et certainement plus efficace – qu’on a pu le supposer.

11La lettre envoyée en 1810 par Adandozan au prince Jean est contemporaine des traités de Commerce et Navigation et d’Alliance et d’Amitié signés entre le Portugal et l’Angleterre. Ces traités prétendaient sceller un pacte entre les deux pays pour l’extinction de la traite atlantique des esclaves (Bethell, 2002). L’article X de la ratification du traité d’Alliance et d’Amitié entre le Portugal et l’Angleterre, signé le 18 février en Grande-Bretagne et le 19 au Brésil, stipule ainsi :

  • 8 « Sua Alteza real o Príncipe de Portugal, estando plenamente convencido da injustiça e má política (...)

Son Altesse Royale le Prince de Portugal, pleinement convaincu de l’injustice et de la mauvaise politique du commerce des esclaves, et du grand désavantage découlant de la nécessité d’introduire et de renouveler continuellement une population étrangère et factice pour subvenir aux besoins du travail et de l’industrie dans Ses domaines du Sud de l’Amérique, a décidé de coopérer avec Sa Majesté Britannique pour le bien de l’humanité et de la justice, en adoptant les moyens les plus efficaces pour parvenir, sur toute l’extension de Ses domaines, à une abolition graduelle du commerce des esclaves. Et mue par ce principe, Son Altesse Royale et Prince Régent du Portugal S’oblige à ce qu’il ne soit pas permis à Ses vassaux de continuer le commerce des esclaves en aucune autre partie de la Côte d’Afrique, qui n’appartiennent pas aux domaines de Son Altesse Royale, pour lesquelles ce commerce a déjà été interrompu et abandonné par les Puissances et les États de l’Europe qui y commerçaient jadis ; réservant toutefois à Ses propres vassaux le droit d’acheter et de négocier des esclaves sur les domaines africains de la Couronne du Portugal. Il doit donc être clairement compris que les stipulations du présent article ne pourront être considérées comme invalidant ou affectant en aucune façon les droits de la Couronne du Portugal sur les territoires de Cabinda et Molembo, droits qui ont été en d’autres temps disputés par le Gouvernement de la France, ni comme limitant ou restreignant le commerce d’Ajudá et d’autres ports de l’Afrique [situés sur la côte communément appelée dans la langue portugaise Costa da Mina], et qui appartiennent à la Couronne du Portugal, ou qu’elle revendique, étant donné que Son Altesse Royale le Prince Régent du Portugal est résolu à ne pas renoncer à Ses justes et légitimes prétentions sur ces derniers, ou à les perdre, ni aux droits de Ses vassaux de négocier avec ces ports, exactement de la même manière qu’ils l’ont fait jusqu’ici8. (Castro, 1857, tome IV, p. 408)

12D’un côté, le prince Jean signe des traités contre la traite des esclaves africains avec l’Angleterre, et de l’autre, il manifeste de la sympathie pour la poursuite de ce même commerce. En 1811, deux missions africaines arrivent à Bahia, envoyées par les rois d’Ardra/Porto Novo et du Dahomey, tous deux intéressés par l’octroi de privilèges commerciaux de la part des marchands du Portugal et surtout du Brésil. La correspondance portée par ces messagers atteste des démonstrations d’amitié et d’alliances commerciales et politiques entre les monarques portugais et leurs partenaires africains ; elle révèle que ces liens n’ont pas été coupés par la signature des traités. Malgré tout, pour la première fois, lorsqu’il remet en octobre 1810 à ses ambassadeurs la lettre adressée au prince Jean, Adandozan semble préoccupé par les rumeurs selon lesquelles sa mission ne serait pas reçue par la cour portugaise. Au-delà de leur signification, ces lettres et ces cadeaux ont également eu une existence matérielle, dont il est important de suivre le cheminement. Ces biens sont vraisemblablement partis d’Abomey, capitale du royaume du Dahomey, dans les derniers mois de 1810, puisque la lettre d’Adandozan est datée du mois d’octobre (Araújo, 2012). Sous la responsabilité des ambassadeurs, ils ont été portés à pied jusqu’au port d’Ouidah (appelé Ajudá par les Portugais), d’où ils ont été embarqués pour le Brésil. Lorsqu’ils sont arrivés à Salvador, à Bahia, on était déjà en 1811. De là, ils ont été envoyés à Rio de Janeiro pour être remis la même année au prince Jean. En 1818, les cadeaux ont été inventoriés dans la collection du Musée royal, qui venait juste d’être inauguré ; quant aux lettres, elles ont suivi un chemin inconnu pour parvenir, à une date non déterminée, à l’Institut historique et géographique brésilien, fondé en 1838.

La lettre de 1810

  • 9 D’après le registre d’inventaire de l’IHGB, il s’agit du « Dossier sur le roi du Dahomey contenant (...)
  • 10 João de Almeida Melo e Castro, cinquième comte des Galveias, successeur de Rodrigo de Sousa Coutin (...)
  • 11 La lettre est adressée au « très puissant roy seigneur de Portugal » par « Ghézo roi d’Agomé ». Co (...)

13Le parcours suivi par cette lettre fait encore l’objet d’investigations. Elle fait partie d’un ensemble de six documents conservés dans les archives de l’IHGB, catalogué sous le numéro DL137, 629. Il comprend deux lettres d’Adandozan, roi du Dahomey, une lettre du prince Jean à Marie Ière, une lettre du roi d’Arda/Porto Novo, une lettre du comte des Galveias10 et enfin une lettre de Ghézo, roi du Dahomey et successeur d’Adandozan. Cette dernière a été annexée postérieurement à l’ensemble et c’est la raison pour laquelle elle ne sera pas étudiée ici11.

14Même si leurs objectifs, leurs auteurs et leurs destinataires diffèrent, toutes ces lettres conservées à l’IHGB traitent de la question du commerce des esclaves, des difficultés rencontrées et des alternatives développées pour sa mise en œuvre, ainsi que des relations diplomatiques entre les royaumes impliqués. Elles font dans ce contexte partie intégrante de la correspondance royale portugaise et revêtent en ce sens un caractère commercial et diplomatique, marqué par l’emploi d’un ton amical ou, à tout le moins, d’une rhétorique de l’amitié.

  • 12 Dans son texte, Thornton indique que l’intention d’Adandozan est de « révéler à son frère lusitain (...)

15Il est important d’avoir à l’esprit, lorsqu’on lit les lettres des souverains africains, que ces dernières ont systématiquement été écrites par des tiers. La lettre d’Adandozan datée du 9 octobre 1810 se démarque néanmoins par son style très particulier, qui indique qu’elle a effectivement été dictée par Adandozan, avec tous les détails donnés par ce dernier. Le fait qu’il s’adresse au prince Jean en l’appelant « mon frère » et les commentaires sur l’humiliation des membres de la famille royale portugaise « prisonniers des Français » sont autant d’exemples d’un discours personnel et non formulé par des tiers. Même si nous ne disposons d’aucune information sur la personne qui a rédigé cette lettre de 1810, son auteur est sans aucun doute le roi Adandozan lui-même. Lui seul, par le biais d’un subalterne à ses ordres, aurait pu avoir l’audace d’écrire de pareilles choses. À travers la description détaillée de ses faits de guerre, Adandozan se livre à une démonstration de force face à un prince Jean affaibli, ayant quitté ses terres, « retiré sous une armada anglaise et portugaise, dans la ville de Bahia12 ». Enfin, le caractère diplomatique de la correspondance transparait clairement lorsque Adandozan, utilisant une rhétorique d’alliance et d’amitié, offre au roi du Portugal « un secours, de mes mains ». C’est ainsi qu’Adandozan entame sa lettre, avec une ironie presque explicite, en exprimant ses regrets face à la situation du Portugal. Dès la première page, il écrit :

  • 13 « …logo começaram a chegar as notícias de que V. Real Alteza, e toda a Família Real tinham sido pr (...)

[…] des nouvelles commencèrent vite à arriver, selon lesquelles V. Altesse Royale et toute la Famille Royale avaient été faites prisonnières du Français, et qu’ils avaient pris Lisbonne ; et en même temps, le Roy d’Espagne. Après un certain temps, un autre navire est venu qui a apporté des nouvelles fraîches de Votre Altesse Royale, et de Notre Souveraine Reine Mère du Portugal qui s’était retirée sous une armada anglaise et portugaise, dans la ville de Bahia. Après un certain temps, un autre navire a apporté la nouvelle du transfert à Rio de Janeiro, et nous avons également su que le Duc de Cadaval était mort, ce que je regrette beaucoup, et je vous transmets pour cela mes condoléances. Car l’époque est chamboulée, et dans le temps de nos gouvernements là-bas comme ici, [illisible] j’ai eu le sentiment de ne plus être voisin de Votre Altesse, et de ne pouvoir même plus avancer sur la terre ferme pour lui porter secours, de mes mains, car ma volonté est grande, car j’ai moi aussi, ici sur mes terres, mené de nombreuses guerres13. (IHGB, DL137, 62, lettre d’Adandozan au prince Jean, 1810, fo 1)

16La lettre montre comment les nouvelles d’Europe parvenaient régulièrement aux souverains de la côte africaine occidentale. Le traité d’Alliance et d’Amitié signé entre le Portugal et la Grande-Bretagne pour l’extinction progressive de la traite atlantique des esclaves mettait de côté les territoires africains appartenant au Portugal, dont le port d’Ouidah, situé sur les terres du royaume du Dahomey (Bethell, 2002, p. 29). Néanmoins, la cour portugaise apparait clairement mal à l’aise devant la possibilité de cette mission annoncée. Soit ce changement d’attitude du prince Jean n’avait pas encore été perçu par Adandozan, soit ce dernier l’a passé sous silence. Dans sa lettre de 1810, Adandozan demande des explications sur le changement d’attitude de son « frère » par rapport aux trois missions précédentes (en 1750, 1795 et 1805) et l’interroge sur les raisons du refus de recevoir ses ambassadeurs autorisés à Rio de Janeiro, où ils devaient remettre en main propre la lettre et les cadeaux au prince Jean. Visiblement informé de cette résolution, il écrit : « J’ai déjà reçu ici la nouvelle qu’à Bahia l’ordre a été donné que mes ambassadeurs, s’ils s’y rendent, ne pourront pas aller plus loin que Bahia. » Plus loin, il poursuit : « Quand j’ai entendu cette nouvelle, je n’ai pu y croire, car ce n’est pas possible, car le roi du Portugal n’a jamais eu coutume de retourner [sic] les ambassadeurs qui se rendaient jusqu’à votre Royale Présence » (IHGB, DL137, 62, lettre d’Adandozan au prince Jean, fo 3v). Sa surprise venait certainement du fait que les missions antérieures avaient toujours été bien reçues.

17Les présents qui accompagnent la lettre, et en particulier le drapeau de guerre et les esclaves, constituent des démonstrations de son pouvoir. Ce document indique clairement que les six esclaves constituent le cadeau le plus précieux ; ce sont tous des prisonniers de guerre envoyés au prince Jean pour qu’ils lui donnent, de vive voix, des nouvelles de ses victoires lors des batailles qui l’opposent à ses voisins :

  • 14 « Remeto quatro moleconas, e dois molecões que para tudo são seis; pois estas seis pessoas, que en (...)

Je remets quatre jeunes négresses et deux jeunes nègres, qui en tout font six ; car ces six personnes, que j’envoie à mon Frère, c’est pour qu’ils donnent eux-mêmes, en personne, des nouvelles à V. Altesse des guerres que je vous ai contées ; car un Frère ne peut dire des mensonges à un autre. Après avoir raconté tout ce que j’ai dit plus haut sur les guerres. Les femelles pour épousseter votre chambre, et les mâles pour nettoyer vos chaussures ; donc je les envoie petits, pour qu’ils grandissent et se multiplient avec l’âge, et je n’envoie pas des hommes et des femmes déjà grands car ils ne s’adaptent pas, et meurent14. (Ibid., fos 6v-7)

18Ensemble, répétons-le, les cadeaux et la lettre du souverain africain illustrent son pouvoir. Tandis que le prince Jean quittait ses terres à la hâte, Adandozan surpassait ses ennemis, parmi lesquels le roi de Porto Novo, qui entrait en compétition avec lui sur le marché des esclaves. À l’occasion de cette victoire, le souverain reçoit un nouveau titre qu’il ne manque pas d’expliciter :

  • 15 « […] a razão digo porque quebrei a terra chamada Agonça foi porque eles insinuaram o caminho para (...)

[…] la raison, dis-je, pour laquelle j’ai détruit la terre appelée Agonça, c’est parce qu’ils y ont tracé un chemin pour venir détruire Abomey de Calavi ; car mon peuple m’estime tellement pour avoir accompli cette victoire qu’ils m’ont donné le titre que la truie a mis bas à ses petits pour qu’un jour la mère meure avec ses petits. Je vais mieux vous expliquer ces vers : Agonça est le fils de la truie et c’est Porto Novo qui a mis bas à ses petits. Car c’est eux que mes meneurs ont capturés et tués dans cette même guerre, le peuple de Porto Novo15. (Ibid., fo 2)

19Le titre qui lui est concédé se rapporte à la guerre contre Agonça, une localité sous l’influence de Porto Novo, menée en représailles à l’attaque du roi de Porto Novo contre Abomey-Calavi, une terre qui était sous sa protection. Raconter au prince Jean l’histoire de ce nouveau titre revient à lui faire reconnaître sa suprématie sur Porto Novo : Porto Novo est la truie et Agonça, le fils de la truie, né et mort à l’âge d’un jour avec sa mère ; autrement dit, tous ont été vaincus lors de la guerre contre le Dahomey. Bien que la lettre soit ponctuée de termes de guerre, il ne s’agit pas d’une correspondance belliqueuse, mais plutôt d’un texte d’alliance et d’amitié, qui emploie de tels arguments pour renforcer les relations commerciales alors même que s’amorce un rapprochement entre le Portugal et l’Angleterre.

Les cadeaux

  • 16 À propos du parcours des collections, voir Casa de Oswaldo Cruz, s. d.

20Les présents d’Adandozan ont dû suivre le même parcours que les anciennes collections d’histoire naturelle ayant formé le fonds de la fondation du Musée royal : les plus anciennes ont appartenu à la Maison d’histoire naturelle, créée en 1784 et plus connue sous le nom de Maison des oiseaux ; en 1813, ces collections ont été transférées à l’Académie royale militaire. Étant donné que les cadeaux d’Adandozan sont arrivés à Rio en 1811, ils ont dû être envoyés à la Maison des oiseaux. En 1818, à la création du Musée royal de Rio de Janeiro, le fonds de l’Académie d’histoire naturelle de l’Académie royale militaire – dont les cadeaux d’Adandozan faisaient probablement déjà partie – a été envoyé au nouveau musée16. Notons ici que, par coïncidence, le Musée national occupe aujourd’hui l’ancienne Quinta da Boa Vista, où résidait le prince Jean à l’époque où ces cadeaux ont été envoyés.

21Les biens offerts et reçus, ainsi que les demandes à honorer, faisaient régulièrement l’objet de listes détaillées dans les lettres des souverains africains. Dans celle de 1810, Adandozan rapporte au prince Jean que lorsqu’il est devenu roi, il a trouvé dans sa « maison » (ou plutôt son palais) huit parasols qui auraient été envoyés par un roi du Portugal à son arrière-grand-père. En remontant la généalogie des rois du Dahomey, les parasols ont pu être offerts par le roi José au roi Tegbessou (1732-1774), à l’occasion de la mission dahoméenne qui a visité Lisbonne en 1750. Si nous n’avons aucune certitude concernant l’identité de ceux qui ont donné et reçu ce cadeau, il ne fait cependant guère de doute qu’il s’agissait d’objets anciens et luxueux. Un faste qui se reflète dans la description qu’Adandozan fait de chacun d’eux :

  • 17 « Advirto-lhe, que em meu poder ainda se acham oito chapéus de sol, a saber que não são os de mão, (...)

Je vous informe que se trouvent encore en mon pouvoir huit parasols, non pas des modèles portatifs, car ils doivent être déplacés par un porteur ; à savoir que l’un est fait de velours avec une doublure de soie, bordé de franges d’or ; et un autre de velours vert doublé, avec cette même frange ; un autre de velours, bleu clair aux coutures ornées d’un galon, bordé de dentelles d’or, entouré de surjets ; un autre de glacé avec des franges au verso de couleur perle avec des proignées [sic] d’or ; et un autre en velours noir entrelacé de velours blanc et ses bordures de dentelles d’or, de [damas couleur d’œillet] fourré de satin de fleurs, les franges de même facture avec leurs miroirs autour ; un autre de soie blanche garni de franges vertes ; un autre de voir [illisible] avec ses touches d’or et ses miroirs autour. Et les pieds desdits parasols entièrement ornés, et leurs créatures placées au-dessous desdits parasols, les unes figurant des lions, les autres des personnages avec des épées dégainées à la main, les autres avec des fusils pointés. (Ibid., fo 6)17

22Adandozan présente également, au fur et à mesure, sa liste de demande :

  • 18 « […] nas minhas encomendas que lhe faço que fui de me arremeter quatro bombas de água, que é para (...)

[…] parmi la liste de commandes que vous présente, dans laquelle je me lance, quatre pompes à eau, pour remédier au feu à temps. […] Et j’ai eu connaissance que la Loi de Dieu est véritable et j’attends rapidement deux prêtres à cet effet que je comprends, et toutes les Images composant la Décoration d’une chapelle et ses ornements, deux cloches pour les tours et deux maçons pour fabriquer ladite chapelle ; […] ainsi je vous demande aussi diverses reliques pour défendre mon corps lorsque je me rendrai à la guerre pour me protéger de l’ennemi […] Et aussi quelques artifices de guerre et quelques bombes ardentes qui s’élèvent ou vont dans les airs, et avec elles un soldat artificier pour enseigner l’élévation du feu, une fois qu’il l’aura fait il sera retourné ; et je demande aussi quelques couleuvrines. […] Je demande encore à mon Frère quelques futs de vin de diverses qualités comme du vin blanc, du vin rouge de Porto ou de l’île de Madère et du vin vert, et de l’eau de vie du Royaume, celle qui parvient au Brésil, et des liqueurs de diverses qualités. […] et quelques petits chiens poilus de [compagnie] et quelques chiens d’eau ; donc de chaque sorte seulement deux couples ; je demande de plus à mon Frère un couple de [pardavão], et d’autres sortes d’oiseaux élégants, ainsi qu’une oie et quelques couples de poules de Lisbonne. […] Je demande de plus à mon Frère pour la décoration de mon salon quelques personnages et deux lions, et deux tigres, deux chiens tous faits en faïence ou en bois car il m’importe [gavão] beaucoup qu’ils paraissent vivants, et il n’est point besoin qu’ils soient très grands ; […] je demande en outre quelques pectoraux d’acier pour protéger la poitrine, et des casques pour la tête ; […] Je vous demande aussi quelques paires de chaussettes en soie, noires, blanches, rayées, et toutes les sortes disponibles pour mon usage. (ibid., fo 4v-7)18

23Dans une lettre datée de 1795, Agonglo (prédécesseur d’Adandozan) formule également diverses demandes. Le prince Jean répond à cette lettre en 1796, au nom de sa mère la reine Marie :

  • 19 « Os embaixadores que enviastes à Minha Corte de Lisboa me entregaram a Vossa estimada carta de vi (...)

Les ambassadeurs que vous avez envoyés jusqu’à Ma Cour de Lisbonne m’ont remis Votre lettre du vingt mars mille sept cent quatre-vingt-quinze, que [illisible] avec toute la considération que je porte toujours à Votre Noble Personne, tout comme l’ont fait les Seigneurs Rois Mes prédécesseurs, désirant renforcer toujours plus nos liens d’Amitié, et de bonne union […]19. (IHGB, DL137, 62, lettre du prince Jean au roi du Dahomey, écrite au palais de Queluz, 6 janvier 1796, fo 1)

24Les très chers présents énumérés par Agonglo n’ont pas été envoyés. Mais – qui sait pour conserver l’estime du roi du Dahomey et l’alliance tissée avec ses prédécesseurs – le prince Jean termine sa lettre en reportant la remise des cadeaux, sans rejeter ouvertement la demande :

  • 20 « Fora da vossa carta encontrei um papel sem assinatura em que Me pedíeis um bergantim pronto de t (...)

Hors de votre lettre, j’ai trouvé un papier sans signature dans lequel Vous me demandez un brigantin entièrement prêt pour la garde de ce port ; ainsi qu’un homme sachant bien lire et écrire pour vicer [sic] avec vous et finalement vous avez aussi demandé un navire dont la cargaison soit composée de belles soies d’or et d’argent ouvrées et tout le reste de ce que qui appartient à un Roy, et enfin quarante pièces en Bronze et en fer, suffisantement [sic] renforcées pour garnir Votre Terre; je chercherai à satisfaire tout cela quand cela me sera possible, dès que les circonstances [illisible] car dans les circonstances présentes il M’est impossible de le faire non seulement par manque de temps, mais aussi pour d’autres motifs, que [illisible] vous informer ; en vous souhaitant de la satisfaction en tout, comme il sied à Ma Fidèle Amitié […]. (Ibid., fo 2)20

25La nature des demandes formulées indique clairement qu’il s’agissait d’objets destinés à être utilisés et non à être thésaurisés. C’est peut-être pour cette raison que la plupart d’entre eux ont disparu. Pour le moment, les seuls cadeaux à avoir été identifiés en tant que tels sont ceux appartenant au fonds du Musée national. La liste complète des cadeaux, telle que décrite par Adandozan, se présente comme suit :

  • 21 « […] faço oferecimento a meu Irmão das galanterias que se fabricam na minha terra de que Vossa Re (...)

[…] j’offre à Mon Frère des courtoisies qui sont fabriquées sur mes terres ce dont Votre Altesse Royale doit me pardonner et qui sont deux besaces pour mettre ses vêtements de rechange et ses flacons de boisson pour aller à la chasse ; et en outre deux Blagues à tabac pour vos cigares ; plus deux paires de sandales que j’ai coutume de chausser ; et encore deux éventails pour s’éventer ; et encore un coussin pour appuyer votre reposoir [sic] ; et encore quatre cannes pour tenir en main lors des promenades dans Votre Quinta ; et deux fourches pour s’y appuyer ; et encore deux traverses à placer au pied de votre lit. Je remets sept tissus de diverses factures, deux de [illisible], un pour les dés, un de paille et coton, et deux de sisejas [sic] blanches et bleues, et un de paille ; et une culotte de ces culottes que je mets sur ma terre en raison de la chaleur, donc V. Altesse Royale peut vêtir lesdites culottes et se couvrir de l’un de ces tissus. Car il faut que votre peuple dise que le Roi du Portugal est tellement riche, lorsqu’il va vêtir ceci. Je remets quatre jeunes négresses, et deux jeunes nègres […] Je remets aussi deux cartouchières pour utiliser sur Votre Pantalon ; je remets encore une des chaises de ma terre ; et encore un étui pour mettre votre pipe, car ce grand étui à pipe est le mien, et les trois autres petits sont pour les valets qui accompagnent V. Altesse ; […] Je remets encore trois anneaux à savoir deux en argent et un en or pour que V. Altesse les porte aux doigts ; et encore 2 fusils ; et encore un grand parasol pour Votre usage. […] Je remets aussi un drapeau de guerre que j’ai fait sur ceux que j’ai capturés […]21. (IHGB, DL137, 62, lettre d’Adandozan au prince Jean, 1810, fos 6v-7. C’est nous qui soulignons.)

  • 22 Ces pièces sont répertoriées dans le registre d’inventaire du secteur d’Ethnologie et d’Ethnograph (...)

26Tous ces objets sont destinés à l’usage personnel du roi lui-même, et donc compatibles avec le roi frère. L’envoi de six esclaves montre la richesse des cadeaux qui, curieusement, incluent deux fusils. La plupart des objets énumérés ont déjà pu être identifiés. Tous ont intégré le fonds du Musée royal à la même époque et sont répertoriés parmi les premières pièces de la collection de ce musée : les deux blagues, une des paires de sandales, les deux éventails, les quatre cannes, trois des sept tissus, la chaise, les étuis à pipe et le drapeau de guerre22.

Figure 1

Figure 1

Blague (reg. s/n) et paire de sandales, appelées « alpercatas » (reg. 6396) envoyées par Adandozan au prince Jean en 1810.

Photographie : C. Veloso, avec l'autorisation du Musée national-RJ.

27La chaise (ou trône) en question et le drapeau, un objet unique sans analogue connu, figurent sans nul doute parmi les pièces les plus importantes. L’une comme l’autre sont citées dans divers textes (entre autres : Costa e Silva, 2004, p. 60-61 et Araújo, 2012).

28La présence des cannes et des drapeaux à la fois dans la liste de cadeaux et dans les lettres a retenu notre attention. Ces objets sont mentionnés à plusieurs reprises au fil des textes, mais parfois avec des significations et sous des noms différents, ce qui nécessite de contextualiser les termes dans la correspondance pour parvenir à identifier les biens énumérés dans la liste de cadeaux. La lecture de la lettre permet de conclure à l’existence de plusieurs types de drapeaux et de cannes. Adandozan décrit les normes de négociation pour la guerre comme pour le commerce : les cannes et les drapeaux jouent dans les deux cas un rôle central, mais il ne s’agit pas forcément du même type d’objet. Le drapeau offert est un « drapeau de guerre » (différent de ceux utilisés habituellement pour identifier les navires), et les cannes correspondent à des « cannes de promenade » et non aux bâtons envoyés par les messagers des rois avec leurs messages.

29Les pièces déjà identifiées dans le fonds du Musée national nous serviront de base pour discuter de l’importance historique et muséologique de trois catégories d’objets : les trônes, les drapeaux et les cannes.

301. Les trônes, ou « chaises » : tous les musées exposant ce type de siège les désignent sous le terme de « trône » et ils sont toujours identifiés comme ayant appartenu aux rois du Dahomey. Le trône du Musée national figure depuis des années dans l’exposition permanente et il est considéré comme l’une des pièces les plus importantes du fonds ethnographique ; pourtant, on sait peu de choses sur cet objet. On trouve d’autres exemplaires de trônes au Musée historique d’Abomey et au Musée ethnographique de Porto Novo, mais aussi dans des musées européens et américains. Une photographie de l’anthropologue Bernard Maupoil, datée de 1935 et conservée aujourd’hui dans la collection de la photothèque du Musée de l’homme, à Paris, montre la variété des trônes qu’il a pu observer à Abomey, une ville alors située en Afrique-Occidentale française, dans l’actuel Bénin23. Ce musée explique que « chaque roi avait un ou plusieurs trônes qu’il utilisait au cours des grandes cérémonies24 ».

Figure 2

Figure 2

Trône, dit « chaise » (reg. 6000), envoyé par Adandozan au prince Jean en 1810.

Photographie : C. Veloso, avec l'autorisation du Musée national-RJ.

31Le trône du Musée du Quai Branly aurait appartenu à Ghézo, successeur d’Adandozan, et a été obtenu lors de la prise d’Abomey par les Français, un acte de guerre associé à la présence coloniale française25. Selon l’historien de l’art Joseph Adandé, il s’agit d’un trône à la riche ornementation, qui a été reproduit par John Duncan dans l’ouvrage Travels in Western Africa (1847) ; il prévient toutefois qu’il s’agit d’un trône « moderne26 ». Le trône du Whitby Museum, comme l’indique ce musée, a été donné « par un roi » à John Beecroft en 185127. D’après la date, il doit s’agir d’un cadeau de Ghézo, qui a régné de 1818 à 1858. Le trône ayant appartenu à Houegbadja (1645-1685) et dont une copie se trouve aujourd’hui au Musée historique d’Abomey est l’un des plus semblables à celui du Musée national28. Une telle comparaison indique non seulement que le trône du Musée national est l’un des plus anciens exposés aujourd’hui, mais aussi qu’il a dû être sculpté suivant le style des premiers trônes dahoméens. Adandozan ne donne aucune information sur ce trône ; il ne dit pas qui a été son propriétaire, ou s’il a été confectionné dans le but d’être offert en cadeau. À peine indique-t-il qu’il s’agit « d’une chaise de ma terre », comme nous l’avons cité plus haut.

322. Les drapeaux : l’importance de ces objets doit être comprise à l’aune de leur variété. Au Dahomey, ils pouvaient être utilisés comme des étendards, portés devant les rois lors des grands défilés. Les drapeaux constituaient également des signaux au cours des guerres ou pour le commerce, y compris pour la traite des esclaves ; ils étaient aussi déployés à terre, sur la côte, pour prévenir les navires que telle ou telle nation européenne était bienvenue pour le commerce dans un port donné. Enfin, lorsqu’ils flottaient sur les embarcations européennes, ils signalaient les nations amies. Ces différents emplois des drapeaux se retrouvent dans les lettres. Ainsi Adandozan écrit-il que, par la faute du commerçant Francisco Felix de Souza, dont il se plaint auprès du prince Jean, un navire portugais n’a pas reconnu le drapeau « de la Croix », probablement portugaise, et n’a pas accosté à Ouidah. Le drapeau en question avait été confectionné par un tailleur local qui, voyant la situation, alla parler à la sentinelle. Cette dernière constata alors, selon le récit d’Adandozan, que ce drapeau n’était pas celui du Portugal et qu’il avait été utilisé sur les ordres de Felix de Souza dans le but de détourner le commerce de Ouidah. La sentinelle d’Adandozan envoya quelqu’un à l’entrepôt chercher le drapeau correct et le navire aborda au port (IHGB, DL137, 62, lettre d’Adandozan au prince Jean, 1810, fos 3v, 7). Pouvoir utiliser les drapeaux européens constituait un privilège important dans la mesure où une compétition régnait entre les rois africains, tout comme entre les nations européennes, pour jouir de la primauté dans les ports. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard qu’Adandozan demande des drapeaux portugais non seulement pour le port de Ouidah, mais aussi afin de les porter dans ses cortèges, ce qui constituait très certainement une démonstration d’alliance politique et de primauté commerciale :

Quand [j’]irai à la guerre, car c’est un de mes doutes, si mon Frère pourrait m’envoyer à moi-même, et à mes combattants, un drapeau avec un lion au milieu, et un autre de votre Maison de Bragance pour qu’ils flottent devant moi lorsque je sortirai. (Ibid., fo 6v)

33En d’autres termes, dans ses sorties solennelles tout comme lors des guerres, Adandozan voulait avoir le privilège de porter devant lui le drapeau portugais, aux côtés de ceux de sa terre.

  • 29 L’ambassadeur Alberto da Costa e Silva assure avoir vu le drapeau exposé au Musée national aux côt (...)

34Le drapeau envoyé par Adandozan au prince Jean est de nature différente. Il s’agit d’un drapeau de guerre. Il ne possède pas les symboles d’identification des rois ou des reines. Il représente en réalité une allégorie de la guerre, qu’Adandozan a fait confectionner. Le travail d’identification de ce drapeau a été possible grâce à l’analyse de la lettre envoyée en 1810 par Adandozan. Ce drapeau, qui fait l’objet d’une identification très sommaire dans le catalogue du Musée national, porte le numéro 6403 dans son registre d’inventaire29.

Figure 3

Figure 3

Allégorie, dite « drapeau de guerre » (reg. 6403), envoyée par Adandozan au prince Jean en 1810.

Photographie : C. Veloso, avec l'autorisation du Musée national-RJ.

35La lettre mentionne l’envoi du drapeau et décrit la guerre qui y est représentée :

  • 30 « Também remeto uma bandeira das guerras que fiz, gente que apanhei, e as cabeças que cortei; por (...)

Je remets aussi un drapeau des guerres que j’ai menées, des personnes que j’ai capturées, et les têtes que j’ai coupées ; d’ailleurs, pour que mon Frère le voie, et le dresse devant lui lorsqu’il sort se promener ; car ce sont les têtes des Combattants, et aussi ceux qui sont ligotés sont des Combattants, et les deux qui sont dans le bassin sont deux grands chefs de guerre, l’un se nomme Adangongis et l’autre Gorumapê, et encore un autre des grands que j’ai capturés appelé [Thofusão], qui est attaché là ; […]30. (Ibid., fo 7)

Figure 4

Figure 4

Détail du drapeau (reg. 6000) montrant les têtes d’Adangongis et de Gorumapê dans le bassin.

Photographie : C. Veloso, avec l'autorisation du Musée national-RJ.

36La lettre d’Adandozan permet par ailleurs de se faire une idée des conditions dans lesquelles l’une des fractions les plus importantes de la diaspora africaine était réduite en esclavage, et de comprendre comment celui-ci identifiait chacun de ses ennemis. Pour souligner les particularités de ces derniers, Adandozan explique que les hommes de Porto Novo portaient des scarifications sur le corps, mais pas sur le visage. Les Nagô et les Mahi utilisaient quant-à-eux des marques sur leur visage, ainsi que d’autres ornements :

  • 31 Connus dans la littérature internationale anglophone sous le nom de Mahi et, au Bénin, de Maxi.
  • 32 « Para se formosiarem [sic] fazem picar em xadrez e como muito querem os seus braços e corpos, e n (...)

Pour s’embeller [sic] ils font des encoches au carré et comme beaucoup veulent sur leurs bras et leurs corps, et jamais le visage, seulement les Nagô et Makins31, des peuples avoisinants, ce qui sert à distinguer la nation, en plus de son idiome particulier, et ceux ces autres nations se font même percer une des narines, pour y mettre des coraux, des anneaux, qui leur servent de décoration et d’ornement32. (Costa e Silva, 2002, p. 278)

37Sur le drapeau, tous les visages et les corps apparaissent brodés en tissu noir, sur un fond de coton cru. Les visages sont petits et ne portent pas de marque visible de scarification, ce qui est compatible avec la description réalisée ci-dessus. La seule couleur est le rouge, peint sur la lame des armes ensanglantées et au cou des prisonniers décapités.

  • 33 Nous reproduisons ici la référence de Robin Law (2001, p. 57), qui cite une lettre du roi Houffon (...)
  • 34 Nous reproduisons ici le message reçu de Robin Law (courriel du 15 janvier 2012) : « J’ai réussi à (...)

38Un recensement des conflits de l’époque indique que le drapeau représente la victoire d’Adandozan dans la guerre contre les territoires occupés par le royaume de Porto Novo, en 1804-1805, lorsque Porto Novo faisait partie du royaume du roi Houffon (1794-1807). Les historiens qui ont étudié cette période parlent rarement de cette guerre. Les royaumes du Dahomey et de Porto Novo, voisins et concurrents pour le commerce avec les Européens, se sont affrontés à diverses reprises, comme en 1805, date probable de la guerre décrite par Adandozan. Deux grands historiens de l’Afrique-Occidentale mentionnent cette guerre : Robin Law et I. A. Akinjogbin33. Thornton cite lui aussi cette guerre contre ce qu’il appelle « aGomça », selon l’orthographe utilisée dans le document, mais ne la détaille pas. Nous avons enfin pu nous assurer que la bataille décrite dans la lettre et représentée par les prisonniers sur le drapeau a probablement été menée à la fin de l’année 1804 ou dans les tout premiers mois de 1805, quand Adandozan a attaqué la localité d’Agonça (également appelée Gonça ou Gonsa)34.

39Au Bénin, on sait que le drapeau a été envoyé au prince Jean, sans aucune mention de sa signification, ce qui indique qu’une personne qui connaissait son existence au Brésil a permis cet échange d’information – probablement Pierre Verger. Le drapeau fait l’objet de la description suivante au musée de Ouidah : « Image du drapeau du Dahomey, envoyé au roi du Portugal par le roi du Dahomey pour lui montrer la puissance de son royaume. De petits cercles représentent les têtes des prisonniers et des ennemis décapités35. » Vu l’absence de détails sur ce drapeau au Bénin, la lettre de 1810 fournit la meilleure description disponible à ce jour des événements qui ont motivé sa confection.

40Il est utile de revenir au contexte dans lequel le drapeau a été offert au prince Jean. Adandozan envoie un drapeau avec des têtes coupées d’où le sang perle, dans une allégorie dramatique de sa victoire, à un roi expatrié et affaibli par sa défaite sanglante face aux Français. Le drapeau, joint à la lettre demandant pourquoi les ambassadeurs ne sont pas autorisés à se rendre jusqu’au roi, montre qu’Adandozan mesure ses forces face au prince Jean et qu’il considère alors qu’il est plus puissant que son « frère ».

413. Les cannes : ce mot s’applique à une grande variété d’objets aux formes et aux fonctions distinctes (Adandé, 1962). Adandozan fait référence à deux types de cannes : le bâton utilisé pour représenter le roi au cours des missions diplomatiques et commerciales (ces dernières visant généralement ce double objectif) et les bâtons utilisés pour la promenade. Les premiers ont une allure très caractéristique, avec une partie supérieure courbée, et sont généralement portés à l’épaule. Les seconds ont la forme d’une canne et sont utilisés comme tels.

  • 36 L’original du mémoire d’Oliveira Mendes est conservé à l’IHGB (DL310, 79 – registre numéro 812 de (...)

42Lorsqu’il décrit ses campagnes militaires, Adandozan montre souvent sa préoccupation vis-à-vis de la diplomatie qui précède la guerre. Il explique par exemple avoir envoyé ses hommes, en possession d’une « canne », pour négocier un conflit. Les porteurs de ces cannes représentent le roi et sont appelés « ambassadeurs ». Dans ses Mémoires sur le Dahomey, datés de 1806, António de Oliveira Mendes affirme que les ambassadeurs dahoméens étaient appelés « larins » (le terme commun moderne est Laris). Selon lui, ces Laris « ont le crâne en partie rasé, ou une houppe de cheveux, et l’on remet à l’ambassadeur une canne, qui symbolise celle du roi, pour [que] soit révélé le caractère véridique de la mission36. »

43Dans le premier feuillet de sa lettre de 1810, Adandozan expose au prince Jean ses problèmes liés à la traite des esclaves et se plaint de l’attitude du roi d’Arda/Porto Novo, ainsi que des commerçants portugais et brésiliens. Il affirme avoir envoyé sa canne quatre fois, dans le but de trouver un accord face aux différends qui ont abouti à la guerre représentée sur le drapeau :

  • 37 « Mando eu o meu Bastão com um enviado acompanhado com quarenta homens ao rei de Apê a contratar u (...)

J’envoie ma Canne avec un émissaire accompagné de quarante hommes au roi d’Apê pour faire affaires, où le roi d’Arda a su que j’avais envoyé cette mission. Il a envoyé un de ses chefs de guerre pour faire pression sur mes hommes, où ils les ont emmenés. Sachant cela je lui ai envoyé ma Canne, en lui disant où a-t-on vu faire pression sur des émissaires. Et de me remettre la réponse qu’il a ordonné qu’il fallait les tuer37. (IHGB, DL137, 62, lettre d’Adandozan au prince Jean, s. d., fo 1)

  • 38 Un port connu aujourd’hui sous le nom de Grand-Popo.
  • 39 Adandozan écrit : « ledit roi sachant mon ordre envoya sa Canne avec quelque […] au roi du Popo po (...)

44Face au tour irréversible pris par le conflit contre Porto Novo, Adandozan envoie annoncer au gouverneur de la forteresse portugaise de Ouidah qu’il doit se tenir loin de Porto Novo, car il va envahir ces plages pour faire la guerre. Puis il décrit par le menu la participation des royaumes voisins d’Apê et du Popo au conflit38. Il poursuit en expliquant que quand le roi Houffon a su ses intentions, il a envoyé sa canne au roi du Popo, son allié, en lui demandant de rassembler ses « capitaines » et de les envoyer à Porto Novo, où de nombreux captifs étaient à vendre39. En d’autres termes, les capitaines des navires européens et du Brésil devraient acheter des esclaves au Popo et non pas à Ouidah, comme le voulait Adandozan.

45Parmi les acheteurs d’esclaves qui se sont rendus au Popo, se trouvait le capitaine Felix da Costa Lisboa et un capitaine anglais qui, avec le roi d’Arda, aurait aidé à attaquer Abomey-Calavi, un territoire sous domination du Dahomey :

  • 40 « […] aonde o próprio que lá saltou foi o capitão Felix da Costa Lisboa, e um navio inglês onde os (...)

[…] où qui a sauté là-bas, c’est le capitaine Felix da Costa Lisboa lui-même, et un navire anglais où deux capitaines ont aidé avec de la poudre et des balles ; pour que ledit roi vienne attaquer une de mes terres nommée Bome Calave ; où lesdits sont venus et en effet, ils ont semé la destruction en tuant et en faisant prisonniers tout ce qu’ils trouvaient. Sachant cela, j’ai envoyé ma Canne au capitaine Felix en lui demandant si mon frère Le Roi du Portugal était en guerre contre moi […]40. (Ibid., fo 1)

46Nous voyons donc que les cannes étaient envoyées non seulement aux autres rois, mais aussi à quiconque avec lequel le roi communiquait à travers ses émissaires, y compris les capitaines des navires.

47Les « cannes » envoyées par Adandozan au prince Jean étaient des bâtons de promenade : « quatre cannes pour tenir en main lorsque vous vous promenez dans Votre Quinta ». Il est intéressant de noter qu’Adandozan connaît les habitudes du prince Jean et sait que le monarque réside dans une « quinta » (domaine), où il a coutume de se promener. (ibid., fo 1) Par coïncidence, la « quinta » à laquelle Adandozan fait référence est le lieu où se trouve aujourd’hui le Musée national, dans le bâtiment même où résidait le prince Jean lorsqu’il était au Brésil et où sont désormais conservés les cadeaux d’Adandozan.

48Dans toutes ces circonstances, les cannes étaient utilisées comme des symboles de l’autorité royale. Il est à peu près certain que les ambassadeurs d’Adandozan sont arrivés au Brésil en apportant des cannes, afin de montrer qu’ils étaient envoyés par leur roi pour négocier de meilleures conditions pour la traite des esclaves, même si à ce jour aucun de ces objets n’a été identifié, la lettre ne les mentionnant pas non plus.

1805-1810 : deux rois, chacun sa guerre

49L’arrivée de la mission du Dahomey en 1811 à Salvador place la question de la traite atlantique des esclaves au centre des attentions et au cœur des relations diplomatiques entre le Portugal et l’Angleterre, d’un côté, et entre le Portugal et les rois africains, de l’autre. La correspondance analysée ici permet d’explorer la façon dont le prince Jean traita chacune des parties impliquées, ainsi que les divergences apparues au sein de l’administration royale à propos des pratiques commerciales concomitantes de cette diplomatie. Si, en 1795, la question de l’extinction de la traite atlantique était encore un horizon lointain, en 1810-1811 elle se trouve au cœur des débats soulevés par les relations entre le Portugal et l’Angleterre. L’analyse de l’ensemble de lettres réunies en 1811 aide à mieux comprendre ce contexte. Ces documents incluent une lettre du roi d’Arda/Porto Novo, dont la mission arriva à Bahia à la même époque, et une lettre du comte des Galveias, ministre d’État portugais.

  • 41 Verger (1987) a transcrit un long passage d’une autre lettre de 1795, déposée à la Bibliothèque na (...)

50La lettre du prince Jean à Adandozan conservée dans le dossier de l’IHGB est une copie d’époque, signée « prince », dont l’original a été écrit au palais de Queluz le 6 janvier 1796. Cette lettre est adressée au « Noble et Honoré Roi d’Agomé », en réponse à une autre missive datée du 20 mars 1795. La lettre de 1795 a dû être écrite par Agonglo, père d’Adandozan et roi du Dahomey jusqu’à sa mort en 179741. La lettre du comte des Galveias (d. João de Almeida Melo e Castro, Ve comte des Galveias), qui exerçait à l’époque la fonction de secrétaire d’État aux affaires de la Marine et à l’Outremer et était basé à Bahia, est destinée au prince Jean. Elle a pour thème la correspondance du prince portugais avec le roi du Dahomey. Écrite à Bahia le 7 mai 1811, cette lettre a été envoyée à Rio de Janeiro et transmettait, en annexe, la correspondance des rois du Dahomey et d’Arda/Porto Novo. Elle a donc toute sa place dans l’ensemble étudié, non seulement par le thème auquel elle se réfère, mais aussi parce que c’est à l’initiative de Galveias que les lettres des rois africains ont été annexées et envoyées à Rio de Janeiro en suivant le circuit administratif royal. Galveias lui-même précise dans sa lettre qu’« après avoir brièvement consulté ses compagnons de mission, [l’ambassadeur du roi du Dahomey] s’est résolu à me remettre un sac avec lequel venaient, en second lieu, les ridicules et abominables écrits » (IHGB, DL137, 62, lettre du comte des Galveias au prince Jean, 7 mai 1811, fo 1).

51Galveias fait valoir qu’il a convaincu les ambassadeurs de rester à Bahia, lui-même assumant la responsabilité de remettre les lettres au prince Jean. La lettre de Galveias donne un ton nouveau aux événements racontés ici. En premier lieu, il traite ces missives d’« écrits abominables » (il fait probablement référence aux descriptions des guerres) et exprime clairement son mécontentement face à ces monarques et aux relations diplomatiques que le Portugal entretient alors avec ces royaumes africains. En dépit de la répulsion que lui causent le contenu des lettres et fort probablement la qualité des cadeaux, l’ensemble parvient à Rio de Janeiro et, selon toute vraisemblance, dans les mains du prince Jean. Qui plus est, les lettres comme les cadeaux seront conservés.

  • 42 En 1807, l’Angleterre déclare l’extinction de la traite atlantique des esclaves dans les territoir (...)
  • 43 Verger (1987, p. 280) situe le comte des Arcos à Bahia et le comte de Linhares à Rio de Janeiro, m (...)

52La question posée par Galveias au prince Jean porte sur la façon dont il peut concilier la traite des esclaves avec l’Afrique et le traité signé en 1810 avec l’Angleterre42. La lettre n’est pas longue, quatre pages, et mérite d’être transcrite dans sa quasi-totalité, de façon à suivre son argumentation. Galveias confirme d’abord au prince qu’il a reçu l’ordre royal du 6 février 1811 et qu’il a envoyé prévenir les « ambassadeurs des rois d’Ardra ou Porto Novo et d’Agome » pour qu’ils traitent avec lui « de leurs missions respectives » et renoncent à se rendre à Rio de Janeiro pour parler personnellement au prince Jean43. Il poursuit en indiquant qu’il joint, en annexe à sa lettre, d’une part une lettre envoyée par le roi d’Arda et, d’autre part, un sac de lettres du roi du Dahomey. Galveias précise que l’ambassadeur du roi du Dahomey « insistait pour aller à votre Cour » et qu’il a fallu lui dire « fermement et sèchement que les ordres de son altesse royale étaient ceux qui prévalaient dans le cas présent ».

53En ce qui concerne les relations avec les royaumes africains, le comte manifeste clairement son opposition à la poursuite du contact amical révélé par les lettres et manifeste son désaccord avec le prince Jean sur le fait de « complaire à ces Potentats comme il apparait dans la copie jointe de la lettre signée de la main royale datée du six janvier 1796 » (ibid., fo 1). Poursuivant sa lettre qu’il qualifie de « rapport », le comte demande au prince Jean de lui « éclairer l’intelligence de l’article dix du Traité d’Alliance du 19 février 1810 » et précise que cette explication est « indispensable pour que je [comte des Galveias] parle sensément [sic] sur le caractère correct de cette affaire » (ibid., fo 2). En d’autres termes, le comte perçoit la sympathie du prince Jean envers les souverains du Dahomey et leurs ambitions, et critique cette attitude au regard de la signature du traité de 1810 avec l’Angleterre. Il poursuit en formulant une nouvelle fois ses doutes sur les intentions du prince Jean quant à l’extinction de la traite atlantique des esclaves, souhaitée par l’Angleterre à travers ses négociations avec le Portugal :

Si la volonté suprême de Votre Altesse royale est d’adopter les moyens les plus efficaces pour parvenir sur toute l’extension de ses territoires à une abolition graduelle du commerce des esclaves ou si les stipulations de ce même article ne sont pas considérées comme des entraves ou des restrictions au commerce d’Ajudá. (Ibid., fo 2)

54En fin de compte, Galveias exprime son mécontentement face à la proximité entre le prince Jean et le roi du Dahomey, qui va à l’encontre des négociations en cours avec l’Angleterre.

55Cette attitude de Galveias met en lumière deux tendances de l’époque. La première consiste à suivre à la lettre le traité avec l’Angleterre, en limitant le commerce aux seules possessions portugaises. Selon ce raisonnement, Ouidah (Ajudá pour les Portugais) serait un port autorisé, où il est possible de poursuivre le commerce avec le Dahomey. La seconde tend à interpréter ce traité comme une première étape vers l’extinction graduelle de la traite atlantique des esclaves, qui devrait à moyen terme s’étendre à toutes les possessions portugaises, en incluant ainsi le commerce avec le port de Ouidah. Il est essentiel de tenir compte de cette polémique pour comprendre tout autant l’attitude du prince Jean que celle d’Adandozan. Même s’il n’y fait pas allusion, Adandozan est au courant du rapprochement entre le Portugal et l’Angleterre, mais il sait aussi que Ouidah est le seul port où le Portugal peut continuer à acheter des esclaves sans s’opposer à la volonté anglaise. Par ailleurs, il connaît aussi l’existence de forces contraires à ces nouveaux traités commerciaux qui peuvent menacer la traite. Si les documents discutés ici soulèvent des questions importantes pour l’étude des relations entre le Brésil et le Dahomey sous la régence du prince Jean, ils montrent aussi l’implication des royaumes africains, en particulier celui du Dahomey, dans les jeux d’intérêts liés à la fin de la traite atlantique des esclaves au cours des premières décennies du xixe siècle.

56La décision du prince Jean d’interdire aux missions de se rendre jusqu’à Rio de Janeiro ne signifie pas qu’il souhaite rompre avec une alliance ancestrale ; elle doit plutôt être interprétée comme une précaution prise pour ne pas exposer une telle alliance devant sa Cour. Cela lui évite d’alimenter la polémique sur la légitimité de la traite. Ce n’est donc pas par hasard qu’il maintient durablement les ambassadeurs dans la ville de Salvador. L’ambassadeur du Dahomey quittera Salvador en 1812. Dans le sillage du prince Jean et d’Adandozan, des deux côtés de l’Atlantique, se trouvent les marchands d’esclaves.

57En ce sens, la correspondance entre Adandozan et le prince Jean dévoile clairement la stratégie diplomatique et commerciale du prince Jean. L’historienne Ismênia de Lima Martins, spécialiste de Jean VI, souligne avec insistance la sympathie du prince envers la traite des esclaves. Même à distance, il garde un lien avec les souverains africains pour garantir ce commerce dans la baie du Bénin, où le Portugal entretient des relations indispensables à la continuité de l’esclavage au Brésil. Ismênia Martins montre également que non seulement le prince Jean, mais aussi son gouvernement ont résisté avec opiniâtreté aux pressions anglaises. L’historienne revient sur l’ouvrage classique d’Oliveira Lima, D. João vi no Brasil, et y relève un témoignage du consul français Maler, qui a l’impression que le prince Jean défend avec véhémence la traite atlantique et l’esclavage. Et de poursuivre : « quand Jean VI est revenu au Portugal (1821), la controverse n’était pas résolue, ce qui était un signal de victoire. » (Martins, 2001, p. 32-33 ; Lima, 1996, p. 271)

58Il est certes indéniable que les grandes décisions prises au cours de l’Empire portugais ont été influencées par le pouvoir d’intervention des ministres et par les intérêts économiques en jeu. Néanmoins, dans ce cas précis, l’attitude personnelle du prince Jean et la longévité des relations diplomatiques et commerciales entre le Portugal et les royaumes africains, qui remontaient au xve siècle, semblent avoir pesé dans son comportement. Durant ces négociations, le prince Jean et Adandozan se sont tous deux comportés comme des monarques face à un Empire prêt à se désagréger. L’échange de lettres et de cadeaux témoigne d’une diplomatie déjà anachronique face aux mutations de leur temps et aux nouvelles questions qui commençaient à poindre au xixe siècle : la fin de la traite atlantique des esclaves qui, à partir de la seconde moitié du siècle seulement, allait placer les monarques africains à l’écart des négociations politiques atlantiques (Rodrigues, 2008, p. 107-123 ; Mattos, 2000).

Le jeu des identités

59Outre le fait qu’elle est marquée par des épisodes difficiles à relier, l’année 1810 est révélatrice du jeu diplomatique et commercial de personnalités qui ne se laissent pas facilement couler dans tel ou tel moule. Adandozan, le roi « barbare » qui perpétue des actes « abominables », aux dires du comte des Galveias, s’avère saisir parfaitement l’importance des lettres dans le fonctionnement de la royauté portugaise, ainsi que leur rôle diplomatique et politique, tout comme l’importance des interactions entre les souverains pour garantir le « bon commerce ». Plus encore, il perçoit le sens de l’écrit du point de vue de la construction d’une mémoire, puisqu’il tient à raconter ses faits de guerre, immortalisés dans les titres qu’il a reçus, les drapeaux et les lettres. Ainsi, si sa canne se révélait efficace pour négocier les guerres sur ses terres, les accords avec le Portugal étaient couchés sur le papier, pour suivre la règle des « Blancs ». Car, comme Adandozan l’affirmait lui-même, « Dieu a donné au Blanc la mémoire et la cadence pour savoir écrire, et à nous, la mémoire seulement pour nous rappeler ce que nous faisons au présent… » (IHGB, DL137, 62, lettre d’Adandozan au prince Jean, s. d., fo 11)

60Les Portugais (les « Blancs ») maîtrisent l’écrit, et eux uniquement l’oralité. Dans ce contexte, c’est l’écriture qui fait du Portugais un « Blanc », et non quelque autre attribut comme la richesse ou la supériorité raciale. D’un autre côté, c’est avec la force de l’oralité qu’Adandozan utilise sa propre écriture pour s’adresser au prince Jean : il écrit des lettres, mais demande à ce qu’elles soient remises en main propre par ses ambassadeurs, et il envoie des esclaves pour conter de vive voix ses faits de guerre. Ses ambassadeurs sont davantage que des représentants dotés de l’autorité nécessaire pour négocier au nom du roi, ils sont aussi des émissaires porteurs de lettres et de cadeaux comme les cannes qui, elles, matérialisent le pouvoir royal.

61Il est enfin intéressant de noter qu’au fil de son récit, Adandozan s’identifie bien davantage au « frère » « blanc » (un Portugais lettré), qu’il n’a jamais vu, qu’à ses propres voisins Arda, Nagô ou Mahi, avec lesquels il a pourtant des liens ancestraux construits au fil des échanges commerciaux, des guerres, des mariages et des influences religieuses mutuelles. Cette proximité découle du contexte créé par l’échange de lettres et par les négociations qu’elles véhiculent. La lettre de 1810 s’insère dans une correspondance préexistante, avec ses paramètres préétablis qui se perpétuent malgré l’évolution du panorama politique international. La lettre du comte des Galveias met justement en évidence ces tensions nouvelles apparues dans la première décennie du xixe siècle, dans cette période turbulente où être reconnu comme un esclavagiste constituait déjà un problème du point de vue des relations internationales au sein de l’Atlantique. Une telle attitude ne gênait sûrement pas les marchands d’esclaves et visiblement pas davantage le prince Jean, un monarque dont la famille avait toujours maintenu des relations d’alliance avec les souverains africains. Dans ce contexte, le prince Jean semble plus proche de ses ancêtres que de ses contemporains.

62Ces lettres révèlent au public un prince Jean peu connu de la plupart des spécialistes qui l’ont étudié. Nous rejoignons ici l’analyse développée par Ângela de Castro Gomes dans son travail sur les correspondances interpersonnelles en tant que genre littéraire. Cette auteure s’intéresse à ce qu’elle appelle les « lettres de soi » pour montrer la construction progressive, au cours du temps, d’une identité propre aux correspondants, à mesure que l’écriture est énoncée (Gomes, 2004). Le prince Jean de cette correspondance se révèle plus sensible à la rhétorique de ses ancêtres – et aux directives établies par ces derniers dans la seconde moitié du xviiie siècle – qu’à ses contemporains, tel le comte des Galveias. Il se montre aussi plus attaché aux standards commerciaux et aux valeurs de cette époque qu’aux nouvelles idées de liberté commerciale et individuelle qui inaugurent le xixe siècle. Il s’agit sans aucun doute d’une autre dimension de son identité, celle d’un roi esclavagiste et attaché au passé, qui échangeait des « courtoisies » avec les monarques africains. Cette facette du prince Jean peu explorée par l’historiographie récente apparait dans un contexte extrêmement particulier et se dévoile non pas au travers de l’histoire du Brésil, mais d’une histoire atlantique centrée sur les connexions de la traite des esclaves entre le Brésil et la baie du Bénin. Diriger notre regard vers l’autre côté de l’Atlantique nous permet ainsi d’échapper au risque de voir dans ce tournant de siècle, et dans l’avènement du xixe siècle, un processus plus simple et plus rapide qu’il ne l’a sans doute été.

Notes

2 À propos de la réorganisation de cette collection, voir Soares et Lima (sous presse). Nous remercions les professeurs Claudia Rodrigues Ferreira de Carvalho, directrice du Musée national, João de Oliveira, commissaire de la collection, et Antônio Carlos de Souza Lima, chef du département d’Anthropologie, pour leur invitation à réaliser ce travail. Nous sommes également reconnaissants à l’équipe technique du service de Muséologie (Semu) pour sa contribution attentive. Nous remercions enfin Élisée Soumonni pour sa relecture et ses observations.

3 Pour la période abordée dans ce chapitre, la chronologie des rois du Dahomey est la suivante : Tegbessou (1732-1774), Agonglo (1789-1797), Adandozan (1797-1818) et Ghézo (1818-1858). Le chapitre VII du livre de Pierre Verger (« Missions des rois du Dahomey et des pays voisins à Bahia et au Portugal ») traite spécifiquement de ce thème. Ces missions comprennent celles de 1770 (premiers émissaires du roi d’Onim), de 1807 (deuxième mission du roi d’Onim) et de 1823 (présence d’un ambassadeur d’Onim à l’occasion de l’indépendance de Bahia). Voir Verger, 1987, p. 257-284.

4 Il s’agit de la brochure Relaçam da Embayxada que o Poderosso Rey de Angome Kiay Chiri Broncom, Senhor dos dilatadíssimos Sertões de Guiné mandou ao Illustrissimo e Excellentissimo Senhor D. Luiz Peregrino de Ataide, Conde de Atouguia, senhor das villas de Atouguia, Peniche, Cernache, Monforte, Vilhaens, Lomba, e Paço da Ilha Dezerta; Comendador das comendas de Santa Maria de Adause, e Villa velha de Rodam, na Ordem de Christo. Do Conselho de Sua Magestade, Governador, e capitão General, que foi do Reyno do Algarve, e atualmente Vice-Rey do Estado do Brasil: Pedindo a amizade, e aliança do muito At; e Poderoso Rey de Portugal nosso senho (Rapport de la Mission que le Puissant Roi d’Angome Kiay Chirim Brincom, Seigneur des très étendues Terres de Guinée, a envoyée à l’Illustrissime et Excellentissime Seigneur Luiz Peregrino de Ataide, Comte d’Atouguia, seigneur des villes d’Atouguia, Peniche, Cernache, Monforte, Vilhaens, Lomba et Paço da Ilha Dezerta, Commandeur des commanderies de Santa Maria de Adause et Villa velha de Rodam, de l’Ordre du Christ. Du Conseil de Sa Majesté, Gouverneur et Capitaine Général, qui fut du Royaume de l’Algarve, et actuellement Vice-Roi de l’État du Brésil : Demandant l’amitié et l’alliance du Puissant Roi du Portugal notre seigneur), écrite par J. F. M. M. [José Freire Montenegro/Monterroio Mascarenhas], Lisbonne, Dans l’atelier de Francisco da Silva, 1751. Cette publication est cataloguée à l’IHGB sous le nom « Mémoire écrit par José Freire Montenegro Mascarenhas à propos de la mission que le roi du Dahomey, Kiay Chiri Broncom, a envoyée au [10e] comte d’Athouguia, Luís [Pedro] Peregrino de [Carvalho de Meneses et] Ataíde, vice-roi du Brésil. Inclut une introduction sur le Dahomey, ses coutumes et la réception du vice-roi », IHGB, DL87,07.94, 1751. Voir Wanderley, 2005, p. 27-570, registre no 381.

5 « …tirou do seio uma carta, e a entregou ao conde, recomendando-lhe o segredo dela; e continuou dizendo: receba Vossa Excelência [conde de Athouguia] esta representação da parte daquele grande Monarca [rei Tegbessu], que o elegeu para ocupar este lugar. O presente vem dentro do pacote, que mandarei entregar logo a Vossa Excelência, a cujos pés ponho, na presença de todo este auditório, a minha pessoa. Tenho satisfeito ao que o meu Soberano me encarregou. O segredo, que Vossa Excelência verá na sua carta, não será público, bem manifesto, sem expressa ordem do seu Soberano Monarca [rei d. José], e do meu grande Rei de Angome. Despediu-se com estas últimas palavras, e com as mesmas cortesias. » [Notre traduction]

6 Selon Verger (1987, p. 263), l’une des jeunes filles tomba malade et seules trois d’entre elles furent envoyées au Portugal.

7 « Não se divulgou nunca bem o que a carta continha, nem o que os caixões encerravam. Correu em Lisboa que chegara da Bahia um dos caixões para Sua Majestade [rei d. José], e três negrinhas. Esperamos notícias mais amplas do Estado deste Rei [Tegbessu], e do comércio, que nele se pode fazer, para satisfazermos o desejo dos curiosos da História, e da Geografia. » [Notre traduction]

8 « Sua Alteza real o Príncipe de Portugal, estando plenamente convencido da injustiça e má política do comércio de escravos, e da grande desvantagem que nasce da necessidade de introduzir e continuamente renovar uma estranha e factícia população para entreter o trabalho e indústria nos Seus domínios do Sul da América, tem resolvido de cooperar com Sua Majestade Britânica na causa da humanidade e justiça, adoptando os mais eficazes meios para conseguir em toda a extensão dos Seus domínios uma gradual abolição do comércio de escravos. E movido por este princípio, Sua Alteza Real e Príncipe Regente de Portugal Se obriga a que aos Seus vassalos não será permitido continuar o comércio de escravos em outra alguma parte da Costa da África, que não pertença atualmente aos domínios de Sua Alteza Real, aos quais neste comércio foi já descontinuado e abandonado pelas Potências e Estados da Europa que antigamente ali comerciavam; reservando contudo para os Seus próprios vassalos o direito de comprar e negociar em escravos nos domínios africanos da Coroa de Portugal. Deve porém ficar distintamente entendido que as estipulações do presente Artigo não serão consideradas como invalidando ou afetando de modo algum os direitos da Coroa de Portugal aos territórios de Cabinda e Molembo, os quais direitos foram em outro tempo disputados pelo Governo da França, nem como limitando ou restringindo o comércio de Ajudá e outros portos da África (situados sobre a costa comumente chamada na língua Portuguesa de Costa da Mina), e que pertencem, ou a que tem pretensões a Coroa de Portugal, estando Sua Alteza Real o Príncipe Regente de Portugal resolvido a não resignar, nem deixar perder as Suas Justas e legítimas pretensões aos mesmos, bem os direitos de Seus Vassalos de negociar com estes lugares, exatamente pela mesma maneira que eles até aqui o praticavam. » [Notre traduction]

9 D’après le registre d’inventaire de l’IHGB, il s’agit du « Dossier sur le roi du Dahomey contenant une représentation, un rapport, des offices et des lettres entre le roi du Dahomey et le prince régent Jean, Marie Ière et le [5e] comte des Galveias [João Almeida de Melo et Castro] à propos du recouvrement de captifs, de l’établissement de commerce, des vols et larcins commis par des Portugais, des irrégularités dans les ports de la région, du remplacement du directeur de la forteresse d’Ajudá, de l’envoi d’émissaires à Bahia, de la guerre dans les terres des Maquinez, des Nagô et à Porto Novo, de la confirmation des liens d’amitié entre le Portugal et Dahomey pour faciliter le commerce des esclaves, de l’achat de produits de la terre sans perception d’impôts et du paiement des services des “journaliers” lorsqu’ils étaient employés ». Toujours selon la fiche d’identification, la documentation inclut des originaux et des copies d’époque (IHGB, DL137, 62). Voir Wanderley, 2005, p. 27-570, inscription no 616.

10 João de Almeida Melo e Castro, cinquième comte des Galveias, successeur de Rodrigo de Sousa Coutinho au titre de ministre d’État portugais et promoteur du transfert de la cour portugaise au Brésil, en 1807.

11 La lettre est adressée au « très puissant roy seigneur de Portugal » par « Ghézo roi d’Agomé ». Comme Ghézo a succédé à Adandozan en 1818, la lettre a dû être écrite cette année-là ou tout de suite après. De même que les lettres d’Adandozan, elle porte le sceau “Roy d’Agomé”. Selon cette lettre, Ghézo a lui aussi envoyé une mission au Brésil, conduite par son fils Albussou. Voir IHGB, DL137, 62, lettre de Ghézo, 1818.

12 Dans son texte, Thornton indique que l’intention d’Adandozan est de « révéler à son frère lusitain qu’il pourrait avoir les moyens de l’aider contre ses ennemis ». Voir Thornton, s. d.

13 « …logo começaram a chegar as notícias de que V. Real Alteza, e toda a Família Real tinham sido prisioneiros do Francês, e que tinham tomado Lisboa; e juntamente, o Rei de Espanha. Passado decurso de tempo veio outro navio que trouxe novas notícias que Vossa Real Alteza, e a Nossa Soberana Mãe Rainha de Portugal se tinha, retirado de baixo de uma armada inglesa e portuguesa, à cidade da Bahia. Passado decurso de tempo veio outro navio trouxe notícia que se tinha passado para o Rio de Janeiro, aonde também soubemos que morreu o Duque de Cadaval, do que eu senti muito, e disso lhe dou os pêsames. Pois, o tempo tudo está virado, e no tempo do nosso governo tanto lá como cá, [ilegível] o meu sentimento tem sido de eu não ficar mais vizinho de Vossa Alteza, e nem poder andar em terra firme para lhe dar um socorro, com o meu braço, pois a minha vontade é grande, pois eu também cá na minha terra tenho pelejado muitas guerras. » [Notre traduction]

14 « Remeto quatro moleconas, e dois molecões que para tudo são seis; pois estas seis pessoas, que envio, a meu Irmão é para eles mesmos pessoalmente noticiarem a V. Alteza sobre as guerras que lhe tenho relatado; pois um Irmão com outro não pode falar mentira. Depois que eles relatarem tudo como acima disse sobre as guerras. As fêmeas para espanarem o seu quarto, e os machos para limparem os seus sapatos; pois mando pequenos, para se criarem e a idade vai multiplicando a mais, e não mando homens e mulheres já feitos por razão de que banzam muito, e morrem. » [Notre traduction]

15 « […] a razão digo porque quebrei a terra chamada Agonça foi porque eles insinuaram o caminho para virem quebrar Abomê de Calavê; pois o meu povo estimaram tanto a ter feito esta vitória que me deram um título que a porca pariu seus filhos para em um dia morrer a mãe com os seus filhos. Pois lhe vou explicar melhor este verso: Agonça é o filho da porca e o Porto Novo é que pariu os filhos. Pois estes meus cabeceiras que eles apanharam e mataram na mesma guerra, a gente do Porto Novo. » [Notre traduction]

16 À propos du parcours des collections, voir Casa de Oswaldo Cruz, s. d.

17 « Advirto-lhe, que em meu poder ainda se acham oito chapéus de sol, a saber que não são os de mão, são chapéus de um menino de força carregar; a saber que um é de veludo carmim forrado de seda; com franja de ouro à roda; e o outro de veludo verde forrado, e com a mesma dita franja; outro de veludo, azul claro com as costuras guarnecido de galão, e renda de ouro à roda, e seus pespontos em roda; outro de galacê com franjas de retrós cor de pérola com marcanetas [sic] de ouro; e outro de veludo preto entremeado com veludo branco e sua renda de ouro à roda, de [damasco cor de cravo] forrado de cetim de flores, e as franjas da mesma qualidade com seus espelhos em roda; outro de seda branca guarnecido com franja verde; outro de ver [ilegível] com seus salpicos de ouro e seus espelhos em roda. E os paus dos ditos chapéus todos torneados, e as suas figuras que ficam em cima dos ditos chapéus, e uns trazia leões, em outros trazia figuras com espadas na mão desembainhadas, outros com espingardas, a fazer pontaria. » [Notre traduction]

18 « […] nas minhas encomendas que lhe faço que fui de me arremeter quatro bombas de água, que é para acudir ao fogo com tempo. […] E tenho conhecido que a Lei de Deus é a verdadeira e espero com brevidade dois sacerdotes para este fim que entendo, e todas as Imagens que pertencem ao Adorno de uma capela e seus ornamentos, dois sinos para as torres e dois pedreiros para fabricarem a dita capela; […] assim também lhe peço várias relíquias para a defesa do corpo para quando for às guerras me defender do inimigo […] E também alguns artífices de guerra e algumas bombas ardentes de elevação ou ir ao ar, e acompanhado delas algum soldado artífice para ensinar a elevação do fogo, em o dito acabando de ensinar o mandar embora; e também peço algumas espingardas colubrinas. […] Também peço ao meu Irmão algumas pipas de vinho de várias qualidades como vinho branco e vinho tinto do Porto ou da Ilha da Madeira e vinho verde, e aguardente do Reino desta que vem para o Brasil, e licores de várias qualidades. […] e alguns cachorrinhos felpudos de [regaso] e alguns cães de água; pois de cada qualidade só dois casais; peço mais a meu Irmão um casal de [pardavão], e outras qualidades de pássaros bonitos, assim como o ganso e alguns casais de galinhas de Lisboa. […] Peço mais a meu Irmão para adorno da minha sala umas figuras e dois leões, e dois tigres, dois cães tudo isso feito ou de louça ou de madeira pois se me [gavão] muito que pareceu feito ao vivo, e não preciso que sejam muito grandes; […] peço mais uns peitorais de aço para a defesa do peito, e, capacetes para a cabeça; […] Também lhe peço uns pares de meias de seda, pretas, brancas, riscadas, e todas as qualidades que houverem para o meu uso. » [Notre traduction]

19 « Os embaixadores que enviastes à Minha Corte de Lisboa me entregaram a Vossa estimada carta de vinte de março de mil setecentos e noventa e cinco, que [ilegível] com aquele apreço, que sempre faço da Vossa Nobre Pessoa, e que sempre fizeram os Senhores Reis Meus predecessores, desejando estreitar cada vez mais os vínculos de Amizade, e boa união… » [Notre traduction]

20 « Fora da vossa carta encontrei um papel sem assinatura em que Me pedíeis um bergantim pronto de tudo para a guarda desse porto; como também um homem que soubesse bem ler e escrever para viçar [sic] convosco e finalmente pedíeis também que vos enviasse um navio cuja carga fosse de sedas boas de ouro e prata em obra e tudo o mais que pertence a um Rey, e finalmente quarenta peças de Bronze e ferro, bastantemente [sic] reforçadas para guarnecer a Vossa Terra; a tudo isso procurarei satisfazer quando me seja possível, logo que as circunstâncias [ilegível] porque na presente ocasião Me é impossível fazê-lo não só por falta de tempo, mas por outros diferentes motivos, de que [ilegível] informar-vos; desejando em tudo comprazer-vos, como cumpre a Minha Fiel Amizade… » [Notre traduction]

21 « […] faço oferecimento a meu Irmão das galanterias que se fabricam na minha terra de que Vossa Real Alteza me há de perdoar que são dois alforjes para quando for à caça meter a roupa para mudar e seus vidros de bebida; e mais duas Bolsas para o tabaco do seu cigarro; mais dois pares de alpercatas que é o uso do meu calçar; e mais dois abanos que é de abanar; e mais um coxim para encostar o seu espreguiceiro [sic]; e mais quatro bastões para trazer na mão quando for ao passeio da Sua Quinta; e duas forquilhas para se encostar nelas; e mais duas esteiras para botar ao pé de sua cama. Remeto sete panos cada um de sua qualidade, dois de [ilegível], um de dados, outro de palhinha e algodão, e dois de sisejas [sic] brancas e azuis, e um de palhinha; e um calção os cujos calções eu uso deles na minha terra por razão do calor, pois V. Real Alteza pode vestir os ditos calções e rebuçar-se em um pano destes. Pois o seu povo há de dizer que o Rei de Portugal é tão rico, como vai vestir isso. Remeto quatro moleconas, e dois molecões […] Remeto mais duas patronas para o uso da Sua calça; remeto mais uma das cadeiras da minha terra; e mais uma caixa para meter o seu cachimbo, pois a caixa grande de cachimbos é minha mesmo, e as três mais pequenas é para os criados que acompanham a V. Alteza; […] Remeto mais três anéis a saber dois de prata e um de ouro para V. Alteza trazer nos seus dedos; e mais 2 fuzis; e mais um chapéu de sol grande para o Seu uso. […] Também remeto uma bandeira de guerra que fiz da gente que apanhei […]. » [Notre traduction]

22 Ces pièces sont répertoriées dans le registre d’inventaire du secteur d’Ethnologie et d’Ethnographie (SEE). Leur numérotation commence par 6000 (le numéro du trône).

23 Maupoil, 1936. Sur la photographie, datée de 1835, voir http://africa.si.edu/exhibits/legrain/thrones.htm, consulté le 10 février 2016.

24 Voir http://epa-prema.net/abomey/collections.htm, consulté le 10 février 2016.

25 Voir http://www.quaibranly.fr/fr/explorer-les-collections/base/Work/action/show/notice/440481-trone/page/1/, consulté le 10 février 2016.

26 Voir http://www.quaibranly.fr/fr/collections/promenades-a-la-carte/artistes-d-abomey.html, consulté le 27/08/2012. Le texte a été préparé en s’appuyant sur Adandé, 1984.

27 Beecroft fut un grand marchand, devenu plus tard administrateur colonial anglais. Voir http://www.whitbymuseum.org.uk/collections/ethn.htm, consulté le 10 février 2016.

28 Voir http://epa-prema.net/abomey/collections.htm#, consulté le 10 février 2016.

29 L’ambassadeur Alberto da Costa e Silva assure avoir vu le drapeau exposé au Musée national aux côtés du trône, mais nous n’avons rencontré à ce jour aucun registre d’exposition du premier dans les archives du musée.

30 « Também remeto uma bandeira das guerras que fiz, gente que apanhei, e as cabeças que cortei; por sinal para meu Irmão ver, e trazer adiante de si quando sair à rua aos seus passeios; que são as cabeças dos Cabeceiras, e também os que estão amarrados são Cabeceiras, e os dois que estão na bacia são os dois cabos de guerra grandes que um se chama Adangongis e o outro se chama Gorumapê, e mais um dos grandes que apanhei veio chamado [Thofusão], que está aí amarrado… » [Notre traduction]

31 Connus dans la littérature internationale anglophone sous le nom de Mahi et, au Bénin, de Maxi.

32 « Para se formosiarem [sic] fazem picar em xadrez e como muito querem os seus braços e corpos, e nunca a cara, do que só usam os nagôs e makins, povos circunvizinhos, o que serve de distintivo de nação, além do seu particular idioma, e os das outras nações até fazem furar uma das ventas, para meter corais, argolas, que lhes servem de enfeite e adorno. » [Notre traduction]

33 Nous reproduisons ici la référence de Robin Law (2001, p. 57), qui cite une lettre du roi Houffon de Porto Novo au prince Jean : « Letter of “Hypo [= Huffon]”, King of Porto-Novo, to Prince João of Portugal, 16 - Nov. 1804 » (Verger, 1976, p. 234) : « […] this is the port where there is the greatest abundance of captives; the Ayos and Males bring them here, as Your Highness can verify in the town of Bahia if it is true or not […]. » Akinjogbin (1967, p. 188) ne fait allusion ni au travail de Verger ni à aucun autre, il affirme seulement que les attaques auraient été perpétrées en 1803 et 1805 : « Partly as a result of the breakdown of authority in Oyo, the slave supply at Porto Novo had increased by 1803, and was soon to be further augmented by the outbreak of the Fulani Jihad in 1804. In 1803 and again in 1805 Adandozan therefore sent raiders there to disturb its trading activities. »

34 Nous reproduisons ici le message reçu de Robin Law (courriel du 15 janvier 2012) : « J’ai réussi à retrouver les vieilles notes de mon PhD (de plus de 40 ans !) et j’ai trouvé ce qui suit : le National Archives (TNA), T70/1163, Day Book, William’s Fort, Whydah, 21 mars 1805, fait référence à des messagers apportant à Ouidah les têtes des “Adahoonsey, capitaine général & de nombreux autres combattants de Porto Novo morts dans la guerre contre les Dahoméens”. Attention, Edouard Dunglas [Dunglas, 1966, p. 29-42] mentionne aussi la guerre menée par De-Gbegnon, roi de Porto Novo, contre Adandozan (voir p. 33-34). Il y est dit que premièrement, les Dahoméens ont envahi le territoire de Porto Novo et ont pénétré dans Lowo par la partie Nord de la lagune, à 5 km de Porto Novo, mais qu’ils ont été mis en fuite. Cependant “quelques mois plus tard” les Dahoméens sont revenus, ils ont vaincu les forces de Porto Novo et ils ont “pillé et détruit les villes de la région de l’Atlantique : Djeffa, Ekpe, Agonsabo [= Agonsa ?], Goho, Cotonou… Kraké, Podji, Gbehoome”. Celle-là semble être votre guerre de 1804. »

35 Voir www.museeouidah.org/Theme-LeDahomey.htm, consulté le 10 février 2016.

36 L’original du mémoire d’Oliveira Mendes est conservé à l’IHGB (DL310, 79 – registre numéro 812 de l’inventaire analytique) ; Wanderley, 2005, p. 27-570. Le texte transcrit a été publié avec des commentaires de Costa e Silva, 2002, p. 272.

37 « Mando eu o meu Bastão com um enviado acompanhado com quarenta homens ao rei de Apê a contratar um negócio, aonde o rei de Arda soube que eu tinha mandado essa embaixada. Mandou um cabo de guerra seu pressionar a minha gente, donde os levaram. Eu sabendo disso mandei-lhe o meu Bastão, dizendo-lhe que aonde se viu pressionar enviados. E que me remeteu a resposta que mandou que os havia de matar. » [Notre traduction]

38 Un port connu aujourd’hui sous le nom de Grand-Popo.

39 Adandozan écrit : « ledit roi sachant mon ordre envoya sa Canne avec quelque […] au roi du Popo pour qu’il réduise [au sens de réunisse] les capitaines qui allaient à son port car là se trouvaient beaucoup de captifs. » IHGB. DL137, 62, lettre d’Adandozan au prince Jean, s. d., fo 1.

40 « […] aonde o próprio que lá saltou foi o capitão Felix da Costa Lisboa, e um navio inglês onde os dois capitães ofereceram ajutório de pólvora e bala; para o dito rei vir quebrar uma terra minha chamada Bomé Calave; donde os ditos vieram e com efeito fizeram destruição matando, aprisionando tudo quanto acharam. Sabendo eu disso mandei meu Bastão ao capitão Felix a perguntar-lhe se o meu irmão El Rei de Portugal tinha guerra comigo […]. » [Notre traduction]

41 Verger (1987) a transcrit un long passage d’une autre lettre de 1795, déposée à la Bibliothèque nationale à Rio de Janeiro. Cette lettre fait partie du catalogue publié dans les Annales de la Bibliothèque nationale, vol. 68, 1949. (Verger cite le numéro BNR, 563 pour cette publication, sans préciser le numéro du document).

42 En 1807, l’Angleterre déclare l’extinction de la traite atlantique des esclaves dans les territoires sous domination anglaise ; en 1810, elle signe deux traités avec le Brésil : le traité d’Alliance et d’Amitié et le traité de Commerce et Navigation. Voir Castro, 1857.

43 Verger (1987, p. 280) situe le comte des Arcos à Bahia et le comte de Linhares à Rio de Janeiro, mais il semble ignorer qu’à l’époque, le comte des Galveias se trouvait à Bahia.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Blague (reg. s/n) et paire de sandales, appelées « alpercatas » (reg. 6396) envoyées par Adandozan au prince Jean en 1810.
Crédits Photographie : C. Veloso, avec l'autorisation du Musée national-RJ.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/1504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 2
Légende Trône, dit « chaise » (reg. 6000), envoyé par Adandozan au prince Jean en 1810.
Crédits Photographie : C. Veloso, avec l'autorisation du Musée national-RJ.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/1504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 3
Légende Allégorie, dite « drapeau de guerre » (reg. 6403), envoyée par Adandozan au prince Jean en 1810.
Crédits Photographie : C. Veloso, avec l'autorisation du Musée national-RJ.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/1504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 4
Légende Détail du drapeau (reg. 6000) montrant les têtes d’Adangongis et de Gorumapê dans le bassin.
Crédits Photographie : C. Veloso, avec l'autorisation du Musée national-RJ.
URL http://books.openedition.org/oep/docannexe/image/1504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteur

Professora Colaboradora – Museu Nacional/UFRJ – Doutora em História (UFF, 1997)
Laure Schalchli (Traducteur)